Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 8 – Chapitre 241

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 241 : La loterie dorée

Après une nuit de repos, j’avais emmené Éléanore et Hikari à la loterie. Et là, comme d’habitude, Éléanore s’était retrouvée dans sa forme humaine.

« Cela fait longtemps que nous ne sommes pas venus ici. Bien qu’un ou deux jours seulement se soient écoulés. »

« Hum, on dirait que ça fait cinq mois que nous ne sommes plus venus ici. », dit Éléanore en se tenant debout avec un air de calme.

Cette fille... elle était un peu...

« Hoee~... Maman, n’as-tu pas l’air un peu plus adulte ? »

Il semblerait qu’Hikari avait ressenti la même chose.

Éléanore se tenait avec un calme naturel.

Bien que son apparence n’avait pas changé du tout, que ce soit l’air autour d’elle ou l’impression qu’elle donnait, c’était un peu différent.

« Bien sûr. Après tout, je ne suis plus vierge. »

« Vraiment ~ ? »

« Hum, exact ? »

Éléanore m’avait regardé avec un sourire.

Dans le passé, j’avais fait l’amour avec Éléanore, avec l’Éléanore du passé.

Et cette Éléanore... elle avait transmis ses pouvoirs à cette Éléonore.

Plus tard, j’avais entendu dire qu’elle avait aussi reçu ses souvenirs de ce moment-là.

En d’autres termes, cette Éléonore « se souvenait » de cette époque.

« Je vois... c’est pour ça que maman est si jolie. »

« Exactement. »

« Maman est incroyable ! »

« Hmph... »

« Hum... bien que ce soit la énième fois que je dis cela, s’il vous plaît n’apportez pas votre étrange scène de famille ici. »

Tandis qu’Hikari étreignait Éléanore et qu’Éléanore caressait la tête de sa fille avec un sourire, la femme du personnel de la loterie apparaissait avec un regard expressif, comme toujours.

« Yo, ça fait un moment. »

« Cela ne fait pas si longtemps ? Mis à part cela, s’il vous plaît arrêtez cela. »

« Est-ce vraiment si étrange ? Est-ce mal pour une fille d’admirer la beauté de sa mère ? »

« Je ne parle pas de ça »

La femme du personnel faisait la moue.

« Une mère dirait-elle normalement à sa fille qu’elle n’est plus vierge ? Je veux dire, c’est une prémisse qui n’est pas trop normale, il est même impossible d’y penser. A-t-elle donné une naissance en étant vierge ou est-elle sortie de son aisselle ou de quelque chose d’autre... »

« Ce ne serait pas étrange du tout si Hikari devient un messie. »

« La façon dont tu adores ta fille est encore mieux que ça... »

La femme du personnel avait poussé un profond soupir, puis après s’être ressaisie, elle m’avait regardé.

« Bienvenue, aimeriez-vous jouer à la loterie aujourd’hui ? »

« Ouais. Puis-je l’utiliser ? »

J’avais sorti le ticket de loterie en or.

C’était le billet de loterie d’or que j’avais collecté dans le passé. C’était le billet de loterie en or que j’avais ramassé après avoir rencontré Tania, Olivia, Althea et Éléanore, les femmes qui étaient connectées dans le passé et dans mon présent.

La femme du personnel qui avait vu cela avait alors déclaré.

« Ce sera une loterie limitée. »

« Limitée, hein ? Quel genre de loterie est-ce ? »

« C’est ce qu’on appelle la première loterie. »

« La première loterie ? »

« En bref, c’est cette loterie que vous avez tirée avant de vous téléporter dans ce monde. Vous pouvez encore jouer avec cette loterie. »

« N’est-ce pas, celle avec le multiplicateur 777x, et les tentacules. »

« Oui, vous pouvez jouer avec celle-là. Cette fois, vous pourrez l’utiliser pour une autre personne comme vous le souhaitez. Bien sûr, vous pouvez également l’utiliser pour vous-même. Ah ! Je vais dire ceci pour être sûre. Cette fois-ci, vous ne pourrez jouer qu’une fois. »

Après que la femme du personnel eut dit cela, Éléanore avait manifesté son intérêt.

« Une loterie où une capacité pourrait apparaître, hein. »

« On dirait ça. »

« Y a-t-il autre chose ? »

« Laisse-moi m’en souvenir... »

Je m’étais remémoré de cette époque. À ce moment-là, j’étais autorisé à jouer autant de fois que je le voulais.

Il y avait cette compétence qui ferait de vous un homme qui crachait du feu. Il y avait aussi Sage et également Berserker. Autre que cela, des multiplicateurs de capacité comme 2x, 3x et 10x.

« Parmi celles que tu as mentionnées, les tentacules semblent les plus intéressants. »

« Si oui, je te les donnerai si on le tire au sort. »

« Ce n’est pas nécessaire. Je peux créer des tentacules moi-même. C’est une capacité de base d’une Épée Démoniaque. »

Quand Éléanore avait dit ça, Hikari avait l’air surprise, avec des yeux élargis.

« Vraiment ? Est-ce qu’Hikari peut aussi utiliser des tentacules ? »

« Bien sûr. Tu es ma fille après tout. Bien que tu aies besoin d’un peu de formation. »

« Hikari va apprendre ! C’est après tout le savoir-vivre des Épées Démoniaques. »

« Hum. Je t’apprendrai la prochaine fois. »

« Les tentacules d’Hikari, hein. Ça doit être mignon. »

Je l’avais imaginé pendant un moment, la belle Hikari créant des tentacules. Je ne savais pas si elle le fera sous sa forme d’Épée Démoniaque ou sous sa forme humaine... ça pourrait être avec les deux... mais il n’y avait aucun doute que ce sera mignon.

« S’il vous plaît, arrêtez avec cette étrange scène de famille... à quoi diable pensez-vous... quels tentacules mignons de votre fille... »

La femme du personnel avait commencé à marmonner quelque chose pendant qu’elle préparait la machine à loterie.

Si j’avais raison, cela devrait être celui que j’avais tiré dans mon monde précédent.

Mais, cette chose ~.

Franchement, elle ne m’était plus si précieuse.

Non, ce que je voulais dire, c’était vrai que les prix étaient puissants. Chacun d’eux pourrait être appelé comme des compétences cachées.

Mais, j’avais joué plusieurs fois et j’avais choisi au final parmi toutes les capacités la 777x. Je ne pensais pas que les autres soient si précieuses après avoir obtenu celle-là.

« Ne réfléchis pas trop »

Est-ce qu’elle avait lu mes pensées ? Éléanore affichait un large sourire.

« Tire juste comme d’habitude et donne-la à l’une de tes femmes. Bien que cela puisse, être une chose inutile pour toi, mais cela ne devrait pas l’être pour tes femmes, n’est-ce pas ? »

« ... c’est vrai. »

C’était exactement comme l’avait dit Éléanore.

J’avais arrêté de m’inquiéter à ce sujet et je m’étais approché de la machine à loterie.

J’avais placé ma main sur la poignée et l’avais légèrement tournée.

* GaraGaraGara *... * Poton ! *

* KaranKaranKaran *, la cloche retentit.

« Toutes nos félicitations ! C’est {Marionnettiste}. »

Ça n’était pas comme si j’en avais besoin, mais c’était une capacité intéressante.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire