Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 3 – Chapitre 1 – Partie 7

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 1: Lorelei VS Raikiri

Partie 7

La voix forte et belle de Stella retentit dans la salle qui avait perdu son enthousiasme de départ. Naturellement, ces paroles étaient également entrées dans les oreilles de Shizuku. Cette voix provenant d’une rivale en amour qu’elle connaissait bien avait frappé ses lèvres en produisant un cri qui voulait sincèrement la victoire de Shizuku. Face à ce cri, Shizuku serra son poing avec assez de force pour bloquer le saignement.

Je ne suis pas vraiment heureuse d’être acclamée par quelqu’un comme vous !

Levant ses sourcils, Shizuku prétendit être forte. Elle sentait dans son cœur qu’elle devait faire ainsi afin d’ignorer une émotion terriblement dérangeante qui la gagnait. Si elle acceptait ça, cela lui donnerait envie d’avoir un changement permanent quand à la relation entre cette fille et elle-même.

Mais si elle essayait de l’ignorer, la voix de Stella avait certainement bouleversé le cœur de Shizuku. C’était l’esprit de compétition.

Stella-san va certainement aller au Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée.

Elle était tout simplement la seule chevalière de Rang-A à Hagun. À l’heure actuelle, elle était quelqu’un de plus élevé que Shizuku, ainsi que Raikiri qui faisait face à Shizuku. Elle ne pensait pas qu’il soit possible que Stella trébuche pendant les sélections. En outre, Ikki qui avait remporté une victoire sur Stella pourrait probablement avancer jusqu’à arriver dans la scène nationale. Shizuku comprenait la force de son frère plus que quiconque. Pour cette raison, elle n’avait aucun doute sur cette vérité.

Par conséquent — elle ne pouvait pas être la seule à perdre ici.

Je vais aussi gagner et avancer. Avec Onii-sama, avec tout le monde, jusqu’au Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée — !

Au moment où elle avait pris conscience de cela, l’esprit combatif de Shizuku qui avait perdu en force en raison d’une infériorité désespérée remonta en flèche. Tout en guérissant son corps blessé, elle tenait sa tête haute et regardait l’ennemi se trouvant sous ses yeux.

« Oh, la concurrente Kurogane qui a été unilatéralement sur la défense n’a pas abandonné la lutte ! » s’exclama la commentatrice. « Elle vient d’effectuer une guérison sur son corps, et a pris une position montrant qu’elle souhaite continuer ! Serait-ce qu’elle a trouvé un moyen de gagner !? »

Elle n’avait rien trouvé de tel. Mais elle avait trouvé sa détermination.

... L’approche de Touka, elle ne pouvait pas la suivre. Quel genre de mécanisme était-ce, Shizuku ne l’avait pas compris, mais elle avait réalisé qu’elle détestait déjà faire face à cela. Dans ce cas — elle ne pouvait pas continuer à se défendre. En plus du fait qu’elle ne pouvait pas voir les mouvements de son adversaire, la tactique de se battre à longue portée avait échoué. Se précipiter jusqu’à une certaine distance ne ferait que rendre la situation encore pire pour elle. Par conséquent, elle devait faire ce qu’il fallait pour survivre, mais seulement afin de la distraire pour pouvoir faire son offensive.

Son adversaire était Raikiri. Le plus haut chevalier de Hagun qui avait une attaque invincible à portée de main. Mais s’il n’y avait pas d’autre moyen de prendre la victoire―.

Je vais le capturer ! Cette invincible proximité !

Shizuku se prépara ainsi et mit ses forces dans Yoishigure.

Mais ne sachant rien de cette détermination, Touka, impitoyablement, sans pitié, pénétra de nouveau dans l’espace mince de la conscience de Shizuku avec Pas Sans Trace...

À ce moment-là, Shizuku se déplaça ! Elle poignarda Yoishigure dans le sol gelé tout en hurlant.

« Byakuya Kekkai !!! » [1]

Avec les paroles de cette incantation, la glace de l’arène avait changé de solide en vapeur en un instant, et était devenue une fumée blanche telle une brume qui avait englouti tout le champ de vision !

Shizuku avait changé sa façon de penser. Si de toute façon elle ne pouvait pas la voir dans cette situation, alors il serait bon de rendre tout invisible. Donc, face aux joules de chaleur, le champ de glace qui ne servait pas à sa fonction s’était déjà vaporisé, se dispersant comme un brouillard épais dans lequel on ne voyait même pas un mètre.

Au milieu de cette brume magique, la seule qui pouvait se déplacer librement était sa créatrice, Shizuku. Sans être capable de voir directement, cette brume était la même chose qu’une partie du corps de Shizuku. Que faisait-il ? Qui était là ? Elle pouvait sentir tout ça. Et cette perception avait sans aucun doute capturé la position de Touka qui avait été arrêtée et manquait d’une technique pour percer ce brouillard.

Shizuku tourna immédiatement autour du dos de Touka.

« Hisuijin. » [2]

Tout en agissant avec le son de la voix, l’eau dans l’atmosphère se rassembla sur le bord d’Yoishigure, et prit bientôt la forme d’une grande épée japonaise. Il s’agissait d’une lame de courant d’eau circulant à haute pression. C’est-à-dire qu’elle avait la force de l’eau qui pouvait passer à travers la pierre goutte après goutte. Si cela était fait avec un tel courant à haute pression, l’eau pourrait se transformer en un outil qui pouvait découper comme dans du beurre même le métal. Pour commencer, pour toute la surface de la Terre, l’on pourrait dire que l’eau avait sculpté sa forme. Il n’y avait rien à sa surface qui n’avait pas été sculptée par l’eau. Shizuku, avec son contrôle magique exceptionnel, avait comprimé la puissance de la Mère Nature dans la forme de sa lame―.

« Faisons-le — ! »

Et elle courut après ça vers Touka. S’agissait-il d’une attaque suicidaire totalement imprudente ? Non, elle avait dans son cœur la conviction de tenir sa victoire. L’attaque aérienne surprise du début, elle ne comprenait pas la raison qui avait permis que Touka puisse voir à travers. Cependant, en utilisant Narukami puis en essayant de l’attaquer avec Hisuijin de la même manière que la première fois, cela ferait qu’il serait impossible de l’éviter. Pourquoi ? Quelle que soit la possession d’une fameuse épée ou d’une puissance de coupe, l’eau était fluide. Narukami, qui avait une forme solide, ne pouvait pas arrêter un tel coup. Hisuijin passerait au travers de Narukami qui irait à sa rencontre pour la bloquer et en final, cela lui permettra de trancher le corps de Touka.

Shizuku pouvait déjà voir cette vision. Pour cette raison, elle avait réduit la distance avec Raikiri avec la conviction qui se trouvait dans son cœur, et―.

« Eh... »

À ce moment-là, Shizuku l’avait vue. Dans la brume, avec une paire d’yeux pointée sur Shizuku qui ne pouvait pas être perçue, la silhouette de Touka qui avait pris une position pour rapidement dégainer son épée était visible. Un flash visible de foudre s’était violemment déplacé depuis la fourrure noire où Narukami avait été replacé avant ça.

Elle le savait. Shizuku vit et se souvint de l’image qu’elle avait vue plusieurs fois. Cette technique libérait une lumière aveuglante. Il s’agissait de son atout qui coupait toute résistance dans un seul flash — !

« ― Raikiri. »

La pulvérisation du plasma, brûlant le monde en blanc. Une chaleur écrasante libérée en un instant.

Shizuku, qui avait lancé un assaut qui ne pouvait pas être arrêté. Elle frappa vers le bas avec Hisuijin avec toutes ses forces.

Raikiri qui avait libéré sa puissance, avec seulement cette vitesse, avait pulvérisé en un instant cette épée de courant d’eau circulant.

Comme si tout jusqu’à présent n’avait été que cela. Le souhait de Shizuku Kurogane ― avait été abattu d’un coup.

Notes

  • 1 Byakuya Kekkai, 白夜結界: « Barrière de nuit blanche » . Une « nuit blanche » est une nuit d’été près du pôle Nord ou Sud dans laquelle le soleil est encore dans le ciel à minuit.
  • 2 Hisuijin, 緋水刃: lame d’eau écarlate

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Laisser un commentaire