Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 1 – Chapitre 4 – Partie 6

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 4 : Le Début de la Bataille

Partie 6

« Ikki Kurogane, première année de la classe Une ? Votre identité a été confirmée. Voici votre terminal étudiant. » (Réceptionniste)

La réceptionniste en face de la salle d’attente venait de compléter les formalités pour le match à l’aide de son terminal informatique.

« Avant que le premier match ne se termine, je vais vous expliquer les règles pour les batailles de sélection. Ces batailles utilisent le même format de véritable combat que lors du Festival des Sept Étoiles : Un duel en un contre un. Il n’y a aucune limite de temps. Comme il s’agit d’un véritable combat, la forme illusoire n’est donc pas utilisée, et donc, il est possible que la vie des participants soit en danger. Des professeurs ainsi que des membres du personnel sont présents dans l’arène pour prévenir de tels incidents et en fonction de la situation, l’arbitre peut aussi arrêter le match, mais la sécurité absolue n’est néanmoins pas garantie. Après avoir pris ces risques en compte, si vous êtes toujours déterminé à participer, veuillez appuyer sur le bouton "Oui" se trouvant sur l’écran du terminal. Sinon, s’il vous plaît, appuyez sur le bouton "Non". Cependant, une fois que vous aurez appuyé sur "Non", vous ne pouvez plus rejoindre les matches de sélection, donc s’il vous plaît, choisissez avec soin. » (Réceptionniste)

Ikki pressa sur le "Oui" sans montré la moindre hésitation.

« Wahaha ! Un jeune homme qui prend une rapide décision, je vois — . ♪ »

« ? » (Ikki)

Une voix enjouée fit alors se tourner Ikki sur lui même et là, debout derrière lui, se trouvait une petite fille portant un kimono blanc à motifs de fleurs ainsi qu’un haori rouge [1] très voyant. Les caractéristiques de cette innocente jeune fille étaient un kimono très ouvert qui ne lui correspondait pas. Cette combinaison donnait une impression terriblement enfantine, mais Ikki savait qu’elle n’était nullement une étudiante.

Rakudai Kishi no Chivalry Volume 01 Page 245, Nene qui vient rendre visite à Ikki avant son premier match.

« Nene Saikyou-san... n’est-ce pas ? » (Ikki)

« Ohh ? Tu connais mon nom ? » (Nene)

« Tout le monde dans cette école connaît le représentant japonais des Jeux olympiques de l’an dernier et aussi le meilleur candidat de la KOK, la "Princesse Yaksha" [2]. » (Ikki)

"KOK" était le "Sommet des sommets pour les Chevaliers (King of King)", une compétition entre Blazers se faisant face à face. Il s’agissait là du sport le plus populaire dans le monde avec, disait-on, des recettes de diffusions de plus de trois milliards de yens pour chaque année [3]. Tous les Mages-Chevaliers savaient tout de cette personne, qui était à la fois une étoile resplendissante ainsi qu’une célèbre athlète très active qui était considérée comme étant la plus forte de la région Asie-Pacifique. Après cela, elle était aussi devenue un sujet récurrent ​​dans de nombreux talk-shows, car elle avait une vie privée assez infâme. Mais ceci n’était pas quelque chose qu’il devrait mentionner en face de la personne en question, mais...

« Mais pourquoi est-ce qu’une professionnelle active se trouve dans un endroit comme celui-ci ? » (Ikki)

« Bien sûr, je suis venu uniquement dans le but de te rencontrer, Ikki Kurogane... — kun. » (Nene)

« Moi ? » (Ikki)

« Oui, oui. Depuis que Kuu-chan... ah, je devrais plutôt dire devant toi Shinguuji, m’a parlé de toi, je me demandais quel genre de Rang-F était la personne dont Kuu-chan avait les yeux rivés dessus, alors je suis venu ici pour la voir en personne. » (Nene Saikyou)

« Haa... Mais je pensais que l’académie avait complètement restreint l’entrée des personnes provenant de l’extérieur. » (Ikki)

« Ceci n’est pas un problème. Après que Kuu-chan ait fait virer tous ces enseignants si inutiles, elle n’avait plus suffisamment de collaborateurs, alors je suis venue pour l’aider pendant mon temps libre puisque nous sommes de la même génération. J’ai même reçu une nomination officielle en tant qu’enseignante. » (Nene)

« Je vois, c’est ainsi que cela s’est fait ? » (Ikki)

Ikki avait instantanément compris ce que tout cela sous-entendait, car il savait aussi que le personnel enseignant de l’ancien directeur avait été massivement restructuré au moment où Kurono avait pris ses fonctions. Nene hocha la tête.

« Après ceci, eh bien, je voulais aussi pouvoir profiter de l’occasion pour goûter à quelques jeunes gens si délicieux... ha, attends. Peut-être que je ne devrais pas dire quelque chose comme cela ? Fait plutôt comme si je n’avais rien dit. » (Nene)

« Je n’ai rien entendu. » (Ikki)

« Wahaha. Mon garçon, j’aime les hommes qui ont du tact. J’aime aussi les hommes galants. Une prompte et forte décision est aussi très attrayante. Tous les matches avant le lycée utilisaient la forme illusoire, de sorte que beaucoup d’enfants paniquent lorsque leurs combats à l’école se transforment en de véritables combats, n’est-ce pas ? » (Nene Saikyou)

Les combats réels étaient toujours accompagnés d’effusion de sang. Même dans les batailles de la ligue KOK, il n’était pas rare de voir des bras et des jambes coupés et envoyés valsés. Ces blessures étaient bien entendu soignables grâce à l’utilisation de capsules iPS, mais le spectacle des membres sectionnés était pour beaucoup quelques choses de dévastateurs mentalement. Les nouveaux étudiants avaient naturellement peur à cause de ces mêmes images. Cependant, Ikki secoua négativement la tête.

« Je connaissais déjà tout cela depuis que j’ai décidé de devenir un Chevalier-Mage. » (Ikki)

« Même si tu le sais, il est dans la nature humaine de perdre son sang-froid. Pourtant, ton courage est digne d’être celui dont Kuu-chan a posé les yeux dessus, hein ? Et en regardant de près, tu as vraiment un visage merveilleusement mignon. N’est pas vrai, mon garçon ? » (Nene)

À ce moment, le mètre de distance séparant Ikki et Nene disparut instantanément.

« Hein !? » (Ikki)

Ikki fut surpris que quelqu’un puisse arriver aussi proche de lui d’une manière totalement inattendue. Nene s’était alors gracieusement collée contre la poitrine d’Ikki et maintenant, elle fit tourner sa tête vers lui, affichant un regard séducteur.

« Que dirais-tu d’une leçon spéciale et privée ce soir directement dans ma chambre — . » (Nene)

« Salope ! Que fais-tu à mon élève ? »

Une voix menaçante vint alors de derrière la tête de Nene. Sa propriétaire n’était nulle autre qu’une femme renfrognée portant un costume, la directrice Kurono Shinguuji.

« Wow ! Quelle surprise ! Arrête ça Kuu-chan. Arriver ainsi debout derrière moi si soudainement. J’aurais pu te tuer avant que je ne réalise qui c’était. » (Nene)

« Comment pourrais-tu me tuer même si tu avais essayé ? Ceci mis à part, qu’est-ce que tu fais ici ? Tu étais censée faire des commentaires et de la surveillance à la quatrième arène d’entraînement, non ? » (Kurono)

« Ah oui ! Mais ce match était ennuyeux, donc comme j’avais un peu de temps libre, je suis venu pour inspecter un peu le favori de Kuu-chan et peut-être prendre la chance de cueillir une fleur. » (Nene)

« C-Ce n’est pas comme s’il s’agissait de mon préféré ! » (Kurono)

Kurono semblait un peu gênée par la déclaration de Nene, alors elle attrapa les cheveux de Nene en créant ainsi un bruit sourd et Ikki put voir que son regard avait une expression inhabituelle.

« Désolé, Kurogane. J’ai troublé votre concentration avec cette si étrange querelle. » (Kurono)

« N-Non. J’étais juste un peu surpris, mais je vais bien. » (Ikki)

« Elle va retourner dès maintenant à son poste, alors ne vous inquiétez pas au sujet des absurdités qu’elle vient de débiter. Hé ! Retourne donc à ton poste, toi, l’indécence publique ! » (Kurono)

« Ouais ouais ! J’ai compris, j’ai compris. Donc, cesse de me traîner par mes vêtements ! J’ai déjà compris ! » (Nene)

Kurono tira Nene plus loin, et son action générait le son d’un objet traîné sur le sol. Alors qu’Ikki les regardait ainsi partir, Kurono lui laissa un dernier message par-dessus son épaule.

« Je l’ai déjà dit il y a quelque temps, mais n’exagérez pas trop au cours de ce combat, car ce soir sera une soirée de célébration avec tout le monde. » (Kurono)

Ses mots sous-entendaient qu’il gagnerait.

« Wahaha. On ne peut rien y faire si les plans ont déjà été établis, non ? Dommage, dommage. Si c’est comme cela, alors montre-moi un combat divertissant. Ton match est en plus celui que je vais surveiller. » (Nene)

Un mince index sortit alors de la longue manche de Nene et fut pointé dans la direction d’Ikki. Nene laissa flotter un petit rire au coin de sa bouche et c’était ainsi qu’elle quitta la pièce avec Kurono, ses sabots faisant un bruit de frottement alors qu’elle était traînée.

Quel était le sérieux de tout ça... ? Que cette personne est vraiment une personne illisible.

Cependant, son corps émettait une grande puissance.

En un instant, elle s’est collée à moi avant que je ne puisse m’en rendre compte.

Ikki n’avait jamais ressenti ceci auparavant. Cette expérience inconfortable de quelqu’un qui avait été capable se rapproche de lui sans être en mesure de réagir. C’était probablement une sorte d’art martial classique, peut-être une variété d’un jeu de jambes issue d’une ancienne lignée d’arts martiaux japonais. Il ne savait pas exactement quel genre de technique c’était, mais―.

« ... Euh, ceci n’est pas bon si je ne me concentre pas sur le match qui est juste face de moi en ce moment. » (Ikki)

Un jeu de jambes qui utilisait un contact les yeux dans les yeux avec un adversaire pour ainsi rendre la distance difficile à estimer. Il s’agissait là d’une technique intéressante, mais il n’y avait probablement aucune chance qu’il puisse s’entraîner à cela pour le moment, et donc, il supprima ses pensées concernant cela afin de se préparer pour son important match.

Tout en se concentrant sur sa préparation, Ikki entra dans la salle d’attente. Il y avait là-bas plusieurs casiers et bancs, ainsi que de grands miroirs apposés contre les murs. C’était par ailleurs un espace plutôt morne avec vraiment rien d’intéressant à voir. Cependant, à l’intérieur de cette pièce, il y avait également une petite porte qui créait une étrange pression sur Ikki. Au-delà de cette porte se trouvait l’arène où débutera bientôt sa première bataille.

Je suis enfin arrivé ici, hein ?

Le Roi des Épées des Sept Étoiles. La route qui menait au sommet en tant qu’étudiant-chevalier. Cette étape commençait enfin. En venant ici... beaucoup de choses étaient arrivées au cours de ce long chemin. Famille, temps, amis... il avait perdu beaucoup de choses. Néanmoins, il avait continué à marcher vers l’avant sans jamais renoncer et il était arrivé à ce moment-là tant attendu. Au-delà de cette porte, son combat contre Kirihara l’attendait. Toute cette douleur et ses sacrifices étaient-ils utiles ? Maintenant, il était devenu rendu à l’instant où il pourrait obtenir sa réponse, mais ―.

*

*Bo-Bouuum*

*

« Hein !? » (Ikki)

Son cœur avait comme soudainement bondi.

Q-Qu’est ce... que c’est ?

Son champ de vision s’était mis à trembler d’une manière incontrôlable. Les couleurs étaient devenues floues comme dans une peinture à l’eau et en plus, il se sentait comme malade. Quelque chose arrivait-il en ce moment à son corps ? Il ne le savait pas. Il ne savait plus rien, mais sa gorge lui donnait l’information qu’il avait terriblement soif. De l’eau. Il devrait boire un peu d’eau ―. À cette pensée, Ikki ouvrit le bouchon de la bouteille en plastique qu’il avait apportée. Cependant, sa main ne bougeait actuellement pas comme il le souhaiterait et la bouteille tomba sur l’un des bancs. Le bouchon roula au loin et de l’eau se déversa sur le sol. Ses chaussures devinrent alors mouillées. Ne devait-il pas essuyer cela. Avec quoi ? Comment ? Non, avant ça, un son provenait — de sa gorge.

*

{ Première année Ikki Kurogane. Et Deuxième année Shizuya Kirihara. Votre match va maintenant commencer, alors s’il vous plaît, venez immédiatement à l’entrée. }

*

L’annonce avait fait remonter la conscience d’Ikki jusqu’à la surface de ses pensées turbulentes. Quand il regarda l’horloge alors qu’il était en pleine confusion, il vit qu’il était déjà 1 h 30. C’était arrivé si rapidement.

Merde, combien de minutes suis-je resté debout ainsi ici... ?

« Kuh... » (Ikki)

Impossible que je sois si nerveux...?

Calme-toi. Calme-toi. Ikki reprit dès lors le contrôle de son cœur, en devenant conscient de lui-même. Il avait déjà vu à travers la ruse de son adversaire en observant la vidéo. Il avait analysé la force que son ennemi utilisait pour ces tirs, ainsi que l’angle des tirs et les manœuvres prévues par la suite. Il avait déjà mis au point un moyen de briser le Art Noble de Kirihara, la Zone d’Invisibilité. Il avait forgé sa contre-attaque à travers de nombreuses simulations.

C’était correct d’être nerveux, mais il faut aussi gagner. Et s’il gagnait maintenant, les difficultés qu’il avait dû supporter jusque-là maintenant gagneraient leurs justifications, parce qu’elles seraient devenues utiles — !

Avec ceci ancré fortement dans son esprit, Ikki contrôla la pulsation de son cœur et alla ouvrir la porte de l’arène.

Notes

  • 1 Haori : Il s’agit d’un vêtement japonais se portant sur le dessus du kimono. Mais il était avant cela porté par les combattants sur le dessus de leur armure tout comme les chevaliers européens portant leurs tablards.
  • 2 Yaksha : Il s’agit là d’un type d’esprit de la nature se trouvant dans l’hindouisme, le jaïnisme et le bouddhisme. Ils possèdent tous une double personnalité : un inoffensif, et l’autre méchant.
  • 3 trois milliards de yens représentent environ 30 milliards de dollars américains. En comparaison, les Jeux Olympiques de Londres de 2012 ont permis de gagner environ trois milliards de dollars en revenus de diffusion.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire