Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 13

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Une frappe

Partie 13

Le signal qui annonçait le lever du rideau venait à l’instant de retentir. À cet instant précis, tout le monde présent dans l’arène avait vu quelque chose qu’ils ne pouvaient nullement croire. Au même moment où la sonnerie annonça le début du match, Ikki avait fait surgir une lumière bleue hors de son corps, puis sans perdre un instant, il avait couru vers Touka à pleine vitesse.

« Qu-Qu-Qu-Qu-Qu-Qu’est-ce qui se passe !? Le concurrent Kurogane a soudainement utilisé sa carte maîtresse, Ittou Shura ! » cria la présentatrice dans son micro.

L’intérieur de l’arène avait été agité par ce fait. Ikki avait employé Ittou Shura dès le début du match, ce qu’il n’avait jamais fait auparavant.

C’était tout à fait naturel. Cette technique possédait une limite stricte quant à son utilisation d’une unique minute. Une telle technique pourrait ainsi très facilement être neutralisée en s’enfuyant tout simplement. Pour cette raison, Ikki ne l’avait jamais utilisé sans d’abord comprendre de manière exhaustive l’étendue des pouvoirs de ses adversaires.

Mais maintenant, Ikki avait abandonné cette attitude prudente. Il n’avait plus assez d’endurance pour comprendre peu à peu les capacités de son adversaire. Était-il trop pressé de décider du match à cause de cette fatigue ?

Dans tous les cas ―.

Cette décision est imprudente, Kurogane... ! pensa Kurono.

Kurono avait grincé des dents à la vue de ce qui se déroulait devant ses yeux. Selon elle, c’était un choix bien trop stupide. Tant que son corps avait encore de l’endurance, la victoire dans ce match était encore possible. La quantité du risque pourrait être réduite. Et si la situation lui devenait favorable, alors une telle tactique pourrait être envisagée, mais...

Est-ce que vous comprenez ? Votre adversaire est Raikiri ! cria Kurono à l’intérieur d’elle.

Elle était après tout l’un des quatre meilleurs du pays. Il était impossible de la battre avec une attaque suicidaire effectuée en désespoir de cause. Serait-il abattu par Raikiri, ou s’échapperait-elle avec sa vitesse fulgurante avant de le regarder s’effondrer devant sa propre stupidité ? Quoi qu’il en soit, elle ne voyait pas Ikki gagner avec ce choix. À ce moment-là, Kurono et Saikyou, qui regardaient le match en même temps, affichaient des expressions sombres. Il en était de même des étudiants influents comme Shizuku et Arisuin qui regardaient ça. C’était trop irréfléchi. Leurs expressions s’étaient toutes tordues en raison du chagrin. Mais parmi eux... la Princesse Écarlate, Stella Vermillion ―.

« Bon sang. Même avec ta vie de chevalier en jeu, n’es-tu pas une personne impossible, Ikki ? » murmura Stella.

Et elle avait légèrement souri, car elle avait tout compris de son côté.

Pourquoi Ikki avait-il choisi d’agir ainsi ? Raikiri allait certainement le couper avec son épée. Mais pour éviter une telle conclusion, il devait donc l’attaquer pendant l’instant que prenait le dégainage même de l’arme. C’est simplement après ça que Raikiri pouvait tuer et pas avant ça.

Si moi je le sais, alors Ikki a dû s’en rendre compte, pensa Stella.

Mais Ikki n’avait pas choisi le combat par attrition. Pourquoi ? Était-ce, car il avait jugé que son endurance ne permettrait pas cette tactique ?

Non. Ce n’était pas aussi intelligent que ça.

Stella l’avait compris, et elle avait raison. Ikki avait ―.

 

Je l’ai décidé depuis le début...

 

C’était quelque chose qu’il avait décidé depuis qu’il avait rencontré Touka. Pour le moment où il devrait la vaincre, il avait élaboré sa stratégie. Bien sûr, cela prenait en compte la capacité de dégainer son épée grâce à l’électromagnétisme, Raikiri, qui était la technique de Touka en tant que chevalier. Et lorsqu’il la défierait, comment pourrait-il gagner sans être vaincu par elle ?

En vérité, son corps avait déjà atteint depuis longtemps ses limites. Bien qu’il avait eu assez de pouvoir magique pour que le renforcement du corps avec Ittou Shura ne soit pas un problème, il ne pouvait plus utiliser plus longtemps son endurance. Il savait parfaitement qu’actuellement, il était probablement limité à une seule et unique frappe avec son épée avant d’avoir épuisé le peu de force qui lui restait.

Mais c’était bien ainsi, car c’était suffisant selon lui. S’il la frappait de toutes ses forces, alors une seule attaque suffisait pour décrocher la victoire. Il ne ferait pas semblant et il ne dépenserait pas inutilement son endurance. Il devrait tout simplement courir en ligne droite sur la distance la plus courte possible, puis il placerait tout ce qu’il avait encore maintenant en lui dans sa lame et il l’avancerait sur son adversaire ! Et ainsi, il pourrait vaincre ce qui était la fierté de Touka Toudou, son Raikiri !

Et face à Touka, qui s’était élevée au-dessus de ce lieu tourbillonnant d’intrigues, la plus grande sincérité qu’il pouvait montrer lui sera ainsi envoyée ―

Il s’agit d’un défi pour moi et vis-à-vis de moi ― !! pensa Ikki.

Quelles que soient les conditions défavorables, ce serait un match qui ne laissait pas de regrets. Il n’agirait pas en laissant sortir ses regrets vers son adversaire. Avec cet esprit placé en son cœur, rassemblant la lueur de sa vie dans son acte, Ikki avait couru vers l’avant avec le vent qui s’enroulait autour de lui.

Voyant cela ― Touka Toudou avait clairement perçu ses sentiments.

« Avec ma grande faiblesse, je briserai votre invincibilité ! »

Les paroles qu’il avait prononcées avant le match étaient vraiment sérieuses et elle s’en rendait compte.

Elle n’avait pas besoin de sa Vision Inversée pour lire les signaux en provenance du corps d’Ikki. L’âme qui s’approchait d’elle lui avait informé avec éloquence de ses intentions. Ikki Kurogane ferait une unique frappe au cours de ce match, pour ainsi décider du vainqueur. Son but était d’intercepter Raikiri avant qu’elle puisse le libérer.

Dans ce cas, la rencontre est facilement gagnée par moi, pensa Touka pendant une fraction de seconde.

Elle pourrait feindre l’utilisation de Raikiri puis se retirer en retrait pendant une minute. Ainsi, inévitablement, Ikki viendrait à manquer de force. Et si elle harcelait un Ikki épuisé en se tenant hors de sa portée, il ne pourrait rien faire. Le match serait sa victoire complète ―, mais ce genre de chose...

Ne plaisante pas avec moi ! pensa Touka face à sa dernière pensée.

Touka n’avait même pas jeté un coup d’œil sur ce plan. Sa technique favorite, Raikiri, n’avait jamais été vaincue à bout portant, et elle avait toujours dominé ce territoire. Si un ennemi l’envahissait, quel seigneur féodal s’enfuirait sans vergogne de son propre territoire ? La zone au corps à corps était la distance la plus forte pour Touka. Si elle s’enfuyait de là, d’où devrait-elle se battre après ça ? Et plus que toute autre chose ― contre quelqu’un qui poussait son corps lourdement blessé tout en utilisant toutes ses forces, si elle refusait de mettre en jeu son invincibilité face au défi d’un tel chevalier si fier, comment pourrait-elle se vanter d’une telle victoire et comment pourrait-elle même continuer à être un chevalier ?

Ahh, c’est vrai, pensa-t-elle. Je ne veux pas être le plus fort chevalier de l’Académie Hagun ! En ce moment, je veux vaincre ce fier chevalier et devenir un roi de l’épée des sept étoiles digne de ce nom !

Dans ce cas ―.

 

Je vais vous affronter avec rien de moins que mon invincible Raikiri ― !! cria-t-elle en elle.

Elle écarta ses pieds pour prendre sa position préférée, tout en projetant un éclair dans le fourreau qui tenait Narukami. Elle avait préparé sa carte maîtresse pour pouvoir ainsi déclencher la frappe qui avait sans exception fait tomber tous les adversaires. Avec cette posture de préparation à dégainer son épée prête, Touka intercepta Ikki qui s’approchait avec un vent s’enroulant autour de lui. Elle agissait de la même manière que son adversaire, risquant tout sur une seule frappe !

Mutuellement et réciproquement, en se comportant avec fierté, en se battant loyalement et sans détour. C’était ainsi le véritable chemin que devaient emprunter les chevaliers !

 

Et — en ce moment, deux chevaliers s’affrontaient sur ce chemin.

 

Ikki avait exécuté la plus rapide de ses sept techniques propres. La septième épée secrète, Raikou. Avec une vitesse qui ne permettait même pas de voir la maîtrise de l’épée de son utilisateur, il serait juste de le voir comme une épée invisible. Cette vitesse était identique à la foudre qui avait percuté la terre en un clin d’œil.

Mais même ainsi, le nom de la technique que Raikou rencontrait était par coïncidence Raikiri. Une technique à l’épée habile qui fendait même les éclairs descendants.

Les vitesses des deux protagonistes étaient celles de superhumains même parmi les Blazers. Dans ce cas, la décision de celui qui était supérieur était confiée au poids des espoirs que chaque épée portait en elle. Les prières des autres personnes qui avaient intercédé de tout leur cœur pour leur victoire et des espoirs des deux combattants qui voulaient gagner contre l’ennemi se trouvant sous leurs yeux. Tout cela avait été confié à l’épée produite par leur âme.

 

« AHHHHHHHHHHHHH !! »

« YAHHHHHHHHHHHH !! »

 

Les deux chevaliers y avaient mis tout ce qui était présent dans leur corps, et avaient effectué leur frappe ! Le flash de la foudre provenant de l’attaque déclenchée par l’acier face à la frappe qui avait franchi la distance la plus courte — mais dans un tel contexte, Raikiri était légèrement plus rapide !

– Ce n’est pas bon !

Ikki le savait parfaitement.

– Ce n’était pas assez !

Devant ses yeux qui ne pouvaient déjà plus percevoir la couleur, une lame de plasma brillant s’approchait rapidement de lui. Et face à cette vitesse et cette puissance — .

– Il savait qu’il ne pouvait pas l’égaler !

Il serait immanquablement vaincu. La Raikiri qui se présentait devant lui et qui allait le frapper ne montrerait ni hésitation ni pitié. Un coup parfait qui tuerait sans remords sa cible. Une si belle, si jolie maîtrise de l’épée.

Touka Toudou, Raikiri... cette fille est vraiment forte !

– Mais alors quoi !?

Il le savait déjà. Il savait parfaitement qu’elle était bien plus forte et qu’il était inférieur à la plupart des autres personnes. Cependant, Ikki avait-il détourné son regard de cette sombre réalité ?

Non !

Il avait continué à se battre. Il n’avait pas reculé d’un pas par rapport à cette réalité insupportable. C’était pour ça qu’il le savait parfaitement. Et comme Ikki était ainsi, il savait ce qu’il devait faire en ce moment pour obtenir ce qu’il désirait.

S’il était inférieur, alors il devrait rassembler ses forces. S’il était imparfait, il devrait mettre son pouvoir à rude épreuve.

Une minute, c’était bien trop long. Pour l’instant, il n’avait besoin que d’une seconde..., que d’une attaque !

 

– Ainsi soit-il..., Ikki aiguisa son âme jusqu’à l’extrême limite.

 

La vision, le goût, l’ouïe, le toucher, et l’odorat — pour l’instant, il n’en avait aucune utilité. À cet instant, il n’avait même pas besoin de respirer ou de faire battre son cœur. Abandonnant toutes ces choses, il avait concentré ses forces restantes.

Toute sa chair. Tout son cerveau. Tout son sang. Toutes ses cellules, tout ce qui provenant de chacun de ses éléments était rassemblé.

Sa propre vitalité, son endurance, son pouvoir magique, son potentiel, il avait rassemblé tout ce qu’il avait —

 

 

– Et pendant un instant, il avait franchi ses limites.

Le flash lumineux de l’acier qui entrait en collision se fit voir subitement. Et l’air environnant avait été soufflé au loin. Cette collision avait donné naissance à un éclair et à un bruit de tonnerre suivit par un souffle de vent que l’on pouvait voir à plusieurs kilomètres de distance, emportant toute la couleur et le son — .

 

*crack*

 

Et dans le long silence qui avait suivi, le son strident de l’acier qui se brisait résonna dans tout le stade.

Et puis... le son de quelqu’un qui tombait se fit entendre très clairement.

Les spectateurs, qui avaient dû fermer les yeux devant l’éclat éblouissant, ouvrirent tous timidement les yeux et ils regardèrent en direction du ring.

La chose qui avait été brisée était — Narukami.

Et celle qui était tombée à mi-chemin sur le véritable chemin des chevaliers était Touka Toudou, la Raikiri.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Ouaiiiiiiiiiiiis !!!!! Merci pour le chap ^^

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire