Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 9 – Chapitre 270

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 270 : Miracle et barbe à papa

La nuit, à la tête de mon lit dans ma chambre.

Althea était allongée à côté de moi.

Contrairement aux autres fois, Althea et moi portions des vêtements.

Mais bien que nous portions des vêtements, alors qu’elle levait des yeux étincelants, les yeux d’Althea semblaient non moins séduisants qu’ils ne l’étaient habituellement.

« Ka... »

... Keru. C’était probablement ce qu’Althea était sur le point de dire. Mais à l’instant où elle avait parlé, je l’avais coupé avec un baiser.

J’avais coupé la parole d’Althea avec un baiser parce qu’elle semblait être sur le point de me dire quelque chose.

Nous le faisions depuis un moment... depuis qu’Althea avait prononcé le mot « Alliance ».

Elle essayait de me nommer, mais je l’arrêtais avec un baiser.

Elle essayait de discuter de quelque chose, mais je l’arrêterais avec un baiser.

Je l’embrassais sans raison. J’embrassais Althea dès qu’elle disait quelque chose.

J’avais continué ainsi à l’embrasser, ne la laissant pas dire un mot.

{Tu la gâches, non, tu la gâtes}

Avait dit Éléanore en roulant les yeux, mais je ne l’avais pas réfuté ni approuvé.

Après tout, si je disais quelque chose, Althea lirait mes lèvres pendant qu’elle me regarderait.

C’était pourquoi j’avais seulement continué à l’embrasser sans rien dire.

« Le conseil du grand sage suffit », je ne lui avais pas dit cela par des mots, mais en l’embrassant toute la nuit.

{C’est un mensonge}

Hein ?

{Tu ne fais que la gâcher parce que tu pensais qu’elle est adorable et douce.}

Il y avait aussi... environ 80 % de la raison.

C’était vrai, mais tu n’avais pas besoin de le dire maintenant. Je tendis la main pour donner un léger coup avec le doigt à Éléanore qui ne lisait pas l’atmosphère.

Le lendemain, dans la ville d’Ainon.

Je m’étais téléporté dans la ville, puis j’avais marché jusqu’à l’église.

{Tu t’améliores dans ton utilisation.}

« Tu parles de l’aura ? »

Je tenais les sous-vêtements d’une femme.

C’était un sous-vêtement en soie fabriqué dans la ville de sériciculture Ainon.

Je tenais ça avec ma main et je l’avais même fait tourner, mais personne ne l’avait jamais remarqué.

C’était parce que je l’avais camouflé avec mon aura.

Au fait, ce que je faisais en ce moment n’était pas caché avec mon aura de camouflage.

Je le camouflais pour le faire ressembler à une simple cape sur le côté.

Sur le côté, les gens ne me voyaient que faire tourner une cape attachée en boucle avec mon doigt.

Ils ne me regardaient pas étrangement, et puisqu’ils pouvaient voir la cape, ils l’évitaient tout simplement.

« J’ai eu une idée suite à la lecture de mes lèvres par Althea. Je pensais que si je pouvais changer la façon dont mes lèvres bougent, je pourrais peut-être tromper ceux qui peuvent lire sur les lèvres. »

{C’est assez habile}

« Je ne sais pas si ça serait utile. »

{Si tu ne trouves rien pour l’utiliser, alors je te suggère de l’utiliser pour changer l’apparence de tes vêtements en celui d’une femme. Comme ce que faisait Hikari}

« Maintenant que tu l’as mentionné, c’est vraiment la même chose avec Hikari, hein. Eh bien, ce sont les mêmes pouvoirs utilisés par une Épée Démoniaque. Bien sûr que c’est la même chose. »

{Je vais te dire ceci, Hikari est meilleure que toi en ce moment. Après tout, elle peut librement changer l’apparence de cent soldats Drake comme elle le souhaite.}

« Comme prévu d’Hikari. »

Éléanore aurait pu penser qu’elle me narguait, mais contrairement à elle qui avait une rivalité contre Hikari en tant qu’Épée Démoniaque, je ne serais heureux qu’avec la croissance d’Hikari.

Même si elle me disait qu’elle était meilleure que moi, ça me rendrait heureux.

Et ainsi, j’avais marché en ville avec Éléanore, et finalement j’étais arrivé à l’église.

J’étais entré et j’avais trouvé Caroline à l’intérieur. Tandis que les autres croyants offraient leurs prières au dieu Solon, Caroline discutait avec une autre femme.

C’était une beauté pointue et froide. Ses beaux cheveux étaient attachés avec deux nœuds et vous pouviez voir une forte volonté dans ses yeux.

Rica Calamba.

Ainon est une ville près de la frontière du Royaume de Calamba. Mais la reine de ce royaume était là, elle était venue incognito, sans emmener aucun de ses domestiques.

Elle semblait parler de quelque chose avec Caroline, alors je m’étais assis sur une chaise de l’autre côté de l’église et j’avais intensifié mon ouïe sans les appeler.

« Alors ça veut dire, c’est seulement récemment que vous êtes capable d’entendre à nouveau les paroles de Dieu. »

« Oui grâce à Dieu, je peux maintenant comprendre les voix de tout le monde. »

« Est-ce vrai ? Au fait, qu’est-ce que Dieu vous a dit ? Y a-t-il quelque chose, comme un “oracle” ? »

« Hmm ~... Je ne sais pas. Il m’a seulement dit de parler plus avec les gens. »

« D’accord... Hey, quand avez-vous commencé à entendre la voix de Dieu ? À quelle fréquence l’entendez-vous ? Y a-t-il un certain minutage quand vous l’entendez ? »

Rica lui avait demandé rapidement.

Elle semblait être très intéressée par la voix de Dieu que Caroline avait commencé à entendre à nouveau, alors elle l’interrogeait.

Ce n’était que récemment que Caroline avait obtenu la compétence « Rétrocompatibilité », donc ce n’était que récemment qu’elle était capable de parler à des gens ordinaires, alors Caroline semblait confuse, incapable de donner une réponse satisfaisante.

Rica lui avait posé une série de questions, et après avoir compris qu’elle ne pouvait pas obtenir la réponse qu’elle voulait, elle s’était arrêtée.

Elle avait quitté l’église après avoir fait un don.

« Rica. »

J’avais poursuivi Rica et l’avais appelée.

« Kakeru. »

Rica s’arrêta et se tourna vers moi.

Elle n’avait pas l’air surprise du tout. Elle m’avait regardé avec un sourire.

« Tu étais là, hein. »

« Ouais. As-tu besoin de quelque chose d’elle ? »

« Je voulais juste demander quelque chose. Elle ne semble pas se souvenir de moi, alors c’était facile de lui parler. »

« Elle ne se souvenait pas de toi ? »

Je penchai la tête, puis je jetais un coup d’œil à l’église.

Caroline aurait dû la rencontrer depuis que je l’avais amenée à Rica...

Répondit Rica, ayant l’air de comprendre mon doute.

« Nous ne pouvions pas parler quand nous nous étions rencontrés auparavant, alors elle ne pouvait probablement pas se souvenir de moi. »

« Je vois... »

J’étais convaincu tandis que je marchais à côté de Rica.

La ville de sériciculture Ainon.

Je marchais à côté de la reine de Calamba sur le territoire du royaume de Calamba. Cependant, personne n’avait remarqué Rica, donc la ville semblait aussi vivante qu’elle était habituellement.

« Tu es jolie dans ces vêtements. »

« Merci. Je suis incognito, donc ce serait mieux si je portais des vêtements plus ordinaires, mais... »

« Mais ? »

J’avais demandé à Rica qui s’était arrêté à mi-chemin.

Elle me regarda avec une faible rougeur, mais elle ne répondit pas.

Nous nous étions arrêtés devant un certain magasin.

Il y avait plusieurs vitrines devant le magasin et vous pouviez y trouver des vers à soie.

On dirait qu’ils laissaient les clients nourrir les vers à soie. Un parent et un enfant à la recherche de voyageurs nourrissaient les vers à soie avec des feuilles préparées par le magasin.

Le ver à soie mangeait ces feuilles et crachait immédiatement du fil.

« Le fil est fait comme ça, hein. »

« Tu ne savais pas ? »

« Ouais. C’est différent des vers à soie que je connais. »

« Vraiment ? »

J’avais pris une feuille et j’avais posé cette feuille sur le dessus de mon doigt. Je l’entourerais aussi de mon aura en la cachant à tous les autres.

En faisant cela, j’avais parlé à Rica.

« Pourquoi es-tu venu rencontrer Caroline ? »

« Je connais l’Enfant de Dieu Caroline depuis un moment maintenant. Je viens d’entendre des rumeurs selon lesquelles cet Enfant de Dieu peut maintenant comprendre les gens. »

« Tu savais que j’étais impliqué, n’est-ce pas ? »

« Oui. C’est pourquoi j’avais pensé à tout ignorer. Mais d’après ce que j’ai entendu, j’ai pensé qu’elle pourrait entendre la voix du vrai dieu. »

« Muu ... »

Cela pourrait être vrai.

La compétence « Rétrocompatibilité » correspond à une fréquence.

Si on pouvait le comprendre comme ça, alors ce n’était pas étrange de trouver la même sorte de raisonnement que celui de Rica.

« C’est pourquoi je suis venu lui demander à ce sujet. Pour l’amour de cette ville, j’ai pensé que ce serait mieux si elle faisait beaucoup plus de miracles. »

« Comme prévu d’une reine. »

« Et si cela continue, elle sera bientôt parmi les échelons supérieurs de l’Église de Solon. Elle vient de cette ville, donc ce n’est pas mal de s’entendre avec elle maintenant. La stabilité de la religion sur le territoire est très importante. »

« Comme attendu de toi. »

J’avais dit la même chose encore une fois.

« Plutôt que ça, est-ce que tu essaies de faire quelque chose en l’utilisant ? »

Les yeux de Rica lâchèrent une lumière étrange.

Je connaissais ce regard.

C’était celui de la maîtresse de la Roseraie, le harem de la reine.

Elle avait fait un harem et me l’avait donné.

Quand on en parlait, elle faisait souvent ce regard.

J’étais tout à fait sûr qu’elle me dirait qu’elle allait coopérer si je lui disais que j’ai pris goût à Caroline.

« Non, ce n’est pas comme ça cette fois. La raison pour laquelle je me suis rapproché d’elle est... »

Mais quand je pensais poser des questions sur le mot « Alliance ».

Mes yeux avaient été attrapés par quelque chose d’autre. Ma conscience, mon intérêt était complètement pris par ça.

La feuille que je tripotais et tournais autour de mon doigt était mangée par un ver à soie.

Le ver à soie qui avait mangé ce fil noir crachait.

Je regardais fixement ça et Rica remarquait que je le faisais.

« Hein ? Il crache du fil noir... Je ne l’avais jamais vu cracher quelque chose comme ça avant. »

« C’est comme une barbe à papa... mu ! »

« Quel est le problème, Kakeru ? »

Au moment où j’avais parlé de barbe à papa, j’avais eu une idée.

Le fil noir que le ver à soie avait craché. Ce fil que Rica n’avait jamais vu auparavant, il portait l’aura d’une Épée Démoniaque.

Je lui avais fait manger une feuille ordinaire mélangée à l’aura de l’Épée Démoniaque et elle avait craché un fil d’une couleur différente.

Ajoutant au fait que les vers à soie étaient différents de ce que je connaissais, il me semblait être une machine à cracher une barbe à papa colorée.

Et cela m’avait donné une idée.

« ... Rica »

« Quoi ? »

« Je vais te montrer un miracle. »

« Quel genre ? »

Normalement, les gens seraient confus à ce stade, demandant « c’est un miracle, vraiment ? ».

{Votre longue relation avec elle n’est-elle pas pour le spectacle}

Oui, exactement comme l’avait dit gaiement Éléanore.

En raison de notre longue relation, Rica avait deviné l’essentiel de ce que j’allais faire. Ses yeux avaient commencé à montrer de l’excitation.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire