Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : Le nom de Wein Salema Arbalest

Partie 3

« Cela fait longtemps, Votre Altesse » avait salué Fyshe Blundell à l’arrivée de Wein, avec Ninym qui le suivait. Avec son aide à ses côtés, elle les attendait dans la salle de réception. « J’ai déjà fait votre connaissance à une autre occasion, mais permettez-moi de me présenter à nouveau officiellement : je suis l’ambassadrice de l’Empire Earthworld, Fyshe Blundell. »

« Et je suis le prince du royaume de Natra, Wein Salema Arbalest, » répondit l’autre.

Après ça, ils s’étaient assis.

C’était elle qui avait commencé les pourparlers.

« Merci de me rencontrer. Veuillez accepter mes plus sincères félicitations pour l’accession de Votre Altesse au rang de prince régent. J’espère que je n’ai pas l’audace de dire que nous ressentons vivement le chagrin du royaume face à l’état de Sa Majesté le roi et que nous considérons votre promotion comme le seul point positif parmi ces moments sombres, » déclara Fyshe.

« Merci, ambassadrice Blundell. Je sais que je porte sur mes épaules les espoirs et les rêves de beaucoup de gens. J’ai l’intention de faire de mon mieux pour ne pas trahir mon peuple. J’ai hâte de travailler ensemble pour favoriser une relation cordiale entre Natra et Earthworld, » déclara Wein.

« Bien sûr, Votre Altesse, » répondit Fyshe.

La réunion avait commencé sur une note harmonieuse.

Les deux individus avaient échangé des plaisanteries et discuté de sujets sans réelle signification ou conséquence. Ou peut-être que c’était ce qu’on pourrait croire. En réalité, ils se mesuraient l’un et l’autre et prenaient note du caractère de leur adversaire. D’un côté, vous aviez un chef d’État par intérim. De l’autre, l’ambassadeur d’une nation puissante. Ils étaient assis face à face, se regardant dans les yeux. On pourrait même dire que c’est un effort commun.

La tension dans la pièce bouillonnait, palpable dans l’air. Le public qui les observait les comprenait : cette conversation initiale était une danse calculée et critique pour découvrir qui avait le plus d’avantages.

C’est donc vrai… Elle s’était rappelé de ne pas le sous-estimer. Habituellement, les jeunes et les inexpérimentés veulent voir des résultats immédiats… Mais il agit comme s’il avait tout son temps. Il ne laisse pas son titre lui monter à la tête, mais parle aussi facilement avec quelqu’un de ma stature. Il vient de devenir régent, mais il a un air royal.

Mais elle savait que ses questions seraient approfondies, et ses arguments étaient solides. Cela dit, elle ne recourrait pas à des tactiques sournoises ou à des interrogatoires agressifs. Elle devait rester calme. Cet opposant était très difficile à lire.

Quand elle avait son âge, elle n’avait certainement pas autant de sagesse et de tact. Elle en était certaine.

 

 

Si je ne fais pas attention, je suis foutue… Elle avait mis ses sens en éveil et s’était préparée.

*

Pendant que Fyshe était occupée avec ses propres pensées, quelque chose d’autre distrayait Wein de la tâche à accomplir.

Bonté divine. Ses seins sont énormes…

C’était le pire des pires.

Je n’ai pas remarqué quand elle s’est présentée, mais, wôw. Ils sont vraiment quelque chose d’autre… Je sais que ce sont deux paquets de graisse, mais c’est comme s’ils avaient pris leur vie en main. Est-ce parce que l’empire est surabondant dans à peu près tout ? Je veux dire, quand on les compare… Wein se retourna pour regarder Ninym, qui prenait des notes derrière lui. Plus précisément, ses seins.

… Ouaip. L’écart en matière de puissance destructrice est assez évident.

Pfff ! Sa plume d’oie lui avait poignardé l’arrière de la tête.

« Aïe… ! »

« Votre Altesse ? » demanda Fyshe.

« Ah, non, juste un petit mal de tête. Je suppose que manquer de sommeil en raison du travail n’est pas la meilleure idée, » avait-il suggéré, pressé d’adoucir les choses.

Ninym lui avait passé un document par-derrière. Sois sérieux, disait-il.

Comment savait-elle à quoi je pensais ? Il frissonna à la pensée de l’intuition féminine.

Il envisageait encore cette idée effrayante quand Fyshe lui sourit doucement.

« En tout cas, j’ai l’impression qu’un poids a été levé. À vrai dire, j’avais quelques inquiétudes avant notre rencontre au sujet de l’établissement de bonnes relations avec Votre Altesse. Mais cela m’a assuré que ces craintes n’étaient pas fondées, » déclara Fyshe.

« Je suis heureux de vous l’entendre dire, ambassadrice. Ce partenariat m’aidera certainement à résoudre certains de mes problèmes, » répondit le prince.

« Eh bien, je suppose que vous avez une liste interminable de soucis, maintenant que vous prenez en charge les fonctions de régent ? » demanda Fyshe.

« C’est comme essayer de boire la mer. Faire plaisir à ses citoyens, rencontrer des nations étrangères, nouer des relations avec la noblesse, renforcer l’armée, augmenter les fonds, soutenir nos industries… Je prends beaucoup de choses en considération, » déclara Wein.

« Ce qui inclurait aussi, » dit-elle, ses yeux brillants, « nos soldats stationnés ici. »

L’air s’était figé.

Le prélude était terminé. La vraie bataille allait commencer.

*

Comment allez-vous répondre ? Elle l’avait observé attentivement.

Wein avait ouvert sa bouche. « Maintenir des relations avec l’empire est ma priorité absolue. »

« Dans ce cas-là, » commença-t-elle.

« Cependant, » l’avait-il interrompu, « La vérité est que la présence d’une armée étrangère rend mes propres troupes mal à l’aise. »

Mais ses aveux n’avaient eu aucun effet sur Fyshe. Elle s’attendait à ce qu’il dise ça : il voulait sauver la face avec l’empire tout en gagnant selon son peuple. Il était maintenant temps pour elle de négocier — avec des fonds ou des marchandises — jusqu’à ce qu’il cède. Elle avait prédit que ces concessions étaient son but, bien sûr, et qu’il s’était pleinement préparé.

C’était exactement la raison pour laquelle la déclaration suivante de Wein l’avait déconcertée.

« J’ai donc l’intention d’éliminer la source de leurs inquiétudes, » déclara Wein.

« Qu… ? “Éliminer”, dites-vous ? » demanda Fyshe.

« Oui. Comme je l’ai déjà mentionné, je souhaite énormément maintenir une relation cordiale avec l’empire. Pour ce faire, nous devrions essayer de combler l’écart entre les deux, ne pensez-vous pas ? » demanda Wein.

« … Vous avez raison, » déclara Fyshe.

C’est mauvais, ça.

Il était clair qu’il avait une sorte d’arrière-pensée, mais elle n’avait pas pu s’en rendre compte à temps. Il donnait le rythme à leur conversation au lieu de la suivre. Mais elle ne pouvait pas reprendre l’initiative en ce moment même, pas maintenant. Ce n’était pas le moment de mettre les choses au clair.

« J’aimerais profiter de l’occasion pour restructurer l’armée du royaume, » déclara Wein.

« Restructurer votre armée… ? » demanda Fyshe.

« J’ai de la peine à admettre que nos forces armées sont faibles. Après tout, nous n’avons pas passé beaucoup de temps sur un vrai champ de bataille. Cette inexpérience et cette naïveté ont causé des frictions avec l’empire et nous ont empêchés de former un véritable partenariat, » déclara Wein.

« Et vous voulez arranger les choses en remaniant votre organisation militaire ? » demanda Fyshe.

« Exactement. Le problème, c’est que nous ne verrons aucun progrès ni aucune croissance si nous continuons de nous fier uniquement à nos connaissances limitées, et nous n’avons pas les fonds nécessaires pour les réaliser en plus. » Wein avait souri. « Alors, ambassadrice Blundell. L’empire pourrait-il nous donner ses fonds et son expertise militaire ? »

*

Elle restait stupéfaite.

Mais il n’y avait pas qu’elle. Son aide et Ninym avaient également été saisies par le choc et l’agitation.

Comme c’est stupide ! Impossible d’accepter ces termes ! cria intérieurement son assistante.

Un pli s’était formé entre les sourcils de Ninym. Demander à l’empire non seulement de former les militaires de notre royaume, mais aussi de payer pour cela… C’est beaucoup trop déraisonnable ! Peut-être qu’il commence en grand pour que sa prochaine demande semble plus juste ?

Les deux femmes avaient instinctivement envoyé sur Wein un regard sceptique.

Mais cela n’avait servi à rien.

Il était convaincu que son plan était parfaitement sain d’esprit. Et en vérité, la réaction de Fyshe était très différente de celle des deux aides alors qu’elle était assise en face de lui.

« … Cela résoudra-t-il notre conflit ? » demanda Fyshe.

« Ce petit geste suffira à toucher le cœur de mes hommes. Et j’ai également l’intention de participer pour résoudre le problème, » déclara Wein.

« … »

Elle s’enfonça dans le silence, bien que son esprit soit dans un maelström. Avec tous les yeux étaient fixés sur elle, elle avait finalement repris ses pensées au point de parler à nouveau. « Compris. Nous pourrons discuter des conditions à une date ultérieure, mais… nous accepterons cette proposition. »

« Merci, Madame l’Ambassadrice. Je pensais bien que vous comprendriez, » déclara Wein.

Ils se serrèrent fermement la main tandis que leurs assistantes regardaient fixement avec incrédulité.

***

« WHEW… JE SUIS MORT DE FATIGUE ! »

Avec le soleil brûlant plongeant sous l’horizon, la lune avait commencé à briller dans le ciel nocturne. Ses tâches de la journée terminées, Wein s’était dirigé vers sa chambre et avait plongé sur son lit.

« Aghhhh, ça suffit maintenant. Je n’en peux plus. Pourquoi être régent est-il si épuisant ? Nous avons travaillé durs aujourd’hui, alors prenons congé demain. Et le jour d’après et encore le jour d’après, » déclara le prince.

« Tu sais qu’on ne peut pas, » soupira Ninym, le regardant se rouler sur le lit. « À part ça, Wein, j’ai quelque chose à te demander. »

« Mes excuses les plus sincères, mais nous sommes fermés pour la journée. Je vais dormir maintenant, alors je demande à tous les Ninyms de bien vouloir retourner dans leurs quartiers pour la soirée, » déclara Wein.

« Ça ne prendra qu’une seconde, » déclara Ninym.

« … Tu ne vas pas laisser passer ça, hein ? » demanda Wein.

« Non, » répondit Ninym.

Il avait poussé un soupir. « Bien. Tant que tu ajoutes le miaou à la fin de chaque phrase d’ici le coucher. »

« … »

« Hé, hé, hé, allez ! Qu’est-ce qui ne va pas, Ninymeow !? Ton embarras l’emporte-t-il sur ta curiosité ? » demanda Wein.

« … Très bien, miaou, » déclara Ninym.

« Hmm !? Je ne t’entends pas, miaou ! Ce sera un problème si tu ne parles pas, MWROOOOW, MON BRAS NE SE PLIE PAS DE CETTE FAÇON ! » s’écria Wein.

« Ne sois pas arrogant, miaou, » déclara Ninym.

« Je-Je suis désolé, miaou…, » gémit-il. « Tu vas me demander pourquoi Nichons a suivi mon plan, n’est-ce pas ? » demanda Wein.

« “Nichons”, hein… ? De toute façon ! Tu n’as pas tort, » déclara Ninym.

« Miaou. »

« … De toute façon, tu n’as pas tort, miaou, » déclara Ninym.

Ignorant l’air de protestation de Ninym, il avait continué de bonne humeur. « Te souviens-tu des nouvelles de l’empire, du message que nous avons reçu juste avant la réunion ? »

« Hmm ? Oui, bien sûr… L’empereur d’Earthworld semble se rétablir, non ? » demanda Ninym.

« C’est la raison, » déclara Wein.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Miaou. » Demanda Ninym.

Il s’était levé de son lit. « Écoute. Notre royaume détient la clé d’une des routes qui relient l’Est et l’Ouest, mais par rapport aux autres chemins, il est totalement délabré et pratiquement inutilisable. C’est exactement la raison pour laquelle l’empire a envoyé ses soldats ici — pour empêcher d’autres pays de nous conquérir alors qu’ils essayaient d’avoir accès à de meilleures routes. Le moment venu, nous deviendrons un État vassal de l’empire par la force militaire ou la diplomatie… Ou du moins, c’est ce qui devait arriver. »

« Mais leur plan a échoué quand l’empereur est tombé malade, » déclara Ninym.

« C’est vrai. La cour impériale est dans le chaos : ils perdent le contrôle de leurs territoires conquis et éteignent les braises d’une inévitable rébellion interne par eux-mêmes. Pour gagner du temps, ils doivent jouer gentiment avec les petits pays faibles comme nous, » déclara Wein.

« Mais il est guéri maintenant… Je ne comprends pas. Ils n’ont aucune obligation d’aider à restructurer notre armée, surtout maintenant. Je veux dire, ils renforceraient intentionnellement un ennemi potentiel. Ou peut-être qu’ils ont l’intention de nous écraser dès qu’on aura réussi à grandir et à devenir un peu plus fort… miau, » déclara Ninym.

Wein acquiesça. « Ils savent que même si nous les attaquons, ils seront capables de gagner avec la force. Mais ce n’est pas vraiment ce qu’ils veulent. Pour l’empire, nous ne sommes qu’une marche : leur véritable objectif est de conquérir l’occident. Réfléchis-y bien. De quoi un pays a-t-il besoin pour prendre le contrôle d’un continent ? »

« “Quoi,” me demandes-tu ? Des fonds, de la nourriture, de l’équipement et…, » elle avait répondu puis elle avait sursauté. Ses yeux s’ouvrirent et elle le regarda d’un air incrédule.

Il lui avait fait un petit sourire. « C’est bon, tu l’as compris. L’objectif de Fyshe Blundell est… »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire