Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 5

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 3 : Le Pire en état de siège

Partie 5

Après cela, Ikki avait apporté l’unique chaise qui se trouvait dans la pièce où il était confiné. Itsuki s’était assis sur cette chaise, face à Ikki de l’autre côté de la table. Ils s’étaient confrontés du regard pendant cinq minutes. Au cours de cette période, les deux personnes n’avaient pas posé de questions et ne discutaient pas.

C-C’est embarrassant..., pensa Ikki.

Ikki avait ressenti une étrange sueur sur son dos.

C’était compréhensible. Ils venaient de se rencontrer lors d’une scène un peu étrange, mais en plus, Ikki n’avait pas rencontré son père Itsuki face à face depuis l’âge de cinq ans. En toute honnêteté, après l’avoir rencontré tout à coup, il n’avait aucune idée de quoi parler. Il ne savait pas quel genre de visage il devait faire.

Ou d’ailleurs ! Pourquoi cette personne est-elle venue vers moi, jusqu’ici, après un si long moment ? pensa Ikki.

Et alors qu’Ikki essayait de lire les pensées d’Itsuki...

« Ikki, » Itsuki avait rompu le silence et avait prononcé les premiers mots.

« O-Oui, » Ikki avait répondu d’une voix contenant un peu d’excitation.

La quantité de sueur sur son dos avait augmenté. Sa poitrine avait commencé à palpiter bizarrement. À ce moment... qu’est-ce que cette personne allait dire avec ses prochains mots ?

Parce que c’est le genre d’homme qui va bien trop loin, je ressens un peu d’anticipation quant à tout ça..., pensa Ikki.

« Toi, aimes-tu Shizuku en tant que femme ? » demanda son père.

« Quoi !? » s’exclama Ikki.

« L’inceste est interdit. C’est immoral, mais plus que tout, vous êtes tous deux ensemble depuis qu’elle est née donc tu ne devrais pas la voir comme..., » commença Itsuki.

« Attendez ! Vous vous méprenez ! » s’expliqua Ikki. « J’étais simplement en train de faire une simulation de mes salutations avec les parents de Stella ! Shizuku est très importante pour moi, mais je ne considérerais jamais ma petite sœur comme quelqu’un du sexe opposé ! »

« Est-ce que c’est la vérité ? C’est bon dans ce cas, » répondit son père.

C’était mauvais. Ikki aurait pu être considéré comme une personne très dangereuse. Itsuki avait l’air d’être sur le point d’effectuer une conférence très sérieuse sur le sujet.

Non, s’il était vraiment dans une telle situation, cette réponse serait probablement raisonnable...

― Cependant, grâce aux cris anxieux d’Ikki, une partie de la froideur de la pièce avait été supprimée.

Ikki avait demandé quelque chose à son père avec une certaine audace. « E-Euh, Père. Pourquoi êtes-vous ici ? »

« Mon fils était dans un endroit à un trajet en ascenseur. Alors, je suppose que l’on peut dire que suis venu voir son visage en raison d’un caprice de ma part, » répondit-il.

« ... Vraiment ? » demanda Ikki.

Ikki ne savait pas si ces paroles étaient les véritables pensées d’Itsuki. Quoi qu’il en soit, Itsuki avait toujours une expression froide, et ces yeux gris étaient aussi impossibles à lire que jamais. Cependant, même s’il n’arrivait pas à comprendre les véritables pensées d’Itsuki...

Qu’est-ce que... c’est ça ? pensa Ikki.

Ikki avait senti son cœur palpiter et un picotement se répandait sur ses deux joues.

Se... pourrait-il que je sois heureux ? pensa Ikki.

Lors de cette rencontre avec son père après dix ans, Ikki hésitait à analyser ses propres réactions.

Itsuki, en revanche, n’avait même pas beaucoup de tension en lui, et quelques mots étaient sortis. « Il semble que tu aies fait de bons progrès, non ? »

« Qu’est-ce que vous voulez dire ? » demanda Ikki, surpris de la phrase.

« Ces résultats dans ces batailles de sélection qui ont été utilisés pour la première fois à Hagun cette année... J’ai entendu dire que tu avais eu seize victoires consécutives jusqu’à présent, » déclara Itsuki.

« Oh, oui... Si vous incluiez le résultat du match d’hier, je pense que ce serait mes dix-sept victoires, » répondit Ikki.

« Il semble que tu n’as pas seulement combattu de faibles adversaires... C’est vraiment considérable, » déclara Itsuki avec ton toujours sans émotion.

« ... Oui, » déclara Ikki.

Qu’est-ce que c’était à l’instant ? Est-ce qu’il venait de recevoir... des éloges ?

Que dois-je faire ? ... Je suis vraiment heureux, pensa Ikki.

À ce moment-là, Ikki était devenu de plus en plus sûr de lui. Il était heureux de ce fait.

Il avait pu rencontrer son père face à face. Il avait pu entendre la voix de son père. En effet, Ikki Kurogane aimait Itsuki Kurogane même encore maintenant, et de cela, il en était sûr. C’est pourquoi il avait répondu qu’il voulait rester connecté à Itsuki, quand Stella lui avait demandé ça dans cette petite cabane de montagne.

Pour lui, Itsuki était son seul et unique père. Même s’il était maltraité, même s’il n’était pas accepté, un enfant ne pouvait pas haïr ses parents. Les parents pouvaient détester les enfants, mais les enfants ne pouvaient qu’adorer les parents. Ikki n’était pas une exception. Ikki savait que cette enquête en étant enfermée ici, avait été fait avec la participation de son père. Mais même ainsi, oui, même ainsi...

Son père le regardait. Son père lui parlait. Ikki n’avait pas pu s’empêcher d’en être heureux.

Pour cette raison, il pensait...

Si par hasard..., pensa Ikki.

Si c’était maintenant, maintenant qu’il était différent de ce qu’il était dans le passé, ne pourrait-il pas obtenir la reconnaissance de cette personne ?

{Tu ne peux rien faire, alors n’essaie pas.}

Ne recevrait-il pas une réponse différente des derniers mots qu’ils ont échangés ? Alors qu’il pensait à cela, Ikki avait commencé à parler.

« E-Euh, Père, » balbutia Ikki.

« Que se passe-t-il ? » demanda son père.

« ... Ce... Je me bats... maintenant. Mon rang est toujours F, mais j’ai gagné contre des adversaires puissants, et je n’ai pas non plus l’intention de perdre après cela. Je suis déjà différent de l’époque où je ne pouvais rien faire. Je me bats et je m’entraîne... pour ne pas devenir la honte de la famille Kurogane, et je pense que je deviendrai incroyablement fort. D-Donc, donc..., » sa voix vacillait en raison de la nervosité, et il avait aspiré de petites bouffées d’air à plusieurs reprises.

 

 

« Si je peux devenir le champion du Festival d’Art de l’Épée des Sept Étoiles, m’accepterez-vous ? » Ikki avait rassemblé autant de courage qu’il le pouvait et avait imploré son père Itsuki.

En revanche, Itsuki avait regardé Ikki sans parler pendant un court instant. « ... Je vois. » Puis il avait lentement fermé ses yeux.

Après quelques secondes, Itsuki s’était remis à parler. « Je n’ai jamais compris pourquoi tu es devenu distant. Mais maintenant, je comprends. Tu pensais que je ne t’acceptais pas parce que tu étais faible. »

« Oui..., » répondit Ikki tout en hochant la tête.

Ce n’était pas comme si c’était la raison pour laquelle il avait quitté la maison, mais ce n’était pas une erreur qu’il pensait ainsi. Mais si c’était le cas, maintenant qu’il était devenu fort.

« Si c’est le cas, alors tu as fait une grosse erreur. Je t’ai toujours accepté comme mon fils, » déclara Itsuki.

« Qu... ! » s’exclama Ikki.

Face aux paroles inattendues de son père, les yeux d’Ikki devinrent larges et ardents. Qu’est-ce que son père venait-il de dire ?

― Il l’avait toujours... accepté ?

« C-C’est un mensonge ! » cria Ikki.

« Ce n’est pas un mensonge. Sinon, serais-je venu voir ton visage ? » demanda Itsuki.

« Mais... vous n’avez jamais rien fait avec moi ? » déclara Ikki. « Je parle de la gestion de mes capacités de Blazer, ou l’entraînement aux arts martiaux que même les enfants des branches familiales ont reçu, vous n’avez jamais rien fait de tout cela ! »

En effet. Ikki se souvenait encore aujourd’hui de l’oppression provoquée par cette famille. Itsuki avait enfermé Ikki loin de tout, et les personnes qui voyaient Ikki enfermé dans un recoin du domaine le persécutaient comme quelqu’un que le chef de famille méprisait à mort. Cette douleur, l’amertume, l’isolement — même maintenant son cœur s’était serré quand il se remémorait ses souvenirs.

C’est pourquoi Ikki avait dû demander.

« Si vous m’avez accepté, pourquoi ne vous êtes-vous pas occupé de moi comme tout le monde !? » s’écria Ikki.

Face à cette question, l’expression d’Itsuki n’avait même pas changé.

« Il n’y avait pas besoin de t’instruire, donc je ne l’ai pas fait, » répondit Itsuki. « C’était tout. Parce que même si j’enseignais une technique incomplète à quelqu’un qui n’a pas la capacité, même si j’enseigne pendant longtemps, ce serait finalement d’une futilité déplorable. »

Alors qu’il donnait une réponse extrêmement pertinente, il avait continué avec quelques mots de « déni ».

« Si ça finissait en vain, ce serait acceptable. Mais le pire des cas serait ce qui s’est produit comme tu es maintenant, créant un résultat incomplet dû à ta force incomplète, » continua-t-il.

« Qu’est-ce que vous voulez dire !? » Ikki avait posé la question, n’étant pas capable de comprendre les paroles dites tout à l’heure par son père.

En réponse, Itsuki avait ouvert à nouveau les yeux, et il avait parlé de la vraie signification de ses paroles avec cette voix aussi lourde que le plomb.

« ... La maison Kurogane est une famille de Chevaliers-Mages d’une lignée de Blazers qui remonte à l’époque où ils étaient appelés samouraïs. Nous avons la responsabilité de rassembler les chevaliers de tout le pays. Cependant, il est difficile de créer l’unité nécessaire pour que les chevaliers ne forment qu’une seule organisation. C’est parce que les chevaliers sont des surhumains, et chacun possède des pouvoirs paranormaux. Parce que chacun d’entre eux détient trop de puissance en eux, ils ne peuvent pas exister en tant qu’humains normaux. Pour que de telles personnes soient organisées, il doit y avoir un système de rang. Nous avons établi la forme visible de cette hiérarchie et avons classé chaque compétence distincte avec une cote appropriée. Ce faisant, nous avons fait prendre conscience à chacun de son rôle individuel, avec l’organisation nous avons maintenu l’harmonie. C’était nécessaire. Un mécanisme a ses grands et petits rouages, mais en étant conscient de chaque partie pertinente et en connaissant le comportement approprié de chaque individu, pour la première fois il y avait une fonction précise. Que ce soit au-dessus ou en dessous, chacun était à sa place. Une personne en haut pourrait regarder vers le bas une personne en bas et penser, “je la surpasse”, et dans sa vanité, cette personne en haut n’oubliera pas ses propres devoirs... C’est pourquoi, Ikki, l’existence de quelqu’un comme toi nuit totalement à l’organisation. Quand quelqu’un comme toi qui ne peux rien faire dit “Je vais faire quelque chose”, les individus d’en bas adoptent des conceptions improductives comme quoi ils doivent être capables de faire quelque chose. Ils deviennent arrogants, ils essaient de faire des choses et à cause de ça, ils oublient leur propre place. Et cela entraîne un gaspillage improductif pour la majorité des rouages du mécanisme. Si tu veux savoir pourquoi le rang est absolument fixe et n’est pas corrigé de temps en temps, c’est pour en faire une chose extrêmement rare. Ce genre d’effort improductif doit être empêché. C’est pour ça que je t’ai dit ça. Tu ne peux rien faire, alors n’essaie surtout pas de faire quelque chose. »

Itsuki avait prononcé ces mots avec désintérêt. Les principes qui sous-tendaient la conduite des individus comme Itsuki existaient gravés en eux. Aujourd’hui, ces paroles avaient pour la première fois fait comprendre à Ikki comment étaient les personnes comme Itsuki Kurogane.

La famille appelée Kurogane avait rempli son devoir hérité depuis des générations. Au nom de ce devoir, il s’était chargé d’une loi de fer, d’un ordre dans sa vie. C’était... son père, le Chevalier-Mage qui portait le surnom de Sang de Fer.

Mais...

« Attendez... attendez..., » déclara Ikki.

Mais que...

« Alors Père, ne me disiez-vous pas de ne rien faire parce que je suis devenu la honte de la famille ? » demanda Ikki.

« Évidemment, » répondit son père. « En ce qui concerne la famille, tu es sans importance, tu n’existes même pas quant à nos devoirs. Le devoir de la maison Kurogane est de protéger l’harmonie entre les chevaliers de ce pays. Et pour cela, les gens qui ne peuvent rien faire ont le devoir de ne rien faire... Ikki, j’ai dit que je t’accepte comme tu le voulais. Alors, ― maintenant, arrête tout de suite de poursuivre la chevalerie. »

Ikki avait tremblé.

« Tu ne peux rien faire, alors n’essaie pas. Dans le passé ou dans le présent, je n’ai désiré qu’une seule chose de ta part, » déclara son père.

Ikki était convaincu que ces quelques mots portaient les vrais sentiments de son père.

Mais c’était une vérité qu’il ne pouvait pas accepter. Pourquoi ?

Alors... qu’est-ce que je suis pour cette personne... ? Se demanda Ikki.

Son père ne le détestait pas vraiment. Mais à la place de ça... il préférerait être détesté plutôt que de ne pas pouvoir démontrer les capacités comme il voulait. Parce que ne pas être détesté... c’était juste un petit désir qu’il avait.

Cependant, la vérité n’était pas comme ça. Itsuki n’avait aucun espoir, aucune attente envers Ikki.

Ce genre de chose... ce n’était pas trop, n’est-ce pas... ? pensa Ikki.

Le haïr, ou ne pas le haïr, il ne s’agissait pas de ça. Ce n’était pas différent d’être une pierre sur le bord de la route. Une attitude favorable ou de la malveillance... Ikki se sentait comme un idiot qui ne pouvait pas avoir l’un ou l’autre.

Ikki était ce genre d’existence pour Itsuki. En réalisant cela, un chagrin glacial s’était mis à enfler et avait coulé depuis l’intérieur d’Ikki.

« Hmm ? Qu’est-ce qui t’arrive ? Pourquoi pleures-tu ? » demanda son père.

Les larmes étaient tombées, *goutte à goutte*, des yeux d’Ikki.

En les voyant, Itsuki fronça les sourcils comme s’il était déconcerté.

Face à la réponse d’Itsuki, Ikki... s’était rendu compte de quelque chose d’important. Quelque part dans le cœur d’Ikki, il voulait une relation avec la seule personne qui était son père. Il souhaitait qu’un jour, le moment où ils parviendraient à une compréhension mutuelle vienne. Mais...

... Oh, je vois, pensa Ikki.

Itsuki n’avait pas encore réalisé le sens de ces larmes, même encore à ce moment-là...

 

Cet individu et moi coupons définitivement les liens...

 

À ce moment-là, avec un *craquement*... Quelque chose dans le cœur d’Ikki...

Quelque chose de précieux avait produit un son, puis cela s’était arrêté. Et à partir de là... la chose appelée Ikki Kurogane avait commencé à s’effondrer lourdement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Je m'inquiète pour Ikki là... Merci pour le chap

Laisser un commentaire