Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 8

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 3 : Ayase Ayatsuji

Partie 8

À l’instant où le gong annonçant le début du match fut frappé...

« ... ! »

Avec la vitesse de réaction d’un sprinter, l’épéiste maniant un katana noir se précipita sur Ayase. Pliant son corps afin de s’appuyer encore plus sur le sol, il effectua une course en utilisant tous les ressorts de tout son corps pour le faire avancer et non pas seulement la force de ses jambes. Il s’agissait d’une attaque-surprise à pleine puissance, faisant lever les rideaux sur ce match.

Ayase, qui n’avait pas encore pris une bonne prise sur l’épée japonaise rouge Hizume, ne pourrait pas le contrer.

Mais, tout cela resterait ainsi que s’ils n’étaient que des épéistes. Mais ils étaient tous deux des Blazers !

« Vous vous êtes fait avoir ! » Après avoir dit ça, le Dispositif d’Ayase, Hizume, avait créé une lueur rouge, ressemblant à du sang frais, tout le long de la lame de son épée.

 

... Des jets de sang apparurent en provenance du corps d’Ikki.

 

« Guhh, ahhhhh ! » cria Ikki alors qu’il tomba à genou.

Après avoir un peu plus observé la situation, il semblerait qu’un peu partout sur le corps d’Ikki se trouvait des plaies faites par de longues coupures.

« Qu-Quo-Quo-Quo-Quo-Quo-Quoi ?? Que vient-il de se produire !? » cria Isogai, l’une des deux Présentatrices de cette diffusion.

« Le corps du concurrent Kurogane a soudainement été tailladé de toute part ! Qu’est-ce qui s’est passé !? » demanda Yuuri.

« Oui, qu’est-ce qui s’est passé !? Il y a du sang qui coule un peu partout sur le corps du Chevalier Raté ! » déclara Isogai.

Le public était devenu agité devant la soudaine tournure des événements qui se déroulaient devant eux. Personne ne comprenait ce qui venait de se passer.

Cependant, seul un Blazer pouvait faire quelque chose comme de trancher en dés un adversaire qui était loin. Il s’agissait là de la capacité de l’Hizume d’Ayase Ayatsuji.

Sa capacité était de pouvoir ouvrir les blessures touchées par la lame de Hizume.

En manipulant à volonté les blessures faites par son épée, sa capacité lui permettait de faire de n’importe quelle sorte de petite blessure une blessure mortelle. En d’autres termes, il s’agissait d’une capacité qui permettait d’approfondir les blessures.

Cependant, cela n’était ainsi que lorsqu’elle était utilisée sur les humains. Sa capacité pouvait également être utilisée sur l’atmosphère elle-même. En manipulant les points précis de l’atmosphère qui avaient été coupées par la lame de Hizume, elle pourrait instantanément, ou après un certain temps, créer quelque chose qui était équivalent à des lames de vide.

Il s’agissait de son Art Noble, la Marque dans le Vent.

Avant l’aube, avant d’aller à son match contre Ikki, Ayase était venue dans la sixième arène d’entraînement qui deviendrait la scène de cette rencontre et elle avait déposé l’équivalent de mines terrestres en frappant toute l’arène avec Hizume.

J’ai posé plus d’une centaine de ces marques dans l’arène. Pensa Ayase. Même si Kurogane-kun est un maître quand il s’agit de voir à travers les choses, il n’y a aucune chance qu’il puisse même se défendre contre les attaques qui ne peuvent pas être vues ! En réalité, il est facilement tombé dans un de mes pièges.

Bien sûr, il s’agissait d’une entorse aux règles. Cet acte ne serait pas un problème si elle avait frappé ainsi au cours du match lui-même, mais c’était complètement contre les règles de mettre en place des pièges sur la scène avant que le match m’ait même commencée.

Mais, parce que le kamaitachi ne pouvait pas être vu, il était difficile de remarquer sa tricherie. Elle était inquiète qu’Oreki, qui était un Chevalier-Mage vétéran, puisse être capable de voir à travers cette technique. Mais Oreki n’avait toujours pas annulé le match pour cause de tricherie. Alors...

Je peux le faire ! pensa-t-elle.

Elle avait réussi à tromper Oreki.

Les lames de vide créées par La Marque dans le Vent étaient un sous-produit de la magie conceptuelle. Pour être franc, ceci n’avait pas la puissance pour tuer l’adversaire et donc cela n’était pas un geste décisif. Mais une attaque directe d’Hizume était une histoire totalement différente.

Avec la capacité d’Ayase, le match serait décidé si Ikki recevait la moindre égratignure causée par la lame d’Hizume. Car dès cet instant, elle pouvait faire de n’importe quelle petite coupure une blessure mortelle en l’ouvrant et déchirant la chair jusqu’à ce que l’os soit touché, ce qui serait bien entendu fatal pour sa cible.

En d’autres termes, le but d’Ayase était de bloquer Ikki avec La Marque dans le Vent et de le tuer en utilisant son dispositif.

Si je peux le faire, alors je serai en mesure de gagner, pensa-t-elle.

Le problème était de savoir quand elle pourrait foncer sur lui afin de lui infliger cette blessure.

Car après tout, Ikki n’était pas un épéiste dans la moyenne. Ayase l’avait parfaitement compris par le simple fait qu’elle avait effectué des cours sous sa supervision. À la place, si elle faisait un mauvais mouvement, elle serait certainement vaincue. Elle lui avait provoqué des dégâts avec cette attaque-surprise, mais cela ne le ferait pas tomber. Le seul effet avait été de l’obliger à cesser sa charge. Il était encore sur ses gardes ce qui faisait qu’il était au moins capable de repousser les attaques même quand il était blessé.

... C’est pourquoi c’est encore trop tôt, pensa-t-elle. On ne peut rien y faire pour le moment et ses actions ne signifieraient qu’une chose si Kurogane-kun ne me charge plus dès lors.

Sa charge avait été arrêtée et en retour, il avait fini cette action en recevant plusieurs blessures assez handicapantes.

« Oh ! Le concurrent Kurogane a fait quelques pas en arrière ! A-t-il décidé de reculer et d’essayer de comprendre ce qu’est cette attaque inconnue !? » déclara Isogai.

Je vais en profiter de ça ! pensa-t-elle.

« Gahhhh !? » cria Ikki.

« Ahh !? Comment cela pourrait-il être ? Le concurrent Kurogane vient cette fois-ci de se faire couper depuis derrière lui ! Qu’est-ce qui se passe sur ce ring !? » demanda Isogai.

Ayase avait créé une prison à partir de toutes les frappes qu’elle avait effectuées cette nuit. Il n’y avait nulle part où fuir. Ikki était finalement tombé à genoux après avoir soudainement été coupé par-derrière.

Il avait complètement baissé sa garde et c’était pourquoi Ayase... prit cette chance unique dans sa vie !!!

Je vais maintenant en finir. Tout en pensant ça, Ayase se précipita vers Ikki.

« La concurrente Ayatsuji vient en ce moment de passer à l’offensive à l’instant même où le concurrent Kurogane est tombé à genoux ! C’est vraiment mauvais ! Il ne pourra pas démontrer sa précieuse technique d’épée dans une telle position ! » déclara Isogai.

Ayase avait eu le choix de faire traîner la bataille depuis qu’elle avait créé la prison de frappes, mais elle ressentait en ce moment de la peur.

Car il ne faut pas oublier qu’Ikki avait même pu battre Le Chasseur.

Et il ne l’avait pas seulement battu. La chose importante à retenir dans ce combat avait été le fait qu’il avait réussi à battre Le Chasseur après avoir reçu un grand nombre de blessures et avait même cassé cette fameuse Zone Invisible.

Dans cette lutte, Ikki n’avait pas été en mesure de voir Le Chasseur et cela jusqu’à la fin. Malgré cela, Le Pire avait quand même attrapé Le Chasseur et l’avait vaincu. Ikki possédait une vision vraiment effrayante. Avec cette vision, il ne serait pas étrange pour lui de retracer les pensées d’Ayase et de voir à travers les endroits où avaient été placés les Marques dans le Vent.

Elle ne penserait pas cela s’il était quelqu’un d’ordinaire, mais Ikki Kurogane pourrait le faire. Même si elle l’avait entraîné hors du match et avait réussi à ébrécher son endurance petit à petit, cela serait mauvais pour elle si pendant ce temps, il réussissait à récupérer mentalement.

La partie effrayante au sujet du Pire n’était pas sa force physique, mais sa capacité mentale qui était soutenue par sa perspicacité.

Voilà pourquoi... Je vais maintenant charger ! Ce serait parfait si j’arrivais à le blesser, même légèrement ! Le match serait décidé avec cette unique attaque ! pensa-t-elle.

« Haaaaaaa !!! » cria Ayase.

« Et maintenant, la concurrente Ayatsuji attaque avec force ! Elle charge, charge, chaaaaarge ! Elle est en train de faire pleuvoir sur le concurrent Kurogane un déluge d’attaques avec sa lame écarlate, qui est actuellement à genoux ! Est-ce que le blocage de telles attaques dans une position si instable peut-il être réalisé par le candidat Kurogane !? Ne sera-t-il pas découpé en rondelle sous cette pluie d’attaques !? ... Non !? Qu-Quelle est cette chose ! Le concurrent Kurogane se défend totalement avec la lame d’Intetsu face à cette pluie de frappes rouges malgré le fait d’être désavantagé par le simple fait d’être dans une position instable ! Il ne laisse pas même passer la moindre attaque de la lame qui continue à tomber sur lui depuis le haut ! » déclara Isogai.

« ... Kuh... ! »

Elle ne pouvait pas l’atteindre. Même si tout ce qu’elle avait besoin de faire était de l’égratigner, ce petit peu semblait si loin devant elle. Ayase avait été étonnée par Ikki qui, en dépit d’être dans une position défavorisée, avait bloqué toutes ses attaques en employant des techniques qui utilisaient seulement les poignets.

Comme prévu... du chevalier qui avait même été par certains surnommé le Roi de l’Épée sans Couronne. Il ne la laisserait pas gagner facilement. En outre, Ikki s’était levé tout en bloquant la pluie de frappes.

« Haa ! » cria Ikki.

« Le concurrent Kurogane, tout en bloquant les frappes d’épée de son adversaire dans cette position, vient de se lever et il a finalement effectué une contre-attaque contre son adversaire ! » déclara Isogai.

Il lui lança une large et grande frappe en visant la tête.

Ce n’était pas le style d’Ikki de frapper avec seulement sa force, mais c’était une partie de son plan.

― Ce n’était pas du tout une contre-attaque comme l’avait dit le commentateur.

Même s’il était capable de faire un retour dans le match, le rythme qu’il avait perdu, car il avait reçu tant d’attaques dans cette position désavantageuse ne reviendrait pas si simplement. Ikki voulait simplement créer une certaine distance entre eux, et donc, il avait fait une large attaque. Si son adversaire esquivait, ceci aurait évidemment augmenté la distance entre eux et même si l’adversaire avait reçu l’attaque, il serait encore affecté à cause de la puissance de la frappe et la distance serait quand même créée entre eux.

Cela serait avantageux pour Ikki, peu importe laquelle des deux situations serait choisie par elle. Il s’agissait d’une attaque effectuée avec un plan en tête. Cependant, Ayase avait lu le plan derrière cette attaque !

Maintenant ! pensa-t-elle.

Elle lisait ses mouvements et comprit que c’était une occasion unique de gagner. Le style Ayatsuji à lame unique d’Ayatsu était une école qui se spécialisait dans la contre-attaque par déviation.

Il est donc normalement impossible pour quelqu’un de mon niveau de réellement contrer une frappe d’un Kurogane-kun sérieux, pensa-t-elle.

La maîtrise à l’épée d’Ikki était trop élevée. Si elle avait témérairement essayé de faire un geste, elle serait celle qui se brûlerait les ailes.

Mais l’attaque qu’il venait de faire était une tout autre chose.

Cette attaque intimidante était juste là afin gagner une certaine distance contre un adversaire trop proche. Bien qu’elle fût violente et brutale, elle n’avait pas cette agilité et cette précision qui caractérisait toutes les attaques d’Ikki.

Si c’est face à cette attaque, alors même moi je peux la contrer, pensa-t-elle.

En un instant, elle avait décidé d’agir. Ayase prépara Hizume et plaça sa lame vers l’extérieur afin de pouvoir procéder à son attaque. En même temps qu’elle faisait ça, Ayase avait mis de la force dans ses jambes et avait déplacé son corps vers l’avant, visant à effectuer une contre-attaque. Elle passa devant Ikki dont le haut du corps était à son niveau et elle frappa avec Hizume en visant le torse non protégé d’Ikki.

Je l’ai eu ! pensa-t-elle.

Ayase avait acquis une confiance certaine dans ce jugement.

Mais..., plutôt que d’avoir la sensation de couper la chair abdominale, ce qu’elle ressentit à ce moment-là fut une résistance comme si elle avait frappé quelque chose de dur.

Il a pu bloquer mon attaque ! Comment !? pensa-t-elle.

Même si elle avait glissé sa lame sur le côté, comment avait-il été en mesure de se protéger dans ce moment-là ?

Et la réponse était dans la main d’Ikki.

Il avait bloqué la contre-attaque d’Ayase en utilisant la poignée d’Intetsu.

« Oooooooo ! Au moment où nous pensions qu’il était contré, le concurrent Kurogane a bloqué la contre-attaque avec la poignée de son épée ! Quelle parade incroyable ! » s’exclama Isogai.

« Kurogane-kun a utilisé la même défense dans sa bataille simulée contre Stella-chan. Le blocage d’attaques qui ne pouvait pas être réalisé avec la lame est fait avec la poignée de l’épée. Une défense qui utilise à la fois la lame et la poignée. Comme toujours, il est toujours aussi inexpugnable lorsqu’il se bat au corps à corps, » déclara Yuuri.

... Merde ! Maintenant que j’y pense, Kurogane-kun peut également bloquer de cette manière si étrange... ! pensa Ayase.

Face à l’explication d’Oreki, Ayase fit claquer sa langue. Quel étonnant pouvoir de concentration ! Mais pourquoi était-il capable de maintenir une telle concentration alors même qu’il avait perdu son sang-froid... ?

« Hein !? » s’exclama Ayase.

En y réfléchissant, Ayase, qui venait de tourner sa tête afin de voir l’expression d’Ikki, fut stupéfaite.

Son expression ne contenait même pas un atome de colère ou d’impatience qu’il affichait au début du combat. Ikki avait totalement repris son sang-froid. Il regardait Ayase avec des yeux si tranquille qu’il rappelait une fontaine qui ne créait pas la moindre ride.

Ceci ne peut pas être... Ai-je été attiré dans... !? pensa Ayase.

Ayase réagissait immédiatement face aux frissons qui venaient d’apparaître dans le dos. Elle avait comme décollé du sol afin de gagner une distance considérable par rapport à la zone d’attaque d’Ikki. Elle se plaça ensuite sur ses gardes en pensant qu’une attaque de sa part suivrait. Mais Ikki ne l’avait nullement poursuivi. Ayase se tenait debout à cet endroit, mais aucune attaque n’arriva. Elle pensait qu’elle avait compris de travers ou peut-être qu’elle était excessivement prudente.

Quoi qu’il en soit, on était de retour à la case départ, pensa-t-elle.

Il lui restait encore beaucoup de pièges. Elle ne souhaitait pas une bataille prolongée, mais cela n’aurait pas de sens si elle allait dans une bataille décisive pour seulement se faire mordre par lui.

Comme elle l’avait pensé, elle devait être plus prudente pour le prochain ―.

« ... Je suis content, » déclara Ikki.

En ce moment, le samouraï maniant un katana noir, et qui était son adversaire, soupira comme s’il était soulagé de quelque chose.

« Hein !? » s’exclama Ayase.

Content de quoi ? À propos de quoi ? Alors qu’elle avait augmenté la distance entre eux ? Ayase essayait de réfléchir à la signification de ces paroles.

« Comme je m’y attendais. Ayatsuji-san, vous êtes une personne juste telle que je le pensais, » déclara Ikki.

Ses pensées se figèrent face au sourire d’Ikki qui était rempli de bonheur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire