Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 3

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Une frappe

Partie 3

Après que Shizuku ait quitté la pièce, Touka avait murmuré quelques mots liés à son malaise intérieur. « Même si Kurogane-kun s’abstient de se battre demain, même si je me bats et gagne — puis-je être fière de me présenter devant tout le pays après un tel combat ? »

Elle se souvenait en ce moment des sourires sur la photo qui accompagnait les légumes et les messages de soutien. Serait-elle capable d’avoir un combat digne de leurs espoirs et de leur admiration ?

Il s’agissait d’une anxiété inéluctable qu’elle ressentait en ce moment.

« Touka, » soudain, la main de cette Touka mal à l’aise avait été enveloppée par une petite chaleur.

Il s’agissait de la main d’Utakata. Il avait saisi la main de Touka, et la regarda de sa position toujours plus basse avant de lui déclarer. « Certes, diverses choses ont été rendues ridicules par des adultes qui cherchent à obtenir des circonstances appropriées pour leur propre convenance, mais même ainsi, tu es toi. Tu devrais mener la bataille dont tu seras toi-même fière. On t’aime parce que tu es ainsi. Et Kouhai-kun espère probablement aussi cela. »

Naturellement, il avait dit à Touka une vérité qui avait été portée par sa conviction. Ce que les autres pensaient n’avait pas d’importance. Si Touka avait fait ce qu’elle pensait être juste, c’était suffisant.

En entendant ces mots... Touka avait peu à peu souri. Elle pourrait le faire.

« Ouais. Merci, Uta-kun, » déclara Touka.

C’est exact. Depuis le début, c’est tout ce que je pouvais faire, pensa Touka.

Elle devrait faire de son mieux.

« D’accord ! » Touka avait crié, puis elle avait frappé ses mains ensemble. La douleur aiguë qu’elle avait ressentie à ce moment-là avait fait disparaître son hésitation et sa confusion — elle n’hésitait plus.

Demain, s’il se traîne au combat pour me faire face, je n’aurai aucune pitié, pensa Touka.

Sans pitié, elle l’accompagnerait au combat de toutes ses forces de chevalier. Et elle gagnerait. Elle gagnerait sans faute !

Je gagnerai — et j’irai fièrement au Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée ! pensa Touka.

 

C’était ainsi que c’était déroulé la veille de la bataille décisive qui s’était poursuivie tardivement — et l’Académie Hagun avait accueilli ce matin, les dernières batailles de sélection des représentants pour le Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire