Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 1 – Chapitre 2

***

Chapitre 2 : Le prince troublé sur le champ de bataille

***

Chapitre 2 : Le prince troublé sur le champ de bataille

Partie 1

Depuis sa fondation, l’Empire Earthworld connaissait un âge d’or, dirigé par un empereur charismatique et soutenu par ses fidèles fonctionnaires et soldats. Tout le continent de Varno était bien conscient de leur splendeur. Le peuple de l’Empire était fier d’appartenir à cette époque glorieuse et tenait pour acquis que chaque jour successif serait plus brillant que le précédent.

Mais cette vision s’était effondrée trop facilement.

Après la mort de l’Empereur, Earthworld s’était dissous dans un chaos complet et total, et les nuages orageux d’incertitude avaient couvert leur avenir. Ils comptaient sur les fonctionnaires civils pour empêcher l’Empire de trébucher dans la crise — mais la Cour impériale s’était transformée en repaire de voleurs du jour au lendemain alors que tous cherchaient à obtenir plus de pouvoir. Perdant le soleil qui les guidait, les officiels avaient révélé leur vraie nature, déchaînant leur sombre soif de pouvoir.

Bien sûr, il y avait ceux qui voulaient mettre un terme à cela.

Fyshe Blundell, qui était rentrée du Royaume de Natra, en faisait partie.

… Malheureusement, je suis beaucoup trop lâche.

En sortant d’une pièce de la cour impériale, elle poussa un soupir étouffé.

Son assistante s’était précipitée pour l’accueillir de son poste à l’extérieur. « Comment ça s’est passé, ambassadrice ? »

« Ils m’ont assigné à résidence pour le moment, » répondit Fyshe.

Le récent incident avec le Royaume de Natra était de sa faute. C’était le jour où ils allaient lui donner sa punition.

« Dieu merci. Ils ont été plus indulgents que prévu. Je suis sûre que vos antécédents ont été un facteur décisif, » déclara son assistante.

« On peut dire que c’est parce qu’ils ne veulent plus que je me mêle de leurs affaires, » répondit Fyshe.

Le Royaume de Natra l’avait peut-être trompée, mais c’était quand même un pays mineur. Il y avait d’innombrables choses plus importantes à faire ici dans l’Empire. En effet, un nombre incalculable de choses. Elle avait beaucoup à faire, bien sûr.

Mais elle ne pouvait pas laisser tomber.

« Juste au moment où l’Empire a le plus besoin de moi, et pourtant…, » déclara Fyshe.

C’était incroyablement frustrant. Arg ! Son cœur était rempli à ras bord de haine de soi.

« Vous ne devez pas, ambassadrice. Si vous faites quelque chose pendant votre assignation à résidence, ils vous puniront plus sévèrement, » déclara son assistante.

« J’en suis bien consciente. J’ai l’intention de bien me tenir, » avait-elle promis. « Mais faire de la recherche, ça devrait aller, non ? »

« Des recherches sur… quoi, exactement ? » demanda son assistante.

« Le prince héritier de Natra, » répondit Fyshe.

Son assistante semblait inquiète. « Ambassadrice, je comprends que vous avez été battue, mais vous devez passer à autre chose, » avait-elle insisté.

« Je m’en fiche de ça. Je ne suis ni en colère ni fâchée contre lui, » répondit Fyshe.

Elle avait été honnête. Bien sûr, elle aurait plus de tranquillité d’esprit si elle lui reprochait tout, mais elle le tenait toujours en haute estime. Il n’avait rien caché et elle avait accepté sa défaite.

Le passé était dans le passé. La prochaine fois, elle l’aura, c’est sûr.

« D’après mon intuition, il a dû faire des progrès rapides. Ce n’est peut-être qu’une question de temps avant qu’il ne montre ses griffes à l’Empire. Je veux simplement préparer notre pays pour que nous l’étouffions dans l’œuf, » déclara Fyshe.

« Vous réfléchissez peut-être trop… Mais si vous insistez, ambassadrice, je serai ravie de vous aider, » déclara son assistante.

Elle avait souri. « J’apprécie votre aide. D’abord, faisons des recherches sur le temps qu’il a passé à étudier dans l’Empire. J’en sais déjà beaucoup, mais on découvrira peut-être quelque chose de nouveau. »

« Compris. Eh bien alors, je vais faire une inspection approfondie des archives, » confirma l’assistante avant de courir au loin pour exécuter les ordres de Fyshe.

Fyshe tourna son regard vers la fenêtre pour regarder le ciel, la reliant à l’Ouest et au Royaume de Natra.

« … Je me demande ce que fait ce petit prince en ce moment. » Elle gloussa en se promenant dans le couloir en pensant à un digne adversaire qui pesait sur son esprit.

 

***

Cela faisait deux mois que l’armée impériale avait quitté le royaume de Natra.

Wein fixa du regard les centaines de ses soldats alignés devant lui, opérant comme une seule unité vivante et respirante, obéissant précisément aux ordres de leur commandant. Chaque mouvement était plein d’entrain. Le simple fait de le voir était époustouflant.

« Qu’en pensez-vous, Votre Altesse ? »

« Excellent travail, » avait-il fait l’éloge, acquiesçant d’un signe de tête à son vassal avec satisfaction en regardant la scène depuis son pavillon au sommet de la colline. « J’avais peur que nous perdions notre cap après avoir perdu les instructeurs de l’Empire, mais vous avez fait un excellent travail pour les polir jusqu’ici. J’ai eu raison de vous les confier, Raklum. »

« Je vous remercie ! » déclara Raklum avec enthousiasme, inclinant respectueusement la tête.

Bien qu’il soit grand et solide, il n’était pas du tout intimidant. C’était grâce à ses traits faciaux peu remarquables, bien qu’on puisse peut-être considérer ses bras plus longs que la moyenne comme uniques. Il était l’un des commandants de l’armée de Natra et il avait été trié sur le volet par Wein lui-même.

« Quoi qu’il en soit, Votre Altesse, je n’ai fait que suivre les ordres. Je ne mérite pas de tels éloges, » déclara Raklum.

« Je sais combien il est difficile de trouver des vassaux aptes à ce travail, » insista Wein. « Le fait que cela ait été fait, c’est grâce à vous. »

« Mais c’est Votre Altesse qui m’a choisi et m’a assigné à ce poste estimé. Mes actions valent à peine un grain de sable, » dit Raklum en repoussant les éloges.

« … Honnêtement, vous ne changez jamais, » dit Wein en soupirant, poussant son officier à baisser la tête encore plus profondément.

Puis un charmant rire avait interrompu leur échange. « Tee-hee, vous êtes si drôles tous les deux ! »

C’était la sœur cadette de Wein, Falanya.

« Désolé, Falanya. Tu t’ennuies ? » demanda Wein.

« Pas du tout. C’est intéressant de voir les soldats bouger avec tant de grâce, et j’aime écouter vos conversations. Mais, Raklum, vous devriez vraiment accepter ses louanges. Pour être honnête, je suis un peu jalouse, il ne me fait presque jamais l’éloge, » déclara Falanya.

« Vous l’avez entendue, Raklum. » Wein le regarda avec un sourire ironique.

Avec une expression compliquée, Raklum avait finalement pris la parole. « … Je graverai les paroles de Votre Altesse dans mon cœur. »

« On dirait que vous ne pouvez pas non plus tenir tête à ma petite sœur. Bon travail, Falanya. Tu mérites des éloges pour ça, » déclara Wein.

« Oh non. Si tu me félicites pour cela, je crains de devoir rendre Raklum encore plus têtu à partir de maintenant, » se moque-t-elle.

Le frère et la sœur éclatèrent de rire ensemble. Même Raklum avait fait un petit sourire.

« Au fait, Wein, je n’ai pas vu de Ninym récemment. Est-ce que tout va bien ? » demanda Falanya.

« Hmm ? Ah, j’avais des affaires en lesquelles je ne pouvais faire confiance qu’à Ninym, » répondit Wein.

Après tout, elle avait été choisie à la naissance pour servir Wein et avait suivi une formation spéciale pour ce rôle, ce qui la rendait incroyablement capable d’accomplir n’importe quel travail sans faille.

« Comme c’est rare. C’est peut-être pour le travail, mais je suis surprise que tu l’aies laissée te quitter, » avait admis Falanya.

C’était la vérité. Dans l’ensemble, Ninym n’avait jamais quitté Wein.

« Il n’y avait rien d’autre à faire. Je ne pouvais faire confiance à personne d’autre, » déclara Wein.

 

 

Il avait été réticent, bien sûr. Avec son assistante, c’était comme s’il pouvait s’envoler au-dessus d’une montagne au lieu de la parcourir à pied. Quand il avait pensé à ses piles de travail pour la journée, il n’avait pas pu s’empêcher de gémir un peu dans sa tête.

Eh bien, il pourrait théoriquement trouver quelqu’un d’autre pour s’en occuper — mais ce serait en fait assez difficile. Après tout, Wein était le seul à pouvoir remplacer le roi. Avec son père qui nommait la majorité des vassaux, leur allégeance appartenait au roi et à la nation — pas à Wein. Jusqu’à présent, Ninym et Raklum étaient les seuls à lui avoir juré fidélité et à posséder suffisamment de talent pour participer à la politique de haut niveau. À part le fait qu’il avait assigné Raklum pour effectuer les exercices, il n’avait personne d’autre que Ninym pour s’occuper des questions importantes.

« Par hasard, cette œuvre pourrait-elle concerner l’Empire ? » demanda Falanya.

« Hmm ? Qu’est-ce qui te fait penser ça ? » demanda Wein.

« J’ai entendu dire que tu avais acheté beaucoup d’armes à l’Empire dernièrement, » répondit Falanya.

Hmm, avait noté Wein. Ce n’était pas comme s’il essayait de cacher quoi que ce soit.

Mais Falanya en avait apparemment eu vent. Peut-être cette crise avait-elle finalement suscité un intérêt pour la politique et un désir de l’aider.

« J’achète des armes, oui. Mais ma mission pour Ninym est une autre affaire. Bon, d’accord, ce n’est pas totalement séparé, mais…, » continua Wein en caressant la tête de sa sœur.

Une idée lui était venue à l’esprit.

« Falanya, sais-tu pourquoi j’achète des armes à l’Empire ? » demanda Wein.

Ça ne ferait pas de mal d’en faire un moment d’enseignement. Elle s’était intéressée à la question, après tout.

Elle comprenait apparemment pourquoi il lui demandait cela, comme elle y avait bien réfléchi avant de lui répondre. « … Parce que les armes de l’Empire sont de meilleure qualité que celles de Natra ? »

« C’est une partie de la réponse. Mais les nôtres ne sont pas particulièrement mauvaises. C’est juste que les puissances militaires sont tenues d’avoir des armes de meilleure qualité. Autre chose d’autre ? » demanda Wein.

« Il y a plus ? Hmm…, » elle fronça les sourcils en se concentrant, mais ne trouva pas de réponse et finit par faire à Wein un regard perplexe.

Le spectacle était si charmant qu’il avait eu un petit sourire sur les lèvres.

« Je ne peux pas le dire à tout le monde, mais les achats sont ma façon de m’excuser auprès de l’Empire. Natra a eu plus que sa juste part dans notre transaction l’autre jour, » déclara Wein.

« Vraiment ? Mais tout le monde te loue toujours, Wein. On dit que tu as fait tomber l’ambassadeur impérial de son piédestal, » se vanta-t-elle, comme si elle l’avait fait elle-même.

Il secoua la tête. « Dans la diplomatie, ce n’est pas bon si quelque chose est à sens unique. Surtout quand on négocie avec une nation plus puissante que soi. Vous voulez éviter de créer une mauvaise volonté inutile. C’est la deuxième raison. »

Elle hocha la tête, puis inclina la sienne d’un signe de tête interrogateur. « Et la troisième raison ? »

« Ah, c’est…, » commença Wein.

« Pardonnez-moi ! »

Un messager était arrivé en courant dans le pavillon, criant si fort que n’importe qui pouvait l’entendre. « Le royaume de Marden avance sur nous ! »

Les yeux de Falanya s’étaient ouverts en grand.

« Ils ont enfin bougé, » chuchota Raklum à lui-même.

Et Wein avait avoué d’une voix indifférente. « — Parce que nous aurons besoin de les utiliser immédiatement. »

***

Partie 2

Le royaume de Marden était directement à l’ouest de Natra.

Bien que voisins, leurs relations officielles étaient pratiquement inexistantes, limitées à des interactions essentiellement privées. C’était parce que la politique et l’idéologie de Natra suivaient celles de l’Orient, même si elle était au centre du continent. Cela signifiait qu’ils n’entretenaient pas d’excellentes relations avec les pays occidentaux.

Les deux États étaient de taille comparable, ce qui était assez petit. Leur force militaire était à peu près la même — ou plutôt, elle l’était. Ce n’était plus le cas.

La balance s’était inclinée en faveur de Marden depuis qu’elle avait découvert une mine d’or, ce qui l’avait amenée à émerger comme une puissance majeure en quelques années. En plus de cela, la mine était incroyablement près des frontières de Natra. Wein ne pouvait pas le supporter. Oh, comme il avait crié et maudit à l’intérieur.

MERDE !

Il avait sérieusement envisagé d’envahir Marden une fois auparavant, mais à la fin, l’idée s’était évanouie dans le néant.

Mais maintenant, Marden essayait de les envahir.

Cela faisait des décennies que Natra n’était pas partie en guerre contre un autre pays. En fait, il y avait pas mal de soldats sans aucune expérience en dehors des exercices et du maintien de l’ordre dans le pays.

Dans les circonstances, il était naturel pour toute personne impliquée d’être prête à faire ses valises et à courir vers les collines — mais ce n’était pas le cas. Alors qu’ils se réunissaient dans une salle de la cour royale, Wein et ses commandants militaires ne montraient aucun signe de recul.

« Comme vous l’aviez prédit. »

« Nous sommes impressionnés par votre clairvoyance, Votre Altesse. »

Ils étaient restés calmes pour une raison : Wein avait déjà prévu l’invasion de Marden dans un avenir proche et avait pris des mesures proactives avec ses commandants.

« Ce n’était pas si difficile. » Il ne feignait pas la modestie. C’était la vérité.

L’actuel roi de Marden avait une réputation vraiment mauvaise. Les rumeurs de son violent règne de terreur s’étaient même répandues à Natra. Ce roi s’était apparemment entouré de fonctionnaires corrompus qui fermaient les yeux sur ses échecs en tant que dirigeant, puis il bannissait tous ceux qui osaient s’élever contre lui.

Son comportement ouvrait la voie à un cercle vicieux qui conduirait le pays à la ruine. Avec tout ce qui s’était passé, même la mine d’or avait été reléguée au rang de principale perte financière au lieu de contribuer au bien-être du pays. Avec de bons souvenirs de leur dirigeant précédent, plus compétent dans leur cœur, les gens étaient emplis d’insatisfaction et de déception.

Vu l’état actuel de Marden, les conditions actuelles à Natra avaient dû sembler être une occasion unique dans la vie. L’armée impériale n’était plus une nuisance maintenant qu’ils étaient rentrés chez eux après la chute du pouvoir de leur nation. C’était la meilleure occasion pour Marden de remporter une victoire directe. Tout le monde comprenait l’attrait de la gloire et le butin de la guerre.

Bien sûr, tout cela dans l’hypothèse où ils gagneraient — mais Natra s’était préparée à tout pour éviter que cela ne se produise.

« Et les garnisons à la frontière ? » demanda le prince.

« Elles évitent la bataille et se concentrent sur l’observation de l’ennemi, comme vous l’avez demandé. »

« Très bien. Alors, à quoi sommes-nous confrontés ? » demanda Wein.

« Selon les rapports, ils arrivent avec une force de sept mille hommes, » commenta l’un des commandants de Wein.

« Moins de dix mille, hein ? C’était mon estimation la plus prudente, » déclara Wein.

« Ils doivent se méfier de Kavalinu. Après tout, ce pays est le foyer d’une bande de sang chaud. »

Le royaume de Kavalinu était un autre pays qui bordait directement Marden. Comme Natra, il avait aussi jalousement regardé les riches gisements de minerai de Marden. En raison de la menace constante d’invasion étrangère par ses voisins, Marden avait dû trouver un équilibre délicat entre les forces offensives et défensives. Il s’agissait d’un problème permanent parmi les pays en guerre.

« Nous avons six mille soldats prêts à combattre l’ennemi. Il semble que nous ne sommes pas à la hauteur, » déclara un autre commandant.

« On s’en sortira. Je suppose que nos armes et armures sont en ordre, non ? » demanda Wein.

« Oui. Comme prévu, l’équipement de l’Empire est finement travaillé. Marden n’a aucune chance. »

Parce qu’ils avaient anticipé cette attaque, le conseil de guerre ne faisait rien d’autre que de régler les détails et de prendre de petites décisions de dernière minute.

Wein laissa son esprit s’égarer ailleurs en les écoutant bavarder entre eux.

Nous sommes bien préparés. Heureusement, nous serons en mesure d’en finir avant que l’Empire nous cause des maux de tête supplémentaires.

La voie rapide de Natra vers la subordination avait été interrompue. Selon la rumeur, la Cour impériale se préoccupait davantage de savoir lequel des trois princes impériaux hériterait du trône. Apparemment, les divisions s’étaient aggravées au point que les différentes factions impériales étaient sur le point de déclencher une guerre civile.

Mais Wein reconnaissait toujours l’Empire comme une nation puissante. Les fondations de l’Empire n’avaient pas été brisées, et il était certain qu’ils surmonteraient cette épreuve, maintenant leur position de puissance dominante à l’Est.

Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ait une autre chance de vendre son pays à l’Empire. Jusque-là, son travail consistait à renforcer le pouvoir au sein de Natra. Après tout, plus son royaume avait de la valeur, plus son prix serait élevé. En ce sens, ses actions détermineraient dans quelle mesure il pourrait profiter de sa retraite anticipée.

Nos soldats ont été entraînés selon les normes de l’Empire. Cette guerre est parfaite pour prouver notre force et notre valeur. Cela permettra aussi de contrôler d’autres pays. Bien qu’il s’agisse de savoir si nous pouvons gagner — .

Wein et les autres avaient entraîné les soldats, étudié la géographie, affiné leur stratégie et même recueilli des renseignements sur l’armée de Marden. Il n’y avait aucune chance d’échec. Au moins, Wein était sûr que les soldats seraient en mesure de repousser l’attaque, ce qui ouvrirait la voie à une réconciliation rapide.

Il était évident que le royaume de Marden regardait Natra de haut, pensant que ce serait une victoire facile. Ils ne viendraient pas chez eux comme ça juste pour voler une parcelle de terre stérile.

C’est parfait… !

Son ancien accord avec l’Empire avait donné lieu à un carambolage de coïncidences malheureuses qui avait fait échouer son dernier plan, mais qui n’avait été qu’un coup de malchance. Cette fois, Wein avait prédit que tout se passerait comme prévu. Il s’était adonné à une joyeuse petite danse de la victoire dans son esprit.

Si Ninym était là, elle lui aurait conseillé d’être plus conscient de son environnement. Si elle l’avait fait, il aurait pu remarquer quelque chose d’inattendu sur les visages composés de ses commandants.

Pour être franc, l’armée du Royaume de Natra était dans un état pitoyable avant l’ascension de Wein à la régence. Ce n’était pas que le roi avait négligé son armée, mais pendant longtemps, Natra n’avait tout simplement pas été impliqué dans une guerre, et les chances pour l’armée de prouver sa valeur avaient été rares et loin dans le temps.

Il était tout à fait naturel que la situation des militaires à la cour royale ait souffert de cette époque, et cela n’avait fait qu’empirer lorsque des troupes étrangères étaient entrées dans le royaume en errant comme si elles étaient propriétaires de l’endroit. La honte que les soldats du royaume avaient endurée était intense.

C’est à partir de ce moment que Wein avait changé les choses pour eux. Non seulement il avait persuadé l’Empire de les entraîner, mais dès que l’occasion se présentait, il chassait également les troupes impériales des terres de Natra. Il avait même aidé l’armée à se procurer des armes auprès de l’Empire.

Bien sûr, ils savaient bien que l’objectif de Wein était de gagner leur confiance, d’autant plus que le royaume avait récemment connu des troubles politiques. Même avec ces connaissances, les soldats et les officiers étaient reconnaissants pour tout ce qu’il avait fait, plus que ce qu’il ne l’avait jamais imaginé — et leur dévouement dépassait de loin l’appel du devoir.

C’est à ce moment que Marden avait lancé son invasion.

« Remplissons notre devoir en tant qu’épées de Natra ! »

« Si nous ne pouvons pas répondre aux attentes de Son Altesse, alors quel genre de vassaux sommes-nous ? »

Leur énergie collective avait débordé et avait finalement atteint son apogée.

Pendant ce temps, Wein restait toujours aussi calme, car il croyait que la victoire était assurée, même s’il s’agissait de sa première bataille. Les commandants savaient qu’il serait impertinent de continuer à crier et à l’encourager devant lui, alors ils s’étaient installés à leur chaise et s’étaient forcés à paraître au moins calmes à la surface.

Personne n’avait montré ses véritables émotions, ce qui signifiait que personne n’aurait pu se rendre compte de l’énorme écart dans ses attentes :

Apportez gloire et victoire à Son Altesse !

Dépêchez-vous d’en finir ! Retraite et réconciliation !

Leurs intentions étaient mal assorties.

La bataille avec Marden se profilait à l’horizon.

***

La friche de Polta se trouvait près de la frontière ouest de Natra.

Comme son nom l’indique, il s’agissait d’une parcelle stérile où il n’y avait que du sable et des roches, surtout au début du printemps. Il n’y avait plus de neige aujourd’hui, contrairement à ce qui se passait au cœur de l’hiver, lorsqu’elle s’était transformée en un monde éblouissant d’argent.

En ce moment, sept mille soldats de Marden marchaient dans la région sous le strict commandement du général Urgio. C’était un homme dans la fleur de l’âge avec des traits durs et un regard encore plus vif. Il ressemblait à un oiseau de proie.

« Hmph. C’est exactement ce qu’ils disent. Il n’y a absolument rien ici, » grogna-t-il du haut de son cheval. « Ces porcs de cour sont incompétents au-delà de toute aide. Quel est l’intérêt de saisir cet endroit ? »

« Je parie qu’ils sont tout simplement désespérés de leur propre échec, qu’ils nous forcent à faire ça, » avait suggéré l’adjudant avec un sourire sec.

Urgio avait laissé échapper un vilain petit grognement. « Dans ce cas, ils devraient plutôt faire payer le coût de cette campagne au peuple. Ce serait une façon beaucoup plus simple de leur mettre la puce à l’oreille. Si ces idiots ne comprennent pas grand-chose, on s’est fait avoir en les laissant diriger notre royaume. »

« S’ils faisaient cela, ces crétins sans talent iraient trop loin et finiraient même par nous faire perdre notre gagne-pain, » déclara son adjudant.

« Nous rôtirons ces porcs entiers si jamais ça arrive. Je doute qu’ils vaillent la peine d’être mangés, » déclara Urgio.

Tandis que les deux riaient amèrement, un soldat se précipita vers eux à cheval. « J’ai un message ! Les troupes du Royaume de Natra ont été repérées à 25 miles à l’est ! Ils avancent sur nous ! »

« Ngh…, » les yeux du général clignèrent.

« Il semble qu’ils bougent plus vite qu’on ne le pensait, » déclara son adjudant.

« Hmph. Comme on s’y attendait des opportunistes du Nord. Ils sont rapides. Je n’en attendais pas moins d’eux. Enfin, s’ils n’ont pas laissé leurs lances à la maison en agissant à cette vitesse, » déclara Urgio.

« Mais, Général, j’ai entendu dire que leurs soldats ont récemment été entraînés par l’Empire. Si nous baissons notre garde, elle peut revenir nous mordre, » déclara son adjudant.

« Eh, ne vous inquiétez pas. Ils sont sur le point de découvrir de première main que même si vous enseignez à un poulet comment voler comme un faucon, ce ne sera toujours qu’un poulet. Déplacez nos hommes plus vite. Comme leurs troupes sont pressées de se mettre le cou sur la planche à découper, nous allons finir ça tout de suite, » déclara Urgio.

« Oui, monsieur ! » L’adjudant commença à aboyer les ordres.

En lui jetant un coup d’œil, Urgio tourna son attention vers l’Est, se rappelant qu’il avait été nommé commandant de cette guerre — la raison pour laquelle cela n’avait pas d’importance. Natra n’était pas une ennemie digne de ce nom, mais une victoire était quand même une victoire. Il s’assurait de leur servir leur tête sur un plateau.

« Ces mauviettes ont intérêt à me divertir un peu, » déclara Urgio.

Il était impatient de tremper cette terre désolée dans le sang de ses ennemis et il avait fait un sourire désagréable à personne en particulier.

***

Partie 3

Pendant ce temps, les chefs de l’armée de Natra examinaient à nouveau les informations sur les troupes de Marden.

« C’est exactement ce à quoi nous nous attendions, » déclara Wein.

« Oui. Allons de l’avant avec notre plan et avançons jusqu’à la colline, » s’accorda un commandant âgé à cheval, hochant la tête à Wein, qui lisait une carte sur son propre cheval.

C’était Hagal, le général des troupes de Natra sur le terrain.

Techniquement, le commandant suprême de l’armée était Wein, mais il ne s’intéressait pas aux exploits militaires. La dernière chose qu’il voulait, c’était s’attribuer le mérite de la victoire de ses officiers, alors idéalement, il aurait préféré se retirer de tout cela.

Cela dit, c’était la première guerre de leur nation depuis longtemps. On ne savait pas ce qui pourrait arriver. Il avait prudemment suggéré d’accompagner les troupes — au cas où elles auraient besoin de lui pour trouver une solution diplomatique à la place. Ainsi, si l’occasion se présentait, il pourrait faire la paix avec ses adversaires et mettre fin à l’incident le plus rapidement possible.

Néanmoins, ses soldats étaient mal à l’aise à l’idée qu’il était nominalement responsable. Après tout, il n’avait jamais mis les pieds sur un champ de bataille, et maintenant il dirigeait une armée entière.

C’est pourquoi Hagal était celui qui commandait vraiment. Il était à l’origine un officier de haut rang d’une armée étrangère — renommé pour sa longue carrière militaire et son implication dans d’innombrables batailles historiques. C’était assez curieux de voir comment quelqu’un de son calibre était coincé dans le marécage de Natra. Mais il avait ses raisons.

Menacé par l’éclat et la popularité de Hagal, un seigneur de son ancienne terre avait tenté de le faire tuer il y a quelques décennies. Fuyant aussi loin qu’il le pouvait, Hagal avait fini par se retrouver dans le pays de Wein.

Bien que le commandant vieillissant avait récemment cessé de mener depuis le front, Wein savait que personne de sensé ne se plaindrait avec Hagal en tant que responsable.

Mais, mec, l’armée est une entreprise qui mange beaucoup d’argent. Bye-bye, cash. Au revoir, les fonds.

Hagal donnant des ordres à l’armée, Wein avait été relégué à un rôle de spectateur. Non pas qu’il se soit plaint. Il y voyait une bonne occasion d’inspecter la variété et la quantité des marchandises consommées par les soldats. C’est à ce moment qu’il s’était rendu compte exactement combien il lui en coûtait pour mobiliser ses troupes.

D’abord et avant tout, il devait leur verser un salaire. Ensuite, il devait fournir de l’eau et d’autres provisions. En plus de cela, il y avait encore les coûts des chevaux, de leur fourrage, des armes, des armures et d’une montagne de nécessités quotidiennes.

Après avoir ajouté les dépenses diverses et calculé le montant total qu’il en aurait coûté au moment de leur retour chez eux, il avait failli faire entendre un gémissement déchirant. Ugaaaaaaah.

« Tout va bien, Votre Altesse ? » demanda Hagal.

« Ah, ouais, ouais, ouais… Je me demandais à quelle vitesse on pouvait mettre fin à cette guerre, » déclara Wein.

C’était la seule façon de les empêcher de perdre plus d’argent. Il avait entendu parler de rois qui aimaient la guerre, mais il se disait qu’ils devaient être très mauvais en maths.

« Qu’en pensez-vous, Hagal ? » demanda Wein.

« Ce sera difficile. La guerre est une chose difficile à prédire avant qu’elle ne commence… J’en déduis que vous espérez en faire une bataille rapide, » déclara Hagal.

« Je pense que c’est mieux comme ça, mais ça ne sert à rien de viser ça si ça nous coûte la victoire. Ce que je veux dire… Oui, ce que je veux, c’est être convaincu. Même si cela prend du temps, je veux un résultat qui me convainc que cette bataille a été une bonne utilisation de notre temps. Qu’en pensez-vous, Hagal ? » demanda Wein.

« S’il vous plaît, laissez-moi m’en occuper. » Le vieil homme s’inclina avec révérence devant le garçon, qui était assez jeune pour être son petit-fils. « Je jure que cette bataille sera à votre satisfaction. »

« Espérons pour le mieux. On dirait qu’on y est presque. » Wein regarda droit devant lui la petite colline qui s’élevait à l’horizon.

 

***

 

Six mille soldats combattant pour Natra.

Sept mille pour Marden.

De l’autre côté d’une terre désertique parsemée de roches et de sable, les deux armées se faisaient face. Bien qu’il y ait encore une certaine distance entre les deux armées, l’atmosphère de la bataille était déjà bien installée sur la scène.

À partir de maintenant, beaucoup d’hommes feraient de leur mieux pour s’entretuer.

« Votre Altesse, les troupes sont prêtes, » déclara Hagal.

D’une tente au sommet d’une colline, Wein hocha la tête à Hagal. « Et l’armée de Marden ? »

« Il semble qu’ils soient aussi bien préparés, » répondit Hagal.

« Je suppose qu’il ne reste plus qu’à attendre que la bataille commence, » déclara Wein.

« Oui, en effet. Votre Altesse pourrait-elle dire quelques mots à tout le monde avant la bataille ? » demanda Hagal.

« Ça ne me dérange pas, mais est-ce vraiment le moment de faire un discours ? Je veux dire, est-ce que ça fera quelque chose, Hagal ? » demanda Wein.

« Bien sûr que oui. Un champ de bataille est le domaine de la mort elle-même. Dans un tel endroit, nos cœurs s’usent plus vite que nos corps. Quelques mots d’encouragement les aideront à ne pas se briser, » déclara Hagal.

Wein ne pouvait pas argumenter face à un commandant chevronné. De plus, s’il se souciait du bien-être de ses hommes, cela réduirait aussi les chances d’un coup d’État plus tard. Mais que doit-il dire ? Tandis qu’il continuait à réfléchir, il s’avança pour se tenir devant toute l’armée au pied de la colline.

En les regardant, il avait pris sa décision. « Torace de Heinoy. »

C’était le nom de quelqu’un. Au centre de leur formation, l’une des têtes des soldats avait bondi. Il fut surpris et confus d’entendre le prince héritier l’appeler par son nom.

« Votre lance. Elle est à l’envers, » fit remarquer Wein.

« Qu… ? Oh, » le soldat baissa les yeux vers sa propre main.

Bien sûr, l’embout s’enfonçait dans le sol, et la mauvaise extrémité était tournée vers le ciel. Il tâtonna, ramassa sa lance et se remit rapidement au garde-à-vous. À ce moment-là, son visage était rouge de betterave.

Quelqu’un avait éclaté de rire, et cela s’était vite répandu dans l’armée.

« Karlmann, Patess, Livi, Logli, ce n’est pas si drôle que ça, » dit Wein, transperçant le vacarme avec son avertissement.

Les quatre noms appartenaient à des soldats qui gloussaient particulièrement fort, et ils avaient fermé la bouche au début. Cela s’était avéré tout aussi comique, mais les soldats s’étaient tus et avaient limité leur hilarité à leurs épaules frémissantes, sachant qu’ils pourraient être appelés s’ils riaient à nouveau.

On dirait qu’ils ont réussi à se détendre un peu.

Lorsqu’il les avait observés plus tôt, Wein avait remarqué qu’ils étaient tendus. C’était compréhensible. Après tout, c’était la première fois que la plupart d’entre eux participeraient à une bataille. Les exercices peuvent aider dans une certaine mesure, mais il y avait certaines choses qu’il fallait apprendre par l’expérience de la vie réelle.

En tout cas, Wein avait franchi le premier obstacle. Il ne leur restait plus qu’à remonter le moral.

« Jusqu’à ce jour, les gens ont traité l’armée de Natra de faible. Pour être juste, c’était vrai autrefois. Et en ce moment, ces soldats de Marden nous regardent de la même façon. » Sa voix avait explosé, faisant écho dans la foule. « Mais je sais comment vous avez enduré l’entraînement de toute votre âme. Je sais que chacun d’entre vous possède un courage incomparable. Et je sais qu’alors que vous êtes ici pour affronter ces envahisseurs, il n’y a rien d’autre que du feu dans vos cœurs. Vous n’avez plus aucune raison de croire que vous êtes faible. »

L’atmosphère détendue d’autrefois avait disparu. Les soldats étaient impétueux, saisis par un esprit enflammé.

Attisant les flammes qu’il avait allumées, il leur cria. « C’est dans cette bataille que nous leur montrons que nous sommes les dragons du Nord ! Que cela résonne dans tout le continent : Nous sommes la plus grande armée qui arpenter cette terre ! Conquérons le monde entier ! Nous allons réécrire l’histoire — aujourd’hui ! »

« YEAAAAAAAAAAAAAAH ! » Leurs cris collectifs avaient ébranlé le ciel et la terre.

Il semble qu’il ait réussi, d’une façon ou d’une autre, à les motiver.

Alors qu’il poussait un soupir de soulagement intérieur, Hagal s’approcha de lui. « Vous avez été magnifique, Votre Altesse. Je n’aurais pas pu déclencher un tel feu en eux. »

« Au moins, ils ne lâcheront pas leurs armes dans la peur, » répondit Wein avec un léger sourire.

« Avez-vous planté des soldats que vous connaissiez dans la foule ? » demanda Hagal.

« Ne soyez pas stupide. J’improvisais totalement, » répondit Wein.

« Et vous connaissiez leurs noms ? » demanda Hagal.

« J’ai mémorisé la plupart d’entre eux. Ce n’est pas comme si nous avions des centaines de milliers de soldats. Si l’on additionne l’armée dans son intégralité, on arrive à seulement dix mille hommes, » déclara Wein.

« … » Un regard perplexe se répandit sur le visage de Hagal.

 

***

Tandis que les cris fébriles de leurs ennemis atteignaient ses oreilles, Urgio claqua la langue dans l’ennui.

« Ils divaguent et s’extasient comme des ordures opportunistes, » dit-il en crachant.

« Général, nos préparatifs sont terminés, » déclara son adjudant.

« Bien. »

Il avait calmé son irritation avant de faire face à ses hommes, sachant qu’il ne pouvait pas démontrer son tempérament violant avec des milliers d’yeux sur lui.

« Écoutez, guerriers de Marden ! » hurla-t-il, la voix grondant dans le creux de l’estomac de ses soldats. « C’est notre pathétique petit ennemi ! Ils ont pris l’imprudence pour du courage et veulent s’opposer à notre avancée ! Mais peu importe le nombre de paysans qu’ils rassemblent pour faire leur armée, il n’y a aucune chance qu’ils gagnent un jour contre nous ! »

Urgio dégaina brusquement son épée, et les soldats levèrent leurs armes vers le ciel.

« Écrasez-les sous vos pieds ! Nous tremperons ce désert de leur sang ! Troupes ! Marche en avant — ! » cria Urgio.

Hurlant au ciel, sept mille hommes marchèrent sur le sol comme un front uni.

 

***

« Donc ils sont là, » déclara Wein.

Leur ennemi avait avancé — un tsunami humain. Wein pouvait sentir leur présence le dominer depuis son poste au quartier général.

« Troupes, tenez-vous prêtes ! » aboya Hagal.

Avec son ordre, l’armée leva leurs boucliers et leurs lances. Avec les troupes de Marden en attaque, les soldats qui se battaient pour Natra avaient été forcés de prendre la défense : prêts à se tenir en place et à les repousser.

Si Marden était un tsunami, Natra était une digue.

L’armée rivale s’approcha progressivement d’eux. La tension était palpable, enflammant leur peau et fouettant apparemment l’air qui les entourait.

Natra gagnerait cette bataille. La victoire était certaine. Mais la peur faisait partie de la nature humaine.

Wein regarda l’armée qui empiétait avec un calme feint, priant désespérément à l’intérieur pendant tout ce temps.

S’il vous plaît, laissez les choses se passer bien.

Les deux armées se rapprochèrent. La distance qui les séparait se rétrécissant. Son cœur battait de plus en plus vite.

Jusqu’à ce qu’enfin, le tsunami frappa la digue.

 

« «  — Hein ? » »

 

Wein et Urgio n’en croyaient pas leurs yeux.

Quoi... Quoi, Quoi, Quoi… !

A-Attendez… !!?

Depuis leurs positions respectives, ils regardaient la scène qui se déroulait devant eux, unis en une seule pensée : qu’est-ce qui se passe en ce moment… !?

***

Partie 4

Sur le champ de bataille, les soldats de Natra étaient dans une formation assez standard : d’un point de vue d’un oiseau, on les verrait en forme de rectangle étendu devant l’armée de Marden.

Leurs adversaires avaient leur propre plan de bataille. Leurs hommes étaient concentrés au milieu de la formation, contrairement à la structure uniforme de leur adversaire. Les Marden comptaient percer la ligne centrale opposée, puis faire demi-tour et les détruire d’un seul coup.

Les humains étaient particulièrement vulnérables aux attaques latérales et par-derrière. Ce principe pouvait également s’appliquer à une armée en entier, ce qui signifiait que les assauts par l’arrière étaient extrêmement avantageux.

Pour contrer ces attaques, les troupes de Natra avaient dû se concentrer sur la destruction des soldats ennemis au centre. Cela dit, ils allaient se battre contre sept mille hommes avec une armée de six mille hommes. Si la force résidait dans le nombre, il était évident de savoir lequel avait l’avantage.

Mais la guerre n’était pas déterminée uniquement par cela.

Après tout, la victoire dépendait de nombreux facteurs non quantifiables, comme les compétences.

« Général Urgio ! Nous avons une demande de renforts sur le flanc gauche — Unité Loshina ! »

« Un message est arrivé ! L’Unité Sanse a été annihilée ! L’unité Tljii s’y rend en renfort ! »

« Général, le flanc droit se débat aussi ! »

Les nouvelles du champ de bataille les avaient frappés au fur et à mesure que les rapports arrivaient : tous avaient fait état de l’état lamentable de l’armée de Marden.

« Impossible… » La surprise s’était répandue des lèvres d’Urgio malgré lui.

Mais ses paroles reflétaient la perplexité collective des officiers de Marden.

Comment diable leurs soldats sont-ils si forts… !?

*

Attends, Marden est aussi faible que çaaaaaaaaaaaaa !?

Tandis qu’Urgio et son état-major étaient sous le choc, Wein était assis de l’autre côté du champ de bataille, incrédule.

Qu’est-ce que c’est que ça !? Hein !? Pourquoi est-ce qu’on les tabasse ?

Ses pensées n’étaient pas des mensonges. La bataille était complètement à sens unique.

Les hommes de Natra et de Marden s’étaient affrontés avec zèle, mais il était immédiatement évident quant à qui était le plus fort — même avant que l’impact de leur collision initiale ne s’estompe.

Les troupes de Marden brandissaient leurs armes, décidées à abattre l’ennemi devant elles. Mais leurs attaques n’étaient ni coordonnées ni concertées : c’était chacun pour soi.

Mais les soldats de Wein étaient différents.

Lorsque les troupes de Marden s’étaient précipitées, certains défenseurs avaient levé leurs boucliers pour arrêter l’assaut ennemi, se rapprochant de leurs alliés à proximité pour repousser l’attaque. D’autre part, lorsque l’ennemi avait repris leurs formations en devant se défendre, les soldats de Natra avaient coordonné leurs actions pour la percer, tout en maintenant leur propre formation. Au lieu de se battre individuellement, l’armée de Natra s’était déplacée d’un seul tenant, chaque soldat soutenant les hommes à ses côtés.

Bien que moins nombreux, il était douloureusement clair que Natra possédait la force supérieure écrasante.

« Qu’y a-t-il, Votre Altesse ? » interrogea Hagal, remarquant sa confusion.

« … J’ai été surpris. On est meilleurs que je ne le pensais, » déclara Wein.

Il ne doutait pas qu’ils gagneraient, mais c’était bien au-delà de ses attentes.

« Saviez-vous que ça finirait comme ça, Hagal ? » demanda Wein.

« Eh bien, oui. Après tout, nous inventons et raffinons tous des choses pour répondre à un besoin. Pour illustrer mon propos, l’Empire a une longue histoire de batailles. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils sont capables de former leurs soldats si efficacement. Pour être honnête, même moi, j’ai été impressionné quand j’ai observé leurs méthodes. Une fois que nous avons appris leurs méthodes, je savais que nous vaincrions facilement un petit pays qui n’a que de petites escarmouches à son actif. » Il avait affiché un sourire ironique. « Mais je suis un peu surpris par leur faiblesse. C’est possible que ce soit un piège, mais je ne crois vraiment pas que ce soit le cas pour l’instant. Mais, Votre Altesse… »

« Oui, je n’ai pas oublié. Il ne nous reste plus qu’à les réduire tant qu’il est encore temps…, » déclara Wein.

À ce moment-là, un énorme cri avait jailli du flanc droit. Après avoir arrêté l’avance de Marden, les soldats de Natra avaient lancé l’attaque.

« On dirait que Raklum a fait son coup, » déclara Wein.

*

Des rugissements et des cris s’échappèrent de la foule au bord du flanc droit.

À travers des corps éparpillés et entourés par l’odeur métallique du sang frais, Raklum montait fièrement son cheval. Sous son commandement, les officiers avaient craché des ordres :

« Ne cassez pas la formation ! Bougez ensemble comme une unité ! »

« Renforcez la défense ! Envoyez des renforts ! »

« Les Marden ont la frousse ! Forcez-les à repartir ! »

Les soldats en première ligne avaient suivi leurs instructions avec une conscience aiguë que cette bataille allait en leur faveur, comme Wein l’avait observé.

Ils se battaient bien, et cela affectait déjà l’ennemi. En fait, les soldats de Natra écrasaient rapidement l’ennemi. Des mois de dur entraînement sous la tutelle de l’Empire commençaient à porter leurs fruits, et à mesure que la bataille avançait, le moral des hommes continuait à monter. Grâce aux commandants de Raklum qui donnaient des ordres précis et aux soldats qui les exécutaient rapidement, ils repoussaient de plus en plus Marden.

En ce moment, leur armée était les maîtres des lieux. Ils ne ressentaient plus aucun doute.

C’est pourquoi les commandants avaient fait une proposition à leur chef, Raklum.

« Commandant Raklum, monsieur ! C’est notre chance ! Lancez une attaque à fond ! »

« À ce stade, nous pouvons briser leurs défenses et les prendre par l’arrière ! »

« Commandant Raklum ! »

Une suggestion après l’autre passa dans les oreilles du capitaine, mais ses yeux étaient pointés vers le bas. Il ne répondait pas.

Les officiers s’étaient regardés. C’était différent du Raklum qu’ils connaissaient, celui qui, de fait, donnait des ordres pendant leurs exercices. Ils n’avaient jamais vu ce côté de lui.

L’un d’eux avait tendu la main nerveusement, se demandant ce qui n’allait pas. « Commandant… ? »

Alors qu’il touchait doucement son épaule, la tête de Raklum s’était relevée. Le commandant s’était raidi en un instant.

Raklum avait pleuré.

Les hommes adultes ne devraient pas pleurer — mais des larmes coulaient de ses yeux, sans tenir compte du regard de ses subordonnés.

« C-Commandant Raklum, qu’est-ce que… ? »

« UWAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAGHHHH ! » s’exclama Raklum d’une voix angoissée et gutturale.

Ce cri inhumain avait fait sursauter les troupes Natra et Marden sur le flanc droit, les faisant trembler involontairement et arrêtant leurs mouvements.

Ils s’étaient tous tournés vers la direction du bruit — Raklum.

« Je… Je suis triste, » avait-il admis. Les yeux rivés sur eux, il avait fait avancer son cheval. « C’est la toute première bataille du glorieux Prince régent Wein Salema Arbalest… Son premier pas parmi tant d’autres dans un brillant voyage… et pourtant… et pourtant… »

Les larmes se transformèrent en fureur débridée, jaillissant de ses yeux humides.

Les soldats de Marden frissonnèrent à la vue de sa rage.

« Quelle ordure sans valeur… ! Tout ce qu’on fait, c’est retirer les mauvaises herbes. Ça ne devrait pas se passer comme ça… Nous devrions offrir le sang d’une proie forte, rusée et renommée, digne de la splendeur de Son Altesse…, » cria Raklum.

Raklum sauta soudainement de son cheval et se dirigea vers l’ennemi en titubant comme s’il marchait dans un champ vide. Il s’était finalement arrêté devant les soldats de Marden, qui étaient tous gelés sur place.

C’était un spectacle inhabituel : un chef ennemi debout devant eux, seul, pleurant. Ils étaient tellement abasourdis qu’ils n’osaient pas bouger.

« Votre Altesse… Pardonnez votre serviteur pour son indignité, » cria Raklum.

Les deux longs bras de Raklum s’allongèrent et se mirent à clignoter dans l’air comme des fouets.

Avec un bruit sourd, le visage d’un soldat se fendit en deux, et son corps fut jeté en l’air sans ménagement.

« Au moins, je jure de créer une montagne de leurs vile cadavres, » déclara Raklum.

Avec ça, tout le monde était revenu à la raison.

« T... Tuez-les tous… ! »

« Suivez le commandant Raklum ! »

Raklum avait balancé son poing portant un gantelet quand les soldats de Marden l’avaient assailli.

*

« Il repousse l’ennemi ! Leur défaite est proche ! »

Wein acquiesça d’un signe de tête de satisfaction face au rapport du messager.

Il devient un peu fou parfois, mais il semble que ça ira cette fois. Bien, bien, bien.

En choisissant Raklum comme l’un de ses officiers, Wein l’avait rendu loyal envers lui à un point invraisemblable. En vérité, Wein s’était un peu inquiété de savoir si cela ne risquait pas d’empirer les choses dans une véritable bataille. Mais vu comment les choses se passaient, il pensait que tout allait s’arranger.

À quoi pensait-il, en descendant de cheval et en frappant lui-même les gens ? Il en était venu à penser ça rétrospectivement au cours des jours qui suivaient l’arrivée des rapports détaillés. Il n’avait aucun moyen de le savoir pour l’instant.

*

Mais c’est mauvais.

L’un après l’autre, les messagers avaient rapporté qu’ils avaient obtenus à un avantage majeur. Cependant, des nuages de doute continuèrent à tourbillonner à l’intérieur de sa conscience.

Marden devrait se dépêcher et réduire ses pertes. S’ils ne le font pas…

Tandis que Wein s’inquiétait, les yeux de Hagal brillaient de mille feux. « Votre Altesse, nos fils ont commencé à s’effilocher, » avait-il rapporté.

Bon sang. Wein avait évité de justesse de le dire à voix haute, en l’avalant à toute vitesse ses mots. « En êtes-vous sûr ? »

« Oui… Les conditions de combat changent à nouveau. Préparez-vous, Votre Altesse, » déclara Hagal.

Wein fit un bref signe de tête en regardant le champ de bataille et se rappela ce que Hagal avait dit avant qu’ils ne partent au combat.

***

« Attendez, nos soldats ne dureront pas longtemps ? » demanda Wein.

« C’est exact, » avait dit Hagal franchement lors de la réunion du conseil de guerre. « En s’entraînant durement, nos soldats sont presque méconnaissables en force et risquent de dominer au début de la bataille. Mais ils s’useront après 90 minutes. »

« Pourquoi ? » demanda Wein.

« Parce que la plupart d’entre eux ne sont pas familiers avec la guerre, » avait expliqué Hagal. « L’air froid, le sang et les tripes répandus, la soif de sang incontrôlable… Au combat, le cœur s’use plus vite que le corps. Lorsque cela se produit, votre vision se rétrécit et vos oreilles commencent à se fermer. Cela fait que les soldats tardent à venir en aide à leurs camarades ou à obéir à de nouveaux ordres. On pourrait dire que cela réduit de moitié la force de notre armée. »

« Même après toute leur formation ? » demanda Wein.

« Aucune formation ne peut changer cela, » avait-il dit en acquiesçant de la tête. « Il y a trop de choses sur le champ de bataille qu’on ne peut pas savoir sans les vivre soi-même. »

« … Marden a donc le dessus à cet égard. Leur expérience peut consister principalement en de petites escarmouches, mais ils ont déjà connu la guerre auparavant, » déclara Wein.

« Oui. À moins que leur chef ne soit extrêmement stupide, il ne manquera pas cette occasion. Cela signifie que le facteur décisif est de savoir jusqu’à quel point vous pouvez réduire leur armée d’ici là, » déclara Hagal.

« Espérons que ce soit le leader le plus bête, le plus inconscient possible, » avait souhaité Wein en soupirant.

***

Mais bien sûr, son souhait ne s’était pas réalisé.

— L’ennemi se déplace avec moins de force ! Presque immédiatement, Urgio avait senti ce changement soudain.

« Général ! »

« Je sais ! Donnez-moi dix secondes ! » répondit Urgio.

Au début de la bataille, sept mille de leurs hommes se battaient contre six mille soldats ennemis. Mais malgré leur avantage initial, ils étaient maintenant à cinq mille contre cinq mille — un terrain de jeu égal.

Avec le ralentissement des mouvements de l’armée de Natra, il y avait une chance de faire un retour en force.

Mais c’était inutile. Ce ne serait pas suffisant. Si l’armée de Marden ne pouvait pas les battre avant le coucher du soleil, leurs adversaires commenceraient à se préparer pour leur prochain mouvement, à se reposer et à récupérer, ce qui signifiait que les hommes d’Urgio auraient à les combattre à nouveau.

C’est notre chance. Maintenant ou jamais. Il va falloir…

*

C’est mauvais, ça.

De l’autre côté, la patience de Wein s’épuisait. La raison n’était pas seulement la détérioration de l’état de son armée. C’était parce qu’il avait agi face à l’armée de Marden pour changer la situation.

Il faudrait du temps pour préparer une contre-attaque. Si l’ennemi avait commencé à foncer avant ça, — .

Je vous supplie de ne pas le remarquer… !

Wein avait envoyé une prière aux cieux.

*

Mais ses prières furent vaines, car Urgio arpenta le champ de bataille et repéra rapidement l’épicentre de ce changement.

Les lignes de front s’affaiblissent-elles… ?

Bien que l’armée de Natra résistait et essayait de garder la formation, leur centre s’affaiblissait.

Pourquoi ? La réponse lui était rapidement venue à l’esprit.

Pour détruire le flanc gauche de l’armée d’Urgio, Natra avait déplacé les soldats du milieu de leur formation vers leur droite. Malheureusement, leurs effectifs s’étaient lentement épuisés avant de pouvoir poursuivre l’attaque, et ils étaient entrés dans une impasse et une formation mince.

Une image de la victoire avait éclaté devant lui. Ils pourraient le faire.

C’est le moment de vérité, hurla-t-il dans son esprit.

« Dites aux chefs sur les deux flancs de garder les troupes ennemies qu’ils combattent occupées — remettez les forces principales en formation ! » dit-il avec fureur. « On attaque dès que tout est prêt ! »

« Oui, monsieur ! Quelle est la cible !? »

« N’est-ce pas évident ? » Urgio regarda au loin, les yeux brillants. « La tête de leur cher chef ! »

*

Argh, merde, attends ! On n’est pas encore prêts.

Le centre de la formation de Marden avait lancé une attaque contre ses hommes.

Ce seul coup avait utilisé leur cavalerie, prenant une énorme bouchée de leur armée affaiblie.

Mais les forces de Marden ne pouvaient pas être arrêtées. Ils avaient enfoncé la zone, se frayant un chemin à travers l’espace. Il n’y avait plus assez de soldats pour défendre cette ouverture du côté de Natra. Et avec des hommes se battant avec ferveur sur les deux flancs, Wein ne pouvait pas demander à ses troupes de retourner à leurs positions d’origine et de bloquer la nouvelle avance ennemie.

Leurs adversaires passaient à travers leur défense principale. Il y avait environ un millier de soldats qui passaient au travers. Quand cela s’était produit, les seules troupes pour la défense seraient Wein, Hagal, et une centaine d’autres soldats en haut de la colline.

« Votre Altesse, nous devons nous retirer. Vite, » déclara Hagal.

« Je sais, je sais, » répondit Wein.

Il n’y avait qu’un seul chemin. Sous l’ordre de Hagal, Wein et les autres avaient effectué une retraite en toute hâte.

***

Partie 5

« Général ! Il s’échappe de leur quartier général ! »

« Comme c’est pathétique ! Il devrait accepter la perte comme un homme. Mais il n’y en a pas tant que ça avec lui ! Poursuivez-le à cheval ! Que l’infanterie maintienne ses forces principales en place ! » déclara Urgio.

« Oui, monsieur ! »

Urgio divisa son infanterie. Il était parti après Wein avec un détachement de cavalerie de 400 hommes. Ils s’étaient lancés vers le sommet de la colline et avaient bifurqué jusqu’à un arrêt près de leur quartier général principal, s’emparant de quelques montagnes escarpées derrière la colline. Caché dans l’une des ombres se cachait la garde personnelle du prince.

« Donc vous avez prévu de courir et de vous cacher à nouveau… Dommage. Vos armures lourdes se sont retournées contre vous ! » avait-il rugi.

Les gardes du quartier général de l’ennemi étaient presque tous des fantassins équipés de lances et de boucliers. Ils ne pouvaient pas distancer les chevaux.

« Attrapez-les avant qu’ils ne se cachent dans les falaises ! Allons-y — ! » cria Urgio.

Il donna l’ordre et descendit la colline avec sa cavalerie. Au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient, les gardes s’arrêtèrent de bouger et se retournèrent dans ce qui semblait être de la résignation, formant une ligne de défense pour faire face à l’attaque qui venait.

Mais c’était beaucoup trop mince. Ils pourraient être brisés en une seule charge. Urgio poussa un cri de guerre, certain de la victoire.

 

« Je t’avais dit de ne pas venir, » avait maudit Wein d’une voix basse que personne ne pouvait entendre. Puis il avait donné un ordre. « Très bien, finissons-en… ! »

 

Ninym Ralei ordonna aux soldats. « — Archers, feu à volonté. »

Depuis le haut des falaises, une mer de flèches avait commencé à pleuvoir sur l’armée de Marden.

 

***

« Ambassadrice ! Terrible nouvelle ! » La porte de sa maison s’était ouverte quand son assistante était arrivée.

Elle avait jeté un coup d’œil aux rapports sur la bataille entre Natra et Marden. « Pourquoi êtes-vous si énervée !? »

« C’est à propos du prince héritier ! J’ai obtenu des documents ! Vous ne croirez pas ce que j’ai trouvé ! Vous allez être choquée, regardez ça ! »

Elle avait vu les pages que l’assistante lui avait quasiment jetées devant elle.

« Ambassadrice, n’avez-vous pas mentionné qu’il manquait quelque chose quand vous avez enquêté sur le prince héritier ? Je pense que ça pourrait être la réponse ! » déclara l’assistante.

Alors que Fyshe scrutait les documents devant elle et écoutait les cris excités et pleurnichards de son assistante, ses yeux s’élargissaient de surprise. « Il a fréquenté l’académie militaire… !? »

« Oui ! Il a étudié à l’académie militaire de l’Empire pendant deux ans ! » déclara l’assistante.

L’incrédulité faisait rage dans son esprit. Mais c’était la vérité. Cette preuve était indéniable.

« Notre académie est remplie de secrets nationaux. Pourquoi un membre de la royauté d’une nation non-vassale… ? » demanda Fyshe.

« Je ne connais pas les détails, mais il semble qu’il ait caché son titre et se soit fait passer pour un roturier. Bien que ses professeurs aient pu être au courant…, » déclara l’assistante.

« Comment a-t-il été admis ? » demanda Fyshe.

« Il semble qu’un haut fonctionnaire Flahm de l’Empire l’ait recommandé. C’est peut-être parce que le royaume de Natra est célèbre pour avoir accepté son espèce bien avant les autres pays. Même s’il occupait une position de pouvoir au sein de l’Empire, il devait être prédisposé à aider la famille royale de Natra pour leur rôle dans la protection de son peuple, » répondit l’assistante.

Cela semblait probable. Les Flahms avaient un lien indissoluble. Mais il y avait autre chose dont Fyshe n’était pas satisfaite.

« Mais pourquoi cette information a-t-elle été omise ? Je veux dire, je suppose que ça pourrait causer des problèmes, mais ce n’est rien de trop important, » répondit Fyshe.

« Ce n’est pas tout. Continuez à lire, s’il vous plaît, » déclara l’assistante.

Pressée par son assistante, Fyshe se tourna vers la page suivante du document. C’était deux ans de résultats d’examens.

« C’est… » Elle n’en croyait pas ses yeux.

Littérature, histoire, mathématiques, escrime, histoire militaire… Chaque examen démontrait d’excellentes notes, effectué par quelqu’un qui était en tête de sa classe. Le nom avait été effacé.

« Ce document était déjà censuré quand je l’ai reçue. Il semble que le nom ait été intentionnellement effacé, » déclara l’assistante.

Pourquoi quelqu’un ferait-il une telle chose ?

La réponse lui était venue en un éclair.

« Nous avons la raison juste ici, » expliqua Fyshe. « C’était pour cacher le fait honteux qu’un étranger — sans parler d’un membre de la famille royale — était en tête de la classe plutôt qu’une personne de l’Empire… ! »

 

 

C’était tout simplement impensable. Comment quelque chose d’aussi stupide avait-il pu arriver ?

L’Empire avait créé et nourri un ennemi — et maintenant la griffe qu’ils avaient créée était pointées sur sa gorge. Et le nom de cette griffe était…

« Wein Salema Arbalest… ! » déclara Fyshe.

 

***

En dessous d’eux, les troupes de Marden étaient sur le point d’être détruites.

Ils avaient peut-être été loués comme une armée forte, mais beaucoup de leurs hommes étaient prêts à fuir en cas d’attaque-surprise. Comment peut-on rester calme quand on est assailli par une pluie de flèches ?

Eh bien, s’il y avait quelqu’un, ce serait des commandants et des soldats bien entraînés, expérimentés au combat et prêts à se précipiter pour défendre leur chef. Il y avait quelques hommes qui protégeaient leur général à ce moment précis.

Pour cette raison, Ninym l’avait facilement repéré de son point de vue élevé.

« Archers, continuez à frapper les soldats ennemis restants. Cavalerie, on y va, » ordonna Ninym.

« Compris ! »

Sur l’ordre de Ninym, la cavalerie descendit la colline d’un seul coup. Les troupes de Marden étaient désorientées et impuissantes sans leur chef, et une Natra les avait fauchés l’une après l’autre.

« Ça se passe bien, capitaine ! »

« Bien sûr que oui. C’était le plan, » répondit froidement Ninym en se rappelant comment, en premier lieu, elle en était arrivée là.

 

« Cacher les troupes ? » demanda Ninym.

« Ouaip, » répondit Wein.

C’était quelques semaines avant que Marden ne commence son invasion, et Wein venait de demander à Ninym d’exécuter un plan très précis dans la salle de réunion.

« Ils vont bientôt nous attaquer. D’après mes estimations, on se retrouvera ici même, dans le désert de Polta. » Il avait montré du doigt une carte étalée sur le bureau. « C’est parsemé de montagnes et de collines, un endroit idéal pour cacher les soldats. Garde-les là et lance une attaque-surprise le moment venu. Je veux que tu les commandes pour moi, Ninym. J’en discute déjà avec mes hommes. »

« … J’ai un certain nombre de questions, » elle avait levé la main. « D’abord, es-tu absolument certain du moment où ils attaqueront ? »

« Les rapports de mes espions le confirment. Il n’y a aucun doute qu’ils attaqueront au cours du mois, » déclara Wein.

« Combien de soldats allons-nous cacher ? » demanda Ninym.

« Choisis ceux en qui tu as le plus confiance — peut-être sept cents à mille. Il sera difficile de cacher une force plus grande que ça. Et ça alertera l’ennemi s’ils voient qu’on a nettement moins d’hommes, » répondit Wein.

« OK, donc juste assez pour mener une attaque, » déclara Ninym.

« Ouais. Attirer l’ennemi et l’attaquer de côté… C’est notre meilleure méthode, bien que cela dépende de l’issue de la bataille, » répondit Wein.

« Et si on partait ensemble ? Mes soldats peuvent voyager un peu plus vite avant d’aller se cacher, » déclara Ninym.

« Ça ne marchera pas. Il y a probablement quelques espions ennemis dans nos troupes, donc si nous divisons l’armée en deux plus tard, ils vont nous dénoncer. Alors l’attaque n’aboutira à rien, » avait-il raisonné.

Elle hocha la tête et ne vit aucun problème jusqu’à présent. Mais elle s’inquiétait surtout d’autre chose.

« Dernière question : Pourquoi moi ? » demanda Ninym.

« Hein !? Notre Mademoiselle Ninym ne peut-elle pas gérer ça !? Tu agis toujours comme si tu pouvais faire n’importe quoi, mais je vois ! Donc tu ne peux pas le faire ! … Ah, stop, stop, aïe, aïe, aïe —, » s’écria Wein.

« Sois sérieux, » déclara Ninym.

« OK, ok, j’ai compris. Arrête de me tordre les doigts ! » cria Wein en arrachant sa main de la prise de la jeune femme. « C’est très simple. Pour y arriver, j’ai besoin d’un bon chef. Après tout, nous devons garder un millier de soldats cachés pendant un mois. Mais si j’assigne l’un de mes chefs les plus compétents, cela gênera la gestion des forces principales. Et il y a toujours la possibilité que le général de Marden se méfie si un grand chef militaire n’était pas là pour la grande bataille. C’est pourquoi tu les commandes : personne ne te verra comme une menace militaire, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai, » répondit Ninym.

Pour le public, elle était l’assistante de Wein et une fonctionnaire. Personne ne savait qu’elle s’était entraînée pour diriger une armée. Mais les troupes la traitaient avec un certain respect, sachant que sa famille servait la famille royale depuis des générations.

« En gros, je ne fais confiance à personne, sauf à toi et Raklum. Ces autres gars ont fait vœu de loyauté envers mon père et le pays, pas envers moi. Il s’agit encore d’une question très délicate. Je ne peux pas assigner ces tâches à n’importe quel vieil officier, » déclara Wein.

« Les autres vassaux ont une haute opinion de toi, tu sais, » déclara Ninym.

« Non, pas question ! Si je ne fais pas attention une seule seconde, il va y avoir un coup d’état ! L’histoire l’a prouvé ! » s’écria Wein.

Sa paranoïa qui lui faisait voir des ennemis partout lui fit secouer la tête intérieurement. À ce rythme, il faudra encore beaucoup de temps avant qu’ils puissent construire un pont de confiance entre Wein et les autres officiels.

« Eh bien, s’il semble vraiment que tu ne peux pas le faire, j’irais moi-même le faire, mais j’ai alors beaucoup de choses à faire pour ça… Je suis sûr que tu peux t’occuper des affaires du gouvernement pendant mon absence, » déclara Wein.

« Je ne laisserai pas ça arriver. Si tu n’es pas là, Wein, qui prendra le commandement de l’armée principale ? » demanda Ninym.

« J’avais l’intention de mettre Hagal aux commandes dès le début. Je ne veux pas jeter de l’eau sur la chance tant attendue de gloire des soldats, » déclara Wein.

« … Est-ce que c’est vraiment bon ? » demanda Ninym.

« Ne t’inquiète pas, le vieux Hagal est ridiculement fort. Ouais. Pas besoin de s’inquiéter. Il est particulièrement fou sur le champ de bataille. Si j’étais dans un face-à-face avec lui, je le sortirais de là, mais c’est une autre conversation, » déclara Wein.

Ninym acquiesça d’un signe de tête, revenant sur la question à l’étude. « Si c’est ce que tu veux, je suppose que je dois accepter. Très bien. Je vais prendre les soldats et me mettre à l’affût. »

« Je compte sur toi. Euh, eh bien, il y a une chance sur deux qu’on ait besoin de toi. Quant à moi, j’aimerais gagner, mais pas trop, » déclara Wein.

« Ne veux-tu quand même pas te rendre ? » demanda Ninym.

« Ce genre de victoire vient avec ses propres problèmes… Il n’y a aucune chance que ça arrive, donc ça n’a pas trop d’importance. Dépêchons-nous de commencer les préparatifs, » déclara Wein.

Ninym hocha la tête, calculant dans sa tête. Elle devait choisir et préparer une cachette appropriée, des soldats et des vivres. Il y avait beaucoup à faire, le tout sous le voile du secret, mais elle se livra à une dernière peur.

« Au fait… feras-tu ton travail sans moi ? » demanda Ninym.

Wein avait souri. « Ce sera l’enfer à ton retour. »

 

… Combien de travail a-t-il remis à plus tard ?

Elle avait souri amèrement, chargeant à cheval avec ses subordonnés. Ils visaient un groupe de dix soldats de Marden qui tentaient de battre en retraite. Au centre de la petite unité était leur chef — Urgio.

« L’ennemi arrive ! »

« Protégez le général ! Tenez la ligne ! »

Ils s’étaient rapidement mis en position défensive.

« Votre ligne est trop fine, » nota Ninym.

Avec elle au premier plan, la cavalerie s’était enfoncée à travers leurs défenses et s’était précipitée encore plus loin, mettant en déroute tous les soldats de Marden qui battaient en retraite. Sans rompre la foulée, ils s’étaient dirigés vers le centre de la formation, faisant face à Urgio avec son épée brandie.

Elle lui avait coupé le bras alors qu’ils couraient l’un vers l’autre.

Tout en pulvérisant du sang tout autour de lui, il était tombé de son cheval.

 

 

« G-GWAAAAAAAAAAAAH… ! » il hurla d’angoisse.

Retournant son cheval, elle le regarda alors qu’un groupe de ses hommes la défendait. « Vous êtes le chef, n’est-ce pas ? »

Imprégné de sa propre sueur et de son propre sang, Urgio leva les yeux et répliqua en transpirant abondement. « Cette voix… et ces cheveux blancs… »

« Rendez-vous. Vous pouvez encore être sauvé si vous recevez un traitement médical immédiat, » avait-elle conseillé.

Mais cela avait mis Urgio dans une rage aveuglante. « Rendez-vous… Rendez-vous, vous dites… !? Ne te fous pas de moi ! » hurla-t-il.

Du sang chaud coula de la blessure béante au bras d’Urgio, et il respira lourdement, au bord de la mort.

« Je suis le général de l’armée de Marden ! Tu crois que je me soumettrai à une femme, et encore moins à une esclave cendrée !? » s’écria Urgio.

« Je vois, » elle avait déplacé sa lame et, d’un seul geste, lui avait tranché le cou.

Sa tête avait cogné le sol un peu plus loin.

« Prenez la tête et répandez la nouvelle. L’ennemi a été vaincu… Et ne laissez pas ses derniers mots sortir de vos bouches, » ordonna Ninym, froidement.

« Compris. : Le chef ennemi est resté silencieux jusqu’à ses derniers instants, » déclara l’adjudant de Ninym.

« Très bien, alors, » déclara Ninym.

L’adjudant leva la tête ensanglantée et fit un hululement de victoire.

Leurs soldats répondirent par un long cri de guerre alors que les troupes de Marden se taisaient, finalement vaincues.

Les yeux de Ninym glissèrent loin de ça, déplaçant son attention vers les ombres de la montagne. Il y avait là les soldats du quartier général, ceux qui avaient attiré Urgio et ses troupes. Ninym se tourna vers le garçon au centre de tout cela et fit un grand signe de la main.

 

« Tout semble s’être bien passé, Votre Altesse, » déclara Hagal.

« On dirait bien que oui, » répondit Wein.

L’armée de Marden était sortie de sa formation, comme une masse de bébés-araignées. La perte de leur général les avait privés de la volonté de résister plus longtemps.

Bien qu’il ait suggéré l’attaque-surprise, Wein ne s’attendait pas à ce qu’ils réussissent à attirer et à vaincre le chef ennemi.

« Donc je suppose que cette bataille est à peu près décidée ? » déclara Wein.

Hagal hocha la tête. « Parce que leur général a été vaincu derrière la colline, leurs troupes principales de l’autre côté ne savent pas que la guerre est finie. Nous devons rapidement répandre la nouvelle de votre bonne santé et de la mort de leur chef. Une fois que cela sera fait, ils battront en retraite. »

« Compris. Alors, allons-y, » déclara Wein.

« Oui, Votre Altesse, » répondit Hagal.

Les hommes commencèrent à se déplacer sous le commandement de Hagal.

Par la suite, Wein s’était jointe à Ninym et à ses troupes et ils étaient retournés au sommet de la colline, où ils avaient été témoins de la propagation de la nouvelle : le prince était revenu, et le chef de Marden était mort. Cela avait donné du courage aux soldats de Natra et brisé le moral de l’ennemi.

De nombreux commandants d’Urgio ayant été tué et personne étant restés pour les unir, les Marden s’étaient précipités dans le sens opposé et s’étaient enfuis en trombe.

En un peu moins d’une journée, les troupes de Natra avaient remporté cette bataille dans le désert de Polta. Tous les soldats se gonflèrent de triomphe, ivres de l’alcool le plus fort de tous — la gloire.

Enfin, tous sauf un.

Qu’est-ce que je vais faire maintenant… ?

Wein était le seul à penser à l’avenir — et le seul à avoir peur.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire