Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 7

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 3 : Rébellion

Partie 7

« Il est préférable que je sorte seule... De toute manière, j’aurais été découverte tôt ou tard... Alors tout va bien. S’ils savent qui je suis, ils ne vont certainement pas me tuer tout de suite... Voilà pourquoi vous devez rester cacher et faire les préparatifs au cas où, » déclara Stella.

Après avoir arrêté Shizuku avec ces mots, Stella fit brûler la balle en l’interceptant avec ses flammes. Les soldats rebelles devinrent confus en réponse à cette soudaine menace.

« Un Blazer !? »

« Merde ! »

Ils se tournèrent alors par réflexe vers Stella, puis firent feu à l’unisson, à l’aide de leurs fusils. Une tempête de balles jaillit alors vers elle.

« Robe de l’Impératrice [1], » cria Stella.

Une robe composée de flammes recouvrit instantanément Stella. Permettant ainsi de vaporiser au passage toutes les balles avant qu’elles ne puissent atteint son corps. Mais ―.

« Aiiieeeee ! »

Les otages commencèrent alors à paniquer à cause de la soudaine fusillade. Les fusils M4 n’avaient pas une précision parfaite. Et à ce rythme, les otages allaient tôt ou tard finir par être eux aussi touchés.

« Que tout le monde se calme !! » déclara Stella.

Une voix pleine de dignité retentit au-dessus des bruits de coups de feu et des cris et cela eut pour effet d’immédiatement attirer l’attention de toutes les personnes présentes que cela leur plaise ou non. Les otages qui se préparaient à fuir se figèrent sur place tandis que les soldats de la Rébellion se raidirent comme des enfants grondés.

« Je ne veux pas me battre contre vous, donc s’il vous plaît calmez-vous et écoutez ce que j’ai à dire, » déclara Stella.

Ceci les calma pour le moment.

Quant à elle, Stella se sentait parfaitement calme quand elle leur parlait. Au Japon, elle était peut-être une simple étudiante, mais elle était aussi une princesse de l’Empire Vermillion. Elle connaissait donc un peu le fonctionnement de l’organisation criminelle internationale connu sous le nom de la Rébellion, y compris la façon dont ils organisaient leurs unités d’interventions. Même si la rébellion était largement connue comme étant une organisation de Blazers, en vérité, la majorité de ses membres étaient des non-Blazers dénommés « adhérents ». Dans le nouvel ordre mondial que la rébellion voulait créer, les « apôtres », qui eux sont des Blazers, étaient en fait une minorité. Les unités Rébellion se composaient de ce petit groupe de Blazers en tant que commandant, et de non-Blazers en tant que soldat.

Chaque soldat de la Rébellion ici était un Adhérent, de sorte que l’Apôtre qui les contrôlait était probablement quelque part à proximité.

Il ne devrait y avoir qu’un seul apôtre pour une opération de cette taille. Je ne devais donc pas agir inconsidérément avant qu’il ne soit découvert.

Se montrer dans une telle situation était un inconvénient majeur. Mais avec cela en tête, Stella, encore une fois, jeta un regard acéré vers les soldats.

« Je représente les otages et je veux négocier avec votre chef, » déclara Stella.

« Q-Qu’est-ce que cette fille dit !? Vous, comment allez ―, » commença un soldat.

Il semblerait que les soldats ne l’aient pas encore reconnu, de sorte que Stella enleva le chapeau qu’elle avait emprunté dans un magasin.

« Je suis ―, » déclara Stella.

 

« Oh, Oh génial ~ ? Il semblerait que nous ayons un VIP étranger ici. »

 

Une voix interrompit Stella avant qu’elle ne puisse révéler son identité. En regardant dans la direction de cette voix, elle vit un homme debout avec un groupe d’une dizaine de soldats entièrement armés à ses côtés. Quand leurs yeux se rencontrèrent, l’homme sourit, tordant le tatouage dessiné sur son visage.

« Eh bien, ne serait-ce pas la deuxième princesse de l’Empire Vermillion ? Hehehe. »

« Des vêtements entièrement en noirs et un manteau décoré d’or... une robe d’apôtre. Cela signifie que vous êtes le patron de ces fous, non ? » demanda Stella.

« Hehehe, je suis si heureux de faire votre connaissance. Oui, c’est exactement cela. Je porte le nom de Bischof [2]. L’honneur est pour moi. Princesse, » déclara Bischof.

L’homme appelé Bischof salua respectueusement Stella, puis se tourna vers ses subordonnés entourant les otages et fit une expression offensée.

« Hé ! Que diable faites-vous avec ces bâtards ? Vous ne pouvez même pas garder correctement des enfants  ? » demanda Bischof)

« Mais..., » balbutia un soldat.

« Quand vous ai-je dit de ne pas attendre ? N’ai-je pas dit qu’il ne fallait pas toucher aux otages ? Non ? » demanda Bischof)

« N-Nous avons essayé de l’arrêter ! Mais ce bâtard d’Yakin n’a pas écouté ! » répliqua un soldat.

« Ya ~ kin. Était-ce vous qui avez causé tout ce gâchis ? » demanda Bischof.

« N-Non attendez, c-ce morveux a salis mon pantalon et ―, » répondit Yakin.

« Hein !? Vous êtes devenu fou juste à cause de... Ho non ! » déclara Bischof.

Bischof redevint alors avec un regard bienveillant affiché sur son visage.

« ... Hehehe, » puis Bischof se mit à rire.

« Bischof-san ? » demanda l’un des soldats.

« Ahh, Yakin. Ceci a dû être un désastre. Je compatis vraiment avec vous, » déclara Bischof.

L’attitude de Bischof avait soudainement changé et il gifla alors le soldat qui avait de la crème glacée renversée sur son pantalon. Puis il sortit une arme et la pointa vers le garçon que la mère protégeait encore.

« Rassurez-vous. Je vais équilibrer la balance pour vous, mon citoyen d’honneur, » annonça Bischof.

Stella se mit à parler, sous le choc. « Q-Que faites-vous !? »

« Qu’est-ce que je fais ? N’est-ce pas évident, Princesse ? Je vais faire assumer à ce gamin la responsabilité de ce qu’il a fait. La responsabilité est importante, non ? » demanda Bischof.

« N’avez vous pas dit que vous n’alliez pas toucher aux otages !? » demanda Stella.

« Eh bien... ceci serait vrai s’ils restaient calmes, mais ce gamin ne l’a pas fait. Ahh, il n’est pas un adulte et donc nous ne pouvons pas le juger trop durement, mais... ce que l’enfant a fait était quand même un péché. Il a piétiné la dignité de ce citoyen d’honneur ici présent et donc, il doit le payer de sa vie. La pénitence pour le péché, le pardon pour la pénitence, ceci est ma devise, vous voyez ! » annonça Bischof.

Bischof pressa soudainement légèrement sur la gâchette. Il allait vraiment tirer et donc Stella n’hésita pas à invoquer Laevateinn.

« Haaaaa! » cria Stella.

Puis elle sauta vers l’avant et frappa Bischof avec son Dispositif. Voyant ceci, Bischof se mit à sourire.

M’a-t-il piégé !?

Mais peu importe ! Elle ne voulait pas lui donner le temps d’appeler son Dispositif. Bischof tenait seulement une arme de poing. Il n’y avait donc aucune chance qu’il puisse bloquer Laevateinn avec quelque chose comme cela !

Stella frappa l’homme à l’aide de son arme, mais Bischof arrêta simplement la lame avec seulement son index et son majeur.

« QUOOOIII !? » s’écria Stella.

« Hehehe ! Oh ma chère ! Vous êtes rapide et forte comme les rumeurs le disaient à propos de votre Rang A. Mais hélas, vous ne savez pas comment ce monde peut être grand et terrifiant, » déclara Bischof.

Stella ne put pas cacher sa surprise. Une attaque de toutes ses forces avait été complètement bloquée avec seulement les doigts d’une main. Ce n’était pas une technique humaine. Le doigt ainsi que le bras auraient dû tous deux être arrachés. Même si l’attaque avait en quelque sorte été bloquée, le bras aurait quand même dû être brûlé par les flammes de Laevateinn. Mais Bischof semblait totalement insensible à la fois à la force et à la chaleur, neutralisant totalement son épée.

Comment ? Avant qu’une réponse ne puisse lui parvenir, la main droite de Bischof frappa en plein dans l’abdomen de Stella.

« Guh... euh... !? » s’écria Stella.

Il s’agissait là d’une puissance offensive qui avait été capable de complètement briser sa Robe d’Impératrice. Stella s’effondra alors d’un seul coup.

Comment ? Il ne semblait pas être si fort en tant que Blazer...!

Comment avait-il fait pour avoir cette puissance d’attaque de folie ? Stella s’était presque évanouie à la suite de ce coup, mais elle leva alors les yeux vers Bischof et réalisa le secret derrière sa contre-attaque.

« Ces... a-anneaux ! » déclara Stella.

Bischof portait une bague sur le doigt de chaque main et elles émettaient une lumière d’un rouge sinistre. Elles pouvaient ressembler de prime abord à de simples accessoires, mais ―.

« Ceci est mon Dispositif, l’Anneau du Jugement [3]. Sa spécialité est de traiter le “péché’ et la “pénitence’. La main gauche absorbe toutes attaques portées contre moi, alors que la main droite convertit le pouvoir magique et me permet de le renvoyer sur mon ennemi. Hehehe, en d’autres termes, plus mes ennemis est forts et plus je le deviens aussi, » expliqua Bischof.

« ... Je vois, donc j’ai été frappée par ma propre puissance, » déclara Stella.

Son explication était crédible, car elle ne pouvait plus se lever.

« Vous ne devriez pas sauter quand vous ne savez pas la puissance que détient votre adversaire, chère princesse ~, » ricana Bischof.

« ... Ce ne sont pas... vous êtes celui... qui m’a fait faire cela ? » déclara Stella.

« Hehehe, oh, vous avez tout à fait raison. Contre la Princesse Écarlate, je ne pouvais vraiment pas me permettre d’être pointilleux avec mes tactiques. Je suis tellement désolé. Mais bon, je suis impressionné. Vous, la princesse d’un autre pays, auriez pu rester bien cachée, mais vous avez choisi de protéger un certain morveux. C’est vraiment touchant. Est-ce ce que c’est ce qu’on appelle les obligations liées à la Noblesse ? Moi, Bischof, je suis vraiment étonné, alors je vais vous donner un moyen de sauver cet enfant, chère princesse Stella, » déclara Bischof.

« Quel moyen ? » demanda Stella.

« Voyez-vous, il y a une méthode très simple. Une méthode de repentance que tout le monde ici présent connaît. Des simples excuses réalisées après avoir fait quelque chose de mal. Mais, Votre Altesse, vous devrez présenter ces excuses à la place de l’enfant. Et vous devrez le faire à genoux et complètement nue. Hahahaha ! » déclara Bischof.

Notes

  • 1 Robe de l’Impératrice : Il utilise le kanji 妃竜の羽衣, Hiryuu no Hagoromo (« Grande tenue de l’impératrice Dragon »)
  • 2 Bischof : Un nom allemand, ce qui signifie « évêque ».
  • 3 Anneaux du Jugement : Ceci utilise le kanji 大法官の指輪, Daihoukan no Yubiwa (« Arène du Haut Juge »)

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire