Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 9 – Chapitre 271

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 271 : Les souvenirs de notre première rencontre

J’étais dans la cour d’une grande maison de maître.

Dans cette cour qui avait une taille comparable à une place de la ville, on pouvait voir d’énormes barils de la taille d’une baignoire ici et là.

Il y avait du liquide coloré à l’intérieur de ces barils. Des hommes à la poitrine nue enfilaient des fils à l’intérieur, puis les accrochaient à l’aide d’une perche après avoir retiré les filets.

Je regardais cette scène avec Rica.

Nous nous cachions tous les deux, enveloppés par mon Aura de camouflage.

« Hmm, teindre le fil était un processus ultérieur, hein. »

« Comme je le pensais. Même si je le savais, c’est la première fois que je le vois avec mes yeux. »

« Teindre le fil lors d’un processus ultérieur. C’est identique avec celui que je connais. »

« Qu’est-ce que tu vas faire après ? »

Pour répondre la question de Rica, j’avais tendu la main. Il y avait un ver à soie que j’avais acheté dans la ville et j’y avais mis la feuille que j’avais aussi achetée.

Peu de temps après, le ver à soie avait craché un fil noir.

Je contrôlais l’aura que je mélangeais pour la rendre plus forte, de sorte que le fil qu’il crachait était plus foncé que ce que le vers à soie avait fait auparavant.

C’était une couleur noire brillante, semblable à l’obsidienne.

Cela m’avait rassuré encore plus. Tout comme la machine à barbe à papa, je devrais être capable de contrôler la couleur du fil que le ver à soie crachait en ajustant ce qu’il mangeait.

« Juste comme ça, ne serait-ce pas une spécialité locale si tu pouvais faire cracher le fil de soie par le ver à soie ? Connais-tu cette méthode ? »

« Je ne la connais pas. Je n’en avais jamais entendu parler. Comment as-tu fait ? »

« J’ai infusé mes pouvoirs dans la feuille, tout comme je me suis enveloppé de mon Aura. Si même toi, tu ne le sais pas, alors c’est commode. Si je dis à Caroline cette méthode, ce devrait être un miracle. »

« ... »

« Quel est le problème ? Qu’est-ce qui t’a rendue silencieuse ? »

« Est-ce que quelqu’un peut faire quelque chose ? »

« Hein ? »

J’avais regardé Rica. Elle faisait un visage inhabituellement perplexe.

« Pouvoirs... pouvoirs magiques ? Laissons de côté le fait de mélanger cela à la feuille et de laisser le ver à soie le manger, est-ce quelque chose que n’importe qui peut faire ? Si c’est quelque chose que les gens ordinaires ne peuvent pas faire, alors cela n’aurait pas de sens. »

« ... »

Il y avait ça, hein.

Je n’avais rien dit et j’avais sorti ma plume de téléportation de mon entrepôt de dimensions parallèle. Je m’étais téléporté dans mon manoir avec Rica.

Miyu était là, alors j’avais enlevé mon Aura et je m’étais montré.

« Miyu »

« Maître, et aussi Lady Rica. Aimeriez-vous que la chambre soit préparée ? »

« Non, ce n’est pas nécessaire pour le moment. Plus important encore, Io est-elle dans les alentours ? »

« Oui, elle est dans le salon. »

« Je vois. »

Je hochai la tête, et après avoir caressé la tête de Miyu, j’étais entré dans le salon.

Io allait à divers endroits en tant qu’aventurière, mais elle restait souvent dans mon manoir. On dirait aussi qu’elle était ici maintenant.

J’étais entré dans le salon et j’avais vu Io jouer avec Hikari.

« Ah ! Papa »

« Kakeru. Nous saluons ton retour. »

« Je suis de retour. Vous deux, je veux vous demander quelque chose. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

J’avais sorti une feuille et l’avais montrée à Io.

« Peux-tu enchanter cette feuille avec tes pouvoirs magiques ? »

« Enchanté ? »

« C’est insuffler tes pouvoirs magiques. »

J’avais libéré une trace de mon Aura sombre devant elle et l’avais utilisée pour envelopper la feuille.

Voyant cela, Io hocha la tête avec compréhension.

« Je suis désolé... c’est... très difficile. »

« Même pour toi, hein. »

Io était maintenant une aventurière de Rang S et était même appelée une grande magicienne.

Il n’y avait personne de mieux qu’elle dans l’utilisation de la magie de la foudre et elle avait aussi reçu l’éclair sombre d’Éléanore dans l’ère passée.

Si cette Io avait dit que c’était difficile.

« Je ne savais même pas que c’était possible... »

« Tu ne l’as jamais entendu auparavant ? »

« Oui... »

Io avait l’air découragée.

« Ne te sens pas mal à ce sujet. Ce n’est pas de ta faute. »

Lui avais-je dit en tapotant sa tête.

« Mais... si même toi tu ne peux pas le faire, alors cette idée est rejetée. Je pensais que c’était une bonne idée, mais... »

J’avais réfléchi.

Ajuster la couleur du fil que le ver à soie faisait était secondaire, le plus important était qu’il attirerait beaucoup d’attention en utilisant cette méthode puisque des fils colorés ne se faneront pas ou ne se tacheront pas.

Je pensais que c’était un peu révolutionnaire, mais...

« Si c’était si facile, alors n’importe qui l’aurait déjà fait. Après tout, la sériciculture d’Ainon a plus de cent ans d’existence. »

Déclara Rica avec un sourire ironique.

« C’est une raison de plus », pensais-je.

C’était pourquoi j’avais pensé qu’il suffisait d’appeler cela un miracle.

« Il devrait y avoir un moyen... mu ! »

« Quel est le problème, Kakeru ? Pourquoi me regardes-tu ? »

« Y a-t-il quelque chose sur le visage de grande soeur ? »

Io et Hikari inclinèrent leurs têtes.

J’avais continué à regarder Io.

Je sentais que j’étais sur le point de réaliser quelque chose.

En regardant le visage d’Io, quelque chose monta dans ma tête.

J’avais désespérément pensé à ce que c’était.

« Kakeru ? »

« ... C’est juste sur le bout de la langue. En regardant Io... »

« Moi ? »

« ... peut-être que c’est quelque chose en rapport avec Io ? »

Avait dit Rica.

« Que dirais-tu de te remémorer de tes souvenirs avec Io depuis le début ? Cela pourrait le déclencher. Cela pourrait être difficile pour les plus âgés, mais... »

« Il n’y a aucun problème. Je peux me souvenir de tout ce que j’ai fait avec ma femme. »

« ... hein !? »

« Kakeru... »

{Tu ne peux même pas te souvenir du nom d’un homme.}

J’avais donné un léger coup avec un doigt à Éléanore qui se moquait de moi et j’avais retracé mes souvenirs avec Io.

Je l’avais rencontrée la première fois dans la Guilde des Aventuriers, elle m’avait dit qu’elle voulait devenir ma membre de mon groupe, nous étions allés à la vallée d’Orycuto...

« Ah ! »

« T’es-tu souvenu de quelque chose ? »

« Oui, attends une minute. »

J’avais utilisé ma plume de téléportation et m’étais téléporté dans la vallée d’Orycuto depuis mon manoir.

Le maître de la vallée avait l’air de se détendre, mais il avait soudainement essayé de s’enfuir dès qu’il m’avait vu.

J’avais enveloppé tout mon corps de mon Aura sombre, rendant mon apparence invisible.

Peu après, l’Orycuto qui paniquait s’éloigna. Il regarda nerveusement autour de lui.

Finalement, il avait pensé que je n’étais pas là. Il était revenu à l’endroit où il était plus tôt et avait commencé à se détendre.

J’avais regardé autour.

La vallée d’Orycuto, Orycudite.

C’était un endroit où ce minerai de couleur arc-en-ciel était créé, avec les puissances magiques libérées par Orycuto qui étaient absorbées par les roches environnantes.

J’avais laissé tomber la feuille que j’ai apportée au sol.

{Hou...}

J’avais entendu la voix impressionnante d’Éléanore.

Orycuto se relaxait tout en libérant des pouvoirs magiques comme pour expirer.

Les pouvoirs magiques dispersés dans son environnement enveloppaient même la feuille.

Après avoir vu la feuille complètement teinte avec cette première couleur... rouge, je l’avais ramassée et j’avais laissé un ver à soie la manger.

Le ver à soie cracha immédiatement du fil rouge.

{C’est incroyable, comment as-tu pensé à ça ? Cependant, de cette manière, cela ne serait-il pas difficile pour la production de masse ?}

« Je suppose... »

L’Orycudite d’Orycuto. C’était bel et bien une façon de l’utiliser, mais tout comme Éléonore l’avait dit, c’était difficile pour la production de masse.

Et même si Orycuto paniquait et s’enfuyait dès qu’il me voyait, c’était toujours un monstre qui menaçait les gens ordinaires.

Il était probablement difficile d’en profiter pour les affaires.

J’étais retourné vers ma maison en pensant à d’autres moyens.

« Ah ! Kakeru ! »

« Kakeru, regarde ça »

Dès que j’étais revenu, Io et Rica s’étaient rapprochées de moi.

Invité par Rica, j’avais regardé la feuille qu’Io tenait.

C’était vert... non, c’était plus vert que le normal.

La couleur était semblable à l’émeraude qui libère un éclat lumineux.

« Qu’est-ce ? »

« Je m’étais aussi souvenu de mes souvenirs avec Kakeru et je m’étais souvenu d’Orycuto. Je l’avais fait comme l’Orycuto, et j’ai été capable de le faire ! »

« Vraiment ? »

J’avais pris la feuille de Io et après l’avoir regardé, je l’avais fait manger par le ver à soie.

Nous regardions anxieusement le ver à soie pendant qu’il la mangeait.

Enfin, le ver à soie avait craché un fil de couleur émeraude.

« Nous l’avons fait ! »

« Io. Peux-tu enseigner cela à d’autres personnes ? »

« Oui ! Ce n’est pas si difficile. Bien qu’il y ait un besoin d’aller à la vallée d’Orycuto une fois. Les pouvoirs magiques là-bas, c’est aussi une attaque magique, alors oui. »

« Je vois. Les gens qui ont la capacité pour ça... ils peuvent l’utiliser aussi longtemps qu’ils vont quitter cette vallée vivant, hein. »

« Oui ! »

« C’est une découverte incroyable, Io. »

« Ehehe ~ ... »

Io sourit joyeusement.

Je l’avais félicitée, étreinte et embrassée.

Après avoir fait cela, j’avais regardé dans la direction de Rica.

« Nous pouvons faire un miracle maintenant. »

« Oui ! »

Rica avait également souri joyeusement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire