Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 2 – Chapitre 9 – Partie 2

♥♥♥

Chapitre 9 : Sourire

Partie 2

Chris avait appelé et réuni les représentants des étudiants et des marins dans une seule pièce.

J’étais arrivé dans une salle avec un fusil que j’avais acheté à un marin en cours de route.

Il y avait beaucoup de gens qui avaient baissé la tête, peut-être en raison du désespoir.

En vérifiant les cartouches du fusil, j’avais regardé Chris faire un discours au centre d’un escalier dans le hall.

Il s’était assis dans l’escalier et se tourna vers le visage des personnes rassemblées.

« J’ai conclu qu’il n’y avait pas d’autre choix que de se battre si nous voulons que tout le monde échappe au danger. Tout le monde, prêtez votre force, » déclara Chris.

Chris avait reçu une série de reproches.

« Ne vous laissez pas emporter, première année ! »

« Pourquoi est-ce vous qui allez nous diriger quand vous n’êtes même pas aussi fort que ça !? »

« Vous avez perdu face au déchet là-bas ! »

« En premier lieu, Anjelica est la méchante ! Ne vient-elle pas de ne sauver que sa vie ? »

« Comme c’est incroyable pour la fille d’une famille de duc. »

Lorsque j’avais jeté un coup d’œil sur le garçon qui m’appelait un déchet et la fille qui méprisait Anjie, ils s’étaient cachés. Cependant, j’avais mémorisé leurs visages et je me vengerais plus tard. Je le ferais certainement !

Étant donné que la visite sur le terrain comprenait des étudiants de la première à la troisième année, il était quelque peu gênant pour Chris d’être le chef. Il semblait que certains élèves des classes supérieures ne voulaient pas suivre les instructions d’un élève de première année.

Cependant, il était possible que nous mourions.

Il y aurait des gens qui assumeraient ouvertement leur position lorsque des choses telles que les hiérarchies n’auraient plus de sens. Les garçons de classe régulière souriaient.

« Nous parlons de guerre. Vous êtes si orgueilleux dans la classe avancée. Pensiez-vous que tout le monde suivrait vos ordres ? » demanda l’un d’eux.

« Pensez-vous que vous auriez le courage de nous commander si fièrement. »

« Pour commencer, quelle autorité possède un épéiste expert alors qu’il a été déshérité ? »

Les filles agissaient de la même manière. Cependant, cela impliquait qu’elles se disputaient avec l’aide de leurs serviteurs exclusifs.

« Attendez, vous devriez être celui qui suivez mes ordres ! » déclara l’une des femmes.

« Comme c’est impudent, jeune fille ! Pourquoi devrais-je suivre vos ordres à un moment pareil !? » s’écria Chris.

La scène était devenue agitée, alors j’étais monté dans les escaliers.

Alors que j’épaulais le fusil de chasse, le regard de tout le monde se concentra sur moi.

« Vous êtes tous pleurnichards et ennuyeux, vous n’êtes que des incompétents, » déclarai-je.

Mon public se tut devant l’arme que je tenais. Leurs regards étaient remplis de sentiments de peur et de haine.

 

 

« Écoutez-moi bien. Je suis un chevalier qui occupe officiellement un poste de baron. De plus, je suis au cinquième rang, un statut supérieur à celui des enseignants qui vous ont guidé. Comprenez-vous bien cela ? » demandai-je.

Les professeurs avaient détourné le regard.

Les professeurs étaient plus ou moins nobles. Cependant, leurs statuts n’étaient pas élevés.

Je suppose que le principal avait un statut plus élevé que moi, mais personne d’autre ne l’avait.

Qu’en est-il de mon mentor ? Je suppose que mon statut était plus élevé que lui.

Mais je respectais quand même mon mentor en tant que personne. Le statut n’était pas pertinent dans ce cas, il avait quelque chose qui me surclassait.

« Alors je serai celui qui donnera des ordres. Battez-vous. Oui, si vous ne voulez pas mourir, alors battez-vous, » déclarai-je.

Comme prévu, tout le monde avait exprimé son opposition à ce que j’avais dit.

« T-Tu te fous de moi ! Tu devrais être celui qui se bat ! »

« Oui, je vais me battre. Après tout, je suis un véritable noble. Ce n’est pas comme si je faisais semblant d’être un noble ! Faux nobles » déclarai-je.

Une fille de troisième année fronça les sourcils en réponse à ce que je disais.

Elle semblait avoir une forte volonté et avait les cheveux blonds et bouclés, ce qui donnait l’impression d’être des drills.

Elle portait des talons hauts et ressemblait à une reine au cœur inébranlable.

Elle avait utilisé sa bouche, qui portait un rouge à lèvres, pour m’interroger alors qu’elle était irritée.

« Faux nobles, tu dis ? Quelle impolitesse de dire cela envers moi, quelqu’un d’une maison de comte, » déclara la fille.

Il semblait que la fille avait une puissance juste après Anjie. Les gens qui l’entouraient se turent. Je pouvais voir la nature triste des garçons aristocratiques se taire devant la fille, même s’ils s’opposaient à Chris et à moi.

« Et tu es ? » demandai-je.

« Dire que tu ne me connaîtras pas ! Je suis Deirdre Fou Roseblade. La fille de la famille de Comte Roseblade ! » déclara Deirdre.

Cela me semblait familier. Cependant, j’avais prétendu ne pas savoir. Je m’étais fourré un doigt dans l’oreille et m’avait affiché un air d’ennui.

« Ça ne me dit rien. Je ne sais pas si tu es un Roseblade, une églantine ou autre chose, mais que vaux-tu maintenant ? » demandai-je.

« Quoi !? Q-Quelle impolitesse ! » s’écria Deirdre.

Quelle merveilleuse réaction de cette puissante reine ! J’attendais quelqu’un comme elle !

« Je ne sais pas à quel point ta famille est géniale, mais tu n’es qu’un simulacre, » déclarai-je.

« Il a fallu travailler longtemps pour arriver à ma position ! Et pourtant, tu m’appelles un simulacre ! » déclara Deirdre.

« Tout à fait ! Je suis monté par moi-même dans ma position. Cependant, je suis un véritable aventurier. Je suis un noble qui a véritablement réussi en tant qu’aventurier. Je ne suis pas quelqu’un qui peut être comparé avec des faux auto-importants, » déclarai-je.

Deirdre avait commencé à me maudire avec une grande vigueur. « Ne sois pas arrogant, humble baron ! Notre famille de comte a présenté au royaume une île flottante, a capturé de nombreux donjons et constitue une famille prestigieuse parmi toutes les familles prestigieuses. Sache donc combien ton ménage est impudent en comparaison ! »

J’avais applaudi alors que je portais toujours le fusil de chasse.

« Ça a l’air génial. Tes ancêtres étaient la vraie affaire, » répliquai-je.

Deirdre, arrogante, était inquiète de ma réplique.

« Souviens-toi de ça. Tes actions n’atteignent même pas les pieds de la maison Roseblade ─, » déclara Deirdre.

J’avais commencé à rire en moi. Quel grand personnage qu’était Deirdre !

« Splendide ! Oui, tes ancêtres étaient authentiques, bien que cela soit assez triste, n’est-ce pas ? Après tout, leurs descendants sont devenus des lâches parmi des lâches. Ils doivent sûrement pleurer six pieds sous terre. Des gens comme toi qui tremblent de peur devant une principauté ne sont que des faux, » déclarai-je.

« Quoi !? Qu’est-ce que tu insinues ? » demanda Deirdre.

« Ai-je tort ? Qu’as-tu fait quand Anjie s’est offerte en sacrifice ? Tu t’es sentie soulagée, n’est-ce pas ? Tu as gardé le silence en attendant le passage de la tempête — et à la fin, tu as maudit Anjie lorsque tu as réalisé que tu allais mourir. Chacun d’entre vous est un lâche parmi des lâches ! Non, attendez, vous n’êtes même pas assez bon pour être qualifié de lâche. Vous êtes juste prétentieux, de faux nobles. »

« Reprends ça ! » cria Deirdre.

Je m’étais approché de Deirdre et lui avais parlé avec un sourire. « Je ne veux pas. »

Ensuite, j’avais pris une certaine distance et j’avais souri avec les bras ouverts.

« Dans une situation où nous pourrions être tués, vous ne faites que vous plaindre. Vos ancêtres ont peut-être été des aventuriers à succès, mais vous n’avez aucune valeur ! Vous n’êtes que des vauriens pathétiques qui n’ont pas hérité de la bravoure d’oser partir à l’aventure dans un dirigeable, du savoir-faire pour capturer un donjon, ni de la force de vaincre des monstres, » déclarai-je.

À ce propos, la famille Baltfault n’avait eu aucune grande réussite en tant qu’aventuriers. J’avais entendu dire qu’ils étaient des nobles qui avaient participé aux guerres et accumulé suffisamment de succès pour obtenir une île flottante.

En premier lieu, je n’avais aucun attachement aux ancêtres, à l’honneur ou aux lignages. Je ne pensais pas que mes ancêtres seraient en deuil. Plutôt, ils pourraient peut-être craindre ça et vouloir s’échapper à tout ça.

Malgré tout, j’avais continué à calomnier tout le monde ! Après tout, c’était pratique pour moi !

« Le messager de la principauté avait raison. Si nous supprimions l’égoïsme de nobles comme vous, vous n’auriez aucune raison d’être fier. Vous êtes juste des imbéciles honteux qui ne faites que vous accrocher aux exploits de vos ancêtres. Chacun d’entre vous est un lâche qui aurait peur et ne ferait rien même s’il était averti que vous allez être attaqué. Vos grands ancêtres pleureraient sûrement... non, attendez, ils riraient ! »

Les étudiants autour de moi avaient commencé à devenir progressivement enragés.

Et comme c’est gentil !

Je me tenais là en riant.

« Ils se roulent au sol en rigolant ! Ils parlent du fait que leurs descendants sont pathétiques ! Ils ricanent en disant combien il est honteux que vous vous appeliez vous-mêmes des nobles, et pourtant, votre seul mérite est que vous êtes des descendants d’aventuriers ! » déclarai-je.

J’avais essuyé mes larmes avec mon doigt. J’avais vraiment trop ri.

C’était un acte pour les forcer à se prendre pour des imbéciles — pas besoin d’attendre, c’était pour les enhardir.

« C’est merveilleux que vos ancêtres aient travaillé dur pour devenir nobles. Cependant, tout était vain. Pour le dire franchement, vous êtes ceux qui étiez supposés suivre leurs pas. Vous n’avez aucune volonté et perdrez devant une principauté sans résister. Les succès de vos ancêtres seront écrasés par vos échecs. Vos actions ternissent vraiment tout. Vous ternissez les exploits de vos ancêtres et vous faites honte à leurs descendants. Vos proches parleront de vos actions et de leur honte ! » déclarai-je.

L’histoire de ce monde avait déclaré que les nobles étaient fiers d’être les descendants d’aventuriers.

C’était quelque chose qui était aussi enseigné à l’académie, et certaines personnes avaient même admiré leurs respectables ancêtres.

Dans tous les cas, les nobles de ce monde adoraient leur position d’aventurier.

Alors qu’arriverait-il si je stimulais cet aspect d’eux ?

« N-Ne te moque pas de nous ! Je ne laisserai pas mes ancêtres se sentir honteux ! Penses-tu que je ternirais l’honneur de ma famille !? » cria Deirdre.

J’avais souri comme si je me moquais des autres.

« Tu as un bon esprit combatif, mais cela seul ne veut rien dire. Place tes mains sur ta poitrine et écoute bien. Ne veux-tu pas l’entendre ? Ce sont les voix du sang de tes ancêtres qui coulent en toi, qui se moquent de ta honte ! » déclarai-je.

Il y en avait qui ne l’avaient pas fait, mais beaucoup avaient placé leurs mains sur leur poitrine. Parmi eux se trouvaient les marins et même les serviteurs exclusifs.

« Écoutez bien ! Entendez-vous les éclats de rire ? Ou peut-être les voix de deuil ? Choc, éventuellement ? Peut-être que certains de vos ancêtres vous remercient même de les avoir fait rire. Les bons ancêtres diraient ce qui suit : “Il n’y a pas de valeur pour un lâche qui fuit un combat !” » déclarai-je.

Peu de gens avaient répondu à ça.

Eh bien, je me moquerais d’eux, même s’ils répondaient.

J’avais alors fait un regard sérieux.

« Est-ce que le sang du noble aventurier qui coule en vous est une imposture ? Voulez-vous tomber dans la honte, caressée par la principauté en attendant simplement la mort !? » demandai-je.

Deirdre m’avait regardé.

« Il serait honteux pour la fille de la famille Roseblade de mourir ici sans rien faire. Tout le monde, allez-vous laisser ce gars continuer à parler comme ça ? Comme il l’a dit, nous ne sommes vraiment pas à la hauteur de nos ancêtres ! » déclara Roseblade.

Les garçons avaient fait entendre leurs voix.

« Ne te moque pas de nous, foutu bâtard ! Que quelqu’un aille chercher des armes ! »

« Depuis combien de temps pensez-vous que nous nous sommes entraînés dans le donjon ? Toute une année ! Préparez-vous, car nous vous montrerons la différence de force entre vous et les classes inférieurs ! »

« Vous avez des tripes pour nous sortir ça ! Parlez pendant que vous le pouvez encore ! »

Les garçons avaient montré de la motivation.

De même, les filles semblaient également encouragées, montrant une certaine inspiration.

Ces imbéciles auraient dû faire un effort sérieux depuis le début !

Chris m’avait regardé.

« Baltfault, tu —, laisse tomber, » déclara Chris.

Il n’aurait pas dû s’arrêter s’il voulait dire quelque chose ! Maintenant, j’étais curieux !

Deirdre avait ensuite parlé. « Comme tu as dit ça, tu as naturellement pensé à quelque chose, non ? Cette discussion sur le fait d’être de véritables nobles a été faite dans le but de sortir de l’impasse, non ? »

J’avais fait entendre ma voix. « Idiots, écoutez bien ! Même si ce que je dis vous laisse un peu perplexe, je n’ai pas le temps de vous l’expliquer ! Je vais donc dire ceci : nous allons avancer de front en visant le chef de la principauté ! »

Lorsque les gens autour de moi élevèrent la voix et demandèrent si j’étais vraiment sérieux, Deirdre se mit à sourire.

« Ça m’a l’air bien. Tu es vraiment quelque chose ! Mais, je me demande pourquoi aucune des filles n’a fait entendre sa voix. Si l’une de vous tente de s’échapper lâchement maintenant, je ne le tolérerai pas ! » déclara Deirdre.

Il semble que les filles se soient également résolues à contrecœur en réponse aux paroles de leur chef.

Deirdre m’avait regardé.

« Maintenant, nous savons que nous traversons le front de l’ennemi. Que comptes-tu faire ? Tu te vantes, donc tu auras un rôle très actif, non ? » demanda Deirdre.

Elle disait qu’elle ne me permettrait pas de rester de côté à ne rien faire après avoir dit de telles choses insignifiantes.

J’avais souri. « Bien sûr. Je vais prendre l’avant-garde avec une moto aérienne. »

« Une moto aérienne ? Envisages-tu de te faire tuer ? » demanda Deirdre.

L’extérieur était encombré de troupeaux de monstres et de dirigeables de la principauté. Il y aurait certainement aussi des armures.

S’il y avait un idiot qui voulait charger une telle situation avec une moto aérienne, je rigolerais certainement.

« J’ai quelqu’un que je veux aider. Pendant que j’y suis, je vais leur prendre un objet important et me moquer de la flotte de la principauté, » déclarai-je.

« Est-ce à propos d’Anjelica ? Cependant, tu n’es pas des partisans d’Anjelica, » déclara Deirdre.

Ce n’était pas comme ça.

« À un moment donné, tous les gars veulent être un chevalier qui sauverait une princesse en difficulté. Même si vous avez tous abandonné Anjie, je ne le ferai pas. C’est une femme bien. Vous, les filles, vous devriez un peu suivre son exemple, » déclarai-je.

Deirdre se mordit la lèvre.

« C’est la première fois que quelqu’un m’a dit qu’une autre femme était bien, » déclara Deirdre.

« Tout le monde, protégez les autres. Et prenez note que vous devriez aussi tous vous préparer. Nous n’avons pas le temps ! » déclarai-je.

Les étudiants de l’académie avaient fait preuve de détermination. L’enthousiasme avait circulé dans la zone et les étudiants avaient commencé à se déplacer avec frénésie. En attendant, je m’étais souvenu de ce moment avec Anjie.

Quand elle s’était offerte en otage, j’aurais dû dire que j’avais le statut de baron. Alors, elle n’aurait pas été prise seule.

Donc, serait-elle un otage pour le bien de tous ? Elle avait encore seize ans. Je le regretterais toute ma vie si j’abandonnais Anjie, qui faisait preuve de courage seule, et le père d’Anjie était lui aussi effrayant. Anjie —, dans ce monde pourri de jeux vidéo Otome, elle était mon espoir.

La bouche de Deirdre se déforma en forme de croissant, comme celle de la lune, alors qu’elle souriait.

Quoi ? Pourquoi ne partait-elle pas ? Nous n’avions pas le temps.

« Un chien sans discipline. Avec une telle attitude, tu ferais un bon animal de compagnie. Si tu n’étais pas le favori d’Anjelica, je t’aurais à mes côtés, » déclara Deirdre.

Cette fille était une autre mauvaise personne avec qui être. Ce n’était pas à la même ampleur que les autres, mais ce n’était pas une personne avec laquelle je voulais faire connaissance.

« Je t’en suis reconnaissant. »

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

3 commentaires

  1. Merci pour le chap !

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire