Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 1 – Chapitre 4

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Début de la bataille

***

Chapitre 4 : Le Début de la Bataille

Partie 1

Les batailles de sélection de l’académie Hagun pour le Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée commencèrent le lundi, une nuit après l’affaire concernant la Rébellion.

{Eh bien ! Il est enfin temps que cela commence ! Sur le programme de cette journée d’ouverture des batailles de sélections, nous avons une nouvelle étudiante de Rang B. Elle descend directement du grand héros Ryouma Kurogane. Ceci sera la première bataille pour la concurrente nommée Shizuku Kurogane !}

Cette annonce venait d’être faite par l’un membre du club de radiodiffusion de l’Académie Hagun et elle fut accueillie par les acclamations provenant de nombreux étudiants qui avaient suivi les nouvelles concernant Shizuku, la deuxième meilleure étudiante des premières années.

{Son adversaire se trouve être un étudiant de troisième année qui a participé à la confrontation interscolaire de l’hiver dernier contre l’Académie Donrou. À ce moment-là, il avait gagné contre le représentant de Donrou pour le Festival, Azukiyama Michiyuki. C’est un chevalier de Rang C et donc, tout le monde est impatient de le voir dans le Festival de cette année. Voici donc le concurrent Shigenobu Suga ! Le fait d’avoir un si jeune chevalier qui fait face à un tel étudiant expérimenté de dernière année. Wôw ! Quel début difficile ! Est-ce que cette supernova de la prochaine génération va nous montrer sa force !? Ha ! La cloche annonçant le début du match vient de retentir... quoi !? Le concurrent Suga a immédiatement commencé à attaquer !}

Un Dispositif composé de deux épées emplies d’électricité se trouvait dans les mains de Suga.

« Dommage pour toi, la Supernova. Ma capacité étant la foudre, il s’agit là de l’ennemi naturel de l’eau que tu utilises. Il est donc dommage pour toi de m’avoir en tant qu’adversaire, mais ne m’en veux pas pour ça — ! Hakuraijin [1] ! » déclara Suga.

Avec une expression triomphante, Suga projeta vers elle une frappe de foudre sur une Shizuku qui ne bougeait pas d’un pouce.

« Shouha Suiren. » répliqua-t-elle.

Shizuku venait ainsi d’essayer de se défendre en utilisant un mur d’eau. Comment pourrait-il la protéger contre la foudre ? Pourtant, l’Art Noble de Shizuku put bloquer le puissant courant électrique sans aucune difficulté.

« Quoi !? » s’exclama Suga.

{P-pour une raison inconnue, la foudre n’a eu aucun effet ! Commentatrice Oreki, que vient-il de se produire là !?}

{* Kof kof *. Probablement qu’il s’agit là d’une utilisation de l’eau ultra-pure...} répondit Yuuri Oreki.

{De l’eau ultra-pure ?} demanda la présentatrice.

{Oui... tout le monde pense que l’eau perd automatiquement face à l’électricité, n’est-ce pas ? Mais il s’agit là d’une erreur. Lorsque l’eau perd face à l’électricité, cela est uniquement dû aux impuretés présentes dans l’eau sous la forme d’ions et de microbes qui rendent ainsi l’eau conductrice. Mais l’eau devient de moins en moins conductrice quand elle devient de plus en plus pure, et cela jusqu’à ce qu’elle devienne ultra-pure, formant ainsi un isolant absolu que l’électricité ne peut en aucun cas franchir.} Expliqua Yuuri Oreki.

{Oh... je vois... ? Alors pourquoi les autres utilisateurs de l’eau ne copient-ils pas cette tactique ?} demanda la présentatrice.

{Ce n’est pas qu’ils ne le font pas, c’est plutôt qu’ils en sont incapables. Éliminer complètement les impuretés au niveau des ions est au même niveau que tamiser la poussière d’or se trouvant dans le sable d’un désert. Seul le niveau de contrôle magique de mademoiselle Shizuku lui permet de réaliser une telle technique. Si un chevalier ordinaire essayait de copier de telles choses, son esprit serait épuisé avant même de pouvoir le réaliser. * Toux * comme on pouvait s’y attendre de celle qui est considérée comme la deuxième plus puissante parmi les premières années... * guh * !} expliqua Yuuri Oreki.

{Whoa! Ceci doit bien être la troisième fois que vous crachez du sang aujourd’hui ! Est-ce que cela va... Madame Oreki !?} demanda la présentatrice.

{Aah, je-je vais bien, je vais bien. Si je prends mes médicaments, je vais aller mieux... Aah, je me sens déjà mieux...} répondit Yuuri Oreki.

{Madame Oreki ! Madame Oreki ! Le médicament vous fait-il marmonner votre discours ? Allez-vous vraiment bien maintenant !?} demanda la présentatrice.

{Je vais bien... C’est juste quelque chose que je dois effectuer pour faire face à cette maladie... Heuuu !} répondit Yuuri Oreki.

{Professeur ! Tout devient complètement n’importe quoi là !} s’écria la présentatrice.

Quel débat chaotique ! Quoi qu’il en soit, Shizuku semblait insensible aux attaques de foudre. Quelle sera désormais la réaction de Suga, maintenant qu’il l’avait compris ?

« Merde ! Si ceci est vrai, alors je dois prendre une certaine distance, » déclara Suga.

Mais Shizuku annonça sereinement sa réplique.

« Et comment comptez-vous vous retirer ? » demanda Shizuku.

{Ah ! Comme c’est choquant ! Les pieds du concurrent Suga sont totalement gelés au niveau du sol ! Il ne peut plus se déplacer maintenant !} s’écria la présentatrice.

« Suiroudan [2], » déclara Shizuku.

Shizuku projeta alors une sphère d’eau d’une trentaine de centimètres de large à partir d’Yoishigure et l’orbe vint frapper Suga en plein dans son visage, s’arrêtant en plein air, couvrant ainsi totalement sa tête. Suga essaya de l’attraper ou de l’enlever cette orbe, mais l’eau n’étant pas solide, il ne pouvait pas le prendre dans ses mains. Il chercha alors désespérément de l’air tout en donnant l’impression de griffer le liquide, mais la seule chose qu’il réussit à faire fut de projeter un peu d’eau partout autour de lui. Et assez rapidement ―.

« ... Gah... »

Au moment où les poumons de Suga eurent utilisé tout l’air contenu à l’intérieur, ses mains devinrent molles, et Shizuku le libéra enfin de sa prison aqueuse. Il s’était déjà effondré sur le sol de l’arène et au même instant, l’arbitre fit son annonce.

« Shigenobu Suga ne peut plus se battre ! La gagnante est donc Shizuku Kurogane ! »

{Le match est terminé ! Face à un attribut élémentaire incompatible, la concurrente de première année Kurogane a pris la victoire en affichant une différence énorme quant à leurs techniques !} annonça la présentatrice.

Toussant modestement, Shizuku tourna son regard et fit un petit geste en réponse à Ikki qui se tenait dans l’un des sièges des spectateurs, alors qu’il lui faisait un signe pour ainsi marquer sa victoire.

« Ce n’était vraiment pas une grosse affaire, » déclara Shizuku.

Puis elle tourna son attention vers le tableau d’affichage se trouvant au bord de l’arène.

... Un moment approprié pour régler le différend devrait venir bien assez tôt.

Notes

  • 1 Hakuraijin, 白雷刃 : « La Lame Blanche d’Éclair »
  • 2  Suiroudan,水牢弾: "l’Orbe-Prison d’Eau"

***

Partie 2

 

Tandis que Shizuku se battait dans la quinzième arène d’entraînement, un nombre quatre fois plus important de spectateurs étaient réunis à la septième arène où la princesse étrangère Stella Vermillion, la numéro une des nouveaux étudiants de cette année et qui avait déjà reçu un surnom de la part des étudiants de l’académie, allait avoir son premier match.

« Allezzzzz ! Momotaniiii! »

« Vous êtes imbattable dans un combat au corps à corps ! Vous le savez bien ! »

« Montrez-nous la puissance d’un étudiant de classe supérieure ! »

{Les encouragements démontrent un soutien du public vraiment incroyable ! La place du concurrent, le « Char Lourd » Momotani est bien parmi les dix plus populaire de l’école et ceci est clairement visible devant nous. Maintenant, va-t-il nous faire son mouvement qui est devenu sa signature et qui lui a permis d’éjecter hors de l’arène bon nombre de chevaliers lors de ses précédentes apparitions ? Son « Attaque Lourde » offerte par son Dispositif rare de type Goliath !} déclara la présentatrice.

Takeshi Momotani, un géant d’un mètre 90 et massif tel un roc, était pour son premier match l’adversaire de Stella. Poussé par les cris d’acclamation du public et en prévision de l’affrontement avec son adversaire, il abaissa son corps lourdement blindé dans une position lui permettant d’effectuer une charge, avec une de ces épaules pointées directement vers son adversaire. Mais, après avoir pris cette position, Momotani ne bougea plus d’un iota.

« Momotani, quel est le problème !? Faites-la voler comme vous le faites habituellement ! »

« Cette fille a même perdu face à un Rang F ! Quelqu’un comme vous est bien assez fort pour pouvoir la vaincre, n’est-ce pas !? »

Ses amis et camarades de classe se moquaient d’elle, mais quant à Momotani lui-même,

C’est facile pour vous les gars de dire ça, mais comment suis-je censé faire face à ça... ?

― il était terré à la limite d’une mer de flammes qui se propageait sur presque la totalité de l’arène. Stella, son adversaire, se tenait au centre de cette mer, habillée d’une robe flamboyante couvrant tout son corps. La chaleur de son souffle de dragon grillait Momotani jusqu’à l’intérieur de son armure en dépit d’être à plus de dix mètres d’elle. Il comprit pour la première fois l’extraordinaire puissance que Stella possédait. La lutte contre un tel adversaire reviendrait à se jeter directement dans un four allumé.

Stella se mit à parler à un Momotani immobile. « Il semble que vous ayez un meilleur jugement que cette bande bruyante se tenant derrière vous. Cette rencontre est une vraie bataille et si vous venez m’affronter, alors vous ne subirez pas juste une douleur illusoire. Tout en gardant ceci à l’esprit, vous devriez vraiment réfléchir avant de prendre une décision. »

Que ce soit à cause de sa propre hésitation ou du raisonnement qu’il venait d’entendre, Momotani prit ses conseils très au sérieux.

« ... J’abandonne, » annonça Momotani.

{Q-Qu’a-t’il dit !? Le prétendant Momotani, sans même faire un pas depuis le début du match, a tout simplement abandonné !} s’écria la présentatrice.

{Hahaha ! Comme c’est pitoyable ! Honteux ! Mais c’est aussi très sage ~ !} déclara Nene Saikyou.

À la décision de Momotani, une petite enseignante se tenant au poste de commentateur et portant un habit d’un rouge éclatant, se mit à rire grossièrement depuis son siège avant de déclarer quelque chose qui pourrait être interprété, soit comme une insulte, soit comme une louange.

{Que voulez-vous dire, Saikyou-sensei ?} demanda la présentatrice.

{Après tout, il n’y a aucune chance qu’il puisse surmonter un tel monstre ! Allez-vous lui demander de battre jusqu’à ce qu’il soit brûlé à mort ? Il ne peut pas ! Et donc, dans tous les cas, abandonner dès le départ est la bonne action à faire ! Hahahaha !} déclara Nene Saikyou.

{U-Umm, Saikyou-sensei, je pense que vous devriez choisir vos mots avec un peu plus d’attention...,} déclara la présentatrice.

Les étudiants se tenant à proximité furent incapables d’ignorer les mots provenant de Nene. Ils la regardaient avec des visages tendus et menaçants.

{Wahaha. Oh non ! Ça devient super dangereux ici. J’ai peur et donc je vais devoir fuir ~.} s’écria Nene Saikyou.

Nene quitta rapidement la salle des présentateurs.

{Ah, attendez, Saikyou-sensei ! La journée est loin d’être finie ! Vous partez trop tôt ! Qui allons-nous avoir pour faire les commentaires si vous n’êtes plus là !?} s’écria la présentatrice.

... Il s’agissait là d’une couverture médiatique pour ce match plutôt désordonné, n’est-ce pas ?

Stella quitta alors l’arène dans la stupéfaction de ce qu’elle venait d’entendre. En route ―.

{Err... tout à l’heure, nous avons reçu des nouvelles de la deuxième plus forte des premières années qui a eu un combat dans l’arène numéro quinze. Shizuku Kurogane a obtenu une victoire parfaite face à son adversaire, l’étudiant de troisième année, Shigenobu Suga !} annonça la présentatrice.

― elle avait entendu parler de la victoire de Shizuku. Eh bien, elle ne pensait pas que Shizuku perdrait contre ce genre d’adversaires.

{Mais quelle force ! Les étudiants de première année de cette année ont complètement écrasé leurs aînés lors de leur match ! Ils ont débuté leurs premiers matches sans être touchés une seule fois ! Les nouveaux étudiants de cette année sont vraiment quelque chose ! Avec eux, atteindre le sommet des sept étoiles pourrait même être possible !} annonça la présentatrice.

***

Partie 3

« Félicitations Stella, » déclara Ikki.

Après que le premier jour des combats de sélection fut terminé, Ikki accueillit Stella quand elle revint dans sa chambre. Sa réponse fut monotone, mais de la façon dont son nez se crispa, elle ne sembla pas ignorer complètement son salut.

« Haa ! Eh bien ! Si je dois me battre dans ce genre de compétition, je devrais au moins pouvoir gagner, » répondit Stella.

« Après tout, c’est dommage que je n’aie pas pu voir ton match, » déclara Ikki.ki)

« J’ai simplement incendié quelque chose de superflu, comme d’habitude ! » répliqua Stella.

« Mais c’est décevant de constater que je n’ai pas pu venir te voir, » déclara Ikki.

« ... Je suis celle qui est déçue, » déclara Stella.

« Hein !? Qu’as-tu dit ? » demanda Ikki.

« R-Rien ! Nous ne pouvions pas éviter cela vu que le match de Shizuku était prévu dans le même créneau, mais la prochaine fois, vient voir sans faute mon combat ! » déclara Stella.

« Bien sûr, bien sûr. Quoi qu’il en soit, n’es-tu pas revenue un peu tard ? » demanda Ikki.

« Le combat a été une telle déception et comme je ne savais pas quoi faire avec mon trop-plein d’énergie, alors je suis allée à la salle de gym pour une séance d’entraînement, » répondit Stella.

« Je vois. Mais c’est vraiment super que toi, Shizuku et Alice aussi, que vous ayez tous gagnés, » déclara Ikki.

Le match d’Arisuin avait eu lieu dans la quinzième arène d’entraînement juste après Shizuku et il avait battu une deuxième année de Rang E en une dizaine de secondes. Bien qu’Arisuin s’était décrit lui-même comme désavantagé dans un affrontement direct, sa performance avait clairement montré qu’il était digne d’être choisi en tant que colocataire de la deuxième meilleure étudiante de première année.

« J’ai aussi pu voir la force d’Alice dans la lutte contre la Rébellion, mais il a gardé son pouvoir et ses compétences offensives secrets. Ce genre de savoir-faire pourrait être une mauvaise affinité contre toi, » déclara Ikki.

« Je ne vais pas perdre, peu importe qui est mon adversaire. Je veux dire... tu ne devrais pas plutôt être inquiet pour une autre personne ? » demanda Stella.

« Ah, haha. Je pense que oui, » répondit Ikki.

Ikki reporta son attention sur le match qu’il regardait à la télévision avant que Stella n’entre. Dans ce match se trouvait présent le prochain adversaire d’Ikki, Shizuya Kirihara.

« Toujours sur l’enregistrement de ce type-là ? Tu n’as pas arrêté de le regarder depuis hier, n’est-ce pas ? » demanda Stella.

« Ouais. Je pense que je devrais comprendre ses mouvements autant que possible avant mon match, » déclara Ikki.

L’enregistrement était une vidéo qu’il avait demandée et reçue de la fille du club de journalisme Kagami Kusakabe. Il s’agissait là des images d’un combat lors du premier tour dans le Festival des Épées de l’année dernière. Dans ce document, Kirihara avait tourné autour de son adversaire et il avait tiré en continu ses flèches. Son adversaire avait cherché partout Kirihara avec un air ahuri jusqu’à son effondrement causé par la perte de sang, incapable de se battre, alors même que Kirihara se tenait là, à deux pas de lui. Pourquoi ? Tout simplement, car son adversaire ne pouvait pas le voir.

« Un camouflage furtif sans failles qui masque la présence de son utilisateur, La Zone d’Invisibilité [1]. Il s’agit là de la puissance de son Dispositif, Oborotsuki [2], » expliqua Ikki.

« Ceci ne va pas t’aider, peu importe combien de fois tu regardes les tactiques de ce mec, » déclara Stella.

Stella regarda dédaigneusement l’enregistrement et Ikki compris immédiatement les raisons de son humeur. Le contenu de l’enregistrement était vexant. Au lieu de voir deux prétendants s’affrontant dans un match, il s’agissait là plus comme d’un tireur qui allait dans un stand de tir faire des cartons.

« Cependant, cette méthode est très efficace. Il n’a pas pris une seule égratignure dans tous ces combats auxquels il a participé au cours de l’année dernière. Kirihara-kun est fort, » déclara Ikki.

« ... Mais n’est pas étrange ? Ce gars a prétendument combattu dans le Festival de l’Art de l’Épée de l’an dernier, mais n’a pas été en mesure de devenir le Roi des Épées des Sept Étoiles. Comment a-t-il perdu ? » demanda Stella.

« Lors du deuxième tour. Mais il s’agit là d’une perte par abstention, » répondit Ikki.

« Abstention ? » demanda Stella.

« Kirihara-kun n’a tout simplement pas combattu un adversaire qui pouvait neutraliser le pouvoir de sa Zone d’Invisibilité. Sa capacité est forte, mais les attaques de zones fonctionnent très bien contre lui. Il ne peut pas lutter contre des personnes qui ont un moyen de frapper d’un seul coup toute la superficie de l’arène. Comme toi par exemple, tu peux facilement transformer l’arène en une mer de flammes, non ? » répondit Ikki.

« Je vois. L’Invisibilité n’a pas d’importance face à une attaque qui couvre tout le champ de bataille, » déclara Stella.

« Oui ! Et donc il n’y a aucun doute permis qu’il se retirerait du combat s’il devait face de quelqu’un comme toi. Parce qu’il possède ce style de combat qui est inapproprié pour un chevalier, le monde lui a donné le surnom de “Chasseur”, » répondit Ikki.

« ... Pfff ! Ce n’est pas un surnom très cool. Je n’ai aucun opposant que je n’oserais pas affronter, et cela même si je dois en subir plus qu’une légère réprimande. En comparaison, ce garçon est vraiment un trouillard, » répliqua Stella.

Kirihara était fort aussi longtemps qu’il était en sécurité. De plus, son style infligeait énormément de souffrances inutiles à son adversaire en évitant les attaques mortelles pour ainsi atteindre ce but. C’était ce qui avait rendu Stella malade en voyant simplement ces images.

« Mais... je comprends pourquoi tu dis qu’il s’agit là de ton pire adversaire, » déclara Stella.

« C’est vrai ! Il est après tout mon ennemi naturel, » répondit Ikki.

Ikki avait besoin d’une technique de zone pour vaincre la Zone d’Invisibilité, mais il n’en avait pas. Il possédait certainement une technique supérieure à l’épée, un corps trempé dans l’acier et des compétences au corps à corps très importantes, mais toutes ses attaques étaient à courte portée et l’étendue de ses possibilités était limitée à la mêlée.

Le Dispositif de Kirihara, Oborotsuki, était un arc, une arme à longue portée, alors Kirihara sera toujours celui qui faisait le premier pas dans ses duels. Et plus que toute autre chose, la carte maîtresse d’Ikki, Ittou Shura ne pouvait être utilisé qu’une fois par jour, avec une durée strictement limitée d’une seule minute. Et cette capacité était vraiment inutile contre des capacités spécialisées dans l’évasion.

Sur l’écran, l’adversaire de Kirihara venait d’être transporté sur une civière. Stella, dont ces yeux pouvaient comme voir quelque chose de tragique arriver à Ikki demain, parla avec anxiété.

« Est-ce que cela va aller, Ikki ? » demanda Stella.

« Peut-être que tu es inquiète ? » demanda Ikki en réponse.

À la question décontractée qu’il lui avait adressée, le visage de Stella se mit à rapidement rougir.

« Je ne suis pas vraiment inquiète pour toi ! Je suis seulement inquiète pour le cas où tu ne gagnerais pas, car je devrais devenir la copine de cette personne ! Être ton esclave est vraiment horrible, mais être la petite-amie de ce gamin arrogant est encore bien pire que cela ! » répliqua Stella.

« Ce pari est quelque chose que toi, Stella, tu as décidé par toi-même, n’est-ce pas ? Il est troublant si tu me rends responsable de tout ça. Après tout, je t’ai demandé de t’arrêter, » répliqua Ikki.

« Euh... mais... tu es un idiot. C’était tellement frustrant comme situation, » répliqua Stella.

« Hein ? Mais... quoi ? » demanda Ikki.

« R-Rien ! » s’écria Stella.

Stella détourna subitement ses yeux d’Ikki, et bien que ses mots furent un peu trop enfantins, il avait compris qu’elle voulait tout simplement qu’il gagne.

« Eh bien ! Je n’ai nullement besoin des excuses de Kirihara-kun, mais je ne veux pas que tu me voies me faire vaincre, » déclara Ikki.

« As-tu un plan ? » demanda Stella.

« J’en ai un, » Ikki déclara cela sans aucune hésitation. « J’ai déjà trouvé un moyen de le battre. »

Kirihara était la recrue numéro un de la génération d’Ikki, un adversaire coriace dont la très puissante capacité avait fait de lui le représentant du Festival de l’école en dépit d’être une première année. Mais même ainsi, Kirihara n’avait pas passé le deuxième tour. Alors comment Ikki pourrait-il atteindre le sommet s’il trébuchait contre un tel adversaire ? En outre, le Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée nécessitait de sélectionner les six meilleurs combattants de l’Académie. Son enseignante principale, Oreki, avait dit que les participants devraient se battre au moins lors de dix matches, voir même plus, ce qui signifiait que ceux qui restaient invaincus tout le long de ce cheminement pourraient avoir à combattre une vingtaine de fois. S’il était battu dès maintenant, alors peut-être qu’il ne pourrait jamais avoir la moindre chance d’aller jusqu’au bout.

De plus, s’il était battu dès le début, tout ce qu’il avait enduré jusqu’à maintenant perdrait tout son sens. Il ne pouvait pas se permettre cela.

« Je vais à coup sûr gagner ! » déclara Ikki.

Bien qu’Ikki semblait légèrement différent des jours précédents, mais ses mots forts purent satisfaire Stella. En fait, avant que Stella ne revienne dans sa chambre, Nagi Arisuin l’avait appelé pour qu’elle vienne auprès de lui après que son propre match fut terminé. Arisuin avait transmis à Stella ses inquiétudes quant à savoir si Ikki serait nerveux au cours de son premier match, mais cette attitude énergique montrait probablement qu’il allait très bien. Stella avait le mieux compris la véritable force d’Ikki.

« C’est donc très bien. Tu vas certainement battre ce gars. Tu as donc déjà jeté la cuillère [3], » déclara Stella.

« Non, non, jeter la cuillère est le contraire de ce que je fais actuellement, » répliqua Ikki.

Le japonais de Stella était vraiment très bon, mais sa connaissance des proverbes et des mœurs était quelque peu douteuse, comme vis-à-vis de son discours concernant le seppuku.

« Quoi qu’il en soit, n’est-il pas temps pour aller dîner ? Moi, je suis affamée, » demanda Stella.

« Ouais ! J’ai déjà assez vu cette vidéo, alors allons-y dès maintenant, » déclara Ikki.

« Les Japonais mangent du curry avec des escalopes de porc dans des moments comme celui-ci, non ? » demanda Stella.

« ... Heuu, non, nous ne faisons pas vraiment ce genre de chose. Des nouilles comme d’habitude seront vraiment très bien, » répondit Ikki.

Les deux quittèrent alors la chambre du dortoir pour aller ensemble jusqu’à la salle à manger et c’est ainsi que le premier jour des matches se termina, comme un lundi tout à fait normal.

Notes

  • 1 Zone d’Invisibilité : 狩人の森, Kariudo no Mori (« La Forêt du Chasseur »).
  • 2 Oborotsuki, 朧月 : « La Lune Brumeuse »
  • 3 Jeter sa cuillère : il s’agit là d’un proverbe japonais qui signifie qu’on admet sa défaite. Littéralement, il s’agit d’un médecin jetant sa cuillère de médecine, car il ne peut pas traiter une maladie incurable.

***

Partie 4

{Désolé Kurogane. Je ne peux plus rester ami avec toi.}

 

Avant que le soleil ne soit levé, Ikki était déjà réveillé. Ikki fut surpris d’avoir été ainsi réveillé par ce terrible rêve. Ses mains s’étaient serrées involontairement et ses paumes étaient moites.

Pourquoi ai-je fait un rêve sur quelque chose s’étant déroulé l’année passée ?

Ces mots d’excuse résonnaient encore dans l’esprit d’Ikki bien qu’il soit réveillé. Il voulut alors aller s’aérer un peu la tête. Et donc Ikki descendit de sa couchette et quitta la pièce, tout en faisant attention à ne pas réveiller Stella qui dormait paisiblement dans son lit.

Il est un peu tôt pour aller courir...

L’air avant l’aube était froid, comme c’était souvent le cas en ce début avril, mais ce froid était confortable pour un corps couvert de sueur.

« Vraiment, je me demande pourquoi je me suis souvenu de cela après si longtemps ! » se demanda Ikki à voix haute.

Bien que personne ne soit là pour lui répondre, Ikki laissa quand même cette question sortir.

 

{Le personnel de l’école trouvera suspecte toute personne étant amicale avec ce gars.}

Depuis combien de temps cette rumeur avait-elle commencé ? Quand est-il devenu un étudiant solitaire qui ne pouvait pas prendre part au cours de combats, avec l’excuse fallacieuse de « il lui manque la capacité, et donc il est dangereux de le laisser pratiquer dans la moindre activité » ? On ne lui avait donné aucun choix et même si peu de personnes connaissaient vraiment l’attitude du personnel, tout le monde la soupçonnait.

{S’associer avec Ikki va vous causer des ennuis.}

Si une telle rumeur se répandait autour de vous, alors, bien sûr, toutes les personnes l’entendant gardaient leur distance.

« Je me souviens. C’était justement là-bas, » murmura Ikki.

Ikki regarda à travers une des fenêtres du couloir du dortoir qui donnait sur le bas de la cour. Il s’agissait d’un lieu avec une pelouse des plus luxuriantes. Après que tout le monde commença à prendre au sérieux ces rumeurs, quand tout le monde sauf son colocataire était déjà parti loin d’Ikki, une personne inhabituelle avait appelé Ikki au cours de l’un de ses déjeuners. Cette personne n’était nulle autre que Shizuya Kirihara, le meilleur élève de la génération d’Ikki et une superstar qui était apparue dans le Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée en dépit d’être une première année.

En vérité, Ikki avait déjà une mauvaise impression de Kirihara. Contrairement aux étudiants ordinaires qui étaient restés loin d’Ikki et n’avaient jamais cherché la bagarre, Kirihara ne condamnait pas Ikki quand ils étaient face à face, mais il le faisait dans la salle de classe et partout où il pouvait, avec toujours une tonne de filles qui le suivaient. Il diffamait Ikki avec assez de force dans le seul but qu’Ikki puisse parfaitement l’entendre. Il propageait aussi des rumeurs défavorables concernant Ikki à tous ses camarades de classe et était directement responsable de plusieurs actes de harcèlements qu’il avait déjà subis.

Pourquoi ? Ikki ne se souvenait pas d’avoir attiré l’inimitié de Kirihara. Il n’y avait probablement pas de véritable rancune. Comme personne ne défendait Ikki à cette époque, Kirihara avait simplement eu l’idée que de jouer avec Ikki était correct parce qu’Ikki était le genre de personnes inutiles qu’on pouvait trouver n’importe où. Kirihara devait probablement penser qu’affronter Ikki était simplement une chose naturelle à faire.

Ikki comprit qu’il n’avait rien de bon qui puisse arriver lors d’une interaction entre eux deux, et donc, que cela sera automatiquement une conversation sans valeur qui en découlerait.

{Combien de temps vas-tu continuer de cette façon à tolérer les mots des enseignants comme quoi ils ne reconnaîtront jamais ta véritable capacité, même si tu devais souffrir pour le restant de ta vie ? Maintenant, il est temps de faire un duel contre moi, non ?} demanda Kirihara.

Si Ikki avait eu un combat loyal contre Kirihara, qui était lui-même apparu lors du Festival des Épées, les enseignants n’auraient certainement plus été en mesure de nier la capacité d’Ikki ? Il s’agissait là d’une proposition qui aurait pu l’aider... mais Ikki ne pouvait pas accepter cela. Bien qu’ils soient au sein de l’école, les combats sans la permission de l’enseignant étaient sévèrement réprimandés. Si Ikki n’avait été même qu’un peu entaché par un tel scandale, le directeur qui était fortement lié au clan Kurogane l’aurait expulsé avec joie. Et c’était bien là le véritable but de Kirihara. À cette époque, il y avait même des signes montrant clairement que de nombreux enseignants étaient présents dans la zone. Il s’agissait, sans nul doute, des copains du directeur qui avaient toujours mal traité Ikki depuis son entrée dans l’école. Peut-être qu’ils étaient directement derrière les actes de Kirihara. Comprenant ceci, Ikki avait alors décliné l’offre avant de commencer à quitter les lieux. Mais alors ―.

{Ne dis pas cela. Je suis inquiet pour toi en tant que camarade de classe,} déclara Kirihara.

― Kirihara se mit en position avec son Dispositif Oborotsuki, prêt à tirer contre un Ikki qui lui tournait le dos. Ikki avait refusé le défi et donc, il n’avait pas invoqué sa propre arme.

« Ouais ! Je fus vraiment surpris par ce qui arriva à ce moment-là..., » murmura Ikki.

Il fut surpris que personne n’intervînt, aussi bien parmi les étudiants se trouvant à proximité que parmi les enseignants qui attendaient de voir ce qui allait arriver. À l’époque, Ikki n’avait même pas encore réalisé sa propre situation. Il ne savait pas encore comment son isolement allait être écrasant.

Les professeurs semblaient attendre qu’Ikki agisse en réponse à la provocation de Kirihara, car selon eux, l’expulsion était sûrement la meilleure manière pour réaliser la demande du clan Kurogane qui était qu’Ikki ne soit jamais un Chevalier-Mage professionnel. Ikki savait bien sûr cela et donc il avait simplement encaissé toutes ces attaques sans jamais invoquer Intetsu. Et même s’il avait essayé d’esquiver la moindre attaque, quelqu’un aurait pu interpréter sa tentative de fuite comme une intention de combats, alors il n’avait même pas essayé de partir.

Ikki avait simplement laissé les flèches de Kirihara le frapper dans son dos, lui faisant perdre connaissance en ce lieu... et ainsi, la preuve de son refus de se battre avait bien été filmée par une caméra de sécurité de l’école et il ne put être blâmé pour cette affaire. Mais la punition de Kirihara fut seulement un avertissement et des excuses forcées qu’il dut réaliser. Il était clair depuis le début que le directeur avait au préalable fait un accord secret avec Kirihara.

« En pensant à cela, quelle année sans valeur aura-t-elle été, n’est-ce pas ? » se demanda Ikki à voix haute.

Mais les harcèlements n’avaient même pas diminué après ce moment-là, ils étaient simplement devenus de plus en plus sévères et malveillants. Et ainsi, beaucoup d’étudiants rendirent la vie d’Ikki un enfer et peu à peu l’atmosphère créée par les enseignants, ainsi que le groupe de Kirihara qui augmentait de jour en jour firent que même la dernière personne qui avait été l’ami d’Ikki, le garçon qui était à ce moment-là le colocataire d’Ikki, se détourna avec une expression si douloureuse. Ikki n’avait alors nullement exprimé de colère, mais il se rappelait clairement des regrets qui avaient presque éclaté à ce moment-là. Après ceci, ils avaient tout simplement cessé de se parler l’un et l’autre. Si son colocataire avait commencé une conversation, Ikki n’aurait probablement pas été en mesure de l’ignorer. Mais comme cela n’arriva jamais, Ikki l’ignora avec diligence tout au long de l’année. Puis après ça, ce garçon passa en deuxième année, de sorte qu’Ikki qui devait quant à lui recommencer à zéro l’année, ne l’avait plus jamais revu, mais ―.

« Mais je me demande pourquoi ai-je fait ce rêve après si longtemps !? » (Ikki)

Toute cette époque était déjà derrière lui et Ikki ne s’en souciait pas assez pour s’en remémorer au cours de ses rêves. Et donc, sans doute ceci avait dû ressurgir après avoir reparlé avec Kirihara après si longtemps.

Eh bien, il n’y a plus besoin d’y repenser, n’est-ce pas ?

Ceci n’avait plus rien à voir avec le présent. Ce directeur avait disparu et plus personne ne faisait obstacle à Ikki. Seuls ses propres efforts décideront désormais de son avenir.

Soudainement, une lumière chaude brilla sur l’un des côtés du visage d’Ikki. Une lumière dorée et vive qui éclata en provenant de la fenêtre du dortoir, et il vit alors la silhouette du paysage urbain se trouvant au-delà de la fenêtre. Évitant de regarder directement la lumière vive qui annonçait le début de la journée, Ikki ressentit certainement ce que représentait cette journée.

Il s’agissait du début des matches du groupe H. Et donc, aujourd’hui, tout d’Ikki Kurogane sera testé dans l’adversité.

***

Partie 5

Le matin, l’école commença comme d’habitude, car les batailles de sélection ne commenceraient qu’à partir de l’après-midi et continueraient ainsi jusqu’au soir. Le tour d’Ikki était à une heure et demie. Il s’agissait là de l’une des premières rencontres de la journée, un moment délicat où le déjeuner était encore fermement ancré dans l’estomac et ce jour-là, il venait de terminer son pouding fourni par la cafétéria de l’école. Avec Stella, Shizuku et Arisuin, il alla ensuite à son match qui se déroulerait dans la quatrième arène d’entraînement.

Il était déjà une heure. Dans l’arène, le match avant Ikki avait déjà commencé. Les personnes venaient toujours plus tôt et attendaient une fois arrivées à l’arène, mais il restait encore une bonne vingtaine de minutes avant qu’il doive y aller. S’asseoir dans les sièges de spectateurs pour un petit moment et regarder les combats d’autres personnes avec des amis proches de lui n’était probablement pas une mauvaise idée. Stella et Shizuku avaient toutes deux l’intention de le faire. Mais Ikki ne voulait pas.

« Je vais aller un peu plus tôt à la salle d’attente, » déclara Ikki.

Stella cligna des yeux en entendant ça.

« Hein !? Ne viens-tu pas regarder quelques matches avant ça ? » demanda Stella.

« Non, en ce moment, je veux me concentrer sur mon propre combat, » répondit Ikki.

Ikki s’était déjà préparé pour le combat contre Kirihara. Et il avait horreur de troubler son esprit en regardant le match de quelqu’un d’autre.

« Eh bien, je vais y aller, » déclara Ikki.

« S’il te plaît, triomphe, Onii-sama. Je crois en toi, » déclara Shizuku.

« Puisque tu m’as dit hier que tu allais gagner, alors je ne te pardonnerai jamais si tu réalises une mauvaise performance, » déclara Stella.

« Soyez prudent, d’accord ? » demanda Arisuin.

Renvoyant un clin d’œil à chacune de ces trois différentes formes d’encouragement, Ikki se dirigea vers la salle d’attente.

***

Partie 6

« Ikki Kurogane, première année de la classe Une ? Votre identité a été confirmée. Voici votre terminal étudiant. »

La réceptionniste en face de la salle d’attente venait de compléter les formalités pour le match à l’aide de son terminal informatique.

« Avant que le premier match ne se termine, je vais vous expliquer les règles pour les batailles de sélection. Ces batailles utilisent le même format de véritable combat que lors du Festival des Sept Étoiles : Un duel en un contre un. Il n’y a aucune limite de temps. Comme il s’agit d’un véritable combat, la Forme Illusoire n’est donc pas utilisée, et donc, il est possible que la vie des participants soit en danger. Des professeurs ainsi que des membres du personnel sont présents dans l’arène pour prévenir de tels incidents et en fonction de la situation, l’arbitre peut aussi arrêter le match, mais la sécurité absolue n’est néanmoins pas garantie. Après avoir pris ces risques en compte, si vous êtes toujours déterminé à participer, veuillez appuyer sur le bouton “Oui” se trouvant sur l’écran du terminal. Sinon, s’il vous plaît, appuyez sur le bouton “Non”. Cependant, une fois que vous aurez appuyé sur “Non”, vous ne pouvez plus rejoindre les matches de sélection, donc s’il vous plaît, choisissez avec soin. »

Ikki pressa sur le « Oui » sans montré la moindre hésitation.

« Wahaha ! Un jeune homme qui prend une rapide décision, je vois — . ♪ »

« ... ? » s’exclama Ikki.

Une voix enjouée fit alors se tourner Ikki sur lui même et là, debout derrière lui, se trouvait une petite fille portant un kimono blanc à motifs de fleurs ainsi qu’un haori rouge [1] très voyant. Les caractéristiques spécifiques de cette innocente jeune fille étaient un kimono très ouvert qui ne lui correspondait pas. Cette combinaison donnait une impression terriblement enfantine, mais Ikki savait qu’elle n’était nullement une étudiante.

 

 

« Nene Saikyou-san... n’est-ce pas ? » demanda Ikki.

« Ohh ? Tu connais mon nom ? » demanda Nene.

« Tout le monde dans cette école connaît le représentant japonais des Jeux olympiques de l’an dernier et aussi le meilleur candidat de la KOK, la “Princesse Yaksha” [2], » répondit Ikki.

« KOK » était le « Sommet des sommets pour les Chevaliers (King of King) », une compétition entre Blazers se faisant face à face. Il s’agissait là du sport le plus populaire dans le monde avec, disait-on, des recettes de diffusions de plus de trois milliards de yens pour chaque année [3]. Tous les Mages-Chevaliers savaient tout de cette personne, qui était à la fois une étoile resplendissante ainsi qu’une célèbre athlète très active qui était considérée comme étant la plus forte de la région Asie-Pacifique. Après cela, elle était aussi devenue un sujet récurrent ​​dans de nombreux talk-shows, car elle avait une vie privée assez infâme. Mais ceci n’était pas quelque chose qu’il devrait mentionner en face de la personne en question, mais...

« Mais pourquoi est-ce qu’une professionnelle active se trouve dans un endroit comme celui-ci ? » demanda Ikki.

« Bien sûr, je suis venue uniquement dans le but de te rencontrer, Ikki Kurogane... — kun, » répondit Nene.

« Moi ? » demanda Ikki.

« Oui, oui. Depuis que Kuu-chan... ah, je devrais plutôt dire devant toi Shinguuji, m’a parlé de toi, je me demandais quel genre de Rang F était la personne dont Kuu-chan avait les yeux rivés dessus, alors je suis venue ici pour la voir en personne, » déclara Nene.

« Haa... Mais je pensais que l’académie avait complètement restreint l’entrée des personnes provenant de l’extérieur, » répondit Ikki.

« Ceci n’est pas un problème. Après que Kuu-chan ait fait virer tous ces enseignants si inutiles, elle n’avait plus suffisamment de collaborateurs, alors je suis venue pour l’aider pendant mon temps libre puisque nous sommes de la même génération. J’ai même reçu une nomination officielle en tant qu’enseignante, » expliqua Nene.

« Je vois, c’est ainsi que cela s’est fait ? » déclara Ikki.

Ikki avait instantanément compris ce que tout cela sous-entendait, car il savait aussi que le personnel enseignant de l’ancien directeur avait été massivement restructuré au moment où Kurono avait pris ses fonctions. Nene hocha la tête.

« Après ceci, eh bien, je voulais aussi pouvoir profiter de l’occasion pour goûter à quelques jeunes gens si délicieux... ha, attends. Peut-être que je ne devrais pas dire quelque chose comme cela ? Fait plutôt comme si je n’avais rien dit, » déclara Nene.

« Je n’ai rien entendu, » répondit Ikki.

« Wahaha. Mon garçon, j’aime les hommes qui ont du tact. J’aime aussi les hommes galants. Une prompte et forte décision est aussi très attrayante. Tous les matches avant le lycée utilisaient la Forme Illusoire, de sorte que beaucoup d’enfants paniquent lorsque leurs combats à l’école se transforment en de véritables combats, n’est-ce pas ? » déclara Nene.

Les combats réels étaient toujours accompagnés d’effusion de sang. Même dans les batailles de la ligue KOK, il n’était pas rare de voir des bras et des jambes coupés et envoyés valsés. Ces blessures étaient bien entendu soignables grâce à l’utilisation de capsules IPS, mais le spectacle des membres sectionnés était pour beaucoup quelque chose de dévastateur mentalement. Les nouveaux étudiants avaient naturellement peur à cause de ces mêmes images. Cependant, Ikki secoua négativement la tête.

« Je connaissais déjà tout cela depuis que j’ai décidé de devenir un Chevalier-Mage, » répondit Ikki.

« Même si tu le sais, il est dans la nature humaine de perdre son sang-froid. Pourtant, ton courage est digne d’être celui dont Kuu-chan a posé les yeux dessus, hein ? Et en regardant de près, tu as vraiment un visage merveilleusement mignon. N’est pas vrai, mon garçon ? » demanda Nene.

À ce moment, le mètre de distance séparant Ikki et Nene disparut instantanément.

« Hein !? » s’exclama Ikki.

Ikki fut surpris que quelqu’un puisse arriver aussi proche de lui d’une manière totalement inattendue. Nene s’était alors gracieusement collée contre la poitrine d’Ikki et maintenant, elle fit tourner sa tête vers lui, affichant un regard séducteur.

« Que dirais-tu d’une leçon spéciale et privée ce soir directement dans ma chambre — ? » demanda Nene.

« Salope ! Que fais-tu à mon élève ? »

Une voix menaçante vint alors de derrière la tête de Nene. Sa propriétaire n’était nulle autre qu’une femme renfrognée portant un costume, la directrice Kurono Shinguuji.

« Wôw ! Quelle surprise ! Arrête ça Kuu-chan. Arriver ainsi debout derrière moi si soudainement. J’aurais pu te tuer avant que je ne réalise qui c’était, » répliqua Nene.

« Comment pourrais-tu me tuer même si tu avais essayé ? Ceci mis à part, qu’est-ce que tu fais ici ? Tu étais censée faire des commentaires et de la surveillance à la quatrième arène d’entraînement, non ? » demanda Kurono.

« Ah oui ! Mais ce match était ennuyeux, donc comme j’avais un peu de temps libre, je suis venue pour inspecter un peu le favori de Kuu-chan et peut-être tenter la chance de cueillir une fleur, » déclara Nene.

« C-Ce n’est pas comme s’il s’agissait de mon préféré ! » s’écria Kurono.

Kurono semblait un peu gênée par la déclaration de Nene, alors elle attrapa les cheveux de Nene en créant ainsi un bruit sourd et Ikki put voir que son regard avait une expression inhabituelle.

« Désolée, Kurogane. J’ai troublé votre concentration avec cette si étrange querelle, » déclara Kurono.

« N-Non. J’étais juste un peu surpris, mais je vais bien, » répondit Ikki.

« Elle va retourner dès maintenant à son poste, alors ne vous inquiétez pas au sujet des absurdités qu’elle vient de débiter. Hé ! Retourne donc à ton poste, toi, l’indécence publique ! » s’écria Kurono.

« Ouais ouais ! J’ai compris, j’ai compris. Donc, cesse de me traîner par mes vêtements ! J’ai déjà compris ! » cria Nene.

Kurono tira Nene plus loin, et son action générait le son d’un objet traîné sur le sol. Alors qu’Ikki les regardait ainsi partir, Kurono lui laissa un dernier message par-dessus son épaule.

« Je l’ai déjà dit il y a quelque temps, mais n’exagérez pas trop au cours de ce combat, car ce soir sera une soirée de célébration avec tout le monde, » déclara Kurono.

Ses mots sous-entendaient qu’il gagnerait.

« Wahaha. On ne peut rien y faire si les plans ont déjà été établis, non ? Dommage, dommage. Si c’est comme cela, alors montre-moi un combat divertissant. Ton match est en plus celui que je vais surveiller, » déclara Nene.

Un mince index sortit alors de la longue manche de Nene et fut pointé dans la direction d’Ikki. Nene laissa flotter un petit rire au coin de sa bouche et c’était ainsi qu’elle quitta la pièce avec Kurono, ses sabots faisant un bruit de frottement alors qu’elle était traînée.

Quel était le sérieux de tout ça... ? Que cette personne est vraiment une personne illisible.

Cependant, son corps émettait une grande puissance.

En un instant, elle s’est collée à moi avant que je ne puisse m’en rendre compte.

Ikki n’avait jamais ressenti ceci auparavant. C’était une expérience inconfortable de voir quelqu’un qui avait été capable se rapprocher de lui sans être en mesure de réagir. C’était probablement une sorte d’art martial classique, peut-être une variété d’un jeu de jambes issue d’une ancienne lignée d’arts martiaux japonais. Il ne savait pas exactement quel genre de technique c’était, mais ―.

« ... Euh, ceci n’est pas bon si je ne me concentre pas sur le match qui est juste face de moi en ce moment, » déclara Ikki.

Un jeu de jambes qui utilisait un contact les yeux dans les yeux avec un adversaire pour ainsi rendre la distance difficile à estimer. Il s’agissait là d’une technique intéressante, mais il n’y avait probablement aucune chance qu’il puisse s’entraîner à cela pour le moment, et donc, il supprima ses pensées concernant cela afin de se préparer pour son important match.

Tout en se concentrant sur sa préparation, Ikki entra dans la salle d’attente. Il y avait là-bas plusieurs casiers et bancs, ainsi que de grands miroirs apposés contre les murs. C’était par ailleurs un espace plutôt morne avec vraiment rien d’intéressant à voir. Cependant, à l’intérieur de cette pièce, il y avait également une petite porte qui créait une étrange pression sur Ikki. Au-delà de cette porte se trouvait l’arène où débutera bientôt sa première bataille.

Je suis enfin arrivé ici, hein ?

Le Roi des Épées des Sept Étoiles, et c’était la route qui menait au sommet en tant qu’étudiant-chevalier. Cette étape commençait enfin. En venant ici... beaucoup de choses étaient arrivées au cours de ce long chemin. Famille, temps, amis... il avait perdu beaucoup de choses. Néanmoins, il avait continué à marcher vers l’avant sans jamais renoncer et il était arrivé à ce moment-là tant attendu. Au-delà de cette porte, son combat contre Kirihara l’attendait. Toute cette douleur et ses sacrifices étaient-ils utiles ? Maintenant, il était devenu rendu à l’instant où il pourrait obtenir sa réponse, mais ―.

 

*Bo-Bouuum*

 

« Hein !? » (Ikki)

Son cœur avait comme soudainement bondi.

Q-Qu’est ce... que c’est ?

Son champ de vision s’était mis à trembler d’une manière incontrôlable. Les couleurs étaient devenues floues comme dans une peinture à l’eau et en plus, il se sentait comme malade. Quelque chose arrivait-il en ce moment à son corps ? Il ne le savait pas. Il ne savait plus rien, mais sa gorge lui donnait l’information qu’il avait terriblement soif. De l’eau. Il devrait boire un peu d’eau ―. Face à cette pensée, Ikki ouvrit le bouchon de la bouteille en plastique qu’il avait apportée. Cependant, sa main ne bougeait actuellement pas comme il le souhaiterait et la bouteille tomba sur l’un des bancs. Le bouchon roula au loin et de l’eau se déversa sur le sol. Ses chaussures devinrent alors mouillées. Ne devait-il pas essuyer cela ? Avec quoi ? Comment ? Non, avant ça, un son provenait — de sa gorge.

 

{Première année Ikki Kurogane. Et Deuxième année Shizuya Kirihara. Votre match va maintenant commencer, alors s’il vous plaît, venez immédiatement à l’entrée.}

 

L’annonce avait fait remonter la conscience d’Ikki jusqu’à la surface de ses pensées turbulentes. Quand il regarda l’horloge alors qu’il était en pleine confusion, il vit qu’il était déjà 1 h 30. C’était arrivé si rapidement.

Merde, combien de minutes suis-je resté debout ainsi ici... ?

« Kuh... » (Ikki)

Impossible que je sois si nerveux...?

Calme-toi. Calme-toi. Ikki reprit dès lors le contrôle de son cœur, en devenant conscient de lui-même. Il avait déjà vu à travers la ruse de son adversaire en observant la vidéo. Il avait analysé la force que son ennemi utilisait pour ces tirs, ainsi que l’angle des tirs et les manœuvres prévues par la suite. Il avait déjà mis au point un moyen de briser l’Art Noble de Kirihara, la Zone d’Invisibilité. Il avait forgé sa contre-attaque à travers de nombreuses simulations.

C’était correct d’être nerveux, mais il faut aussi gagner. Et s’il gagnait maintenant, les difficultés qu’il avait dû supporter jusque-là maintenant gagneraient leurs justifications, parce qu’elles seraient devenues utiles — !

Avec cela ancré fortement dans son esprit, Ikki contrôla la pulsation de son cœur et alla ouvrir la porte de l’arène.

Notes

  • 1 Haori : Il s’agit d’un vêtement japonais se portant sur le dessus du kimono. Mais il était avant cela porté par les combattants sur le dessus de leur armure tout comme les chevaliers européens portant leurs tablards.
  • 2 Yaksha : Il s’agit là d’un type d’esprit de la nature se trouvant dans l’hindouisme, le jaïnisme et le bouddhisme. Ils possèdent tous une double personnalité : un inoffensif, et l’autre méchant.
  • 3 trois milliards de yens représentent environ 30 milliards de dollars américains. En comparaison, les Jeux Olympiques de Londres de 2012 ont permis de gagner environ trois milliards de dollars en revenus de diffusion.

***

Partie 7

{Eh bien ! La troisième confrontation est terminée ! Nous arrivons à la quatrième rencontre et beaucoup de spectateurs sont venus pour elle, c’est vraiment incroyable ! Cette confrontation attire une tonne de personnes qui veulent vraiment regarder que ce match !? Avec une couverture radiophonique en direct effectuée par moi, Tsukuyomi, du club de radiodiffusion et avec celle responsable des commentaires, Nene Saikyou-sensei ! Maintenant, nous allons introduire les candidats ! Il a été le meilleur élève de l’année dernière qui est même allé jusqu’au Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée et a aussi réalisé l’exploit incroyable d’écraser l’étudiant de troisième année de l’Académie Bunkyoku qui était considéré comme le plus susceptible de remporter le championnat, et cela dans un jeu unilatéral dès le premier tour ! Il prétend devant tous qu’il va gagner contre tous les adversaires qu’il affrontera. Il a aussi obtenu jusqu’à présent des victoires parfaites dans tous ces combats réguliers et dans tous ces duels, ce qui lui a valu le surnom de « Chasseur » ! Nous avons devant nous, la personne qui est le meilleur représentant des principaux candidats pour le Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée ! Le concurrent de deuxième année, Kirihara Shizuya !} (Présentatrice Tsukuyomi)

Kirihara, qui se tenait dans l’arène, leva une main. En réponse, depuis les sièges des spectateurs, d’intenses applaudissements purent ainsi être entendus.

{Comme on pouvait s’attendre de lui, avec ce visage et cette silhouette, le concurrent Kirihara possède une extraordinaire popularité auprès de la gent féminine !} (Présentatrice Tsukuyomi)

{Hein !? Quant à moi ! Mes goûts des hommes vont vers quelqu’un d’un peu plus sauvage !} (Nene)

{Je ne suis nullement à l’écoute des goûts de Saikyou-sensei.} (Présentatrice Tsukuyomi)

{Pourquoi est-ce ainsi ?} (Nene)

Tsukuyomi gardait une certaine rancune envers Nene qui avait abandonné ses responsabilités professionnelles juste avant et donc, Tsukuyomi avait simplement haussé froidement les épaules quand elle avait introduit l’adversaire de Kirihara.

{Maintenant, face au Chasseur se tient un chevalier de Rang F ! Cependant, ne le sous-estimez pas, car il ne s’agit pas d’un Rang F ordinaire ! Peut-être que presque tout le monde ici est déjà au courant que ce concurrent a en quelque sorte gagné dans une bataille simulée contre le chevalier de Rang A, la « Princesse Écarlate » Stella Vermillion ! Est-ce que les quelques enregistrements vidéo ont-ils montré sa véritable force, ou bien est-il comme prévu par tous quelqu’un des plus ordinaires, le « Pire » !? Le moment est venu de clarifier ce mystérieux pouvoir ! Le concurrent de première année, Ikki Kurogane !} (Présentatrice Tsukuyomi)

Ikki salua légèrement le public.

Quel incroyable nombre de personnes !

Se battre pour la première fois devant un tel auditoire créait ainsi une certaine agitation en lui et Ikki sentit une distance se former entre son corps et son esprit, comme si quelqu’un d’autre venait d’entrer dans l’arène. Sa conscience était comme emprisonnée dans une brume blanche et il ne pouvait plus correctement réfléchir à la situation. Comme Ikki restait là sans rien faire, perplexe, Kirihara lui adressa la parole.

« Je ne peux pas croire que tu sois réellement venu, même si tu avais fait la chose la plus intelligente dans le passé et que tu avais fui le plus loin possible de mon défi, » déclara Kirihara.

« ... Il s’agit là d’une vieille histoire, » répondit Ikki.

« Vraiment ? Eh bien, c’est tout ce que tu as à me dire. Mais maintenant que tu es sur cette scène... es-tu vraiment prêt ? » demanda Kirihara.

« Nous sommes déjà là, face à face, alors, avez-vous vraiment besoin de me demander ça ? » demanda Ikki.

« Houla ! Tout doux ! » s’écria Kirihara.

Après avoir un peu discuté entre eux, les deux duellistes prirent leurs positions respectives.

« Viens ici, Intetsu, » déclara Ikki.

« Le temps de chasser, Oborotsuki, » annonça Kirihara.

Les deux parties opposées convoquèrent leurs Dispositifs respectifs. Ikki appela un Katana en acier noir qui se trouva rapidement dans sa main droite et alors Kirihara invoqua un grand arc vert.

{Et maintenant, que le quatrième match commence !} (Présentatrice Tsukuyomi)

Le signal de départ pour ce match se mit alors à retentir. Et au même instant, le corps de Kirihara disparu totalement de la scène.

{Ooh ! Tout à coup, il a disparu ! Il s’agit là de la Zone d’Invisibilité ! Avec ceci en cours d’utilisation, le concurrent Kirihara ne peut plus être vu à l’œil nu !} (Présentatrice Tsukuyomi)

{Quelle capacité gênante ~. Il ne peut plus être affecté que par des attaques de zones.} (Nene)

{Oui, c’est bien cela ! Dans le premier tour du Festival des Épées de l’année dernière, la troisième année de l’académie Bunkyoku qui a combattu contre le concurrent Kirihara était de type combat rapproché, mais comme il ne possédait pas d’attaques de zone, il a ainsi été facilement défait. Est-ce que Kurogane possède-t-il une attaque de zone !? Nous n’exagérerons nullement quand nous annonçons cela !} (Présentatrice Tsukuyomi)

Le chasseur se cachait actuellement dans une profonde forêt et depuis cette cachette, il pointa son arc vers sa proie. Voir la silhouette du chasseur était désormais impossible. Voilà pourquoi il n’y avait personne qui pouvait arrêter cette attaque et de ce qui devait sembler être du vide, une flèche magique apparue soudainement avant de foncer vers le dos d’Ikki, en plein dans sa zone aveugle !

Voilà comment cela aurait dû fonctionner.

{Là bas !} (Nene)

{En frappant derrière lui ! Le concurrent Kurogane vient d’utiliser son Katana pour éjecter la flèche de son ennemi invisible !} (Présentatrice Tsukuyomi)

{Non, ce n’est pas encore terminé ~. Regardez !} (Nene)

Comme l’avait dit Nene, Ikki n’avait pas seulement dévié la flèche venant de sa zone aveugle, il avait aussi immédiatement tourné son corps telle une toupie et il avait couru dans la direction d’où la flèche provenait.

Kirihara était certainement impossible à voir. Cependant, pour les flèches, c’était très différent.

L’emplacement de départ des flèches pouvait être calculé à partir de là où les flèches volaient. Il s’agissait là de la faiblesse de la Zone d’Invisibilité !

Si l’on déterminait soigneusement le moment de l’apparition des flèches, il était possible d’exploiter à son profit cette information. La stratégie d’Ikki pour contrer la Zone d’Invisibilité était de calculer la direction et la distance de l’adversaire grâce à la force des flèches.

« Prends ça ! » cria Ikki.

Ikki frappa avec la lame d’Intetsu, visant l’endroit où l’ennemi devait se tenir. Mais la lame faucha l’air vide et de cette espace vide, un morceau d’un uniforme tomba au sol tout doucement.

« Ha, si proche. Non seulement tu as réussi à dévier une attaque arrivant dans ta zone aveugle, mais en plus, tu réussis même à deviner ma position après que j’ai disparu ? Ceci demande une importante concentration, n’est-ce pas ? Est-ce que c’est ce qu’on appelle : voir sans posséder la vue ? » demanda Kirihara en ricanant.

« Ce n’est pas quelque chose de si difficile à réaliser, » répondit Ikki.

Ikki retourna avec humilité à la voix qui devint rapidement vague aussi bien au niveau de sa portée que de sa direction. Cependant, contrairement à ses humbles mots, Ikki se sentait tout à fait confiant.

C’est bon !

Avant le match, sa concentration était peut-être devenue confuse, mais la stratégie qu’il avait travaillée à l’avance pour faire face à la Zone d’Invisibilité fonctionnait à merveille. La prochaine fois, il était sûr de pouvoir atteindre Kirihara. Gardant cet esprit fort, Ikki se concentra en préparation pour le second coup.

« Hooo ! Quels yeux effrayants ! Faire de tels yeux envers son ancien camarade de classe est quelque chose de si cruel, n’est-ce pas ? » s’écria Kirihara.

« Ceci n’est nullement déraisonnable pour un match, » répondit Ikki.

« Pfff ! En d’autres termes, tu essayes vraiment de me battre ? » demanda Kirihara.

« Bien sûr, sinon je ne serais jamais venu ici, » répondit Ikki.

« ... Haha, hahaha ! En effet, c’est tout à fait toi. Je pensais que te faire recommencer la même année pourrait te faire comprendre ta position, mais il semblerait qu’il n’y a pas de moyen facile pour corriger ta stupidité. Tu n’as vraiment pas du tout changé. Tu agis toujours comme dans le passé. Tellement, oui, c’est tellement désagréable, » répliqua Kirihara avec mépris.

La soif de sang avait alors rempli la voix de Kirihara et Ikki savait qu’il était temps de se concentrer sur la seconde attaque qui allait arriver sous peu. Aiguisant sa concentration pour détecter dans tous les angles possibles, il étendit sa perception et provoqua Kirihara pour qu’il lance maintenant son attaque.

« Si vous pensez que c’est désagréable, alors vous devriez simplement encocher une flèche dans votre arc et tirez afin de me tuer. Je vais à coup sûr bloquer votre attaque, » déclara Ikki.

Au moment où il percevrait la prochaine flèche, il comptait utiliser « Ittou Shura », avant que Kirihara ne puisse s’échapper. La Victoire sera ainsi décidée ici !

« Hehe... un visage avec un tel esprit combatif. Certes, ton épée est formidable. C’est quelque chose que même moi je reconnais. Mais quelle tristesse ! Car c’est seulement formidable en comparaison de ce que les paysans sont capables de faire. Pour nous, les véritables Blazers, la nouvelle race choisie de l’humanité, les batailles sont entièrement basées sur nos capacités ! Et je me demande donc bien comment un Rang F qui n’est guère mieux qu’une simple ordure peut-il briser ma Zone d’Invisibilité !? » répliqua Kirihara.

« Nous ne le saurons pas si nous n’essayons pas, » déclara Ikki.

« C’est vrai. Bon, à partir de maintenant, je vais vraiment le faire, » déclara Kirihara.

À ce moment, du sang avait jailli d’un trou se situant dans la cuisse droite d’Ikki.

« ― Quooooi !? » s’écria Ikki.

Une douleur telle que celle provoquée par un fer chaud qui aurait été enfoncé dans sa cuisse parcourue à travers toute la cuisse d’Ikki. Ceci sembla comme poignarder son cerveau.

« Guaaah ! » Ikki poussa un cri tout en étant en état de choc. Mais l’étonnement l’emporta sur la douleur.

Qu’est-il arrivé !?

Bien qu’il ait aiguisé sa concentration au maximum et qu’il ait contrôlé toutes les trajectoires possibles pour chaque attaque envisageable, il avait quand même été blessé, mais comment ? Tentant de maintenir ensemble sa conscience désordonnée avec son corps, Ikki regarda le trou qui s’était soudainement ouvert dans sa cuisse. À l’endroit où il regardait, il vit un jet de sang suspendu anormalement dans les airs, comme si le sang entourait quelque chose de transparent. Tendant la main vers cela, il avait saisi alors quelque chose de solide.

« Ceci ne peut pas être..., » balbutia Ikki.

Pour Ikki, il s’agissait là de la pire des situations.

« Exactement. Cette année, les flèches que j’utilise peuvent-elles aussi être invisibles. Comprends-tu ? En d’autres termes, mes attaques peuvent frapper furtivement mon adversaire ! » annonça Kirihara.

***

Partie 8

Arisuin fronça les sourcils alors qu’il regardait le match depuis l’un des sièges des spectateurs.

« Ceci devient très mauvais, n’est-ce pas ? » demanda Arisuin.

« Oui. Onii-sama avait remarqué la trajectoire des flèches et donc, il avait pensé à un moyen de faire face à Kirihara. Mais... en ce moment, ce plan vient d’être détruit. S’il ne peut pas voir les flèches, alors on peut oublier toute contre-attaque. Il ne peut même plus se défendre ou esquiver..., » répondit Shizuku.

« Comme on pouvait s’y attendre du représentant du Festival de l’année dernière, n’est-ce pas ? Quelle capacité scandaleuse ! » s’exclama Arisuin.

Tout à coup, Stella coupa les paroles d’Arisuin.

« Non ! » s’écria Stella.

« Stella-chan ? » demanda Arisuin.

« La Zone d’Invisibilité est certainement un pouvoir qui m’a aussi surprise, mais actuellement, ce n’est pas le problème ! Plus que cela... c’est Ikki qui agissait déjà bizarrement avant ce match ! » répondit Stella.

« Onii-sama a agi bizarrement ? » demanda Shizuku.

« Oui, c’est vrai ! Après tout, pourquoi n’a-t-il pas attaqué immédiatement après le début du match !? Il devait bien savoir que son adversaire disparaîtrait immédiatement ! Alors il savait que l’instant tout au début du match était le moment décisif où frapper !? » demanda Stella en réponse.

En entendant ceci, Shizuku répondit avec étonnement. « Vous, n’avez-vous donc rien appris de l’attaque terroriste de l’autre jour ? Ne pensez-vous pas que le fait de se précipiter négligemment, face à un adversaire qui est un Blazer, ne serait-il pas suicidaire ? Les tactiques d’Onii-sama sont avant tout basées sur la lecture des astuces de l’ennemi et sur le vol de ses pensées. C’était bien comme cela qu’il a fait contre vous, n’est-ce pas ? »

Mais Stella secoua négativement la tête. « C’est vrai. Bien sûr, Ikki observe son adversaire ce qui lui permet de créer un plan afin de gagner, mais... l’ennemi actuel a disparu, n’est-ce pas ? Il sera donc confronté en permanence à des attaques provenant d’un ennemi invisible. À quel point pensez-vous qu’il soit l’objet de fortes pressions qui finiront par l’épuiser !? »

Shizuku réalisa également ceci après que Stella l’ait déclaré. La pression mentale quant au fait de ne pas savoir d’où la prochaine flèche viendrait, ainsi que la pression de devoir rester en alerte en permanence, cet épuisement était au-delà de la norme. Pour ce combat, le plan habituel d’Ikki était rendu impossible. Comparé à cela, saisir la position de l’adversaire et frapper à l’aide d’une attaque rapide tout au début pouvait sembler hâtif. Mais d’un simple coup d’œil, on voit clairement qu’il s’agissait du meilleur choix possible.

« Malgré cela, pourquoi... ? » demanda Stella.

Alors que Stella faisait grincer ses dents, Arisuin donna la raison expliquant pourquoi Ikki avait négligé une attaque rapide dès l’ouverture du match. « Ce n’est pas qu’il ne voulait pas le faire. C’est qu’il ne pouvait pas le faire. »

« Il n’y a aucune raison de ne pas essayer cela malgré la difficulté ! Ikki n’est évidemment pas le genre de chevalier qui renoncerait si facilement !? » s’écria Stella.

« Et c’est bien parce qu’il ne renoncera jamais à cela qu’Ikki est maintenant dans une telle situation, » répondit Arisuin.

« Aucune chance ! Ce genre de chose est tout à fait..., » contraire à lui. Voilà ce que Stella allait dire, mais ses mots restèrent coincés dans sa bouche. Devait-elle vraiment croire ce qu’Ikki avait dit ?

{Je vais gagner sans aucun doute.} (Ikki)

Ikki avait eu un comportement quelque peu étrange hier. Était-il du genre à utiliser des mots forts comme « gagnez sans aucun doute » avant un combat ? Son duel avec elle s’était déroulé très différemment.

{Mais vous savez, ceci ne sera pas clair si nous ne combattons pas.} (Ikki)

Bien que son but ait toujours été la victoire, il avait très bien compris les dangers causés par un duel. Se pouvait-il que les mots forts d’Ikki eût été qu’une tentative frénétique afin de nier la pression qu’il ressentait avec la possibilité de perdre et ses conséquences ?

Arisuin hocha la tête. « Il semblerait que vous savez parfaitement ce que je veux dire. Mais ne vous blâmez pas pour ne pas l’avoir remarqué, Stella-chan. C’est à peine quelque chose que vous pourrez vous sentir responsable alors même la personne elle-même n’est nullement au courant. »

« La personne elle-même ? » demanda Stella.

« Oui, Ikki a été bien trop habitué à être blessé. Il ne peut pas entendre les cris provenant de son propre cœur. Si l’on considère la façon dont il a lutté pour entrer dans cette compétition, il est certainement anormal d’être capable de lutter de cette façon et aussi longtemps comme il a dû le faire, » déclara Arisuin.

Les épreuves qu’Ikki avait traversées pour arriver ici. En y repensant, Stella en avait totalement perdu ses mots de déni. Personne ne le comprenait, personne ne l’avait aidé. Sa terrible année de rejet absolu était tout à fait scandaleuse... non, il avait dû résister bien avant cela pendant des mois, non, il serait plus juste de dire des années. Il croyait que la chance finirait enfin par venir, mais en même temps, que le hasard allait lui faire risquer tout ce qu’il avait enduré jusqu’à présent. Et s’il perdait à ce moment-là, toutes ses expériences amères n’auraient servi à rien. Et pour couronner le tout, se trouvant ainsi dans ce genre d’épreuve décisive, il faisait face à un adversaire puissant qui était en plus de cela son ennemi naturel.

Son esprit devait être tellement tendu par une situation comme celle-là que...

Agir normalement lui aurait été impossible avec tant de pressions qui l’étouffaient totalement. Ceci serait sûrement humainement impossible à supporter.

Mais pourquoi ne l’ai-je pas remarqué alors même que si je suis la personne la plus proche d’Ikki... ? se demanda Stella.

Maintenant qu’il était trop tard, elle regrettait amèrement son ignorance. Et comme le pensait Arisuin, le stress accumulé par Ikki avait éclaté au pire moment.

« Quoi qu’il en soit... maintenant que les flèches sont invisibles, les crocs d’Ikki ne pourront plus atteindre le chasseur caché dans sa profonde forêt. Vous deux, vous devriez vous préparer à ce qui va suivre. Car ce qui commence ici ne sera pas une confrontation, mais une chasse unilatérale, » annonça Arisuin.

***

Partie 9

« ... Cruel..., » déclara Tsukuyomi.

Ceci faisait dix minutes que le match avait commencé et la voix de Tsukuyomi, qui assurait actuellement la couverture médiatique en direct du stade, vacillait. Dans l’arène, Ikki pouvait à peine soulever son épée avec ses mains ensanglantées. Il avait été réduit à cela après que les flèches invisibles de Kirihara eurent totalement détruit sa stratégie. Pourtant, la bataille continuait toujours, et cela parce que les flèches avaient déjà transpercé chacune des parties de ses bras et de ses jambes, mais aucune n’avait percé ses entrailles. Était-ce de la miséricorde ? Non, tout le monde qui regardait actuellement ce match à sens unique savait que cela n’était pas le cas. Ce spectacle montrait simplement un chasseur qui tourmentait son actuelle proie.

À ce match trop déséquilibré, Tsukuyomi essaya tant bien que mal de plaider auprès de Nene assise ses côtés. « Saikyou-sensei ! Il n’y a plus de sens dans ce combat ! Je vous en supplie, s’il vous plaît, arrêtez le match ! Nous ne pouvons pas regarder plus longtemps autant de cruauté ! »

Mais Nene ne répondit rien à la suite de la proposition de Tsukuyomi. Dissimulant sa personnalité insouciante qu’elle avait quelques instants avant, elle regardait l’arène avec une expression terriblement sérieuse, alors, Tsukuyomi, impuissante, poursuivit son émission en direct.

{ ... Le concurrent Kurogane a admirablement bloqué la première attaque de Kirihara, mais à partir de la seconde flèche qui est désormais invisible, il est totalement incapable de réagir et le match est totalement dominé par Kirihara. Mais malgré ceci, le concurrent Kurogane n’a toujours pas abandonné. Peut-être a-t-il un plan en tête ?} (Tsukuyomi)

Ikki ria amèrement en entendant l’annonce de Tsukuyomi. Je ne peux même pas dire cela. Ma stratégie était trop superficielle...

S’il avait réfléchi au fait que Kirihara serait évidemment différent entre cette année et l’année passée, il aurait su que l’instant tout au début du match serait le moment où la furtivité serait moins efficace et que c’était là l’instant où la victoire lui aurait été le plus probable. En réalisant quelque chose de si évident si tard, Ikki devint de plus en plus conscient de sa propre tension mentale ainsi que de sa perte de sang-froid.

Est-ce comme me l’avait dit Alice, hein ? pensa Ikki.

En y repensant, le rêve qu’il avait vu ce matin pouvait tout à fait être les cris de son cœur qu’Arisuin avait mentionné, mais Ikki ne l’avait pas réalisé à ce moment-là. Il était trop habitué à endurer et ceci donnait maintenant ce résultat si pathétique.

... Non, je ne peux plus me permettre de m’inquiéter de cela maintenant, pensa Ikki.

Eh bien, quelle était alors la meilleure option ? Que devait-il faire à partir de maintenant ? Comment pourrait-il capturer cet adversaire invisible ?

« Heh heh heh. Ne pas abandonner même si tard dans ce jeu... c’est au-delà de l’incroyable, » déclara Kirihara.

« ... Abandonner au cours de ce combat... ce serait encore pire que de devoir recommencer une année, » répondit Ikki.

« Oui, oui, ceci te ressemble tout à fait. Bon, pour te montrer un peu de respect, je vais te donner un avantage. Je vais te dire l’endroit où je vais visé lors du prochain tir. Alors, essaye de l’éviter. Maintenant, je vais commencer par viser la cuisse gauche, » déclara Kirihara.

« Gah ! » s’écria Ikki.

« Quel est le problème ? Ta réaction est trop lente. Là, l’épaule droite ! » déclara Kirihara.

« Guh...! » cria Ikki.

« Aller ! Essaye quand même d’esquiver ! Le prochain est ton oreille droite ! » annonça Kirihara.

« Uwa! » cria Ikki.

« Tes mouvements sont trop lents, Kurogane-kun ! N’as-tu pas une certaine motivation ? Mets un peu plus de combativité dans ce combat et bouge-toi ! Maintenant, l’épaule gauche ! La cuisse droite, la paume droite, le mollet, le genou droit, l’intestin grêle, l’estomac ! Le foie ! Les reins ! Le gros intestin ! Tu vas mourir, oui, tu vas mourir ! Si tu n’esquives pas un peu mieux, tu vas mourir ! » cria Kirihara.

« Guaaaaaaah ! » s’écria Ikki.

Finalement, les genoux d’Ikki ne purent plus le soutenir. Il s’effondra quand les flèches de Kirihara commencèrent à frapper ses organes internes de son torse.

« Hehehe, Hahaha ! Un être si misérable et sale ! Tu as un visage si misérable, n’est-ce pas, Kurogane-kun ? Et maintenant, tu continues à te battre, haha, tu continues à te battre avec le sourire. Tu devrais avoir une bonne raison de continuer à te battre ainsi, n’est-ce pas ? Après tout, Kurogane-kun, tu es dans ce match parce que tu veux obtenir ton diplôme, non ? » demanda Kirihara.

{Hein... !?} Face aux paroles inattendues de Kirihara, les spectateurs retinrent tous leur souffle.

{H-Hé, qu’est-ce qu’il vient de dire à propos de l’obtention de son diplôme ?}

{Ils nous ont dit que de ne pas rejoindre les batailles de sélection n’aura pas d’incidence sur nos notes, non ?}

{Attendez une seconde ! J’ai refusé parce qu’il n’y avait pas de pénalité pour cela.}

 

« Ah, désolé, désolé tout le monde. On dirait qu’il y a actuellement un petit malentendu. Calmez-vous. Le seul qui veut obtenir un diplôme de cette manière est ce mec-là. Ce Chevalier de Rang F ici présent, Ikki Kurogane-kun, qui possède une capacité si inférieure et ordinaire qu’il semblerait qu’il ne puisse pas obtenir son diplôme par les voies normales. À cause de cela, la nouvelle directrice a donc créé une exception qui est que s’il prend part au championnat du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée et qu’il devient le Roi des Épées des Sept Étoiles, il pourra quand même obtenir son diplôme, » annonça Kirihara.

Cette vérité fut ainsi annoncée aux spectateurs. Leurs agitations cessèrent soudainement, et quand, d’un coup, ―.

 

« « ... Bu-AHAHA HAHA HAHAHAHAHAHA !!! » » Un rire qui fluctuait telle une marée venait ainsi d’exploser en provenance de presque la totalité des spectateurs et il remplissait totalement la quatrième arène d’entraînement.

 

{Il obtiendra son diplôme en devenant le Roi des Épées des Sept Étoiles !? Hé hé, vous n’êtes pas sérieux !}

{Il n’y a aucune chance qu’une telle chose soit possible pour un Rang F ! La directrice lui a seulement fait une méchante blague !}

{Pfff et cet idiot a accepté cette promesse !?}

{Hahaha, il a oublié sa place et est venu ici. Il est totalement pitoyable, non !?}

{Il n’y a aucune chance qu’une personne qui se fait écraser à son premier combat puisse devenir le Roi des Épées des Sept Étoiles, n’est-ce pas !? Hahahahahaha!}

Le Roi des Épées des Sept Étoiles était le sommet pour tous les étudiants-chevaliers du Japon. Parmi les dernières générations de rois, la quasi-totalité d’entre eux était de Rang B, avec quelques-uns qui étaient de Rang C et une extrême minorité était des chevaliers de Rang A. Un Rang F, un étudiant raté, inférieur à la moyenne qui rampait dans la poussière, ne pouvait pas prendre ce sommet. En toute logique, ceci ne pouvait être qu’une blague.

Mais il y avait des gens qui élevèrent leurs voix pour s’opposer à ce mépris retentissant. Ils étaient tous des camarades de classe d’Ikki.

{Ce n’est pas vrai ! Kurogane-san est vraiment incroyable !}

{C’est vrai ! Nous l’avons vu ! Nous avons vu Kurogane-san défaire à mains nues cinq personnes brandissant leurs Dispositifs !}

{En plus de cela, Kurogane-kun a également gagné contre Vermillion-san qui est un chevalier de Rang A ? Un Rang A qui ne montre que rarement son nez, même parmi les Rois des Épées des Sept Étoiles ? Et il possède de réelles capacités qu’il lui permette de gagner !}

Mais les répliques se firent.

{Idiots. Vous ne savez pas ? Cet enregistrement a été fait pour être juste quelque chose de trafiqué comme on peut en trouver sur l’Internet.} (Spectateur hostile à Ikki)

{C’est vous, les gars, qui êtes des idiots. Comment une princesse pourrait-elle participer à quelque chose de ce genre ? C’est totalement impossible, même si vous pensez cela.} (Camarade de classe d’Ikki)

{Qu’est-ce que vous en savez ? Saviez-vous que votre Rang F est un fils du clan Kurogane, et qu’il provient donc d’une lignée de Chevalier-Mage riche et de renommée mondiale ?} (Spectateur hostile à Ikki)

{C’est vrai, oui c’est vrai. La famille Kurogane a certainement envoyé de l’argent au pauvre Empire Vermillion et ainsi, ils ont arrangé un match truqué pour soutenir leur enfant. C’est probablement pour le distinguer en lui faisant gagner contre une pseudo-prodige.} (Spectateur hostile à Ikki)

{Quooi... ceci ne peut pas être vrai !} (Camarade de classe d’Ikki)

{Même si vous dites que cela ne peut pas être vrai, alors le fait qu’un Rang F qui gagne contre un Rang A est encore moins probable. Nous ne savons pas pourquoi elle a bien voulu soutenir ce sale type, mais cela devrait être vous, les gars, qui devriez mettre un peu de bon sens dans votre tête ?} (Spectateur hostile à Ikki)

À cet argument, les camarades de classe d’Ikki qui le soutenaient avalèrent leurs mots, laissant ainsi l’arène ne se remplir de rien d’autre que de huées hostiles.

{Quelqu’un qui achète une victoire avec l’influence de ses parents. Pfff. Pense-t-il devenir ainsi le Roi des Épées des Sept Étoiles ? Ne me faites pas rire, imbécile !} (Spectateur hostile à Ikki)

{Vous êtes une ordure, une honte pour nous, les chevaliers !} (Spectateur hostile à Ikki)

{N’êtes-vous pas allé au-delà de votre capacité en dépit d’être un minable Rang F !? Vous n’êtes qu’un tricheur !} (Spectateur hostile à Ikki)

La famille Kurogane qui truquerait un match pour soutenir leur propre fils ? Il s’agissait là d’un mensonge basé sur des rumeurs sans fondement. Sans aucun doute, il s’agissait du fantasme irresponsable de quelqu’un allant anonymement sur un forum en ligne, et qui avait ainsi rentré dans la conscience collective du public où tout cela s’était largement répandu pour devenir une soi-disant réalité. Il n’y avait aucune chance que le clan Kurogane continuerait à tourmenter Ikki en faisant une telle chose et cela même en tant que simple plaisanterie. De plus, c’était aussi totalement absurde de penser que la royauté de l’Empire Vermillion pourrait accepter un pot-de-vin de ce qui n’était rien de plus qu’une simple famille de Chevaliers-Mages.

Cependant, ce fantasme avait été accepté comme une vérité ici, car il était tellement confortable. La majorité des étudiants-chevaliers étaient de rang D et rang E. Des envieux qui ne cessaient de se tourner vers ceux qui étaient appelés les « Prodiges » qui existent au-dessus d’eux. Pour ces rangs D et E, ceux marqués en tant que Rang F était peu nombreux et inférieurs à eux-mêmes. Et cela les sécurisait en leur permettant d’avoir des gens à mépriser et à abuser. Ils avaient besoin de personnes inférieures qu’ils pouvaient surpasser, et qui les appelaient eux-mêmes en tant des génies et les considéraient comme bienheureux. Et parce qu’ils étaient résignés à ne jamais réaliser des exploits comme le fait de battre un Rang A, il leur fallait peu de chose pour se sentir bien. Et c’est pourquoi ils avaient pris ce fantasme commode comme une vérité et qu’actuellement, ils haussaient leurs voix pour crier des insultes.

À ces mots, Ikki grinçait des dents.

C’est tellement frustrant...

Ikki n’avait pas particulièrement besoin de l’évaluation d’autrui et encore moins de l’approbation d’une quelconque personne. Il ne se préoccupait donc pas de savoir ce qui se disait de lui. Mais... il souffrait que même de mauvaises choses soient aussi dites contre Stella. Alors bien sûr sa propre inutilité était très irritante pour lui.

« Oh, oh ! Il semblerait que beaucoup de monde parle de toi. Mais ceci ne peut pas être évité, parce qu’ils ont vu que ton rêve était bien au-delà de tes moyens et donc ils sont en colère contre toi, » Kirihara lâchait des insultes sans relâche, tandis qu’Ikki, qui était tombé à genou, baissait la tête.

« Que dirais-tu d’accepter les faits tels qu’ils sont ? Un menu fretin avec quelque chose comme le renforcement de sa capacité qui continue à se battre dans ce lieu ? En raison de ma Zone d’Invisibilité, tu ne peux même plus utiliser tes bras et tes jambes. Ceci est la réalité, n’est-ce pas ? Le statut d’une personne est déjà décidé dès la naissance. En fin de compte, il n’y a aucune vérité dans les idées comme quoi beaucoup d’efforts peuvent surpasser le talent. Peu importe comment tu agis courageusement, finalement, tu es juste très laid. Hé ! Est-ce que c’est ce que tout le monde pense maintenant !? » demanda Kirihara.

{Oui, c’est tout à fait ce que dit Kirihara-kun !} (Spectateur hostile à Ikki)

{Tu es vraiment disgracieux ! Tandis que Shizuya-kun, il est tellement magnifique !} (Spectateur hostile à Ikki)

{Adieu ! Toi le sale bâtard népotiste !} (Spectateur hostile à Ikki)

{C’est vraiment impudique pour ta position sociale de faire ainsi défection, connard ! Et combien de temps vas-tu encore nous montrer cette laideur !?} (Spectateur hostile à Ikki)

Les spectateurs avaient ainsi agi en harmonie avec l’influence de Kirihara. Leurs voix avaient alors été de plus en plus une forte pression qui frappait le corps d’Ikki. La douleur se répercutait dans son corps, ce qui lui fit grincer ses temps alors qu’il subissait ce sentiment d’impuissance.

Suis-je vraiment laid ?

En effet, on pouvait le regarder de cette façon. À l’heure actuelle, il n’avait pas de stratégie efficace contre la Zone d’Invisibilité, une furtivité qui cachait le son, les indications, l’odeur et la forme. Il ne pouvait même pas dire si une attaque venait jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Que devait-il faire face à un tel adversaire ? Il n’en avait pas la moindre idée et à ce stade, il était encore conscient seulement à cause de sa volonté. Sa volonté de ne pas abandonner qui était maintenant tendue à sa limite. S’il cédait, la marque noire provoquée par le fait d’avoir été vaincu dans une bataille de sélection serait inamovible, mais ceci ne serait-il pas toujours mieux que cette amertume ? Au moment où le cœur d’Ikki était le plus vulnérable...

 

« TAISEZ-VOUS TOUS !!! »

 

Un rugissement balaya les huées tel un tsunami et tout le monde se tourna alors dans la direction d’où cela provenait. Elle était là ―.

... Stella.

― la Princesse Écarlate se tenait debout, avec ses pupilles cramoisies brûlant d’une indignation sans limites. Une pluie de braises tourbillonnait tout autour de sa silhouette.

***

Partie 10

Shizuku et Arisuin la regardaient avec émerveillement, mais pourquoi Stella se soucierait-elle tant de cela ?

Elle ne pouvait pas en supporter plus. Lançant une malédiction sur les spectateurs avec des yeux indignés emplis de flammes, elle les frappa alors avec des mots comme si elle crachait des flammes.

« N’y a-t-il aucune chance qu’un Rang F puisse gagner contre un Rang A ? Est-ce que c’est quelque chose que vous avez vous-même décidé vous concernant !? Comme vous ne pouvez pas faire quoi que ce soit pour surmonter un génie, vous utilisez seulement tout cela pour justifier votre propre démission, vous tous, les personnes qui ont déjà abandonné tout cela pour plus de commodité. Mais dans ce cas, n’utilisez pas votre propre démission pour ainsi nier la force d’Ikki ! » cria Stella.

C’était intolérable, oui, absolument intolérable. Car même si Ikki était inférieur à tout le monde présent ici, il avait continué à rejeter cette démission ! Mais comme il s’agissait là d’Ikki, il pouvait supporter d’être ricané par tous, d’être traité comme un déchet et de se faire dire que le talent était insurmontable.

Malgré tout, il avait toujours continué à croire en sa propre valeur. Et malgré les traitements scandaleux qu’il subissait, il avait obtenu la plus puissante minute qui pouvait vaincre n’importe quel talent se trouvant face à lui. Et encore maintenant, l’éclat de l’esprit d’Ikki qu’elle avait vu ce jour-là brûlait encore dans les yeux de Stella. Avant cela, elle n’avait jamais pensé aussi fortement à une autre personne. Avant cela, elle n’avait jamais autant admiré une autre personne. Et parce que Stella avait compris à quelle hauteur était sa fierté ―.

« Il ne possède pas quelque chose comme le talent. Mais vous restez accrochées à de telles futilités. Alors pour vous, il n’y a aucune chance que vous compreniez un jour la véritable force d’Ikki ! Il n’y a aucun moyen que vous puissiez la percevoir ! Et vous, les imbéciles, avec votre ton comme si vous saviez tout, ne vous moquez pas du chevalier que j’aime !!! » cria Stella.

« Stella..., » murmura Ikki.

Face à de telles émotions qui le submergèrent, ainsi qu’aux mots qui venaient ainsi de le frapper, Ikki leva les yeux vers Stella, vers sa poitrine palpitante douloureusement d’émotions qui se trouvaient là.

« Pourquoi fais-tu un visage si misérable... !? » demanda Stella Vermillion à Ikki.

Son expression était si fragile qu’il pourrait s’effondrer à tout moment. C’était compréhensible et Stella l’avait déjà compris. Ikki n’était pas encore aussi mûr qu’elle. Au contraire, il était encore si jeune que l’on pouvait dire qu’il était encore un enfant. Peu importe comment il essayait d’être fort, peu importe la façon dont il portait son inébranlable détermination, il n’y avait aucune chance qu’il puisse aussi être totalement insensible.

Il sera toujours blessé par ces railleries et son cœur serait ainsi blessé par de tels abus. Par rapport à cette constante détresse qui le torturait tous les jours, ceci était peut-être une chose miséricordieuse provenant de sa réalité que la personne appelée Ikki Kurogane se perd aujourd’hui et se brise maintenant. Mais ―, mais quand même... !

« Ikki, ne me l’as-tu pas dit ? Quel que soit ce que les autres personnes te disent, tu ne renonceras jamais ! » déclara Stella. « J’ai pensé que si tu étais comme cela et qu’ainsi, je te suivrais partout où tu iras ! Donc face à ces personnes qui disent ce qui leur plaît, ne fais pas un visage comme si tu renonçais déjà ! Je ne veux pas que tu perdes contre un type si faible ! Parce que... celui que j’admire, celui dont je suis tombée amoureuse, et celui que j’ai toujours observé jusqu’à maintenant, est ce chevalier et je veux continuer à être fier de celui qui est appelé Ikki Kurogane ! ― Alors... »

 

« QUAND TU ES EN FACE DE MOI, TU DOIS TOUJOURS ÊTRE AUSSI COOL QUE JE SAIS QUE TU ES, TOI L’IDIIIOOOOOTTTTT !!! » cria Stella.

Car il y avait un endroit qu’elle avait toujours voulu atteindre avec lui. C’était pourquoi Stella avait mis tous ses sentiments dans son cri. Ce n’était donc plus seulement Ikki lui-même qui croyait en la valeur d’Ikki Kurogane. À ce moment-là ―.

 

*Pow !* Ikki se frappa la joue avec assez de force pour que le bruit soit entendu de loin.

{Quoii !?}  Tout le monde se mit à crier dans l’étonnement en voyant cela, cet acte excentrique. Que diable faisait-il ?

Sous les regards interrogateurs, Ikki ―.

« Merci, Stella. Tu me redonnes vraiment de la vie, » déclara Ikki.

― lentement, mais avec force, se releva.

***

Partie 11

Debout, Ikki regarda la jeune fille aux cheveux roux qui venait ainsi de le gronder. De grandes larmes brillantes débordaient des yeux rouges de Stella. Pour qui ces larmes se répandaient-elles ? Pour qui était-elle en deuil ? Ikki n’était pas assez borné pour ne pas le savoir. Cependant, même dans la douleur, Stella disait ceci.

Bats-toi !

Stella connaissait quel était le dur et douloureux chemin d’Ikki, malgré tout, elle voulait toujours qu’il continue à se battre.

Donc, il y a quelqu’un d’autre que mon grand-père, Ryouma, qui me disait de faire cela..., pensa Ikki.

Ikki pensait que s’il avait perdu lors de ce combat, alors tout ce qu’il avait souffert jusqu’à présent, perdrait tout son sens et ainsi, il avait peur de penser à cette perte. Mais il se trompait totalement. Son but de devenir un Chevalier-Mage l’avait déjà obligé jusqu’à présent à réaliser beaucoup d’efforts. Mais tous ces jours-là où il avait ainsi essayé d’aller de l’avant et où il avait mis tant d’énergie, oui, tout cela ne deviendrait jamais vide de sens.

Parce que j’ai rencontré une fille qui annonce clairement et devant tous, qu’elle aime la façon dont j’ai vécu jusqu’à présent ! pensa Ikki.

Au moment où il comprit cela, *clic*, Ikki sentit son cœur et son corps se rejoindre pour redevenir enfin unis comme ils auraient dû être. Ses pensées qui jusqu’à présent étaient assombries par la tension et la consternation redevenaient totalement claires. Son corps était grandement blessé en plus des saignements ce qui le mettait sur le bord de l’effondrement. Mais malgré ça, il pouvait bouger comme il le souhaitait. L’état de combat d’Ikki avait finalement atteint son zénith.

Mais, il était encore trop tôt, oui, beaucoup trop tôt pour abandonner. Il ne pouvait pas abandonner si facilement. Surtout qu’il y avait encore quelque chose qu’il devait essayer. Quelque chose que lui seul, Ikki Kurogane, pouvait faire. Il irait donc de l’avant, peu importe la punition qui pouvait lui être infligée. Et s’il était malgré tout vaincu en ayant utilisé toute sa force, alors il pourrait se remettre de ses blessures et se battre à nouveau, mais...

 

Mais perdre son sang-froid et fuir, ceci ce serait se déshonorer en tant que chevalier pour le restant de sa vie !

 

« OOOOOOOO !!! » cria Ikki poussa un cri de guerre et se redressa complètement.

 

De sa chair, de son sang, de chacune de ses cellules, il rassembla son pouvoir magique et enflamma le tout en un éclair. Le corps d’Ikki Kurogane se mit alors à briller avec une flamme bleue qui ondulait comme sous l’emprise du vent, l’éclat rayonnant de son Art Noble, « Ittou Shura ». Et, ce faisant, Ikki déclara sa détermination à terminer ce combat ici et maintenant.

 

 

 

« Avec ma plus grande faiblesse, je vais attraper votre plus grande force, Kirihara-kun ! » annonça Ikki Kurogane.

 

{Aaaaah! Le concurrent Kurogane, que nous pensions déjà vaincu, vient de lancer un grand défi ! Il a invoqué Ittou Shura, l’Art Noble qui a éliminé le chevalier de Rang A, Stella Vermillion ! Maintenant, la grande technique qui ne peut être utilisée qu’une seule fois par jour vient d’être activée. A-t-il pu trouver un moyen de battre la Zone d’Invisibilité !?} (Présentatrice Tsukuyomi)

À la suite de ce changement soudain dans la bataille qui était jusqu’à présent complètement dominée par Kirihara, le ton des commentaires en direct de Tsukuyomi changea. Comme elle avait été consternée par les tactiques horribles utilisées par le chasseur, elle espérait qu’une telle chose arrive au cours de cette bataille et donc, et elle envoya à Ikki ses plus sincères encouragements. Mais hélas, Ikki n’avait pas la solution qu’attendait Tsukuyomi. La Zone d’Invisibilité était sûrement le plus fort Art Noble antipersonnel qui soit et ce n’était nullement une technique qui pouvait être battue par la force d’un Chevalier Raté.

Et Kirihara le savait aussi.

« Attraper ? Quelqu’un comme toi, Le Pire, veux m’attraper, moi, le “Chasseur” Shizuya Kirihara ? Ce genre de chose bien est au-delà de tes capacités. Tu ne fais que te vanter de quelque chose que tu ne peux même pas faire ! » déclara Kirihara.

Justement, c’était à l’heure actuelle tout à fait exact. Ikki se vantait de quelque chose qu’il ne pouvait pas réaliser. Le fait d’avoir ainsi agi avait certainement été une erreur et lorsqu’il avait essayé cela au début du combat, ceci l’avait seulement rendu confus. Mais dès le départ, seul Ikki Kurogane aurait pu accomplir cet exploit.

« Je crois que tu as eu assez de problèmes avec mon invisibilité depuis bien trop longtemps. De plus, je suis fatigué de te regarder faire quelque chose d’inutile et donc, j’ai décidé qu’il était temps que je conduise tout cela à sa fin... Hmm, je me rappelle que je t’avais promis de te dire où je visais, n’est-ce pas ? Alors dans ce cas... mon prochain tir sera..., » déclara Kirihara.

Une soif de sang était clairement perceptible dans la voix de Kirihara quand il encocha une flèche sur la corde de son arc. Peut-être que son mouvement serait le tir final qui décidera de ce combat.

« ― Le sommet de ton crâne. Si tu ne veux pas mourir, alors esquive-le, toi, l’échec, le redoubleur ! » déclara Kirihara.

Une intention meurtrière et destructrice s’abattit alors, et une flèche invisible capable d’arracher la vie fut envoyée directement dans la direction d’Ikki. Mais les intentions de tuer étaient maintenant sans conséquence. De sa flèche, il n’y avait rien qui pouvait être vu, rien qui pouvait être entendu. Ikki voyait que ce qu’il pouvait voir, entendait que ce qu’il pouvait entendre. Et donc, plutôt que d’essayer de voir la flèche.

Souviens-toi ―

L’ordre dans lequel il avait reçu ses blessures, leurs directions ―

Souviens-toi ―

La profondeur de ses blessures, leurs angles ―

Souviens-toi ―

Les paroles déclarées par Kirihara à ce moment-là, le son de sa voix ―

Tout concernant ce match était rassemblé dans ces détails. Parcourant l’histoire d’une technique particulière d’un style d’épée, analysant les pensées de l’ennemi, ses priorités, ses déplacements... c’était comme s’il collectait les connaissances concernant la maîtrise d’une école d’épéiste, désossant la position des blessures et leurs angles. C’était comme s’il volait les principes se trouvant derrière son inventeur, les astuces qu’il avait utilisées, exposant le mode de pensée de la personne à l’aide de mots et d’informations présentes dans la voix. Et puis, en plus de tout ce qui se trouvait là, il examina aussi ses actes antérieurs, ses tendances naturelles, sa personnalité, ses techniques, sa conception du monde. Puis en les intégrant, en les analysant, en les comprenant, et cela jusqu’à l’épuisement de toutes les sortes de données en sa possession ― il saisissait ainsi tout concernant la personne appelée Shizuya Kirihara !

Il n’y avait aucune raison pour qu’il ne puisse pas le faire. Ce n’était pas si difficile en soi. Car depuis le début, depuis longtemps, Ikki Kurogane avait toujours combattu de cette façon !

À cet instant, la flèche projetée par Oborotsuki frappa Ikki. La zone qu’elle perça... ne fut pas le sommet de la tête, mais le cœur. Oui, Kirihara avait tendu un piège lors de sa dernière attaque. Cette dernière avait été réalisée avec le sang-froid du chasseur. Son adversaire était déjà dans une situation désespérée, mais juste au cas où, comme si aucune des blessures n’avait eu lieu, il envoya une flèche dans le cœur d’Ikki tout en disant qu’il visait sa tête. Une feinte rajoutée à son invisibilité, son attaque ne permettant déjà pas l’esquive. Et exactement comme Le Chasseur l’avait prévu, la mise à mort invisible perça le cœur d’Ikki.

« ... Oh !? » s’exclama Kirihara.

Ce bruit se répandit de la bouche de Shizuya Kirihara à la vue inexplicable se trouvant devant lui et son esprit se vida d’un coup. Il avait bel et bien envoyé une flèche de mort assurée qui ne pouvait pas être évitée ou bloquée, mais la main gauche d’Ikki l’avait quand même saisie, l’arrêtant au moment où elle allait pénétrer dans sa poitrine.

« C-Comment... ? » demanda Kirihara.

Comment était-ce possible ? Est-ce qu’une telle chose était elle vraiment arrivée ? Pour le chasseur surpris qui avait ainsi été confronté à une réalité au-delà de sa compréhension, sa proie imbibée de rouge toussa avant de lui dire.

 

« ... Comme je le pensais, il n’y avait aucune chance que vous me disiez la vérité, » déclara Ikki.

 

« Qu’est-ce que tu dis — !? » s’écria Kirihara.

À ce moment-là, Kirihara frissonna comme si un ver avait creusé un sillon dans son dos. Les yeux d’Ikki, sans la moindre errance, le regardaient directement alors qu’il devrait être imperceptible.

« Ceci... ne peut pas être..., » balbutia Kirihara.

Il n’avait jamais connu cela avant et une sueur glaciale coulait de tout son corps. Un frisson rampa vers le haut de sa colonne vertébrale et ses membres tremblèrent alors avec fracas. Dans le champ de vision ― d’un Kirihara bouleversé.

« ... Oui, je vous ai attrapé et je ne vais pas vous laisser partir de là, » déclara Ikki.

― le sanguinolent chevalier devant lui se mit à rire faiblement.

***

Partie 12

{QQQ-Que se passe-t-il — !? Le concurrent Kurogane vient d’attraper la flèche qu’il ne devrait pas être en mesure de voir ! Que diable se passe-t-il !? Même moi, qui suis directement sur place, je ne peux toujours pas voir le concurrent Kirihara ! La Zone d’Invisibilité, la furtivité parfaite, est encore active, et donc, les images de nos appareils ne nous montrent absolument pas sa présence... mais elles révèlent que le concurrent Kurogane a réagi face à la flèche qui volait vers lui ! Peut-il voir des choses que nous ne pouvons pas !?} (Présentatrice Tsukuyomi)

{Aha, wahahaha! Il est sérieux !? Ce mec l’a vraiment fait !} s’écria Nene.

Brusquement, Nene, qui était elle aussi responsable des commentaires de cette bataille, se frappa dans les mains tout en faisant un rire retentissant.

{Saikyou-sensei ? Y comprenez-vous quelque chose !?} demanda la présentatrice Tsukuyomi.

{Hehe hehe hehe... ! Oui ! Oui ! J’ai tout compris. C’est exactement comme cela semble être. La Zone d’Invisibilité est désormais totalement inutile.} Annonça Nene.

Aux mots de Nene, Kirihara se mit à réagir par réflexe. « N-ne soyez pas ridicule ! Ma Zone d’Invisibilité est imbattable ! Il n’y a aucune chance que ce déchet de Rang F puisse voir à travers elle ! »

{Ahaha. Oui tu as raison. Mais voilà aussi ce que je pense de cela. La Zone d’Invisibilité de Kiri-yan [1] est le plus fort Art Noble contre les combattants solos. Tu as donc totalement raison d’être confiant à ce sujet, car après tout, on ne peut en aucun cas voir à travers la Zone d’Invisibilité. Mais la chose qui a été vue est... le chasseur lui-même.} Répondit Nene.

« Bon sang ! Qu’est-ce que ça signifie !? » s’écria Kirihara.

{Oh, mon Dieu ! Tu es exceptionnellement terne, mon petit Kiri-yan ? N’as-tu pas vu le combat entre la princesse et Kuro-bou [2] ? À cette époque, Kuro-bou a vu et a volé les Arts Impériaux de la princesse. Mais le vol d’une technique d’épée n’est nullement un exploit ordinaire comme cela peut l’être de simplement imiter un style. C’est à la place quelque chose comme le fait d’absorber un style ou un art de manier l’épée. L’histoire accumulée est ainsi étudiée. Les idées qui indiquent comment on en est arrivés là sont ainsi découvertes, les exposant littéralement, et ceci, jusqu’à être retourné jusqu’au principe de sa fondation. Voilà ce que nous appelons le vol d’une technique d’épée. Et actuellement, il a fait exactement la même chose contre toi. Pendant ce combat, il a volé la personne appelée Kirihara. N’est-ce pas, Kuro-bou ?} demanda Nene.

Aux mots absurdes de Nene, Ikki répondit. « Eh bien. C’est quelque chose comme ça. »

Ikki confirma l’analyse de Nene tout en lui faisant un clin d’œil. Il avait employé sa technique antipersonnel, Le Vol de la Lame, contre Kirihara.

« R-Ridicule ! Comment quelque chose comme cela pourrait-il se produire !? Surtout que je dois toujours être invisible pour toi... ! » demanda Kirihara.

« Exact, je ne vous vois pas. Mais Kirihara-kun, savoir où vous êtes en ce moment ce n’est pas si compliqué, parce que vous avez laissé beaucoup trop d’indices, » déclara Ikki.

« Des indices... ? » demanda Kirihara.

« Les blessures que vous m’avez infligées, » répondit Ikki. « Votre manière d’agir a été saisie à partir de la série des blessures que j’ai reçues. Votre direction, je la connais grâce à l’angle des impacts. Et la distance, je l’ai connu à l’aide de la puissance de vos attaques. Tout cela me dit clairement où vous êtes. Et ainsi, connaître la position du chasseur à un moment donné est facile si je prends en compte ces marqueurs et si je comprends autant de choses vous concernant. Ceci revient finalement à la même chose que de pouvoir vous voir. Dans ce duel, il était correct pour moi de faire ce que je fais habituellement. Que ce soit une technique d’épée ou une personne, il y a toujours un principe qui fondamentalement gouverne toutes leurs actions. Vous pouvez appeler cela un système de valeurs. En utilisant les actions et les plans de cette personne, je peux savoir à quoi cette personne pense en ce moment. Quand et comment je dois me déplacer ! Quelles sont les contre-mesures qui devraient être faites ! Que ce soit pour se mouvoir vers l’avant ou pour reculer, pour attaquer ou pour défendre, toutes les mesures possibles sont complètement et très clairement prévisibles. Par exemple, en ce moment, je sais que vous avez fait trois pas en arrière alors que je vous parlais. »

Le corps de Kirihara se figea d’effroi à la déclaration claire d’Ikki et il laissa fuir un cri silencieux, parce que ce qu’Ikki venait de déclarer était incontestablement vrai. Mais bien sûr, Ikki pouvait connaître la réaction de Kirihara. Le principe dont il avait parlé n’était pas une notion limitée à ici et maintenant. Cette prévisibilité de la pensée humaine était liée à une identité fermement ancrée, pas à quelque chose qui pourrait être changé en un instant. Cependant même si la personne elle-même voulait modifier cette identité, la pensée même d’être plus malin que l’autre provenait de l’identité elle-même et donc cela ne pouvait donc pas échapper à la perception d’Ikki. En volant l’identité de l’adversaire, Ikki avait saisi tous ces sentiments et ces pensées.

Si Ikki devait nommer cette technique, alors cela serait sans aucun doute la « Vision Parfaite » [3]. Avec la découverte de ce pouvoir, Kirihara avait enfin compris une chose. La véritable et horrible puissance du chevalier appelé Ikki n’était nullement sa technique d’épée, ni son coup de pouce d’une minute, ou toute autre chose comme cela. Il s’agissait de sa capacité à exposer et à refléter la véritable nature de tout ce qu’il voyait, un œil si précis tel un miroir magique qui brillait. Ce miroir qui pouvait même capturer l’invisible chasseur. Et donc ―.

« Je vois tout ce que vous êtes capable de faire. Dans ce match, je vais prendre sans aucun doute possible la victoire ! » déclara Ikki.

Avec cette déclaration, Ikki fonça vers l’avant afin d’enfoncer ses crocs dans le « Chasseur » qui avait ainsi perdu son refuge !

« R-Restez loinnnnnn !!! » cria Kirihara.

En réponse, Kirihara mit en place une résistance finale. Bandant Oborotsuki avec tant de force qu’il se mit à grincer, il fit alors face au plafond au-dessus de lui et tira une flèche avec toute sa magie chargée en elle. Un instant plus tard, la flèche explosa dans les airs, devenant ainsi une centaine de copeaux de fer brillant de lumière, mais invisible aux regards des autres. Chutant sur Ikki telle une soudaine averse, ils se précipitèrent sur lui, forant et brisant le sol de pierre du champ de bataille, le soulevant et le cassant à maintes reprises.

Il n’y avait aucun schéma à cette destruction sauvage. L’Art Noble de la Pluie du Million [4] était une attaque de longue portée en aveugle composée de plus d’une centaine de fragments de métal. Kirihara avait conclu que si ses pensées étaient en train d’être ainsi lues, il devrait attaquer la zone sans aucune pensée tapie en lui. L’idée de base était correcte, mais même cela ―.

« Pourquoi !? Pourquoi n’a-t-il pas été touché !? » demanda Kirihara.

― Ikki avait dévié les projectiles invisibles se trouvant sur son trajet, et cela tout en courant à travers cette pluie destructrice sans même subir le moindrement ralentissement. Il se lançait ainsi à travers ce nuage entouré de poussière sans aucune hésitation. En vérité, il avait déjà tout vu à travers tout cela.

« Tout ceci est inutile. Peu importe combien vous essayez de garder votre cœur calme, vous voulez quand même me battre. Vous voulez me tuer. L’envie de votre cœur me crie votre intention de me tuer et cela ne peut en aucun cas être masqué. Peu importe combien vous voulez m’attaquer avec un esprit illisible, l’intention de tuer est présente en vous, » répondit Ikki.

Et la Vision Parfaite avait capturé avec précision cette intention. Attaquer un ennemi sans avoir consciemment le but de tuer en tête était un état mental enseigné par certains arts martiaux, mais ce n’était pas une compétence que quelqu’un comme Kirihara pouvait utiliser. Il avait seulement augmenté le nombre de flèches qu’il avait envoyé en même temps afin de battre son adversaire.

« Que ce soit une centaine de flèches ou un millier, mon Ittou Shura ne tombera pas face à de telles choses ! » (Ikki)

Cette résistance était déjà dénuée de sens. Tel un joueur de rang supérieur qui pouvait prédire une centaine de coups, Ikki avait déjà vu la fin de ce match !

« Attends, attends ! Stop ! Arrêt Arrêt Arrêt Arrêt Arrêt Arrêt Arrêt Arrêt Arrêt Arrêt Arrêt Arrêt, je t’ai dit d’arrêter ! M’entends-tu !? Arrête de plaisanter, putain ! Suis-je censé tomber face à un tel échec d’étudiant de Rang F !? Contrairement à toi, beaucoup de mondes attendent des choses de moi ! Contrairement à une ordure sans valeur comme toi, j’ai des choses à perdre, t’en rends-tu compte ? Quelqu’un comme toi n’a finalement aucune raison de gagner contre moi ! Alors, arrête-toiiiii  !!! » cria Kirihara.

Mais Ikki n’avait nullement arrêté son mouvement. Il ne pouvait plus être arrêté par Kirihara !

« H-Hey ! C’est une blague, hein !? Yeah! Laissons tomber ! Laissons tomber ça ! Ce genre de..., cette lame !? Si tu frappes une personne avec cette chose, ceci va probablement devenir une catastrophe, ai-je raison !? Ce genre de chose n’est pas normal, n’est-ce pas !? Il n’y a pas d’autres raisons pour nous de le faire ! Alors, arrêtons-nous là ! Je sais ! Si l’on décidait du gagnant avec un pierre-feuille-ciseaux ! C’est correct ainsi, non !? Hey, Kurogane-kun ! Ne sommes-nous pas des camarades de classe, et même des amis !? » demanda Kirihara.

Ikki n’avait nullement l’intention de l’écouter. Qui était celui qui avait demandé s’il était lui-même préparé à venir se battre lors de ce combat ? Dès l’instant où un chevalier entrait dans l’arène, il devait être déterminé à tuer ou à être tué. Par conséquent, Ikki ne ressentait nulle pitié. La lame noire allait écraser toutes les défenses de Kirihara, et ainsi, effaçant la distance entre lui et Kirihara, avec son épée, quand enfin ―.

« Haaaaaaaaaaaaaaaa !!! » cria Ikki.

« H-HIIIIIIIIIIIIIIII! A-ARRRETERRRRR !!! Je sais ! Je veux bien perdre ! Oui, je suis parfaitement d’accord que je perds de ce match. ALORS, NE ME BLESSSSSSEZ PAS, MEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEERR... !!! » cria Kirihara.

Ikki frappa vers le bas dans un flash et à ce moment-là, l’espace devant lui fut comme cisaillé par une lumière très brillante. Le corps de Kirihara était actuellement visible au milieu de cette lumière. Kirihara tomba alors sur le dos. Il était déjà inconscient, comme le démonteraient ses yeux révulsés ainsi que la mousse blanche qui jaillissait de sa bouche, mais cela... sans subir la moindre blessure. Sa peau n’avait été que superficiellement coupée, si faiblement qu’il n’y avait même pas de saignement sur la zone du bout de son nez où la lame était entrée en contact.

Ikki avait déjà compris que Kirihara allait abandonner. Et donc, depuis le début, il n’avait jamais eu l’intention de tuer Kirihara. Et encore ―.

La distance prévue était déphasée d’un millimètre.

Même s’il n’avait pas eu l’intention de le blesser, le tranchant de l’épée avait légèrement touché la peau. Même si c’était seulement d’une aussi faible distance, c’était assurément la puissance des flèches de Kirihara qui avait rendu la lecture de la distance difficile.

Je suppose que ma formation est toujours incomplète ? J’ai encore un long chemin à parcourir, pensa Ikki.

Et voyant que le chasseur avait été vaincu par la bête maniant l’épée devant lui ―

« Kirihara n’est plus en état de se battre ! Le vainqueur est donc Ikki Kurogane ! »  L’arbitre annonça ainsi la première victoire d’Ikki.

Notes

  • 1 Kiri-yan : Contraction de « Kirihara-chan ». Par rapport à l’utilisation du suffixe « — chan », qui signifie « petit » et qui est utilisé pour parler aux enfants. Se référer à Kirihara avec ce « Kiri-yan » indique qu’elle le traite encore plus comme un enfant.
  • 2 Kuro-bou : Contraction de « Kurogane bouzu », où « bouzu » signifie « garçon ». Semblable à Kiri-yan, mais il s’agit là d’une façon mièvre pour répondre à un enfant.
  • 3 Vision Parfaite : Il utilise le kanji 完全掌握, « Kanzen Shouaku » signifiant « Compréhention Parfaite »
  • 4 Pluie du Million : Il utilise le kanji 驟雨烈光閃, Shuu'u Rekkousen (« La Pluie de la Lumière Violente »).

***

Partie 13

{Le match est finiiiiii ! Il semblerait donc que le chevalier de Rang F, le concurrent Ikki Kurogane, a acquis la victoire lors de ce match ! Mais alors même qu’il lui avait été interdit d’assister aux combats lors de sa précédente année, il a aujourd’hui vaincu le plus fort des chevaliers de sa génération dans une lutte à mort et a ainsi acquis une première victoire fort belle au cours de ces matches de sélection !} (Tsukuyomi)

Au moment où la victoire d’Ikki fut annoncée à tous, les chaînes qui retenaient son corps semblèrent se rompre. Tout ce qui l’avait soutenu jusqu’à présent céda. Les blessures et les saignements reçus au cours de la lutte ainsi que la fatigue extrême d’Ittou Shura se rassemblèrent d’un coup.

{Félicitations à vous... ! Aaaaah ! Le concurrent Kurogane vient de tomber dans l’arène ! N’est-il pas tout à fait maladroit de s’effondrer après avoir ainsi remporté son match !?} demanda Tsukuyomi.

{Merde. Vite ! L’équipe médicale ! Dépêchez-vous de mettre immédiatement cette personne dans une capsule !} cria Nene.

Acceptant les instructions de Nene, le personnel de l’établissement plaça le corps d’Ikki sur une civière avant de quitter rapidement l’arène. Des capsules IPS avaient été installées dans chacune des arènes d’entraînement et donc, les pires scénarios étaient le plus souvent évités. Et ainsi, après que le gagnant fut parti de cette façon, seul un Kirihara évanoui restait au centre de l’arène, et cela jusqu’à ce que Kirihara soit traîné hors de l’arène par un membre du personnel de l’école.

{Le prétendant Kirihara vient tout à l’heure également de quitter l’arène. Il était considéré jusqu’à maintenant comme étant le principal candidat du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée pour cette année, mais vient inopinément d’être vaincu ! Peut-être à cause de cet énorme choc, mais il semblerait qu’il ne montre aucun signe de pouvoir se lever en dépit de n’avoir reçu aucune blessure !} déclara Tsukuyomi.

Un membre du groupe qui acclamait Kirihara avant cela, et qui avait bien vu la conclusion de la lutte depuis les sièges des spectateurs, toussa avant de déclarer. « Ce n’était vraiment... pas génial. »

« Oui, au dernier moment, ne s’est-il pas... mis à pleurer ? Ceci me met quelque peu mal à l’aise ! » répliqua un autre.

« Franchement, je suis désabusée..., » déclara une autre.

« Partons. Oui, allons ailleurs. J’ai déjà perdu tout intérêt pour lui, » déclara une quatrième.

Depuis leurs sièges de commentateur, Tsukuyomi et Nene regardaient toutes ces personnes en train de discuter.

{Ohohoh ! Les filles qui l’acclamaient jusqu’à présent semblent le quitter en masse. Eh bien ! Il doit être difficile de perdre son idole,} déclara Tsukuyomi.

{Tôt ou tard, il aurait été le moindrement blessé, et donc, ils auraient tous vu qui il était vraiment, n’est-ce pas ?} demanda Nene.

{ ... C’est peut-être vrai, hein ? Oh et bien, la quatrième rencontre se termine ici. Le cinquième match commencera après une période de nettoyage. Et donc les concurrents qui se présenteront lors de ce nouveau match, s’il vous plaît, veuillez vous préparer,} annonça Tsukuyomi.

Après avoir fait cette annonce, Tsukuyomi coupa son micro.

« Ouf... quel combat incroyable. La Zone d’Invisibilité du concurrent Kirihara qui lui avait permis tant de victoires sans subir la moindre blessure vient d’être totalement surpassée par un chevalier de Rang F. Je n’avais pas vu venir cela, » déclara Tsukuyomi.

Se plaçant pour ainsi pouvoir se relaxer, elle avait déclaré cela à Nene qui était à proximité. Mais là où aurait dû être assise Nene, il y avait seulement une note portant un court message : {Ce match a été satisfaisant, alors je suis partie d’ici.}

« Nooon! Je ne veux pas faire ça seule encore une fois ! Que quelqu’un me rejoigne vite ! » cria Tsukuyomi.

***

Partie 14

Alors que Tsukuyomi hurlait son désespoir, les spectateurs étudiants quittèrent un par un la quatrième arène d’entraînement puisque la plupart d’entre eux étaient uniquement venus pour regarder ce match. Mais deux personnes se tenaient là, au milieu de ce flux, sans bouger d’un pouce.

« Avec tant de spectateurs qui quittent l’arène, je me sens un peu mal pour les deux combattants du prochain match, » déclara Arisuin.

Arisuin toussa tout en regardant en direction des personnes qui sortaient, puis demanda à la petite fille qui se tenait à côté de lui. « D’un autre côté... Shizuku, ne vas-tu pas dans sa chambre d’hôpital ? »

Shizuku secoua légèrement la tête. « ... Même si j’y allais, il sera uniquement en train de dormir. »

« Il pourrait être en train de dormir, mais dans le cœur d’une jeune fille, elle voudrait être à proximité à un moment comme celui-ci, n’est-ce pas ? Stella-chan est déjà auprès de lui... Peut-être que tu as pensé à les laisser seuls tous les deux ? » demanda Arisuin.

Il avait posé la question avec soin, mais le visage de Shizuku se gonfla alors qu’elle commença immédiatement à bouder. Elle découvrit ses dents en colère.

« Aujourd’hui est... spécial. On dirait que cette fille a obtenu une victoire, » répondit Shizuku.

Shizuku semblait en apparence très réticente, mais en réalité, elle était très heureuse. Personne ne le savait, mais parce que Stella avait majestueusement déclaré devant les masses un amour pour la volonté ainsi que ses sentiments envers le frère de Shizuku dont personne ne comprenait rien, Shizuku résistait à l’envie de courir immédiatement auprès de lui et donc, elle préférait rester plus loin. Elle se tenait tout simplement ici, parce que, au moins pour aujourd’hui, elle ne voulait pas interférer entre eux.

« Mais c’est uniquement vrai que pour aujourd’hui ! » annonça Shizuku.

« Hahaha... Shizuku, » répliqua Arisuin.

« Quoi ? Tu veux te moquer de moi comme si j’avais perdu ? » demanda Shizuku.

« Pas du tout. Tu ne le sais peut-être pas, mais j’aime beaucoup la façon dont tu agis, » déclara Arisuin.

Ses joues pâles tournèrent au rouge, Shizuku bouda alors de plus en plus.

« Bon sang ! S’il te plaît, ne joue pas avec moi comme ça ! » s’écria Shizuku.

« Haha, je suis désolé. Je ne vais plus toucher à ce sujet. Donc comment puis-je te remonter le moral ? Eh bien, que devrions-nous faire ? Comme nous sommes déjà ici, que dirais-tu de regarder le prochain match ? » demanda Arisuin.

« ... Je ne suis pas très intéressée par cela, » répondit Shizuku.

« Dans ce cas, nous devrions voyager un peu plus loin que d’habitude et aller manger quelque chose de délicieux, juste nous deux ? Avec Ikki blessé comme ça, la célébration pour la victoire d’aujourd’hui sera certainement reportée, » déclara Arisuin.

L’utilisation d’une capsule raccommodait immédiatement les blessures, mais la fatigue ne pouvait pas être réduite si facilement. Ikki serait probablement dans le coma pour le restant de la journée. Et jusqu’à ce qu’il se réveille, Stella sera certainement à son côté.

« Puisque tu donnes un peu de temps seul à ces deux-là, tu mérites un peu de luxe en retour, tu ne penses pas ? » demanda Arisuin.

« ... Un endroit avec de l’alcool savoureux serait très bien. Je suis déjà une adulte après tout, donc..., » déclara Shizuku.

« D’accord ! Je connais un endroit avec une bonne ambiance. Tu vas bien t’amuser, » annonça Arisuin.

« En dépit de ce que je disais tout à l’heure, je vais absolument regretter de laisser cette truie seule avec mon frère pendant quelques heures. Ce qui signifie que je vais être de très mauvaises humeurs. Désolée, mais tu dois être prêt à subir cela, » déclara Shizuku.

« Hahaha. Ne t’inquiète pas, je serai prêt à l’emploi ♪, » répondit Arisuin.

Puis, tout en décidant s’ils allaient retourner dans leur chambre pour changer de vêtements, les deux personnes sortirent derrière le flux des personnes qui quittaient elles aussi l’arène. Regardant le dos des spectateurs qui se trouvait devant eux, Shizuku toussa soudainement.

« Ces gens qui insultaient Onii-sama avant cela, je me demande si elles refuseront toujours de croire qu’il est vraiment fort !? » demanda Shizuku.

« Qui peut le dire ? » répondit Arisuin. « Il y a probablement des personnes qui n’accepteront jamais la réalité même quand ils la voient de leurs propres yeux. Mais tout le monde qui possède la force d’essayer d’aller au sommet des Sept Étoiles va sûrement le reconnaître et ainsi, ils se rappelleront tous le nom d’Ikki Kurogane. Alors Ikki ne sera ainsi plus considéré comme un Chevalier Raté qu’il semblait être jusqu’à présent. Certainement pas. »

Les paroles d’Arisuin étaient tout à fait correctes. Aujourd’hui fut un point décisif pour Ikki, car le Chevalier Raté prit dès lors un nouveau nom dans tous les recoins du Net.

Le Roi sans Couronne de l’Épée.

Un tel nom démontra clairement qu’Ikki ne restera pas juste un Chevalier Raté. Et tout cela, car Ikki Kurogane avait battu l’un des principaux candidats représentatifs du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée.

***

Partie 15

« Bien bien ! Le match d’aujourd’hui a été un spectacle étonnant. Un Chevalier de Rang F redoublant a ainsi fait chuter Le Chasseur qui utilisait le plus fort Art Noble antipersonnel qui soit et cela, en utilisant une telle méthode non conventionnelle ? Voir à travers l’identité de son adversaire en plein milieu d’un match est bien au-delà de ce que peut faire l’homme, » déclara Nene.

À côté des sièges de spectateurs de la quatrième arène de formation pouvait être vue une petite silhouette d’un rouge éclatant qui montait l’escalier tandis que ses chaussures faisaient un bruit de *clack clack*. Elle était celle qui avait fui après avoir effectué quelques commentaires au cours du match, Nene Saikyou. Et elle était en train de prononcer un monologue concernant le match avec une attitude passionnée.

« Personne, pas même dans la ligue de classe A, ne pourrait faire quelque chose comme ça. Non, non, il est bien approprié qu’il soit l’arme secrète de Kuu-chan. Les batailles de sélection seront certainement très agréables ~. Mais la prochaine fois, je veux qu’il affronte un adversaire bien plus fort. Par exemple, oui... comme la présidente du Conseil Étudiant de l’Académie Hagun, » continua Nene.

Elle venait de finalement d’arriver au dernier rang des sièges des spectateurs.

« N’êtes-vous pas d’accord avec moi, vous, les membres du Conseil Étudiant de l’Académie Hagun ? » demanda Nene.

Elle se tourna alors vers les quatre chevaliers se tenant là, avec un sourire montrant bien qu’il y avait un sens caché derrière ses propos. Ces quatre possédaient un pouvoir magique d’une qualité bien évidemment supérieure vis-à-vis des étudiants qui quittaient actuellement l’arène et ils avaient tous des surnoms personnels.

Le vice-président, « Cinquante Cinquante » Utakata Misogi.
La trésorière, la « Scharlach Frau » [1] Kanata Toutokubara.
Le secrétaire, le « Destructeur » Ikazuchi Saijou.
La directrice des affaires générale, la « Grande Coureuse » Renren Tomaru.

Elles étaient les personnes les plus influentes de l’académie Hagun.

« Il est dommage que Toka-chan ne soit pas ici, n’est-ce pas ? Elle voulait voir le match d’aujourd’hui, vous le saviez ? Mon intuition dit que Kuro-bou deviendra le rival de Toka-chan lors des batailles de sélection, » déclara Nene.

Aux paroles de Saikyou, Utakata Misogi, un élève du primaire... non, un petit garçon qui pouvait même prit pour un enfant de la maternelle, éclata de rire.

« Ahaha — ☆. Saikyou-sensei a délibérément déclaré cela à haute voix, n’est-ce pas ? » demanda Utakata Misogi.

Kanata Toutokubara, la grande fille blonde vêtue d’une robe blanche et pure comme si elle était une noble française et qui portait en tout temps un parasol, même si elle était à l’intérieur, sourit alors qu’elle se tenait à côté du petit Utakata. « Hmm. Oui, tout à fait. Il a combattu si vaillamment après avoir subi d’importantes blessures, de sorte qu’il serait déplorable de ne pas l’estimer avec une valeur encore plus élevée, n’était-ce pas ce que vous dites ? »

« Hehe. Pour cette fois-ci, n’êtes-vous trop confiante ? Est-ce que le fossé de puissance entre les étudiants réguliers et les quatre meilleurs du Festival de l’Art de l’Épée de l’année dernière est-il vraiment si important ? » demanda Nene.

« Ahaha —☆. Saikyou-sensei déclare donc vraiment délibérément cela. Même si elle le sait déjà, » répondit Kanata Toutokubara.

« Hmm, c’est sûrement ainsi. Il est vrai que même sans regarder dans les choses du passé, comme dans les dossiers des années précédentes, c’est clair, » déclara Utakata Misogi.

« Qu’est-ce que vous dites ? » demanda Nene.

Toutokubara leva légèrement son visage et plissa ses yeux bleus comme elle regardait loin.

« C’est assez simple. Même avec ces griffes, et peu importe comment sont pointus ses crocs... comment une souris gagnerait-elle contre un lion ? Elle ne remarquera même pas ce garçon, notre princesse est bien loin de lui. Elle ne pourra même pas voir quelqu’un comme lui de tout en haut, » déclara Toutokubara Kanata.

Notes

  • 1 Scharlach Frau : il s’agit d’allemand qui signifie la « Femme Écarlate ».

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire