Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 2 – Chapitre 9

♥♥♥

Chapitre 9 : Sourire

♥♥♥

Chapitre 9 : Sourire

Partie 1

Un messager de la principauté était descendu sur le pont du paquebot de luxe.

C’était un homme très bien habillé qui se présentait sous le nom de comte Garrett.

Il avait une attitude arrogante flagrante envers nous et il parlait tout en se caressant la moustache. Il était mince et avait un visage suintant avec une impression désagréable.

« Les enfants des foyers de barons et supérieurs seront traités comme des prisonniers de guerre. Nous n’avons aucun intérêt pour les enfants des familles de chevaliers et des familles inférieures. Il en va de même pour les esclaves demi-humains. Bien sûr, nous n’avons pas non plus besoin des marins de ce dirigeable, » déclara Garrett.

Alors qu’une majorité des personnes présentes était désespérée, les étudiants de la classe avancée étaient soulagés.

Parmi eux, une des filles s’était levée pour défendre son serviteur exclusif.

« A-Attendez ! Épargnez mon serviteur exclusif. C’est mon préféré, » déclara la fille.

Garrett répondit à la fille avec une attitude condescendante.

« Alors, vous pouvez mourir avec votre amoureux. Ce n’est pas grave si nous avons un ou deux otages de moins, » déclara Garrett.

Les filles désespérées fermèrent la bouche et détournèrent le regard de leurs serviteurs exclusifs.

C’est vrai. Les gens valorisent leur vie par-dessus tout.

J’avais continué à me taire. Pendant que je réfléchissais à la question de savoir s’il y aurait un chahut une fois qu’ils seraient entrés pour s’emparer de tout le monde...

« Oh ? »

Au moment où j’avais été surpris, il était déjà trop tard.

Anjie se plaça devant Garrett.

« Qu’est-ce qu’il y a, jeune fille ? » demanda Garrett.

Anjie avait pris une attitude confiante malgré que Garrett la méprisait.

« Je suis Anjelica Rafua Redgrave. Connaissez-vous le nom de ma famille ? » demanda Anjie.

En entendant le nom d’une famille de duc, les yeux de Garrett étaient grands ouverts, mais il avait immédiatement souri.

« Je n’aurais jamais pensé que la fille d’un ménage du duc serait à bord — le royaume est vraiment stupide. Laisser une personne aussi importante faire un voyage sans gardes, » déclara Garrett.

Garrett avait ouvert les bras avec joie.

« Excellent ! Laissez-moi vous montrer mon respect pour votre courage en vous présentant ! Maintenant, venez ici, » déclara Garrett.

Il allait emmener Anjie.

Mon pied avait fait un pas vers l’avant par instinct, mais à ce moment-là, j’avais reçu un puissant coup dans le dos.

J’avais été plaqué au sol et avais été retenu par des garçons. Quand j’avais vu les visages de ces garçons, la colère était montée en moi.

« Franchement, qu’est-ce que tu essayes de faire !? » s’écria l’un des garçons.

Garrett m’avait regardé avec mécontentement alors que j’étais cloué au sol.

« Comme c’est bruyant. Qui êtes-vous ? » demanda Garrett.

Anjie avait regardé mon visage, puis elle avait fermé ses yeux.

« C’est mon ami, » déclara Anjie.

Anjie n’avait pas mentionné formellement que j’étais un baron et un chevalier.

« Je n’aurais jamais que vous auriez un ami, » déclara Garrett.

Garrett s’était approché de moi et avait ensuite piétiné ma tête. Son sourire révélait son intention malveillante.

Ma vue était concentrée sur Garrett.

« Quelle attitude rebelle ! Maintenant, donnons leur premier travail aux nobles du royaume. Punissez cette personne. Allez, dépêchez-vous ! » ordonna Garrett.

Après ça, les garçons me retenant avaient commencé à exercer des violences contre moi.

J’avais résisté, mais ma réponse avait été neutralisée.

« L-Les gars ! » déclarai-je.

« Allez-vous faire que le sacrifice d’Anjelica soit gaspillé ? Vous devriez vous taire ! » cria l’un des partisans.

Ceux qui me maintenaient au sol et me frappaient étaient les partisans d’Anjie. En me frappant, des coupures s’étaient ouvertes dans toute ma bouche et le goût du sang s’était intensifié.

« Même si, vous êtes..., » déclarai-je.

« C’est la décision de Milady ! » déclara l’un des partisans.

En entendant ça, Anjie avait crié. « Arrêtez cela ! ─ Stop. »

Garrett caressa sa moustache entre ses doigts.

« Oh, ce n’est pas l’attitude à adopter quand on demande quelque chose. Cela ne va pas pour une fille de duc, » déclara Garrett.

Anjie avait fait cela pour moi. « S’il vous plaît, arrêtez ça. Je vous en supplie. »

La bouche de Garrett se déforma en forme de croissant, semblable à celle de la lune, et il avait alors souri en parlant avec force.

« Malheureusement, je ne veux pas le faire ! Eh bien, vous venez avec moi. Ah, vous, assurez-vous de frapper à fond ce stupide morveux, » déclara Garrett.

Garrett était ensuite parti. Tout ce que je pouvais, c’était regarder le fait qu’ils kidnappaient Anjie.

Alors que j’ai été sévèrement battu, ma conscience était devenue trouble. J’avais tendu la main pour essayer d’aider Anjie, mais mon bras avait été piétiné sauvagement.

Anjie était en négociation avec Garrett.

« Je suis déjà suffisante en tant qu’otage, non ? Alors, laissez les autres partir, » déclara Anjie.

Garrett caressa sa moustache en esquivant la question.

« Alors, vous vous offrirez si cela signifie sauver les autres. Je pourrais tout simplement pleurer devant ça. Eh bien, prenons le temps de parler de cela dans le dirigeable de la principauté, » déclara Garrett.

Olivia avait fait entendre sa voix pour empêcher Anjie d’être emmenée. « Anjie ! »

Les esclaves de sous-race environnante l’avaient alors bloquée.

« Anjie, ne pars pas ! » Olivia était la seule à parler.

Anjie se retourna et elle afficha un sourire ferme — mais ses jambes tremblaient.

« Livia, merci, » déclara Anjie.

Après avoir dit cela, Anjie avait été amenée dans un bateau et puis elle avait été transportée loin de nous par le messager et ses cohortes.

J’avais donné un coup de pied avec férocité et j’avais roulé sur le dessus du pont.

Quand mon abdomen douloureux m’avait cloué au sol, Olivia s’était précipitée vers moi et s’était placée pour me défendre.

« Léon ! » cria Olivia.

Les garçons et les domestiques exclusifs me regardèrent. Comme ils étaient disgracieux, ils portaient trop de ressentiment.

« Tout aurait pu être gaspillé à cause de toi, » déclara l’un d’eux.

« Tu es qu’un déchet, » déclara un autre.

« Hé, les marins. Jetez ce gars dans une cellule de prison, » déclara un troisième.

Les marins m’avaient entouré.

« Ces maudits individus ! » criai-je.

 

◇◇◇

 

Il y avait un dirigeable conçu pour être placé sur un énorme monstre.

Anjie, emmenée dans un dirigeable aussi étrange, était entourée de chevaliers armés.

Tout en restant prudente, elle rencontra la princesse Hertrude.

« Ça fait un moment, Anjelica. Nous n’étions que dans une relation où nous avions simplement échangé des salutations, mais vous retrouver de cette façon me semble un peu nostalgique, » déclara Hertrude.

Anjie avait fait un sourire intrépide. « Avez-vous vraiment l’intention de faire la guerre avec la puissance nationale d’une principauté ? Cette affaire ne se terminera pas par une simple escarmouche. »

Le royaume Holfault et la principauté de Fanoss. Il y avait une grande différence entre les deux pays.

Le royaume Holfault avait bien plus de force à disposition.

Sachant cela, Anjie affichait un sentiment de clémence. Cependant, elle était un peu frénétique à l’intérieur.

Quel genre d’objectif ces personnes ont-elles ? Que veulent-elles faire en attaquant avec une flotte de ce degré malgré la différence de puissance nationale ? Se demanda Anjie.

Hertrude avait souri à Anjie.

« C’est vrai. Il existe certainement une disparité dans la force nationale. Cependant, n’avez-vous pas remarqué la vue extérieure ? » demanda Hertrude.

Donc, ils envisagent vraiment d’utiliser des monstres ? Se demanda Anjie.

« Alors vous êtes accompagné de monstres. Allez-vous gagner contre le royaume avec seulement cela ? » demanda Anjie.

« Oui, nous gagnerons. Quant à la raison..., » déclara Hertrude.

Hertrude fut interrompue par un homme de la noblesse qui semblait avoir le pouvoir.

« Votre Altesse, la question des otages est plus importante, » déclara l'homme.

« Oh oui, » déclara Hertrude.

Anjie était devenue tendue. La raison pour laquelle elle s’était présentée et s’était avancée était de laisser le paquebot de luxe partir.

« Alors les libéreriez-vous avec ma reddition ? » demanda Anjie.

« Quelle drôle de chose à dire, Anjelica ! Garrett a-t-il déjà un jour prétendu que nous laisserions ces personnes partir ? » demanda Hertrude.

Anjie ferma les yeux en réponse à ce que Hertrude avait dit.

Alors, ils vont prendre les enfants de baron et au-dessus en otage, comme ils l’avaient initialement prévu, pensa Anjie.

Cependant ─.

« Voici ce que je pense. Peut-être que vous seule est déjà suffisante en tant qu’otage, » déclara Hertrude.

Quand Anjie avait ouvert les yeux, elle regarda le visage de Hertrude avec surprise.

« Oh ! Vous êtes une imbécile ! Ils sont les enfants de barons et au-dessus ! Pensez-vous les tuer sans les prendre en otage !? » demanda Anjie.

Les chevaliers tournèrent leur épée vers elle alors qu’elle commençait à faire du bruit.

Hertrude parla avec indifférence. « Il n’y avait que deux personnes qui ont résisté lorsque vous avez emmené, n’est-ce pas ? Voilà à quels points ses personnes sans courages sont disgracieuses. Ils ne sont pas dignes d’être nobles. »

« D-De quoi parlez-vous... ? » demanda Anjie.

« Anjelica, je vais vous montrer tout ce qui va se produire. À partir de maintenant, le royaume périra..., » déclara Hertrude.

Un messager s’était ensuite dirigé vers le dirigeable avec les étudiants de l’académie pour envoyer un avis.

 

◇◇◇

 

Il y avait une prison construite dans le paquebot de luxe.

Après avoir été jeté là-bas, je m’étais assis sur le sol, le dos contre le mur, regardant le plafond.

Olivia sanglotait de l’autre côté des barres de fer.

Elle avait demandé ma libération, mais c’était inutile puisque les étudiants, et encore moins les marins s’y opposaient fermement. Les étudiants de l’académie étaient plus durs envers moi que même la principauté.

« Ne pleure plus, » déclarai-je.

« Mais Anjie... nous n’avons pas pu sauver Anjie. Je ne peux même pas te sortir d’ici, Léon. Je suis juste pathétique, » déclara Olivia.

Quelle personne détestable et timide qu’elle était — ou du moins, c’était ce que j’aurais pensé si cela avait été mon ancien moi. Dans ma vie antérieure, je détestais ce genre de personnages.

Le fait de regarder les femmes en pleurs m’avait irrité.

Cependant, n’était-ce pas puissant quand une personne pleurait pour quelqu’un d’autre ?

C’était la conclusion à laquelle j’étais parvenu à partir de ce point.

Cependant, il y avait plus que ça.

« Tu en es sang ainsi alors que tu t’es opposé à des choses déraisonnables. Regards ! Tes cheveux sont en désordre, et certains boutons de ton uniforme ne manquent pas ? Tu es blessé quand tu fais quelque chose que les autres ne veulent pas que tu fasses, » déclara Olivia.

Olivia avait agi violemment, essayant de m’aider.

À cause de cela, elle avait été retenue — et pendant cet intervalle, elle s’était bagarrée avec l’une des filles. Son adversaire était l’une des partisanes d’Anjie.

Olivia, qui était la seule à s’opposer à elle, s’était inquiétée lorsque la fille avait appelé ses collègues.

Elle semblait avoir dit quelque chose à propos d’Anjie et à propos de mettre un terme à ce qu’ils faisaient contre moi. C’était les appels d’Olivia pour qu’ils cessent de me frapper.

Normalement, elle ne se battait pas, et pourtant elle avait fait l’impossible pour notre bien... elle avait vraiment aidé.

Je ne saurais pas ce qui se passerait si je devais autrement demander de l’aide à Luxon.

« Je suis frustrée de ne pouvoir rien faire, » déclara Olivia.

« Tu as travaillé dur. Tu n’as plus besoin de pleurer, » déclarai-je.

En regardant au plafond, j’avais pensé à l’avenir.

Que devrais-je faire ? Amener Olivia et sauver Anjie ? Cependant, il en résulterait beaucoup de problèmes.

Après quoi, j’avais entendu des bruits de pas pressés. Les pas appartenaient à Chris.

Chris, avec un regard plein de chagrin, était venu vers la cellule de prison et m’avait parlé en ignorant Olivia.

« Baltfault, il y a quelque temps, un messager de la principauté est arrivé. Ils ont dit qu’Anjelica suffisait à elle seule en tant qu’otage et que nous devions nous préparer. Ils vont commencer à attaquer dans une heure et il semble donc que finalement, nous mourrons comme des nobles, » déclara Chris.

Il semblerait que la principauté n’avait pas besoin de nous.

« Et donc ? Qu’est-ce que je suis supposé faire ? » demandai-je.

Chris enleva ses lunettes. Il avait un visage résolu.

« Je veux que tu nous donnes un coup de main. Il semble qu’il y ait six unités d’armure dans ce navire. Je veux que toi et moi gagnions du temps jusqu’à ce que le navire s’échappe, » déclara Chris.

J’avais ri avec mépris.

« Je ne veux pas faire ça, » déclarai-je.

Chris avait plissé les yeux, mais il ne m’avait pas critiqué.

« Je te demande de reconsidérer ta décision, » déclara Chris. « Nous ne pouvons pas laisser tout le monde mourir ici. Tu peux même simplement protéger le dirigeable. Je vais rester et faire gagner du temps à tout le monde. »

Rester dernière à cet endroit signifiait certainement la mort.

En regardant ce qui était à l’extérieur, Chris devait savoir qu’il ne gagnerait pas s’il était seul.

« Léon, » déclara Olivia.

Olivia m’avait regardé. Ses yeux me demandaient si je pouvais faire quelque chose.

C’était effrayant de voir à quel point ses yeux étaient purs et beaux. C’était comme si elle pouvait tout voir et c’était très embarrassant, car elle pouvait examiner mon moi honteux.

« Ne me regarde pas comme ça. Qu’espères-tu de moi ? » demandai-je. « En premier lieu, penses-tu que je pourrais aider les étudiants qui ont abandonné Anjie ? Tu me fais rire. De plus, ils m’ont frappé avec joie. Je te le dis, laisse donc tout le monde couler. »

Chris avait accepté de façon inattendue alors que j’annonçai ça.

« Ouais je sais. Peut-être que des personnes impuissantes comme nous devraient sombrer et tomber non pas à terre, mais dans la mer. Cependant, je veux toujours te demander de nous aider. C’est la seule façon pour pouvoir avoir une chance. Je t’en prie, aide-nous, s’il te plaît, » déclara Chris.

Je m’étais lentement levé devant Chris qui inclinait la tête.

« Je refuse, » déclarai-je.

Chris leva les yeux tristes.

« Je suis désolé, j’ai été une nuisance, » déclara Chris.

Alors que Chris était sur le point de partir, je l’avais arrêté.

Il faut toujours entendre quelqu’un jusqu’à la fin.

« Idiot. Écoute donc tout ce que j’ai à dire. En premier lieu, il n’y a probablement aucun moyen de s’échapper étant donné que nous sommes encerclés. Même si tu restes en arrière, tu seras encerclé. Il semble que tu n’as rien appris depuis la dernière fois que tu t’es battu contre moi, » déclarai-je.

En termes de jeu de stratégie, nous commencions en état d’échec et mat.

Chris s’était arrêté et s’était retourné.

« Alors que devrions-nous faire !? As-tu une sorte de plan pour une situation comme celle-ci ? Si tu envisages de t’échapper seul, alors, va au diable. Je n’abandonne pas, » déclara Chris.

Comme il est têtu.

C’était triste à quel point il était un idiot plus maladroit que moi.

« Ça ne sert à rien si tu te bats tout seul. Cela ne marcherait pas non plus si j’étais avec toi, » déclarai-je. « Cela étant dit, notre seule option est que tout le monde soit impliqué. Les imbéciles qui ont abandonné Anjie devraient prendre leurs responsabilités. Écoute, je ne suis pas assez bon enfant pour aider ceux qui ne font rien. Tu veux de l’aide ? Je le sais. Si ces individus veulent vivre, alors tout le monde doit donner tout ce qu’ils ont. »

Chris avait rejeté mon opinion. « C’est impossible ! Tout le monde est désespéré et ne peut même pas se lever. En outre, dans des moments comme ceux-là, le seul sur qui je puisse compter est toi, Baltfault. Comprends-tu ça ? »

Chris essayait de dire. « Les autres ne seront pas utiles. »

J’étais tout à fait d’accord, mais il n’y avait pas d’autre choix que de faire travailler des personnes aussi incompétentes.

J’avais rapproché mon visage des barres de fer. Chris avait fait de même et nos nez avaient failli se toucher.

« Ce que nous pouvons faire, c’est nous résoudre et percer le front. Il n’y a pas d’autre solution, » déclarai-je.

« De face ? Tu dois être stupide, » déclara Chris.

« Ouais, je suis stupide. Cependant, je pense que c’est mieux que d’attendre la mort. Alors, retournons les tables et remportons une victoire. Nous pouvons vraiment briser l’encerclement si nous y allons franchement, » déclarai-je.

Chris avait alors attendu mes mots pendant que la sueur parcourait ses joues.

« Tu dois protéger le navire. Le moment est venu de faire étalage de l’art de l’épée dont tu te vantes tant, » déclarai-je.

Chris avait semblé prendre l’offensive et avait objecté. « Je ne me souviens pas de me vanter. »

« Ton discours et ta conduite vont de pair avec la vantardise. Montre-nous les résultats de tes efforts. Je pense que les compétences que tu as développées ont conduit à ce jour. Je n’ai pas l’intention de mourir. Tu veux aussi vivre, non ? » demandai-je.

Après avoir entendu cela, Chris baissa la tête, avait réfléchi, puis releva la tête.

« C’est vrai. Je veux voir le sourire de Marie, » déclara Chris.

Cette idiote avait vraiment dû laisser sortir ça à la fin.

Ces gars-là n’ont-ils pas subi un lavage de cerveau ?

Qu’est-ce qui était si bon chez elle ?

Une fois que Chris avait ouvert la cellule de prison avec une clé, j’étais sorti. J’avais tendu la main vers Olivia qui était assise.

« J’aurai besoin de ton aide, » déclarai-je.

« OK, d’accord ! Je ferai de mon mieux ! » déclara Olivia.

Olivia se leva et elle essuya ses larmes. Puis elle avait raidi son expression faciale. Il semblait qu’elle avait l’intention de tenir pour sauver Anjie.

Je la préférais vraiment à Marie.

Chris devrait reprendre ses esprits.

En pensant ainsi, Chris plaça une main sur sa poitrine et murmura. « Marie, je reverrai ton visage souriant. Pour cela, prête-moi s’il te plaît ta force. »

Dans sa main se trouvait un charme.

« Est-ce à toi ? » demandai-je.

« Cela ? Je l’ai acheté au festival. On dirait qu’il s’appelle un “charme de la fortune de la guerre”. En y réfléchissant maintenant, c’est peut-être un bon présage, » déclara Chris.

C’était un petit charme de bouclier et d’épée.

J’avais souri.

C’était un objet approprié pour lui.

« Oui, ça te va bien. Tu as certainement une grande chance, » déclarai-je.

« Moi, vraiment ? C’est un peu gênant quand tu me dis ça, » déclara Chris.

Eh, ne sois pas gêné et ne rougis pas. Je ne saurais pas comment réagir.

♥♥♥

Partie 2

Chris avait appelé et réuni les représentants des étudiants et des marins dans une seule pièce.

J’étais arrivé dans une salle avec un fusil que j’avais acheté à un marin en cours de route.

Il y avait beaucoup de gens qui avaient baissé la tête, peut-être en raison du désespoir.

En vérifiant les cartouches du fusil, j’avais regardé Chris faire un discours au centre d’un escalier dans le hall.

Il s’était assis dans l’escalier et se tourna vers le visage des personnes rassemblées.

« J’ai conclu qu’il n’y avait pas d’autre choix que de se battre si nous voulons que tout le monde échappe au danger. Tout le monde, prêtez votre force, » déclara Chris.

Chris avait reçu une série de reproches.

« Ne vous laissez pas emporter, première année ! »

« Pourquoi est-ce vous qui allez nous diriger quand vous n’êtes même pas aussi fort que ça !? »

« Vous avez perdu face au déchet là-bas ! »

« En premier lieu, Anjelica est la méchante ! Ne vient-elle pas de ne sauver que sa vie ? »

« Comme c’est incroyable pour la fille d’une famille de duc. »

Lorsque j’avais jeté un coup d’œil sur le garçon qui m’appelait un déchet et la fille qui méprisait Anjie, ils s’étaient cachés. Cependant, j’avais mémorisé leurs visages et je me vengerais plus tard. Je le ferais certainement !

Étant donné que la visite sur le terrain comprenait des étudiants de la première à la troisième année, il était quelque peu gênant pour Chris d’être le chef. Il semblait que certains élèves des classes supérieures ne voulaient pas suivre les instructions d’un élève de première année.

Cependant, il était possible que nous mourions.

Il y aurait des gens qui assumeraient ouvertement leur position lorsque des choses telles que les hiérarchies n’auraient plus de sens. Les garçons de classe régulière souriaient.

« Nous parlons de guerre. Vous êtes si orgueilleux dans la classe avancée. Pensiez-vous que tout le monde suivrait vos ordres ? » demanda l’un d’eux.

« Pensez-vous que vous auriez le courage de nous commander si fièrement. »

« Pour commencer, quelle autorité possède un épéiste expert alors qu’il a été déshérité ? »

Les filles agissaient de la même manière. Cependant, cela impliquait qu’elles se disputaient avec l’aide de leurs serviteurs exclusifs.

« Attendez, vous devriez être celui qui suivez mes ordres ! » déclara l’une des femmes.

« Comme c’est impudent, jeune fille ! Pourquoi devrais-je suivre vos ordres à un moment pareil !? » s’écria Chris.

La scène était devenue agitée, alors j’étais monté dans les escaliers.

Alors que j’épaulais le fusil de chasse, le regard de tout le monde se concentra sur moi.

« Vous êtes tous pleurnichards et ennuyeux, vous n’êtes que des incompétents, » déclarai-je.

Mon public se tut devant l’arme que je tenais. Leurs regards étaient remplis de sentiments de peur et de haine.

 

 

« Écoutez-moi bien. Je suis un chevalier qui occupe officiellement un poste de baron. De plus, je suis au cinquième rang, un statut supérieur à celui des enseignants qui vous ont guidé. Comprenez-vous bien cela ? » demandai-je.

Les professeurs avaient détourné le regard.

Les professeurs étaient plus ou moins nobles. Cependant, leurs statuts n’étaient pas élevés.

Je suppose que le principal avait un statut plus élevé que moi, mais personne d’autre ne l’avait.

Qu’en est-il de mon mentor ? Je suppose que mon statut était plus élevé que lui.

Mais je respectais quand même mon mentor en tant que personne. Le statut n’était pas pertinent dans ce cas, il avait quelque chose qui me surclassait.

« Alors je serai celui qui donnera des ordres. Battez-vous. Oui, si vous ne voulez pas mourir, alors battez-vous, » déclarai-je.

Comme prévu, tout le monde avait exprimé son opposition à ce que j’avais dit.

« T-Tu te fous de moi ! Tu devrais être celui qui se bat ! »

« Oui, je vais me battre. Après tout, je suis un véritable noble. Ce n’est pas comme si je faisais semblant d’être un noble ! Faux nobles » déclarai-je.

Une fille de troisième année fronça les sourcils en réponse à ce que je disais.

Elle semblait avoir une forte volonté et avait les cheveux blonds et bouclés, ce qui donnait l’impression d’être des drills.

Elle portait des talons hauts et ressemblait à une reine au cœur inébranlable.

Elle avait utilisé sa bouche, qui portait un rouge à lèvres, pour m’interroger alors qu’elle était irritée.

« Faux nobles, tu dis ? Quelle impolitesse de dire cela envers moi, quelqu’un d’une maison de comte, » déclara la fille.

Il semblait que la fille avait une puissance juste après Anjie. Les gens qui l’entouraient se turent. Je pouvais voir la nature triste des garçons aristocratiques se taire devant la fille, même s’ils s’opposaient à Chris et à moi.

« Et tu es ? » demandai-je.

« Dire que tu ne me connaîtras pas ! Je suis Deirdre Fou Roseblade. La fille de la famille de Comte Roseblade ! » déclara Deirdre.

Cela me semblait familier. Cependant, j’avais prétendu ne pas savoir. Je m’étais fourré un doigt dans l’oreille et m’avait affiché un air d’ennui.

« Ça ne me dit rien. Je ne sais pas si tu es un Roseblade, une églantine ou autre chose, mais que vaux-tu maintenant ? » demandai-je.

« Quoi !? Q-Quelle impolitesse ! » s’écria Deirdre.

Quelle merveilleuse réaction de cette puissante reine ! J’attendais quelqu’un comme elle !

« Je ne sais pas à quel point ta famille est géniale, mais tu n’es qu’un simulacre, » déclarai-je.

« Il a fallu travailler longtemps pour arriver à ma position ! Et pourtant, tu m’appelles un simulacre ! » déclara Deirdre.

« Tout à fait ! Je suis monté par moi-même dans ma position. Cependant, je suis un véritable aventurier. Je suis un noble qui a véritablement réussi en tant qu’aventurier. Je ne suis pas quelqu’un qui peut être comparé avec des faux auto-importants, » déclarai-je.

Deirdre avait commencé à me maudire avec une grande vigueur. « Ne sois pas arrogant, humble baron ! Notre famille de comte a présenté au royaume une île flottante, a capturé de nombreux donjons et constitue une famille prestigieuse parmi toutes les familles prestigieuses. Sache donc combien ton ménage est impudent en comparaison ! »

J’avais applaudi alors que je portais toujours le fusil de chasse.

« Ça a l’air génial. Tes ancêtres étaient la vraie affaire, » répliquai-je.

Deirdre, arrogante, était inquiète de ma réplique.

« Souviens-toi de ça. Tes actions n’atteignent même pas les pieds de la maison Roseblade ─, » déclara Deirdre.

J’avais commencé à rire en moi. Quel grand personnage qu’était Deirdre !

« Splendide ! Oui, tes ancêtres étaient authentiques, bien que cela soit assez triste, n’est-ce pas ? Après tout, leurs descendants sont devenus des lâches parmi des lâches. Ils doivent sûrement pleurer six pieds sous terre. Des gens comme toi qui tremblent de peur devant une principauté ne sont que des faux, » déclarai-je.

« Quoi !? Qu’est-ce que tu insinues ? » demanda Deirdre.

« Ai-je tort ? Qu’as-tu fait quand Anjie s’est offerte en sacrifice ? Tu t’es sentie soulagée, n’est-ce pas ? Tu as gardé le silence en attendant le passage de la tempête — et à la fin, tu as maudit Anjie lorsque tu as réalisé que tu allais mourir. Chacun d’entre vous est un lâche parmi des lâches ! Non, attendez, vous n’êtes même pas assez bon pour être qualifié de lâche. Vous êtes juste prétentieux, de faux nobles. »

« Reprends ça ! » cria Deirdre.

Je m’étais approché de Deirdre et lui avais parlé avec un sourire. « Je ne veux pas. »

Ensuite, j’avais pris une certaine distance et j’avais souri avec les bras ouverts.

« Dans une situation où nous pourrions être tués, vous ne faites que vous plaindre. Vos ancêtres ont peut-être été des aventuriers à succès, mais vous n’avez aucune valeur ! Vous n’êtes que des vauriens pathétiques qui n’ont pas hérité de la bravoure d’oser partir à l’aventure dans un dirigeable, du savoir-faire pour capturer un donjon, ni de la force de vaincre des monstres, » déclarai-je.

À ce propos, la famille Baltfault n’avait eu aucune grande réussite en tant qu’aventuriers. J’avais entendu dire qu’ils étaient des nobles qui avaient participé aux guerres et accumulé suffisamment de succès pour obtenir une île flottante.

En premier lieu, je n’avais aucun attachement aux ancêtres, à l’honneur ou aux lignages. Je ne pensais pas que mes ancêtres seraient en deuil. Plutôt, ils pourraient peut-être craindre ça et vouloir s’échapper à tout ça.

Malgré tout, j’avais continué à calomnier tout le monde ! Après tout, c’était pratique pour moi !

« Le messager de la principauté avait raison. Si nous supprimions l’égoïsme de nobles comme vous, vous n’auriez aucune raison d’être fier. Vous êtes juste des imbéciles honteux qui ne faites que vous accrocher aux exploits de vos ancêtres. Chacun d’entre vous est un lâche qui aurait peur et ne ferait rien même s’il était averti que vous allez être attaqué. Vos grands ancêtres pleureraient sûrement... non, attendez, ils riraient ! »

Les étudiants autour de moi avaient commencé à devenir progressivement enragés.

Et comme c’est gentil !

Je me tenais là en riant.

« Ils se roulent au sol en rigolant ! Ils parlent du fait que leurs descendants sont pathétiques ! Ils ricanent en disant combien il est honteux que vous vous appeliez vous-mêmes des nobles, et pourtant, votre seul mérite est que vous êtes des descendants d’aventuriers ! » déclarai-je.

J’avais essuyé mes larmes avec mon doigt. J’avais vraiment trop ri.

C’était un acte pour les forcer à se prendre pour des imbéciles — pas besoin d’attendre, c’était pour les enhardir.

« C’est merveilleux que vos ancêtres aient travaillé dur pour devenir nobles. Cependant, tout était vain. Pour le dire franchement, vous êtes ceux qui étiez supposés suivre leurs pas. Vous n’avez aucune volonté et perdrez devant une principauté sans résister. Les succès de vos ancêtres seront écrasés par vos échecs. Vos actions ternissent vraiment tout. Vous ternissez les exploits de vos ancêtres et vous faites honte à leurs descendants. Vos proches parleront de vos actions et de leur honte ! » déclarai-je.

L’histoire de ce monde avait déclaré que les nobles étaient fiers d’être les descendants d’aventuriers.

C’était quelque chose qui était aussi enseigné à l’académie, et certaines personnes avaient même admiré leurs respectables ancêtres.

Dans tous les cas, les nobles de ce monde adoraient leur position d’aventurier.

Alors qu’arriverait-il si je stimulais cet aspect d’eux ?

« N-Ne te moque pas de nous ! Je ne laisserai pas mes ancêtres se sentir honteux ! Penses-tu que je ternirais l’honneur de ma famille !? » cria Deirdre.

J’avais souri comme si je me moquais des autres.

« Tu as un bon esprit combatif, mais cela seul ne veut rien dire. Place tes mains sur ta poitrine et écoute bien. Ne veux-tu pas l’entendre ? Ce sont les voix du sang de tes ancêtres qui coulent en toi, qui se moquent de ta honte ! » déclarai-je.

Il y en avait qui ne l’avaient pas fait, mais beaucoup avaient placé leurs mains sur leur poitrine. Parmi eux se trouvaient les marins et même les serviteurs exclusifs.

« Écoutez bien ! Entendez-vous les éclats de rire ? Ou peut-être les voix de deuil ? Choc, éventuellement ? Peut-être que certains de vos ancêtres vous remercient même de les avoir fait rire. Les bons ancêtres diraient ce qui suit : “Il n’y a pas de valeur pour un lâche qui fuit un combat !” » déclarai-je.

Peu de gens avaient répondu à ça.

Eh bien, je me moquerais d’eux, même s’ils répondaient.

J’avais alors fait un regard sérieux.

« Est-ce que le sang du noble aventurier qui coule en vous est une imposture ? Voulez-vous tomber dans la honte, caressée par la principauté en attendant simplement la mort !? » demandai-je.

Deirdre m’avait regardé.

« Il serait honteux pour la fille de la famille Roseblade de mourir ici sans rien faire. Tout le monde, allez-vous laisser ce gars continuer à parler comme ça ? Comme il l’a dit, nous ne sommes vraiment pas à la hauteur de nos ancêtres ! » déclara Roseblade.

Les garçons avaient fait entendre leurs voix.

« Ne te moque pas de nous, foutu bâtard ! Que quelqu’un aille chercher des armes ! »

« Depuis combien de temps pensez-vous que nous nous sommes entraînés dans le donjon ? Toute une année ! Préparez-vous, car nous vous montrerons la différence de force entre vous et les classes inférieurs ! »

« Vous avez des tripes pour nous sortir ça ! Parlez pendant que vous le pouvez encore ! »

Les garçons avaient montré de la motivation.

De même, les filles semblaient également encouragées, montrant une certaine inspiration.

Ces imbéciles auraient dû faire un effort sérieux depuis le début !

Chris m’avait regardé.

« Baltfault, tu —, laisse tomber, » déclara Chris.

Il n’aurait pas dû s’arrêter s’il voulait dire quelque chose ! Maintenant, j’étais curieux !

Deirdre avait ensuite parlé. « Comme tu as dit ça, tu as naturellement pensé à quelque chose, non ? Cette discussion sur le fait d’être de véritables nobles a été faite dans le but de sortir de l’impasse, non ? »

J’avais fait entendre ma voix. « Idiots, écoutez bien ! Même si ce que je dis vous laisse un peu perplexe, je n’ai pas le temps de vous l’expliquer ! Je vais donc dire ceci : nous allons avancer de front en visant le chef de la principauté ! »

Lorsque les gens autour de moi élevèrent la voix et demandèrent si j’étais vraiment sérieux, Deirdre se mit à sourire.

« Ça m’a l’air bien. Tu es vraiment quelque chose ! Mais, je me demande pourquoi aucune des filles n’a fait entendre sa voix. Si l’une de vous tente de s’échapper lâchement maintenant, je ne le tolérerai pas ! » déclara Deirdre.

Il semble que les filles se soient également résolues à contrecœur en réponse aux paroles de leur chef.

Deirdre m’avait regardé.

« Maintenant, nous savons que nous traversons le front de l’ennemi. Que comptes-tu faire ? Tu te vantes, donc tu auras un rôle très actif, non ? » demanda Deirdre.

Elle disait qu’elle ne me permettrait pas de rester de côté à ne rien faire après avoir dit de telles choses insignifiantes.

J’avais souri. « Bien sûr. Je vais prendre l’avant-garde avec une moto aérienne. »

« Une moto aérienne ? Envisages-tu de te faire tuer ? » demanda Deirdre.

L’extérieur était encombré de troupeaux de monstres et de dirigeables de la principauté. Il y aurait certainement aussi des armures.

S’il y avait un idiot qui voulait charger une telle situation avec une moto aérienne, je rigolerais certainement.

« J’ai quelqu’un que je veux aider. Pendant que j’y suis, je vais leur prendre un objet important et me moquer de la flotte de la principauté, » déclarai-je.

« Est-ce à propos d’Anjelica ? Cependant, tu n’es pas des partisans d’Anjelica, » déclara Deirdre.

Ce n’était pas comme ça.

« À un moment donné, tous les gars veulent être un chevalier qui sauverait une princesse en difficulté. Même si vous avez tous abandonné Anjie, je ne le ferai pas. C’est une femme bien. Vous, les filles, vous devriez un peu suivre son exemple, » déclarai-je.

Deirdre se mordit la lèvre.

« C’est la première fois que quelqu’un m’a dit qu’une autre femme était bien, » déclara Deirdre.

« Tout le monde, protégez les autres. Et prenez note que vous devriez aussi tous vous préparer. Nous n’avons pas le temps ! » déclarai-je.

Les étudiants de l’académie avaient fait preuve de détermination. L’enthousiasme avait circulé dans la zone et les étudiants avaient commencé à se déplacer avec frénésie. En attendant, je m’étais souvenu de ce moment avec Anjie.

Quand elle s’était offerte en otage, j’aurais dû dire que j’avais le statut de baron. Alors, elle n’aurait pas été prise seule.

Donc, serait-elle un otage pour le bien de tous ? Elle avait encore seize ans. Je le regretterais toute ma vie si j’abandonnais Anjie, qui faisait preuve de courage seule, et le père d’Anjie était lui aussi effrayant. Anjie —, dans ce monde pourri de jeux vidéo Otome, elle était mon espoir.

La bouche de Deirdre se déforma en forme de croissant, comme celle de la lune, alors qu’elle souriait.

Quoi ? Pourquoi ne partait-elle pas ? Nous n’avions pas le temps.

« Un chien sans discipline. Avec une telle attitude, tu ferais un bon animal de compagnie. Si tu n’étais pas le favori d’Anjelica, je t’aurais à mes côtés, » déclara Deirdre.

Cette fille était une autre mauvaise personne avec qui être. Ce n’était pas à la même ampleur que les autres, mais ce n’était pas une personne avec laquelle je voulais faire connaissance.

« Je t’en suis reconnaissant. »

♥♥♥

Partie 3

Luxon m’avait fait un rapport alors que je changeais de vêtements afin de monter sur Schwert, la moto aérienne.

Le contenu du rapport m’avait fait plisser les yeux.

« Nous avons donc des traîtres, non ? » demandai-je.

« Effectivement. Après avoir enquêté, il semble que deux filles, des partisanes d’Anjelica, aient alerté la principauté de nos actes, » déclara Luxon.

Les partisanes d’Anjie l’avaient-elles trahi à un tel moment ?

« Vraiment ? Elles sont idiotes de se faire les ennemies d’une famille de Duc, » déclarai-je.

« Actuellement, la position de cette famille de duc s’est affaiblie à cause de la chute de Julian. Ce serait étrange que des traîtres ne se manifestent pas, » répondit Luxon.

« Est-ce une chose politique ? Je ne suis pas intéressé par tout ça, » déclarai-je.

Une fois que j’avais fini de changer de vêtements, j’avais pris le fusil dans une main et un casque dans l’autre.

« Vas-tu laisser l’affaire ainsi ? » demanda Luxon.

« Montre-moi le chemin. Avant de secourir Anjie, je vais tirer les rênes, » déclarai-je.

« Tu devrais parler aux marins. Tu peux demander à utiliser la prison où ils t’ont jeté, Maître, » déclara Luxon.

Je supposais que les choses allaient devenir gênantes si je sauvais Anjie pendant que les traîtresses étaient encore en liberté.

« Je comprends, » déclarai-je.

 

◇◇◇

 

Je me tenais devant la cellule de prison dans laquelle j’avais été jeté auparavant.

À l’intérieur se trouvaient deux filles.

Leurs serviteurs exclusifs avaient été jetés dans une cellule de prison séparée.

« Attendez ! C’est un malentendu ! » cria la première fille.

« Aidez-nous ! » demanda la deuxième.

Ceux à qui elles avaient demandé de l’aide étaient des individus du même groupe qu’elles.

Cependant, ils se méfiaient des marins qui les entouraient, les mains sur les armes.

L’un des partisans en liberté m’avait parlé. « H-Hé, est-ce une blague ? Franchement, ces deux filles sont les compagnons de jeu de Milady depuis l’enfance. C’est un peu fort de penser qu’elles la trahiraient. »

J’avais jeté un objet cylindrique de ma main.

Quand elles l’avaient vu, les filles avaient perdu leur calme.

« Nous avons minutieusement examiné leurs chambres, » déclarai-je.

Je fixai les filles à l’intérieur de la cellule de prison.

« Pervers ! » cria l’une des filles en prison.

« Je n’ai aucun intérêt pour vous deux ! De plus, ce sont des femmes marins qui ont fouillé leurs chambres, » répondis-je.

Je m’étais retourné pour voir qu’il y avait des femmes en uniforme qui me regardaient. Elles étaient des membres de l’équipage de cabine qui s’occupaient des étudiantes de l’académie.

« Il y avait beaucoup d’objets du même genre. Il semblait également y avoir des instructions, donc il n’y a aucune raison de croire qu’elles ne savaient pas ce qu’elles faisaient, » déclarai-je.

Les filles dans la cellule avaient regardé l’une des femmes en liberté.

« Vous tous, souvenez-vous de cela. Nous ne vous oublierons jamais ! » déclara la fille.

Les membres de l’équipage avaient pris peur.

J’avais frappé les barres de fer, menaçant les filles.

« Fermez votre bouche. Voulez-vous que votre tête soit arrachée dès maintenant ? » demandai-je.

Les deux femmes étaient effrayées. Cependant, les partisans avaient attrapé mon épaule.

« Vous allez trop loin ! Même si ces deux personnes sont des traîtres, vous devez bien enquêter sur... hé, attendez ! » cria l’un d’eux.

J’avais pointé le fusil de chasse sur le garçon, puis j’avais parlé. « Ne connaissez-vous pas votre position ? C’est à cause de choses comme celle-ci que vous vous êtes éloigné d’Anjie. Écoutez, il y avait un traître parmi vous. Comprenez-vous ce que cela signifie ? »

Comme prévu, les partisans avaient réalisé la situation désagréable dans laquelle ils se trouvaient.

J’avais frappé le garçon avec la crosse du fusil, le faisant tomber à genoux.

« Combattez avec la volonté de mourir et cela, peu importe que vous soyez une femme ou un homme. Vous devez vous battre pour prouver votre innocence. Sinon..., » déclarai-je.

Je fixai les deux filles à l’intérieur de la cellule de prison.

« Vous ne voudriez pas être traité de la même manière que ces deux-là, non ? » demandai-je.

Le père d’Anjie ne pardonnerait jamais à un traître d’avoir fait ça.

Semblant comprendre la situation plus que moi, les autres partisans hochèrent violemment la tête.

Après les avoir confiés aux marins, je m’étais dirigé vers le hangar contenant Schwert.

J’avais murmuré en chemin. « Les gens trahiraient-ils les autres, même lorsqu’ils sont ensemble depuis leur enfance ? Je ne prends vraiment pas goût à la politique. Dans tous les cas, je dois la sauver. »

La situation au sein du palais royal ne m’intéressait pas, mais j’avais de la compassion pour Anjie. Anjie s’était sacrifiée dans l’intention de protéger ces personnes — c’était quelque chose que je n’aimais pas.

 

◇◇◇

 

J’étais dans le hangar du dirigeable.

Une combinaison intérieure destinée à porter une armure avait été préparée pour la conduite de la moto aérienne. J’avais mis le casque, un gilet pour la poitrine, un pantalon épais et des bottes.

À l’intérieur du casque, je pouvais voir une image des environs à partir d’une caméra installée à l’intérieur de la moto aérienne.

« Il est temps de bouger, Schwert, » déclara Luxon.

Luxon s’était construit un logement spécial dans la moto aérienne.

J’avais monté sur la moto aérienne, puis j’avais saisi les poignées et j’avais fait tourner le moteur.

Les violentes vibrations du moteur résonnaient dans le hangar,

Le vent qui s’infiltrait dans le hangar était agaçant. 

Un marin m’avait parlé à voix haute. « Est-ce que vous allez vraiment faire ça !? »

« Bien sûr. J’enlèverai la moustache de ce messager merdique comme souvenir, » répliquai-je.

Je voudrais effectuer un service d’épilation sur la moustache dont ce type était si fier.

« C’était vraiment ce que je voulais entendre ! Ah, cependant, je n’ai pas vraiment besoin de la moustache, » répondit le marin.

J’avais levé les pouces au sympathique marin, puis je m’étais baissé et j’étais parti.

La moto aérienne s’était envolée dans le ciel, avançant dans les airs comme si elle surfait à travers des vagues d’eau.

Alors que je tenais le fusil de chasse avec une main, j’avais visé les monstres qui se rassemblaient.

« Tous ensemble ? » demandai-je.

« Dès que tu es prêt, » déclara Luxon.

En préparant le fusil à deux mains, Luxon avait commencé à piloter la moto aérienne.

« Les petits merdeux font de meilleurs adversaires pour cela, » déclarai-je.

Alors qu’un cercle magique était apparu devant la bouche du canon, de nombreux cercles magiques plus petits se formèrent autour de lui. Ils s’étaient verrouillés sur les monstres qui s’approchaient devant moi.

« Attribut électrique, formule tir dispersée, éclair... et nous sommes prêts, » déclara Luxon.

« Feu ! » déclarai-je.

Lorsque j’avais appuyé sur la gâchette, des balles de fusil de chasse avaient volé à travers les cercles magiques. Puis, pendant que les tirs minuscules volaient, une lumière magique avait été libérée, changée en une couleur bleue ou jaune, en changeant de direction.

Même lorsque les monstres essayèrent d’éviter les balles, la lumière les poursuivait.

La magie se répandit comme un feu d’artifice et c’était optimal pour les attaques à distance.

Le problème était qu’il était difficile de gérer une magie aussi avancée.

J’avais ri à haute voix quand un coup de feu tua des dizaines de monstres.

« Voyez-vous ça !? C’est la puissance de Luxon et moi ! Lorsque nous unissons nos forces, nous pouvons utiliser la magie comme ceci. Je ne le sais que depuis peu ! » déclarai-je.

Et si j’étais seul ? Non, aucune chance. Il avait fallu du temps pour l’activer et il était difficile de le faire face à des ennemis en mouvement.

« Eh bien, le ratio de nos contributions est cependant divisé entre soixante-dix et trente, » déclarai-je.

« Pourquoi parles-tu comme si tu détenais ces soixante-dix pour cent ? Si nous parlons de ratios, alors je fais soixante-dix pour cent du travail et toi, trente, » déclara Luxon.

« Tu te mets en travers de ma joie. Regards ! Les prochains sont en train de venir, » déclarai-je.

« Tu es vraiment un déchet, » déclara Luxon.

Après que j’ai eu préparé le fusil de chasse, j’avais visé et j’avais appuyé une fois de plus sur la gâchette, les monstres devant moi disparurent encore une fois en grand nombre.

 

◇◇◇

 

Alors qu’il était à l’intérieur de l’armure, Chris regardait Léon se précipiter sur le champ de bataille.

« Va-t-il vraiment se mettre à l’avant-garde ? » demanda Chris.

Le paquebot de luxe avait accéléré, comme pour poursuivre Léon.

Ils visaient le vaisseau amiral, le dos du monstre géant, qui contenait la princesse et Anjie.

En voyant la silhouette de Léon, Chris agrippa fermement les manettes de contrôle de l’armure.

« Baltfault, tu es fort, » déclara Chris.

Même s’il était plus fort en matière d’escrime, Chris avait l’impression comme s’il avait perdu face à l’actuel Léon.

Léon était supérieur en magie, en courage et en tout le reste.

Même si tout le monde admirait un exploit consistant à avancer seul, peu de gens pourraient le faire.

Léon l’avait fait paraître facile.

Chris n’avait pas eu le courage de faire quelque chose comme ça sur une moto aérienne.

« Est-il possible que je devienne comme toi, Baltfault ? » demanda Chris.

Le charme autour de son cou trembla.

Chris regarda les étudiants et les gardes du corps du dirigeable, qui avaient enfilé une armure.

« Notre objectif est de protéger le dirigeable. Nous allons certainement le défendre ! » déclara Chris.

Il entendit les cris de ses collègues et, lorsqu’il referma la poitrine de sa propre armure, six unités d’armure commencèrent à démarrer et à s’animer. Dés le départ, Chris avait tué un monstre se précipitant vers le dirigeable.

Son art de l’épée était très propre.

Alors qu’il se frayait un chemin à travers les monstres, les frappant tous, ils s’étaient transformés en fumée, disparaissant.

Voyant cela, les étudiants qui étaient sortis sur le pont avaient fait entendre des cris de joie.

Chris était descendu le long du dirigeable, découpant les monstres qui approchaient.

« Nous avons fait une promesse avec Baltfault. Nous ne laisserons pas tomber ce navire ! » déclara Chris.

◇◇◇

La principauté avait un vaisseau amiral.

À l’intérieur d’un tel navire de guerre, une alarme avait retenti.

Les longs cheveux noirs et bien rangés d’Hertrude frissonnaient en se levant. Elle portait une robe noire et, en s’approchant d’une fenêtre, elle fut interrompue par une femme de chambre.

« Votre Altesse, vous ne devriez pas le faire, » déclara la servante.

« Écartez-vous. Je veux le voir de mes propres yeux, » déclara Hertrude.

Comme il semblait qu’Anjie, toujours entourée de chevaliers, était également inquiète, Hertrude l’appela.

« Anjelica, venez ici vous aussi. Il semble que vos amis d’école aient choisi une mort honorable. Vous verrez leurs derniers moments de vos propres yeux, » déclara Hertrude.

Hertrude détourna le regard d’Anjie, qui la fixait et se concentra sur ce qui se trouvait à l’extérieur.

Cependant, en regardant dehors, la scène avait contredit ce que Hertrude avait imaginé.

« Quoi !? » s’écria Hertrude.

Le paquebot de luxe tentait de mener une attaque de lui-même.

Hertrude avait crié vers la préposée. « La Flûte enchantée, vite ! »

Pendant ce temps, Anjie regardait la personne en train de se faufiler sur une moto aérienne devant le paquebot de luxe.

« Cet imbécile ! Cet idiot complet ! Pourquoi ne s’est-il pas enfui ? S’il avait autant de puissance, il aurait pu s’échapper, » déclara Anjie.

Les larmes avaient inondé les yeux d’Anjie après avoir vu la silhouette de Léon.

Une fois que la servante récupéra la Flûte enchantée, Hertrude plaça sa bouche contre elle.

 

 

Alors qu’un son très étrange résonnait, les monstres se déplacèrent simultanément à l’unisson.

Face à un tel spectacle, Anjie semblait convaincue de l’attitude arrogante de la principauté.

« Donc, c’est l’atout de la principauté, » déclara Anjie.

Hertrude ôta la bouche de la Flûte enchantée. « C’est vrai. Avec cela, la différence de nombre a été renversée. Le royaume tombera. »

Elle avait déclaré ainsi, mais les monstres chargeant le navire de luxe avaient disparu les uns après les autres.

Les étudiants à bord résistaient désespérément.

Ils avaient déployé un bouclier et avaient également combattu en utilisant la magie.

Hertrude et Garrett les avaient méprisés, mais les chevaliers du royaume, et les garçons étaient forts.

Pourquoi était-ce vrai ?

Ils avaient défié des donjons pour obtenir une chance de se marier, et leurs buts étaient de soutenir les filles. Ils avaient progressé de plus en plus dans les profondeurs pour devenir de puissants aventuriers après l’obtention de leur diplôme.

C’était le résultat de leurs efforts les plus durs : verser du sang, de la sueur et des larmes afin d’attirer l’attention des filles.

Anjie pleura en regardant Léon se précipiter sur le champ de bataille.

Hertrude s’était mordu la lèvre devant le paquebot de luxe et les étudiants qui résistaient frénétiquement.

« Ce ne sera douloureux que si vous résistez, » déclara Hertrude.

Anjie essuya ses larmes et parla à Hertrude. « C’est faux. Les nobles du royaume n’abandonnent pas. Comme vous le vouliez, ils sont venus montrer leur obstination. Je n’ai pas mentionné son nom à l’époque, mais celui qui est à leur tête est Léon Fou Baltfault. Un chevalier distingué même dans le royaume ! »

« Baltfault ? » demanda Hertrude.

Garrett s’approcha des deux femmes tout en caressant sa moustache.

« C’est vraiment une mauvaise chose d’abandonner. Cependant, cela se termine ici, » déclara Garrett.

Alors que Garrett avait dit ça, la flotte de la principauté s’était arrangée pour entourer le dirigeable. Ils s’étaient arrangés pour être en positions pour que leurs alliés ne soient pas sous le feu d’un tir allié.

Des monstres entouraient le dirigeable et des canons étaient dirigés vers Léon.

Hertrude regarda Garrett.

« Comme c’est sournois ! » déclara Hertrude.

« Tout cela est fait pour gagner, Votre Altesse. De plus, nous pouvons obtenir autant de monstres que nous voulons, » déclara Garrett.

Alors que Garrett affichait un sourire menaçant, les monstres se précipitèrent vers le paquebot de luxe et des centaines de canons tirèrent sur Léon et le paquebot.

Anjie hurla en voyant les monstres et les volées de tirs. « Léon ! Livia ! »

Anjie avait été bloquée par les chevaliers, regardant le paquebot de luxe être couvert de fumée noire lorsqu’une grande explosion avait éclaté.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire