Neechan wa Chuunibyou – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 2

« Allons voir les filles dans le bain ! » Yuichi fit claquer la porte au visage du visiteur. Il souhaitait qu’elle le frappe et l’envoie voler, mais hélas, il n’avait pas eu autant de chance. Il y avait eu un autre coup. Yuichi avait le sentiment que les coups ne s’arrêteraient pas s’il l’ignorait, alors il n’avait pas d’autre choix que d’ouvrir la porte. Naturellement, c’était encore Ibaraki. « Allez, mec ! Écoute-moi un peu ! » déclara Ibaraki. Après la réunion du club de survie, ils s’étaient séparés et étaient retournés chacun dans leur chambre. « Très bien. Que veux-tu ? » demanda alors Yuichi. « Je suis là pour t’inviter ! Allons jeter un coup d’œil ! Allez ! » déclara Ibaraki. Ils avaient décidé que l’heure du bain serait après le dîner. Les filles y allaient d’abord, puis les garçons. « Réfléchis un peu. La moitié des filles là-dedans sont mes sœurs. Je ne suis pas intéressé, » déclara Yuichi en rentrant dans sa chambre. La pièce elle-même n’était que d’environ dix pieds sur dix, mais en tant qu’endroit pour dormir, elle était bien assez grande pour ça. Les meubles qu’elle contenait semblaient convenir à un vieux manoir occidental historique. Ibaraki avait suivi Yuichi dans la chambre, tandis que Yuichi l’ignorait et s’était…

Lire la suite


Wortenia Senki – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 8

L’affirmation de Gaius avait naturellement incité Ryoma à incliner la tête avec confusion, ce qui était compréhensible. Il n’y avait aucune garantie que celui qu’ils convoqueraient serait un artiste martial entraîné comme Ryoma. « Les personnes que vous convoquez sont-elles limitées à une certaine condition, comme le fait d’avoir un certain potentiel de combat en elles ? » Cela expliquerait bien des choses. Mais Gaius secoua la tête avec déni. « C’est le hasard qui décide qui sera la personne convoquée et rien d’autre. » Ce type ment-il comme il respire ? pensa Ryoma. Non, ça ne semble pas probable, à en juger par la façon dont il s’est comporté. Les chances que Gaius mentait étaient minces, mais cela signifiait que la plupart des gens qu’ils convoquaient venaient ici sans aucune connaissance du combat. Ils étaient venus d’une époque sans guerre, où les arts martiaux étaient relégués à un élément culturel. Très peu de gens pratiquaient les arts martiaux comme moyen de combattre dans la société moderne. Bien sûr, Ryoma les pratiquait dans le but de tuer et de protéger sa vie. Il pratiquait au cas où une situation pourrait se présenter où il aurait besoin d’eux. Mais la grande majorité des gens n’étaient pas comme…

Lire la suite


Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 172

Tandis que je dirigeais lentement ma vue de la bouche de la chimère jusqu’à ses pieds… Ce que j’avais vu, c’était… Tales. Il avait son bras droit et sa jambe gauche arrachés, et tout son corps était couvert d’une mare de sang. { … Tales.} Quand nous avions vu Tales réduit à un tel état, nous étions tous à court de mots, puis j’avais soudainement entendu quelqu’un applaudir de quelque part. « Était-ce vous ? Ceux qui avaient vaincu les gargouilles ! C’est magnifique, non, c’est vraiment un exploit incroyable ! » !! Était-ce lui !? Si je ne me trompais pas, c’était bien ce type que j’avais vu l’autre jour ! C’était la personne que j’avais vue quand j’étais sur le dos de Jormungandr… Il était avec les autres monstres, ils tuaient des villageois qui s’étaient déjà rendus… C’était ce type ! ! « … Es-tu… un démon ? » « Aah, c’est comme tu l’as dit. Je suis un soldat de la race des démons, je m’appelle Xanadu. » Xanadu, ne se souvenait-il pas de m’avoir vu à l’époque ? Se pourrait-il qu’il m’ait oublié après m’avoir vu ? « … J’aimerais que vous nous remettiez cette personne. » J’avais pointé du doigt Tales, tout en parlant au démon qui se faisait appeler Xanadu. « ……

Lire la suite


Bienvenue au Japon, Mademoiselle l'Elfe – Tome 2 – Prologue

Boum, boum, boum. Alors que nous avions traversé une ville dans le désert d’Arilai, le son léger des tambours résonna autour de nous. Puis, quelque chose qui ressemblait à un ocarina s’était joint à la mélodie, rendant l’ambiance plus relaxante et joyeuse que précédemment. Cette région avait été développée en creusant des zones habitables dans les montagnes et collines le long de leur pente. Dans ces terres désertiques, l’eau était cruciale pour la survie, tout comme la résistance à la chaleur infernale des rayons du soleil. C’est pourquoi les gens pompaient l’eau de la rivière couleur sable qui coulait au fond de cet endroit. Je l’avais expliqué à la jeune elfe alors que nous nous faufilions parmi les individus portant des turbans sur la tête, et elle m’avait simplement répondu avec un léger désintéressement, « Hein. » Ses yeux pâles et pourpres montraient un soupçon de curiosité intellectuelle, mais ils étaient troublés par le soleil juste au-dessus de nous. « Comment font-ils face à cette chaleur ? C’est plus important que leur histoire ou leur culture en ce moment, » déclara Marie. Ses yeux s’étaient tournés vers moi alors qu’elle soulevait légèrement le capuchon de sa robe qui couvrait sa tête. La lumière du soleil…

Lire la suite


Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 4

« Fufufufuuuu ! Comme c’est gentil ! Cette enfant est un matériau splendide ! » Celle qui se frottait la joue contre Kuroka en dansant sauvagement n’était autre que Manuela. Les ailes vertes qui s’étendaient derrière son dos bougeaient quand elle leva les yeux vers Zagan, se trouvant incapable de contenir son excitation. « Je peux faire ce que je veux de cette enfant, non ? » demanda Manuela. « Hein ? Huuuh !? Tout ce que vous voulez !? C’est quoi, cet endroit ? » demanda Kuroka. Elle n’était sûrement pas en mesure de dire quel genre de magasin ils étaient entrée, car elle ne pouvait pas voir du tout. Kuroka avait donc crié avec une expression effrayée sur son visage. Je suppose qu’il vaudrait mieux expliquer que c’est un magasin de vêtements, mais c’est franchement un peu pénible…, Zagan n’était pas un homme droit qui ferait attention aux soucis de quelqu’un qui n’était ni Néphy ni Foll. Et donc, à la fin, il était resté silencieux et avait vu la scène se dérouler devant lui. « Mmfufufufuuuu, ne t’inquiète pas du tout. Laisse tout à ta grande sœur ici ! » déclara Manuela.     Zagan avait soudain eu l’impression qu’il faisait quelque chose de mal, mais c’était un peu pitoyable de la laisser se promener…

Lire la suite


Chronicle Legion – La Route de la Conquête – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 2

« Prince, vous n’avez pas l’air confiant, n’est-ce pas ? » L’esprit de Morrigan était allé droit au but. « Vous ne faites pas confiance à l’imprenabilité de cette forteresse, le Point de Contrôle d’Hakone… » « Ce n’est pas comme si je ne lui faisais pas confiance. Je crois simplement que les choses utilisées par les humains peuvent également être détruites par les humains… Vous n’êtes pas d’accord ? » Édouard le Prince Noir semblait confiant et calme dans sa réponse. Tous deux se trouvaient sur le toit du donjon protecteur de la nation, à une quarantaine de mètres du sol. Le ciel de Hakone était aujourd’hui couvert de nuages épais et sombres. C’était actuellement fin novembre, dans l’après-midi du 22 novembre. L’hiver approchait à grands pas. Le vent de montagne hurlait et l’air était assez froid. Cet endroit était la partie est de la pointe de contrôle d’Hakone, la première porte du fort tutélaire Seiryuuu — Sur le toit du donjon protecteur de la nation au milieu du fort, Morrigan discutait avec son supérieur. Comme cette zone était une entrée dans le Hakone, l’altitude était beaucoup plus basse qu’au centre. Mais aujourd’hui, la température avait vraiment considérablement chuté. « C’est pourquoi vous avez donné l’ordre : “Retraite de Hakone…

Lire la suite


Genjitsushugisha no Oukokukaizouki – Tome 9 – Chapitre 3 – Partie 1

Je m’appelle Tomoe. Je suis la fille adoptive de l’ancien couple royal d’Elfrieden, Lord Albert et Lady Elisha, ce qui fait de moi la petite sœur adoptive de la grande sœur Liscia et de grand frère Souma. En ce moment, j’étais dans une pièce du château de Sire Mathew, qui régnait sur le Duché de Chima. Avant de quitter cette pièce, Grand Frère Souma et Monsieur Inugami m’avaient donné des instructions. « D’accord, on va te laisser seul un petit moment, mais ne bouge pas et attends-nous, d’accord ? » « Je reviendrai dès que mon travail sera terminé. » Laissée seule dans la chambre, je m’étais assise sur le lit, les jambes pendant un moment, mais j’en avais vite eu assez, alors j’avais sauté du lit. Puis, m’approchant tranquillement de la porte, j’avais jeté un coup d’œil par la faible ouverture de la porte. Il n’y avait personne dans le couloir. C’était la guerre, ils n’avaient peut-être pas assez de monde. Je m’étais glissée hors de la pièce, en fermant la porte derrière moi. Grand Frère et tous les autres m’avaient dit de rester dans la chambre et d’attendre, mais je voulais vraiment explorer le château. Je veux dire, pendant que nous étudiions ensemble,…

Lire la suite


Neechan wa Chuunibyou – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 1

Pour l’instant, les choses se déroulaient comme prévu. Mais Yuri Konishi ressentait encore une légère sensation d’anxiété. Est-ce que tout continuerait à faire avancer en douceur ? Sa priorité avait été de restaurer la forme de bête de Takashi, et il avait déjà subi le rituel de lycanthropie sur l’île de Kurokami. Mais imaginer qu’Aiko Noro et son groupe pourraient aussi y venir — ce qui lui permettrait de régler les comptes avec elle, juste après ça — semblait presque trop beau. Le regard de Yuri Konishi était resté concentré sur Aiko Noro, envoyant de l’eau alors qu’elle se baignait. Cette fille — la « libraire » — avait dit qu’elle mettrait tout en scène, qu’elle les attirerait même sur l’île de Kurokami. Yuri ne savait pas comment elle s’y était prise, mais il est clair qu’elle avait réussi. Depuis l’île de Madono, l’île de Kurokami n’était qu’à une courte distance en bateau. « Franchement, pourquoi dédaigner un tel cadeau qui m’est ainsi offert ? » Yuri Konishi avait ri, se débarrassant de ses soucis. Elle surveillait actuellement Aiko Noro et son groupe depuis un arbre. Grimper aux arbres était facile pour sa forme mi-animale, ce qui avait également étendu sa portée visuelle et auditive. Elle…

Lire la suite


Infinite Stratos – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 8

« Hé, Ichika… » « Ouais ? » demandai-je. En rentrant dans notre chambre après le dîner, Charles avait ouvert la bouche. C’était une phrase anodine, mais je pouvais dire qu’il y avait quelque chose derrière tout ça. Qu’est-ce qu’il y a ? « Désolée de ne pas l’avoir dit avant, mais… merci de m’avoir couvert, » déclara Charles. « Hein ? Qu’est-ce que j’ai fait ? C’est plutôt toi qui m’as soutenu dans l’arène, » déclarai-je. « Pas ça, non. Dans l’infirmière. J’étais vraiment content que tu aies dit que tu faisais équipe avec moi pour le tournoi, » déclara Charles. « Oh, ça ? Ne t’inquiète pas pour ça. Je suis le seul à être au courant de ta situation en ce moment, alors bien sûr, je ferais ce que je pourrais pour t’aider, » déclarai-je. Pour moi, ce n’était rien de spécial, mais pour Charles, c’était différent. Elle était positivement rayonnante de gratitude. « C’est plus que ça. Si tu n’avais pas été si gentil, tu ne l’aurais jamais toi-même trouvé. J’aime vraiment les gens qui sont prêts à parler pour aider quelqu’un d’autre. Cela m’a rendu très heureux, » déclara Charles. Eh bien… C’était parlé comme un vrai « gentleman blond ». Chaque choix de mots m’embarrassait un peu plus. Je m’étais couvert les joues pour enlever…

Lire la suite


Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 6

Ikki et les autres avaient passé environ une heure de plus au Ichiban Boshi avant de partir. Moroboshi avait exprimé le désir qu’ils attendent jusqu’à ce qu’il soit libre, mais il n’avait jamais semblé se libérer, car les clients n’avaient jamais diminué, mais avaient augmenté en nombre. Leur présence continue ne ferait que ralentir le chiffre d’affaires et, malheureusement, ils avaient dû partir. « Haa. Je n’ai pas autant mangé depuis longtemps. Mon estomac est si plein, » déclara Ikki. « Oui, c’est un peu inconfortable, » déclara Arisuin. « Onii-sama et Alice ont même mangé deux parts. C’est tout simplement trop. Vous n’êtes pas Stella-san ? » déclara Shizuku. « Je suis sûr que Stella-chan n’en aurait pas mangé que deux…, » répliqua Ikki. Si Stella avait entendu ça, une bagarre aurait commencé. Même si Stella ne s’entraînait avec la Princesse Yaksha que depuis un peu plus d’une semaine, Ikki se souvient avec nostalgie d’un certain nombre de ces arguments. Si elle était là, ce serait sûrement plus vivant… Ayant été ensemble tout le temps à l’école, le fait d’être séparés l’avait d’autant plus manqué. Quand ce festival sera terminé, nous reviendrons chez Moroboshi-san, pensa Ikki. La prochaine fois, ils emmèneraient Stella. Elle aimerait certainement ça. Il se…

Lire la suite