Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 2

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Bataille Décisive, Le Chevalier Raté VS Le Mangeur d’Épées

Partie 2

Le lendemain soir, Ikki et Stella se dirigèrent vers l’ancien terrain du dojo Ayatsuji guidé par Ayase.

« Cette route, ça me rappelle des souvenirs, » Ikki murmura cela en regardant les vieilles maisons familiales alignées.

« En y pensant, Kurogane-kun, n’êtes-vous pas déjà venu ici une fois afin de défier notre dojo ? » demanda Ayase.

« Exact. Mais j’ai été renvoyé après avoir appris qu’ils ne faisaient plus de telles choses, » répondit Ikki.

« Est-ce que c’était lorsque vous étiez au collège d’Ikki, n’est-ce pas ? Êtes-vous allé dans de nombreux endroits et avez-vous visité beaucoup de dojos ? » demanda Ayase.

« Oui. Peut-être ai-je eu un petit côté malicieux en moi. Quand je pouvais obtenir un peu de temps libre, je voyageais partout dans le pays et je faisais des défis, » déclara Ikki.

« Cela nécessite beaucoup de volonté. Mais Kurogane-kun, n’est-ce pas dangereux ? Un étudiant du collège qui va défier lors de challenges de dojos... n’avez-vous jamais été passé à tabac à cause de cette attitude effrontée ? » demanda Ayase.

« Cela m’est arrivé quelquefois. Parfois, j’ai été battu de tous les côtés par des disciples jusqu’à ce que je sois à moitié mort. Mais je ne pouvais rien y faire vu que j’avais fait quelque chose d’impoli en venant défier leur dojo. Le challenger ne peut pas se plaindre, et cela, peu importe ce que les défenseurs lui font. C’est une règle absolue, » déclara Ikki.

C’est vrai. Il savait que c’était dangereux et le nombre de fois où il avait presque été tué ne pouvait être compté avec ses doigts. Mais à cette époque, il voulait juste devenir fort quoiqu’il arrive. Puisque les adultes autour de lui ne l’aidaient pas du tout, il voulait tout expérimenter, tout absorber et gagner toute la force qu’il pouvait.

Mais même ainsi, il n’avait jamais fait des actes comme le fait d’attaquer des élèves et de contester de force les dojos quand il avait été rejeté par eux.

Tout en se souvenant de ça, les trois blazers avaient quitté la route et ils étaient entrés dans un espace rural mélangé avec des bosquets d’arbres. Devant eux se trouvait une maison solitaire entourée de longs murs.

« C’était... autre fois, c’était ma maison, » déclara Ayase.

Mais maintenant, il était approprié de l’appeler un manoir abandonné de samouraï. Les carreaux étaient tombés. Le bois soutenant la porte était pourri et il s’était effondré. La zone autour de la bâtisse était jonchée de mégots de cigarettes, de boîtes de repas, de sacs en plastique, etc. Les murs blancs maintenant avaient insipide et remplis de graffiti coloré.

« Quels gribouillages insipides ! J’ai entendu dire qu’il y a des personnes avec des compétences impressionnantes pour faire des graffitis, mais ceci, c’est totalement moche, » déclara Ikki.

« ... Je ne pense pas que c’est là que tu devrais être surpris... Quelle pagaille ! » déclara Stella.

Ayase qui les guidait ici avait une expression douloureuse, comme si elle tuait la déception qu’elle ressentait. Son lieu si précieux avait été endommagé à un tel point. Alors, bien sûr qu’elle serait ainsi.

Je dois le lui récupérer, pensa Ikki.

Ikki se résolut encore une fois et sortit une épée de bois de son sac.

« Kurogane-kun... Puis-je vous demander cela ? Comment allez-vous récupérer le dojo ? » demanda Ayase.

« Bien sûr. Je vais directement aller dans le dojo et défier le maître du dojo. Il n’y a pas d’autre façon de faire, » répondit-il.

Après avoir entendu ce qui s’était produit il y a deux ans, Ikki pensait que la façon de faire de Kuraudo était étonnamment correcte. Bien sûr, attaquer les étudiants pour obtenir le droit de défier le dojo n’était pas exactement correct, mais à la fin, tout avait été réglé dans un duel supervisé que les deux parties avaient accepté. En d’autres termes, le bien et le mal, la vérité et le faux... tout cela avait été confié à ce duel. Donc un tiers s’immisçant dans les résultats serait très grossier. Cela serait une insulte envers Kaito.

« Cela te ressemble bien, Ikki, » déclara Stella.

« Je comprends..., mais Kurogane-kun, s’il vous plaît, soyez prudent. Cet homme... le Tueur d’Épées est très fort. Bien sûr en ce temps-là, mon père était malade, mais il était toujours assez fort pour que moi et les autres élèves ne pussions pas même le toucher. Et mon père a perdu, » déclara Ayase.

« Je le sais. Il est aussi l’Atout de Donrou. Ce n’est pas quelqu’un que je peux facile affronter, » déclara Ikki. Ikki prit une profonde inspiration une fois. « Alors, allons-y. »

Se résolvant à avancer, il se dirigea vers la porte de l’ancien dojo Ayatsuji.

Devant la porte en plein déclin et presque effondrée du dojo, environ cinq personnes, probablement des lycéens en tenue grossière, étaient agenouillées et ils bavardaient d’une manière grossière. Parmi eux, il y avait l’étudiant avec une crête sur la tête qu’ils avaient vu au restaurant. Sans doute, ils étaient les laquais de Kuraudo.

« Pardonnez-moi, mais puis-je avoir un moment de votre temps ? » demanda Ikki.

« Hein !? » s’exclamèrent-ils.

Je me demande pourquoi ce type de personnes commence toujours avec des menaces, pensa Ikki.

« ... A-Ah ! N’est-ce pas le lâche du restaurant... ! » Il semblerait que cette personne se souvenait d’Ikki. Il l’avait aussitôt reconnu.

« Hein ? Parles-tu du type dont tu m’as parlé récemment ? » demanda un autre étudiant.

« Ouais, ouais ! Ce lâche-là qui ne pouvait rien dire même après avoir été frappé par Kuraudo, il ne pouvait que trembler ! » déclara le premier étudiant.

« HAHAHA ! Il a l’air trop faible. Il porte l’uniforme Hagun, mais est-ce vraiment un Blazer !? » demanda un autre étudiant.

« Nn ? Mais n’est pas Ayase-chan qui se trouve dans son dos... wôw ! Qui est cette nana rousse totalement chaudasse !? » l’un des garçons oisifs remarqua la présence de Stella et avec un sourire pervers, il s’était approché de Stella.

De l’autre côté, Stella le regardait comme si elle regardait un insecte. Des étincelles rouges commencèrent à apparaître dans l’air.

Ah, c’est mauvais, pensa Ikki.

Avant qu’un cadavre brûlé ne puisse être produit, Ikki avait saisi l’épaule de la personne qui s’approchait de Stella. Il le faisait par bonne volonté, mais l’atmosphère autour d’eux s’était soudainement changée.

« Hé ! Que fais-tu avec cette main, mec ? » demanda-t-il.

« J’essaye juste de vous sauver la vie. Alors, écoutez-moi bien. Je suis venu défier Kurashiki-kun lors d’un duel. S’il vous plaît, guidez-moi jusqu’à l’endroit où il se trouve, » demanda Ikki.

Face aux paroles d’Ikki, leurs yeux s’écarquillèrent un instant, « «« HAHAHAHAHAHAHAHAHHA !!! »» » Et ils se mirent à rire.

« Hey hey hey, tu es sérieux ! Un duel !? Une poule mouillée comme toi ? C’est bien trop drôle ! » déclara l’un d’eux.

« En premier lieu, sais-tu ce que signifie un duel ? » demanda un deuxième.

« Hihihi ! Merde, c’est bien trop drôle ~. »

« Kukukukuh ... Hé, mec. C’est malheureux, mais Kuraudo n’a pas le passe-temps de faire des duels avec les petits froussards comme toi. Alors, pourquoi à la place ne pas nous combattre ? Si tu nous bats alors nous allons t’y conduire... c’est une bonne affaire, non ? »

« Haha, un combat, un combat ! Cela va être trop bien. »

En disant cela, l’un d’eux matérialisa un Dispositif qui ressemblait à un couteau de l’armée et il toucha les joues d’Ikki avec le plat de la lame tout en riant.

Face à cette provocation, Ikki...

Ah, ce sont donc tous des étudiants de Donrou, Hmm..., pensa Ikki.

― Et ainsi, puisque les circonstances allaient dans ce sens, il attrapa soudainement le poignet du voyou.

« C’est correct pour moi, » déclara Ikki.

*Crunch*

Il avait alors affiché un sourire qui pourrait presque être appelé sans cœur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire