Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 8 – Chapitre 230

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 230 : La vie d’Althea

J’étais monté sur le dos d’Olivia et avais volé dans le ciel.

J’avais seulement amené Éléanore et Hikari, puis je m’étais dirigé vers le nord.

{Es-tu sûr que c’est par ici ?}, avait demandé Éléanore

« Je n’oublierais pas l’odeur d’un humain une fois que je l’aurai rencontré. Tant qu’ils sont encore en vie, je peux les suivre. Cet humain possède une forte odeur, donc je ne peux pas me tromper. »

Olivia dans sa forme de dragon parlait avec un ton rauque.

Parce que son corps était devenu plus gros, non seulement son ton était rauque, mais sa voix était aussi forte.

Elle relâcherait une pression telle qu’elle aurait effrayé les humains ordinaires juste en leur parlant. Malgré cela, plus de la moitié de cette pression était neutralisée, simplement parce qu’Hikari était accrochée à son cou.

Olivia, O-chan.

Bien que ce soit fondamentalement deux dragons différents, Hikari traitait Olivia comme elle le faisait avec Chibi Dragon.

Et Olivia accepta cela. À cause de cette chaleur réconfortante, la pression qu’elle dégageait diminua encore plus.

Et comme cette situation ne me dérangeait pas vraiment, je l’avais ignorée et j’avais continué à parler avec Olivia.

« Quel genre d’endroit se trouve dans cette direction ? Althea semble s’inquiéter pour Rodotos, est-ce une ville ? »

C’est vrai, c’est Althea.

Pour établir Mercury comme royaume, un règlement en interne approprié était essentiel après avoir vaincu l’Empire.

Les quatre autres royaumes pouvaient être en mesure de faire quelque chose, mais Mercury n’avait que Rex et Soora, que je soutenais.

L’un d’eux était un homme venant d’un village de campagne et l’autre était une femme d’un village qui avait choisi de cesser toute communication avec le monde.

Ils n’avaient aucun moyen de gouverner.

Et c’est là qu’intervenait Althea. La grande sage Althea, la femme qui était le bras droit de Rodotos.

Dans l’ère où j’étais, j’avais été un peu le témoin de ses capacités politiques, alors je croyais qu’elle pouvait le faire.

« C’est là-bas que se trouve la cité impériale d’Irion. »

Olivia leva lentement sa main griffue et pointa en diagonale.

« C’est un nom inconnu. Je vois, ce n’est pas une ville, hein. »

{Je me suis transformé en quelque chose comme « ça », alors il n’y a aucun moyen qu’elle reste dans la ville}

« Je suppose que oui... »

Nous avions volé pendant environ une heure et nous avions atterri dans une forêt profonde. J’étais descendu devant une cabane de montagne qui ressemblait à une cachette secrète dans la forêt.

Olivia revint sous sa forme draconienne tandis qu’Hikari pendait toujours à son cou.

« C’est ici ? »

« Oui, elle est à l’intérieur. »

Olivia avait complètement changé son ton après s’être revenu sous sa forme draconienne. Elle avait l’air d’une amie d’enfance amicale sous cette apparence.

Son ton correspondait à la façon dont elle regardait, avec Hikari pendue à sa tête.

« Ororo. »

« Quel est le problème ? »

« Je ne l’avais pas remarqué de loin, mais cette humaine, elle est en train de mourir ? »

« Qu’est-ce que tu as dit !? »

{Umu. La force vitale de cet humain à l’intérieur semble très faible.}

En entendant Olivia et Éléanore, j’avais ouvert la porte en la détruisant presque, et je m’étais précipité à l’intérieur.

À l’intérieur de la cabine sombre, il y régnait une mauvaise odeur et l’air stagnait.

Une silhouette apparaissait faiblement. Elle était assise par terre, face au mur. Ses longs cheveux et ses vêtements m’étaient familiers, c’était Althea.

« Althea ! »

Je m’étais précipité vers elle en criant son nom... J’étais stupéfait de voir son visage quand elle avait réagi et quand elle avait levé les yeux vers moi.

C’était une vieille femme.

La dernière fois que nous nous étions rencontrés, c’était il y a quelques jours seulement, mais la jeune Althea s’était transformée en une vieille femme ridée.

« Tu es venu... je savais que tu viendrais. »

Bien que le ton de sa voix semblait très juvénile, la voix en elle-même était bien celle d’une vieille femme.

« Plutôt que parler de ça. Qu’est-ce qui s’est passé, Althea ? Qu’est-ce qu’il t’est arrivé !? »

« C’est la compensation »

« Compensation ? »

« Ahh, il est encore venu. »

« Quoi ? »

J’avais regardé dans la direction opposée d’Althea.

J’avais regardé là-bas et j’avais vu quelque chose de sombre et de transparent qui passait à travers le mur.

« Hikari ! »

« Oui ! »

J’avais appelé Hikari et elle était devenue une Épée Démoniaque. J’avais soulevé la mère et la fille Épées Démoniaques et faisait face à cette chose.

« Un fantôme, hein. Je vais te finir vite. »

« Attends. »

« Eh ? »

Althea m’avait attrapé avec sa main ridée.

« Pourquoi devrais-je attendre ? »

« C’est... il est... »

{Rodotos, hein}

« Quoi ? »

Althea et Éléanore l’avaient dit ensemble.

Je m’étais retourné, surpris. Ce fantôme qui n’avait même pas de forme, c’était Rodotos ?

{Il n’y a pas de doute, c’est lui.}

« ... eh ! Si c’est le cas, alors quittons d’abord cet endroit ! »

Je ne pouvais pas le tuer immédiatement, alors j’avais porté Althea et je m’étais précipité hors de la pièce.

Nous étions allés assez loin de la cabane. Bien que nous soyons toujours à l’intérieur de la forêt, l’air silencieux m’avait fait sentir que nous nous y étions aventurés plus profondément.

Hikari était restée sous sa forme d’Épée Démoniaque et Olivia et moi avions fait face à Althea. Et là, j’avais demandé à Althea de m’expliquer ce qui se passait.

Pour sauver Rodotos dont l’âme était salie par Éléanore, Althea avait utilisé un élixir pour permettre à Éléanore d’obtenir un corps physique en échange de la libération de Rodotos. Rodotos avait été libéré immédiatement, mais il était mort à la suite de cela. Son âme avait également été libérée.

« ... ou, c’était comme ça que ça aurait dû être. »

« Il n’a pas été libéré ? »

« Il aurait dû l’être normalement. Cependant, son âme n’est pas retournée complètement au ciel. Comme vous pouvez le voir, il a commencé à m’attaquer. »

« Et à cause de ça, tu es devenue comme ça ? »

« Il semblerait qu’il ait un attachement à la vie. Il pourrait essayer de ressusciter en absorbant ma force vitale. »

« Vraiment ? »

Je l’avais demandé à Éléanore.

{Bien que je ne sache pas si cela était intentionnel ou non, mes pouvoirs auraient pu rester dans son âme. Il arrive des fois, quand quelqu’un meurt en possession de mes pouvoirs, qu’ils se transforment en mauvais fantômes, restant attachés à la vie.}

« Après tout, n’étais-tu pas toi-même obsédée par le fait d’avoir un corps physique »

{C’était vrai pendant cette période. Plus maintenant}

« Est-ce que c’est grâce à moi ? »

{Umu}

J’avais parlé en plein milieu de l’échange, puis j’avais laissé Althea et Éléanore se parler.

« Je veux le libérer. Que devrais-je faire ? »

{C’est simple. Il suffit de demander à cet homme}

« Moi ? »

{Tu as seulement besoin de les couper. Pas son âme, mais mes pouvoirs qui possèdent son âme.}

« Je vois. »

« Peux-tu faire ça ? »

« Laisse-le-moi. Je le ferai monter au ciel la prochaine fois qu’il viendra. »

Ce qu’avait dit Éléanore n’était pas si difficile. Plutôt, pour moi qui avais pu faire venir des pouvoirs qu’Éléanore n’avait pas, le niveau de difficulté était le même que faire du vélo avec une main. C’était une demande d’Althea. J’allais vite la finir.

« Plutôt que ça, c’est toi. Cette apparence, n’es-tu pas dans une situation vraiment dangereuse ? »

« Laisse-moi voir, on dirait qu’il a pris cinquante ans de ma vie. Je ne vais pas vivre longtemps. »

« Tu ne peux pas faire quelque chose à ce sujet ? »

« Eh bien, quand il s’agit de la longévité d’une personne... »

Althea fit un sourire ironique. La grande Sage Althea, la femme qui savait tout dans ce monde. Elle l’avait que parce qu’elle savait tout. Elle ne pouvait rien faire contre la longévité d’une personne.

{ ... Je vois, c’était comme ça, hein}

« Qu’est-ce que tu veux dire par là, Éléanore ? »

{J’ai compris maintenant. J’ai compris la raison pour laquelle elle, une humaine ordinaire, voulait te rencontrer}

« Qu’est-ce que je dois faire ? »

{Tu es trop facile à convaincre}, Éléanore avait ri.

Althea, juste Althea.

Quand nous nous étions rencontrés pour la première fois, c’était une vieille femme qui aspirait la force vitale des humains, alors je pensais qu’elle venait d’une race ayant une longue vie. Mais Althea, que j’avais rencontrée à cette époque, m’avait dit qu’elle était une humaine ordinaire.

J’avais eu secrètement des doutes sur la raison pour laquelle elle pouvait continuer à vivre, et sur le fait qu’elle voulait me rencontrer dans le futur.

{Te souviens-tu ? Qu’est-ce que je t’ai dit après que tu avais couché avec les femmes de Mercury ?}

« Parles-tu de Cima et des autres filles ? ... La façon dont tu couchais avec ces femmes ? »

« Ne me dis pas... est-ce comme ça ? »

Althea l’avait dit et avait attrapé ma main.

C’était une chose habituelle qu’Althea fera dans le futur. Cette capacité qui absorbait la force vitale. Elle avait tenu ma main comme ça.

« C’est ce que faisait Rodotos, hein »

Ça ressemblait à ce que j’avais entendu d’Éléanore, c’était quelque chose qu’Althea avait vu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire