Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 2 – Chapitre 4 – Partie 1

***

Chapitre 4 : Systèmes d’encerclement

Partie 1

« Que pensez-vous de l’empire ? »

Une scène à l’académie militaire.

Ils traînaient dans le coin d’une salle de classe, ne faisant rien du tout, lorsque Lowa leur avait soudain posé cette question à tous les quatre, à l’improviste.

« Qu’est-ce qu’on en pense ? » Glen avait répété cela, après les quatre individus aient échangé des regards, comme pour lancer la balle. « Je suis fier, bien sûr. Earthworld est glorieux. En tant que soldat, c’est un honneur de me dévouer à mon pays ! »

« Sauf que tu n’as pas encore été enrôlé, » Wein s’était immiscé dans son discours.

« Ngh. » Glen gémit. « Eh bien, oui, mais si mes notes sont une indication… »

« Tu veux dire dans tous les cours où je t’ai battu — autres que les arts martiaux ? Ces notes ? » demanda Wein.

« … AaaaaaaaAAAAAAARGH ! » grogna Glen.

« Whooooa !? Tricheur ! Tu ne peux pas faire un coup de poing sorti de nulle part !? » s’écria Wein.

« Ferme-la ! Je vais t’achever ! » s’écria Glen.

Wein et Glen avaient commencé à s’affronter, grimpant sur les bureaux et les chaises, alors que Lowa se tournait vers Strang. « Qu’est-ce que tu en penses ? »

« Demandes-tu à quelqu’un de la province ? » Strang avait demandé cela en réponse avec un sourire amer.

Les provinces étaient des nations qui avaient perdu face à l’Empire, devenant l’ombre de leur gloire passée. Il était facile de voir pourquoi quelqu’un de ces régions pouvait avoir des sentiments compliqués envers leur conquérant.

« … Pour répondre à ta question, je pense que c’est impressionnant. Tu sais, s’emparer de terres et intégrer les gens et les cultures dans les leurs. Ils sont devenus les dirigeants de la moitié orientale du continent en un clin d’œil. Ce n’est pas un exploit facile, » déclara Strang.

« Eh bien, c’est ce que les perdants ont à dire — sinon, ils devraient admettre leurs propres fautes, » ajouta Wein.

« Pourquoi ne peux-tu pas juste fermer ton clapet !? » s’écria Strang.

« C’est ma mission de provoquer les autres à chaque occasion, » déclara Wein.

« Abandonne dès maintenant ton petit but délirant ! » déclara Strang.

Lowa avait gloussé face à cet échange entre Wein et Strang avant de se tourner vers Ninym. « Et toi ? »

« Eh bien… en tant que Flahm, je pense qu’il est plus facile d’exister ici, » répondit Ninym.

L’empire abritait un large éventail d’ethnies. En tant que méritocratie, il y avait eu relativement moins de discrimination ici. Même ceux des provinces où les gens qui faisaient face à l’oppression dans l’ouest pourraient réussir grâce à leurs compétences et à leurs réalisations.

« Eh bien, j’ai entendu dire que les préjugés contre le Flahm sont mauvais dans l’ouest, » déclara Lowa.

« Qui a besoin de ces gars ? L’empire pourrait battre la partialité qui les caractérise, » proclama Glen avant de regarder Wein. « … Hé, pourquoi ne fais-tu pas le con avec Ninym ? »

« Quoi ? Provoquer les autres ? C’est le pire. Pourquoi ferais-je une telle chose, Glen ? » demanda Wein.

« Tu es sérieusement… ! » cria Glen.

« C'est clairement du népotisme, » fit remarquer Strang.

Lowa avait jeté un coup d’œil de côté à Glen qui réagissait avec indignation et à Strang qui souriait avec ironie avant de poser la question au dernier membre.

« Et que penses-tu de l’empire, Wein ? » demanda Lowa.

« Apte à l’emploi, » répondit-il franchement.

« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » demanda Lowa.

« Rien de plus. Je ne l’aime pas ou ne le déteste pas, mais il y a des façons dont il peut me servir. C’est tout. » Wein haussa les épaules. « La relation entre un citoyen et un pays ne devrait pas être une mauvaise affaire. S’ils sont en désaccord, le citoyen est libre de se déplacer ailleurs. Je pense que le patriotisme et la dévotion nationale sont d’énormes emmerdes. »

« Nghhh... »

« C’est très Wein comme réponse. »

« Eh bien, je suis impressionné que l’Empire me laisse penser de cette façon, » avait admis Wein, se tournant vers Lowa. « Mais plus important encore, que penses-tu de l’empire ? »

« Moi ? J’adore ça, bien sûr, » répondit-elle, ne laissant aucune place au débat. « Je suis née et j’ai grandi ici. Mais je suppose que c’est pourquoi certains aspects me frustrent. »

« Oh ? Un exemple ? » demanda Wein.

« Eh bien…, » Lowa avait adopté un ton espiègle. « Comme le fait que tu n’as pas encore été arrêté, Wein. »

« Je suis d’accord. À cent pour cent, » déclara Glen.

« Je ne peux pas discuter de ça, » déclara Strang.

« Je pense qu’un peu d’adversité lui ferait du bien, » déclara Ninym.

« Hé ! Vous êtes les pires ! Vous le savez, n’est-ce pas ? » s’écria Wein.

Lowa ricanait en observant ses amis s’enfoncer dans un tumulte, en couvant au fond d’elle une fureur passionnée que personne ne pouvait voir.

 

☆☆☆

« Je n’ai aucune idée…, » murmura Wein.

Cela faisait un certain temps que les envoyés impériaux étaient arrivés à Natra.

Wein était seul dans son bureau, à se prendre la tête avec ses deux mains.

« Je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe dans sa tête… Sérieusement. Pourquoi Lowa est-elle venue ici… ? » demanda Wein.

Depuis leur rencontre secrète, il avait observé chacun de ses mouvements à la recherche d’un motif. Et comme Wein était le seul à la divertir, les occasions de la surveiller étaient nombreuses.

Mais il n’avait rien trouvé. Il savait qu’elle faisait la tournée de Natra sous prétexte de s’enrichir, mais il n’avait pas détecté la moindre activité suspecte. Elle semblait vraiment faire du tourisme.

« Mais je sais qu’elle prépare quelque chose…, » Wein croisa les bras, en faisant des soupires et des haussements, quand on frappa à la porte du bureau.

« Puis-je entrer ? » Sa petite sœur Falanya était apparue dans l’embrasure de la porte.

Wein se redressa rapidement et il lui parla. « Oh, c’est toi, Falanya. Comment s’est passée la réunion ? »

« Je suis super fatiguée… Et dire que tu les regardes tous les jours. » Falanya avait poussé un long soupir épuisé, comme si elle se dégonflait.

Selon leur discussion précédente, Falanya s’était vu confier une poignée de ses tâches habituelles pendant que Wein était occupé à traiter avec les envoyés impériaux. Participer à cette réunion en était une.

« Donne-toi du temps, et tu t’y habitueras. Quand j’ai commencé, mes épaules étaient toujours raides, » la consola Wein, en passant ses doigts dans ses cheveux une fois qu’elle s’était dirigée vers lui.

Falanya avait commencé à fermer les yeux.

« Une fois qu’ils seront rentrés chez eux, tout reviendra à la normale. Sois indulgent avec moi. Je vais essayer de limiter tes responsabilités au minimum, » lui avait-il assuré.

Elle avait fait la moue. « Suis-je vraiment si peu fiable ? »

Wein avait cligné des yeux. « Je suis désolé. Je ne voulais pas dire ça comme ça… Tu t’en sors bien, Falanya. Je vais devoir te demander de m’aider davantage quand l’occasion se présentera. Est-ce que ça va ? »

Falanya avait fait un sourire. « Bien sûr. Laisse-moi faire, Wein. » Elle l’avait serré avec force.

« Rien ne rend un grand frère plus heureux que de voir sa sœur grandir, » ajouta-t-il en caressant ses cheveux.

Falanya avait parlé avec plus de ferveur. « Je vais devoir travailler dur pour te rattraper. »

« Ha-ha, il n’y a pas d’urgence. Je vais parler à Ninym et voir comment on peut augmenter ta charge de travail petit à petit, » déclara Wein.

Elle avait hoché la tête avant de réaliser quelque chose. « Au fait, Wein, où est-elle ? »

« Hmm ? Oh, Ninym est…, » répondit-il.

 

☆☆☆

Au royaume de Natra, même les roturiers prenaient des bains.

Ce n’est pas qu’ils étaient particulièrement pointilleux ou soignés. Étant donné la rigueur du climat, il était de notoriété publique que l’eau chaude pouvait aider à combattre le froid. De plus, Natra était un pays qui avait la chance de disposer d’une source d’eau abondante permettant une utilisation libérale. Dans certains endroits, il y avait des sources d’eau chaude qui jaillissaient du sol — mais pas assez pour en faire une destination de vacances célèbre ou quoi que ce soit.

Les bains publics étaient un élément de base dans les grandes villes. Au cœur de l’hiver, se détendre dans leurs baignoires chaudes était considéré comme le summum du plaisir pour les citoyens de ce royaume.

Naturellement, cela n’était pas différent pour la classe supérieure.

« … C’est aussi splendide que la première fois. »

Ici, dans le palais, se trouvait l’un des bains publics construits pour servir l’élite. Il pouvait accueillir quelques dizaines de personnes, mais il était actuellement réservé à l’usage privé d’une seule personne depuis l’arrivée des envoyés impériaux. Et ce n’était nul autre que la princesse Lowellmina, qui était dans son bain à ce moment précis.

« L’eau est plus chaude que les bains de l’empire. Ça doit être parce qu’il fait si froid dehors, » déclara Lowellmina.

« Je suis ravie que cela vous plaise, Votre Altesse Impériale, » répondit Ninym d’une voix teintée d’inquiétude. « Mais… »

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Lowellmina.

« … Pourquoi dois-je vous accompagner ? » demanda Ninym.

Ninym était actuellement déshabillée dans la baignoire aux côtés de Lowellmina. Elle avait été invitée par la princesse, ce qui signifie qu’elle ne pouvait pas refuser, mais c’était sans précédent pour un serviteur étranger de se baigner avec un membre de la royauté.

« Mais ne faisait-on pas ça tout le temps à l’académie ? » demanda Lowellmina.

« Notre position sociale est différente maintenant, » déclara Ninym.

« Disons qu’on les a jetés avec nos vêtements, » répliqua Lowellmina.

Ne sois pas ridicule, Ninym l’avait prévenu avec son expression.

 

 

Lowellmina continuait à dire encore plus de bêtises. « Ce qui signifie que tu peux être plus informelle avec moi. »

« … » Les joues de Ninym se tortillèrent en se tournant sur le côté.

« Hum, Votre Altesse Impériale, » fit retentir une voix grave depuis son champ de vision. « Si vous souhaitez raviver votre amitié, je crois que je devrais prendre congé…, » suggéra la préposée de Lowellmina, Fyshe Blundell.

Elle s’était déshabillée pour entrer dans le bain, exposant sans honte sa généreuse poitrine loin des contraintes de ses vêtements.

« Fyshe, cela ne me laisserait-il pas toute seule avec une étrangère ? Et s’il s’était passé quelque chose ? » demanda Lowellmina.

« Vous vous êtes déjà enfermée dans des réunions secrètes avec eux à plusieurs reprises, » déclara Fyshe.

« Et soudain, je ne m’en souviens plus, » déclara Lowellmina.

« Qu’en est-il de vos remarques sur le fait de ne pas tenir compte du statut social ? » demanda Fyshe.

« Et si nous nous concentrions plutôt sur l’avenir ? » demanda Lowellmina.

« « … » » Ninym et Fyshe échangèrent des regards en l’entendant être nonchalante, compatissant avec les fardeaux de l’autre.

« … Juste pour cette fois. Qu’est-ce que vous en pensez ? » demanda Ninym à la préposée devant elle.

« Je ne vois pas pourquoi, » déclara Fyshe.

Fyshe avait tendu la main, que Ninym avait prise. À ce moment précis, les deux femmes avaient dépassé les frontières pour devenir amies.

« Me laissez-vous de côté ? Vous allez me faire pleurer, » déclara Lowellmina.

« Arrête ça. Il n’y a pas de quoi rire, » déclara Ninym.

« Alors, parlons. Fyshe, veux-tu commencer ? » demanda Lowellmina.

« Oui… Ce n’est peut-être pas un sujet sophistiqué, mais… J’ai entendu parler de votre temps en tant que camarades de classe à l’académie militaire. Comment avez-vous passé votre temps ensemble ? » demanda Fyshe.

Ninym et Lowellmina s’étaient regardées.

« Voyons voir. Il y en avait deux autres à part moi, Ninym et Wein. Glen et Strang. Nous cinq étions toujours ensemble. Les enfants populaires à l’école, » déclara Lowellmina.

« Tu veux dire les fauteurs de troubles. Ils ont négligé nos manigances, grâce à nos notes, » déclara Ninym.

« Je ne peux pas nier qu’il y a une part de vérité dans tout ça. Mais il n’y a pas de doute que nous étions populaires. Surtout Ninym. Après ce duel, même les filles la respectaient, » déclara Lowellmina.

« Un duel… ? » Fyshe avait cligné des yeux.

Ninym soupira à côté d’elle. « Quelqu’un m’a insulté parce que j’étais une Flahm. Je l’ai défié en duel et je leur ai donné une bonne raclée. C’est tout. »

« Comme si c’était que ça. Il y avait beaucoup de messieurs charmés par ta dignité. Je sais qu’il y avait un tas de lettres d’amour que tu as dû rejeter à la main. N’est-ce pas ? » demanda Lowellmina.

Ninym avait une expression amère, mais ce n’était pas quelque chose qu’elle ne pouvait pas supporter.

« Est-ce comme ça que cela s’est passé ? Je pourrais dire la même chose pour toi, Lowa. Nous avons entendu parler du flot de nobles qui te courtisaient, même à Natra. Je crois me souvenir d’avoir entendu qu’Antgadull et Lubid n’abandonnaient pas, » déclara Ninym.

« … Pour te dire la vérité, ces deux-là m’ont tourmentée. » Lowellmina soupira. « Je leur ai donné quelques conseils quand ils avaient du mal à se souvenir de l’étiquette à une soirée — et cela a déclenché une ruée de lettres et de cadeaux… Et tout cela avec un goût horrible… »

« C’est rare que tu dises ça, Lowa, » déclara Ninym.

« Veux-tu que je te montre une des lettres ? En apparence, chacun insiste sur le fait qu’ils ont toutes les qualités nécessaires pour être le parfait compagnon d’une princesse impériale. Ce qui veut dire qu’ils ne me voient que comme un joyau de la couronne dont ils peuvent se parer. Ajoute à cela un goût affreux pour les bijoux bon marché, et je suis sûre que tu ressentirais la même chose si tu le voyais de tes propres yeux, » déclara Lowellmina.

« Tu as mes… sincères condoléances, » déclara Ninym.

Lowellmina se mit à chuchoter comme si elle était en prière. « J’espère que cette visite les encouragera à laisser tomber. »

Face à cela, Fyshe secoua la tête, presque cruellement. « Ils sont du genre tenace à mon avis, et cela pourrait enflammer leur passion. »

« Tu l’as entendue, Lowa, » déclara Ninym.

« … Fyshe, raconte donc chaque détail de tes rencontres amoureuses. Crache le morceau. Maintenant, » Lowa taquina Fyshe, qui avait mis son pied dans sa propre tombe.

Elles avaient continué à bavarder pendant un long moment par la suite.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire