Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 7

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Bataille Décisive, Le Chevalier Raté VS Le Mangeur d’Épées

Partie 7

Un plus important bruit d’épée retentit soudainement puis la salle tomba dans le silence complet.

« Haa, haa ! Haa ! » Dans ce silence, Ikki haletait grossièrement. La perte de sang causée par les innombrables blessures qu’il avait subies avait fortement épuisé son énergie. Mais... Ikki n’était pas le seul qui haletait.

« Argg ! Haa, haa, haa. » Même si Kuraudo n’avait pas encore reçu la moindre blessure, il respirait aussi difficilement. La bataille semblait être complètement unilatérale, mais pourquoi était-il presque aussi fatigué qu’Ikki ?

La réponse, Stella l’avait immédiatement compris.

« C’est donc ça ! C’est le point faible de la Contre-Attaque Marginale... ! » déclara Stella.

« Eh, de quoi parlez-vous, Vermillion-san ? » demanda Ayase.

« Regardez attentivement le visage de l’homme au crâne, et vous comprendrez, » déclara Stella.

Ayase regarda le visage de Kuraudo. Il transpirait énormément et, depuis son menton, des gouttes de sueur coulaient tels de petits ruisseaux.

« ... Je vois ! Il s’agit de son endurance ! » déclara Ayase.

« Tout à fait. C’est assez logique maintenant quand on y pense, » déclara Stella. « Cette écrasante Contre-Attaque Marginale qui dépasse le bon sens lui offre bien des avantages. Mais en contrepartie, la consommation d’énergie est vraiment importante. Ikki doit immédiatement avoir réalisé cela et il a agi afin de temporiser le combat tout en encaissant le minimum de blessure et tout cela, afin de réduire son endurance à néant ! »

Comme si c’était confirmer ça, soudainement, Kuraudo grogna violemment. « Fichu copieur...  ! C’était censé aller à mon rythme, mais avant que je ne le sache, je me suis pris au jeu d’endurance de ce salaud ! »

Même si Ikki était à moitié mort et qu’il pouvait à peine tenir son épée, il avait immédiatement vu à travers la faiblesse de la Contre-Attaque Marginale de Kuraudo et il l’avait attiré dans son propre rythme. Ainsi, l’énergie de Kuraudo avait presque été complètement épuisée.

Oui, c’était exactement comme l’avait décrit Stella. Ikki n’était pas le genre de personne à s’asseoir tranquillement alors qu’il était attaqué. Il possédait dans son arsenal beaucoup de méthodes afin de s’opposer à ses adversaires.

Presque comme de la sorcellerie... quel un bâtard ennuyeux, pensa Kuraudo.

Kuraudo avait eu des frissons quand il avait essayé de penser à combien de couches de planification était présente dans les simples attaques et défenses effectuées par Ikki.

En revanche, Ayase était pleine d’admiration envers Ikki. « Comme prévu de Kurogane-kun ! Il peut même se battre là où son épée ne peut pas atteindre son adversaire ! Dans ce cas, il peut être en mesure de gagner...  ! »

Mais lorsqu’Ayase avait levé son poing en raison du bonheur qu’elle ressentait après avoir pensé à la possibilité d’un revirement de la situation, Stella avait montré une expression très sérieuse.

« ... Peut-être, peut-être pas, » déclara Stella.

« Hein !? Qu’est-ce que vous voulez dire ? » demanda Ayase.

« Ce jeu d’endurance était sa dernière carte. Il n’avait pas d’autres options, car il ne pouvait pas changer la distance. Mais c’est tout. Et Ikki est également très fatigué. Il est bien au-delà de sa limite. Dans une bataille prolongée, la possibilité pour lui de perdre est de plus en plus élevée, » répondit Stella.

C’était juste quelque chose qu’il faisait en dernier ressort dans cette situation si désespérément désavantageuse. Donc ce n’était pas une chose qui avait beaucoup de mérite quand à sa réalisation. La seule chose qui pourrait être dite était...

« Eh bien, peu importe qui perd et qui gagne... le prochain coup sera probablement le dernier, » déclara Stella.

C’était la seule vérité.

« ... Ce bâtard... il doit y avoir une limite à l’entêtement... ! » rugit Kuraudo.

« Haa, haa... malheureusement, je déteste vraiment perdre... Et... ça fait longtemps que je n’ai pas été lancé dans une telle bataille... C’est tellement amusant... ce serait dommage de la terminer ainsi, » déclara Ikki.

« Haa... haa... haa... amusant, n’est-ce pas ? Hahahahaha ! Toi aussi, hein ? Tu es assez perturbé dans la tête, toi aussi ! » répliqua Kuraudo.

« ... Ça, je pourrais en dire autant de vous... ! » déclara Ikki.

« ... Ouais, mais il est temps de mettre fin à cela, » déclara Kuraudo.

Kuraudo retrouva une respiration normale puis il redressa son dos. Et il brandissait Orochimaru.

« Le prochain va te faire tomber raid mort, » il déclara cela au guerrier couvert de sang, se tenant debout devant lui. Avec la prochaine attaque... il le tuerait.

Et acceptant ce défi mortel, Ikki souleva joyeusement les extrémités de ses lèvres. « ... Oui, c’est vrai. Je le pense également. »

Il plaça la lame noire devant ses yeux, pointant l’extrémité directement vers la poitrine de Kuraudo. Les deux chevaliers avaient échangé l’engagement d’apporter une mort certaine à l’autre et alors...

« Avant ça, puis-je demander quelque chose  ? » demanda Ikki.

« Quoi ? » demanda Kuraudo.

Avant de terminer le match, Ikki devait demander quelque chose qu’il devait absolument entendre de la bouche de Kuraudo.

 

« Le grand maître à l’épée que nous avons tous deux tant admiré... était-il souriant tout comme nous le sommes actuellement ? »

 

Face à cette question, les yeux de Kuraudo s’écarquillèrent soudainement.

« ... Haha, ne demande pas quelque chose de tellement évident, » il avait répondu comme s’il crachait.

 

« Il n’y a aucune chance que quelqu’un qui est appelé le Dernier Samouraï ne jouirait pas d’un match à mort si excitant que celui-ci, » continua Kuraudo

 

« ... oui, c’est vrai, » répondit Ikki.

Il voulait le savoir. Et il voulait que la réponse soit ainsi. C’est pourquoi Ikki l’avait demandé.

« Je vous remercie pour cette réponse, » déclara Ikki.

Puis, après ça, il se précipita vers son adversaire tout en montrant ses crocs.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire