Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 5

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 2 : Le Crépuscule des Catastrophes

Partie 5

Après qu’Ayase fut partie, Ikki et Stella s’assirent sur un banc près de la piscine.

« Alors, qu’est-ce que c’est que cette chose importante dont tu avais besoin de parler ? » demanda Ikki.

« ... Heu..., » balbutia Stella.

Stella n’avait pas été en mesure de répondre aussi facilement. Eh bien, on ne pouvait rien y faire. Même si elle avait été convaincue par la théorie d’Ayase, quand on en était venu à ce point, nous nous trouvions non plus dans la théorie, mais dans la réalité.

Pourquoi pensait-elle que si elle disait « Je veux faire plus de choses amoureuses avec toi », alors Ikki la détesterait ? Pourquoi ne s’était-elle pas rendu compte qu’Ikki ne la détestait pas pour quelque chose comme ça ? Stella avait immédiatement compris la raison de son manque d’action après avoir vu le visage d’Ikki.

Fondamentalement, elle était embarrassée.

C’est pourquoi elle feignit de ne pas s’en rendre compte, inventant une excuse et mettant la question en attente. Ou peut-être, pensait-elle peut-être qu’Ikki serait le premier à faire un mouvement ? Quelque chose d’égocentrique comme ça. Mais, même si dans le cas présent, elle devait aller de l’avant et lui dire « Embrasse-moi » à Ikki sans rien rajouter de plus...

Il n’y avait aucune chance que je puisse faire quelque chose de si embarrassant ! pensa Stella.

« ... Stella ? » demanda Ikki.

« Ah, D-Désolé ! C’est une discussion importante, n’est-ce pas ? Hum..., » déclara Stella.

Mais tant que ses routes d’évasion étaient bloquées par Ayase, elle devait dire quelque chose...

« A-Ah, Mon-mon maillot de bain ! Le bikini que je porte aujourd’hui, comment était-il... !? » demanda Stella.

« Bien sûr qu’il a l’air très bien sur toi. Tu as un grand sens de la mode et ce genre de bikini te va vraiment à ravir, » Ikki répondit avec douceur à la question que Stella avait inventé sur le coup, affichant toujours son expression aimable.

Mais pour une raison inconnue, ceci avait dérangé Stella. Ayase avait dit que quand il avait vu son bikini à son entrée dans la piscine, il avait eu une expression vraiment indécente. Alors comment pouvait-il répondre aussi calmement maintenant ? Pour une raison inconnue, tout ça ressemblait à une façade.

« ... En fait, j’ai aussi quelque chose d’important à te dire, » déclara Ikki.

« Toi aussi ? » demanda Stella.

C’est inattendu ! Qu’est-ce que ça pourrait être ? se demanda Stella.

Peut-être qu’il voulait aussi un avis sur son maillot de bain. Alors, comment répondrait-elle ? Pour Stella, Ikki était toujours le plus cool, peu importe ce qu’il portait, mais mettre cela en mots n’était pas quelque chose qu’elle pouvait facilement faire — .

« Nous... Hmm... Notre relation, est-ce vraiment bien comme ça ? » demanda Ikki.

« Hein... !? » s’exclama Stella.

« Je pense à ça depuis un moment, mais nous n’avons rien fait en tant que couple... pendant tout ce mois et ça me tracasse..., » déclara Ikki.

Stella avait alors estimé que la température de son corps autour de la zone de la poitrine avait chuté au moins cinq fois en entendant les mots qui étaient sortis de la bouche d’Ikki.

« Nous n’avons rien fait en tant que couple pendant tout ce mois. »

C’était clairement les mots que Stella craignait. La phrase que même le simple fait d’y penser lui faisait peur. Mais à cet instant, son petit ami la lui avait dite. En même temps, la froideur qui accompagnait la compréhension l’éclairait.

Comme je l’ai pensé... Ikki n’est pas satisfait de notre relation actuelle, pensa Stella. Mais il l’a supporté. Pendant un mois entier. Il a perdu son intérêt... en moi.

C’était évident qu’elle réfléchirait à ça en ce moment. Ikki avait déjà Shizuku. Il avait aussi une belle disciple, qui était plus âgée que lui. Il y avait aussi d’autres filles comme Kusakabe et les jolies filles de la classe. Autour d’Ikki, il y avait beaucoup de filles qui le chérissaient. Il ne devrait pas y avoir une raison pour lui de se soucier d’une fille égoïste comme elle, qui ne le laisserait pas la toucher pendant si longtemps.

« ... Alors, je voulais parler de nous deux, » déclara Ikki.

Non !

Elle comprit ce qu’il voulait dire — qu’il valait mieux revenir à leur précédente relation.

Elle ne voulait pas entendre ça. Elle n’avait plus la volonté de parler avec Ikki. Elle ne serait pas capable de le supporter s’il continuait.

Donc Stella ―.

« Je-je le sais bien ! En fait, je voulais parler de ça et non pas de mon maillot de bain ! » déclara Stella.

Se tournant pour ne montrer que son dos à Ikki, sa voix continua à fuir hors de sa bouche.

« C-C’était l’évidence n’est-ce pas. C’était impossible dès le départ ! Pour la royauté et un roturier d’être des amoureux ! Le statut est trop différent ! Même à ton niveau, Ikki, tu préfères les filles comme Senpai qui te permettent de toucher leurs cuisses et les bras, n’est-ce pas ! Plutôt qu’une fille comme moi, qui ne te laisse pas faire ça ! » déclara Stella.

« H-Hein !? A-Attend une minute Stella ! Que dis-tu ainsi !? » demanda Ikki.

« Q-Qu’est-ce que tu veux dire par quoi ! Se séparer, il s’agit de rompre, non !? Tu n’as pas besoin d’une fille qui ne te laisse pas agir comme un amoureux, n’est-ce pas !? » demanda Stella.

« Quoi — !? » s’écria Ikki.

Ikki avait écarquillé les yeux, surpris de ces brusques paroles. Pour lui, il n’avait absolument aucune idée de quelles absurdités Stella débitait.

« C-Ce n’est pas cela Stella ! Il suffit de se calmer et parlons du problème ! » Ikki disait ceci avec un visage pâle comme la mort et avait alors touché les épaules de Stella. Il avait fait ça pour essayer de calmer Stella, mais ―.

« Ne me touche pas ! » s’écria Stella.

Stella écarta sa main avec une véritable volonté de rejet. À ce moment, il vit quelque chose scintiller entre les cheveux rouges déferlants.

Est-ce que Stella pleurait ?

Pour l’instant, Ikki devait savoir pourquoi elle voulait rompre. S’il fuyait maintenant, alors tout serait fini ― alors c’était ce qui l’obligeait à écouter. Mais ―.

« Si j’ai fait quelque chose pour que tu me détestes, alors s’il te plaît, dis-le-moi et je vais m’excuser. Je t’en supplie, » déclara Ikki.

« ... Ikki, tu es celui qui me déteste, » répliqua Stella.

« Ce n’est pas vrai ! Pourquoi as-tu pensé ça ? Je n’ai jamais dit quelque chose comme ça ! » déclara Ikki.

« Je le sais même si tu ne le dis pas ! » s’écria Stella.

« Non, tu ne comprends pas du tout ! Calme-toi, s’il te plaît ! » déclara Ikki.

« Je suis calme ! * Hic * » répliqua Stella.

« Non, tu ne l’es pas ! Pourquoi dis-tu que je te déteste ! Même si tu dis ça, n’est-ce pas plutôt toi qui me détestes ? » demanda Ikki.

Ikki était tout aussi confus à cause de l’étrange situation. Sa bien-aimée Stella essayait de rompre avec lui, alors c’était normal qu’il soit ainsi. Il aimait Stella et c’était la raison pour laquelle il échouait à rester calme. Et sa voix devenait rauque, alors qu’il criait.

« C-Ce n’est pas vrai ! Je t’aime Ikki ! » déclara Stella.

« Non, je suis celui qui t’aime ! » répliqua Ikki.

« Mensonges ! Je suis absolument super amoureuse de toi, Ikki ! Quand je t’ai posé des questions sur mon maillot de bain, tu as juste parlé de mon apparence en utilisant des futilités ! Tu ne te soucies pas du tout de moi comme que je ne t’aie pas laissé me toucher ! Ce regard indécent que Senpai a vu, il est évident que tu regardais plutôt le maillot de bain de Senpai ! » s’écria Stella.

« Quoi !? C’est impoli ! Si tu n’arrêtes pas là, même moi je vais me fâcher !? » s’écria Ikki.

« N’es-tu pas déjà fâché, toi l’idiot ! » s’écria Stella.

« C’est parce que tu n’arrêtes pas de faire de fausses accusations ! Quand la fille que j’aime est si fascinante et séduisante, comment diable puis-je être charmé par une autre femme !? » demanda Ikki en criant.

« Alors pourquoi étais-tu si calme et réservé quand je t’ai posé des questions sur mon bikini !? » demanda Stella.

« C’est vrai que j’ai pu sembler réservé quand tu m’as demandé cela. Mais... mais... il n’y avait aucune chance que je puisse juste aller de l’avant et dire la vérité ! Je ne peux certainement pas avouer que j’étais tellement excité et que mon cœur battait si fortement, que je ne pouvais pas détourner le regard de toi ! Et si après ça, tu me considérais comme un pervers et si tu venais à me haïr ! Et toi aussi, même si tu as dit que tu m’aimes, tu ne m’as même pas tenu la main pendant tout le mois passé ! » répliqua Ikki.

« J’étais semblable à toi, Ikki ! Il n’y a aucune chance qu’une fille puisse dire des choses obscènes si facilement ! Et si tu pensais que j’étais une femme dépravée et que tu étais devenu déçu ! » répliqua Stella.

« Alors pourquoi nous battons-nous comme ça ― !? » demanda Ikki.

« Je ne sais pas, je ne comprends rien ― !! » répliqua Stella.

Les deux acteurs de ce drame avaient continué à crier sans se rendre compte qu’il y avait des personnes se trouvant autour d’eux.

 

« « ... Hein !? » » s’exclamèrent les deux amoureux.

 

Dans le même temps, ils avaient réalisé que leur querelle s’était transformée en quelque chose de stupide.

« A-Ah, excusez-moi, chers clients. Il y a aussi d’autres clients ici, alors si ça ne vous dérange pas, pourriez-vous reprendre votre querelle... ou votre flirt avec votre amoureuse, je ne sais pas très bien quoi, et aller ailleurs où il n’y a pas autant de monde ? » demanda un individu qui devait être le gestionnaire de la piscine.

« « ― !!! » » Ils étaient observés par toutes les personnes présentes. Ikki et Stella rougirent d’un rouge profond jusqu’à la pointe de leurs oreilles en un instant en s’en rendant compte. Quand ils regardèrent autour d’eux, ils pouvaient voir tous les regards braqués sur eux, comme s’ils étaient observés par quelques animaux curieux et inquisiteurs.

« D-Désolé ! » s’exclama Stella.

« Veuillez-nous excuser — ! » déclara Ikki.

Ils se précipitèrent tous les deux dans la piscine des enfants se trouvant juste à côté d’eux. Ils avaient fait un peu plus de 50 mètres, comme s’ils couraient alors qu’ils avaient eu des paparazzi à leurs trousses.

Il n’y avait personne d’autre qu’Ikki et Stella dans ce lieu. Même les enfants n’étaient pas là, car ce n’était pas la bonne période de l’année pour les activités dans la piscine. Ils étaient alors entrés dans une fontaine en forme de parapluie au cœur de cette piscine. L’eau qui coulait là agissait tel un rideau pour que l’intérieur ne puisse pas être vu de l’extérieur. De plus, le bruit de l’eau noyait leurs voix.

Et franchement, ils savaient ce qui allait arriver. C’était un endroit isolé et c’est pourquoi...

« Ikki, s’il te plaît, ne me regarde pas maintenant de cette façon..., » demanda Stella.

« D’accord. Moi non plus, je ne veux pas que mon visage soit vu ainsi, alors cela me va..., » répondit Ikki.

Pour une raison quelconque, ils se sentaient excessivement inquiets. Ceci avait été une sage décision qu’ils s’enfuient ensemble, mais maintenant qu’ils avaient réalisé que la nature de leur échange effectué plus tôt était tout simplement stupide, il était difficile pour eux de se regarder.

... Toutefois―.

« Hé... Stella, » demanda Ikki.

« ... Quoi ? » demanda à son tous, Stella.

« ... Nous deux, en même temps. Ne devrions-nous pas dire ce que nous voulons faire le plus en ce moment ? » demanda Ikki.

« ... Okay, » répondit Stella.

Certes, c’était une querelle idiote, car elle n’avait pas de sens...

 

« « Je veux t’embrasser. » » Ils déclarèrent la même chose.

 

... car ils s’étaient rendu compte que la personne qu’ils aimaient aussi le désirait tellement.

Pendant un moment, ils furent un peu surpris, mais ils se regardèrent. Ce n’était plus embarrassant et ils n’avaient nullement détourné les yeux.

Les yeux d’Ikki reflétaient Stella qui regardait vers le haut, alors qu’elle fermait lentement les yeux. Il y avait encore une larme au bout de ses cils. Ikki l’essuyait doucement et, avec cette main, il toucha les douces joues de Stella.

*Pikun*

Et alors, le corps de Stella s’était raidi. Ses douces joues et ses longs cils d’yeux teints montraient qu’elle était un peu mal à l’aise, mais elle ne se détourna pas. Elle s’était ainsi confiée à Ikki et ceci l’avait rendue tellement heureuse. Elle se sentait tellement aimée...

 

 

Sous ce rideau et les éclaboussures de l’eau, les lèvres d’Ikki se pressèrent contre celles de Stella. Pressé... ce n’était pas tout à fait correct, on aurait pu dire que c’était seulement au niveau où ils se frôlaient l’un contre l’autre.

Mais après ceci, il semblait que leurs lèvres furent en feu.

Bien sûr. Des petits baisers sur les joues avaient déjà été faits à des amis et de la famille, mais ils n’avaient certainement jamais fait de baiser sur la bouche. En d’autres termes, leur relation était plus solide et plus vivante que jamais. Ils avaient prouvé que les mots qu’ils avaient dits ce jour-là n’étaient pas simplement des mots. Leur premier lien était réel et il s’agissait de la preuve qu’ils étaient de vrais amoureux.

« ... Hey, Ikki, » déclara Stella.

« Quoi ? » demanda Ikki.

« ... Ikki, n’aimes-tu pas les filles indécentes qui souhaitent être embrassées ? » demanda Stella.

« Il n’y a pas d’hommes qui n’aiment pas les vilaines filles. Mais Stella, détestes-tu les personnes qui te regardent avec des regards de pervers ? » demanda Ikki en réponse.

« Je les déteste. Je permets seulement à toi de le faire..., » répondit Stella.

Une fois qu’ils s’étaient ainsi avancés, l’hésitation n’existait plus entre eux. La seconde fois fut beaucoup plus profonde et plus puissante que la première.

« Nn... »

Ce n’était pas encore au niveau où on pourrait appeler cela un baiser adulte, mais ils avaient tous deux clairement affiché leur désir envers l’autre qui était leur bien-aimé.

... Et ainsi, malgré la confusion initiale, ce jour était devenu un jour inoubliable pour ces deux-là.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire