Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 8 – Chapitre 232

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 232 : Le héros Rodotos et juste Althéa

Althea se couvrit la tête avec sa capuche.

Elle avait complètement caché son visage et la seule peau qu’elle montrait était ses mains ridées.

« Comme c’est nostalgique »

« Pourquoi ? »

« C’est à cela que tu ressemblais quand je t’ai rencontrée pour la première fois. »

« Tu parles du moi du futur, hein. Je vois. Je serais capable de vivre longtemps avec ça. »

Althea regarda Éléanore. Elle avait dit ces mots comme si elle posait une question.

{Tu devras manger des hommes. La raison réelle pour laquelle j’avais enseigné à Rodotos cette technique était pour renforcer sa force vitale.}

J’avais répété à Althea ce qu’Éléanore avait dit.

« Pourquoi Rodotos a-t-il fait ça ? »

{Une femme aussi sage que toi ne le sait pas ?}

« Je pourrais commencer à croire que tu es une bonne personne »

{Tu t’attendais à quoi de moi à cette époque ?}

« Est-ce que ça veut dire que je pourrais l’espérer de toi maintenant ? »

{Non. Après tout, Hikari est là, c’est la raison pour laquelle je dois lui montrer ce qu’est une vraie Épée Démoniaque.}

Althea et Éléanore avaient eu une conversation intéressante.

Et pourtant, il n’y avait pas beaucoup cette chose à en sortir.

Éléanore ne parlait probablement que de la manière dont elle avait donné cette technique à Rodotos, afin qu’elle puisse voir plus de désespoir et de souffrance en échange d’une simple lueur d’espoir.

Et Éléanore avait aussi dit qu’elle était encore plus méchante depuis qu’Hikari était là, mais peu importe comment tu la regardais, elle l’adorait.

Éléanore était définitivement plus aimable en ce moment.

Pendant que je laissais les deux, Éléanore et Althea, parler à travers moi, j’avais senti qu’une puissance sombre s’approchait.

Au début, il errait par-ci par-là, mais quand il s’était rapproché à une certaine distance, il s’était dirigé droit vers nous.

« Il nous a trouvés. »

« Rodotos... »

Althea laissa échapper une voix pleine de pitié.

« S’il te plaît... s’il te plaît, libère-le de tout. »

« Laisse-moi faire... mais qu’est-ce que je dois faire ? »

J’avais demandé à Éléanore en hochant la tête.

{Frappe-le en m’utilisant. Tu n’auras pas terminé tant que la dernière goutte de mes pouvoirs restant en Rodotos ne sera pas enlevé}

« Compris. »

J’avais dégainé Éléanore et pris position. Je pouvais déjà voir Rodotos. Il avait l’air très menaçant et fantomatique.

L’aura qu’il libérait faisait faner les herbes dans la forêt quand il les traversait.

Une existence qui était autrefois celle d’un héros, se transformant en quelque chose qui ne faisait que répandre la calamité et le malheur.

« Allons-y. »

{Oui}

J’avais pris position avec Éléanore et je l’avais chargée.

Il y avait l’ombre d’Éléanore à la droite de Rodotos qui augmentait soudainement sa vitesse.

Nous nous étions croisés... et avec un flash, j’avais coupé Rodotos en deux avec l’ombre d’Éléanore.

*Pulsations cardiaques !*

L’instant d’après, je pouvais sentir des puissances couler en moi. C’était les pouvoirs d’Éléanore.

J’avais pris tous les pouvoirs restants de Rodotos que j’avais coupés en deux, Éléanore était ainsi devenue un peu plus forte.

Et, j’en étais maintenant sûr. C’était vraiment la fin pour lui. Rodotos qui s’était transformé en un mauvais fantôme s’était calmé. Il était devenu un simple fantôme, tout comme la demoiselle fantôme Tania.

C’était le vrai Rodotos. Il avait maintenant retrouvé la paix.

« Pardonne-moi, Althea. Je t’ai troublé jusqu’à la fin. »

« ... As-tu réalisé ton souhait ? »

« C’était une belle vie. »

« Je vois, Dieu merci. »

« Je t’en remercie... »

Rodotos avait parlé avec la voix la plus paisible que j’avais entendue puis il avait disparu.

« Au revoir, Rodotos. Tu es un héros... le héros, Rodotos. »

Althea accompagna Rodotos qui disparaissait.

Après avoir trouvé Althea, l’existence de Mercury comme puissance politique était arrivée.

Nous renforcerions notre armée avec Troize comme base, nous coopérerions avec Calamba, Siracuza, Aegina et Comotoria, nous allons finalement commencer la rébellion contre l’empire.

Après avoir perdu leur héros fondateur, l’empereur Rodotos, l’Empire était dans le chaos. Si on ajoutait à cela l’absence de successeur, l’Empire fut rapidement divisé, puis vaincu par chacune des cinq puissances, se faisant engloutir par eux.

Pendant ce temps, je m’étais battu sur les lignes de front comme un simple soldat en suivant les ordres d’Althea, et j’avais attendu le « temps ».

Le temps du combat final contre le Roi Démon Éléanore qui avait apparemment disparu de l’Empire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire