Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 2

♥♥♥

Chapitre 2 : Retour temporaire

Partie 2

Le lendemain.

Lelia avait été choquée lorsqu’elle avait vu Noëlle sortir de sa chambre.

Les yeux gonflés par les pleurs et les cheveux abîmés.

Elle avait déjà des cheveux indisciplinés dès le début, mais là, c’était particulièrement horrible.

Noëlle avait touché ses cheveux pour cacher sa gêne.

« Même le lit me semble étrange quand je l’ai utilisé après si longtemps. Le temps est également bon aujourd’hui, je devrais peut-être ranger ma chambre, » déclara Noëlle.

Lelia s’inquiéta de voir Noëlle se forcer à sourire.

« S’est-il passé quelque chose, grande sœur ? » demanda Lelia.

« Ce n’est rien, » répondit Noëlle.

Parce qu’elles étaient sœurs — parce qu’elles étaient jumelles, elle comprenait.

Non, même un étranger serait capable de deviner que quelque chose était arrivé à Noëlle s’il voyait son apparence actuelle.

Lelia avait préparé une boisson pour Noëlle.

« Cela ne me dérange pas vraiment si tu ne veux pas le dire, mais tu te sentirais plus à l’aise si tu en parlais, » déclara Lelia.

Elle lui avait préparé une tasse de café.

Lorsque Lelia l’avait remis à Noëlle, son mouvement s’était arrêté un instant par surprise.

Noëlle cacha le dos de sa main droite.

Elle avait surtout deviné de quoi il s’agissait, rien qu’à partir de là.

Ne me dites pas, le blason de la prêtresse est apparu ? Mais, alors — se pourrait-il que le partenaire de ma grande sœur soit Léon ?

L’ordre était différent, mais maintenant les blasons du gardien et de la prêtresse étaient apparus.

Pour parler en termes de jeu, avec ceci, une des conditions claires avait été remplie.

Mais l’état de Noëlle était étrange.

Lelia était confuse, mais elle s’était assurée de ne pas le montrer.

Noëlle avait caché son visage avec sa main gauche.

« — Lelia, tu connais la légende de notre famille, n’est-ce pas ? Tu sais, l’histoire de la prêtresse et du gardien, » déclara Noëlle.

Lelia avait bu son café en se remémorant la légende.

Je crois qu’il y avait bien ce genre de choses.

Cette légende avait joué un rôle important dans l’histoire d’amour de la suite de ce jeu vidéo otome.

Le gardien était à l’origine un homme choisi par la prêtresse.

En d’autres termes, la personne choisie par la prêtresse serait celle qui pourrait obtenir le rang le plus élevé parmi les blasons que l’arbre sacré conférait au peuple.

C’est pour cette raison qu’il y avait eu ce genre de légende tout au long de l’histoire de ce jeu vidéo otome.

« Celui dont le cœur est lié à la prêtresse et qui éprouve un sentiment fort envers elle, tout comme la prêtresse éprouve un sentiment fort envers lui, sera celui qui sera digne d’être le gardien. — C’était quelque chose comme ça, n’est-ce pas ? C’est aussi ainsi que Kaa-san a choisi Tou-san, » déclara Lelia.

Oui, notre mère avait une fiancée nommée Alberque de la Maison Rault, mais elle a choisi Tou-san qui ne venait pas des six grandes maisons de nobles.

Leur père était un roturier qui n’avait pas de symbole.

Leur mère avait trahi Alberque et avait choisi leur père.

Alberque avait été en colère à cause de cela et il avait détruit la maison Lespinasse pour se venger — c’est ainsi qu’Alberque était dans le jeu.

Lelia s’était également souvenue de ces faits.

Et donc, le personnage principal a nourri son amour envers la cible de conquête dans l’académie et elle a choisi celui qu’elle aimera comme gardien à la fin. Mais, à ce rythme, c’est Léon qui sera choisi.

Si cela se produisait, cela n’apporterait que des ennuis à Lelia.

Elle n’avait jamais pensé que sa grande sœur choisirait Léon parmi tous les autres.

Mais Noëlle avait alors dit. « Tu vois — j’aimais bien Léon. Mais, il semble que ce ne soit qu’un sentiment unilatéral. Il était impossible de continuer à vivre avec lui comme ça, c’est pourquoi je suis revenue. »

Elle avait dit cela en pleurant.

Le regard de Noëlle était dirigé vers le dos de sa main droite.

Elle devait être mentalement faible en ce moment.

Elle avait essayé de cacher qu’elle avait obtenu l’écusson de la prêtresse, mais Lelia avait pu le remarquer tout de suite.

Est-ce que c’est bien ou mal, je ne peux pas le décider...

Elle était heureuse que le gardien et la prêtresse soient tous présents, mais Noëlle se sentait maintenant déprimée.

Elle ne pouvait pas prédire l’évolution à partir d’ici.

« Mais est-ce que la grande sœur s’est-elle confessée à ce type ? Il n’a pas l’air populaire, donc si la grande sœur lui avoue, il a l’air de quelqu’un qui sautera sur l’occasion immédiatement, » déclara Lelia.

Léon ne ressemblait pas à Loïc et aux autres.

De plus, elle n’avait jamais entendu parler d’une rumeur inconstante à son sujet.

C’est pourquoi elle pensait qu’il n’avait pas de fille avec qui il sortait.

Noëlle avait secoué la tête. « Il a une fiancée. — Non, deux en vérité. »

« Deuuuuuxxx !? »

Il était également surprenant d’apprendre qu’il avait une fiancée, de savoir qu’il en avait deux était complètement hors de ses attentes.

« Je, je vois. Ce type est aussi plus ou moins noble après tout, peut-être que quelque chose comme ça n’est pas si rare dans le royaume ? » demanda Lelia.

Lelia l’avait dit que tout en commençant à paniquer alors que peut-être ses propres connaissances étaient erronées.

Attends. Dans le royaume, je pense que c’est la femme qui y occupe une position plus forte, mais est-ce peut-être différent quand ce n’est pas le jeu, mais la réalité ? J’aurais dû le confirmer avec ces gars.

« Eh bien, je comprends maintenant la situation. Et donc, que va faire la grande sœur maintenant ? Il n’est pas bon de continuer à garder ça pour toi pour toujours. Et si la grande sœur essayait plutôt de chercher un nouvel amour ? » demanda Lelia.

Lelia s’était creusé la tête pour choisir qui elle devait présenter à Noëlle, mais Noëlle avait secoué la tête.

« Tout va bien pour l’instant. Une chose comme l’amour — je ne veux plus du tout y penser, » déclara Noëlle.

Lelia pensait que les dommages subis par sa sœur étaient graves, mais pour l’instant, elle avait décidé de consulter d’abord Léon et Marie.

Mais, elle ne pouvait pas non plus laisser Noëlle seule quand elle était comme ça, alors elle l’avait accompagnée toute la journée.

***

Avant de nous rendre au palais, je m’étais d’abord arrêté sur le territoire du baron Baltfault, qui était ma ville natale.

Lorsque mon père m’avait accueilli, il avait saisi mes épaules et m’avait secoué d’avant en arrière.

« Qu’as-tu fait dans un autre pays ? Je pensais que c’était la bonne chose à faire que tu sois fiancé. Non, était-ce un échec ? Quoi qu’il en soit, pourquoi avoir commis un adultère tout à coup, hein ? » déclara mon père.

Il semblerait que le soupçon de tricherie se répande également chez nous.

Ils étaient vraiment méfiants.

« Je ne ferai jamais quelque chose comme de l’adultère. C’est un malentendu. Malentendu ! » répondis-je.

« Vraiment ? » demanda mon père.

Quelqu’un était venu pendant que je parlais avec mon père. C’est ma grande sœur Jenna qui était rentrée chez elle parce que c’était les vacances d’été.

« Léon, où est le souvenir ? » demanda Jenna.

Ma petite sœur Finley l’accompagnait.

Elle avait une petite stature et un corps svelte. Ses cheveux étaient courts et bouclés au bout.

Son regard vers moi devait être dur parce qu’elle avait entendu parler du soupçon d’adultère.

« — Onii-chan est le pire, » déclara Finley.

Pourquoi m’a-t-on fait ce reproche ? J’avais déjà dit que c’était un malentendu.

J’avais mis cela de côté et j’avais regardé fixement ma grande sœur Jenna.

« Qu-Quoi ? Peut-être t’excites-tu à propos de ta propre grande sœur ? » demanda Jenna avec méchanceté.

Il y avait des choses qui ne pouvaient pas être dites, même en plaisantant.

Il n’y avait aucune chance que je sois excité par ma grande sœur de sang.

La raison pour laquelle je regardais Jenna, c’est que je me souvenais d’une personne de la République qui m’avait demandé « Appelle-moi Onee-chan ».

Elle s’appelait Louise.

C’était une personne aimable et fiable.

J’avais détourné mon regard de Jenna.

« Boff. »

Quand j’avais dit cela, le visage de Jenna était devenu rouge et elle s’était plainte de moi.

« Quoi ? Qu’est-ce que c’est ? Tu as soudain regardé l’autre et tu lui as dit “boff” ! Tu es vraiment un type grossier. Je ne peux pas croire que quelqu’un comme ça puisse commettre un adultère, la République doit être un pays vraiment étrange, » déclara Jenna.

J’avais alors dit à Jenna.

« Oublie cela! As-tu pu trouver un partenaire à l’académie, Onee-sama ? » demandai-je.

Jenna avait tremblé et elle s’était éloignée loin de moi.

Finley avait également suivi derrière Jenna et m’avait tiré la langue « Beeh ~. »

Il s’agissait de Jenna que nous parlions, donc je ne pensais pas qu’elle pourrait trouver quelqu’un.

Il semblerait que j’étais sur la bonne voie.

J’avais vu Jenna afficher un sourire triomphant.

« Je gagne, » déclarai-je.

Le père semblait exaspéré par notre petit échange. « Ne la provoquez pas. Même Jenna doit travailler dur, mais les hommes de l’académie jouent la sécurité en ce moment et elle ne trouve personne là-bas. »

« Jouer la sécurité ? » demandai-je.

« Lors qu’ils décident de se marier, c’est mieux avec une fille qui n’a pas été teintée par le bon sens de l’académie, quelque chose comme ça ? Eh bien, je vais marier Jenna avec une autre maison qui est à notre charge, afin qu’elle puisse quand même se marier, » déclara mon père.

Ce que mon père entendant en parlant d’une famille dépendante de nous, c’était une maison de chevaliers qui était comme notre subordonné.

Quelqu’un qui avait une pairie de chevalier était souvent appelé quasi baron.

Pour que cette maison puisse épouser la fille de leur supérieur — je serais repoussé si c’était moi.

« Tu vas leur offrir Jenna ? Cette maison dépendante sera trop pitoyable en subissant ça, » déclarai-je.

« N’appelle pas ça offrir. J’ai l’intention de la marier après l’avoir bien éduquée, » déclara mon père.

En fin de compte, ce n’était qu’un plan. — D’après ce que j’avais vu tout à l’heure, je ne pouvais déjà que dire que ce sera difficile.

Malgré cela, la situation du mariage dans le royaume changeait aussi progressivement.

J’étais jaloux de mes juniors.

Non, j’avais deux fiancées merveilleuses, je n’avais donc pas besoin de ressentir de la jalousie.

Mon père me l’avait alors demandé. « Plus important encore, tu as été convoqué au palais, n’est-ce pas ? Quel genre de gâchis as-tu fait cette fois-ci ? »

« S’il te plaît, ne parle pas comme si je faisais toujours du désordre chaque fois. Cette fois-ci, je ne faisais que tabasser un fils d’un gros bonnet de la République, » déclarai-je.

« — Parfois, je me sens coupable envers le palais. J’ai presque le désir de dire que je suis désolé que mon fils soit toujours une gêne, » déclara mon père.

Quelle impolitesse!

Celui qui était dérangé, c’était moi au lieu d’eux.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    C'est étrange, Léon est rentré chez lui sans ces fiancées.

Laisser un commentaire