Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 3

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 2 : Mystère à Okutama

Partie 3

Cela faisait déjà cinq ans depuis qu’il avait quitté la maison. Il avait vécu seul pendant si longtemps qu’il était naturel qu’ils maîtrisent toutes les étapes des travaux ménagers, et cela comprenait la cuisine. Par conséquent, Ikki avait pu terminer les tâches qui lui avaient été assignées avec beaucoup de maîtrise.

Pour commencer, il avait fait tremper les pommes de terre une fois pelées dans l’eau pour qu’elles ne noircissent pas et qu’elles ne se désagrègent pas pendant la cuisson. Puis, pendant que les pommes de terre trempaient, il avait pelé les carottes et les avait coupées en petits morceaux, puis il les avait apportés à Touka.

Sur le chemin, Ikki s’était soudainement arrêté.

Touka, vêtue d’un tablier, coupait la viande et hachait l’oignon avec une magnifique technique tout en fredonnant la chanson thème du héros d’un anime connu au niveau national.

Le souffle d’Ikki avait été coupé à la vue de cette silhouette qui donnait l’impression d’une jeune épouse. Cette silhouette, telle une peinture, présentait en elle un sens exacerbé de la beauté.

« Hmm ? Quelque chose ne va pas ? » demanda Touka alors qu’elle le regardait par-dessus l’épaule.

« Ah ! Non, ce n’est rien, » en entendant Touka lui parler, Ikki était revenu à la raison et il lui avait répondu.

Qu’est-ce que je faisais ? ... Tout à l’heure, j’étais englouti dans l’atmosphère entourant Touka-san.

Après avoir vu Raikiri abattre Shizuku avec une puissance écrasante, il n’avait jusqu’à présent rien ressenti à propos de Touka. Malgré ses pensées mystérieuses, Ikki fit disparaître cette question de sa tête et apporta à Touka les légumes qu’il transportait.

« Voici les pommes de terre et les carottes. J’ai trempé les pommes de terre dans l’eau, » déclara Ikki.

« Merci pour le travail. Ils sont si joliment épluchés. Et la découpe des légumes est parfaite, » déclara Touka.

« Puisqu’on se donne la peine de manger dehors, j’ai pensé que ce serait génial d’avoir du curry maison, » déclara Ikki.

« Une étoile d’or pour un score parfait. Kurogane-san, vous êtes aussi bon avec un couteau de cuisine qu’avec une épée, je vois, » complimenta Touka.

« Hahaha. C’est normal, car j’ai vécu seul depuis longtemps. Y a-t-il autre chose que je puisse faire pour vous aider ? » demanda Ikki.

« Non. Je peux faire le reste par moi-même. Donc, vous pouvez faire une pause, » répondit Touka.

Certes, deux personnes au-dessus d’un chaudron ne seraient rien d’autre qu’une source de tracas. Ikki accepta la suggestion de Touka et sortit de la zone de cuisson.

En plein milieu de son déplacement.

« Hahahahaha. Qu’est-ce qui ne va pas, Kouhai-kun [1] ? Étiez-vous fasciné par les fesses de Touka, je me le demande ? » Utakata, qui faisait bouillir du riz dans une marmite en plein air, remettait en question la brève pause d’Ikki quand il avait fixé du regard Touka il y a un instant.

« N-Non ! Ce n’était pas ce que je faisais ! » Ikki avait immédiatement nié cela.

Les fesses de Touka semblaient certainement rondes et douces, et un garçon ne pouvait s’empêcher de se sentir fasciné, mais — .

« Non, ce à quoi je pensais... Je ne le comprends pas vraiment, mais... c’est-à-dire que j’ai été captivé par la vue de Toudou-san en train de cuisiner. Comment le dire plus simplement ? C’était comme si je ne pouvais pas me résoudre à regarder ailleurs, » avoua Ikki.

Utakata fit des « Ohh » et des « Ahh » face à la réponse d’Ikki avec un grand intérêt.

« Vous n’arriviez pas à détourner le regard, n’est-ce pas ? Eh oui. Et même en le réalisant au premier coup d’œil. Kouhai-kun n’est pas vraiment une personne ordinaire, » déclara Utakata.

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda Ikki.

« Vous pensiez que la voir comme ça était quelque chose que vous ne pouviez pas laisser passer, non ? Cette sensation est honnête, vous savez. Cette vue est proche du noyau, la source de la force de Touka, » déclara Utakata.

« La source de sa force ? » demanda Ikki.

« Oui, je regarde Touka depuis le bon vieux temps, et je le sais très bien, » répondit Utakata.

Depuis le bon vieux temps―.

Il y a quelque temps, quand Utakata et Touka avaient échangé un contact visuel, Ikki avait senti une sorte de vieille connexion entre eux.

Ikki avait alors parlé avec franchise de ce sentiment. « Misogi-san, connaissez-vous Toudou-san depuis longtemps ? »

« Hmm ? Ouais. Touka et moi venons du même orphelinat, » répondit Utakata.

« Eh... »

« Il s’agit de la maison Wakaba, l’un des services sociaux développés par la Fondation Toutokubara. Ils ont pris la garde d’enfants sans parents et les ont élevés. Touka et moi étions dans cette institution. Comme Kanata allait et venait aussi à cet endroit, nous sommes tous amis depuis ce temps-là. Nous trois, nous avons fait toutes sortes de choses, » déclara Utakata.

« Est-ce... est-ce que c’est le cas ? » demanda Ikki.

Utakata avait dit cela comme si de rien n’était, mais Ikki avait affiché un peu d’embarras en réponse. Il s’attendait à ce qu’ils soient des amis d’enfance, mais il ne s’attendait pas du tout à ce qu’ils viennent de la même institution.

C’était ce que c’était, et plus que cela, Ikki avait du mal à se décider s’il devait approfondir ce sujet, mais...

La source de la force de Toudou-san.

Les paroles d’Utakata qui l’observait depuis l’enfance, cela susciterait en lui un intérêt sans faille. Quel genre de fille était Touka Toudou ?

C’était pourquoi Ikki lui avait demandé avec audace. « Euh, ça vous dérange de m’en parler, Misogi-san ? Qu’entendez-vous par la source de la force de Toudou-san ? »

Face à cette interrogation, Utakata avait sombré dans un bref silence, puis avait pris la parole. « ... Kouhai-kun, à quel genre d’endroit pensez-vous quand vous entendez le mot orphelinat ? »

« Un établissement où les enfants vivent quand ils n’ont pas de parents... n’est-ce pas ? » demanda-t-il en retour.

« Eh bien, c’est tout à fait exact, mais la partie “je n’ai pas de parents” peut être plus compliquée que ça. Certains enfants perdent leurs parents à cause d’accidents et de malheurs, certains enfants sont jetés par leurs parents... Ces types d’enfants sont encore mieux lotis que certains qui sont presque tués par leurs parents avant que les services à l’enfance ne les séparent... eh, il y en a de toutes sortes..., » déclara Utakata.

« Par leurs parents... c’est ça ? » demanda Ikki.

« Oui, et nos installations de l’époque avaient des enfants dans ce genre de situations vraiment complexes. Et comment dire, l’ambiance était mauvaise. Avec un groupe d’enfants ayant de telles circonstances, blessés et maltraités pour des raisons insignifiantes... tout le monde souffrait. Mais au milieu de tout cela, Touka avait un visage souriant envers tout le monde et faisait toujours de son mieux pour eux. Même si elle était dans le même environnement. Elle lisait des livres d’images pour les petits enfants, et au nom de la directrice de l’orphelinat, elle préparait des plats délicieux... parce que la directrice était une personne très gentille, mais que sa cuisine était insupportablement désagréable, tout le monde était donc super content de ça. Vous comprenez, je pense. Ahahaha. »

« C’était une personne très utile, n’est-ce pas ? » demanda Ikki.

« Au bon vieux temps. Elle était du genre à se mêler des affaires des autres. Et cela même avec le type qui avait failli être tué par ses parents. Celui-là était déjà ingérable quant à sa violence. Il était tellement brisé qu’on ne pouvait rien faire avec lui. Mais peu importe comment il blessait Touka encore et encore, Touka ne pouvait pas l’abandonner, ne serait-ce qu’une fois. Grâce à cela... il a retrouvé son humanité. Il a réussi à récupérer ses émotions humaines. C’est pourquoi ce garçon est toujours reconnaissant à Touka jusqu’à ce jour, et que maintenant, il l’aime beaucoup. »

Utakata baissa les yeux humblement alors qu’il parlait du bon vieux temps. Le ton de l’histoire s’était tourné vers la première personne ici et là. Peut-être... qu’il était probable l’enfant qui avait été presque tué par ses parents était Utakata lui-même.

« Ce type a demandé une fois à Touka. Pourquoi Touka était-elle si forte ? Pourquoi s’en souciait-elle quoiqu’il arrive ? Touka était dans la même situation quant au fait de ne plus avoir de parents. Même si elle était la même que les autres enfants, pourquoi aimait-elle autant tout le monde ? Et Touka m’a répondu, » continua Utakata.

« Mes parents m’aimaient beaucoup. J’ai peut-être eu une famille ordinaire pendant très peu de temps, mais j’ai reçu beaucoup de sourires et d’affection. Avec ces souvenirs, mes parents décédés continuent de me soutenir même aujourd’hui. Grâce à ça, je veux aussi sourire face aux autres enfants. Je veux créer des souvenirs qui peuvent soutenir tout le monde, comme mes parents l’ont fait pour moi. Parce qu’aimer les autres est quelque chose de précieux que mes parents m’ont appris, » telle avait été la réponse de Touka.

Et puis — .

« Exactement comme elle l’a dit, Touka a continué à offrir son sourire et son courage à tout le monde à la maison Wakaba jusqu’à ce qu’elle quitte l’établissement. Elle a continué à nous démontrer, à nous les orphelins, que même nous pouvons devenir de grandes personnes. Et elle continue avec beaucoup d’énergie à le faire comme quelqu’un de très fort parmi les chevaliers étudiants de la nation, Raikiri, » déclara Utakata.

Ayant entendu cela, Ikki avait aussi compris ce qu’Utakata voulait dire lorsqu’il avait parlé de « la source de la force de cette fille ».

C’était de bonnes intentions.

Démontrer une force hors pair, non pas pour elle-même, mais pour les autres. Touka Toudou était une jeune femme qui avait ce genre d’état d’esprit. Ikki avait entrevu et était captivé par un fragment de cela en voyant la silhouette de Touka faisant de la nourriture pour Ikki et les autres.

Par conséquent, il avait reconnu l’information qui ne pouvait pas être négligée, le cœur sur lequel la fondation de sa force a été construite.

« ... Kouhai-kun. Vous êtes fort. Et vous êtes plus franc que ce à quoi je m’attendais. Je ne suis pas au niveau pour rivaliser avec vous en face à face, et je pense que même Kanata ne serait pas à portée de main. Mais quelqu’un comme vous ne peut pas surpasser Touka. La force de Touka est extraordinaire. La raison en est que cette fille sait ce que cela signifierait pour elle de perdre, et combien de personnes pleureraient si cela se produisait. C’est pour ça qu’elle ne peut pas perdre. C’est pour ça qu’elle ne peut pas craquer. Entre vous deux, le poids de la responsabilité que vous portez est différent, » déclara Utakata.

Ikki n’avait pas répondu à ces mots. Son regard avait simplement quitté Utakata et s’était tourné vers Touka qui cuisinait joyeusement, ses pensées se déplaçant dans sa direction. Sur ces épaules délicates se trouvant les espoirs et les prières de beaucoup de personnes. Et à la réponse concernant la force de Touka.

... Certainement, je n’ai pas ce genre de choses.

Ikki était venu jusqu’ici en ne croyant qu’en sa propre valeur. Ne pas compter sur qui que ce soit, ne pas le faire pour qui que ce soit. Travailler simplement pour le bien de son propre rêve. Par conséquent, le poids dont parlait Utakata ne se trouvait pas dans l’épée d’Ikki. Les espoirs de personne d’autre n’y demeuraient.

Cette vérité s’enroulait autour du cœur d’Ikki comme une forme sombre et vague. Et il s’était alors demandé. Son épée, dépourvue de ce poids, était-elle capable de vaincre cette fille ?

Notes

  • 1 Kouhai-kun : Un junior dans une organisation, le contraire d’un senpai. Dans ce cas, un étudiant d’année inférieur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire