Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 1 – Chapitre 3

***

Chapitre 3 : Trop d’une bonne chose

***

Chapitre 3 : Trop d’une bonne chose

Partie 1

« Aghhhhhhhhhhhhhhhhh…, » étendu sur son bureau, Wein avait fait tout un spectacle en exhalant le soupir le plus sombre et le plus horrible qu’il pouvait faire.

Ninym se tenait à côté de lui. De retour du champ de bataille, ils ne portaient plus d’armure.

Normalement, elle poussait Wein d’une façon ou d’une autre à faire le travail chaque fois qu’il se laissait aller, mais aujourd’hui c’était différent.

« … Cela pourrait être un problème, » chuchota-t-elle.

Wein n’était pas le seul à froncer les sourcils. Les sourcils de Ninym étaient aussi plissés.

« J’ai enfin compris ce que tu essayais de dire avant mon départ, » chuchota-t-elle.

Tandis qu’il la regardait d’un air interrogateur, elle lui rappela l’autre jour. « Tu m’as dit que ce n’était pas une bonne idée de gagner d’une manière trop écrasante. »

***

« Nous devrions lancer une contre-attaque ! » s’écria un commandant, donnant la parole aux pensées de tous les autres dans la salle de réunion. « Marden nous a attaqués en premier. Maintenant que nous les avons vaincus, leur région orientale est grande ouverte ! On peut s’emparer d’une grande partie de leur territoire ! »

C’était le lendemain de leur victoire décisive dans le désert de Polta. Le conseil de guerre s’était réuni pour décider d’un nouvel objectif et les officiers avaient tous de grandes ambitions.

« Je suis d’accord. Nos soldats n’ont subi que des dommages minimes. Et parce que nous avons gagné en si peu de temps, nous n’allons pas manquer de ressources de sitôt. »

« Nous avons aussi rassemblé les provisions que Marden a laissées derrière lui. L’estomac de nos soldats peut exploser en mangeant trop. »

Le conseil de guerre avait rugi de rire.

Ils étaient tous détendus, étourdis et heureux après leur récent succès. On pourrait même dire qu’ils devenaient arrogants, mais c’était compréhensible : ils étaient considérés comme des parias depuis des décennies. Maintenant, ils se prélassaient dans la victoire et la gloire. Ces officiers n’étaient après tout que des humains.

En plus de cela, ils avaient été sur la défense cette fois-ci, ce qui signifiait que leur victoire n’était pas très belle. La guerre était en grande partie synonyme de gain de territoire ou de biens, il était donc logique qu’ils aient voulu aller de l’avant pour envisager l’invasion.

Cependant, il y avait une personne qui ne partageait pas ce sentiment.

Arrêtez de dire des conneries ! Assis en tête de la table, Wein était d’une humeur tout à fait opposée aux autres. Partir sans un plan solide est beaucoup trop risqué !

Le désert de Polta se trouvait sur leur territoire et ils avaient donc une carte détaillée de la région. Ils pouvaient étudier au préalable comment les routes étaient reliées, le tracé des rivières et des montagnes, le terrain en général et l’emplacement des villes et villages avoisinants. Cette préparation avait facilité leurs avances et leur avait permis de faire des mouvements pour se réapprovisionner.

Cependant, ce ne serait pas le cas à l’intérieur de Marden. Alors que le conseil de guerre était armé d’une simple carte du territoire ennemi, sa précision était à mille lieues de celle de leur propre pays. Ils auraient à faire face à des villages fantômes, à des rivières d’une profondeur infranchissable avec des marées inconnues, à des routes tombées en ruines, etc. Tout cela était du domaine du possible.

Alors qu’un voyageur solitaire pourrait probablement faire le voyage d’une façon ou d’une autre, cela coûterait trop de temps et d’efforts à un groupe de milliers de personnes de faire un mauvais virage. Sans parler du fait que s’ils ne faisaient pas assez de progrès, leur moral chuterait. Il était très probable que leurs missions de réapprovisionnement soient retardées ou que leurs ressources soient complètement épuisées. Pendant ce temps, l’armée de Marden aurait des troupes fraîches et bien équipées prêtes à partir. C’était une mauvaise idée.

Mais je ne peux pas dire ça !

S’il y avait eu des pertes évidentes des deux côtés lors de la dernière bataille, les commandants auraient facilement accepté la demande de Wein. Mais il aurait l’air de ne rien savoir de l’art de la guerre s’il suggérait une action conservatrice maintenant. Il n’y avait aucun doute que leur loyauté s’effondrerait comme une avalanche. Prochain arrêt : le coup d’État.

Il faut que quelqu’un d’autre les arrête… !

Il était désespéré, mais il ne pouvait pas laisser Ninym le faire. Même maintenant, elle était juste derrière lui pour prendre des notes, mais elle n’était que son assistante, après tout. Bien qu’il l’ait temporairement mise à la tête de ses subordonnés, ce dont il avait besoin en ce moment, c’était d’un terrain de jeu totalement différent. Et elle n’avait pas le pouvoir de parler ici.

Il ne restait donc qu’un seul candidat. Wein regarda Raklum assis à quelques sièges. Raklum ! Hé, Raklum ! Il avait fait de son mieux pour communiquer avec de la télépathie.

Raklum remarqua Wein, qui était sur le point de le percer d’un trou en le fixant si intensément. Il avait répondu par un regard : Oui, qu’est-ce qu’il y a ?

Wein avait supplié avec ses yeux. Ce conseil de guerre est sur une mauvaise voie. Sautez dedans et calmez-les d’une façon ou d’une autre ! lui dirent ses yeux.

… Je vois. S’il vous plaît, considérez que le message est reçu, Votre Altesse, les yeux de Raklum lui avaient répondu.

Heureusement, Raklum savait lire dans les pensées.

« Commandant Raklum, pouvons-nous vous demander votre avis ? »

Je vous en supplie ! Les yeux de Wein crièrent silencieusement.

S’il vous plaît, laissez-moi faire, lui rassura les yeux de Raklum. Il fit un petit signe de tête et parla. « Pas le temps de se reposer. Nous n’avons pas d’autre choix que d’attaquer immédiatement ! »

Ce n’est pas le bon cap, espèce d’imbécile !

Wein avait taclé mentalement Raklum.

Qu’est-ce que vous foutez de leur côté !? Arrêtez de me sourire ! Mon Dieu, je jure que je peux entendre vos pensées. « Je l’ai fait, Votre Altesse ! » Je vais réduire votre prochain salaire, espèce de minable !

Les officiers avaient tous la volonté de faire une invasion. Même si Wein s’y opposait, il n’y avait aucun moyen de l’inverser. Non, ce n’était absolument pas une option. Mais il y avait une autre approche.

Je ne voulais pas avoir à faire ça, mais pas la peine de me plaindre maintenant !

« Tout le monde, je comprends vos opinions, » affirma Wein.

Les officiers dans la pièce avaient arrêté de bouger. L’air qui tourbillonnait un instant auparavant était maintenant calme. Tous les regards s’étaient tournés vers lui.

« Hagal, » cria Wein au vieil homme assis à côté de lui. « Maintenant que nous avons gagné, vous comprenez comment tout le monde peut pousser pour exploiter cette opportunité. Mais comme je n’ai pas d’expérience, il m’est difficile de déterminer si nous devons aller de l’avant malgré l’absence d’un plan définitif ou si ce sera finalement un trop lourd fardeau pour les soldats. Je veux entendre votre opinion professionnelle. »

« Compris…, » Hagal hocha la tête avec révérence. « Notre endurance s’amenuise trop vite. Une fois que le goût persistant de la victoire aura disparu, nos hommes se sentiront fatigués. Quand cela se produira, ils seront toujours capables de rentrer chez eux, mais leurs genoux lâcheront si nous leur ordonnons d’organiser immédiatement une invasion, surtout si elle n’a pas de but réel. »

« Hmph… »

« Ngh... »

Des regards de mécontentement aigre apparurent sur les visages des commandants, un par un. Après tout, quelqu’un venait d’arrêter leur nouveau plan excitant dès le départ. Mais ils savaient qu’il ne fallait pas défier Hagal, qui avait beaucoup plus d’expérience sur le champ de bataille qu’eux.

Tout va bien jusqu’à présent — !

Wein pouvait sentir que les officiers commençaient à hésiter et il avait introduit une nouvelle question pour appuyer son cas. « Eh bien alors, devrions-nous envisager de nous retirer ? »

Ça aurait été bien si Hagal l’avait dit, mais c’était peu probable. Et comme Wein l’avait prédit, le vieil homme secoua la tête.

« Il ne fait aucun doute que c’est une occasion en or. Nous serions idiots de le laisser passer… Cela dit, nous ne pouvons pas envahir sans un but ou sans stratégie. Il est de la plus haute importance que nous comprenions parfaitement les limites physiques et mentales de nos soldats, puis que nous nous concentrions sur une cible claire, » déclara Hagal.

« … Des objections ? » demanda Wein.

Les commandants n’avaient rien dit.

« Excellent. J’ai une proposition qui découle de l’opinion de Hagal, » à travers les yeux plissés, il examina attentivement la carte étalée sur la table. « Comme vous le savez, cette région n’est dans tous les cas pas “bénie” par grand-chose. Mais nous pouvons dire exactement la même chose de Marden dans son ensemble. En fait, l’est de Marden a très peu de lieux de valeur stratégique. D’après notre force militaire, s’il y a un endroit qui vaut la peine d’être pris d’assaut — . »

Il avait désigné une tache sur la carte : les montagnes orientales de Marden. Il n’avait jamais eu beaucoup de valeur jusqu’à ces dernières années, quand il était devenu l’un de leurs actifs les plus précieux.

« C’est la mine d’or de Jilaat. Si on doit viser quelque chose, c’est ça, » déclara Wein.

Une forte agitation avait déchiré la pièce. Tout le monde se tourna vers lui avec des expressions extérieurement confuses, mais à l’intérieur, Wein avait souri de ce renversement de situation à 180 degrés.

C’est ça. C’est la réaction que j’attendais. Peu importe la façon dont vous vous y prenez, il est totalement illogique de s’en prendre à la mine d’or !

Ce n’était pas exagéré d’appeler la mine d’or un trésor national. En fait, elle aurait pu être plus importante que la capitale royale. Wein n’avait pas fait de recherches approfondies, mais il n’y avait aucun doute quant aux mesures de sécurité strictes que Marden avait dû mettre en place. Accepter une proposition d’attaquer la mine obligerait l’armée de Natra à envahir un endroit sans disposer d’informations suffisantes — tout en continuant d’être secouée par les séquelles de la dernière bataille. Peu importait si c’était théoriquement une bonne décision stratégique. Une telle attaque était le comble de l’imprudence, du gaspillage et de l’impulsivité.

Bien sûr, Wein savait tout ça. Il avait évoqué ce plan pour amener son auditoire à considérer le fait que l’avance elle-même pourrait être dénuée de sens.

Les officiers pensaient à quelque chose dans ce sens :

La mine d’or est impossible. Si on veut attaquer, il faut que ce soit ailleurs. Mais où ? Y a-t-il d’autres endroits dans le secteur est qui ont autant de valeur ?

Non, non. Non, il n’y en a pas. Il n’y a que la mine d’or.

Après cette grande suggestion, les alternatives avaient pâli en comparaison. Même s’ils réussissaient à s’emparer d’un petit fort ou d’un village, ne serait-ce pas sans valeur par rapport à une mine d’or ? Lorsqu’ils s’en étaient rendu compte, Wein avait su que cela dégonflerait ses commandants de leur empressement à envahir.

Cela va diminuer un peu leur opinion de moi, mais ce n’est pas si illogique qu’ils ne peuvent pas me pardonner d’avoir fait cette erreur ! C’est un prix que je suis prêt à payer — tant que nous nous retirons.

Tout se déroulait comme prévu. Dans son esprit, Wein prenait déjà la pose de la victoire.

« … Votre Altesse, » s’interposa l’un des officiers avec un regard sévère. Wein soupçonnait qu’il se creusait la tête, essayant de trouver un moyen de convaincre Wein que son plan était ridiculement imprudent. Ne voulant pas que son subordonné perde la face, Wein avait réfléchi à la meilleure façon de paraître très impressionné par l’avertissement inévitable de l’officier pour son plan insensé quand — . « Je suis émerveillé par votre intelligence. »

« Hein ? » Wein cligna des yeux, surpris par ces mots complètement inattendus.

« La mine d’or de Jilaat… Oui, c’est exactement ce que dit Son Altesse. Nous devrions en faire notre objectif, » avait convenu un autre.

« Je dois dire que je suis tout à fait étonné de penser que Son Altesse a compris que nous avions secrètement prévu de prendre la mine d’or de Jilaat depuis des lustres ! » confessa un autre.

« Hein ? »

« Selon les derniers rapports, la mine d’or est dans un état vulnérable. Il y a moins d’un millier de soldats stationnés là-bas. Nous sommes déjà en train de vérifier la route que les troupes prendront. »

« Il n’y a pas de certitude en temps de guerre, mais ça vaut le risque. »

« Pendant que nous célébrions notre victoire, Son Altesse a eu le bon sens d’évaluer la faisabilité réelle de la mise en œuvre d’un plan. En tant que vassal, je suis humilié. »

« Continuez, Votre Altesse. Donnez-nous l’ordre de marcher ! »

« Allons attaquer la mine d’or de Jilaat ! »

« Vive le prince ! »

« Vive le prince ! »

« Vive le prince ! »

« … »

… Ninym, à l’aide.

Elle avait souri calmement. Désolée, je ne peux pas.

Et c’est ainsi que le Royaume de Natra décida de lancer une attaque contre Marden.

***

Partie 2

« Nous aurions pu les arrêter si nous avions gagné par une victoire moins qu’écrasante…, » Wein avait gémi.

« Si j’avais pu capturer le chef ennemi au lieu de le tuer, nous aurions pu avoir des discussions d’après-guerre ou demander un moyen de concilier nos différends… Je suis désolée, Wein, » elle s’était excusée.

« Mais en vérité, il a rejeté ton offre de capitulation, n’est-ce pas ? Ne t’inquiète pas pour ça, » déclara Wein.

« … Tu as raison, » déclara Ninym.

« Le vrai problème, c’est la prochaine étape. D’abord, nous nous assurons que les renseignements sur la mine d’or ne sont pas un stratagème, » avait-il commencé.

« Et puis, il faut revoir nos lignes d’approvisionnement et il nous faut maintenir le moral des soldats du mieux que nous le pouvons, » avait-elle poursuivi.

« Dans la grande finale, on vole la mine d’or avant que Marden ait une chance de nous arrêter, » annonça Wein.

Plus facile à dire qu’à faire.

Même s’ils avaient pris les mesures qui s’imposaient, il s’agissait de leur deuxième bataille consécutive. Ils trébucheraient à un moment donné. Mais cela pourrait donner à chacun une dose de réalité et être une raison suffisante pour se retirer. Du moins, c’était la ligne de pensée de Wein, et Ninym était sur la même longueur d’onde.

— Ou c’était censé être le plan.

« On a fini par le capturer, hein ? » demanda Wein.

« En effet, nous l’avons fait, » déclara Ninym.

Les deux individus avaient tourné la tête pour regarder par la fenêtre.

Sur fond d’étoiles scintillantes, une grande ombre perçait le ciel : la mine d’or de Jilaat. C’était la principale source de revenus de Marden, mais maintenant elle était occupée par Natra. Ninym et Wein se trouvaient actuellement dans une pièce d’une résidence au pied de la mine.

« … Je n’avais aucune idée que les gardes seraient des mauviettes, » avait-il déclaré.

« Ils étaient étonnamment faibles… Ils se sont enfuis après une attaque mineure, » déclara Ninym.

« Les gens qui dirigent cet endroit ont dû détourner de l’argent de leur budget. Leur roi devrait vraiment surveiller ces choses…, » déclara Ninym.

« Ouais. Cela mis à part, nous devons réfléchir à ce qu’il faut faire ensuite, » déclara Wein.

« Oui, je suppose que oui…, » répondit Ninym.

Ensemble, Wein et Ninym gémissaient devant leur liste croissante de problèmes.

***

Quiconque mentionnait le palais d’Elythro dans le royaume de Marden à qui que ce soit entendrait la même chose : il avait été construit comme la volonté physique de démontrer la richesse nouvellement découverte de Marden.

Le roi Fyshtarre était si heureux de ces revenus supplémentaires qu’il fit construire le palais par les artisans les plus renommés à partir des matériaux les plus luxueux du monde. Il versa généreusement une rivière d’argent dans sa construction. Tout le monde s’attendait à ce que ce soit un palais magnifique, destiné à entrer dans l’histoire.

Malheureusement, il y avait une pomme pourrie mélangée dans ce groupe d’artisans, de ressources et de fonds de premier ordre. C’était l’anomalie désespérée d’un roi de troisième ordre.

On disait que tout le monde avait au moins un bon trait de caractère. C’était encore un mystère de savoir lequel des traits du roi Fyshtarre pouvait être considéré comme « bon », mais comme cet incident allait le montrer, il n’avait pas menti en ce qui concerne les arts.

Avec son autorité politique absolue, le roi avait transformé ses connaissances d’amateur en architecture — aussi inexistante qu’une vieille pièce de monnaie qui s’effrite — et de l’esthétique douteuse en un plan directeur qu’il avait fièrement lancé aux artisans responsables.

Les artisans avaient pris ses dessins d’une simplicité enfantine et avaient combiné toute leur habileté et leur persuasion pour faire changer d’avis le roi. Ils avaient au moins réussi à le transformer en quelque chose de présentable. Et même s’ils n’étaient pas nécessairement fiers du résultat final, ils avaient certainement prouvé leur talent à leurs pairs.

Cela dit, même les artistes les plus talentueux avaient une limite à ce qu’ils pouvaient accomplir. L’aménagement final avait rendu les allées et venues difficiles, l’aménagement intérieur était terriblement inadapté et l’ameublement manquait généralement d’uniformité. N’importe qui, même avec la plus petite intelligence, pouvait dire qu’il manquait à la fois de fonctionnalités et d’esthétique.

La seule grâce salvatrice était que le roi Fyshtarre n’était pas l’outil le plus pointu de la remise et que ses serviteurs étaient assez sages pour ne pas signaler ces carences. C’était un roi sans vêtements, allongé sur son trône gargantuesque à l’intérieur de son palais parfait, qui était fier et inconscient de la réalité.

Mais cette scène paisible disparaîtra quelques jours plus tard.

« C’est mauvais, oh, quel désordre…, » murmura une voix dans le couloir.

Tout le monde était d’accord pour dire que le couloir ouest du palais Elythro était inutilement long. Par ce chemin excessivement long, un homme dans la fleur de l’âge se dépêchait d’avancer à toute allure.

Il était rond. Genre, un rond à la mode. Ses jambes étaient courtes, et ses bras aussi. Son visage était rond, son ventre était rond, et il avait l’air de rouler gentiment si vous le frappiez.

Il s’appelait Jiva. C’était un diplomate du royaume de Marden et l’un des rares diplomates du pays à avoir été engagé de longue date.

« Je dois me dépêcher… ! » Marmonnant encore et encore, Jiva arriva enfin dans la salle de réception avec un visage pâle.

L’ensemble de la pièce avait été conçu de manière complexe — depuis les coins des murs jusqu’aux ombres des piliers. C’était clairement extravagant, même selon les normes du Palais Elythro. Et bien sûr, c’était la pièce préférée du roi Fyshtarre, ce qui signifiait que c’est là qu’ils tenaient toutes leurs réunions matinales. La réunion d’urgence de ce jour n’était pas différente.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? » rugit une voix qui résonnait dans la salle et paralysait ceux qu’elle atteignait. « Ces insectes de Natra ont volé la mine d’or de Jilaat ! »

Une longue table était dressée au centre de la pièce, où les principaux vassaux de Marden se rassemblaient autour d’elle. Au milieu, le roi de Marden, Fyshtarre, était rouge comme une betterave, se moquant d’eux. Il était incroyablement obèse. Le physique de Jiva était peut-être classique dans sa famille, mais le roi était gros parce qu’il avait retiré le mot modération de son vocabulaire.

À l’heure actuelle, tout ce qui se trouvait dans son champ de vision avait le potentiel de devenir la prochaine cible de sa rage. L’apparence de Jiva démentait une habileté qu’il utilisait à bon escient : il continua à travers les ombres des piliers et s’agenouilla derrière la chaise de quelqu’un.

« Maître Midan, désolé je suis en retard… ! » murmura Jiva.

Cet homme âgé s’appelait Midan, le ministre des Affaires étrangères. En d’autres termes, le supérieur de Jiva.

« Jiva, vous devriez être très occupée pour être en retard, » murmura Midan.

« Je suis terriblement désolé. Ma rencontre avec l’ambassadeur a été longue, » déclara Jiva, lui aussi, en murmurant.

« Hmph. Vous avez entendu, n’est-ce pas ? »

« Oui…, » répliqua Jiva.

« Bien. Reculez pour l’instant. »

Suivant ses ordres, Jiva s’inclina et se plaça dans un coin de la salle.

Curieusement, la voix suivante qui avait résonné dans la salle n’était pas celle du roi Fyshtarre.

« Mon roi, votre colère est justifiée. »

C’était la voix de l’homme assis près du roi Fyshtarre — Holonyeh. Il aurait peut-être été difficile d’imaginer, vu son dos courbé, son corps flétri et son sourire étrange et tordu, mais il était le ministre des Finances.

Tss, traître… Jiva avait mentalement fait claquer sa langue.

Chaque fois que le ministre ouvrait la bouche, il dégageait un dégoût qui n’affectait pas seulement Jiva. En fait, les visages de la plupart des personnes présentes dans la pièce s’étaient aigris et froissés.

« À ce rythme, la situation ne fera que se détériorer… Nous devons rapidement élaborer des plans sur la manière d’y faire face, » déclara Holonyeh.

« C’est une chose assez importante à dire, » Midan avait pris la parole. « Seigneur Holonyeh, la gestion de la mine d’or, y compris sa sécurité, vous a été entièrement confiée. Il ne vous semble guère approprié de faire de telles remarques, surtout après qu’on nous ait volé une ressource cruciale… Avez-vous l’intention d’occulter votre responsabilité dans ce qui s’est passé ? »

La lueur décourageante dans les yeux de Midan aurait arrêté les plus jeunes et les moins expérimentés dans leur lancée. Il n’était pas prêt à pardonner à ceux qui essayaient de se tirer d’affaire en douceur. Mais Holonyeh était tout aussi formidable et pas du tout troublé.

« Il serait faux de dire qu’elle a été volée sans combat, Seigneur Midan. Selon les rapports, chacun des gardes a vaillamment accepté le défi de Natra et a rempli son devoir, » répondit Holonyeh.

« Alors comment a-t-elle été volée ? » demanda Midan.

Holonyeh avait fait un sourire étrange. « Oui, mais hélas, si seulement le général Urgio n’avait pas été vaincu aussi facilement. Cela ne serait pas arrivé dans ce cas, » il avait changé de rythme et de sujet et il fait semblant d’être ignorant. « Maintenant que j’y pense, je crois que les vraies Mahdia sont celles qui nomment les généraux. Vous savez, je pense que c’est eux qui ont recommandé le général Urgio. Honnêtement, ceux qui ne sont bons à rien causent toujours des ennuis aux autres. N’êtes-vous pas d’accord ? »

« Pourquoi vous… ? »

Pour expliquer un peu la situation, les vassaux et serviteurs actuels de Marden étaient issus de deux factions différentes.

La première était la faction de Mahdia, celle auquel Jiva appartenait — les gens nés à Marden, élevés à Marden, et choisis pour servir Marden. Bien sûr, la discorde interne était présente au sein du groupe, mais dans l’ensemble, ils étaient inflexibles et loyaux envers leur royaume.

La deuxième faction était la faction de Stella. Ils sont nés ailleurs, mais on leur avait permis d’occuper des postes de pouvoir en raison de leurs compétences et de leurs talents. Dans l’ensemble, leur loyauté envers la nation était faible, car ils étaient pour la plupart attirés dans le pays en raison d’un salaire élevé.

Ces dernières années, les frictions entre les deux groupes étaient devenues de plus en plus malveillantes. Avant cela, le nombre de Stella était trop faible pour qu’ils puissent s’organiser en faction.

Quant à la cause de ce changement rapide — en fait, c’était la découverte de la mine d’or. Depuis lors, le palais royal avait été dans le chaos. Jusque-là, Marden était un petit pays pauvre et insignifiant. Ils s’étaient habitués à se débrouiller avec des fonds limités, mais la déesse de la chance leur avait rendu une visite inattendue. Pas une seule personne n’avait compris pourquoi.

C’était à peu près au même moment qu’un groupe de bureaucrates étrangers aux yeux acérés était apparu, avec Holonyeh à leur tête. Ils avaient fait profiter le roi Fyshtarre de leur expérience et de leur succès dans la gestion des affaires gouvernementales dans d’autres pays, en lui disant qu’ils pouvaient faire bon usage de sa soudaine manne financière.

Mais ces vieux renards rusés étaient plus doués pour déclencher des conflits politiques, et il était plus que facile de duper ce rustaud de névrosé de roi. Il avait nommé chacun de ces nouveaux venus à un poste de haut rang, un par un, et ils avaient exercé leur pouvoir à leur plein potentiel. Leur gestion de la mine d’or avait maximisé les profits et avait tellement plu au roi Fyshtarre qu’il avait mis encore plus d’étrangers en position de pouvoir.

Bien sûr, cela n’amusait pas du tout ceux de Mahdia, car l’influence de la Stella grandissait de plus en plus chaque jour.

Pour les Stella, les autres étaient une horreur, accordant une trop grande importance au fait d’être nés au pays. Ainsi, leurs combats de faction avaient déjà dépassé le point de non-retour.

« Oh, pourquoi a-t-on dû laisser la faction Mahdia agir à ce moment-là ? » Holonyeh avait continué. « Rien de tout ça ne serait arrivé si on avait laissé ça au général Draghwood, n’est-ce pas ? De mon point de vue en tant que fidèle serviteur et patriote de Marden, ce n’est rien de moins qu’une honte. »

« Vous dites que vous êtes l’un des “fidèles serviteurs” de la nation ? » demanda Midan.

« Bien sûr que oui. Je suis fier de dire qu’il n’y a personne avec plus de respect et d’affection pour notre roi et notre pays que moi, » déclara Holonyeh.

En décidant d’envoyer des troupes à Natra, les deux factions s’étaient amèrement opposées pour savoir qui était le mieux placé pour diriger : Urgio le Mahdia ou Draghwood le Stella. En fin de compte, c’était la faction de Mahdia qui avait pris le poste, mais il semblait maintenant que cela s’était retourné contre lui.

C’est tellement stupide. Jiva soupira intérieurement.

Bien qu’il fût l’un des Mahdia, il se tenait à l’écart de toute querelle politique. Cela le dégoûtait de voir que tout le monde était prêt à faire fi de l’intérêt supérieur du pays au profit de sa propre faction.

« Assez de ces jappements inutiles ! » s’exclama Fyshtarre pour mettre fin à l’affrontement entre Holonyeh et Midan. « Je déchiquetterai tous les déserteurs qui sont rentrés chez eux en courant sans vergogne de mes deux mains. Mais pour l’instant, nous nous concentrons sur la mine d’or. Holonyeh, vous avez un plan, n’est-ce pas ? »

« Oui, bien sûr. Ce n’est pas un grand plan. Nous avons perdu la bataille à cause de la folie personnelle du général Urgio. Je crois qu’il vaut mieux laisser la prochaine bataille au général Draghwood, » déclara Fyshtarre.

« Attendez, » Midan avait immédiatement coupé dans la discussion. « C’est vrai que le général Urgio a sous-estimé Natra, ce qui a conduit à notre chute. Mais n’est-il pas imprudent de supposer qu’un simple changement de direction résoudra tous nos problèmes ? Surtout si les soldats ennemis décident de se terrer dans la mine, une force de taille moyenne ne sera pas — . »

« Dans ce cas, préparons trois fois plus de soldats que la dernière bataille. Ça devrait suffire à les écraser, » déclara Holonyeh.

« Espèce d’imbécile ! Ce serait négliger nos frontières ! Vous ne pouviez pas être si inconscient que vous n’avez pas réalisé que Kavalinu nous visait de l’autre côté ! » s’écria Midan.

« C’est précisément pour cela. La mine d’or est de la plus haute importance pour notre pays. Nous nous affaiblirons si nous passons trop de temps à la récupérer, ce qui facilitera d’autant plus la tâche de Kavalinu pour nous attaquer. Nous n’avons pas d’autre choix que de la reprendre immédiatement, avant que les pays voisins n’aient la possibilité de s’impliquer… Sauf si vous avez un autre plan, Seigneur Midan ? » demanda Holonyeh.

Midan détourna le regard et se tourna vers Fyshtarre avec une proposition. « Votre Majesté, je crois que nous devrions envisager une solution diplomatique avec Natra. »

« … Vous me suggérez de m’asseoir avec ces chiens insolents et envahisseurs ? » Le visage de Fyshtarre s’était obscurci.

Midan poursuivit avec audace. « D’abord, il nous faudra du temps pour simplement mobiliser une force importante. Même une fois la mobilisation terminée, il n’est pas certain que nous serons en mesure de reprendre immédiatement la mine. Si nous prolongeons notre guerre contre Natra, nos ressources s’épuiseront, ce qui créera une opportunité pour nos voisins de nous frapper. En parlant avec Natra et en négociant avec elle pour récupérer la mine, nous parviendrons à une solution beaucoup plus rapide et sécuritaire… »

« C’est vous qui êtes insensé, » se moqua Holonyeh. « Quiconque connaît la valeur de cette mine d’or n’oserait pas la laisser partir. »

« … En possédant la mine, Natra deviendra la cible d’autres pays. De plus, Natra devra gérer les fonctions quotidiennes de la mine pour avoir l’espoir d’en tirer de la valeur, ce qui est au-delà des capacités d’un petit pays aux ressources humaines limitées. Même vous, vous vous en rendez compte, n’est-ce pas ? » demanda Midan.

« Hmph…, » Holonyeh hésita un peu, mais il secoua rapidement la tête. « Mais même si Natra est d’accord, leur prix sera proportionnel à la valeur de la mine, non ? »

« Il devrait y avoir une marge de négociation… Votre Majesté, laissez-moi m’en occuper, » déclara Midan.

Après avoir entendu les propositions de ses deux vassaux, Fyshtarre ferma les yeux, considérant sérieusement ses deux options. Il avait ensuite déplacé ses yeux sur Holonyeh.

« … Holonyeh, appelez le général Draghwood. Nous rassemblerons des soldats pour lancer une attaque, » déclara Fyshtarre.

« Oui, Votre Majesté, » répondit Holonyeh.

« Votre Majesté… ! » supplia Midan.

Le roi jeta un coup d’œil superficiel à Midan, qui refusait toujours de reculer. « Si vous voulez tellement en discuter avec eux, allez-y et prouvez-le-moi… Vous avez jusqu’au moment où mes troupes partiront pour trouver une solution diplomatique. »

« … Sire ! » déclara Midan.

Après qu’ils eurent pris le temps de régler les détails, la séance avait été ajournée. Alors que les nobles sortaient de la salle, Jiva s’agenouilla aux côtés de Midan.

« Vous étiez au courant, n’est-ce pas, Jiva ? » demanda Midan.

« Oui, » répondit Jiva.

« Commencez à recueillir des informations et dirigez-vous vers la mine d’or. Qu’ils nous le rendent quoiqu’il arrive. Nous devons éviter tout ce qui pourrait discréditer la Mahdia, » déclara Midan.

« … »

« Jiva ? » demanda Midan.

« … Compris. Je vais m’en occuper, » déclara Jiva.

Il va sans dire qu’il avait ses propres idées sur la question, mais cela faisait partie de son travail. De plus, même lui avait convenu qu’il serait trop risqué de mobiliser une si grande armée.

Mais qu’est-ce que je peux faire en si peu de temps… ?

Mais Jiva s’était mis à sa tâche alors même qu’il sentait l’anxiété remplir sa poitrine et l’alourdir.

***

Partie 3

Ninym Ralei s’était levée tôt de son lit. Ça faisait partie de sa routine matinale de se réveiller à l’aube. Après tout, elle vivait à une époque où la lumière du jour était trop précieuse pour être gaspillée.

De plus, elle participait à une expédition militaire et devait éviter de gaspiller l’huile des lampes et des bougies. C’est pourquoi commencer à travailler au lever du soleil était la solution la plus optimale.

Mais la toute première chose qu’elle avait faite avait été de se purifier.

« … Pfff. »

Cela faisait une semaine que Natra avait repris la mine d’or de Jilaat.

Les forces de Natra avaient remis au travail les anciens directeurs de la mine et s’étaient familiarisées avec l’agencement de leur quartier général temporaire, ce qui leur avait finalement permis de mettre leurs affaires à jour. Enfin, elle pouvait prendre le temps de se doucher.

Vu qu’elle était là, elle avait utilisé le terme « prendre une douche » assez généreusement. Elle ne pouvait pas se tremper dans l’eau chaude ou tamponner de l’huile parfumée sur sa peau. En tant que femme, elle ressentait un vif désir pour un peu plus de luxe qui répondait à ses désirs, mais en tant qu’assistante sensée, elle l’avait chassée et l’avait tenue à distance.

Alors, je ferais mieux d’aller le réveiller.

En sortant de la baignoire, elle s’était asséchée et s’était habillée avant de continuer le long du couloir pour se diriger vers la chambre de Wein.

« Mademoiselle l’Assistante. Je vois que vous êtes encore debout tôt, » deux gardes se tenaient devant sa porte.

« Je ne peux pas trop dormir, ou Son Altesse le fera aussi. Quelque chose à signaler pendant que vous étiez de garde ? » demanda Ninym.

« Rien à signaler. Tout a été calme, » répondit le premier garde.

« Très bien. Repos. »

Les gardes s’éloignèrent de la porte, laissant entrer Ninym dans la chambre du prince.

C’était modeste. Le jour où leurs forces s’étaient emparées de cet endroit, l’armée s’était approprié tout ce qui avait de la valeur dans le bâtiment. Les propriétaires d’origine avaient emporté la plupart des objets de valeur pendant leur fuite, de sorte que l’armée n’avait pas rassemblé grand-chose. Mais au-delà des possessions matérielles, cette pièce contenait la deuxième chose la plus précieuse du royaume de Natra.

C’était Wein Salema Arbalest, dormant sur le lit.

« … Wein, » lui souffla-t-elle dans l’oreille.

Il ne voulait pas se réveiller. Elle le savait bien. Il adorait dormir —, et il méprisait le fait de se lever. Si elle le laissait faire, il dormirait, mort comme une bûche, jusqu’au milieu de la journée. Il ne se réveillait que quand le soleil brillait un peu trop fort à travers ses fenêtres.

Pour l’instant, le mieux qu’elle puisse faire, c’était d’ouvrir les rideaux, de laisser entrer la lumière et de lui murmurer joyeusement à l’oreille. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il sortait de sa couverture chaude en rampant de façon grognon.

Mais ce n’était pas son premier plan d’action. Elle posa ses mains sur son menton près de son oreiller et fixa son visage endormi. De temps en temps, elle regardait Wein dormir — c’était son moment d’indulgence.

« Mnn... Hrnnm. »

Il gémissait, grognant en laissant sortir des bruits incompréhensibles de l’arrière de sa gorge. De quoi pourrait-il rêver ? Il avait l’air trop paisible pour être pris dans un cauchemar.

Pourrait-il rêver de moi ?

Elle n’avait aucun moyen de le savoir, mais cette seule pensée la rendait heureuse.

Je crois que je vais faire les mets préférés de Wein pour le petit-déjeuner d’aujourd’hui.

Ici, à Marden, ils n’avaient pas le luxe d’avoir des chefs cuisiniers ou un service de repas à plein temps, ce qui laissait à Ninym la charge de préparer tous ses repas. Ses talents culinaires et les ingrédients à disposition ne correspondaient pas tout à fait à ceux du palais, mais vu les circonstances, les plats étaient relativement élaborés, comme cela devrait l’être. Après tout, c’était pour le prince héritier.

Se réjouissant de ces pensées, elle entendit Wein parler dans son sommeil alors qu’il lui faisait un sourire détendu. Elle avait capté quelques-uns de ses mots confus. « Des seins… si gros… si gonflés… si rebondissants… »

« … » Ninym tapota sa propre poitrine.

Eh bien, ils ne pourraient certainement pas être appelés « rebondissants », peu importe comment on tournait son imagination. Elle avait fait une note mentale pour lui donner un petit-déjeuner complet de ses choses les moins aimées.

Dans l’espoir de calmer sa rage, elle regarda de nouveau son visage endormi.

Son visage a l’air… plus viril d’une façon ou d’une autre. Elle joua avec sa frange. Il grandit de plus en plus. On était de la même taille quand on était des enfants, mais il est devenu plus grand que moi avant même que je m’en rende compte. Il est très épanoui, lui aussi.

Pour sa part, il y avait une possibilité que sa propre poussée de croissance soit à sa fin. Ses traits et son corps avaient pris leur forme féminine, acquérant juste une touche de rondeur. Mais ne parlons pas de ses seins pour l’instant.

La relation entre les deux individus n’avait pas changé depuis l’enfance. À l’époque, ils s’agrippaient soudainement les épaules et se rapprochaient l’un de l’autre, exposaient librement leur poitrine et s’engageaient dans des discussions sur les seins. Le fait qu’ils soient de sexe opposé n’avait jamais eu d’importance.

 

 

Parfois, elle était heureuse de maintenir cette intimité, mais parfois, elle n’arrivait pas à dissiper ses doutes et ses craintes. Quelle que soit l’émotion, Wein lui avait fait battre fortement son cœur chaque fois, bien qu’elle ait appris à le cacher habilement sous son apparence froide. Mais elle se demandait s’il s’en rendrait compte. Cela semblait improbable.

Ou bien il l’avait peut-être déjà remarqué et avait agi de cette façon exprès.

Elle l’avait maudit et avait envisagé de dessiner quelque chose sur son visage pendant une seconde. Mais elle secoua rapidement la tête.

… Je dois le réveiller bientôt.

Elle s’était éloignée de lui et s’était approchée des rideaux en faisant semblant d’être entrée dans la pièce à l’instant. La lumière se répandit à l’intérieur, l’obligeant à remuer légèrement.

« Wein, réveille-toi. C’est le matin, » annonça-t-elle, sachant qu’elle ne l’aurait plus pour elle seule. Il n’était à elle qu’à la croisée des chemins entre le jour et la nuit.

***

« Maintenant que c’est la nôtre, utilisons la mine autant que possible, » conclut Wein en regardant par la fenêtre de son bureau.

« Es-tu sûr de toi ? Même s’ils se battront pour ça ? » Ninym se tenait à côté de lui, exprimant ses inquiétudes.

La mine d’or pouvait fonctionner seule. Les mineurs et leurs familles vivaient sur place. En plus de la confusion initiale au sujet de l’occupation militaire de Natra, les troupes avaient fait en sorte que la paix et l’ordre reviennent rapidement. Il ne serait pas trop difficile de les convaincre de coopérer.

Bien sûr, Marden viendrait reprendre la mine dès que leurs soldats seraient prêts à se battre. Cette mine d’or était si vitale. Si la nouvelle armée améliorée de Marden y mettait toute son énergie, elle pourrait sans aucun doute faire de sérieux dégâts. Mais Wein l’avait déjà inclus dans ses calculs.

« Ils ont perdu. C’est une affaire conclue. Si je la rendais maintenant, le moral et la confiance en moi, en tant que leader, s’effondreraient, » déclara Wein.

Ninym ne pouvait pas contester ça. « Dans ce cas, nous devrons empêcher Marden de la voler après ça. »

« D’abord, nous apprenons à connaître le terrain. Nous avons déjà fait des reconnaissances de base, mais ce n’est pas assez. On doit connaître la mine à fond, » déclara Wein.

« Je sais que c’était un peu inévitable, mais c’est dommage que nous n’ayons pu trouver aucun document ou information, » déclara Ninym.

Les gardes de la mine s’étaient retirés assez rapidement, mais ils avaient soit brûlé, soit pris la fuite avec presque tous les dossiers ou documents relatifs à la mine. Ça devait être leur plan de secours en cas de crise et de capitulation.

« Excusez-moi. » On avait soudainement frappé à la porte. Raklum était arrivé à ce moment. « Votre Altesse, j’ai des rapports sur l’avancement d’un certain nombre d’enquêtes. »

« Bon travail. On reprend depuis le début, » déclara Wein.

« Oui, Sire. Grâce à votre soutien, dans l’ensemble, notre relation avec les résidents s’améliore. Nous avons distribué de la nourriture et nous sommes en train d’aider à construire des maisons convenables, » déclara Raklum.

« C’est normal, surtout si l’on considère la façon dont ils ont été traités avant notre arrivée », avait déclaré Ninym. Sa façon de parler changea instantanément dès que Raklum entra dans la pièce.

L’armée de Natra avait chassé la garnison de Marden pour prendre le contrôle de la mine d’or. Bien sûr, la mine était dotée d’un quartier résidentiel pour les mineurs et leurs familles. Ce qu’ils avaient trouvé là-bas, c’était des huttes délabrées, entassées les unes contre les autres, et des gens mal nourris à l’intérieur. Il était évident qu’il s’agissait soit d’esclaves, échangés contre de l’argent pour un faible coût, soit de délinquants qui avaient été envoyés là-bas pour faire des travaux forcés. Il y avait même des gens qui étaient complètement innocents de tout crime et qui avaient été jetés selon les caprices de ceux qui étaient au pouvoir.

Le travail dans les mines d’or était notoirement intense. Et bien sûr, il n’y avait pas de nourriture digne de ce nom. Supposer qu’il y avait quelque chose de proche d’un médecin était absurde. Les maisons étaient des tas de ferraille qui avaient été bricolés ensemble, et la plupart des ouvriers seraient morts après quelques années. Apprenant leur sort, Wein s’assura que de la nourriture de bonne qualité leur soit distribuée et il demanda aux soldats de leur construire des abris simples, mais fonctionnels. C’était quand même luxueux par rapport à avant. Les habitants des mines avaient unanimement exprimé leur reconnaissance.

Ça faisait partie de ses plans. Bien sûr, ils consommaient plus de ressources, mais la coopération des résidents était essentielle pour extraire l’or. Il serait imprudent de leur donner des raisons de se révolter alors qu’un affrontement avec les Mardens se profilait à l’horizon.

De plus, ce genre d’inefficacité est un énorme gaspillage.

La mort signifiait une perte non seulement de main-d’œuvre, mais aussi de connaissances et d’expérience. Le fait de considérer les mineurs comme étant sans importance et de les laisser mourir sans raison avait sans aucun doute nui à l’industrie minière.

« Comment avance la carte ? » demanda Wein.

« La région environnante devrait faire l’objet d’une étude dans les prochains jours. Cependant, les tunnels intérieurs de la mine sont très étendus et il faudra un certain temps pour bien les comprendre. Nous travaillons avec les mineurs, mais comme le taux de roulement était incroyablement élevé, trouver quelqu’un qui possède des connaissances approfondies, c’est…, » Raklum avait commencé à développer tout ça.

« Compris. Vous pouvez continuer comme prévu. Était-ce le seul rapport ? » demanda Wein.

« Oui… Eh bien, il y a une autre chose, » déclara Raklum.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Wein.

« L’un des résidents de la mine demande à rencontrer Votre Altesse, » déclara Raklum.

Wein inclina avec curiosité la tête. « Si c’est à propos d’une demande, je pense que je vais vous laisser faire. »

« C’est ce que j’ai dit, mais il a insisté pour rencontrer Votre Altesse directement. J’ai jeté un coup d’œil à ses antécédents, et il semble qu’il soit l’un des médiateurs qui représentent les résidents, » déclara Raklum.

Wein et Ninym avaient regardé l’autre dans les yeux.

« Qu’est-ce que vous en pensez ? » demanda Wein.

« Je sens une sorte d’intrigue. C’est peut-être dans votre intérêt de le rencontrer, » avait-elle répondu, d’une manière formelle.

« C’est à peu près ça. OK, Raklum, appelez-le, » déclara Wein.

« Oui ! » Raklum était sorti rapidement de la pièce.

Il revint bientôt avec un homme, une silhouette décharnée sans une once de force dans son faible corps. La plupart des résidents présentaient une insuffisance pondérale grave, mais c’était quelque chose de pire. Il tomberait probablement à la suite d’une légère poussée.

… Mais ce n’était pas la seule chose qui préoccupait Wein lorsqu’il regardait l’homme à genoux devant lui.

« C’est un plaisir de vous rencontrer, Votre Altesse. Je suis —, » commença l’homme.

« Pelynt ! » s’exclama Wein.

La tête de l’homme s’était relevée, répondant à son nom.

« J’ai lu votre description personnelle quand je faisais des recherches sur les hauts fonctionnaires de Marden. Vous avez l’air très différent maintenant, mais il n’y a aucun doute que c’est bien vous, » déclara Wein.

« … Donc les rumeurs sur votre intuition sont vraies. Je suis humilié. » Il inclina de nouveau la tête. « Je m’appelle bien Pelynt. J’ai servi le palais royal de Marden jusqu’à il y a quelques années. »

« Avez-vous été vaincu dans un combat politique ? » demanda Wein.

« Ah, oui. Je vois que votre perspicacité ne connaît pas de limites. J’ai été forcé de venir ici après qu’on m’ait volé ma fortune, » répondit Pelynt.

« Cherchez-vous donc un nouveau départ dans mon pays ? » demanda Wein.

C’était la seule explication logique, mais à la surprise de Wein, Pelynt secoua la tête.

« Oui, mais ce n’est pas la raison pour laquelle je suis ici aujourd’hui. J’ai préparé un cadeau, avant de faire ma demande… C’est pour vous, » Pelynt avait tendu un parchemin patiné par l’âge.

Ninym avait joué le rôle d’intermédiaire, le présentant à Wein, qui en avait inspecté le contenu.

Ses yeux bougèrent dessus avec surprise. « C’est… une carte de l’intérieur de la mine ! »

« Oui. Il s’agit d’une reproduction complète, avec chaque tunnel pris en compte, » déclara Pelynt.

Wein aurait donné un bras et une jambe pour ça. Il aurait besoin de confirmer les détails de la mine, mais sa prochaine étape changerait tant qu’il aurait ceci.

« Pourquoi me donnez-vous ça ? » demanda Wein.

« J’ai pensé que Votre Altesse pourrait en avoir besoin, alors je l’ai volé avant qu’elle soit brûlée, » déclara Pelynt.

« … Je vois. Cela n’a pas de prix. » Mais cela avait fait que Wein s’était raidi. Quelle faveur cet homme avait-il en tête ? « Allez-y, Pelynt. Qu’est-ce que vous voulez ? »

« Oui, bien sûr, » il prit une grande respiration, rassemblant toute la puissance dans le creux de son estomac, et parla. « S’il vous plaît, je vous demande de ne pas abandonner les gens de la mine. »

« … Attendez ? Quoi ? » Wein fronça les sourcils devant les mots inattendus.

Sa perplexité s’étendit à Ninym et à Raklum, dont le visage, en particulier, fut entraîné dans une grimace inconfortable.

« Il ne faut pas oublier ses manières, Pelynt, » avertit Raklum. « Vous ne pouvez pas connaître les souffrances que Son Altesse a endurées pour votre peuple. Ne vous avisez pas d’ignorer ça. »

« C’est précisément la raison pour laquelle je pose la question. » Sous le regard intense de Raklum, Pelynt continua sans hésiter. « Avec tout le respect que je vous dois, j’aurais échangé la carte contre de l’argent et laissez cet endroit loin derrière moi si Son Altesse n’avait pas été si vertueuse. Mais après avoir vu à quel point Son Altesse se conduit d’une manière noble, je savais que je ne pouvais pas garder ça secret. » Il avait pris une liasse de papiers.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Wein.

« Des informations sur l’activité minière que j’ai écrites en secret. Jetez un coup d’œil, s’il vous plaît, » déclara Pelynt.

Tandis que la tension montait dans la pièce, Ninym prit délicatement les documents et les passa à Wein. Il baissa les yeux. Comme Pelynt l’avait dit, il s’agissait d’un compte-rendu des stocks de minerai dans la mine, remontant apparemment aux premiers jours de la mine. Wein avait continué à lire.

Alors qu’il approchait de la dernière entrée, il s’était arrêté. « … Hé, ce n’est pas possible… »

« Oui. Ces chiffres sont corrects, » divulgua solennellement Pelynt. « La mine s’épuise. »

***

Partie 4

Il y avait une petite ville non loin de la mine de Jilaat, un endroit tranquille avec peu d’industrie ou de problèmes.

Du moins, ça l’était. En ce moment, c’était le lieu de rassemblement des soldats des villes voisines qui allait faire face à l’armée de Natra. L’air était tendu et la sécurité serrée. Ceux qui avaient des moyens et des relations se réfugiaient loin, mais d’autres continuaient à vivre en retenant leur souffle. Toute personne voyageant ouvertement dans la ville était soit excentrique, soit dans des circonstances uniques.

Jiva était sûrement dans cette dernière catégorie. Il était dans une chambre dans une auberge qui avait connu des jours meilleurs.

« Et voilà qui conclut mon rapport sur les résidents de la mine. »

« Je vois. Vous vous en êtes bien sorti. »

Deux hommes étaient dans la pièce. L’un était le diplomate de Marden, Jiva. L’autre était son espion personnel. Jiva l’avait envoyé au camp de base de Natra pour savoir s’ils étaient prêts à parler, pendant qu’il s’aventurait en ville pour installer la table de négociation. Il avait reçu des rapports de l’espion quelques jours plus tard, mais — il n’en croyait pas ses oreilles.

« Dire que les gens de la mine ont été traités si cruellement…, » déclara Jiva.

La chaise dans la pièce avait grincé quand Jiva avait baissé sa tête. Bien sûr, il avait entendu les rumeurs selon lesquelles les mineurs étaient traités de façon inhumaine, alors qu’ils étaient utilisés sans relâche, jusqu’à ce que la mort s’en suive. Mais la mine avait été entièrement confiée à Holonyeh, et la faction de Mahdia n’avait jamais pu l’interroger, d’autant plus qu’il faisait toujours des bénéfices.

… Non, ce n’est pas la seule raison. Ils ont probablement attiré les hauts gradés du Mahdia de leur côté.

En plus de tenir les cordons de la bourse du pays, les hommes d’Holonyeh étaient habiles à déclencher des luttes politiques. Il ne serait pas difficile de cajoler le Mahdia lorsqu’il s’agit de questions comme celle-ci. Et si les dirigeants se taisaient, les sous-fifres n’auraient jamais l’occasion de dire un mot. C’était la position de Jiva. Quant à ceux qui avaient essayé de sortir du chemin tracé, ils avaient naturellement disparu avant d’aller très loin.

« … Êtes-vous sûr que Natra ne les force pas à travailler, n’est-ce pas ? » Jiva demanda confirmation.

« Oui. Bien au contraire. Ils fournissent de la nourriture et des logements… Avec tout le respect que je vous dois, monsieur, leur cœur n’appartient plus à Marden, » déclara l’espion.

« Oui, oui, c’est ce que je pensais, » déclara Jiva.

Bien sûr, ils n’auraient jamais été loyaux envers un pays qui les traitait essentiellement comme des esclaves. Pour les habitants, Marden était un chef vicieux — et Natra, leur libérateur.

« Leur prince héritier… J’ai toujours entendu dire que c’est un jeune homme juste et bienveillant, mais il semble que les rumeurs soient vraies. Comment vont leurs troupes ? » demanda Jiva.

« Il semble qu’ils enquêtent sur la région environnante pour comprendre sa géographie. Ils n’ont fait que jeter les bases, mais ils ont pris des mesures pour construire une forteresse, » répondit l’espion.

« … »

Natra s’apprêtait à lutter contre Marden en fortifiant leurs défenses. Il n’était plus possible d’aborder cette question à la légère. Jiva avait pris une décision.

« Je n’ai pas d’autre choix que d’aller leur parler en tant qu’émissaire, » déclara Jiva.

« Ça pourrait être dangereux. En l’état actuel des choses, vous pourriez être tué, » déclara l’espion.

« Il n’y aura pas de progrès si je ne peux pas surmonter tout ça. Espérons que nous pouvons compter sur la bienveillance du prince, » déclara Jiva.

Détermination en main, Jiva avait commencé à se préparer pour son voyage vers la mine d’or.

***

Pendant ce temps, Wein gémissait mortellement alors qu’il était effondré sur son bureau. « Uwaaaghhh. »

C’était difficile de croire que c’était le même type que le diplomate de Marden louait autant.

« … Ne te relâche pas. Allez, ressaisis-toi, » dit Ninym.

Mais sa voix n’avait pas sa puissance ou sa vigueur habituelle. Pour une fois, ses sentiments étaient sur la même longueur d’onde que ceux de Wein.

« … Ça se dessèche ! Vide ! Ouais, ouais, c’est bien ma chance. Il fallait que ça arrive tout de suite. On est venus jusqu’ici, on a volé la mine et on est allés faire la guerre à Marden pour ça. Puis, quand on a cru qu’on avait gagné, tout est devenu de la merde. Pourquoi ça m’arrive qu’à moi… ? »

Depuis qu’il avait reçu la carte, Wein avait commencé à étudier en profondeur l’authenticité des documents de Pelynt.

Les résultats étaient revenus positifs. Il n’y avait pas eu d’erreur : la mine d’or était sur le point de manquer de minerai. Bien sûr qu’il était désespéré ! S’il était le seul impliqué, on pourrait en rire avec une tape sur les genoux. Mais ce n’est pas ainsi que la stratégie nationale fonctionnait. Qui allait lui pardonner avec un incident mineur et une petite tape sur la tête pour quelque chose de cette ampleur ?

« Mais nous ne pouvons pas nous permettre de rester les bras croisés et de ne rien faire, » déplora Ninym, qui dirigeait cela vers Wein, mais elle s’était dit à elle-même. « Nous devons décider quoi faire ensuite. »

« Ouais, on n’a pas d’autre choix que de se retirer, non ? » déclara Wein d’un air renfrogné, en soulevant légèrement son visage du bureau. « On s’est battus parce qu’on pensait que cette mine valait quelque chose. C’était le but même de la prendre et de la défendre — pour en préserver la valeur. Mais maintenant que ça ne vaut même plus une seule pièce d’or ? Nous ferions mieux de limiter les dégâts et de nous en laver les mains le plus vite possible. »

C’était logique. Alors même qu’ils étaient assis ici à discuter d’affaires, l’armée possédait des dépenses courantes à prendre en considération, et elles étaient particulièrement élevées parce qu’elles se trouvaient en territoire ennemi. Plus vite ils partiraient, mieux cela serait.

« Alors qu’en est-il de notre promesse ? Celle qu’on a faite à Pelynt quant au fait de s’occuper de son peuple ? » demanda Ninym.

« Il ne parlait que des gens. Il n’a pas parlé de la mine. On prend n’importe qui qui veut venir avec nous. Ce que je veux dire, c’est que dès le départ, notre royaume est comme un creuset, construit par des gens qui n’avaient pas d’autre avenir. Ces types ne sont pas différents. Les inclure dans notre pays ne va rien bouleverser, » déclara Wein.

« … C’est vrai, » elle avait accepté sa logique, hochant la tête. « Devrions-nous informer les mineurs et nous préparer à nous retirer ? »

« … Non, pas encore, » répondit Wein.

« Pourquoi ça ? » demanda Ninym.

« Il y aura certainement des plaintes si on se retire maintenant, » déclara Wein.

S’il prenait la décision exécutive de rendre ces terres, cela affecterait certainement l’armée et la fierté de la nation. Au minimum, ils devaient trouver une justification.

« Ne devrions-nous pas dire la vérité aux troupes ? Si tu tiens à ne pas le dire à tout le monde, on peut peut-être au moins le partager avec les commandants ? » demanda Ninym.

« Tôt ou tard, les nouvelles parviendront aux soldats. Alors leur confiance en moi va vraiment s’effondrer. Si nous ne faisons pas attention, certains d’entre eux pourraient se mettre en colère contre les mineurs, » déclara Wein.

« Donc… nous sommes dans une position de “lame ducks [1]” jusqu’à ce que Marden envoie leur armée, » demanda Ninym.

« Oui, ils vont nous envoyer un gros groupe de soldats pour reprendre la mine. Quand nos hommes verront qu’ils sont plus forts, nous serons tous d’accord pour nous retirer… du moins, je le pense » déclara Wein.

Grâce à une liste croissante de surprises, de rebondissements et de virages, ce plan médiocre avait été le meilleur qu’il ait pu trouver.

« Qu’en est-il de la vendre à un autre pays — sans leur faire savoir que la mine n’est pas bonne ? Kavalinu, peut-être ? » Ninym avait suggéré cela.

Selon Pelynt, la mine avait été confiée à Holonyeh. Au fur et à mesure que les documents passaient entre les mains des représentants du gouvernement, chacun d’eux avait pris soin de déclarer un bénéfice légèrement supérieur à ce qu’il était en réalité afin de pouvoir détourner encore plus d’argent. Il était très possible que Holonyeh lui-même ne sût même pas ce qui était exact à ce stade.

En plus de Pelynt, Wein, Ninym, et les autres présents à cette réunion précédente étaient les seuls à connaître l’état lamentable de la mine d’or. Ils pourraient le vendre à un autre pays dans un cas standard d’échange avec un adversaire. Ce n’était pas totalement hors de question.

« Ce ne sera pas facile de se mettre d’accord. On n’a pas assez de temps pour ça. Et nous devrons affronter les troupes de Marden si nous prenons trop de temps. Si ça arrive, on pourra dire adieu à n’importe quel bénéfice. Et il y aura certainement de la rancune s’ils l’apprennent un jour, » déclara Wein.

C’était un choix difficile. C’était dur de laisser tomber l’endroit pour lequel ils s’étaient battus si fort.

Où pouvons-nous trouver un acheteur pour ce genre de choses ?

Les engrenages dans la tête de Wein avaient commencé à tourner, pour être soudainement interrompus par une agitation à l’extérieur du bâtiment.

« Je me demande ce que ça pourrait être ? » demanda Ninym.

En regardant par la fenêtre, il avait vu un groupe de soldats se précipiter d’un côté et de l’autre de la fenêtre. Alors qu’il pensait qu’ils étaient attaqués par l’ennemi, on frappa à la porte.

« Toutes mes excuses, Votre Altesse ! » Légèrement essoufflé, Raklum apparut devant eux.

Wein avait immédiatement posé sa question la plus urgente. « Est-ce que l’ennemi attaque ? »

« Non, » répondit Raklum.

Wein l’encouragea à continuer à parler. Eh bien, qu’est-ce que c’est ?

« C’est un émissaire. Un émissaire de Marden est arrivé, » déclara Raklum.

« … » Les yeux de Wein s’écarquillèrent, mais pas à cause de la nouvelle.

Il avait été frappé d’un coup d’inspiration soudain.

Raklum avait continué. « Il demande à rencontrer Votre Altesse. Qu’est-ce qu’on fait ? »

« … A-t-il donné son nom ? À quoi ressemble-t-il ? » demanda Wein.

« Il a dit qu’il s’appelait Jiva, un diplomate de Marden. Vu son comportement, il ne fait aucun doute que c’est un haut fonctionnaire du gouvernement, » répondit Raklum.

« Ça me dit quelque chose. Le connaissez-vous, Ninym ? » demanda Wein.

« Oui. Je me souviens qu’il est membre de la cour royale, » répondit Ninym.

« Très bien, Raklum, conduisez-le à la salle de réception. J’arrive tout de suite. Ayez un comportement irréprochable, » ordonna Wein.

« Compris ! » Raklum s’était rapidement retourné sur ses talons et s’était précipité hors de la pièce.

« Ninym, j’aimerais que tu mettes notre invité à l’aise, » déclara Wein sur un ton moins formel.

« Je m’en occupe immédiatement —, » elle s’était arrêtée à mi-parcours en voyant l’expression de son maître. « Qu’est-ce qui ne va pas, Wein ? Tu fais une drôle de tête. »

« Ah ! Non, tout est clair pour moi maintenant, » déclara Wein.

« … Qu’est-ce que tu racontes ? » demanda Ninym.

Wein avait souri. « Nous avons un acheteur pour la mine. »

Notes

  • 1 Un lame duck (littéralement « canard boiteux ») désigne, dans le monde politique anglo-saxon, un élu dont le mandat arrive à terme, et plus particulièrement un élu toujours en poste, alors que son successeur est déjà élu, mais n’occupe pas encore le poste.

***

Partie 5

Jiva avait été conduit à la salle de réception et avait attendu patiemment sur une chaise. Au premier coup d’œil, il pouvait sembler méditatif, assis tranquillement les yeux fermés, mais un peu de nervosité avait refait surface sur son visage rond.

Mais ce n’était pas du tout étrange. Après tout, de son point de vue, il était au milieu du territoire ennemi. Il était courant que des émissaires soient tués, même s’ils étaient envoyés pour négocier. Il était fort possible que des soldats armés se rassemblent à l’extérieur de la salle en ce moment-là.

… Mais je pense que ça va aller.

S’ils voulaient le tuer, ils l’auraient déjà fait. De plus, compte tenu de son statut et de la bienveillance présumée du prince héritier, ils pourraient probablement avoir une discussion.

La conclusion d’un accord sera notre plus gros problème.

Si quelque chose le rendait nerveux, c’était bien ça. Il avait donné la priorité au temps et n’avait guère fait de recherches sur son adversaire. Il ne connaissait pas les détails, et il n’était pas clair si c’était pour le meilleur ou pour le pire.

Tandis que ces soucis remplissaient son esprit, la porte s’ouvrit pour révéler une fille aux cheveux blancs translucides et aux yeux rouges. Une Flahm. En y repensant, il avait entendu dire qu’ils étaient communs à Natra.

« Son Altesse, le Prince régent Wein est arrivé, » déclara-t-elle.

Un jeune homme était entré dans la pièce en la suivant et accompagné de plusieurs gardes.

« C’est un honneur de vous rencontrer, Votre Altesse, » exalta Jiva en s’inclinant avec respect. « Je suis un diplomate de Marden, Jiva. »

« Et je suis le prince régent du royaume de Natra, Wein Salema Arbalest, » déclara l’autre.

Il est si jeune.

Jiva avait entendu dire que le prince était au milieu de l’adolescence, mais il avait toujours l’air d’un enfant innocent alors qu’il se tenait là devant lui. Mais son comportement était digne d’un fier dirigeant. Il n’était ni une décoration, ni un symbole, ni un roi en raison de son sang. Jiva ne l’oublierait pas de sitôt.

« Tout d’abord, je vous prie d’accepter mes plus humbles excuses pour avoir comparu à l’improviste, Votre Altesse, » commença-t-il avec courtoisie.

Ils se faisaient face dans la pièce. Ninym prenait des notes depuis derrière Wein.

Le prince répondit avec diplomatie. « Nous comprenons que certains problèmes exigent notre attention immédiate. C’est pourquoi j’aimerais vous souhaiter de tout cœur la bienvenue pour être venu jusqu’ici, » avait-il dit, puis il avait haussé les épaules. « Mais c’est arrivé un peu trop vite, donc nous n’étions pas prêts à recevoir des invités. Toutes mes excuses. C’était la seule salle disponible. J’aurais aimé préparer un cadre plus formel. »

« Merci de votre hospitalité, Votre Altesse. C’était ma propre folie de ne pas vous en avoir informé plus tôt. Même si vous me saluiez dans un champ vide, je serais comblé de gratitude, » déclara Jiva.

« Je suis heureux que vous disiez cela. » Wein s’était mis à sourire, comme s’il parlait à un ami proche.

Jiva pouvait voir pourquoi les résidents de Natra l’aimaient. Mais il ne se laisserait pas influencer. Après tout, c’était un individu de Marden, et la bataille entre les deux ne faisait que commencer.

« Alors, Seigneur Jiva, qu’est-ce qui vous a amené jusqu’à nous aujourd’hui ? Vous devez savoir que ce territoire n’est pas très amical pour les citoyens de Marden en ce moment, » déclara Wein.

Il était là, le cœur du problème. Jiva avait grincé des dents pendant un moment.

« Oui, bien sûr, » commença Jiva. « En lieu et place d’une armée, je suis venu exprimer notre gratitude. Merci d’avoir pris la responsabilité de protéger cette terre. Nous vous sommes tellement reconnaissants d’avoir accepté de discuter de la façon dont nous pouvons transférer la propriété de cette mine d’or. »

*

En entendant ses paroles, Ninym et les gardes avaient fait la même expression de stupéfaction. Il vient de dire quoi ?

S’il leur avait hardiment ordonné de rendre la mine, les soldats auraient été prêts à mettre fin à ses jours. Bien sûr. Mais il avait dit la dernière chose qu’ils s’attendaient à entendre.

Même Wein avait été surpris par cette tournure des événements. Mais voici ce qui l’avait séparé des autres.

« Hmm, oui, je vois. Votre esprit est concentré, » déclara Wein.

Pendant que tout le monde restait là, stupéfait, Wein avait compris ses intentions en un instant.

Ninym avait griffonné une question sur une feuille de papier. Wein, que se passe-t-il ?

En gros, il dit : « Faisons comme si rien de tout ça n’était arriver. » Son écriture était fluide, et calme.

Elle fronça les sourcils pendant quelques secondes, puis se rendit compte de ce qui se trouvait sur son visage. Il lui avait donné un petit sourire secret.

Marden voulait récupérer la mine d’or dès que possible. Mais toute négociation s’éterniserait sans aucun doute au fur et à mesure des réparations, des échanges de prisonniers de guerre et de la redéfinition des frontières, entre autres choses, tout en dansant autour du thème des précédents actes d’agression et de violence commis par Marden contre Natra.

On dirait qu’il saute à la partie où nos pays pardonnent et oublient. Ce gros lard n’en a peut-être pas l’air, mais il ne donne pas de coups de poing.

Cela pourrait aussi être un moyen de dissimuler la vérité de leur défaite et d’aider leur fier roi Fyshtarre à sauver la face. C’était une décision plutôt brillante.

« Il n’y a pas de mots pour décrire notre gratitude pour la sauvegarde de cette région de nos voisins communs, les Kavalinu. Ces ennemis continuent de nous menacer de toutes parts. Nous aimerions vous offrir une récompense en guise de remerciement, » déclara Jiva.

Bien sûr, cette soi-disant récompense n’était rien de plus qu’une réparation et un rachat. Certains se disputeraient sur le montant total, mais jusqu’à présent, les choses allaient mieux que la négociation moyenne de l’après-guerre.

Bien que cette proposition semblait céder plus d’avantages à Marden, il y avait aussi bien des mérites évidents pour Natra.

« Ah, vous nous avez vraiment sauvés. Cette mine d’or est la force vitale de notre pays. Si elle avait été volée par une puissance étrangère… Oh, nous devrons peut-être déclencher notre colère et détruire impitoyablement cette nation ennemie, » déclara Jiva.

Il s’agissait de l’un de ces mérites. Éviter la guerre avec Marden était une bonne affaire.

Natra avait peut-être gagné la bataille dans les terres désolées de Polta. Mais qu’en est-il de la prochaine bataille ? Et s’ils gagnaient à nouveau, la bataille d’après ? En ce qui concerne leur force militaire, Natra était manifestement désavantagée. À un moment donné, leur pays atteindrait ses limites. Même s’ils résistaient contre Marden, un autre pays trouverait une occasion d’attaquer.

Bien sûr, Marden faisait face au même problème, mais Wein avait de sérieux doutes quant à la capacité du roi Fyshtarre à évaluer les risques, même s’il essayait.

Les agissements de Fyshtarre sont une question de fierté. Peu importe le nombre de fois qu’il perdra, il se relèvera… Une autre défaite l’énervera. Désolé, mais je n’ai aucun intérêt à aller face à ça.

Ce n’était pas une mauvaise idée de faire disparaître cette bataille de l’histoire. Sans la honte de perdre, il y avait de bonnes chances que leur roi se calme pendant au moins un moment. Pendant ce temps, Natra pouvait utiliser l’argent qu’ils avaient escroqué à Marden et augmenter leur force militaire.

Eh bien, il y avait aussi quelques inconvénients. Pour commencer, leur patriotisme et leur valeur seraient meurtris. Les troupes ne seraient pas très heureuses d’entendre cela, vu que leurs honneurs et leurs mérites lors de la bataille seraient censurés en même temps que la guerre elle-même. Et si Marden les compensait financièrement, ça laisserait un mauvais arrière-goût dans la bouche de tout le monde. Mais il y avait encore assez de raisons d’accepter la proposition de Jiva.

C’est fondamentalement confirmé… Marden n’a aucune idée que la mine s’assèche.

Seuls quelques rares individus connaissaient toute la vérité. S’il continuait d’attendre une autre solution, sa chance finirait par s’épuiser, ce qui signifierait que la confiance de ses hommes en lui s’effondrerait. D’un autre côté, il était évident qu’ils seraient fous si la mine d’or était vendue à un autre pays.

Et s’ils le revendaient à Marden maintenant ?

Il pourrait le rendre avant d’en profiter. Cela signifiait qu’il ne serait pas tenu responsable, même si la vérité sur la valeur décroissante de la mine était découverte. Au lieu de cela, des conflits éclateraient dans le cercle restreint de Marden.

Et si Marden avait dit qu’ils voulaient un remboursement, Natra pourrait feindre l’ignorance. Il perdrait d’abord le respect de ses soldats, mais ils pourraient réévaluer ses actions s’ils savaient la vérité.

C’est ma seule chance d’éviter la guerre et de les escroquer d’une tonne d’argent…

Vas-tu aller dans le sens de sa proposition ? Ninym avait écrit son message.

Ouais, mais si on mord à l’hameçon trop tôt, ils sauront qu’on cache quelque chose. Nous devons agir avec incertitude pendant un moment, répondit Wein.

Ne sois pas trop gourmand, prévient-elle.

Tout se passera bien. Je ne ferai rien pour les prévenir, répondit Wein.

Elle l’avait regardé d’un air mal à l’aise, mais Wein lui avait fait un sourire confiant en retour.

***

Partie 6

… Je ne peux pas percer ses pensées.

Pour Jiva, la proposition qu’il avait faite était son dernier recours. S’il avait eu plus de temps ou un peu plus de générosité de la part du roi Fyshtarre, il aurait pu trouver un autre moyen.

Mais c’était le seul moyen pour lui de se réconcilier avec la réalité — et de continuer à satisfaire son roi. Jiva savait qu’il devait dominer la conversation, précisément parce qu’il avait compris qu’il serait difficile d’accepter une telle proposition. Il faisait de son mieux pour arranger les choses.

Mais ce stratagème pourrait-il vraiment marcher ?

En face de Jiva, le garçon regarda en silence. Aucun mot ne pouvait effrayer Wein : son regard se jeta droit dans les yeux de son adversaire.

C’est comme marteler une sculpture en acier avec un maillet en bois… Mais je ne peux pas reculer maintenant…

Non, il ne devait pas reculer. C’était ses sentiments, mais Jiva tremblait malgré lui. Dans son esprit, son voyage jusqu’à la mine vacillait sous ses yeux.

Les gens de la mine étaient dans un état déplorable.

Les soldats de Natra leur donnaient des rations.

Une fois que leurs troupes seraient parties, qu’arriverait-il aux résidents ? Quand les Mardens retourneront sur ce territoire, seront-ils encore traités comme des humains ?

… Mon Dieu ! À quoi je pense ? On doit récupérer la mine d’or. Je dois faire tout ce que je peux pour que ça arrive. Ça se passe bien…, très bien.

Tandis que Jiva se rassurait encore et encore, Wein commençait à s’agiter. « — Livi. »

Jiva n’était pas sûr qu’il l’ait bien entendu et l’avait regardé dans la confusion.

Wein avait continué. « Sefti, Regis, Talfia, Karaln... »

« Votre Altesse… Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » demanda Jiva.

« Des noms, » expliqua-t-il froidement, sa voix transperçant Jiva. « Ce sont les noms de mes hommes morts dans les terres désolées de Polta. »

« … » Jiva avait l’impression que son propre cœur allait sortir de sa poitrine.

Quel souverain d’une compassion inimaginable ! Beaucoup de ses sujets avaient tenu Wein en haute estime. Jiva le savait.

« J’ai entendu votre proposition. C’est peut-être une interprétation possible de toute cette situation. Mais, Seigneur Jiva, dans ce cas, où doivent reposer les âmes de mes hommes ? Que faut-il marquer sur les tombes de ceux qui sont morts au service de leur pays ? » demanda Wein.

« C’est, ahhhh…, » s’exclama Jiva.

« Vous ne suggérez pas qu’on écrive sur leurs tombes Ici repose un idiot qui est mort dans les terres désolées, n’est-ce pas ? » demanda Wein.

Sous le regard fixe et la présence royale de Wein, Jiva était incapable de former une phrase cohérente.

Face à cette vue, Wein avait applaudi dans son cœur. D’accord, ça marche !

Mais Ninym semblait maussade.

Cela ne marche-t-il pas trop bien ? Elle avait écrit cela. Si cette négociation échoue, les choses ne seront-elles pas le contraire de ce que tu veux ?

Non, c’est tout à fait normal. En fait, je veux juste lui donner un dernier coup de pouce, il avait gribouillé cela en retour.

Heureusement, Wein pouvait passer pour un souverain gentil et généreux. Il savait qu’il pourrait persuader Jiva s’il parlait de ses propres soldats et citoyens. Plus il rendait la négociation difficile, plus gros serait la somme d’or de l’autre côté.

« Seigneur Jiva, savez-vous comment les gens d’ici ont été traités ? » demanda Wein.

« … Oui, » répondit Jiva.

« Il n’y a pas si longtemps, l’un de leurs représentants est venu me voir avec un appel. Il nous a demandé de ne pas abandonner son peuple. Il a fait cette demande à Natra, pas à Marden. Vous savez ce que cela veut dire, n’est-ce pas ? Il nous suffisait d’imaginer le traitement qu’ils avaient subi sous vos mains. Supposons qu’on rende la mine. Qu’adviendrait-il de ces gens ? Si vous leur enlevez leur dernier espoir, il ne leur restera que le désespoir, » déclara Wein.

« … »

« Avec tout ce que j’ai dit, je vous le demande une dernière fois : qu’est-ce qui vous amène ici, Seigneur Jiva ? » demanda Wein.

*

– Deviens quelqu’un de noble.

Jiva se souvint soudain des mots que sa mère avait l’habitude de lui dire. C’était un faible souvenir. Il l’avait repoussé pour éviter de regarder en arrière le garçon qui avait été intimidé. Pendant ce temps, il avait fait de son mieux pour se taire jusqu’à ce qu’il puisse rentrer chez lui et prétendre que tout allait bien. Mais sa mère l’avait percé à jour.

– Deviens quelqu’un de noble. Sois quelqu’un dont tu pourras être fier à l’avenir.

C’était les mots qui lui avaient transpercé le cœur, et il avait pris sa décision : Il vivrait une vie dans laquelle il n’aurait pas honte de regarder en arrière dans dix, vingt, trente ans.

C’était comme ça que ça aurait dû être de toute façon.

Mais il avait ensuite été confronté à l’échec. Pression. Autopréservation. Se battre.

Avant de s’en rendre compte, il avait perdu le contact avec ses rêves d’enfance et s’était engagé sur un chemin loin de la lumière.

C’était comme cela que c’était devenu. Il avait trouvé des excuses, se disant que les idéaux étaient des idéaux parce qu’ ils étaient irréalisables.

Mais le jeune prince était dans une position beaucoup plus difficile, et pourtant, il n’avait pas hésité ou tergiversé quand il s’agissait de protéger son peuple.

« … Prince Wein, » déclara Jiva.

« Quoi ? » demanda Wein.

« Avant de répondre, j’aimerais que vous me permettiez une seule question, » demanda Jiva.

« Très bien, » les yeux de Wein ne contenaient aucune lueur de doute. Ils regardèrent droit devant d’un regard radieux.

« … La personne derrière vous, Prince Wein. Quelle est sa relation avec vous ? » demanda Jiva.

Jiva se souvenait d’un jeune garçon. Il avait les mêmes cheveux translucides que la fille Flahm devant lui.

Ce garçon avait été un Flahm, lui aussi, et avait été persécuté pour cela.

Qu’est-ce qui lui avait fait penser maintenant à ce jour ?

Jiva connaissait enfin la réponse.

« Ninym est mon cœur, » déclara Wein.

Je voulais être comme lui, pensa Jiva.

*

C’est quoi, cette question ?

Tandis que Wein gardait son ton confiant, la question de Jiva lui faisait pencher la tête dans la confusion. Il essaya d’obtenir des informations sur le diplomate, mais Jiva avait baissé la tête, cachant son expression.

Wein et Ninym en avaient profité pour se passer quelques notes.

Suis-je peut-être quelque chose de rare ? Ninym avait suggéré. En Occident, un Flahm ne serait jamais présent lors des négociations diplomatiques.

Alors il en aurait parlé plus tôt ou avec plus d’émotion, répondit Wein.

C’est vrai… Peut-être qu’il est impressionné par le fait que tu ne fasses pas de distinction entre les citoyens, les soldats ou un Flahm. Écrivit Ninym.

Est-ce simplement parce que ce diplomate est incroyablement empathique ? Pas possible que ce soit la raison, nota Wein.

Mais si tu as raison, il ne voudra peut-être pas continuer à négocier. Répondit Ninym sur un papier.

Tout se passera bien. Si ça arrive, je mangerai une patate par le nez, Répondit Wein.

Tandis que Wein plaisantait avec une réponse désinvolte, Jiva leva tranquillement la tête de l’autre côté de la pièce.

« Votre Altesse, je comprends ce que doit ressentir votre cœur. » L’expression de Jiva était plus claire, moins chargée ou alourdie par quelque chose. « Pardonnez-moi de manquer de respect à ceux qui sont tombés au combat. Il semble que j’ai mal compris tout cela. »

« … Hmm ? »

Wein sentait que quelque chose n’allait pas, mais Jiva avait continué. « Il y a eu du sang versé au nom de votre pays. Vous vous êtes battu pour réclamer ces terres pour Natra. Vous êtes déterminé à protéger les citoyens. Il est clair que nous devons prendre nos arcs et nos flèches. »

« Quoi !? »

« J’imagine que ce sera mon dernier emploi aux Affaires étrangères. Mais je ne perdrai pas une minute afin d’informer le roi Fyshtarre de votre fermeté, » déclara Jiva.

« Atte —, » commença Wein.

« Dans ce cas, Votre Altesse, je dois me dépêcher d’aller au palais royal. Permettez-moi de vous dire que ce fut vraiment un honneur d’entendre vos anecdotes personnelles et d’échanger quelques mots avec vous. » Jiva s’inclina profondément et s’excusa avant de se précipiter hors de la pièce.

Wein et Ninym le fixèrent jusqu’à ce que son dos disparaisse. Ils levèrent enfin le regard, pétrifiés pendant un certain temps, et fermèrent les yeux.

« Euh… Ninym ? » balbutia Wein.

« … Je vais chercher la patate, » déclara Ninym.

C’était ses seuls mots.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire