Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 8 – Chapitre 233

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 233 : Un amour spécial

La nuit, dans le camp de base de l’armée rebelle de Mercury.

À cette époque où l’on était encore qu’« une armée de rebelles contre l’empire », il y avait assez des tentes pour entasser trois mille soldats.

Et là dedans, il y avait ma maison magique qui se démarquait, un objet de triche que j’avais obtenu à la loterie.

Dans la chambre, j’étais avec les deux Tania. À ma gauche se trouvait la fille fantôme, la Tania du futur qui s’était matérialisée par les pouvoirs d’Éléanore.

À ma droite se trouvait une simple villageoise, la Tania de cette époque, qui devait encore se transformer un fantôme.

Après avoir couché avec les deux filles qui avaient exactement la même apparence, mais qui avaient des personnalités différentes, j’étais allongé sur le lit.

« Ce sera bientôt... non ? »

« Hein ? Bientôt quoi ? »

« Je vais devoir dire adieu à Kakeru bientôt, non ? »

Murmura Tania avec tristesse.

J’étais venu à cette époque avec Io grâce au prix que j’avais obtenu à la loterie, la paire de billets pour une merveilleuse aventure.

On dirait que même Tania avait compris que la fin approchait.

Je ne pouvais pas la voir comme ça, alors je l’avais réconfortée d’un ton léger.

« Eh bien, ce ne sera pas pour tout de suite. Ça pourrait prendre un peu plus de temps, cela va continuer pendant longtemps. »

« Non, je le sais. Non, j’ai commencé à comprendre. »

Dans mes bras, le corps nu de Tania bougea et m’enlaça fermement.

« Après avoir appris beaucoup de choses de Io, j’ai appris à le comprendre après t’avoir regardé tout ce temps, j’ai ainsi découvert que ce serait pour bientôt. Après tout, tu n’aurais aucun moyen de perdre. »

{Je sais bien, Kakeru ne va pas perdre contre quelque chose comme ça... hya !}

« Quel est le problème, Tania ? »

{Je sentais que j’étais piqué en ce moment}

« ... ça devrait être Éléanore. Tu l’as appelée “quelque chose comme ça” après tout. »

{Je suis désolée ~}

La Tania fantôme s’était excusée. Eh bien, c’était probablement Éléanore qui jouait.

Si cette fille était sérieuse, il n’y avait aucun moyen pour que Tania, qui était une servante ayant un contrat avec une Épée Démoniaque, puisse sentir qu’elle avait été piquée, car son existence aurait été instantanément effacée.

Comme je le pensais, Éléanore était vraiment devenue plus amicale.

Ah oui, c’était à propos de l’actuelle Tania.

« Je suppose que ce sera pour bientôt. Après que je l’ai coupée, ce sera la fin à cette époque. »

« Oui... mais, je ne me sentirai pas seule »

Elle m’avait fait un beau sourire tout en adoucissant son étreinte.

« Après tout, je sais que je vais te revoir, Kakeru. Je ne pourrais te rencontrer pendant un moment, mais après, nous serons toujours ensemble. »

« Bien sûr. Je ne laisse pas partir mes femmes. »

J’avais dit ça puis je l’avais enlacé en même temps que la Tania fantôme.

Comme si c’était une promesse, une prophétie.

{Ah ! J’ai reçu un message de Lady Éléanore.}

« Eh ? »

{Elle a dit « Bien que l’amour de cet homme pour les femmes soit un peu spécial, c’est une autre raison pour laquelle tu devrais être soulagée »}

« ... Oui ! »

Vraiment, Éléanore en disait trop. Mais, Tania avait montré un sourire heureux en raison de cela, donc je ne pouvais pas me plaindre.

« Mais, il y a encore une chose que je n’arrive pas à croire. »

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Comment vais-je faire pour devenir comme ceci ? »

{Fue~ ?}

« Après tout, nos personnalités sont complètement différentes. »

« Oui, c’est vrai. Il pourrait se passer encore beaucoup de choses. »

{Qu’y a-t-il ?}

Le fantôme Tania pencha la tête.

Tout en sachant que c’était une blague de Tania, on dirait qu’elle avait agi et avait fait une énorme réaction.

Après un moment.

« Uhm, Kakeru... »

« Oui ? »

« Puis-je... pouvons-nous le faire une fois de plus ? »

Tania m’enlaça fermement et me demanda cela.

Elle l’avait demandé timidement.

« Est-ce que ça suffit ? »

« Hum... ah ! »

Je lui avais donné un léger baiser et l’avais regardé droit dans les yeux.

« Est-ce que ça suffit ? »

« Je-je le veux vraiment... je veux le faire énormément avec toi, Kakeru. »

« Bonne fille. »

En entendant ses mots, j’avais de nouveau embrassé Tania.

J’avais « réconforté » Tania toute la nuit.

Le matin était venu et Tania était sortie de la Maisonnette Magique.

Kakeru dormait encore à l’intérieur de la maisonnette.

Rester dans ses bras était incroyablement confortable. C’était si confortable qu’elle aurait aimé pouvoir fondre avec lui et être ensemble pour toujours.

Cependant, Tania s’était échappée.

Sachant que l’heure de la séparation était proche, Tania se glissa hors des bras de Kakeru de sa propre volonté pour qu’elle ne le dérange pas.

Le soleil avait commencé à s’élever de l’est. Tania chuchota en regardant ça.

« Ce sera douloureux et agonisant, une souffrance comme si vous étiez dans un enfer éternel vous attendra. »

Elle se souvenait de la diseuse de bonne aventure Akansa et de son destin qui avait été lu.

C’était un avenir qui viendra à elle sans aucun doute.

« Surmontez ça. Car au-delà, il y a un seul rayon de lumière. Une partie bonne et neuf parties mauvaises. C’est une partie bonne et neuf parties mauvaises. »

Le futur était venu de lui-même. Il était venu avec une force écrasante. Une force écrasante qui pouvait surmonter tous les obstacles.

« La première moitié est correcte, mais la seconde moitié est fausse. »

Elle avait chuchoté. Son futur avait changé aux mots de Kakeru.

« C’est dix bonnes chances et zéro mauvaise. Son destin est déjà décidé. »

Après avoir dit cela à la fin. Elle se tenait fermement les mains devant sa poitrine.

Elle avait l’air de prier, elle avait l’air de tenir quelque chose de précieux.

Elle avait l’air de tenir sur sa poitrine les mots de Kakeru et son avenir prophétisé.

« Oui, je ferai de mon mieux. »

Elle leva le visage et sourit dans la lumière du matin qui brillait sur elle.

Elle devait encore le remarquer. Elle n’avait pas encore remarqué le fait que la fille timide du village commençait à ressembler à cette joyeuse fille fantôme.

« Oui, je devrais faire de mon mieux »

« Ke! »

« Eh ? »

Elle avait soudainement entendu la voix d’un homme. Tania avait été surprise.

Elle se retourna rapidement et vit un soldat.

Il regarda Tania avec des yeux dédaigneux, la rabaissant.

« Q-Qu’est-ce que c’est ? »

« Tsk, quel bâtard arrogant, prenant une femme avec lui pendant la guerre. »

« ... »

« Ils disent qu’il est recommandé par Lady Althea, mais ce genre de bâtards arrogants n’est pas un gros problème. C’est juste un brigand, volant les mérites dans des batailles. »

« ... Excusez-vous. »

« Hm ? »

« S’il vous plaît, retirez ce que vous venez de dire ! »

Tania serra fermement son poing et lança un regard noir au soldat.

« Oh, oh ! Quelle chienne courageuse ! “n’insulte pas mon homme” haha ! »

« ... ! S’il vous plaît, retirez les mots que vous venez de dire à l’instant. »

« Et si je ne le fais pas ? Chienne ! »

Le soldat avait pointé sa lance vers Tania. La lame de couleur terne pointait vers sa gorge, touchant légèrement sa peau.

D’autres soldats étaient venus en entendant l’agitation.

Cependant, personne n’avait essayé de les arrêter. Ils avaient seulement regardé de loin.

« S’il vous plaît... »

Tania attrapa le bout de la lance et lança un regard noir au soldat.

« ... retirez-les ! »

« Que diable... »

Le soldat lui avait crié de nouveau et avait essayé de tirer et de la poignarder avec sa lance, mais il avait soudainement froncé ces sourcils après avoir remarqué quelque chose.

La lance était gelée.

Elle avait gelé depuis l’endroit que Tania avait saisi. La lame, le bois et enfin la lance entière étaient gelés.

« T-Toi, putain de chienne !! »

Le soldat jeta sa lance et attaqua Tania en levant les poings.

Des hurlements et des cris avaient été lancés pour les arrêter.

« ... ! »

Tania n’avait pas reculé. Non seulement cela, elle avait fait un pas en avant, libérant sa magie de glace vers le soldat qui avait chargé vers elle.

Le soldat ne pouvait plus bouger les bras qu’il avait levés. Ses deux bras avaient été gelés instantanément.

« Q-quoi... que diable ! »

« S’il vous plaît, retirez vos paroles, retirez-les maintenant ! »

Tania avait crié au soldat pour la troisième fois.

Atteignant ce point, le soldat avait finalement réalisé qu’il avait choisi un combat contre quelqu’un qu’il ne pourrait pas battre.

« Je-Je suis désolé. Je vais les retirer, je vais reprendre mes paroles, alors pardonnez-moi. »

Il s’était immédiatement excusé et avait demandé pardon.

J’étais entré dans la tente et j’avais vu un soldat se faire soigner.

Ses deux bras étaient gelés, incapables de bouger.

« Merde, cette salope. Je ne la laisserai pas partir la prochaine fois. »

« Non, il n’y aura pas de prochaine fois. »

« Hah? Qui es-tu... quoi ! »

Le soldat leva son visage et sembla avoir vu un démon.

L’autre homme qui le traitait rapidement recula et courut au coin dans la tente.

{Hmm, sa capacité à sentir le danger est assez bonne.}

Éléanore avait parlé avec joie. Bien sûr, je ne prévoyais pas de répondre.

Je baissais les yeux sur le soldat qui avait maudit et attaqué Tania avec des yeux froids.

« Q, Quoi. Je n’ai rien fait ! Je suis la victime, non ? Regardez, mes bras... »

« ... »

J’avais balancé Éléanore sans rien dire.

La tête de l’homme vola dans les airs et du sang frais avait jailli de son cou.

J’avais dit à l’homme qui le traitait de nettoyer puis j’avais quitté la tente.

{C’est incroyable de voir comment tu as pu te retenir.}

Dès que j’avais quitté la tente, j’avais entendu la voix taquine d’Éléanore.

La querelle entre Tania et cet homme. Je l’avais regardée depuis le début. Je m’étais réveillé à l’instant où Tania avait quitté mes bras. L’agitation était arrivée quand j’avais regardé ce qu’elle allait faire à travers le mur.

Je n’étais pas intervenu jusqu’à la fin.

{Si cela devait se finir comme ça, alors tu aurais dû agir dès le départ.}

« Ne dis plus rien. »

J’avais laissé échapper un soupir et je l’avais dit à Éléanore.

« Pourquoi devrais-je empêcher mes femmes de s’améliorer ? »

{Kuku, quelle personnalité difficile ! Comme je l’avais pensé, la façon dont tu aimes les femmes est un peu spéciale}

Éléanore se mit à rire dans ma tête.

Quoi que ce soit dit tout ce que tu veux.

Grâce à cela, j’avais vu Tania devenir une meilleure femme.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire