Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 3 : Le Pire en état de siège

Partie 2

Ikki avait été emmené par le Comité d’Éthique, et confiné depuis trois jours déjà. Stella était actuellement tel un volcan sur le point d’entrer en éruption. Alors qu’elle était sans cesse grimaçante avec ses sourcils rabattus de déplaisir, ses cheveux diffusaient de l’incandescence sous la forme d’étincelles. Un grand nombre d’étudiants étaient curieux d’en savoir plus au sujet du scandale, mais ils avaient trop peur de la pression exercée par la jeune femme pour oser s’approcher d’elle, et personne autour d’elle ne pouvait donc s’approcher. Et même dans une cafétéria bondée pendant l’heure du repas, personne ne s’asseyait sur les sièges proches de Stella. C’était tout à fait naturel, mais la personne elle-même n’était pas dans un état d’esprit pour faire face à de telles choses triviales, cependant...

« Même si tu as réussi à te remettre de ton rhume, Stella-chan, tu fais preuve d’une intention meurtrière vraiment extrême. »

Celui qui avait parlé à Stella sans hésitation et qui s’était assis à côté d’elle était une grande et mince beauté, Nagi Arisuin. De loin, des voix criaient des choses comme « Aah, Nagi-sama fait une chose si dangereuse... » Il s’agissait probablement de ses fans.

Mais même si elle était irritée, Stella ne blesserait jamais ses amis en évacuant sa colère. En deux mots, son aura et ses paroles étaient redevenues à son niveau habituel d’agressivité.

« ... Bien sûr que je le suis. Penses-tu que je sourirais pendant qu’ils écrivent dans CELA ces bêtises comme bon leur semble ? » demanda Stella.

Quand Stella avait dit « cela », elle voulait parler du journal du soir de ce jour-là. Ce journal avait écrit des tonnes de mensonges sur Ikki, et il avait même été jusqu’à la décrire elle comme si elle était une fille idiote qui avait été dupée par un scélérat. Se souvenir de cette page lui avait fait bouillir les entrailles.

« J’ai entendu dire à quel point c’était rude, mais le niveau des médias de ce pays est vraiment des plus déplorables, non ? » Stella avait craché ces paroles, et...

« Nyahahaha, mes oreilles brûlent. » Une autre personne, une étudiante portant des lunettes, s’était assise de l’autre côté de Stella tout en faisant un visage de déplaisir.

« Kagami..., » déclara Stella.

« Puis-je aussi me joindre à vous ? » demanda Kagami.

« Vas-y. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais il s’agit du seul endroit qui reste libre, » répondit Stella.

« Nyahahaha, merci, » déclara Kagami.

Posant sur la table son plateau avec un sandwich sur le dessus, Kagami Kusakabe avait continué ses paroles avec une expression pleine d’excuses. « C’est naturel pour Stella-chan de s’énerver. Pour la princesse du Vermillion, de trouver un amoureux tout en étudiant à l’étranger provoquerait certainement un tumulte médiatique, tu sais ? Mais pour un journaliste, le fait de ne pas tenir compte du jugement d’une princesse et de traiter l’association entre deux personnes comme un scandale, c’est bien trop grossier. C’est même devenu une affaire internationale, tu sais ? Eh bien, la situation sortirait probablement de la compréhension de beaucoup de monde sur tant de choses. »

« Oh mon Dieu ? Qu’est-ce que tu dis ? » demanda Stella.

« ... Eh bien, j’ai beaucoup d’influence auprès des journalistes des journaux locaux, et j’ai pu utiliser mes relations pour faire une enquête, mais comme prévu, le Comité d’Éthique semble exercer une pression puissante digne de l’organisation, » répondit Kagami. « Il s’agit de créer l’image négative sur laquelle se base l’information soulignant le scandale de la princesse impériale du Vermillion. Il s’agit juste d’une discussion entre nous ici, mais il semblerait que le Comité d’Éthique ait utilisé son pouvoir pour intimider en insérant un bulletin spécial dans la diffusion officielle du spectacle du Roi des Chevaliers (KOK) dans le monde entier. »

« ... Parce que le KOK est complètement lié à la Ligue, ils peuvent faire une telle intimidation, n’est-ce pas ? Je vois, » déclara Stella.

Il n’y avait aucun moyen d’insérer un bulletin spécial dans la plus grande forme d’amusement du monde. Même la survenue d’un décès choquant ne donnerait pas ce genre d’annonce en tant qu’événement d’actualité. Ce genre de mouvement était identique à enfoncer un couteau dans la gorge. Sans aucun doute, c’était quelque chose d’inévitable. Et cette vérité donnée par Kagami était la preuve que, non seulement, le Comité d’Éthique agissait, mais aussi qu’il s’agissait d’attaque effectuée par Itsuki Kurogane qui essayait vraiment d’enlever les qualifications d’Ikki en tant que chevalier.

« Incroyable..., » connaissant leur sérieux, Stella n’avait pas pu empêcher ce mot de sortir. « Ikki n’est pas seulement un étudiant ! Pour le coincer comme ça, pourquoi le père d’Ikki, le directeur de la branche japonaise, va-t-il si loin !? »

D’ailleurs, quel avantage y avait-il là-dedans ? S’il dénonçait Ikki jusqu’à ce point, cela ne nuirait-il pas aussi à la réputation de la maison Kurogane ? Quelle était la raison d’enfoncer Ikki dans un tel miasme malgré tous ces effets négatifs ?

« Même si Ikki est son fils..., pourquoi ? » demanda Stella.

« Parce qu’il est ce genre de père. »

La voix qui répondait venait de l’autre côté de la table de la cafétéria de l’école. Il venait directement de devant Stella, un peu comme le son d’une clochette, une voix petite et douce. C’était...

« Parce qu’il est ce genre d’homme, il a fait ça. Et ce n’est pas seulement ce que vous deux avez mentionné, » déclara Shizuku.

« Shizuku…, » murmura Stella.

« En toute honnêteté, ce que le Père pense, et la raison derrière le fait qu’il a tant de préjugés contre Onii-sama sont des choses que je ne comprends pas, parce que cette malhonnêteté est au-delà de ma compréhension. Mais c’est aussi pourquoi rien de ce qu’il fait ne me semble étrange, » déclara Shizuku.

Tout en annonçant des faits aussi froids sans émotion, Shizuku avait posé son plateau avec son repas japonais sur la table. Et elle s’était assise à la table directement en face de Stella.

Alors que Stella hésitait un peu à lui parler quand elle était ainsi, Shizuku parlait en ce moment comme à son habitude. Et parce que Shizuku n’avait pas montré une seule fois son visage après le match contre Raikiri, Stella n’avait pas parlé avec elle depuis — .

« Euh, Shizuku... Je suis désolée. On ne t’a pas parlé de notre relation, » déclara Stella.

Stella savait à quel point Shizuku aimait son frère. Elle allait donc tout accepter venant d’elle, quel que soit le type d’attaque qu’elle recevrait de Shizuku. Stella se contenterait d’y faire face avec résignation.

Mais la réponse de Shizuku avait été d’une légèreté alarmante.

« Ce n’est pas comme s’il y avait un problème, tu sais. Je veux dire par là que j’étais au courant depuis longtemps, » déclara Shizuku.

« Hein ? » s’exclama Stella.

« J’ai pu le savoir d’un simple coup d’œil, » continua Shizuku. « Je savais que la relation entre vous deux avait changé après la nuit de la première bataille d’Onii-sama. N’est-ce pas, Alice ? »

« Hahaha ! Eh bien, c’était délicieusement facile à deviner, » déclara Alice.

« Ouais, ouais. Même moi, je l’avais compris, » annonça Kagami.

« Wôw... ! » s’exclama Stella.

Se sentant un peu gênée, Stella avait baissé les yeux. C’était probablement très facile de dire qu’ils flirtaient. Dans la salle de classe ou dans la forêt, ils avaient essayé de la cacher à la vue de tous, mais...

« Stella-san, tu as ta position. Annoncer ce genre de choses provoque toujours un tollé. Il est compréhensible que vous deux pensiez à ne pas causer une telle perturbation pendant la saison chargée du Festival de l’Art de l’Épée, et même moi, je réfléchirais à deux fois à la meilleure chose à faire. Par conséquent, ce n’est pas comme si nous pensions à te blâmer pour cela. L’essentiel ici, c’est ce que tu feras après ça. »

En disant cela, Shizuku avait tourné son regard vers Kagami qui était assise à côté de Stella. « Kusakabe-san. La discussion s’orientera désormais vers des choses que les personnes qui connaissent ma situation familiale dans une certaine mesure comprendraient, mais... »

« Nyahaha. Une information claire, c’est la vie d’un journaliste, tu sais ? Pour ce qui est de la situation..., » répondit Kagami.

« Dans ce cas, je veux qu’on parle sans rien dissimuler. Dans une telle situation, ça pourrait mener à l’expulsion d’Onii-sama, non ? » demanda Shizuku.

Kagami avait déclaré sans hésitation à l’égard de la question de Shizuku. « C’est peu probable, du moins pour l’instant. »

« Oh ! Mon Dieu, c’est vrai ? » s’exclama Alice.

« Après tout, Alice-chan. Ce n’est pas comme si Senpai et Stella faisaient tous les deux quelque chose de répréhensible, n’est-ce pas ? » déclara Kagami. « Même si nous venons d’en parler maintenant, de simples journalistes ne tiennent pas compte des sentiments de Stella, qui est membre de la royauté, et appellent sa relation un “scandale”, tu sais. Cette histoire a été du début à la fin celle d’une “Princesse de Vermillon qui a trouvé un amoureux pendant ses études à l’étranger. Arg ! Quel genre de personne est-il ? Youpi ! Youpi !” un truc du genre. L’entité qui a voulu transformer de force cela en un “scandale” ne fait qu’instiguer une perturbation inutile. Avec ce genre de magouilles, ces individus manqueraient après tout de légitimité très rapidement. À l’heure actuelle, ils n’ont fait rien d’autre que d’énormes fausses accusations. Et naturellement, ces individus qui comprennent cela font tout pour manipuler la nouvelle situation pour obtenir véritablement ce genre d’impression, et pour ce faire, ils iraient jusqu’à créer un chahut pour ainsi trouver des fautes en créant une enquête. Senpai n’est pas idiot, alors peu importe combien de fois ils essayeront simplement de trouver des fautes en lui, ils ne collecteront probablement rien, et il est difficile d’imaginer que le quartier général de la Ligue choisisse l’expulsion. Parce que la Ligue considère l’expulsion comme un dernier recours. »

« Dernier recours ? Hé ! Kagami, qu’est-ce que tu veux dire par là ? » demanda Stella.

« La Ligue n’a jamais expulsé une personne sans s’enquérir à fond sur un chevalier étudiant. Pour le dire d’une manière que Stella-chan peut facilement comprendre, regardez, qu’en est-il du Kurashiki-kun de l’Académie Donrou ? » demanda Kagami.

« Oui ? » déclara Stella.

« Même avec des gens aussi célèbres qu’il l’est, la réponse de la Ligue se termine par une réprimande, » déclara Kagami.

« ... C’est extrêmement léger, c’est vrai, » déclara Stella.

« Je me demande quelle est la raison pour cela, » demanda Shizuku.

Kagami hocha la tête et répondit à la question de Shizuku. « Les chevaliers qui sont expulsés sont généralement ceux qui sont déjà devenus des criminels avérés. »

Les Chevaliers-Mages qui avaient acquis leur licence étaient, bien sûr, des Blazers qui, en tant qu’étudiants chevaliers, considéraient la manière de réussir dans la vie en utilisant la force de leurs superpuissances. Ce genre de personnes, que leur arriverait-il si leurs privilèges étaient révoqués de façon permanente ? La réponse aurait été qu’ils seraient très susceptibles de devenir des criminels qui utiliseraient leurs capacités Blazer pour des activités illégales. Il s’agissait d’une réalité que les statistiques de nombreuses enquêtes avaient déjà fait apparaître clairement.

« Eh bien, c’est naturel. Bien que cela soit absolument humain pour ceux qui font un tel désordre qu’ils sont expulsés, il est plus sûr d’avoir un chien fou enchaîné qu’un chien déchaîné, n’est-ce pas ? » continua Kagami. « C’est pourquoi la Ligue a voulu établir la règle selon laquelle tous les chevaliers doivent être supervisés, vous savez. Après avoir reçu ce désir de la Ligue, presque tous les pays membres de la Ligue ont créé des lois pour procéder de cette façon avec tous les Blazers de leur pays. Bien que le Japon ait des organisations de défense des droits de l’homme, cela n’a pas vraiment affecté cette demande. »

En faisant cela.

« En expulsant rapidement quelqu’un, la Ligue créerait des criminels d’eux même et, ce faisant, laisserait ces criminels non réglementés. Par conséquent, même la Ligue effectue les décisions d’expulsion très lentement. Et en particulier, les expulsions d’étudiants-chevaliers qui sont encore en position d’apprendre et d’étudier sont des cas extrêmement rares, » déclara Kagami.

Cependant —

« Mais cette fois, il semble qu’un cas rare suffisamment grave pour justifier l’expulsion soit survenu, » continua Kagami. « C’est pour ça que je suis inquiète. Quel genre de souffrance Senpai traverse-t-il en ce moment, et ainsi de suite ? »

L’enquête visait à trouver des fautes dans la façon dont il réagissait par son attitude et son ton. C’était le but ultime du Comité d’Éthique. Mais si Ikki lui-même reconnaissait qu’il avait été irréfléchi, cela deviendrait une vérité que tout le monde acceptait. Cette vérité deviendrait un fort soutien pour son expulsion. Par conséquent, le Comité d’Éthique essaierait sans aucun doute d’obtenir cette conclusion, quelle que soit la méthode utilisée.

Tout le monde avait sombré dans le silence devant les mots déclarés faiblement par Kagami. L’audience du Comité d’Éthique se déroulait dans des profondeurs souterraines où la lumière du soleil ne l’atteignait pas. Cet endroit était le territoire d’Itsuki Kurogane. Et le Comité d’Éthique était une position monopolisée par les générations successives de la lignée de la maison Kurogane. Une terre sacrée, pour ainsi dire. Il n’y avait absolument personne dans les environs, à l’exception des personnes proches de la maison Kurogane. Il n’y avait aucune chance qu’Ikki reçoive un traitement décent dans ce genre d’endroit. Bien qu’il ne recevrait probablement pas de torture physique comme dans une véritable inquisition, ils pourraient utiliser des méthodes pour briser une personne autant qu’ils le voudraient.

Plus Stella y pensait, plus sa tête se remplissait de suppositions désagréables. En vérité, elle n’avait pas dormi décemment pendant deux jours. Chaque fois qu’elle fermait les yeux, elle imaginait le genre de temps que son bien-aimé passait sous terre. Mais c’était...

« ... C’est entièrement ma faute, » murmura Stella.

Si elle avait été une fille normale... Elle n’aurait pas été utilisée par les ennemis d’Ikki. Ce genre de regret inévitable tourbillonnait et se répandait dans son esprit. Elle était devenue le nœud coulant d’Ikki. Une restriction sur sa participation au Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée, elle l’entravait pendant cette période importante. C’était douloureux — .

« Dois-je me séparer d’Ikki... ? » se demanda Stella à voix haute.

De la bouche de Stella, quelques mots s’étaient répandus dans de telles plaintes. « Après tout... n’est-ce pas ma faute ? Si j’étais une fille ordinaire, ce genre de choses... »

« Stella-chan ! » En un instant, ce qui avait pénétré l’oreille de Stella, c’était la voix d’Arisuin dans un cri tranchant.

Sa colonne vertébrale avait frissonné face à cette voix, et Stella avait levé le regard, déconcertée. Et elle avait pris conscience...

Que la pointe d’un glaçon aussi acéré qu’une lance s’était approchée d’elle sous ses yeux.

Stella avait déjà revêtu de façon réfléchie sa robe de l’impératrice et avait bloqué la frappe de la lance glacée en croisant les deux bras. Mais cette frappe avait été rapide et puissante, soulevant le corps de Stella sur ses pieds et faisant frapper son corps en plein dans le mur de la salle à manger, la faisant traverser, et soufflant le corps de Stella complètement hors de la salle à manger elle-même.

« Arggg ! »

« Qu’est-ce que vous faites ? »

La panique avait rempli la salle à manger lors d’une situation inattendue. Au milieu du bruit, Stella avait fait surgir sa capacité personnelle alors qu’elle avait reçu la lance à glace, et...

*Crack*

... elle avait froncé les sourcils en raison de la douleur qui résonnait à travers ses os. Il semblerait qu’un os de son bras avait été fracturé. La flamme de Stella pouvait saisir et vaporiser même une balle de fusil, mais le mieux qu’elle pouvait faire était de faire fondre et d’émousser cette pointe de lance perforante. Une seule personne ici pourrait utiliser la magie de l’eau à ce degré.

« Qu’est-ce que tu fais, Shizuku !? » Stella protégeait son bras blessé et, en même temps, elle rugissait sur Shizuku qui se tenait debout à côté de la table avec Yoishigure dans une main.

Quant à Shizuku...

 

 

« Et je te demande la même chose. Qu’est-ce que tu dis ? » déclara Shizuku.

Les yeux de Shizuku avaient traversé les pensées de Stella et avaient fait trembler la colonne vertébrale de Stella à tel point que ce n’était pas comparable à ce qu’elle avait ressenti juste avant ça.

Le ton de Shizuku était assez calme, et cette expression était aussi composée que d’habitude. Mais les yeux de Shizuku possédaient une brillance froide que Stella n’avait jamais vue auparavant, et tout son corps semblait gelé dans la colère.

« Toi, ne comprends-tu pas la raison pour laquelle Onii-sama a accepté de suivre cette farce ? » déclara Shizuku. « Pour Onii-sama, l’option de s’en tenir au silence et de ne pas répondre à l’audience existe. Dans tous les cas, l’enquête n’est rien de plus qu’une inquisition de nom. C’est une farce qui porte ses fruits. Ces individus n’écouteront rien de ce que leur dira Onii-sama. Sachant cela et faisant face à leur demande, tout cela est parce qu’il ne peut pas supporter que des individus exploitent l’opportunité d’exprimer des intentions vulgaires sur ta relation avec lui. C’est parce qu’il pense que la relation entre vous deux est très importante. Si tu trahis Onii-sama sans comprendre ça, je ne te le pardonnerai jamais. »

Cette fureur glaciale avait rendu Stella très consciente de son propre glissement de langue. « ... Je suis désolée. J’étais stupide tout à l’heure. »

Stella, obéissante, inclina la tête devant Shizuku.

Comment pourrais-je dire une chose aussi misérable ? pensa Stella.

Jusqu’à ce jour, elle n’avait jamais considéré sa relation avec Ikki comme une erreur. Le fait qu’Ikki était au milieu du camp ennemi, c’était la preuve que même maintenant il était encore fier de leur relation. L’intention de l’ennemi était de semer le doute sur la responsabilité d’Ikki, et un adulte qui était appelé chevalier pourrait tenir bon. Par conséquent, si un témoignage négatif comme « c’était imprudent » et « c’était une erreur » était déclaré, il serait impossible de faire une annonce officielle de leur amour. Parce que si des mots comme « je suis un pauvre imbécile qui ne peut pas prendre ses responsabilités » étaient confessés directement par Ikki, ces mots deviendraient une preuve.

{Je t’aime et je veux le dire fièrement devant tout le monde.}

Ikki mettait en pratique les mots qu’il avait déclarés ce jour-là, comme il le faisait toujours. Son amour pour elle était aussi fort. Dans ce cas, que devrait-elle faire ? Face à ses sentiments forts, comment doit-elle y répondre ?

Je ne peux rien faire, pas une seule chose –

C’était —

« Bon sang ! Vous deux, vous détruisez le bâtiment de l’école sans vous en soucier, n’est-ce pas ? »

Soudain, une voix mélangée à un soupir était arrivée depuis derrière Stella et Shizuku. La propriétaire de la voix quelque peu rauque était Kurono Shinguuji, qui s’était frayé un chemin vers eux deux à travers les murmures des étudiants.

« J’aimerais que quelqu’un puisse réparer aussi le corps là, » déclara Kurono.

Alors qu’elle grognait sous son souffle, Kurono était sortie par le trou que Shizuku avait ouvert, et elle avait fait claquer légèrement les doigts.

Après ça, les débris éparpillés de matériaux muraux avaient flotté et s’étaient réinstallés dans le trou que Stella avait percé. C’était comme si quelqu’un avait joué une vidéo à l’envers. En quelques secondes, le grand trou avait été entièrement rempli.

« Ça devrait le faire, » déclara Kurono.

Hochant la tête en approuvant son propre travail, Kurono tourna son regard du mur rempli vers l’endroit où Stella était tombée. Et — .

« Mademoiselle Vermillion. J’ai quelques mots à dire sur l’affaire Kurogane. Voulez-vous venir dans mon bureau ? » Elle avait dit à Stella de venir là où elle travaillait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire