Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 9 – Chapitre 251

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 251 : La seule exception

Dans le Palais d’été de la capitale Rethim

Sélène se trouvait dans le beau jardin qui avait été fait il y a longtemps par un roi pour sa reine bien-aimée.

Sélène ne m’avait pas du tout remarqué, car j’avais utilisé ma plume de téléportation, et elle continuait à s’entraîner avec son épée.

Le son semblait avoir disparu des environs.

C’était si silencieux qu’on avait l’impression que la température avait baissé de quelques degrés et que mes oreilles sonnèrent.

Dans cet endroit où il semblerait que le temps soit lui-même suspendu, Sélène seule balançait son épée.

Ses mouvements n’émettaient pas beaucoup de son.

Ce n’était ni fort ni rapide, et il n’y avait pas de son.

Elle avait appris une forme d’épée complètement parfaite, et elle balançait son épée.

{Comme c’est effrayant, je ne peux pas croire qu’elle était cette princesse arrogante gâtée}

Éléanore l’avait même fortement évaluée.

J’étais d’accord avec elle.

Juste comme ça, j’avais regardé Sélène finir son entraînement.

« Fuu~... hein !? S-Shou ? Depuis quand es-tu là ? »

« Depuis un bon moment. »

« Oh, comme c’est embarrassant ! M’as-tu regardé pratiquer ? »

« Effectivement. Et c’était génial. »

« Vraiment ? Merci Shou ! »

Sélène couvrit son visage et secoua la tête d’une manière embarrassante, mais un beau sourire en était sorti pendant que je la félicitais.

Depuis que je l’avais soumise une fois, Sélène était devenue extrêmement accommodante.

Tellement que même Abraham s’inquiétait pour elle.

Et je pensais que ça la rendait adorable.

« Oh, c’est vrai. Merci, Shou. À propos du Duc Melina. Est-ce un problème gênant ? »

« Pas autant. J’ai seulement sauvé ses serviteurs là où on m’avait dit qu’ils étaient. Qu’est-ce qui s’est passé après ça ? »

« Oui ! Ah~... hum~ »

Bien qu’elle avait répondu avec empressement, l’empressement de Sélène avait progressivement disparu.

« Désolé, Shou. Je l’ai entendu, mais j’ai oublié. Puis-je appeler Abraham ? »

« Oui. »

J’acquiesçai et Sélène adressa un signe de la main à la femme de chambre qui était en attente à distance.

Ainsi, après avoir fait ce geste, la femme de chambre était partie sans nous approcher.

Et après avoir attendu un moment, Abraham était venu.

« M’avez-vous appelé, Votre Altesse ? »

« Oui. Shou voulait savoir ce qui s’était passé avec le Duc Melina. Dis-le-lui, d’accord ? »

« Comme le désire Son Altesse. »

Abraham acquiesça silencieusement puis se tourna vers moi.

« Grâce au Marquis, les serviteurs du Duc Melina ont été libérés. Il semblerait qu’environ la moitié d’entre eux soit revenu. »

« La moitié ? »

« Apparemment, certains d’entre eux ont abandonné le Duc Melina. Ils doivent avoir jugé qu’il n’y aurait rien à gagner à suivre un noble sur le point de tomber. »

« Hmm~ »

Cela s’était donc déroulé comme ça, hein.

« Et il y a des choses semblables qui se sont produites... »

Abraham avait fait face à Sélène et avait rapporté.

« On dirait que le duc Annis, qui a participé à la même régence des Trois Seigneurs, a vu ses serviteurs se révolter. Quelques domestiques volèrent le duc de sa fortune et s’échappèrent. »

« Ehhh !? E, est-ce que c’est bon ? »

« Oui, en tout cas, en surface. Parce que c’est un incident dérangeant pour le Duc Annis, ce serait “quelque chose qui ne s’est jamais produit” depuis un bon moment. »

Mettre un couvercle sur quelque chose qui sentait bon.

{C’est un tour que la plupart des nobles utilisent.}

« Alors, tout va bien ? »

« Oui, bien que ce genre d’incidents vont se poursuive pendant un certain temps, s’ils comprennent que le Royaume ne compte pas les combattre, cela disparaîtra naturellement. »

« Oui, j’ai compris. Alors, comme c’était le cas jusqu’à maintenant, je vais laisser ces choses à Abraham. De toute façon, tu dois prioriser la stabilisation. Tant que cela est possible, Abraham, tu peux choisir la manière de le faire. »

« Comme le désire Son Altesse. »

{Kuku, cette fille s’est révélée être ce genre de souveraine, hein.}

Éléanore l’avait dit joyeusement. J’aimais aussi la regarder.

Après avoir indiqué juste la direction, elle avait laissé tout le reste à son subordonné.

Elle leur avait tout laissé dans le bon sens.

On dirait que Sélène devenait de plus en plus une femme capable.

« Mais les serviteurs qui se rebellent sont effrayants. Comment cela peut-il être évité ? »

« C’est facile. Tu as seulement besoin de diminuer le nombre de serviteurs. »

« Diminuer ? »

« C’est vrai. Il y aurait ceux qui nous causeraient des problèmes parce qu’il y en avait trop. Si c’était quelqu’un comme moi, qui n’avait qu’une femme de chambre à qui je puisse faire confiance, ça n’arriverait jamais. »

« Je vois... »

« Sélène aussi, tu n’as pas besoin de t’inquiéter de la rébellion si ton seul subordonné est Abraham, n’est-ce pas ? »

« ... Oui, c’est vrai ! »

Sélène le réalisa et respira profondément, puis montra un sourire.

D’un autre côté, Abraham avait montré une expression troublée.

« S’il vous plaît, ne dites pas “c’est vrai !”. Votre Altesse, ce sont des choses différentes. Monsieur le Marquis, s’il vous plaît, ne lui apprenez pas ces choses étranges. »

« Eh ? Mais, c’est quelque chose que Shou a dit savoir ? »

« Cela ne s’applique que parce que c’est le Marquis. Seul le Marquis pourrait faire autant de choses qu’il le souhaitait, même s’il n’avait qu’un seul serviteur. Est-ce que Son Altesse croit qu’elle pourrait faire la même chose que le Marquis ? »

« C’est impossible ! »

Sélène l’avait clairement déclaré. Eh bien, je pensais que c’était un peu trop si elle le disait si clairement.

« S’il vous plaît, pardonnez ma grossièreté, j’ai été impoli. J’accepterai n’importe quelle punition. »

« O, oui, c’est exactement comme Abraham l’a dit. Je ne suis pas Shou, donc c’est vraiment impossible pour moi d’être comme ça. »

« Votre Altesse... »

« Mais alors, que dois-je faire ? Je pense vraiment qu’avoir une rébellion est mauvais... Je suis aussi entrée dans une rébellion avant. »

« Je crois que récompenser un bon travail et punir un mauvais travail est suffisant. »

« Récompense et punition ? »

« Oui, en plus, ça sera strictement évalué. Il y aura des récompenses pour ceux qui rendent service et des punitions distribuées à ceux qui commettent des crimes. Et nous devons le faire sans une seule exception. »

« Nous avons seulement besoin de faire ça ? »

« Oui, en faisant cela, les sujets suivront certainement Son Altesse, ils suivront même s’ils ont peur. »

« Je vois... faisons ça »

« ... Je vais te donner un conseil. »

J’étais intervenu après avoir écouté ce dont parlaient Sélène et Abraham.

Contrairement à avant, Sélène avait commencé à accepter les suggestions des autres. C’était une bonne chose, mais il y aura des facteurs incertains lors de l’administration de ces récompenses et de ces punitions.

C’était pourquoi j’étais intervenu. C’était pour éviter ça.

« Quoi ? »

Sélène me regarda avec ses yeux excités.

« C’est mieux s’il y a une seule exception. C’est mauvais si c’est extrêmement strict. Vous seriez facilement fatigué si vous étiez nerveux tout le temps, n’est-ce pas ? »

« Oui, c’est vrai. Quel genre d’exception ? »

Sélène avait demandé. À côté d’elle, Abraham me regarda avec un regard douteux.

Ne t’inquiète pas, ce ne sera pas si mal.

« Mes mots. »

« Shou ? »

« C’est vrai. Pardonnez à ceux que je vous ai dit de pardonner, et punissez ceux à qui je vous ai dit de punir. »

« Fumu, fumu. Les paroles de Shou sont donc une exception, hein. »

« C’est vrai. Et à l’opposé... »

Je fixai directement Sélène.

« Tu peux ignorer quelqu’un d’autre que moi. Tu devras simplement exécuter cette “récompense à ceux qui rendent service et punition distinguée à ceux qui commettent des crimes” comme Abraham l’a dit. »

« Entendu, je vais le faire ! »

Sélène n’avait aucun doute sur mes paroles et l’accepta telles qu’elles étaient.

C’était vraiment une bonne chose que je le lui avais dit.

En polissant les récompenses et les punitions, il y aura certainement des gens qui demanderaient une « exception ».

Et l’actuelle Sélène pourrait les accepter. Si c’était cette Sélène, qui avait compris sa propre impuissance en lui faisant accepter la suggestion des autres, alors cela pourrait vraiment arriver.

Pour éviter cela, je lui avais dit mes mots.

Mes mots qui étaient « absolus » pour Sélène.

Même si les gens lui demandaient une exception, elle pourrait simplement leur dire « la seule exception est Shou. ».

L’exception était faite pour cela.

Sélène ne comprenait pas tout, mais Abraham le comprenait.

« Comme prévu. »

« Eh ? Quoi ? »

« Je viens de dire que c’est comme attendu du Marquis. »

« Oui ! Après tout, il est mon Shou ! »

En entendant Abraham dire cela, Sélène avait montré le plus beau sourire qu’elle avait montré aujourd’hui.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire