Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 2 – Chapitre 9 – Partie 1

♥♥♥

Chapitre 9 : Sourire

Partie 1

Un messager de la principauté était descendu sur le pont du paquebot de luxe.

C’était un homme très bien habillé qui se présentait sous le nom de comte Garrett.

Il avait une attitude arrogante flagrante envers nous et il parlait tout en se caressant la moustache. Il était mince et avait un visage suintant avec une impression désagréable.

« Les enfants des foyers de barons et supérieurs seront traités comme des prisonniers de guerre. Nous n’avons aucun intérêt pour les enfants des familles de chevaliers et des familles inférieures. Il en va de même pour les esclaves demi-humains. Bien sûr, nous n’avons pas non plus besoin des marins de ce dirigeable, » déclara Garrett.

Alors qu’une majorité des personnes présentes était désespérée, les étudiants de la classe avancée étaient soulagés.

Parmi eux, une des filles s’était levée pour défendre son serviteur exclusif.

« A-Attendez ! Épargnez mon serviteur exclusif. C’est mon préféré, » déclara la fille.

Garrett répondit à la fille avec une attitude condescendante.

« Alors, vous pouvez mourir avec votre amoureux. Ce n’est pas grave si nous avons un ou deux otages de moins, » déclara Garrett.

Les filles désespérées fermèrent la bouche et détournèrent le regard de leurs serviteurs exclusifs.

C’est vrai. Les gens valorisent leur vie par-dessus tout.

J’avais continué à me taire. Pendant que je réfléchissais à la question de savoir s’il y aurait un chahut une fois qu’ils seraient entrés pour s’emparer de tout le monde...

« Oh ? »

Au moment où j’avais été surpris, il était déjà trop tard.

Anjie se plaça devant Garrett.

« Qu’est-ce qu’il y a, jeune fille ? » demanda Garrett.

Anjie avait pris une attitude confiante malgré que Garrett la méprisait.

« Je suis Anjelica Rafua Redgrave. Connaissez-vous le nom de ma famille ? » demanda Anjie.

En entendant le nom d’une famille de duc, les yeux de Garrett étaient grands ouverts, mais il avait immédiatement souri.

« Je n’aurais jamais pensé que la fille d’un ménage du duc serait à bord — le royaume est vraiment stupide. Laisser une personne aussi importante faire un voyage sans gardes, » déclara Garrett.

Garrett avait ouvert les bras avec joie.

« Excellent ! Laissez-moi vous montrer mon respect pour votre courage en vous présentant ! Maintenant, venez ici, » déclara Garrett.

Il allait emmener Anjie.

Mon pied avait fait un pas vers l’avant par instinct, mais à ce moment-là, j’avais reçu un puissant coup dans le dos.

J’avais été plaqué au sol et avais été retenu par des garçons. Quand j’avais vu les visages de ces garçons, la colère était montée en moi.

« Franchement, qu’est-ce que tu essayes de faire !? » s’écria l’un des garçons.

Garrett m’avait regardé avec mécontentement alors que j’étais cloué au sol.

« Comme c’est bruyant. Qui êtes-vous ? » demanda Garrett.

Anjie avait regardé mon visage, puis elle avait fermé ses yeux.

« C’est mon ami, » déclara Anjie.

Anjie n’avait pas mentionné formellement que j’étais un baron et un chevalier.

« Je n’aurais jamais que vous auriez un ami, » déclara Garrett.

Garrett s’était approché de moi et avait ensuite piétiné ma tête. Son sourire révélait son intention malveillante.

Ma vue était concentrée sur Garrett.

« Quelle attitude rebelle ! Maintenant, donnons leur premier travail aux nobles du royaume. Punissez cette personne. Allez, dépêchez-vous ! » ordonna Garrett.

Après ça, les garçons me retenant avaient commencé à exercer des violences contre moi.

J’avais résisté, mais ma réponse avait été neutralisée.

« L-Les gars ! » déclarai-je.

« Allez-vous faire que le sacrifice d’Anjelica soit gaspillé ? Vous devriez vous taire ! » cria l’un des partisans.

Ceux qui me maintenaient au sol et me frappaient étaient les partisans d’Anjie. En me frappant, des coupures s’étaient ouvertes dans toute ma bouche et le goût du sang s’était intensifié.

« Même si, vous êtes..., » déclarai-je.

« C’est la décision de Milady ! » déclara l’un des partisans.

En entendant ça, Anjie avait crié. « Arrêtez cela ! ─ Stop. »

Garrett caressa sa moustache entre ses doigts.

« Oh, ce n’est pas l’attitude à adopter quand on demande quelque chose. Cela ne va pas pour une fille de duc, » déclara Garrett.

Anjie avait fait cela pour moi. « S’il vous plaît, arrêtez ça. Je vous en supplie. »

La bouche de Garrett se déforma en forme de croissant, semblable à celle de la lune, et il avait alors souri en parlant avec force.

« Malheureusement, je ne veux pas le faire ! Eh bien, vous venez avec moi. Ah, vous, assurez-vous de frapper à fond ce stupide morveux, » déclara Garrett.

Garrett était ensuite parti. Tout ce que je pouvais, c’était regarder le fait qu’ils kidnappaient Anjie.

Alors que j’ai été sévèrement battu, ma conscience était devenue trouble. J’avais tendu la main pour essayer d’aider Anjie, mais mon bras avait été piétiné sauvagement.

Anjie était en négociation avec Garrett.

« Je suis déjà suffisante en tant qu’otage, non ? Alors, laissez les autres partir, » déclara Anjie.

Garrett caressa sa moustache en esquivant la question.

« Alors, vous vous offrirez si cela signifie sauver les autres. Je pourrais tout simplement pleurer devant ça. Eh bien, prenons le temps de parler de cela dans le dirigeable de la principauté, » déclara Garrett.

Olivia avait fait entendre sa voix pour empêcher Anjie d’être emmenée. « Anjie ! »

Les esclaves de sous-race environnante l’avaient alors bloquée.

« Anjie, ne pars pas ! » Olivia était la seule à parler.

Anjie se retourna et elle afficha un sourire ferme — mais ses jambes tremblaient.

« Livia, merci, » déclara Anjie.

Après avoir dit cela, Anjie avait été amenée dans un bateau et puis elle avait été transportée loin de nous par le messager et ses cohortes.

J’avais donné un coup de pied avec férocité et j’avais roulé sur le dessus du pont.

Quand mon abdomen douloureux m’avait cloué au sol, Olivia s’était précipitée vers moi et s’était placée pour me défendre.

« Léon ! » cria Olivia.

Les garçons et les domestiques exclusifs me regardèrent. Comme ils étaient disgracieux, ils portaient trop de ressentiment.

« Tout aurait pu être gaspillé à cause de toi, » déclara l’un d’eux.

« Tu es qu’un déchet, » déclara un autre.

« Hé, les marins. Jetez ce gars dans une cellule de prison, » déclara un troisième.

Les marins m’avaient entouré.

« Ces maudits individus ! » criai-je.

 

◇◇◇

 

Il y avait un dirigeable conçu pour être placé sur un énorme monstre.

Anjie, emmenée dans un dirigeable aussi étrange, était entourée de chevaliers armés.

Tout en restant prudente, elle rencontra la princesse Hertrude.

« Ça fait un moment, Anjelica. Nous n’étions que dans une relation où nous avions simplement échangé des salutations, mais vous retrouver de cette façon me semble un peu nostalgique, » déclara Hertrude.

Anjie avait fait un sourire intrépide. « Avez-vous vraiment l’intention de faire la guerre avec la puissance nationale d’une principauté ? Cette affaire ne se terminera pas par une simple escarmouche. »

Le royaume Holfault et la principauté de Fanoss. Il y avait une grande différence entre les deux pays.

Le royaume Holfault avait bien plus de force à disposition.

Sachant cela, Anjie affichait un sentiment de clémence. Cependant, elle était un peu frénétique à l’intérieur.

Quel genre d’objectif ces personnes ont-elles ? Que veulent-elles faire en attaquant avec une flotte de ce degré malgré la différence de puissance nationale ? Se demanda Anjie.

Hertrude avait souri à Anjie.

« C’est vrai. Il existe certainement une disparité dans la force nationale. Cependant, n’avez-vous pas remarqué la vue extérieure ? » demanda Hertrude.

Donc, ils envisagent vraiment d’utiliser des monstres ? Se demanda Anjie.

« Alors vous êtes accompagné de monstres. Allez-vous gagner contre le royaume avec seulement cela ? » demanda Anjie.

« Oui, nous gagnerons. Quant à la raison..., » déclara Hertrude.

Hertrude fut interrompue par un homme de la noblesse qui semblait avoir le pouvoir.

« Votre Altesse, la question des otages est plus importante, » déclara l'homme.

« Oh oui, » déclara Hertrude.

Anjie était devenue tendue. La raison pour laquelle elle s’était présentée et s’était avancée était de laisser le paquebot de luxe partir.

« Alors les libéreriez-vous avec ma reddition ? » demanda Anjie.

« Quelle drôle de chose à dire, Anjelica ! Garrett a-t-il déjà un jour prétendu que nous laisserions ces personnes partir ? » demanda Hertrude.

Anjie ferma les yeux en réponse à ce que Hertrude avait dit.

Alors, ils vont prendre les enfants de baron et au-dessus en otage, comme ils l’avaient initialement prévu, pensa Anjie.

Cependant ─.

« Voici ce que je pense. Peut-être que vous seule est déjà suffisante en tant qu’otage, » déclara Hertrude.

Quand Anjie avait ouvert les yeux, elle regarda le visage de Hertrude avec surprise.

« Oh ! Vous êtes une imbécile ! Ils sont les enfants de barons et au-dessus ! Pensez-vous les tuer sans les prendre en otage !? » demanda Anjie.

Les chevaliers tournèrent leur épée vers elle alors qu’elle commençait à faire du bruit.

Hertrude parla avec indifférence. « Il n’y avait que deux personnes qui ont résisté lorsque vous avez emmené, n’est-ce pas ? Voilà à quels points ses personnes sans courages sont disgracieuses. Ils ne sont pas dignes d’être nobles. »

« D-De quoi parlez-vous... ? » demanda Anjie.

« Anjelica, je vais vous montrer tout ce qui va se produire. À partir de maintenant, le royaume périra..., » déclara Hertrude.

Un messager s’était ensuite dirigé vers le dirigeable avec les étudiants de l’académie pour envoyer un avis.

 

◇◇◇

 

Il y avait une prison construite dans le paquebot de luxe.

Après avoir été jeté là-bas, je m’étais assis sur le sol, le dos contre le mur, regardant le plafond.

Olivia sanglotait de l’autre côté des barres de fer.

Elle avait demandé ma libération, mais c’était inutile puisque les étudiants, et encore moins les marins s’y opposaient fermement. Les étudiants de l’académie étaient plus durs envers moi que même la principauté.

« Ne pleure plus, » déclarai-je.

« Mais Anjie... nous n’avons pas pu sauver Anjie. Je ne peux même pas te sortir d’ici, Léon. Je suis juste pathétique, » déclara Olivia.

Quelle personne détestable et timide qu’elle était — ou du moins, c’était ce que j’aurais pensé si cela avait été mon ancien moi. Dans ma vie antérieure, je détestais ce genre de personnages.

Le fait de regarder les femmes en pleurs m’avait irrité.

Cependant, n’était-ce pas puissant quand une personne pleurait pour quelqu’un d’autre ?

C’était la conclusion à laquelle j’étais parvenu à partir de ce point.

Cependant, il y avait plus que ça.

« Tu en es sang ainsi alors que tu t’es opposé à des choses déraisonnables. Regards ! Tes cheveux sont en désordre, et certains boutons de ton uniforme ne manquent pas ? Tu es blessé quand tu fais quelque chose que les autres ne veulent pas que tu fasses, » déclara Olivia.

Olivia avait agi violemment, essayant de m’aider.

À cause de cela, elle avait été retenue — et pendant cet intervalle, elle s’était bagarrée avec l’une des filles. Son adversaire était l’une des partisanes d’Anjie.

Olivia, qui était la seule à s’opposer à elle, s’était inquiétée lorsque la fille avait appelé ses collègues.

Elle semblait avoir dit quelque chose à propos d’Anjie et à propos de mettre un terme à ce qu’ils faisaient contre moi. C’était les appels d’Olivia pour qu’ils cessent de me frapper.

Normalement, elle ne se battait pas, et pourtant elle avait fait l’impossible pour notre bien... elle avait vraiment aidé.

Je ne saurais pas ce qui se passerait si je devais autrement demander de l’aide à Luxon.

« Je suis frustrée de ne pouvoir rien faire, » déclara Olivia.

« Tu as travaillé dur. Tu n’as plus besoin de pleurer, » déclarai-je.

En regardant au plafond, j’avais pensé à l’avenir.

Que devrais-je faire ? Amener Olivia et sauver Anjie ? Cependant, il en résulterait beaucoup de problèmes.

Après quoi, j’avais entendu des bruits de pas pressés. Les pas appartenaient à Chris.

Chris, avec un regard plein de chagrin, était venu vers la cellule de prison et m’avait parlé en ignorant Olivia.

« Baltfault, il y a quelque temps, un messager de la principauté est arrivé. Ils ont dit qu’Anjelica suffisait à elle seule en tant qu’otage et que nous devions nous préparer. Ils vont commencer à attaquer dans une heure et il semble donc que finalement, nous mourrons comme des nobles, » déclara Chris.

Il semblerait que la principauté n’avait pas besoin de nous.

« Et donc ? Qu’est-ce que je suis supposé faire ? » demandai-je.

Chris enleva ses lunettes. Il avait un visage résolu.

« Je veux que tu nous donnes un coup de main. Il semble qu’il y ait six unités d’armure dans ce navire. Je veux que toi et moi gagnions du temps jusqu’à ce que le navire s’échappe, » déclara Chris.

J’avais ri avec mépris.

« Je ne veux pas faire ça, » déclarai-je.

Chris avait plissé les yeux, mais il ne m’avait pas critiqué.

« Je te demande de reconsidérer ta décision, » déclara Chris. « Nous ne pouvons pas laisser tout le monde mourir ici. Tu peux même simplement protéger le dirigeable. Je vais rester et faire gagner du temps à tout le monde. »

Rester dernière à cet endroit signifiait certainement la mort.

En regardant ce qui était à l’extérieur, Chris devait savoir qu’il ne gagnerait pas s’il était seul.

« Léon, » déclara Olivia.

Olivia m’avait regardé. Ses yeux me demandaient si je pouvais faire quelque chose.

C’était effrayant de voir à quel point ses yeux étaient purs et beaux. C’était comme si elle pouvait tout voir et c’était très embarrassant, car elle pouvait examiner mon moi honteux.

« Ne me regarde pas comme ça. Qu’espères-tu de moi ? » demandai-je. « En premier lieu, penses-tu que je pourrais aider les étudiants qui ont abandonné Anjie ? Tu me fais rire. De plus, ils m’ont frappé avec joie. Je te le dis, laisse donc tout le monde couler. »

Chris avait accepté de façon inattendue alors que j’annonçai ça.

« Ouais je sais. Peut-être que des personnes impuissantes comme nous devraient sombrer et tomber non pas à terre, mais dans la mer. Cependant, je veux toujours te demander de nous aider. C’est la seule façon pour pouvoir avoir une chance. Je t’en prie, aide-nous, s’il te plaît, » déclara Chris.

Je m’étais lentement levé devant Chris qui inclinait la tête.

« Je refuse, » déclarai-je.

Chris leva les yeux tristes.

« Je suis désolé, j’ai été une nuisance, » déclara Chris.

Alors que Chris était sur le point de partir, je l’avais arrêté.

Il faut toujours entendre quelqu’un jusqu’à la fin.

« Idiot. Écoute donc tout ce que j’ai à dire. En premier lieu, il n’y a probablement aucun moyen de s’échapper étant donné que nous sommes encerclés. Même si tu restes en arrière, tu seras encerclé. Il semble que tu n’as rien appris depuis la dernière fois que tu t’es battu contre moi, » déclarai-je.

En termes de jeu de stratégie, nous commencions en état d’échec et mat.

Chris s’était arrêté et s’était retourné.

« Alors que devrions-nous faire !? As-tu une sorte de plan pour une situation comme celle-ci ? Si tu envisages de t’échapper seul, alors, va au diable. Je n’abandonne pas, » déclara Chris.

Comme il est têtu.

C’était triste à quel point il était un idiot plus maladroit que moi.

« Ça ne sert à rien si tu te bats tout seul. Cela ne marcherait pas non plus si j’étais avec toi, » déclarai-je. « Cela étant dit, notre seule option est que tout le monde soit impliqué. Les imbéciles qui ont abandonné Anjie devraient prendre leurs responsabilités. Écoute, je ne suis pas assez bon enfant pour aider ceux qui ne font rien. Tu veux de l’aide ? Je le sais. Si ces individus veulent vivre, alors tout le monde doit donner tout ce qu’ils ont. »

Chris avait rejeté mon opinion. « C’est impossible ! Tout le monde est désespéré et ne peut même pas se lever. En outre, dans des moments comme ceux-là, le seul sur qui je puisse compter est toi, Baltfault. Comprends-tu ça ? »

Chris essayait de dire. « Les autres ne seront pas utiles. »

J’étais tout à fait d’accord, mais il n’y avait pas d’autre choix que de faire travailler des personnes aussi incompétentes.

J’avais rapproché mon visage des barres de fer. Chris avait fait de même et nos nez avaient failli se toucher.

« Ce que nous pouvons faire, c’est nous résoudre et percer le front. Il n’y a pas d’autre solution, » déclarai-je.

« De face ? Tu dois être stupide, » déclara Chris.

« Ouais, je suis stupide. Cependant, je pense que c’est mieux que d’attendre la mort. Alors, retournons les tables et remportons une victoire. Nous pouvons vraiment briser l’encerclement si nous y allons franchement, » déclarai-je.

Chris avait alors attendu mes mots pendant que la sueur parcourait ses joues.

« Tu dois protéger le navire. Le moment est venu de faire étalage de l’art de l’épée dont tu te vantes tant, » déclarai-je.

Chris avait semblé prendre l’offensive et avait objecté. « Je ne me souviens pas de me vanter. »

« Ton discours et ta conduite vont de pair avec la vantardise. Montre-nous les résultats de tes efforts. Je pense que les compétences que tu as développées ont conduit à ce jour. Je n’ai pas l’intention de mourir. Tu veux aussi vivre, non ? » demandai-je.

Après avoir entendu cela, Chris baissa la tête, avait réfléchi, puis releva la tête.

« C’est vrai. Je veux voir le sourire de Marie, » déclara Chris.

Cette idiote avait vraiment dû laisser sortir ça à la fin.

Ces gars-là n’ont-ils pas subi un lavage de cerveau ?

Qu’est-ce qui était si bon chez elle ?

Une fois que Chris avait ouvert la cellule de prison avec une clé, j’étais sorti. J’avais tendu la main vers Olivia qui était assise.

« J’aurai besoin de ton aide, » déclarai-je.

« OK, d’accord ! Je ferai de mon mieux ! » déclara Olivia.

Olivia se leva et elle essuya ses larmes. Puis elle avait raidi son expression faciale. Il semblait qu’elle avait l’intention de tenir pour sauver Anjie.

Je la préférais vraiment à Marie.

Chris devrait reprendre ses esprits.

En pensant ainsi, Chris plaça une main sur sa poitrine et murmura. « Marie, je reverrai ton visage souriant. Pour cela, prête-moi s’il te plaît ta force. »

Dans sa main se trouvait un charme.

« Est-ce à toi ? » demandai-je.

« Cela ? Je l’ai acheté au festival. On dirait qu’il s’appelle un “charme de la fortune de la guerre”. En y réfléchissant maintenant, c’est peut-être un bon présage, » déclara Chris.

C’était un petit charme de bouclier et d’épée.

J’avais souri.

C’était un objet approprié pour lui.

« Oui, ça te va bien. Tu as certainement une grande chance, » déclarai-je.

« Moi, vraiment ? C’est un peu gênant quand tu me dis ça, » déclara Chris.

Eh, ne sois pas gêné et ne rougis pas. Je ne saurais pas comment réagir.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Ps: 1h ça laisse tout le temps a Luxon de venir avec son vaisseau non ?

  2. Merci pour le chap !

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire