Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 2 – Chapitre 10

♥♥♥

Chapitre 10 : Amitié

♥♥♥

Chapitre 10 : Amitié

Partie 1

Le pont du luxueux paquebot avait été violemment secoué.

Livia avait alors saisi la main courante, puis elle avait couru vers un marin blessé et l’avait guéri.

« Allez-vous bien !? » demanda Livia.

« Je-Je vais bien, » répondit le marin.

Le marin, souriant faiblement, avait été mordu au bras par un monstre. Ce monstre avait été tué avec une lance par un écolier.

Le garçon à la lance cria. « Laissez-moi m’occuper des faibles ! Protégez les filles à tout prix ! »

Il y avait des filles chantant des incantations à l’unisson, formant un bouclier qui protégeait le dirigeable.

« Ne venez pas par ici ! » cria une fille.

Il y avait aussi des filles qui envoyaient de la magie offensive.

« Disparaissez ! » cria Deirdre.

Lorsque Deirdre avait balancé son bras sur le côté, une frappe de vent avait émietté les monstres avoisinants, les faisant se transformer en fumée noire.

Une bataille avait également eu lieu au-dessus du pont.

Des unités d’armure volaient dans la zone environnante du navire, battant successivement des monstres qui, autrement, ne seraient pas à la hauteur des personnes non équipées.

Chris jouait un rôle agressif et actif.

N’importe qui se rendrait compte que Chris était fort.

Lorsque Livia avait fini de guérir le marin, elle s’était levée et avait essayé de trouver une autre personne blessée.

« Hé, il y a des canons face à nous ! »

« Ils nous encerclent ! »

« Comment va-t-on vaincre tous ces monstres ? »

Les dirigeables de la principauté préparaient leur tir de bombardement. Ils s’étaient tournés sur le côté, laissant des rangées de canons face au luxueux paquebot.

La respiration de Livia devint difficile. Au moment où elle se serrait la poitrine avec sa main, le charme blanc de l’orbe porté sur son poignet avait faiblement brillé.

« Non. Pas comme — ça ! » Quand elle se pencha en arrière et cria de toutes ses forces, les canons émirent tous simultanément des flammes.

Pendant que personne ne la regardait, l’orbe de Livia était inondé de lumière, enveloppant son entourage d’une douce lueur.

Les étudiants et les marins avaient été étonnés en voyant cela.

« Q-Quoi — ? » demanda un étudiant, surpris.

« Hé ! Les monstres sont repoussés ! » cria un autre étudiant.

« Ce n’est pas possible ! Nous n’avons été touchés par aucun des boulets de canon ! » déclara une autre personne.

Les gens sur le pont avaient commencé à clamer haut et fort leur surprise.

Livia respira profondément, étendit les bras et ouvrit grand les yeux, faisant apparaître plusieurs cercles magiques autour d’elle.

« Vous allez voir de quoi je suis capable ! » cria Livia.

L’orbe blanc fixé à son poignet émettait une forte lumière.

La lumière enveloppant le luxueux paquebot le protégeait des boulets de canon successifs provenant des navires de guerre de la principauté.

De minces brins de lumière jaillissaient des cercles magiques environnants, transperçant les monstres.

Le matelot que Livia avait guéri leva les yeux vers elle. « V-Vous êtes fantastiques ! »

Après s’être retournée et avoir souri, Livia s’était tournée vers l’avant et elle avait vu la silhouette de Léon.

« Fais de ton mieux, Léon ! Je vais protéger cette zone ! » déclara Livia.

Le bouclier brillait de mille feux, les protégeant des monstres et des navires de guerre de la principauté.

Des flèches de lumière s’abattirent et soufflèrent sur les monstres qui s’approchaient.

Voyant un tel spectacle, les étudiants environnants s’étaient tournés vers Livia.

« Est-ce les actes de cette étudiante d’honneur ? » demanda l’un d’eux.

« Ça ne peut pas être réel, » déclara un deuxième.

« Maintenant, bien que nous allons pouvoir nous débrouiller d’une façon ou d’une autre, le résultat final dépend de Baltfault, » déclara un troisième.

Tout en endurant l’assaut féroce, Livia regarda Léon.

Peut-être qu’en se poussant au-delà de ses limites, son teint était devenu pâle.

« Juste un peu plus, s’il vous plaît. Laissez-moi tenir encore un peu, » déclara Livia.

Motivée, Livia protégea le navire.

 

♥♥♥

 

Alors que j’étais entouré de fumée noire, j’avais entendu la voix de Luxon. « Ça m’a surpris. »

« Oui, moi aussi, » répondis-je.

Une fois que le vent avait dissipé la fumée noire, j’avais regardé derrière moi pour confirmer la sécurité du paquebot de luxe.

Il y avait une très grande lumière pâle et sphérique qui défendait le dirigeable.

C’était de la magie qui avait recouvert le luxueux paquebot et l’avait protégé.

Les cercles magiques et la lumière qui en émanait, étaient le résultat du pouvoir d’Olivia en tant que Sainte.

J’avais été étonné par sa capacité non seulement à protéger le paquebot de luxe des canons, mais aussi à tuer les monstres qui s’approchaient.

Tout en se défendant contre les boulets de canon qui arrivaient, la lumière avait percé les monstres environnants, les faisant disparaître.

« Être capable de faire tout cela même si je n’ai pas les objets clés —, » déclarai-je.

Luxon, qui s’était préparé contre le bombardement, prit la parole. « C’est le résultat de ses études diligentes. Elle avait fait de son mieux à l’académie, après tout. Il y avait des mérites à sa rencontre avec toi, Maître. Grâce à ta protection, Olivia a pu consacrer beaucoup de temps à la poursuite de la connaissance. »

« C’est bien que ce ne soit pas en vain, » déclarai-je.

« Maître, c’est une opportunité en or, » déclara Luxon « Nous pouvons attaquer sans avoir à nous soucier des personnes derrière nous. »

« Olivia nous a fait gagner beaucoup de temps. Ne le gaspillons pas, » déclarai-je.

En regardant vers l’avant, j’avais chargé des munitions dans le fusil de chasse.

Le moteur de Schwert avait rugi quand j’avais saisi le guidon.

« Maintenant, c’est parti ! » déclarai-je.

« Je vais choisir le chemin le plus court. Maître, essaye de ne pas te faire éjecter de là, » déclara Luxon.

En avançant droit devant, la moto avait fait un écart autour des monstres qui s’approchaient, en les évitant alors que nous nous dirigions vers la destination finale.

Devant moi se trouvait un monstre géant ressemblant à une baleine.

Il avait ouvert sa bouche gargantuesque, et à l’intérieur il y avait un nombre incalculable d’yeux qui me fixaient.

« C’est dégoûtant ! » déclarai-je.

« Quel mauvais goût ! Cependant, nous allons faire avancer les choses, » déclara Luxon.

Les yeux avaient alors émis des rayons de lumière magiques comme des faisceaux laser, mais nous les avions tous esquivés et avions continué à avancer droit devant nous.

Luxon et moi avions foncé dans sa grande bouche.

 

♥♥♥

 

Anjie s’était agrippée à une main courante à l’intérieur du vaisseau de guerre qui tremblait.

Retenue de force dans cette pièce contre son gré, elle s’était plainte à Hertrude. « Ce dirigeable est très inconfortable à piloter. En plus, ce n’est pas non plus à mon goût. »

Hertrude avait plissé son front. « Qu-Qu’est-ce que vous avez dit !? N’est-ce pas joli !? »

« Et en quoi c’est joli !? Possédez-vous de mauvais yeux ? » demanda Anjie.

Anjie ne pouvait pas imaginer l’idée de faire un dirigeable à partir d’un grand monstre. Elle ne pouvait pas non plus voir un monstre comme étant beau.

À ce moment-là, Garrett avait souri après avoir reçu un rapport. « Il semble que l’homme à l’avant-garde ait été dévoré. »

Tout en s’empêchant de pleurer, Anjie regarda fixement l’homme qui parlait en souriant.

Garrett n’avait pas cessé d’exprimer ses conjectures. « Quel homme stupide ! De penser qu’il chargerait tout seul. Inscrivons son nom dans l’histoire de la principauté. Nous pouvons le considérer comme un homme qui nous a fait face seul et qui est mort en vain. »

Garrett se moqua encore de Léon. « Et c’était un chevalier à cet âge-là ! Le royaume devait manquer de gens talentueux ! Quelle différence par rapport à la principauté ! »

En apprenant la mort de Léon, la poitrine d’Anjie s’était contractée au point de souffrir. « — Léon. »

Tandis qu’elle penchait la tête, elle entendit le bruit du plancher qui grinçait.

Immédiatement après, Léon, à bord d’une moto aérienne, avait percé le sol de la pièce et avait fait son apparition. Il avait pénétré à l’intérieur des entrailles du monstre et s’était introduit de force dans la pièce.

« Léon ! » cria Anjie.

« Baisse-toi ! » déclara Léon.

Après avoir levé son fusil de chasse, il avait tiré au-dessus de la tête d’Anjie, frappant les chevaliers et les éjectant avec son attaque.

C’étaient des chevaliers comme lui. Alors qu’ils étaient peut-être protégés par magie, le dommage n’était pas fatal. Cependant, il leur était impossible de se lever de sitôt.

Léon était descendu de la moto aérienne, puis il donna un coup de poing à Garrett sur la mâchoire avec le fusil de chasse, puis pointa la bouche du canon vers Hertrude.

« Vous venez avec moi. Maintenant, c’est à votre tour de servir d’otage, » déclara Léon.

Hertrude parla pendant que le canon était immobile, pointé sur elle. « Vous vous moquez de nous, ô chevalier du royaume. Vous voulez qu’on inscrive votre nom ? »

Cependant, Léon avait immédiatement tiré avec le fusil de chasse.

Une dame armée derrière Hertrude avait été emportée par la frappe.

Anjie avait alors remarqué quelque chose. Des balles en caoutchouc non létales ?

Léon était calme.

« Ça ne sert à rien d’essayer de gagner du temps. Donnez-moi cette flûte magique. Je n’ai pas beaucoup de temps. Si vous résistez —, » déclara Léon.

Anjie trouva étrange que Léon connaisse la flûte magique, mais Hertrude l’accepta et jeta la flûte à Léon.

Cependant — .

« Maître, c’est un faux. La vraie est cachée sous un bureau, » Luxon avait parlé en brûlant la moustache de Garrett avec un laser. Il murmura « Pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour faire un traitement d’épilation ? »

Léon portait un casque, mais Anjie pouvait voir qu’il souriait.

« Comme c’est malheureux pour vous, Princesse, » déclara Léon.

Tandis qu’Hertrude s’approcha de Léon, Anjie ne tarda pas à récupérer la véritable flûte magique et à la lui remettre.

Léon avait été légèrement surpris de la complaisance et de la faible résistance de Hertrude. Cependant, il était immédiatement allé attraper les bras de Hertrude et l’avait mise sur la moto aérienne.

Une fois qu’Anjie fut montée dessus, l’intérieur du navire de guerre avait commencé à s’incliner considérablement.

« Léon, comment est-ce possible ? » demanda Anjie.

« Comme le monstre en dessous de nous est mort, il a disparu. Nous sommes en train de plonger, mais nous serons en sécurité. J’ai pris des mesures pour ça, et nous sommes sur le point de nous échapper, » déclara Léon.

Alors qu’il disait cela, Léon fit tourner le moteur et perça un mur, s’échappant à l’extérieur.

Léon cria en pointant la bouche de son arme vers Hertrude. « Heeeeeey ! Nous avons votre princesse bien-aimée ici ! »

Les unités en armure volante de la principauté se rassemblèrent et s’arrêtèrent de bouger.

« C-Comme c’est sournois ! Et vous vous dites Chevalier !? »

Après avoir entendu la voix de quelqu’un, Léon parla avec force. « Imbécile ! Allez vous regarder dans un miroir et redites-le ! Dégagez le passage ! »

Anjie, s’agrippant à Léon par-derrière, amena son visage vers le dos de Léon alors qu’elle souriait.

Le chevalier qui s’était précipité vers elle en temps de crise n’était ni élégant ni gracieux comme le suggéraient les histoires. Cependant, Anjie était très heureuse.

 

 

« — Merci — Léon, » déclara Anjie.

♥♥♥

Partie 2

« Merde ! Bon sang ! Suis-je encerclé ? » demandai-je.

Après le retour de Schwert sur le pont du paquebot de luxe, j’avais déposé Hertrude et Anjie.

Après avoir vérifié combien de munitions de fusil de chasse j’avais encore, j’avais vu qu’il n’en restait plus que quelques-unes.

En regardant autour de moi, les monstres étaient restés là où ils étaient et n’avaient plus bougé. Cependant, les navires de guerre de la principauté m’entouraient.

Et ce n’était pas seulement au nord, à l’ouest, à l’est, et au sud.

Il y avait aussi des navires de guerre ennemis au-dessus et au-dessous.

Chris était retourné au dirigeable, avait ouvert la poitrine de son armure et était venu vers moi.

« Baltfault, qu’est-ce qu’on fait maintenant !? » demanda Chris

Je n’y avais pas encore réfléchi. Eh bien, je pensais que nous aurions pu retourner dans le royaume, mais il me semblait qu’ils ne nous laisseraient pas libres.

En regardant autour de moi, les étudiants et les marins étaient épuisés.

Ils avaient bien résisté, mais leurs adversaires avaient encore de la force à revendre.

Notre puissance de combat avait diminué après avoir combattu les monstres.

« Négocier serait l’option la plus facile, » déclarai-je.

J’avais jeté un coup d’œil à ma montre de poche et j’avais vu la silhouette d’Olivia se refléter dessus.

Elle était complètement vidée de ses forces et assise, mais semblait en sécurité et sans blessures.

Cependant, elle s’était poussée à l’excès. Pour l’instant, elle aurait du mal à se déplacer.

Les partisans d’Anjie se précipitèrent vers Anjie, semblant complètement impuissants.

L’armure de Chris avait été frappée à de nombreuses reprises. Elle était fracturée à plusieurs endroits, et pour empirer les choses, son épée était cassée.

S’était-il battu dans cet état ? Qu’est-ce qu’il avait pour tenir ? Je l’avais un peu sous-estimé.

« Alors, que va-t-il se passer ensuite ? » demandai-je.

Au moment où je l’avais dit, un ordre avait été donné à la flotte de la principauté par l’intermédiaire d’un mégaphone.

« La princesse a sacrifié sa vie pour la principauté ! À tous les vaisseaux de guerre, commencez une attaque générale ! »

C’était la voix de Garrett.

 

 

L’expression de Chris avait tourné au vinaigre.

« Elle est toujours en vie. Vont-ils vraiment agir comme si la princesse de leur propre pays était morte !? » Demanda Chris.

Hertrude fit un léger sourire et se leva.

« Vous ne savez rien. La principauté ne s’arrêtera pas là. J’ai une remplaçante. Je suis simplement responsable de l’unité d’avant-garde, » déclara Hertrude.

Je ne pouvais pas croire ce que j’entendais.

« Unité d’avant-garde ? On n’a pas vaincu le dernier boss ? » demandai-je.

Hertrude en profita pour réciter une incantation.

Alors que je pointais le canon de l’arme vers elle, elle avait souri. Au moment où elle avait terminé l’incantation, les monstres s’étaient tous déplacés à l’unisson.

« Qu’est-ce que vous avez fait !? » demandai-je.

Quand j’avais demandé ça à Hertrude, elle m’avait répondu sans ménagement.

« Vous n’aviez pas assez de détermination. Vous auriez dû me tirer dessus tout de suite. Vous vous demandez ce que je viens de faire ? J’ai libéré les monstres de mon contrôle. Les monstres qui étaient autrefois contrôlés s’en prendront maintenant à celui qui les manipulait. Ils se rassembleront bientôt sur ce vaisseau. »

En regardant autour de moi, les monstres se rassemblèrent vraiment, comme attirés vers nous.

Le navire de guerre de la principauté avait également commencé à se déplacer, visant notre navire.

Anjie avait attrapé Hertrude par le cou « Pourquoi — pourquoi aller si loin !? »

« Je l’ai déjà dit. C’est pour faire tomber le royaume, » répondit Hertrude.

En regardant Olivia, il semblait qu’elle ne pouvait plus protéger le luxueux paquebot avec de la magie. Elle ne pouvait pas aller plus loin.

J’étais monté sur ma moto aérienne et j’avais parlé à Luxon. « En tout cas, il faut gagner du temps, alors allons-y ! »

« Ce n’est pas un problème pour moi. Je serai avec toi dans tous les sens du terme, » répondit Luxon.

Une fois que la moto aérienne avait flotté dans le ciel, j’avais pointé la bouche du canon de mon arme vers les monstres qui se rassemblaient et j’avais appuyé sur la détente.

Les monstres avaient été soufflés loin avec la magie et s’étaient transformés en fumée, mais de nouveaux monstres étaient apparus dans cette fumée.

— C’était la pire situation possible.

 

♥♥♥

 

Quand Léon s’était envolé, Anjie avait tendu la main vers lui.

Chris, ayant reçu un nouvel équipement, s’envola et tua les ennemis environnants.

« — Je, je ! » murmura Anjie.

Alors que la breloque en forme d’orbe rouge attachée à son poignet droit avait brillé faiblement, des flammes avaient surgi tout autour d’Anjie. Dès que les flammes s’étaient amplifiées, elles s’étaient rassemblées et avaient pris la forme de six lances.

Anjie connaissait cette magie.

« Lance de Flammes. Comment est-ce — ? » demanda Anjie.

Elle était surprise d’avoir invoqué un sort magique qu’elle ne pouvait pas utiliser jusqu’à maintenant. Tout en étant reconnaissante, elle envoya les lances vers les ennemis qui se rassemblaient autour de Léon.

« Je vais... faire exploser les adversaires de Léon ! » cria Anjie.

Les lances plongeaient à travers les masses de monstres, les transperçant, les brûlant et créant de grandes explosions.

Beaucoup de monstres avaient disparu, mais il y avait encore beaucoup d’ennemis.

Une par une, les unités d’armure de l’adversaire décollèrent de leurs dirigeables, se dirigeant vers le luxueux paquebot.

Alors qu’Anjie était sur le point d’utiliser la même magie en toute hâte, elle avait vu Livia s’effondrer.

Paniquant devant la façon dont Livia était sur le point d’être dévorée par des monstres dans un tel état, elle avait utilisé la magie pour l’aider.

Après avoir frappé les monstres avec des boules de feu, les brûlant jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien, Anjie s’était précipitée et avait tenu Livia dans ses bras.

« Que fais-tu ? Lève-toi, vite ! » déclara Anjie.

Livia respirait difficilement.

De plus, ses jambes étaient chancelantes.

« Ne me dis pas que tu as épuisé toute ta magie —, » demanda Anjie.

Ayant surutilisé sa magie, Livia était pâle et ne pouvait plus marcher. Elle s’en remettrait après un certain temps, mais s’asseoir à sa place actuelle était trop dangereux.

Alors qu’Anjie l’avait portée et s’apprêtait à partir vers l’intérieur du navire, Livia avait parlé.

« Je voulais être utile. Je n’arrêtais pas de vous ralentir, Léon et toi —, et je déteste ça, alors j’ai fait de mon mieux. Je voulais aller plus loin, mais mon corps ne fait pas ce que je lui dis, » déclara Livia.

Livia pleurait de frustration, mais Anjie avait souri.

« Espèce d’idiote ! Ton mieux, c’était vraiment énorme. En plus, t’aider n’est pas un problème. Toi — tu es ma meilleure amie, » déclara Anjie.

Les paroles qu’Anjie avait laissé sortir dans l’embarras avaient surpris Livia, provoquant des larmes qui coulaient sur son visage.

« Anjie —, » déclara Livia

Juste après ça, Anjie avait vu les navires de guerre de la principauté s’approcher devant elle.

« Est-ce qu’ils veulent nous éperonner ? » demanda Anjie.

Un navire de guerre de la principauté fonçait vers la grande coque du paquebot de luxe. Il avait heurté le côté, ce qui l’avait fait fortement incliner.

Alors que les deux filles étaient sur le point de perdre l’équilibre, un monstre s’approcha en ouvrant sa grande gueule.

Alors qu’Anjie poussait Livia hors du chemin du monstre, elle dirigea sa main droite vers le monstre et le brûla à l’aide de la magie.

Le monstre avait été enveloppé de flammes et avait disparu, mais le navire s’était incliné et s’était balancé davantage, ce qui avait fait perdre à Anjie son équilibre et elle avait chuté.

« Anjie ! » cria Livia.

Tandis que Livia l’appelait, Anjie s’agrippa à la main courante du pont.

Son corps avait été jeté hors du navire, et elle pouvait voir la mer sous elle alors que seules ses mains la maintenaient là.

Elle était vraiment au bord du navire, et il n’y avait pas moyen de la sauver si elle tombait. De plus, il y avait des monstres qui volaient autour d’elle. Elle risquait de se faire manger si elle tombait.

Certains des élèves avaient vu Anjie s’agripper à la rampe, mais ils étaient trop préoccupés par leurs propres situations et ne pouvaient pas l’aider.

Malheureusement, la main courante qu’Anjie avait saisie se brisait et s’émiettait.

Anjie murmura. « Si je l’avais dit un peu plus tôt — . »

Les visages de sa famille, de Livia et de Julian flashèrent sous ses yeux, mais finalement, c’était l’image du visage de Léon qui lui vient à l’esprit. En pensant à son visage souriant, Anjie avait souri.

« Entends-toi bien avec Livia, imbécile, » murmura Anjie.

Le temps s’écoulait et sa main était sur le point de se séparer de la rambarde.

Livia avait tenté de l’approcher et de l’aider avec une pensée de « faire ou ne pas faire ».

Anjie avait crié sur Livia. « Ne viens pas par ici ! »

« Non ! » Livia avait immédiatement répondu et avait sauté par-dessus la plate-forme brisée, se précipitant vers Anjie. Livia, poussant son corps malgré ses forces qui ne s’étaient pas encore rétablies, avait respiré de façon erratique en s’agrippant au bras d’Anjie et en la soulevant.

Anjie avait rassemblé ses forces et avait grimpé.

À la fin, elle n’était pas tombée, mais Anjie s’était fâchée contre Livia. Elle n’avait pas pu s’empêcher de s’énerver.

« Espèce d’idiote ! Tu aurais aussi pu tomber ! » cria Anjie.

« Mais — mais ! » balbutia Livia.

Livia leva la tête. Elle parlait en versant des larmes. « N’as-tu pas dit que nous sommes amies ? »

Anjie baissa les yeux alors qu’elle était gênée.

« Idiote. C’est pourquoi, je —, » déclara Anjie.

« Je suis d’accord pour être une idiote, si cela veut dire être amie avec toi —, » commença Livia.

Cependant, le paquebot de luxe avait encore une fois tremblé violemment, et cette fois-ci Livia avait été envoyée hors du navire. Anjie avait tendu son bras vers l’extérieur, mais n’avait pas pu atteindre Livia.

« — Ah ! » cria Anjie.

Voyant le visage en deuil d’Anjie, Livia avait souri. Alors qu’elle descendait, Anjie était sur le point de fondre en larmes.

Une moto aérienne grise plongea alors droit vers la surface de la mer.

« Léon ! » cria Anjie.

 

♥♥♥

 

J’avais rechargé mon fusil.

Je me préparais à viser les monstres qui essayaient de manger Olivia alors qu’elle plongeait. En me voyant, Olivia ferma les yeux et plaça ses mains devant sa poitrine, comme si elle priait.

Son visage affectueux m’avait indiqué qu’elle avait placé sa foi en moi — et cela m’avait contrarié que je n’eusse d’autre choix que de répondre à ses attentes. Je ne pouvais pas faire d’erreurs.

Les monstres environnants avaient été emportés par le vent lorsque j’avais appuyé sur la gâchette, et j’avais rangé le fusil de chasse.

J’avais lâché les poignées et laissé Luxon diriger.

« Je compte sur toi, » déclarai-je.

« Je vais ajuster notre vitesse relative. Sois prudent, s’il te plaît, » déclara Luxon.

J’avais pris Olivia dans mes bras.

On aurait dit que je faisais un porté de princesse.

« Nous allons atterrir à la surface de la mer. Prépare-toi à l’impact, » déclara Luxon.

« Ça devient vraiment mouvementé ! » déclarai-je.

J’avais serré Olivia contre moi, me préparant à l’impact lorsque le bas de la moto avait heurté la surface de la mer.

Alors que nous nous déplacions à la surface de la mer, des éclaboussures d’eau s’étaient répandues derrière nous. L’altitude de la moto aérienne avait progressivement augmenté.

Olivia s’était accrochée à moi en sanglotant.

Tout en l’enlaçant, je lui tapotai légèrement la tête pour la réconforter.

« Tout va bien maintenant. Je te ramènerai là-haut, alors ne t’inquiète pas, Olivia, » déclarai-je.

À ce moment-là — .

« C’est Livia ! » déclara Olivia.

Elle avait insisté pour que je l’appelle par son surnom. Elle semblait avoir une volonté plus forte qu’avant, comme si elle était en colère d’une certaine façon.

« Hey, euh — ! » Balbutiai-je.

« C’est Livia ! Pourquoi ne peux-tu pas m’appeler Livia !? As-tu commencé à me détester ? Pourquoi — tu m’appelles Olivia ? » demanda Olivia.

Luxon était resté silencieux.

Il pilotait actuellement Schwert et augmentait progressivement son altitude, mais il aurait été bien qu’il m’aide. Je n’étais pas doué pour ce genre de situation.

« — Je ne suis pas assez bien pour toi. Tu devrais être avec un homme plus décent que moi, » déclarai-je.

« Qu’est-ce que tu dis !? Qu’est-ce que ça a à voir avec les autres hommes ? » demanda Olivia.

« Je ne suis pas assez bien ! Il y a d’autres types qui ont de jolis visages, des richesses, et d’autres choses, non ? Tu serais bien mieux avec un homme convenable qu’avec moi ! » déclarai-je.

« Je ne — Je ne comprends pas ! » répondit Olivia.

Normalement, elle deviendrait confuse dans une telle situation, mais maintenant, elle était provocatrice et têtue.

 

 

Ses partenaires possibles étaient les cibles de conquête.

Ils étaient tous des gens inutiles, mais c’était bien tant qu’Olivia serait heureuse.

Ces cinq-là étaient bien meilleurs que moi.

« Quelqu’un comme Julian ! » déclarai-je.

« Je ne veux pas être avec celui qui a abandonné Anjie ! » répliqua Olivia.

« Alors, regards ! Voilà Jilk ! » déclarai-je.

« N’a-t-il pas le cœur malfaisant ? » répliqua Olivia.

« Brad ! » répliquai-je.

« Un narcissique ! » répondit-elle avec force.

« Greg ! » dis-je.

« Une tête de mule ! » répliqua Olivia.

« Chris ! » dis-je.

« Un homme qui cherche à attirer l’attention ! » répondit Olivia.

Il semblait qu’elle avait très bien perçu leurs traits spécifiques. C’était un peu amusant.

« Ça ne peut être personne d’autre ! Je veux être avec toi, Léon ! Je veux qu’Anjie et nous nous amusions comme avant ! » déclara Olivia.

C-Cependant, à ce rythme, je ne serais pas bénéfique pour Olivia.

« R-Rien de fructueux n’arrivera si tu es avec moi ! Qu’est-ce que tu vois de bon en moi !? » demandai-je.

« Je veux être avec toi. Léon, tu es gentil, fort, — non attends, ce n’est pas pour ça. Je t’aime beaucoup, Léon ! C’est tout ! Je t’aime bien ! » déclara Olivia.

J’avais baissé la tête.

Jusqu’à présent, la seule autre personne qui disait ouvertement qu’elle m’aimait bien était ma propre mère.

Je ne pensais pas entendre ça dans ce monde.

Luxon m’avait parlé. « Maître, nous arrivons au dirigeable. »

J’avais repris le fusil dans ma main. Je l’avais chargé de balles, puis j’avais parlé d’une voix calme vers Olivia — euh, Livia tout embarrassée pour une raison inconnue.

« Accroche-toi bien à mon dos — L-Livia, » déclarai-je.

« D’accord ! » répondit Livia.

Quand j’avais utilisé son surnom à ce moment-là, j’étais catégorique à ce sujet.

Je n’y pensais pas beaucoup avant, mais maintenant j’en étais très conscient pour une raison inconnue.

Livia avait souri, s’était approchée derrière moi et m’avait tenu dans ses bras. Que faire ? Personne n’aurait le trac si on appuyait sa poitrine de quelqu’un contre lui ?

Cependant, je ne pouvais pas sentir la sensation de sa poitrine puisque les vêtements que je portais étaient si épais !

Sentant peut-être ce qui se passait dans mon expression faciale, Luxon avait parlé d’une voix relativement vive. « Maître, ta combinaison de pilote a été spécialement conçue. »

« Alors tu es ce genre de personne ! » Alors que je criais en préparant le fusil de chasse, j’avais vaincu les monstres qui étaient apparus devant la moto aérienne.

Le paquebot de luxe était incliné à la suite des attaques menées par les navires de guerre de la principauté.

Il semblait qu’ils étaient complètement impuissants depuis que les navires de guerre de la principauté et les monstres s’étaient rassemblés autour d’eux.

À court de munitions de fusil de chasse pour continuer à tirer, j’avais été forcé de retourner sur le luxueux paquebot et de faire atterrir Schwert en douceur sur le pont.

Luxon avait alors parlé. « Schwert, merci pour ton dur labeur. Je vais certainement faire un peu d’entretien sur toi par la suite. »

J’avais replacé le fusil à l’intérieur de Schwert et j’avais emmené Livia en descendant de là.

Anjie avait couru vers moi.

Elle et Livia s’étaient ensuite tenues dans les bras.

« Espèce d’idiote. Imbécile ! Tu m’as fait m’inquiéter, » déclara Anjie.

« Anjie — Je suis désolée, » répondit Livia.

C’était précieux de voir les filles pleurer tout en s’étreignant. Qui avait dit qu’une amitié entre filles serait de courte durée ? C’était vraiment très charmant.

Il s’était ensuivi un chaos sur le champ de bataille.

À cause des navires de guerre de la principauté, nous étions en effet en danger, même s’il n’y avait pas de boulets de canon tirés vers nous.

À ce rythme, le paquebot de luxe coulerait.

Heureusement, il n’y a pas eu de victimes, mais ce n’était qu’une question de temps si les choses continuaient ainsi.

« Luxon. Encore combien de temps encore ? » demandai-je.

« Tel que calculé — il vient d’arriver, » répondit Luxon.

Une fois que j’avais entendu cela, j’avais sorti ma montre de poche et vérifié l’heure.

Pile à l’heure — parfait.

Au loin, je voyais la silhouette de Partenaire.

Pendant qu’Anjie enlaçait Livia, elle pouvait voir l’approche de Partenaire.

« Se pourrait-il que tu l’aies appelé ? Pour pouvoir lui envoyer des ordres à une telle distance — ! » s’exclama Anjie.

J’avais souri en réponse à Anjie. « Il était en attente quelque part près d’ici. Je suis un trouillard, après tout. Luxon — . »

« J’ai déjà tout fini de préparer, » répliqua Luxon.

Avant que je n’aie pu terminer ma demande, Luxon avait déclaré que les préparatifs étaient achevés.

Il était temps de laisser la discussion de côté.

La formation militaire des troupes de la principauté avait été détruite une fois que le nouveau dirigeable, Partenaire, soit entré sur le champ de bataille.

♥♥♥

Partie 3

Garrett s’échappa dans un vaisseau de guerre.

De là-bas, il donna des ordres en criant depuis le pont de cedit vaisseau de guerre.

« Qu’est-ce que vous faites !? Dépêchez-vous de le couler ! » s’écria Garrett.

Le personnel militaire s’y était opposé. « Nos alliés sont là ! En plus, la princesse n’est pas encore en sécurité ! »

Lorsque Garrett avait essayé de toucher sa moustache inexistante, il s’était rendu compte qu’elle avait disparu et avait serré le poing contre lui.

Sa moustache avait toujours été sa fierté.

Il l’avait toilettée tous les jours, et pourtant il n’y en avait plus du tout maintenant. Sa moustache en croc avait disparu quand il s’était réveillé.

Ce chevalier. C’est ce chevalier qui l’a fait. Garrett brûlait d’envie de vengeance, ne cherchant pas de repos jusqu’à ce qu’il puisse se venger de son adversaire.

« Pourquoi avez-vous chargé ainsi ? » demanda Garrett.

Les soldats avaient détourné les yeux en réponse à ce que Garrett a dit.

Ces individus ont dû avancer délibérément pour sauver la princesse. C’est pour ça qu’ils ne les bombardent pas ! Mais elle a même une remplaçante ! pensa Garrett.

Lorsque Garrett avait donné un coup de pied dans l’équipement voisin en raison de la frustration, c’était étonnamment robuste, lui faisant mal à la jambe.

« Gah ! Tsss. C’est aussi l’œuvre de cet homme haineux. Je méprise celui qui m’a volé ma moustache ! » cria Garrett.

Un marin cria alors. « N-Nous avons repéré un nouveau vaisseau de guerre ! On estime qu’il s’étend sur environ sept cents mètres ! »

Garrett avait regardé dehors à toute vitesse. « Imbécile ! Les renforts du royaume ne pourraient jamais venir avant longtemps — . »

Il avait arraché avec violence des jumelles d’un soldat, et lorsqu’il avait examiné la zone, il avait vu un étrange dirigeable se diriger vers eux.

« Quoi ? Je ne vois que deux canons, » déclara Garrett.

Le personnel militaire était également intrigué.

« Sa forme n’est pas non plus naturelle. Et aussi, n’a-t-il pas des canons mobiles ? Et il n’y en a que deux ? » demanda Garrett.

Il était courant de se battre en écrasant un ennemi sous le tir de nombreux canons fixés sur le côté, rendant la forme de ce dirigeable trop artificielle.

Garrett caressait ses lèvres solitaires.

« Coulez-le. Un dirigeable aussi grossier est une horreur. Il n’y a pas de problème si nous ramassons sa pierre flottante, » ordonna Garrett.

Les objets qui permettaient aux dirigeables de voler s’appelaient des pierres flottantes.

C’était grâce à elles que la technologie des dirigeables s’était développée. C’était un monde où les dirigeables pouvaient être fabriqués avec des conceptions qui étaient tout sauf simples, tout cela grâce à l’existence de pierres flottantes.

Il n’y aurait pas eu de problème si la menace opposée devant eux n’était qu’un simple dirigeable.

« Entourez-le tout de suite, » ordonna Garrett.

À ce moment-là, l’adversaire faisait face au navire de guerre où se trouvait Garrett et il avait tiré un boulet de canon sur lui.

Le navire de guerre avait énormément tremblé et la navigation était devenue impossible à cause d’un moteur fortement endommagé.

« Qu’est-ce qui se passe !? »

« L’ennemi nous bombarde ! »

« Un bombardement ? Comme s’il pouvait nous atteindre à cette distance ! — Augh ! »

Une fois que l’adversaire avait commencé à bombarder davantage, les navires de guerre de la principauté avaient commencé à perdre successivement leur capacité à naviguer.

Garrett avait vu quelque chose éjecté de l’adversaire et avait remarqué qu’il se dirigeait vers le paquebot de luxe incliné.

« Q-Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? » s’écria Garrett.

Après qu’une partie du plafond soit tombée à cause du bombardement, frappant Garrett directement sur la tête et le faisant saigner, il ne pouvait qu’imaginer ce qui arriverait par la suite.

 

♥♥♥

 

Une grande caisse était descendue sur le pont.

Les yeux des élèves brillaient d’espoir après avoir vu cette boîte.

Chris avait fait une expression compliquée, mais il semblerait qu’il était quand même soulagé.

Il était descendu près de moi avec son armure abîmée et m’avait appelé.

« Baltfault, est-ce ton œuvre ? » demanda Chris.

J’avais tenu Luxon d’une main et je m’étais retourné.

« À qui crois-tu que tu parles ? Réjouisses-toi — la victoire est déjà mienne, » déclarai-je.

Il était naturel que le vainqueur ait déjà été décidé.

Luxon s’était adressé à moi. « Maître, les unités équipées d’armure de l’adversaire se dirigent par ici. Je demande la permission de déployer les drones. »

Une fois que j’avais hoché la tête, Partenaire avait commencé à éjecter les drones de combat les uns après les autres.

Ils n’avaient qu’un haut du corps, ce qui les faisait ressembler à une armure sans jambes, et chacun d’eux portait une arme différente.

Une fois la boîte dépliée et ouverte, une armure grise, Arroganz, était apparue devant moi.

Son armure de poitrine était ouverte, attendant que j’entre.

Anjie et Livia avaient tenu Hertrude en me regardant.

Hertrude regarda Arroganz et elle avait rétréci les yeux.

« Ne me dites pas que c’est une relique perdue, » demanda Hertrude.

En montant sur Arroganz, j’avais répondu à Hertrude.

« Il semble que vous soyez bien informée. C’est vrai. C’est une relique perdue. »

« Je me souviens maintenant. Il y avait un jeune chevalier qui a gagné la célébrité dans le royaume en tant qu’aventurier. Était-ce vous ? » demanda Hertrude.

Luxon avait alors dit quelque chose comme « Ce n’est pas vraiment convaincant, », mais je l’avais ignoré et j’avais fermé la poitrine d’Arroganz, regardant une image de mon environnement.

Les monstres s’étaient rassemblés et les chevaliers de la principauté avaient commencé à bouger.

J’avais souri quand Arroganz avait commencé à démarrer.

« Attaquons-les sans relâche. Mon combat à sens unique continue ici ! » déclarai-je.

« Maître, tu les as pourtant déjà contre-attaqués, » répondit Luxon.

« C’est une chose de ce que je ressens vraiment ! Je suis ici pour leur dire avec qui exactement ils se sont opposés. Je vais graver la peur dans l’esprit des imbéciles de la principauté ! » déclarai-je.

Des drones équipés de mitrailleuses avaient été éjectés d’un conteneur présent sur le dos d’Arroganz.

Alors qu’ils décimaient continuellement chaque monstre, j’avais parlé à Anjie et aux autres.

« Allez-vous réfugier ! » déclarai-je.

Anjie et Livia hochèrent la tête.

« D’accord, nous te laissons le reste, » déclara Anjie.

« Léon, tu dois revenir, » déclara Livia.

Après cela, Chris s’était tenu à côté de moi.

« Laisse-moi t’aider, » demanda Chris.

Est-ce qu’il tenait toujours le coup malgré le fait que son équipement soit abîmé ?

« Fais ce que tu veux. Ne te mets pas en travers de mon chemin, » déclarai-je.

Chris avait fait un léger sourire malgré mon langage abusif.

« Je vais en profiter au maximum ! » déclara Chris.

J’avais été troublé par la façon dont il venait de l’accepter. Je m’attendais à une réponse du genre. « Je ne veux pas entendre ça de ta part ! » — peu importe.

« Luxon, sors-moi le grand fusil et — la lame, » ordonnai-je.

« Ouverture du conteneur numéro un, » répondit Luxon.

Tout en portant un gros fusil dans mon bras droit, j’avais tenu une épée avec la gauche.

Alors qu’Arroganz s’éloignait lentement du pont, Chris s’était envolé vers moi.

En voyant Arroganz apparaître dans le ciel, les monstres s’étaient précipités pour l’attaquer.

« Comme c’est futile ! » déclarai-je.

Des drones s’étaient rassemblés autour d’Arroganz, neutralisant immédiatement les monstres avec des mitrailleuses.

Voyant cela, Chris avait contemplé en disant. « J’étais fou de penser que je pouvais le défier avec une épée. »

Il aurait dû s’en rendre compte plus tôt.

Les drones envoyés par Partenaire avaient tenu compagnie aux monstres et aux unités d’armure, protégeant ainsi le paquebot de luxe.

Quand une armure volante de la principauté s’était approchée de moi, j’avais pointé le fusil sur elle et j’avais appuyé sur la détente, faisant sauter la tête de l’armure.

« Maintenant, pourquoi ne pas briser cet esprit combatif que vous avez tous ? » demandai-je.

« Tu ressembles vraiment à un méchant, Maître, » déclara Luxon.

En souriant, j’avais serré les manettes qui contrôlaient Arroganz.

 

♥♥♥

 

Garrett avait vu la scène depuis le pont du vaisseau de guerre.

« Est-ce un monstre ? » demanda Garrett.

Non seulement les navires de guerre de la principauté, mais même leurs armures étaient mis hors service si facilement.

L’armure grise était fortement blindée, et elle avait une forme loin des modèles dominants.

Au début, il avait ri de son manque de prestance, mais son visage pâlissait au fur et à mesure que ses alliés continuaient à s’effondrer.

Un soldat des environs avait parlé. « Comte, devrions-nous battre en retraite maintenant ? »

Garrett avait envoyé un coup à ce soldat.

Il avait fortifié son poing avec de la magie et il l’avait fait voler.

« Retraite ? C’est stupide de dire ça. Si les troupes de la principauté reviennent après avoir perdu contre les écoliers du royaume, nous serons la risée de tous ! » déclara Garrett.

Le soldat se leva et essuya le sang de ses lèvres.

« C-Cependant, les pertes dans nos troupes sont déjà —, » déclara le soldat.

« Ils nous ont volé notre princesse, ils ont volé la flûte magique, et maintenant nous pourrions perdre contre un enfant ! On ne peut pas battre en retraite ! » déclara Garrett.

Si Garrett et les autres rentraient chez eux dans un tel état, il n’y aurait pas d’avenir pour eux.

Garrett, qui aurait dû en assumer la responsabilité, n’avait pas eu d’autre choix que de couler l’ennemi devant lui.

Il s’était rongé les ongles et ses yeux étaient devenus injectés de sang.

« Le royaume possède donc un nouveau modèle d’armure. Ma position sera en danger à moins que nous la détruisions avant notre retour. »

Tandis que Garrett murmurait à lui-même sans se soucier des regards qui l’entouraient, quelques chevaliers étaient venus sur le pont.

Voyant les uniformes noirs qu’ils portaient, Garrett avait instantanément levé son visage.

Il regarda le chevalier qui les conduisait et sourit.

« C’est vrai. Nous vous avons, vous, le héros le plus fort de la principauté, » déclara Garrett.

Un homme âgé regarda le visage de Garrett tout en semblant agacé.

Le sommet de la tête de l’homme était chauve et il portait une grande cicatrice sur le front. Il avait un grand corps musclé et contrairement aux autres chevaliers, il portait une armure de plaques.

Il était le seul à porter une armure de plaques, et comme les gens autour de lui portaient des uniformes militaires ou des vêtements de chevalier, il semblait se démarquer.

Cependant, c’était l’habit d’un homme qui était constamment prêt au combat à tout moment.

Les gens de la principauté ne ressentaient aucune gêne devant l’accoutrement de cet homme.

« On m’a dit qu’il y avait des ordres de ne pas me laisser mener une attaque. J’ai même entendu dire que la princesse avait été capturée. Vous serez puni pour ça plus tard. Nous allons faire une sortie, » déclara l’homme en armure.

Il y avait une lueur d’espoir dans les yeux des soldats.

Ils voulaient que cette personne fasse quelque chose au sujet du dirigeable et de l’armure en furie qui se trouvait devant eux.

Garrett hocha la tête plusieurs fois de la tête, enchanté.

« Ce n’est pas un problème. Vicomte Bandel Hymn Zenden. Je vous le laisse, à vous et aux autres, » déclara Garrett.

Les chevaliers avaient quitté le pont du navire de guerre.

Garrett avait fait un rire étouffé. « Avec cela, tout est réglé. »

Cependant, le soldat battu avait parlé. « M-Mais le pays nous a donné l’ordre de ne pas laisser le vicomte Zenden — . »

Garrett avait ri avec mépris.

« Zenden a fait la sortie de son plein gré. En plus, êtes-vous assez stupide pour ne pas nous laisser jouer notre carte la plus forte ? Le “Chevalier Noir” sera capable de tuer ce monstre. Après tout, c’est le chevalier le plus fort de la principauté, » déclara Garrett.

Le chevalier le plus fort de la principauté commença ainsi à prendre en chasse Léon.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire