Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 11

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 2 : Le Crépuscule des Catastrophes

Partie 11

« ... !? » Ikki se prépara à entendre le son d’une épée. Sans aucun doute, Ayase avait utilisé une certaine sorte de capacité afin de couper quelque chose.

... Mais qu’est-ce qu’elle a coupé ? Se demanda-t-il.

Ikki avait augmenté son niveau de prudence à son plus haut niveau. Il avait concentré sa conscience. Et, en échange d’avoir perdu son sens des couleurs et des sons, il avait mis le maximum de sa concentration dans la reconnaissance de la situation.

Il remarqua immédiatement l’étrangeté de la scène.

En face de lui se trouvait Ayase. Mais derrière elle, la clôture, pour une raison inconnue, s’effondrait vers l’arrière. Pourquoi ? Parce que les crochets de la clôture avaient été sectionnés.

Il n’y avait pas de sons. Elle avait sans doute utilisé une capacité inconnue.

Quel était son but ? Pourquoi a-t-il fallu couper cela ?

Ikki qui était confus tout en ne comprenant pas la raison... avait été poussé encore plus dans la confusion avec ce qui se passa ensuite.

Pour une raison inconnue de lui, Ayase tombait elle aussi en arrière en même temps que tombait la clôture. Elle tombait du toit de l’immeuble de quatre étages.

« Quoiii... !? » s’écria Ikki.

Surprise... Choc... était ce qu’il ressentait, mais il n’avait pas laissé ce nuage obscurcir son jugement.

Il ne comprenait pas le sens de ses actions. A-t-elle échoué ? Où y avait-il un sens derrière tout ça ? ... Il ne pouvait pas le comprendre. Mais, ce n’était pas le moment de penser à des choses comme ça.

Instantanément, une aura bleue avait entouré Ikki. Il avait invoqué à ce moment-là sa botte secrète, Ittou Shura.

Il avait alors poussé sa force à la limite en une fraction de seconde. Il se précipita vers la clôture afin d’attraper Ayase. Ikki, dans son mode Ittou Shura, pouvait facilement atterrir même s’il se trouvait au 4e étage. Mais il ne pouvait l’utiliser plus d’une fois et sa puissance durait qu’une seule minute.

Il courut verticalement sur le mur du bâtiment de l’école. Il attrapa Ayase et la tira contre sa poitrine.

 

« Comme prévu, » déclara Ayase.

« Vous, est-ce pour ça... que vous êtes prête à risquer votre vie !? » demanda Ikki

« Exactement. N’ai-je pas déjà dit que peu importe ce que je devais faire, je devais gagner ? » demanda Ayase. « Si la réponse de Kurogane-kun était la même que la mienne, alors j’aurais pu penser autrement, mais bien sûr, Kurogane-kun est trop “honnête”... Alors je dois utiliser la ruse pour gagner. Kurogane-kun, vous vous battez avec une épée et vous avez aussi un atout, Ittou Shura. Il n’y a aucun moyen que je puisse gagner contre cela. Alors, tout ce que je dois faire, c’est de retirer cette carte maîtresse. J’ai entendu dire que vous ne pouviez l’utiliser qu’une fois par jour. Et vous l’avez désormais utilisé. Le match commence à dix heures. Vous ne pourrez pas récupérer à temps. Même si je ne peux pas vous battre à l’épée, maintenant que vous n’avez plus Ittou Shura, je pourrais peut-être vous battre avec mes capacités de chevalier. »

Ikki abandonna son explication. C’était exactement comme elle venait de dire. Ittou Shura était une technique qui le poussait jusqu’à sa limite. Il utiliserait sa force, ainsi que toute la magie qu’il avait en lui. Pour contrer cela, tout ce qu’elle avait à faire, c’était de lui faire utiliser cette magie avant le match. Il ne pourrait plus l’utiliser. Mais...,

Ai-je tort ? Ne l’ai-je pas bien comprise ? pensa-t-il.

Ikki pensait vraiment qu’Ayase était une travailleuse honnête et dure. Qu’elle ne serait pas capable de faire quelque chose qui crachait sur le travail dur d’un autre comme ça ! L’Ayase qui était fière de l’épée de son père, qui était heureuse d’être un peu plus proche de l’enseignement de son père, qui agissait parfois comme un enfant simplement en apprenant quelque chose de nouveau, n’était-ce qu’une façade ?

« ... Quand j’ai vu Ayatsuji-san pour la première fois, j’étais heureux qu’il y avait quelqu’un d’autre que moi dans cette école qui soit si dévouée à l’épée. Je pensais qu’on pourrait devenir amis, » déclara Ikki.

« Je suis vraiment reconnaissante pour vos conseils jusqu’à maintenant. Je vais tout utiliser pour vous vaincre, Kurogane-kun, » répondit Ayase.

« Je ne pensais pas que vous étiez le type à faire ce genre de chose, » répliqua Ikki.

« Je serai troublée si vous outrepassez vos attentes à mon sujet, » répondit Ayase.

« ... ! Le “Mangeur d’Épées” vous a peut-être pris quelque chose, » répliqua Ikki. « Mais ce que vous avez fait, Ayatsuji-san, est une insulte non seulement pour moi, mais aussi pour Stella, pour Shizuku ainsi que tous les autres participants du festival ! C’est une insulte à ce dont nous sommes fiers ! C’est une insulte même pour vous, Ayatsuji-san ! Tout ceci, pour ramener ce quelque chose. Même si vous le repreniez, pourriez-vous être fier de vous-même ? Pouvez-vous fièrement vous vanter d’avoir obtenu des récompenses après ces actes !? »

« Ce n’est pas quelque chose sur quoi vous devez vous inquiéter, » répondit-elle simplement.

Ayase ignora complètement les questions d’Ikki, qui semblait comme s’il était en deuil.

« Peu importe ce que vous dites, je vais certainement vous battre. Ceci ne serait pas comme si je ne voulais pas le faire, » répliqua Ayase.

Et après lui avoir dit ça, elle lui tourna le dos. Ce dos n’était pas si loin, mais il le sentait si éloigné. Bientôt, il fut incapable de le voir.

[Juste au cas où, Ikki, tu devrais avoir la détermination de couper les liens avec elle. Si tu agis dans cette situation avec légèreté, tu risques de ne pas être en mesure de gagner un match que tu es sûr de gagner.]

Il se souvenait de ce qu’Arisuin avait dit plus tôt. C’était exactement ainsi. Avec ce genre de sentiment complexe, son esprit d’épéiste serait affecté.

Alors, devrait-il le couper ? Ses liens avec Ayase. La couper, la couper... l’oublier, était-ce vraiment bien ? ... Avec ça.

« ... »

L’effet secondaire d’Ittou Shura passa dans son cœur comme les nuages ​​d’un orage.

Tout en s’agenouillant là, Ikki, une fois de plus...

« Merdddddddeeeeeeeee !!! » s’écria Ikki.

... Cracha une insulte dirigée contre personne tout en frappant la pelouse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire