Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 7

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Une frappe

Partie 7

La conscience d’Ikki était en plein dans un blizzard. Dans cette neige incessante, tout en se recroquevillant, il se souvenait de ses débuts. Ce jour-là, exactement de la même manière, c’était quand il était gelé jusqu’aux os. C’était là où l’Ikki Kurogane qui existait actuellement avait commencé sa vie.

En rencontrant Ryouma Kurogane, il était né du fait qu’on lui avait dit pour la première fois que c’était une bonne chose de croire en lui-même et d’en être heureux et fier. Plusieurs mois plus tard, Ryouma était mort de vieillesse, mais les mots qu’il avait laissés derrière lui étaient restés vivants à l’intérieur d’Ikki. Et Ikki avait décidé qu’un jour, il deviendrait également une personne qui transmettrait ces mots à quelqu’un comme lui qui se recroquevillait et restait immobile devant le mur du talent, et à partir de ce jour-là, il avait sans arrêt lutté contre ses propres limites.

S’il n’avait pas eu cette réunion, il n’existerait pas aujourd’hui. La rencontre avec Ryouma était quelque chose dont Ikki était fier. Cependant ―.

 

« Cette rencontre était-elle justifiée ? » Une voix identique à la sienne lui murmura quelque chose à l’oreille.

 

Cela avait continué. « Cette rencontre t’a-t-elle apporté autre chose d’autre qu’une agonie et la solitude ? »

Peu à peu, des scènes du passé étaient apparues dans l’esprit empli de confusion d’Ikki.

― Pendant l’école primaire. Il se voyait lui-même alors qu’il était un enfant, balançant continuellement Intetsu tout en saignant des mains alors que sa peau était à vif. À cette époque, est-ce qu’il avait fait ce qu’il fallait faire ? Et il ne savait même pas s’il était vraiment devenu fort. À cette époque où il ne savait rien, il avait appris à manier l’épée à partir des illustrations des livres de référence qu’il avait pu récupérer à droite et à gauche. Peu importe à quel point il avait atteint ses limites, il n’y avait personne pour l’instruire ou le conseiller. C’est pourquoi il avait souvent jeté un coup d’œil furtif sur les enfants de clan depuis un buisson à la limite du terrain. Et après ça, il les avait continuellement imités. C’était... empli de solitude, et cela, il s’en souvenait parfaitement. La douceur et la rigueur affichées aux autres enfants par les instructeurs à l’épée qui étaient venues à la maison Kurogane, il ne l’avait lui-même jamais ressenti à son égard, et il avait ressenti cette douleur quant à ça qu’il le veuille ou non.

― Ce qui était ensuite arrivé dans son esprit, c’était une scène qui se déroulait dans un dojo. Ikki, qui était au collège, s’était rendu dans un dojo afin d’acquérir de nouvelles techniques. Finalement, il y avait eu un affrontement. Un combat en tête-à-tête. Même si cela devait être fait selon certains accords, à l’instant où le signal de départ du match avait été donné, d’autres disciples s’étaient jetés sur lui puis ils l’avaient tous frappé en même temps, et il avait été longuement tabassé alors qu’il se tenait sur le sol de ce lieu en boule.

« Prends ça comme une leçon de notre part. Nous nous assurerons que tu ne viennes plus jamais te moquer ainsi d’un dojo en agissant de la sorte ! »

Et en disant cela, le président du club du collège qui était l’adversaire d’Ikki avait pris la main d’Ikki et avait brisé le petit doigt en utilisant toutes ses forces. Tout en gloussant, il avait fait la même chose avec les autres doigts d’Ikki. Il n’y avait jamais eu personne pour aider Ikki. Pendant que tout le monde riait en s’amusant de sa douleur, chaque doigt avait été brisé. La douleur et la peur d’être maltraité à ce moment-là avaient été gravées dans sa mémoire même encore aujourd’hui.

― La dernière scène qui était apparue dans son esprit s’était... déroulée il y a un an.

« Hey hey. Tu sais, le fait de ne pas résister ne prouvera nullement ta force aux autres. T’en rends-tu bien compte ? Moi, Le Chasseur, j’ai dit que je serais personnellement ton adversaire afin de t’aider. Ainsi, tu devrais contre-attaquer dès maintenant ! »

Lui, qui avait été couvert de blessures par les attaques de Kirihara, était actuellement dévisagé par les yeux froids des enseignants et par les moqueries de toutes les personnes présentes. Personne ne l’avait aidé ce jour-là.

Et ―.

« Désolé, Kurogane-kun. Je ne peux plus rester ami avec toi. »

Il s’agissait des paroles de son seul ami qui s’était finalement éloigné de lui ce jour-là...

― La voix qui ressemblait à sa propre voix lui murmura alors quelque chose.

« Et maintenant, tu es sur le sol dans ce genre d’endroit. Et tout cela n’est arrivé que parce que tu voulais prouver les paroles irresponsables de Ryouma Kurogane. Tu es exactement comme Père le disait. Si une personne vit selon ses moyens, ce genre de chose n’arriverait jamais. Tu ne te traînerais jamais sur ce chemin avec ce corps mourant en essayant de griffer le sol jusqu’à arriver à l’endroit où tu te battras jusqu’à obtenir une mort certaine. Un désir au-delà de tes moyens ne peut que te rendre malheureux. Pour les individus, il existe des domaines qui correspondent parfaitement à chacun d’entre eux. Pour ceux qui en veulent plus, il n’y a que douleur et solitude. Alors ? En as-tu eu assez ? Alors, sois raisonnable et repose-toi. L’absurdité d’un défunt n’a pas à te contraindre pour toujours. Si tu te laisses simplement t’endormir ici, tout sera réglé. Les paroles de Ryouma Kurogane ne te tourmenteront plus jamais. Alors ― »

 

Repose-toi, c’est tout.

 

Oui, c’est vrai. Il devrait tout simplement se reposer. S’il continuait ainsi, il n’y aurait que de l’amertume dans sa vie. S’il fermait les yeux, il serait désormais heureux. Il serait sûrement heureux et il l’avait parfaitement compris.

Il avait... compris... tout ça... mais... ―.

« Ahhhh AAAHHHHHH ! »

 

Un rugissement avait d’un coup jailli hors de sa gorge, et Ikki avait relevé son corps loin de la surface de l’asphalte. Et pas à pas, il avait avancé. À chaque pas, il avait intensifié sa foulée, et il avait continué à travers le blizzard en remontant la pente.

« Arrête-toi, c’est tout. Pourquoi continues-tu à te faire du mal ? » La voix lui avait posé cette question.

La réponse à cela, Ikki lui-même ne la connaissait pas. Avec son esprit confus et ses souvenirs, il ne pouvait pas conserver clairement une seule pensée ou un souvenir.

Mais ― depuis un certain temps, quelque chose se reflétait continuellement dans sa conscience.

 

Des flammes... rouges.

 

Cela se balançait doucement, répandant à chaque mouvement de l’incandescence. Il s’agissait de cheveux roux ayant la forme des flammes.

À qui appartenaient ces cheveux ? À qui était ce dos ? Pour l’instant, Ikki ne s’en souvenait même pas.

Mais chaque fois qu’il apercevait une image fugace de cette scène, son cœur ne pouvait s’empêcher d’être remué. Même s’il ne savait pas qui c’était, par le simple fait que ses cheveux se balançaient devant lui, la chaleur présente dans son corps gelé surgissait en lui, et son corps qui avait utilisé toute son énergie avait été stimulé au-delà de ses limites.

« Repose-toi. Quelqu’un d’aussi désespéré que toi sera automatiquement vaincu par cette Raikiri et tu mourras. Alors, pour quelle raison veux-tu aller là-bas alors que tu perdras automatiquement ? Que peux-tu donc bien faire alors que tu es dans un tel état ? »

Ikki lui-même ne savait pas quoi répondre à ça. En ce moment, Ikki ne savait pas ce qu’il essayait de faire, ni même où il allait.

Cependant ―

Ahh, cependant ―, pensa Ikki.

Il y avait une chaleur qui brûlait dans sa poitrine. En ressentant cela, Ikki ne se souvenait que d’une unique chose.

J’ai fait une promesse, pensa Ikki.

 

« Pour... allez... aussi haut... chevalier... »

 

Bien qu’il ne se souvenait pas tout à fait du contenu, il savait parfaitement qu’il s’agissait d’un vœu auquel il tenait fermement, et qu’il avait été fait à une personne chère à son cœur.

Ce n’était pas tout. Il pouvait entendre une voix. Ce qu’elle disait, il ne pouvait pas le dire. Mais cette voix familière produisait en lui une grande agitation qui le poussait à aller de l’avant, peu importe les difficultés.

Alors, ― je dois y aller..., pensa-t-il.

Il s’agissait de la réponse d’Ikki. Et face à cette réponse, la chose qui lui avait lancé des railleries lui avait déclaré une phrase emplie de dégoût.

« C’est comme ça ? Jusqu’au bout, je vois que tu vas continuer à souffrir, » sur un visage noirci, il affichait un sourire tordu. « Cependant, tout ce que tu fais est futile. »

Et à ce moment-là

Ah...

Au moment exact où il avait atteint la porte principale de l’Académie Hagun, les genoux d’Ikki avaient cédé, et son corps était tombé en l’avant vers le sol. Quelle que soit la détermination d’Ikki, son corps avait déjà atteint depuis longtemps ses limites. Il ne pouvait pas aller plus loin ainsi. Il ne pouvait plus se lever. Il s’agissait là de la limite de la personne nommée Ikki Kurogane.

« Tu es fini ! T’en rends-tu compte ? » déclara la voix qui le reliait.

Le corps d’Ikki tombait en ce moment comme une marionnette dont les cordes avaient été coupées d’un coup, et ce corps allait s’écraser durement sur le sol. Et cette fois-ci, ce serait un sol contre lequel il ne pourrait plus s’arracher une seconde fois.

― C’est ce qui allait arriver...

Cependant, au moment où il était tombé.

Avec un *bruit sourd*.

Des bras emplis d’une chaleur et de force, mais agissants avec une douceur avaient attrapé son corps en pleine chute.

Et en plus de ces bras forts, une voix tamisée et tremblante avait déclaré quelque chose. « ... Bienvenue, Onii-sama. »

Cette douce voix sonnant comme le son d’une clochette lui fit surgir dans son esprit le souvenir d’une personne bien particulière en provenance des souvenirs qui s’émiettaient lentement en lui. Il s’agissait du souvenir de la seule petite sœur qu’Ikki chérissait. Et son nom était ―.

« Shizu... ku... »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire