Rakudai Kishi no Cavalry – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 5

Bannière de Rakudai Kishi no Cavalry ***

Chapitre 3 : Rébellion

Partie 5

Après que les quatre aient terminé de manger leurs crêpes, ils finirent par bavarder jusqu’à ce que le film soit sur le point de commencer.

« Il semble que cela soit bientôt l’heure. Alors allons au quatrième étage, » déclara Shizuku.

Lorsque Shizuku proposa cela, ils étaient prêts à quitter la zone quand Stella souleva une question très importante.

« Hey, Ikki, quel est le film que nous allons voir aujourd’hui ? » demanda Stella.

« Je ne le sais pas encore, » répondit Ikki.

Après tout, l’invitation était venue de la mignonne petite sœur qu’Ikki n’avait pas vue depuis quatre ans. Il ne lui refuserait rien dans tous les cas et donc il n’avait pas demandé ce détail.

« ... Alors pourquoi alors es-tu venu ici ? » demanda Stella.

« Ne devrais-je pas aussi te demander la même chose ? » demanda Ikki.

« Je suis seulement ici pour vous chaperonner, donc c’est très bien comme cela. Shizuku, quel est le film que nous allons regarder ? » demanda Stella.

« C’est juste une histoire d’amour tout à fait normale, » répondit Shizuku.

« Bien sûr, c’était donc ainsi. Tu vois ? J’avais aussi raison de venir ! » répliqua Stella.

Stella soupira.

« Et le titre ? » demanda Stella.

« Je suis tombé amoureux de ma petite sœur. Classé R-15 [1], » répondit Shizuku.

« Comment est-ce que ceci pourrait être une histoire d’amour normale !? » s’écria Stella.

« C’est un amour qui est normal et pur, si cela ne vous dérange pas qu’ils soient frères et sœurs, » répliqua Shizuku.

« Comment est-ce que quelque chose de si immoral peut-elle être appelée pure !? » demanda Stella. « Et comment est-ce que vous pouvez avoir si peu de sens moral !? Et en plus, vous avez le culot d’essayer de voir ce genre de choses avec votre frère ! Croyiez-vous que l’atmosphère va être normale ? Ceci ira bien au-delà de la simple surprise ! »

« Je ne veux pas entendre un exposé venant de quelqu’un qui se déclare elle-même être une esclave devant tous ses camarades de classe, » répliqua Shizuku.

Ceci était tout à fait une réplique correcte, mais Ikki n’avait pas si peu de bons sens pour aller voir un film comme celui-ci, seul avec sa petite sœur.

« Shi-Shizuku... Pouvons-nous ne pas aller regarder ce film ? » demanda Ikki.

« Eh ~ ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Shizuku.

« S’il vous plaît, expliquez-moi ce qui est correct dans ce genre d’histoires, » demanda Stella.

Ce serait terrible s’il avait dû aller voir une histoire d’amour coter R-15 sur une relation fraternelle interdite avec sa petite sœur, non ?

« Q-Quoi qu’il en soit, je ne peux pas aller voir cela ! Regardons quelque chose d’autre ! » déclara Ikki.

« Hmm ! Si c’est toi qui ne veux pas aller le voir, je suppose que je vais devoir l’accepter. Dans ce cas, qu’est-ce que nous allons regarder ? » demanda Shizuku.

Shizuku utilisa son terminal étudiant pour accéder au site du cinéma et Stella exprima une préférence.

« Ah ! Est-ce que celui-là n’est pas mieux ? Karna, la Reine du désert. C’est un film d’animation où la princesse Karna est kidnappée par des bandits du désert, mais finit par tomber amoureuse du jeune chef des bandits. Ceci ressemble bien à un film romantique, » déclara Stella.

« Rejeté, » répliqua froidement Shizuku.

« Pourquoi !? » s’écria Stella.

« Je ne veux pas voir un film avec une chienne qui ouvre ses jambes pour un loubard qu’elle ne connaît pas vraiment, » répliqua Shizuku.

« Ceci vaut bien mieux qu’un film perverti où les frères et sœurs font ceci et cela ! » s’écria Stella.

Alice soupira.

« Eh bien, il semble que nous ne trouvions pas de compromis, même si nous nous disputons encore plus. Que diriez-vous de faire un compromis et d’aller voir Le Paradis Perdu des Hommes ? C’est aussi un R-15, » proposa Arisuin.

« Qui a dit qu’on voulait faire des compromis sur le sexe !? » s’écrièrent Stella et Shizuku.

La réponse de Stella et Shizuku fut en parfaite harmonie. Peut-être qu’elles pourraient s’entendre plutôt bien finalement. Alice fit la moue face à cette double réplique.

« Comme vous êtes inflexible ! Alors, dans ce cas, il n’y a plus qu’une seule option, un film d’action, » proposa Arisuin.

Ikki regarda sa montre. « Cependant, il n’y a plus beaucoup de temps avant que celui-là ne commence. »

« C’est inévitable, car c’est après tout un petit cinéma, » déclara Arisuin.

« Mais je pense que les garçons et les filles peuvent profiter tous les deux d’un film d’action. Est-ce que cela vous va à toutes les deux ? » demanda Ikki.

« Arg ! C’est regrettable, mais si c’est Onii-sama qui le demande..., » déclara Shizuku.

« Nous ne disposons pas d’autres choix. Mais vu que j’aime aussi l’action, je suppose que cela sera très bien, » répondit Stella.

Alice hocha la tête à la suite des réponses de Shizuku et de Stella.

« Alors nous devrions y aller maintenant. Le film va bientôt commencer et donc nous allons devoir nous dépêcher un peu, » déclara Arisuin.

« Alice, à propos du film, quel est le titre ? » demanda Shizuku.

« Gandhi, le Nirvana de la Rage, » répondit Arisuin.

Sur le site, sur l’affiche du film, sous le mot Gandhi, on pouvait voir un homme portant un débardeur et qui transportait des armes lourdes, et avec à l’arrière de l’image, des flammes. Le slogan du film était. « Avez-vous dit que le pardon était un signe de force ? C’est un mensonge ! »

« Qu’est-ce que c’est !? Je veux le voir ! » annonça Stella.

Attirés par l’image exagérée, ils étaient finalement facilement parvenus à un consensus. Les quatre se dirigèrent donc vers l’escalier qui montait jusqu’au quatrième étage. Mais au moment où ils avaient atteint le troisième étage, Ikki annonça.

« Désolé à tous, je dois aller aux toilettes. S’il vous plaît, allez acheter le billet pour moi, » déclara Ikki.

Arisuin avait également suivi Ikki.

« Oh ! Mon Dieu, je crois que je vais vous rejoindre, » annonça Arisuin.

Stella et Shizuku acquiescèrent.

« D’accord ! Nous y allons en première, et nous irons aussi acheter les vôtres. Vous nous les rembourserez plus tard, » déclara Stella.

« Et s’il vous plaît, revenez avant que le film ne commence. Vous savez qu’il ne reste plus beaucoup de temps, » déclara Shizuku.

« D’accord, nous reviendrons dès que nous le pourrons, » répondit Ikki.

« Shizuku ! Shizuku ! Je veux un siège à côté d’Ikki ~ ♪ , » déclara Arisuin.

« Onii-sama, nous allons acheter des billets que pour trois, » annonça Shizuku.

« Non ! C’était une blague, une blague ! » répliqua Arisuin.

Stella et Shizuku partirent d’un côté, tandis que les deux garçons se dirigèrent vers les toilettes du troisième étage.

« Hahaha ~ ♪ enfin, on est juste nous deux, » déclara Arisuin.

Ikki grimaça en entendant les paroles d’Arisuin.

« Euh, si vous le dites comme cela..., » déclara Ikki.

« Hein ? Est-ce que c’était une excuse le fait d’aller aux toilettes ? » demanda Arisuin.

« Vous avez tout à fait tort ! » déclara Ikki.

« Vous savez, je plaisantais. Vous êtes vraiment facile à taquiner, » déclara Arisuin.

« ... Je suis désolé, c’est la première fois que je parle avec quelqu’un comme vous, donc il se peut que je ne saisisse pas bien les distances..., » répondit Ikki.

« Vous avez juste à me traiter comme une fille ― normale, » déclara Arisuin.

Oui, mais ceci était impossible.

« Mais ne vous inquiétez pas, je ne suis pas intéressé par les hommes hétérosexuels, » déclara Arisuin.

« V-Vraiment !? » demanda Ikki.

« En d’autres termes, je ne suis pas sexuellement intéressé par vous, » expliqua Arisuin.

« O-Oh, voilà donc ce que vous vouliez me dire. Oui, cela m’aide, cela m’aide même vraiment beaucoup, » déclara Ikki.

« Mais il est vrai que je voulais parler avec vous en tête à tête. J’ai entendu beaucoup de choses de Shizuku et donc je me demandais quel genre de personne vous êtes, » déclara Arisuin.

« Vous savez, je suis également intéressé par vous, » déclara Ikki.

« Oh par moi ? Moi moi moi ! En voilà une surprise ! Alors, devrions-nous tous les deux aller voir le film ensemble : Le Paradis Perdu des Hommes ? » demanda Arisuin.

« Pas de cette façon ! C’est juste que, vous savez, Shizuku, est vraiment timide alors elle ne se fait pas facilement d’amis, surtout avec les garçons, donc j’étais curieux, » expliqua Ikki.

« Eh bien, je suis juste une fille ordinaire... Hey, qu’est-ce que ce regard ? Avez-vous une objection ? » demanda Arisuin.

« Non pas vraiment, » répondit Ikki.

Est-il sérieux ? Le dit-il sérieusement ?

Il était vraiment impossible de savoir comment les gens de ce type pensaient réellement après en avoir rencontré un que depuis si peu de temps. Ikki savait qu’il ne devrait pas intervenir sans préparation dans un sujet qu’il ne comprenait pas, alors il changea rapidement de sujet.

« À propos des choses me concernant que vous avez entendues parler par Shizuku, quelles sortes d’histoires étaient-ils ? » demanda Ikki.

« C’est un secret entre filles, » répondit Arisuin.

Arisuin mit un long doigt mince tel celui d’un pianiste devant ses lèvres. Ceci pouvait paraître impoli, et Ikki se figea tout en continuant à être dérangé par ce genre de comportement. Heureusement, Arisuin avait fini par céder.

« ... Mais elle m’a dit qu’Ikki Kurogane était un homme très fort et intéressant. Après vous avoir rencontré aujourd’hui, je suis d’accord avec elle. Vous êtes tout comme elle me l’a décrit. Mais quelque chose me dérange. Puis-je vous demander quelque chose ? » demanda Arisuin.

« Bien sûr, » répondit Ikki.

« Est-il vrai que vous n’avez pas pu participer aux combats à cause de l’ingérence de votre famille ? » demanda Arisuin.

« O-Oui, l’école m’a interdit de le faire. De même que pour les classes de cours pratique, ainsi que les simulacres de batailles, » répondit Ikki.

Ikki se demandait si Shizuku avait également parlé du différend entre lui et le clan Kurogane, même si ceci était considéré comme une honte familiale inadaptée aux commérages. Shizuku, faisant toujours partie du clan Kurogane, n’aurait pas partagé cela à Arisuin si elle ne lui faisait pas entièrement confiance.

« Mais c’est revenu dans un état normal cette année. La nouvelle directrice a changé les règlements, » continua Ikki.

« N’est-ce pas dans ce cas juste de la chance ? Qu’auriez-vous fait si la directrice n’était pas venue ? » demanda Arisuin.

« J’aurais fait le maximum, comme d’habitude. Après tout, je ne savais rien à propos de sa nomination ou de ses plans quand j’ai décidé de recommencer l’année, » répondit Ikki.

« Vous ne pensez pas qu’en faisant la même chose pour une autre année que cela n’aurait pas été inutile ? » demanda Arisuin.

« Pas du tout. Je crois qu’Alice le sait déjà, mais les enseignants de l’Académie sont des professionnels. Ils peuvent saisir la force d’un étudiant juste en les regardant. Et pour une académie de Chevalier-Mage, il n’y a rien de plus remarquable que la production d’un Roi des Épées des Sept Étoiles. Tout ce que j’aurais dû faire était de convaincre les enseignants que je pouvais atteindre ce niveau. J’aurais donc dû devenir assez fort pour leur faire réaliser cela, peu importe combien d’années il m’aurait fallu, » répondit Ikki.

Avec beaucoup d’efforts, il se serait rendu si précieux que Hagun n’aurait pas pu le vendre à la maison Kurogane. Comme toujours, Ikki avait gardé sa forte conviction.

« Mais je suis reconnaissant envers la nouvelle directrice. Même moi, je ne voudrais pas passer par tant de peines s’il y a une autre route plus facile, » continua Ikki.

« Je vois. Je comprends maintenant, » déclara Arisuin.

Pendant un moment, Ikki vit quelque chose dans les yeux d’Arisuin comme si Arisuin regardait cela d’un point de vue extérieur. Il avait... pitié.

« Ikki... vous... vous avez pris l’habitude d’être blessé, n’est-ce pas ? » demanda Arisuin.

« Alice ? » demanda Ikki.

« C’est quelque chose provenant de ma propre expérience, donc il se pourrait que cela ne s’applique pas à vous. La force est, à la fin, la quantité que vous êtes en mesure d’endurer. Si vous ne permettez pas à cette force de se relâcher de temps en temps et que vous continuez de vous battre avec ce fardeau, un jour vous vous casserez si durement que vous ne pourrez plus être réparé. Normalement, le cœur crie avec toute sa colère, sa tristesse et son irritation, en disant “je veux que quelqu’un connaisse ma douleur” et “je veux que quelqu’un comprenne mon chagrin”. Mais vous avez gardé cela en vous si longtemps que vous n’entendez même plus ce cri, » déclara Arisuin.

Ikki fut surpris par ces mots. Il ne pouvait pas les comprendre même si le visage d’Arisuin s’était fermé comme s’il était en deuil.

« ... H-Heu, cependant, je ne pense pas que ce soit le cas, » déclara Ikki.

Ikki ne manquait pas de telles émotions et il y avait certainement des moments où il se sentait en colère ou triste. Mais Arisuin secoua la tête.

« Non, vous ne pouvez pas l’entendre. Du moins, vous ne pouvez pas le faire en ce moment. Je veux dire, si vous le pouviez, alors comment pourriez-vous rester si calme ? Comment pourriez-vous sourire si facilement ? » demanda Arisuin.

Exactement, je n’ai jamais eu une vie si facile jusqu’à maintenant, pensa Ikki.

Mais tout de même, Arisuin réfléchissait probablement trop à cela et Ikki ne pouvait pas faire beaucoup plus qu’afficher un sourire inquiet dans le cas où Arisuin parlerait sérieusement avec ce visage triste. Arisuin soupira en voyant l’expression confuse d’Ikki.

Eh bien, il n’y a aucune chance de mes paroles puisse l’atteindre, se dit Arisuin.

Quel poids ces mots pouvaient-ils posséder ? Ikki était un étranger qu’Arisuin venait à peine de rencontrer aujourd’hui. Donc même si Arisuin savait qu’il n’y arriverait sûrement pas, il avait quand même fini par essayer de toute façon. Il voulait faire ouvrir les yeux d’Ikki, parce que non seulement Ikki Kurogane était important pour Shizuku, mais Arisuin pensait lui aussi qu’il était une personne agréable.

En fin de compte, Arisuin fit un sourire encourageant et embrassa le chapelet d’argent accroché à son cou.

« Il serait bien si quelqu’un qui peut entendre ce cri pour vous apparaissait. Je le prie du fond de mon cœur, en tant que votre ami, » déclara Arisuin.

Mais cette époque, Ikki ne put pas saisir cette prière. Était-il censé remercier Arisuin ? Il ne put pas s’empêcher d’être confus. Mais de toute façon, les mots d’Arisuin restèrent dans son esprit, et ils continuèrent à faire écho comme s’ils étaient comme une sorte de révélation.

Tout à coup, l’expression d’Arisuin se durcit. Ce n’était plus l’expression triste qu’il avait eue avant, mais une expression remplie d’inquiétude. Il commença à analyser leur environnement.

« Alice ? » demanda Ikki.

« Ikki, pourriez-vous me suivre pendant un petit moment ? » demanda Arisuin.

Arisuin attrapa le bras d’Ikki et se précipita en avant.

« Hein ? E-Eh !? » s’exclama Ikki.

« Il suffit de me suivre, » répondit Arisuin.

Sans écouter les plaintes d’Ikki, Arisuin se précipita vers les toilettes où ils se dirigeaient déjà avant. Peut-être qu’il ne pouvait plus se retenir ?

Juste au moment où Ikki pensait ceci, il entendit une explosion, des bris de verre... et des coups de feu accompagnés de cris.

Notes

  • 1 R-15 : les films japonais sont évalués selon la « Motion Code Image » du comité d’éthique, inspiré par le système de notation américaine, avec les catégories suivantes : G, PG-12, R-15 et R-18.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire