Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 8 – Chapitre 240

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 240 : Une servante capable

Après que la lumière se soit dissipée, nous étions retournés à mon manoir. C’était le manoir familier que j’avais l’habitude de voir, et j’avais l’impression que ça faisait longtemps depuis la dernière fois où j’étais venu ici.

Nous étions debout dans le jardin, au même endroit où nous étions partis.

« Sommes-nous... revenus ? »

« Testons-le. »

J’avais ouvert mon entrepôt dans une dimension parallèle et j’avais sorti ma plume de téléportation.

En utilisant cet objet, je pouvais me téléporter vers des endroits que j’avais déjà visités. Cependant, il semblait que c’était limité à chaque époque.

Quand nous étions arrivés dans le passé, je ne pouvais pas me diriger vers les endroits où j’avais été dans le présent.

J’avais enroulé un bras autour de la taille d’Io et l’invoquais pour me diriger vers le printemps de Maraton. La plume de téléportation n’avait pas montré de réaction.

Suite à cela, j’avais invoqué comme lieu de téléportation la vallée d’Orycuto.

Le paysage devant moi avait changé instantanément. J’étais arrivé à la vallée d’Orycuto avec Io. Il y avait des rochers colorés et des rochers créés par les pouvoirs magiques environnants ici. C’était la vallée où vivait le monstre appelé Orycuto.

« On dirait que nous sommes de retour dans le présent. »

« Je suppose que oui. Regarde, il fuit. »

« Ah ! Orycuto. »

À l’endroit que je désignais, le seigneur de la vallée, Orycuto, nous fuyait désespérément.

« Comme il s’enfuit de cette manière, il devrait nous connaître. En d’autres termes, c’est l’Orycuto de notre époque. »

« C’est vrai. Comme c’est nostalgique. »

« Essaye de faire tomber un éclair sur lui. »

« Eh ? »

Io m’avait regardé avec un visage surpris. « Orycuto n’a rien fait... », était écrit sur son visage.

« Le pouvoir que tu as reçu d’Éléanore, je veux savoir si tu as pu l’amener ici. »

« Je vois. Compris »

Io hocha la tête et s’éloigna de quelques pas de moi, elle leva son bâton magique.

Ses pouvoirs magiques s’élevèrent, et ses vêtements flottèrent dans les airs.

« Foudre noire d’Éléanore ! »

Après avoir chanté, elle pointa son bâton magique vers Orycuto.

Un éclair noir tomba du ciel, frappant Orycuto. Bien que le seigneur de cette vallée soit pratiquement immortel, sa seule faiblesse était la foudre. Avec ce seul coup de foudre sombre, la moitié de son corps avait fondu.

« I-Incroyable... »

Celle qui avait utilisé la magie avait été la plus surprise de voir cette puissance.

« Il semble plus puissant que ton sort des cent éclairs. »

« Oui... de penser que c’était un sort magique si fort... est-ce acceptable de recevoir une telle chose ? »

« Reçois le juste avec reconnaissance. Plus le sortilège est fort, plus il consomme de puissance magique. Si tu peux le lancer, personne ne se plaindra, même si c’est quelque chose que tu as reçu d’une autre personne. »

« Oui. »

Io hocha la tête avec soumission. Elle fixa intensément sa main. Elle avait l’air de ne pas pouvoir croire que c’était vraiment son propre pouvoir.

Je l’avais emmenée et j’étais retourné dans ma maison.

À peu près en même temps que nous étions revenus, on avait frappé à la porte.

« Maître, êtes-vous ici ? »

C’était la voix de Miyu. Comme c’était nostalgique.

« C’est moi. Entre. »

« S’il vous plaît, excusez-moi. »

Miyu entra dans la pièce et dès qu’elle vit mon visage, elle devint limpide.

« Quel est le problème, Miyu ? »

« Eh ? Ah, ce n’est rien. Il y a des visiteurs pour Io-san. C’est Agnes-san et Julia-san. »

« Agnes et Julia sont là ? »

« Laisse-les entrer. »

« Entendu. »

Miyu s’inclina et après avoir jeté un autre coup d’œil à mon visage, elle quitta la pièce. Qu’est-ce qui se passe avec elle ? Y avait-il quelque chose sur mon visage ?

Et alors que j’y pensais, Agnès et Julia entrèrent dans la pièce.

Les filles du groupe d’Io. Agnès portait une épée lourde tout en étant vêtue de vêtements rudes, et Julia ressemblait à une prêtresse modeste et soigneusement habillée.

« Nous te cherchions, Nee-san. »

« Onee-sama, tu étais ici. »

Les deux filles coururent rapidement vers Io.

« Je suis désolée, Agnès, et Julia aussi. Je suis partie depuis longtemps. »

En raison de notre voyage dans le temps, Io s’était excusée auprès des deux filles puisque nous étions dans une merveilleuse aventure, mais les deux l’avaient regardée avec un regard perplexe.

« Que dis-tu, Nee-san ? Nous nous sommes rencontrés hier, non ? »

« Eh ? Hier ? »

« Oui... nous venions de terminer la quête que nous avions reçue de Son Altesse la princesse Hélèna avec Onee-sama... »

« N’est-ce pas, la veille de notre départ... ? »

« « Eh ? » »

Agnès et Julia laissèrent échapper une exclamation en même temps et inclinèrent la tête.

Io m’avait regardé avec un visage plein de confusion.

Je vois, c’était donc comme ça.

« Nous sommes probablement revenus à l’heure juste après notre départ. C’est un voyage dans le temps après tout. C’est une chose commune. »

« C’est quelque chose de commun, vraiment ? »

« Oui. »

C’était une chose commune. Comme ce qui était arrivé à Urashima Tarou.

Mais bien sûr, je ne lui avais pas dit que le contraire était aussi une chose commune.

Mais je vois. Les jours passés dans le passé n’avaient pas d’importance, nous venions juste de rentrer au moment de notre départ.

C’était tout à fait pratique pour beaucoup de raisons.

« Plutôt que ça, Nee-san. Nous avons une quête. »

« Une quête ? »

« C’est une quête de subjugation de Rang S de la Guilde. Nous ne pouvons pas traiter rien que nous deux, alors nous aimerions te demander de venir avec nous. »

« Un assujettissement de Rang S... cela semble difficile... »

Tandis qu’Io marmonnait comme ça, elle me jeta un coup d’œil.

Les quêtes de la Guilde des Aventuriers avaient différents niveaux de difficulté, même pour un même rang. Une quête de subjugation consistait à vaincre littéralement son adversaire, alors bien sûr, elle était de la plus grande difficulté.

Et si c’est une quête de subjugation de Rang S, vous pouviez dire que c’était une quête de la plus haute difficulté.

Je comprenais pourquoi Io était inquiète.

« Va. »

« Eh ? »

« Va et montre ta force. »

Je l’avais dit et je fis un geste montrant la foudre tombant du ciel avec un doigt.

Io avait vu ça et avait pris une profonde respiration.

L’éclair sombre d’Éléanore. J’avais dit à Io de maîtriser cette compétence et de montrer à chacun sa force, et Io l’avait compris.

« J’ai compris, je vais y aller maintenant. »

« D’accord. »

Io avait pris Agnès et Julia avec elle avec un visage confiant.

Bien qu’il soit vrai que le risque d’accepter une quête de subjugation de Rang S soit élevé, Io devrait s’en sortir.

{Même si ce n’était que pour un instant, elle m’a surpassée et a même appris une compétence venant de moi}, avait dit Éléanore qui était silencieuse depuis notre retour.

{Et en parlant de compétences, il y en a une autre. Hikari}

{Oui, je vais l’essayer ~.}

Après qu’Hikari l’eut dit gaiement, sa lame brillait faiblement.

Peu après, un drake avait été convoqué.

« Je vois, comme c’est avec Io, tu les as aussi amenés ici. »

{Exactement. Hikari, peux-tu transformer son apparence en un humain ?}

{Je peux le faire~}

Le drake invoqué se transforma immédiatement en humain, plus précisément en soldat. C’était une compétence qu’Éléanore avait enseignée à Hikari dans le passé, une compétence qui était aussi utilisée sur le champ de bataille.

Tout comme Io, elle avait été capable d’utiliser la capacité qu’elle avait apprise dans le passé, même après son retour au présent. Hikari avait également montré des bonus.

Je me sentais heureux à ce sujet, mais...

{Bon travail, Hikari. Tu devrais être capable de le faire maintenant}

{Que puis-je faire~ ?}

{Hum, c’est...}

La voix d’Éléanore devint silencieuse.

La voix de l’Épée Démoniaque qui résonnait dans ma tête. Était-ce parce que je ne l’entendais pas en utilisant mes oreilles renforcées ? Fait inhabituel, j’étais incapable d’entendre ce qu’elle disait.

{Oui, j’ai compris ! Papa, attends un peu okay~.}

Après qu’Hikari avait dit cela, elle était revenue à sa forme humaine et avait trottiné hors de la pièce.

« Hé, Hikari... elle est déjà partie... Qu’est-ce que c’était ? »

{Tu le découvriras bientôt. J’ai enseigné cette technique à Hikari.}

Éléanore avait seulement dit cela et était devenue silencieuse.

Bien que je puisse supposer qu’elle préparait probablement quelque chose, mais qu’est-ce que c’était ?

J’étais curieux, mais puisqu’Éléanore ne voulait pas en parler, elle ne me le dirait probablement pas même si je la force.

Et Hikari m’avait dit d’attendre un moment, alors c’est ce que je ferai.

Je m’étais assis sur le lit. Il était vrai que j’étais peut-être un peu fatigué. Voyager vers le passé était étonnamment épuisant.

Peut-être que je devrais me coucher tôt aujourd’hui. Mais quand je pensais comme cela, Hikari était revenue.

« Je suis de retour, Papa ~ »

« Myu~ »

Hikari portait Chibi Dragon en la câlinant.

C’était la combinaison d’Hikari et de Chibi Dragon que je n’avais pas vue depuis longtemps. Cette scène réconfortante avec les deux ensemble était vraiment efficace pour mon corps fatigué.

« Nous saluons ton retour. Quel est le problème, pour l’amener avec toi. »

« Tu le sauras bientôt. O-chan, es-tu prête ? »

« Myu~, myu~ »

Chibi Dragon leva les yeux vers Hikari en pleurant myu~ myu~.

Ils vont faire quelque chose ? pensais-je. J’avais attendu.

Hikari avait mis Chibi Dragon par terre. Après cela, elle s’était mise à genoux et avait regardé dans les yeux du Chibi Dragon.

Chibi Dragon et Hikari se regardaient l’une et l’autre. Peu de temps après, le corps d’Hikari avait libéré une faible lumière.

La lumière cligna plusieurs fois et enveloppa Chibi Dragon.

Que se passe-t-il ? Cela me semblait familier. Et quand je me rappelais ce que c’était, l’apparence de Chibi Dragon avait disparu.

« Hikari ? »

« Attends juste un peu plus, okay ? »

Hikari avait dit cela et avait gémi : « Mumumumu~ », avec les yeux fermés.

Et puis, Chibi Dragon avait été convoqué. Tout comme les drakes.

{C’est maintenant que tout commence vraiment.}

« Oui ! Hikari fera de son mieux ~ ! »

« Que ça commence vraiment ? Que veux-tu dire ? »

{J’ai enseigné cette technique à Hikari pour cela.}

Éléanore avait dit cela et était redevenue silencieuse.

Le petit corps de Hikari libéra une fois de plus la lumière et cette lumière enveloppa Chibi Dragon.

Après que la lumière ait brillé, celle qui était là était...,

« Hein ? C’est... arere~ ? »

« Olivia !? »

« Humain !? Mais pourquoi ? Il reste encore longtemps avant que je grandisse, pourquoi ? »

« ... C’est donc ça, hein ? »

J’avais regardé Éléanore.

C’était pour cela qu’elle avait enseigné à Hikari la capacité de l’Épée Démoniaque à invoquer les soldats drakes et a changé leur apparence.

La meilleure amie d’Hikari, Chibi Dragon.

Le Roi Dragon Olivia qui voulait continuer à vivre juste pour me rencontrer, devenant même un dragon rouge pour se réincarner.

C’était la nouvelle occupante d’une Épée Démoniaque, ce qui lui avait permis de retrouver sa forme initiale immédiatement.

« ... ah ! C’était donc ça. »

« Comme prévu, tu l’avais aussi remarqué. »

« J’aurais dû m’en rendre compte dès l’instant où Hikari avait appris cette compétence. »

« Désolé, maman m’avait dit de garder le secret. »

{Kukuku, quelle belle surprise est-ce, non ?}

Ben ouais. Je ne pensais pas que nous allions être réunis comme ça.

J’avais regardé Olivia, et Olivia m’avait regardé.

Les yeux du Roi Dragon étaient émus et elle avait l’air de pouvoir pleurer n’importe quand maintenant.

« Tu m’as vraiment manqué ! »

Avait dit Olivia tout en sautant dans mes bras... mais.

* Puff ! *, il y avait un bruit comme si l’air fuyait, et Olivia était retournée sous sa forme Chibi Dragon à mi-chemin.

Quand elle était entrée dans mes bras, elle était redevenue Chibi Dragon, et je me sentais exactement comme si mon chien m’avait sauté dessus.

« Que se passe-t-il ? »

« Arere~ ? Je pensais que je pourrais garder O-chan un peu plus longtemps. »

« Ça avait duré longtemps avec les soldats Drakes, n’est-ce pas ? »

{Bien, les dizaines de secondes sont ta limite puisqu’elle est un Roi Dragon. Hikari, tu dois travailler plus dur.}

« C’est donc ça, hein »

{Au fait, si c’était moi, je pourrais la faire rester assez longtemps pour faire un « match » avec toi.}

« Comme d’habitude, tu es vraiment en compétitions en ce qui concerne les affaires des Épées Démoniaques »

J’avais senti que c’était un peu drôle.

Chibi Dragon... Olivia avait pleuré « myu~myu~ » dans mes bras avec un visage triste.

Je lui avais caressé la tête.

« Ne te précipite pas, je suis là avec toi »

Je lui avais dit ça.

Hikari emporta Chibi Dragon et quitta la pièce.

Après avoir passé un contrat, elle faisait maintenant partie des occupants de l’Épée Démoniaque Hikari, mais leur relation n’avait pas changé.

Hikari et Chibi Dragon, elles étaient toujours les meilleures amies.

J’étais resté dans ma chambre.

Je me sentais un peu fatigué après tout.

Bien que ce ne fût même pas un jour dans cette ère actuelle, j’avais fait un long voyage dans le passé.

À cause de cela, mon épuisement était apparu tout d’un coup.

{Tu devrais en rester là pour aujourd’hui}

« Je ferai ça. »

Je devrais juste dormir maintenant..., mais quand je pensais à ça.

Il y eut un léger coup à la porte.

« Entre. »

J’avais répondu et Miyu était entrée.

Ma servante transportait quelque chose en utilisant un plateau d’or.

« Quel est le problème, Miyu ? »

« Ceci, c’est un parfum que j’ai reçu de Mademoiselle Delphina. Ça marche vraiment contre la fatigue. »

« Tu as reçu quelque chose comme ça d’elle ? Tu parles d’un cadeau de Delphina. Cela semble cher. »

« Oui. Cette seule pièce coûte presque aussi cher que notre manoir. »

« Autant !? Quel genre de parfum est-ce ? »

« On m’a dit : “garde-toi en bonne santé pour ton maître” quand je l’ai reçue. »

« Elle est subitement gentille... eh bien, probablement pas »

{Hum, c’est Delphina. C’est probablement un investissement initial pour quelque chose.}

« Elle veut probablement Miyu. Cependant, je ne vais pas la lui donner. »

Et pendant qu’Éléanore et moi disions ça, Miyu était venue sur le côté du lit en portant le plateau et avait allumé le parfum.

Le parfum s’était rapidement dispersé avec de la fumée, délivrant un parfum agréable.

« Miyu ? »

« Hum, c’est parce que le Maître avait l’air plus fatigué que d’habitude. »

« ... ! »

J’avais été surpris.

Je vois. C’était pourquoi Miyu m’avait regardé deux fois quand elle avait quitté la pièce plus tôt.

{Une femme de chambre impressionnante. Pour penser qu’elle est capable de remarquer quelque chose à propos de toi que personne d’autre n’a vu.}

« Bien sûr. Miyu est la meilleure servante du monde. »

« Fuee! »

Miyu qui n’entendait pas la voix d’Éléanore laissa échapper une voix surprise.

Et la manière dont Miyu me regardait était très agréable.

Je lui avais fait signe de venir près de moi et de s’asseoir sur le lit.

« Viens ici, Miyu. »

« Mais, Maître est fatigué. »

« C’est pourquoi je vais te MofuMofuiser en t’allongeant sur le lit »

« ... ! Oui ! »

Miyu agita sa queue et vint vers moi avec bonheur.

Je l’avais embrassée et j’étais tombé sur le lit.

Le parfum avait rapidement rempli la pièce, et tout en le respirant mon corps se détendit,

J’avais continué à MofuMofuiser Miyu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire