Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Systèmes d’encerclement

Partie 3

Comme pour l’empire de l’Earthworld, le royaume de Natra abritait un certain nombre de groupes ethniques.

Mais ils s’étaient diversifiés pour différentes raisons.

L’empire avait absorbé de force diverses races et tribus par des actes de guerre, tandis que ceux de l’Orient et de l’Occident affluaient de leur propre chef dans le royaume de Natra.

Non pas que ce soit un pays séduisant, loin de là. Son climat était rude. Sa terre était infertile. Il manquait dans toutes les formes d’industrie et de divertissement. Pratiquement personne ne dirait que c’est un pays facile à vivre, même par flatterie.

Alors pourquoi les gens viendraient-ils ici ?

Parce qu’ils n’avaient pas d’autre endroit où aller.

Ceux qui avaient commis des crimes. Ou ceux qui avaient été persécutés pour leur race ou leur idéologie. Ou ceux qui avaient perdu leur maison à cause de la guerre ou qui avaient souffert aux mains du gouvernement ou de la maladie.

Ils avaient été chassés de leur pays sans avoir nulle part où recommencer. En errant d’un endroit à l’autre, ils avaient finalement trouvé la porte entre l’est et l’ouest, s’installant tranquillement au milieu du climat impitoyable du royaume de Natra.

C’était un bidonville à l’échelle nationale. Du moins, c’est ainsi que Wein l’avait décrit.

Ceux qui avaient afflué dans le pays étaient généralement des minorités qui n’avaient pas de bons souvenirs des systèmes et des institutions. Ce qui signifiait que leurs pensées sur le royaume n’étaient pas du tout comme, « Merci de nous avoir acceptés ! Nous donnons notre vie à cette terre ! »

Ce n’était pas le début d’une histoire inspirante.

« Je vais me venger… »

« Laissez-nous tranquilles… »

« Si le gouvernement veut profiter de moi, je préfère… »

C’était terrible et pessimiste.

Mais les mois étaient devenus des années, et ces sentiments avaient fondu au fur et à mesure de leur assimilation avec le reste de la population. Et ceux qui étaient à leurs côtés dans la capitale royale étaient une bande tolérante, fidèle à leur nation.

Cela dit, les nouveaux venus des tribus et des villages locaux projetaient parfois leurs propres expériences sur les citoyens qui les entouraient, évacuant leur colère dans d’amères échauffourées. Les instigateurs étaient souvent de petits groupes de personnes démunies. Et lorsqu’il n’y avait pas eu d’effusion de sang, ces combats avaient été réglés principalement par les personnes impliquées au moment où le gouvernement avait pris le dessus.

Mot-clé : principalement.

« Ils ont ignoré notre décret leur demandant d’arrêter et ils se préparent à la guerre par eux-mêmes…, » Wein grogna en lisant un rapport dans la tente.

« Mes excuses. Je n’imaginais pas qu’on en arriverait là. » Raklum baissa la tête devant Wein.

« Ne vous inquiétez pas pour ça. C’était ma propre erreur de jugement, » déclara Wein.

Tout avait commencé avec la construction du canal sur la rivière Torito.

La rivière Torito était sous le contrôle direct de la famille royale, et elle inondait de temps en temps. Sous les ordres du roi, ils construisirent une nouvelle voie d’eau pour abaisser le volume de la rivière principale, en construisant un affluent qui se rendrait jusqu’à l’un des départs de la rivière située dans un territoire éloigné.

Tout ce processus s’était poursuivi bien après que Wein soit devenu régent et avait finalement atteint sa conclusion l’autre jour.

Mais c’est là que les problèmes étaient apparus.

Deux tribus de la région traversée par le nouvel affluent avaient commencé à se battre.

Les magistrats dépêchés sur place tentèrent de les persuader de déposer les armes, mais ces supplications étaient tombées dans l’oreille d’un sourd et l’animosité n’avait fait que s’accroître avec le temps. Mais ce n’est pas ce qui avait déconcerté Wein, car il n’était pas rare que des querelles éclatent entre leurs citoyens. Selon son expérience, ces militants débutants étaient pour la plupart mal armés. C’est pourquoi il avait supposé que les hostilités pouvaient être annulées avec des troupes entraînées envoyées par le gouvernement.

Et cette contre-mesure avait été efficace pendant un court laps de temps. Avec la présence de soldats du gouvernement, le magistrat avait tenté d’entamer de nouveau des négociations, mais un développement inattendu s’était alors produit.

« — Je ne peux pas le croire. Les deux tribus ont obtenu une énorme cache d’armes, » déclara Wein.

La démonstration de force du gouvernement avait été la seule chose qui avait ramené à la table des négociations les tribus en guerre, maintenant soutenues par des fournisseurs d’armes. Toutes les hypothèses initiales de Wein s’étaient effondrées.

« Et aucune information sur l’origine des armes ? » demanda Wein.

« Je crains que non. Nous savons qu’elles ont été achetés par un marchand, mais nous ne sommes pas sûrs de la chaîne d’approvisionnement, » répondit Raklum.

« Je vois… Très bien, » déclara Wein.

Cela le dérangeait, mais il fallait le mettre de côté pour supprimer le problème causé par les tribus.

« Votre Altesse Royale, je voudrais vous demander une chose, » demanda Raklum nerveusement.

Wein l’avait regardé. « Qu’est-ce qu’il y a ? »

« La personne là-bas…, » Raklum pointa un coin de la tente vers une fille au sourire aiguisé — Lowellmina Earthworld.

« Ne faites pas attention à moi. Je suis ici pour observer, » déclara Lowellmina.

« Vous l’avez entendue, » déclara Wein.

« Ooooookay..., » déclara Raklum.

« Bref. J’aimerais que vous appeliez des soldats, Raklum, » ordonna Wein.

Sont-ils sérieux ? Raklum s’exprimait en silence avec son expression confuse.

Wein avait laissé échapper un soupir dans sa tête. Je me demande honnêtement pourquoi cela s’est produit, pensa-t-il en grommelant à l’intérieur, alors qu’il revoyait mentalement la séquence des événements qui l’avaient amené à ce point.

 

☆☆☆

Des rapports de perturbations avaient fait que Wein s’était creusé la tête.

Il avait besoin d’aller voir les choses par lui-même dans cette situation. Il n’y avait aucun doute à ce sujet.

Il y avait juste un problème. La princesse impériale Lowellmina était toujours en visite. Et il ne pouvait pas laisser son invitée d’honneur en plan.

Je suppose que je peux envoyer Ninym… ou me faufiler moi-même si cela peut être réglé rapidement…

Wein était occupé à tourner les engrenages dans sa tête quand Lowellmina était arrivée.

« Il semble qu’il y ait des problèmes, » déclara Lowellmina.

 

 

Il ne lui était jamais venu à l’esprit de se demander comment elle l’avait découvert. Après tout, elle séjournait dans un palais étranger, qui avait sa part de secrets, et il ne serait pas du tout étrange qu’elle utilise ses envoyés pour recueillir discrètement des informations.

De plus, il était tout à fait possible que Lowellmina soit impliquée dans cette tourmente. Avec cela en tête, il lui avait lancé une réponse rapide.

« Rien de majeur. J’irai moi-même sur place et je résoudrai le problème immédiatement, » déclara Wein. Cela signifiait qu’il négligerait son invitée d’honneur.

Lowellmina essaierait-elle de l’empêcher de partir ou non ? Il allait évaluer sa réaction pour voir si elle faisait partie de tout ce plan — .

« Je vois. Alors, je viens avec toi, » déclara Lowellmina.

Quoi ?

Wein et toute sa délégation s’étaient retrouvés dans une situation difficile.

Il était impossible que les envoyés puissent amener la princesse impériale sur un champ de bataille potentiel, même s’ils appartenaient à une faction entièrement différente. Pour la faire changer d’avis, ils avaient tenté de la persuader de s’en sortir, Fyshe menant la charge.

« Nous sommes venus dans le but de confirmer si nous devions poursuivre notre alliance avec Natra, » répondit Lowellmina. « Avec la menace de guerre qui plane sur tout le continent, c’est une bonne occasion pour moi de voir le prince Wein — un leader considérable — en action. »

« Mais c’est dangereux et…, » déclara Fyshe.

« Une inquiétude non fondée. J’aurai le régent de cette nation à mes côtés. Rien n’est plus sûr, » avait-elle affirmé.

Ils ne pouvaient garder le silence qu’en réponse.

« Super. Je serai sous ta garde, Wein, » déclara Lowellmina.

Et c’est ainsi que Wein avait été forcé d’aller à Raklum avec Lowellmina derrière lui.

 

☆☆☆

« … Très bien. Qu’est-ce qu’il y a ? » Wein le demanda à Lowellmina, maintenant qu’ils étaient seuls dans la tente.

Ninym ne se tenait pas à ses côtés, mais elle se tenait au palais pour s’occuper des affaires du gouvernement.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Je te l’ai déjà dit. Mon but est de confirmer tes capacités pour le bien de notre alliance, Wein, » déclara Lowellmina.

« Assez de ces pitreries, » répondit-il de façon désobligeante.

Mais Lowellmina était inébranlable. « Hmm. Disons que je voulais te voir diriger ton armée avec bravoure. Et comme ça ? »

« … »

Il savait qu’elle ne lui répondrait pas honnêtement.

Lowellmina riait. « Mais assez parlé de moi. Wein, comment comptes-tu les gérer ? »

« … Comment faire autrement ? » demanda Wein.

Selon le rapport, les tribus en guerre s’appelaient Heinoy et Eshio. Ils avaient déjà lutté pour plus de terre, mais jusqu’au dernier conflit, leurs escarmouches avaient été du genre réduit. Cela dit, la nouvelle de la construction de l’affluent et de son utilité comme source d’eau avait intensifié le conflit entre eux, et chacun avait mobilisé une force d’une centaine de personnes au maximum.

D’autre part, le gouvernement avait dépêché deux cents soldats. Ils étaient en nombre égal, mais c’est là que les similitudes s’arrêtaient.

« Nous pouvons les neutraliser si nous nous battons normalement. Je veux dire, nos soldats sont à des lieues d’eux, » déclara Wein.

Pour le dire franchement, leurs adversaires étaient une populace désordonnée sans entraînement formel.

Ils pouvaient manier des armes, mais ils n’avaient aucune chance contre un commandant compétent à la tête de soldats entraînés.

« C’est vrai. Surtout sous ton commandement, Wein. Cela dit, j’imagine qu’il y aura des effusions de sang, » déclara Lowellmina.

Lowellmina avait raison de s’inquiéter : il était irréaliste de penser que les troupes s’en sortiraient indemnes, même avec un excellent commandant à la barre. Ce serait une bataille après tout.

« Mais c’est de Wein Salema Arbalest qu’on parle. Je sais que tu ne laisseras pas les choses en arriver là… Je suis sûre que tu as quelque chose dans ta manche. N’est-ce pas ? Tu feras une chose inhabituelle afin d’éviter toute perte de ton côté, » déclara Lowellmina.

La phrase était formulée comme une question, mais elle avait de la conviction dans ses yeux lorsqu’elle l’avait évalué, se demandant par quel miracle particulier il allait faire pour régler ce problème.

Wein l’avait bien compris. « … Désolé. Je crois que tu as mal compris, Lowa. » Il avait pris une respiration et avait souri. « Je ne compte laisser personne mourir dans cette bataille, pas même mes ennemis. »

Ses yeux s’élargirent de surprise avant qu’elle ne fasse un changement complet de visage et qu’elle ne rayonne de joie, revêtant le visage d’un enfant sous le charme qui regardait son idole.

« J’entre, Votre Altesse ! » Raklum avait fait un son fort en entrant.

Derrière lui, il y avait trois soldats.

« J’ai amené ceux que vous avez demandés, » déclara Raklum.

« Bon travail. » Wein avait regardé le trio. « Torace de Heinoy. Caldia et Zold de l’Eshio. »

« « « Sire ! » » » Ils se redressèrent et répondirent comme un seul homme quand il les appela.

Wein continua. « Êtes-vous conscient de la situation ? »

« Oui… Des excuses pour les problèmes que notre peuple a causés. »

« Ce n’est pas votre faute. Avez-vous des liens avec vos tribus ? » demanda Wein.

« Oui. Je rentre à la maison quand le temps le permet… »

« Moi aussi. Mais j’ai peur qu’il soit difficile de les convaincre… »

Les soldats avaient dû penser que Wein avait l’intention d’utiliser leurs relations pour faire avancer les négociations. Mais il avait quelque chose d’entièrement différent en tête.

« Ce n’est pas pour ça que je vous ai appelé… Je suppose que vous ne voulez pas que tout le monde dans vos villes natales meure, » déclara Wein.

Les trois individus s’étaient regardés involontairement.

L’un d’eux avait parlé doucement. « … Bien sûr. C’est terrible qu’on en soit arrivé là, mais ce sont nos frères. Nous avons grandi avec eux toute notre vie. »

« Seriez-vous prêt à risquer vos vies pour eux ? » demanda Wein.

Les trois soldats s’étaient regardés à nouveau avant de ne faire qu’un. « « « Nous le ferons ! » » »

Wein avait souri. « Je vous le rappellerai. Je vais vous assigner vos tâches maintenant. Mes excuses, Raklum, mais vous devrez prendre le blâme pour ça. »

Raklum répondit avec révérence. « Je serai heureux d’assumer toute responsabilité pour Votre Altesse. »

Wein commença à informer les soldats de son plan tandis que Lowellmina regardait avec joie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire