Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 8 – Chapitre 226

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 226 : La tentation du diable

Le matin était venu et Cima qui était couchée avec mon bras comme un oreiller avait dit :

« C’est la première fois que je me sens si bien... »

« Satisfaite ? »

« Être satisfaite ne suffit pas à le décrire, franchement... tu as transformé mon corps en quelque chose qui ne peut plus vivre sans toi. »

« Je vois. C’est bon si tu étais satisfaite. »

« Qui diable es-tu ? C’est la première fois que je rencontre un homme auquel même dix d’entre nous ne peuvent pas tenir la comparaison. Et ta force... cette épée. »

« Tu le sais ? »

« Cela ressemble exactement à Éléanore. Mais, tu n’es pas Rodotos. »

« J’ai mes circonstances. Je suis un homme qui prend des mesures pour vaincre l’Empire de Rodotos. »

Ajoutant à cela, le fait qu’Éléanore s’était transformée en sa forme humaine à cette époque.

« Vaincre l’Empire... as-tu un lien avec Skiros Calamba ? »

« Tu le connais ? »

« Il est venu ici avant pour demander à coopérer. Il nous a demandé de lui prêter le nom de Mercury. »

« Mercury ? »

« Il y a plusieurs centaines d’années, il y avait un Empire Divin appelé Mercury. Nous sommes les restes de cet empire. »

« Je vois. C’est pourquoi il a demandé ton nom, hein. »

Un empire il y a plusieurs centaines d’années... ne me dites pas ?

{C’est dans cet Empire que je suis née.}

Éléanore avait répondu.

Cette fille, elle était vraiment connectée à cela... ou plutôt, elle ne l’avait pas fait ni ne l’avait détruit ?

Cela m’intéressait un peu, mais j’avais mis cela de côté.

Je m’étais concentré sur Cima et je lui avais demandé pendant que je lui caressais la joue avec le bras sur lequel elle posait sa tête.

« J’ai entendu Skiros m’en parler. Pourquoi as-tu refusé ? »

« Il y avait une prophétie. »

« Une prophétie ? »

« Connais-tu la grande prophétesse Akansa ? »

J’avais hoché la tête, même si c’était la première fois que j’entendais ce titre.

« Akansa est venue dans notre village il y a dix ans, elle a dit à ce moment-là que pendant cinquante ans, nous ne pourrions plus quitter le village. Elle a dit que si nous partions... il y aura dix mauvaises chances. »

« Dix mauvaises, c’était vraiment sinistre »

{Cela est d’autant plus vrai quand tu considères tes « dix bonnes chances »}

« C’est pourquoi nous avons continué à rester dans le village. Dans ce village où il n’y a pas de divertissement. Il n’y avait aucun moyen que nous puissions nous aventurer vers les dix mauvaises chances pour notre race. »

« C’est pour ça que tu as été sexuellement frustrée, hein. »

Ces dix beautés nues. J’avais regardé Cima et les neuf autres qui dormaient encore.

Elles étaient clairement frustrées sexuellement et leur désir avait été refréné, prises en otage de la prophétie.

« En premier lieu, c’est la même chose avec l’attaque plus tôt. C’est à cause de cet homme nommé Rex. Il venait bien de l’extérieur, mais il ne devait pas faire sortir une villageoise. Il a essayé d’amener la fille avec qui il s’entendait. »

« Je vois. »

Bien que la cause et l’effet soient ambigus, étant une prophétie, j’avais aussi pensé que cela pouvait être le cas.

« C’est pourquoi nous nous cachions ici. Nous ne pouvions pas quitter le village pendant encore quarante autres années. »

« Hmm. »

J’avais réfléchi en regardant Cima qui posait sa tête sur mon bras.

J’avais compris la raison pour laquelle Skiros avait été éconduit par Mercury. J’avais aussi compris la raison pour laquelle ce village avait été attaqué.

« Hé, Cima »

« Quoi~ ? »

Elle m’avait répondu avec une douce voix. Elle allait demander à ce qu’on « le refasse » après avoir senti que nous avions fini notre discussion.

« J’ai une suggestion. »

Je lui avais donné un baiser pour la payer à l’avance et je l’avais regardé dans les yeux après l’avoir attrapée.

☆☆☆

J’avais remis mes vêtements et j’étais sorti dehors.

Après une journée passée, le village attaqué avait déjà retrouvé son calme.

« Bonjour, papa ! »

Sous la lumière du matin, Hikari se précipita vers moi et me serra dans ses bras.

« Bonjour. N’y avait-il pas de problèmes, Hikari ? »

« Oui ! Hikari a fait de son mieux. J’ai capturé tous les ennemis. »

« Je vois. Comme attendu de ma fille. »

« Ehehehe. »

{Vraiment, quel parent poule !}

Dis ce que tu veux.

Pendant que je caressais la tête d’Hikari parce qu’elle avait fait de son mieux, j’avais vu Olivia marcher de loin.

« Bonjour, Humain. J’ai interrogé les personnes qu’Hikari a attrapées. »

« Hein, comment ? »

« Je les ai juste légèrement égratignés. Éraflés par mes griffes, ils auraient graduellement eu des écailles et ils auraient fini par se transformer en lézard. Ils ont commencé à parler très honnêtement après que je l’ai fait à plusieurs d’entre eux. »

« Eh bien ! C’est troublant. Si tu les transformes en lézards, ils seront pour toujours des lézards ? »

« Je peux les rétablir. Mais puisqu’il y en a encore qui sont encore têtus, je vais les laisser comme ça pendant un moment ».

« Je vois. Bon travail. »

J’avais retiré ma main de la tête d’Hikari et attirais Olivia dans mes bras pour l’embrasser.

« Ouah, O-chan, félicitations. »

Hikari était ravie et frappait des mains. Honnêtement, je me sentais un peu bizarre.

Olivia, O-chan, et bien qu’elle soit ma femme, elle était aussi Olivia, la meilleure amie d’Hikari.

La vraie meilleure amie d’Hikari était le Chibi Dragon Olivia, mais cette Olivia que j’embrassais n’étais pas moins amicale avec Hikari qu’O-chan.

La meilleure amie de ma fille.

Ces mots étaient apparus dans mon esprit et je m’étais senti un peu bizarre.

Après la fin de notre baiser, j’avais vu Cima quitter sa maison. Elle m’avait regardé... puis Olivia, et elle avait fait un visage envieux.

« Ororo, elle est complètement charmée après une nuit. »

« Est-ce que c’est quelque chose qui peut te surprendre ? »

« Selon les villageois, elle est une “combattante expérimentée”. Je n’ai pas beaucoup d’expérience dans ce domaine et je ne connais que des humains. »

« Je vois. »

Cela signifiait qu’il y avait des domaines dans lesquels même la sage Olivia ne connaissait pas, hein.

« Ne~, où va cette femme ? »

« Nous verrons. »

J’avais dit ça et j’avais suivi Cima avec Olivia et Hikari.

☆☆☆

« Rex Apos, et Soora Mercury. »

Dans la maison de Soora, à l’intérieur de la maison où les trous faits pendant l’attaque étaient juste rafistolés, Cima faisait face au couple.

Cima, la chef du village, leur avait rendu visite et les avait appelés par leur nom complet avec une expression digne.

À cause de cela, l’expression de Rex et Soora s’était resserrée.

« Je déclare au nom de Cima Reiusu Mercury. Le nom de Mercury sera expulsé du nom de Soora Mercury, elle sera exilée de ce village. »

« E-Exilée !? »

« Madame Cima, pourquoi !? »

« Vous devrez en connaître la raison. »

Cima regarda Soora et Rex.

Les deux personnes avaient tressailli. L’éclat de Cima s’était renforcé.

« L’attaque de cette fois. C’est arrivé parce que vous avez essayé de l’amener à l’extérieur du village. »

« C’est..., mais... »

« Vous serez aussi exilé, Rex Apos. En ne respectant pas les paroles que vous avez déclarées, même si vous n’avez quitté le village que sur une petite distance, vous ne pouvez plus y rester. »

« Quoi... ? »

« Comprends-tu, Soora ? Tu dois quitter ce village aujourd’hui. »

« ... J’ai compris. »

Soora pleura et s’inclina profondément devant Cima.

« S’il te plaît, pardonne-moi de faire une telle action égoïste. Je suis très reconnaissante pour tout ce que tu m’as fait. »

« ... »

Cima ne déclara rien, regarda Soora et Rex qui baissèrent les yeux et quittèrent la maison.

Les deux individus avaient été laissés derrière. Soora était assise à côté de Rex.

« Je suis désolée, Rex. Pour que les choses se passent comme ça... »

« Ce n’est pas de ta faute, Soora, je voulais juste te laisser voir l’extérieur. »

« Oui ! Je pensais aussi que juste un peu serait bien. Voilà pourquoi... je suis désolée. »

Rex était devenu encore plus déprimé. C’était la même chose avec Soora.

Le silence descendit, ils étaient tous les deux déprimés, incapables de dire quoi que ce soit.

« Au final... c’était les trois mauvaises »

« Rex... »

« Je ne le pense pas, ça devrait être les sept bonnes. »

« Eh ? »

Rex et Soora avaient levé leurs visages, très surpris.

Un homme était entré dans leur maison.

C’était l’épéiste qui avait sauvé le village.

« Yuuki... qu’est-ce que vous voulez dire par là ? »

« Rex et Soora. »

« Oui. »

« Voulez-vous devenir un roi ? »

Avec un regard fort et un sourire plein de confiance, les paroles de Kakeru avaient immédiatement expulsé l’atmosphère déprimante se trouvant à l’intérieur de la pièce.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire