Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 9

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Le Début de la Bataille

Partie 9

« ... Cruel..., » déclara Tsukuyomi.

Ceci faisait dix minutes que le match avait commencé et la voix de Tsukuyomi, qui assurait actuellement la couverture médiatique en direct du stade, vacillait. Dans l’arène, Ikki pouvait à peine soulever son épée avec ses mains ensanglantées. Il avait été réduit à cela après que les flèches invisibles de Kirihara eurent totalement détruit sa stratégie. Pourtant, la bataille continuait toujours, et cela parce que les flèches avaient déjà transpercé chacune des parties de ses bras et de ses jambes, mais aucune n’avait percé ses entrailles. Était-ce de la miséricorde ? Non, tout le monde qui regardait actuellement ce match à sens unique savait que cela n’était pas le cas. Ce spectacle montrait simplement un chasseur qui tourmentait son actuelle proie.

À ce match trop déséquilibré, Tsukuyomi essaya tant bien que mal de plaider auprès de Nene assise ses côtés. « Saikyou-sensei ! Il n’y a plus de sens dans ce combat ! Je vous en supplie, s’il vous plaît, arrêtez le match ! Nous ne pouvons pas regarder plus longtemps autant de cruauté ! »

Mais Nene ne répondit rien à la suite de la proposition de Tsukuyomi. Dissimulant sa personnalité insouciante qu’elle avait quelques instants avant, elle regardait l’arène avec une expression terriblement sérieuse, alors, Tsukuyomi, impuissante, poursuivit son émission en direct.

{ ... Le concurrent Kurogane a admirablement bloqué la première attaque de Kirihara, mais à partir de la seconde flèche qui est désormais invisible, il est totalement incapable de réagir et le match est totalement dominé par Kirihara. Mais malgré ceci, le concurrent Kurogane n’a toujours pas abandonné. Peut-être a-t-il un plan en tête ?} (Tsukuyomi)

Ikki ria amèrement en entendant l’annonce de Tsukuyomi. Je ne peux même pas dire cela. Ma stratégie était trop superficielle...

S’il avait réfléchi au fait que Kirihara serait évidemment différent entre cette année et l’année passée, il aurait su que l’instant tout au début du match serait le moment où la furtivité serait moins efficace et que c’était là l’instant où la victoire lui aurait été le plus probable. En réalisant quelque chose de si évident si tard, Ikki devint de plus en plus conscient de sa propre tension mentale ainsi que de sa perte de sang-froid.

Est-ce comme me l’avait dit Alice, hein ? pensa Ikki.

En y repensant, le rêve qu’il avait vu ce matin pouvait tout à fait être les cris de son cœur qu’Arisuin avait mentionné, mais Ikki ne l’avait pas réalisé à ce moment-là. Il était trop habitué à endurer et ceci donnait maintenant ce résultat si pathétique.

... Non, je ne peux plus me permettre de m’inquiéter de cela maintenant, pensa Ikki.

Eh bien, quelle était alors la meilleure option ? Que devait-il faire à partir de maintenant ? Comment pourrait-il capturer cet adversaire invisible ?

« Heh heh heh. Ne pas abandonner même si tard dans ce jeu... c’est au-delà de l’incroyable, » déclara Kirihara.

« ... Abandonner au cours de ce combat... ce serait encore pire que de devoir recommencer une année, » répondit Ikki.

« Oui, oui, ceci te ressemble tout à fait. Bon, pour te montrer un peu de respect, je vais te donner un avantage. Je vais te dire l’endroit où je vais visé lors du prochain tir. Alors, essaye de l’éviter. Maintenant, je vais commencer par viser la cuisse gauche, » déclara Kirihara.

« Gah ! » s’écria Ikki.

« Quel est le problème ? Ta réaction est trop lente. Là, l’épaule droite ! » déclara Kirihara.

« Guh...! » cria Ikki.

« Aller ! Essaye quand même d’esquiver ! Le prochain est ton oreille droite ! » annonça Kirihara.

« Uwa! » cria Ikki.

« Tes mouvements sont trop lents, Kurogane-kun ! N’as-tu pas une certaine motivation ? Mets un peu plus de combativité dans ce combat et bouge-toi ! Maintenant, l’épaule gauche ! La cuisse droite, la paume droite, le mollet, le genou droit, l’intestin grêle, l’estomac ! Le foie ! Les reins ! Le gros intestin ! Tu vas mourir, oui, tu vas mourir ! Si tu n’esquives pas un peu mieux, tu vas mourir ! » cria Kirihara.

« Guaaaaaaah ! » s’écria Ikki.

Finalement, les genoux d’Ikki ne purent plus le soutenir. Il s’effondra quand les flèches de Kirihara commencèrent à frapper ses organes internes de son torse.

« Hehehe, Hahaha ! Un être si misérable et sale ! Tu as un visage si misérable, n’est-ce pas, Kurogane-kun ? Et maintenant, tu continues à te battre, haha, tu continues à te battre avec le sourire. Tu devrais avoir une bonne raison de continuer à te battre ainsi, n’est-ce pas ? Après tout, Kurogane-kun, tu es dans ce match parce que tu veux obtenir ton diplôme, non ? » demanda Kirihara.

{Hein... !?} Face aux paroles inattendues de Kirihara, les spectateurs retinrent tous leur souffle.

{H-Hé, qu’est-ce qu’il vient de dire à propos de l’obtention de son diplôme ?}

{Ils nous ont dit que de ne pas rejoindre les batailles de sélection n’aura pas d’incidence sur nos notes, non ?}

{Attendez une seconde ! J’ai refusé parce qu’il n’y avait pas de pénalité pour cela.}

 

« Ah, désolé, désolé tout le monde. On dirait qu’il y a actuellement un petit malentendu. Calmez-vous. Le seul qui veut obtenir un diplôme de cette manière est ce mec-là. Ce Chevalier de Rang F ici présent, Ikki Kurogane-kun, qui possède une capacité si inférieure et ordinaire qu’il semblerait qu’il ne puisse pas obtenir son diplôme par les voies normales. À cause de cela, la nouvelle directrice a donc créé une exception qui est que s’il prend part au championnat du Festival des Sept Étoiles de l’Art de l’Épée et qu’il devient le Roi des Épées des Sept Étoiles, il pourra quand même obtenir son diplôme, » annonça Kirihara.

Cette vérité fut ainsi annoncée aux spectateurs. Leurs agitations cessèrent soudainement, et quand, d’un coup, ―.

 

« « ... Bu-AHAHA HAHA HAHAHAHAHAHA !!! » » Un rire qui fluctuait telle une marée venait ainsi d’exploser en provenance de presque la totalité des spectateurs et il remplissait totalement la quatrième arène d’entraînement.

 

{Il obtiendra son diplôme en devenant le Roi des Épées des Sept Étoiles !? Hé hé, vous n’êtes pas sérieux !}

{Il n’y a aucune chance qu’une telle chose soit possible pour un Rang F ! La directrice lui a seulement fait une méchante blague !}

{Pfff et cet idiot a accepté cette promesse !?}

{Hahaha, il a oublié sa place et est venu ici. Il est totalement pitoyable, non !?}

{Il n’y a aucune chance qu’une personne qui se fait écraser à son premier combat puisse devenir le Roi des Épées des Sept Étoiles, n’est-ce pas !? Hahahahahaha!}

Le Roi des Épées des Sept Étoiles était le sommet pour tous les étudiants-chevaliers du Japon. Parmi les dernières générations de rois, la quasi-totalité d’entre eux était de Rang B, avec quelques-uns qui étaient de Rang C et une extrême minorité était des chevaliers de Rang A. Un Rang F, un étudiant raté, inférieur à la moyenne qui rampait dans la poussière, ne pouvait pas prendre ce sommet. En toute logique, ceci ne pouvait être qu’une blague.

Mais il y avait des gens qui élevèrent leurs voix pour s’opposer à ce mépris retentissant. Ils étaient tous des camarades de classe d’Ikki.

{Ce n’est pas vrai ! Kurogane-san est vraiment incroyable !}

{C’est vrai ! Nous l’avons vu ! Nous avons vu Kurogane-san défaire à mains nues cinq personnes brandissant leurs Dispositifs !}

{En plus de cela, Kurogane-kun a également gagné contre Vermillion-san qui est un chevalier de Rang A ? Un Rang A qui ne montre que rarement son nez, même parmi les Rois des Épées des Sept Étoiles ? Et il possède de réelles capacités qu’il lui permette de gagner !}

Mais les répliques se firent.

{Idiots. Vous ne savez pas ? Cet enregistrement a été fait pour être juste quelque chose de trafiqué comme on peut en trouver sur l’Internet.} (Spectateur hostile à Ikki)

{C’est vous, les gars, qui êtes des idiots. Comment une princesse pourrait-elle participer à quelque chose de ce genre ? C’est totalement impossible, même si vous pensez cela.} (Camarade de classe d’Ikki)

{Qu’est-ce que vous en savez ? Saviez-vous que votre Rang F est un fils du clan Kurogane, et qu’il provient donc d’une lignée de Chevalier-Mage riche et de renommée mondiale ?} (Spectateur hostile à Ikki)

{C’est vrai, oui c’est vrai. La famille Kurogane a certainement envoyé de l’argent au pauvre Empire Vermillion et ainsi, ils ont arrangé un match truqué pour soutenir leur enfant. C’est probablement pour le distinguer en lui faisant gagner contre une pseudo-prodige.} (Spectateur hostile à Ikki)

{Quooi... ceci ne peut pas être vrai !} (Camarade de classe d’Ikki)

{Même si vous dites que cela ne peut pas être vrai, alors le fait qu’un Rang F qui gagne contre un Rang A est encore moins probable. Nous ne savons pas pourquoi elle a bien voulu soutenir ce sale type, mais cela devrait être vous, les gars, qui devriez mettre un peu de bon sens dans votre tête ?} (Spectateur hostile à Ikki)

À cet argument, les camarades de classe d’Ikki qui le soutenaient avalèrent leurs mots, laissant ainsi l’arène ne se remplir de rien d’autre que de huées hostiles.

{Quelqu’un qui achète une victoire avec l’influence de ses parents. Pfff. Pense-t-il devenir ainsi le Roi des Épées des Sept Étoiles ? Ne me faites pas rire, imbécile !} (Spectateur hostile à Ikki)

{Vous êtes une ordure, une honte pour nous, les chevaliers !} (Spectateur hostile à Ikki)

{N’êtes-vous pas allé au-delà de votre capacité en dépit d’être un minable Rang F !? Vous n’êtes qu’un tricheur !} (Spectateur hostile à Ikki)

La famille Kurogane qui truquerait un match pour soutenir leur propre fils ? Il s’agissait là d’un mensonge basé sur des rumeurs sans fondement. Sans aucun doute, il s’agissait du fantasme irresponsable de quelqu’un allant anonymement sur un forum en ligne, et qui avait ainsi rentré dans la conscience collective du public où tout cela s’était largement répandu pour devenir une soi-disant réalité. Il n’y avait aucune chance que le clan Kurogane continuerait à tourmenter Ikki en faisant une telle chose et cela même en tant que simple plaisanterie. De plus, c’était aussi totalement absurde de penser que la royauté de l’Empire Vermillion pourrait accepter un pot-de-vin de ce qui n’était rien de plus qu’une simple famille de Chevaliers-Mages.

Cependant, ce fantasme avait été accepté comme une vérité ici, car il était tellement confortable. La majorité des étudiants-chevaliers étaient de rang D et rang E. Des envieux qui ne cessaient de se tourner vers ceux qui étaient appelés les « Prodiges » qui existent au-dessus d’eux. Pour ces rangs D et E, ceux marqués en tant que Rang F était peu nombreux et inférieurs à eux-mêmes. Et cela les sécurisait en leur permettant d’avoir des gens à mépriser et à abuser. Ils avaient besoin de personnes inférieures qu’ils pouvaient surpasser, et qui les appelaient eux-mêmes en tant des génies et les considéraient comme bienheureux. Et parce qu’ils étaient résignés à ne jamais réaliser des exploits comme le fait de battre un Rang A, il leur fallait peu de chose pour se sentir bien. Et c’est pourquoi ils avaient pris ce fantasme commode comme une vérité et qu’actuellement, ils haussaient leurs voix pour crier des insultes.

À ces mots, Ikki grinçait des dents.

C’est tellement frustrant...

Ikki n’avait pas particulièrement besoin de l’évaluation d’autrui et encore moins de l’approbation d’une quelconque personne. Il ne se préoccupait donc pas de savoir ce qui se disait de lui. Mais... il souffrait que même de mauvaises choses soient aussi dites contre Stella. Alors bien sûr sa propre inutilité était très irritante pour lui.

« Oh, oh ! Il semblerait que beaucoup de monde parle de toi. Mais ceci ne peut pas être évité, parce qu’ils ont vu que ton rêve était bien au-delà de tes moyens et donc ils sont en colère contre toi, » Kirihara lâchait des insultes sans relâche, tandis qu’Ikki, qui était tombé à genou, baissait la tête.

« Que dirais-tu d’accepter les faits tels qu’ils sont ? Un menu fretin avec quelque chose comme le renforcement de sa capacité qui continue à se battre dans ce lieu ? En raison de ma Zone d’Invisibilité, tu ne peux même plus utiliser tes bras et tes jambes. Ceci est la réalité, n’est-ce pas ? Le statut d’une personne est déjà décidé dès la naissance. En fin de compte, il n’y a aucune vérité dans les idées comme quoi beaucoup d’efforts peuvent surpasser le talent. Peu importe comment tu agis courageusement, finalement, tu es juste très laid. Hé ! Est-ce que c’est ce que tout le monde pense maintenant !? » demanda Kirihara.

{Oui, c’est tout à fait ce que dit Kirihara-kun !} (Spectateur hostile à Ikki)

{Tu es vraiment disgracieux ! Tandis que Shizuya-kun, il est tellement magnifique !} (Spectateur hostile à Ikki)

{Adieu ! Toi le sale bâtard népotiste !} (Spectateur hostile à Ikki)

{C’est vraiment impudique pour ta position sociale de faire ainsi défection, connard ! Et combien de temps vas-tu encore nous montrer cette laideur !?} (Spectateur hostile à Ikki)

Les spectateurs avaient ainsi agi en harmonie avec l’influence de Kirihara. Leurs voix avaient alors été de plus en plus une forte pression qui frappait le corps d’Ikki. La douleur se répercutait dans son corps, ce qui lui fit grincer ses temps alors qu’il subissait ce sentiment d’impuissance.

Suis-je vraiment laid ?

En effet, on pouvait le regarder de cette façon. À l’heure actuelle, il n’avait pas de stratégie efficace contre la Zone d’Invisibilité, une furtivité qui cachait le son, les indications, l’odeur et la forme. Il ne pouvait même pas dire si une attaque venait jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Que devait-il faire face à un tel adversaire ? Il n’en avait pas la moindre idée et à ce stade, il était encore conscient seulement à cause de sa volonté. Sa volonté de ne pas abandonner qui était maintenant tendue à sa limite. S’il cédait, la marque noire provoquée par le fait d’avoir été vaincu dans une bataille de sélection serait inamovible, mais ceci ne serait-il pas toujours mieux que cette amertume ? Au moment où le cœur d’Ikki était le plus vulnérable...

 

« TAISEZ-VOUS TOUS !!! »

 

Un rugissement balaya les huées tel un tsunami et tout le monde se tourna alors dans la direction d’où cela provenait. Elle était là ―.

... Stella.

― la Princesse Écarlate se tenait debout, avec ses pupilles cramoisies brûlant d’une indignation sans limites. Une pluie de braises tourbillonnait tout autour de sa silhouette.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire