Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 3

♥♥♥

Chapitre 2 : Le secret des ruines

Partie 3

Et c’est ainsi que nous nous étions retrouvés dans la résidence de la chef du collectif.

Alors que nous étions assis, la chef du collectif en face de nous nous avait remerciés pour ce que nous avions fait.

« La chef du collectif vous exprime toute sa gratitude, » déclara la Voix de la chef.

Marie avait agi timidement. « Votre gratitude est appréciée, enfin, je suppose. Si vous pouviez préparer un trésor ou quelque chose de valeur, j’en serais ravie. »

Anjie fixa Marie sans rien lui dire à elle. « Nous n’avons rien fait. Au contraire, vous avez perdu les ruines historiques. Vous ne devriez pas nous être reconnaissant. »

La chef du collectif secoua la tête.

La voix parla. « La chef du collectif est soulagée que nous ayons eu la chance que la colère du vieux Seigneur-Démon ne soit pas plus élevée que ça. »

— Encore une fois, elle parlait du Seigneur-Démon.

Livia avait alors parlé à la chef du collectif. « E-Excuse-moi ! C’est hors sujet, mais qu’est-ce qu’un sujet mixte ? Yumeria s’appelait ainsi, et Kyle semble agir bizarrement à ce sujet, alors que cela signifie-t-il ? »

Marie fit ouvertement un visage mécontent envers Livia, qui semblait inquiète pour Kyle. « Je préférerais que vous ne vous mêliez pas des affaires d’un serviteur exclusif. »

« M-Mais, nous ne pouvons pas ignorer cette affaire. L’attitude de Kyle n’est pas normale, » déclara Livia.

Ouais, il n’est vraiment pas normal, pensai-je.

Quand j’avais regardé la porte-parole de la chef du collectif, elle avait baissé les yeux en répondant. « Vous devez déjà savoir que pour les elfes, la beauté est jugée par magie, non ? »

Jilk s’enorgueillissait fièrement d’être au courant.

Tandis que je hochais la tête, elle continuait à m’expliquer.

« Le pouvoir magique est unique à chaque individu. C’est difficile à expliquer aux autres, mais c’est jugé comme une couleur. Cependant, il y a de rares cas où certains naissent avec un pouvoir magique aux multiples couleurs mélangées, » continua-t-elle.

Ce n’était pas quelque chose que nous avions vraiment compris, mais il semblerait que c’était ce que les elfes considéraient comme laid.

« La magie que ces gens utilisent est forte et unique. Cependant, nous ne pouvons pas nous empêcher d’être dégoûtés. Ces personnes sont appelées individus mixtes au sein du collectif, » déclara la porte-parole.

Cela signifie-t-il qu’ils pouvaient utiliser une magie différente de la magie normale ?

Si les elfes dans leur ensemble se sentaient dégoûtés par les elfes mixtes — alors on ne peut rien y faire.

C’était probablement une répulsion instinctive ou quelque chose comme ça.

« De plus, la mère de Kyle, Yumeria, a quitté le collectif pendant un certain temps et a utilisé la magie pour se comporter comme une artiste itinérante. Pendant cette période, elle a eu un enfant avec un humain, » continua la porte-parole.

Les yeux d’Anjie s’écarquillèrent en raison de la surprise.

« J’ai entendu des rumeurs à ce sujet. Un demi-elfe, c’est ça ? Ils existent donc, » déclara Anjie.

La femme elfe hocha la tête. « La situation avec les demi-elfes est compliquée. Le fait qu’un demi-elfe naisse est un problème indéniable pour les hommes qui travaillent loin de chez eux. »

Les esclaves elfes étaient achetés à des prix élevés pour servir de serviteurs exclusifs.

L’une des raisons pour lesquelles ils étaient bien accueillis était qu’ils ne pouvaient pas avoir d’enfants avec des humains.

Les femmes hésiteraient à acheter un esclave autrement, même si la probabilité qu’une telle chose se produise était faible.

Ou le feraient-elles ?

Je pense que certaines femmes n’hésiteraient pas.

Au contraire, elles les achèteraient pour ce frisson précis.

Quel monde cruel, en effet !

« C-C’est pour ça qu’il a dit qu’il était à moitié-elfe, » murmura Marie.

Ignorant Marie, qui avait des sueurs froides pour une raison quelconque, j’avais mis un terme à la conversation. « Vous dites donc que la mère et l’enfant sont considérés comme des fardeaux dans la collectivité. Restons-en à cela. »

« Léon, ne clôture pas la conversation comme ça ! » Livia m’avait critiqué, mais on ne peut pas faire grand-chose.

« Fourrer notre nez dans les affaires des autres cultures ne va rien arranger. On sait maintenant pourquoi Kyle déteste cette île, alors c’est bon, n’est-ce pas ? Dire aux elfes “arrêtez d’être dégoûté par eux” ne résoudra pas le problème de Yumeria, nous n’avons donc pas d’autre choix que de laisser cette affaire tranquille, » répondis-je.

En réponse à mes paroles, la porte-parole avait baissé la tête comme si elle allait pleurer. « Je suppose que c’est vrai. C’est quelque chose que vous ne seriez pas capable de résoudre. »

La chef du collectif avait parlé à la porte-parole.

« La chef du collectif parlera à chacun de votre futur. Elle dit que c’est un gage de sa gratitude, » déclara la porte-parole.

La résidence était plus simple que celle du chef du village, et il y avait peu d’objets. Il ne semblait pas que son résident vivait dans le luxe.

La gratitude du chef collectif, n’est-ce pas ? Je l’accepterai.

« D’abord, il y a la sainte, » déclara la porte-parole.

« Le futur ? Je t’écoute. Dis-moi quelque chose de bien, » déclara Marie.

Cette fille avait vraiment une grande attitude.

En voyant son intérêt pour la divination, j’avais pensé à ma petite sœur, qui vérifiait son horoscope tous les matins.

« Il semble que vous subissiez un destin curieux. De plus, vous êtes passée devant votre partenaire condamné, » déclara la porte-parole.

« Qui est mon partenaire condamné ? » demanda Marie.

« C’est inconnu, mais il semble que vous ayez déjà rencontré cette personne. On dit que si vous rompez vos relations avec cette personne, vous ne serez plus jamais ensemble. De plus —, » déclara la femme.

« Quoi ? » demanda Marie.

« Vous ne pouvez pas fuir le fardeau que vous portez. Une vie dure vous attend. Il semble que vous n’avez que deux voies, soit pour tout gagner, soit pour tout perdre, » déclara la femme elfe.

Marie avait eu sa bouche grande ouverte pendant un court moment, mais elle arrêta, en se mettant peu à peu en colère.

« Recommencez ! J’ai besoin que vous recommenciez à zéro ! » s’écria Marie.

« Maintenant, la prochaine est celle avec les cheveux noirs —, » déclara l’elfe. « Écoutez-moi bien ! »

La silencieuse Hertrude écoutait sa fortune tout en semblant désintéressée.

« La chef du collectif dit qu’à un moment donné, le tournant de votre vie sera accompagné de grandes difficultés, » déclara l’elfe.

« Oh, vraiment ? » demanda Hertrude.

« De plus, vous rencontrerez votre partenaire au cours de cette épreuve. Si vous pouvez marcher avec cette personne, une lumière brillera sur votre chemin difficile et vous trouverez un soutien fiable, » déclara l’elfe.

« Je-Je vois. Eh bien, je m’en souviendrai, » déclara Hertrude.

La fille semblait juste un peu ravie.

Je suppose qu’elle était contente d’entendre parler d’un partenaire dans son infortune.

Je suis envieux que de telles choses puissent la ravir, pensai-je.

« Le suivant, c’est vous, » déclara la femme.

« Moi ? » Anjie, qui avait l’air un peu impatiente, semblait différente d’habitude, ce qui était mignon.

— Je suppose qu’il est bon de dire la bonne aventure de temps en temps.

La porte-parole semblait un peu perplexe après avoir entendu les paroles de la chef du collectif.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Dites-moi. Je commence à me sentir mal à l’aise, » déclara Anjie.

La porte-parole avait parlé sur Anjie en l’exhortant. « Il semble que vous et celle d’en face soyez protégées par un héros, accompagné par le vieux Seigneur-Démon. Nous ne savons pas si vous les avez déjà rencontrés ou si vous les rencontrerez à l’avenir. »

« — Héros ? » Anjie pencha la tête sur le côté tandis que Livia semblait un peu confuse.

« De telles personnes apparaissent dans les contes racontés aux jeunes garçons. Cependant, je n’ai pas encore rencontré quelqu’un d’aussi grandiose, » déclara Livia.

« Pareil pour moi. Je veux dire, qui est le seigneur-démon ? » demanda Anjie.

« Si tu ne le sais pas, moi non plus, Anjie, » déclara Livia.

Les deux filles se parlaient, mais il semblait qu’elles ne connaissaient personne qui pourrait être ce héros.

J’avais eu à ce moment-là un mauvais pressentiment.

Encore une fois, il y avait ce Seigneur-Démon. N’était-ce pas elle qui parlait de la colère du vieux Seigneur-Démon, non ?

Serait-ce cela ? La chef du collectif avait-il déjà utilisé toutes ses forces ? Le chef du village avait dit que la précision de sa divination avait diminué, non ?

En fait, s’il y a un héros, qu’il se montre.

Viens tout de suite dans ce monde de ce Jeu Vidéo Otome.

Tant qu’on y est, sauve-moi aussi. Je suis sérieux, que quelqu’un m’aide.

« Si la chef du collectif est fatiguée, pourquoi ne pas s’arrêter là ? » demandai-je.

La porte-parole m’avait arrêté.

« Je…, c’est très bien. Euh, nous allons procéder avec ces deux-là ensemble, » déclara la porte-parole.

Peut-être que cette personne pense aussi qu’il y a quelque chose d’étrange.

Dans cette atmosphère étrange, nous avions écouté.

« Vous avez toutes les deux des destins entrelacés d’une manière complexe, des destins qui s’écartent de loin de ce qu’ils devraient normalement être. De plus, vous portez un fardeau qui devrait normalement appartenir à quelqu’un d’autre, » déclara la porte-parole.

Livia était perplexe.

« Je suppose que j’ai reçu de l’aide quand j’en avais besoin, » déclara Livia.

« En effet. Vous avez toutes les deux quelque chose sur quoi compter, » déclara la porte-parole.

Anjie s’était tournée vers moi. « E-Eh bien, c’est vrai que j’ai reçu de l’aide à plusieurs reprises. »

La porte-parole était troublée. « Il semble que c’est trop compliqué pour que même la chef du collectif puisse y voir clair. Cependant, il semble qu’elle puisse voir que vous deux êtes sous la protection d’un héros, ou proche de l’être. »

Anjie et Livia m’avaient regardé.

« Héros, vous dites ? » demanda Anjie.

« Se pourrait-il que le héros —, » murmura Livia.

Remarquant leurs regards, j’avais naturellement nié leurs soupçons. « Non, ce n’est pas moi. »

Marie et Hertrude étaient toutes les deux irritées et en colère.

« Évidemment que non. Vous n’êtes qu’un Mob, » s’écria Marie.

« Comme c’est prétentieux ! » s’écria Hertrude.

Le fait de le dire sans ménagement m’avait rendu furieux.

Tout en réfléchissant à de telles choses, Livia avait demandé à la chef du collectif une requête d’une voix plus forte que d’habitude. « Dites aussi la bonne aventure à Léon, s’il vous plaît ! »

Anjie avait fait la même chose. « S-S’il vous plaît. Ne se sentirait-il pas exclu si vous ne regardiez pas aussi son avenir ? Ce n’est pas comme si ça m’intéressait, mais c’est une chose à laquelle tout le monde devrait participer ! »

La chef du collectif m’avait regardé.

« Chef du collectif, si vous êtes fatiguée, vous pouvez vous reposer. Même si vous regardez ma bonne aventure, ce ne sera pas intéressant, » déclarai-je.

La chef du collectif s’était redressée devant moi.

Elle m’avait parlé d’une voix calme.

Bien que sa voix soit rauque, elle semblait ravie.

— Ne vous forcez pas trop, vieille dame. Ça ne donne pas l’impression que je fais quelque chose de mal ?

« Merci d’avoir sauvé le “Fan Collectif”. Vous avez l’air d’être très aimable, » déclara-t-elle directement.

Les yeux de Marie et d’Hertrude s’élargissent de surprise vers les paroles de la chef du collectif.

— Ont-elles une plainte ou quelque chose comme ça ? Je ne veux pas me vanter, mais je suis un homme très gentil.

En laissant cela de côté, c’était la première fois que j’entends le nom de Fan Collectif.

« Mes divinations ne peuvent pas voir dans votre avenir. Cependant, un jour, vous perdrez quelque chose d’important —, de dur, — le, » déclara-t-elle.

Ce qu’elle m’avait dit était la pire chose à entendre.

J’avais chuchoté d’une voix feutrée. « C-Chef du Collectif ? E-Euh, j’aimerais un autre essai sur cet avenir… »

Quand j’avais sincèrement demandé une autre divination, la chef du collectif était restée silencieuse.

« Hein ? Chef du collectif ? » La porte-parole toucha la chef du collectif. « On dirait qu’elle est fatiguée. Elle s’est endormie. »

Je m’étais levé et j’avais attrapé les épaules de la chef du collectif.

« Attendez ! Je vous en supplie, ouvrez les yeux ! S’il vous plaît, dites-le-moi ! Ne dites pas un truc aussi sinistre avant de vous endormir ! » m’écriai-je.

Anjie et Livia m’avaient éloigné de la chef du collectif.

« Léon, et si on en finissait ? » demanda Anjie.

« Traiter une personne âgée avec un manque de respect est un grand “non” ! » déclara Livia.

Je le sais, mais je ne veux pas accepter ce que j’ai entendu.

Je ne l’accepterai pas !

Marie et Hertrude me regardèrent et elles ricanèrent de joie.

« Ça t’apprendra, » déclara Marie.

« En effet. Comme c’est pitoyable, » répliqua Hertrude.

Marie et Hertrude avaient souri en me traitant de pathétique.

Je savais déjà depuis le début que Marie était comme ça, mais il semblerait que Hertrude avait aussi une nature méchante.

« Je ne veux pas de ça ! J’exige une nouvelle divination ! » m’exclamai-je.

Luxon, qui avait écouté silencieusement, murmura quelque chose d’insatisfait. « Tu sembles assez insatisfait bien que tu aies dit que tu ne croyais pas à la voyance. »

« Tu deviens bruyant ! Personne ne voudrait ce genre de divination ! » m’écriai-je.

Ce n’est pas une simple question de savoir si mon avenir semble cool ou pas.

Pour vivre ma vie dans l’aisance, je n’accepterai pas cet avenir !

N’avait-elle pas dit que je vais perdre quelque chose d’important ? Comme quoi !?

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

  1. Merci pour ce chapitre

  2. Merci pour le chapitre. Je me demande ce qu'est la fin de la prophétie....

Laisser un commentaire