Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 7 – Chapitre 200

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 200 : Les deux Tania

« Tu sembles être de bonne humeur. »

{J’ai l’impression d’avoir rencontré un vieil ami.}

« N’as-tu pas rencontré quelque chose comme ça pendant longtemps ? »

{Hmm. À un moment donné, j’avais remarqué qu’ils avaient tous disparu. Moi et un possesseur les avons probablement tous éradiqués.}

« Vraiment ? »

{C’est toujours mon ennemi naturel après tout. Il n’y en avait qu’un cette fois, mais imagine s’il y en a dix ou même une centaines apparaissant en même temps.}

« Cela semblait gênant. »

Je m’étais senti un peu fatigué juste à y penser.

J’avais après tout seulement une augmentation à trois chiffres.

« ... Tu ne sembles pas les détester. »

{Bien qu’ils soient mes ennemis naturels, leur division ne s’activerait qu’avec moi comme adversaire}

« Cela signifie... »

{Veux-tu que Io se batte contre l’un d’eux ?}

« Elle pourrait probablement vaincre même dix exemplaires. »

J’avais essayé d’évaluer la force du serpent blanc et de Io. Si c’était la Io de ce moment, qui avait connu une croissance rapide de ses pouvoirs magiques, en plus de son expérience et du courage qu’elle avait reçu avec eux, elle pourrait probablement en vaincre dix.

Et selon Éléanore, ils ne se diviseront pas à moins d’être l’ennemie.

« J’ai juste besoin de le laisser aux autres, hein. »

{C’est le résultat d’être trop spécialisé contre moi. Et aussi...}

« Aussi ? »

{Il y a toi.}

« Hmm. »

J’avais eu l’impression d’être frappé par une attaque-surprise.

{Si c’est toi, tu devrais être capable de vaincre au moins dix individus sans problème.}

Cela serait alors beaucoup de dizaines, pensais-je.

Après avoir rengainé Éléanore, j’avais remarqué que Tania me regardait avec une expression choquée.

« Quel est le problème, Tania ? »

« ... »

« Tania ? »

Il n’y avait pas eu de réponse.

Elle avait complètement paralysé. Qu’est-ce qu’il lui est arrivé ?

Je devrais essayer de l’appeler plus fortement cette fois-ci.

« Tania ! »

« ... Ha ! »

« Qu’est-ce qui t’est arrivé ? »

« U-Uhm... Monsieur Kakeru... non, hum. »

« Hein ? »

« Rodotos... ? »

« ... Ahh »

J’avais regardé Éléanore.

Depuis que je m’étais battu contre Rodotos, j’avais caché Éléanore avec son aura de camouflage, mais il semblerait que je me sois un petit peu relâché avec la bataille plus tôt quand elle avait été dégainée.

C’est vrai. Éléanore n’était pas enveloppée par l’aura de camouflage, alors n’importe qui pouvait la voir.

Et, à cette époque.

« L’épée divine du Seigneur Rodotos... je l’avais vue une fois de loin, mais elle avait l’air exactement identique à celle-là. »

« Quoi ? Toi, tu t’es fait appeler une épée divine ? »

{Je ne l’ai pas fait. Les gens ont juste commencé à m’appeler comme cela alors que la conquête progressait.}

« Ça ne te va pas du tout ça. »

{Kuku, je le pensais aussi de mon côté.}

J’avais regardé Tania. Elle avait l’air très effrayée... ou plutôt, elle était désorientée. Eh bien, le Rodotos de cette époque était le suzerain qui avait unifié le monde dans son intégralité.

Si un gars comme ça apparaissait devant une villageoise, c’était normal qu’elle soit comme ça.

Eh bien, que devais-je faire maintenant ?

{Kakeru.}

Tania... le fantôme de bonne Tania m’avait appelé.

Habituellement, je n’entendais pas les voix des fantômes à l’intérieur d’Éléanore, mais ils pouvaient aussi m’appeler.

« Quoi ? »

{Peux-tu me laisser lui parler ?}

« Vas-tu la convaincre ? »

{Je vais m’expliquer à elle aussi pendant que j’y suis.}

« ... D’accord, je vais te la confier. »

J’avais touché Éléanore et convoquais Tania. Un fantôme de servante transparent était apparu et avait flotté devant Tania. Elle ne pourra pas la voir comme ça, alors j’avais inséré mes pouvoirs sur elle, afin qu’elle puisse être vue.

En faisant cela, bien que je ne sache pas si elle ressemblait toujours à un fantôme transparent, les individus normaux devraient pouvoir la voir.

Et Tania était ainsi tombée sur ses fesses.

« Kyaa ! »

{Ravi de te rencontrer~ ! Je suis Tania Chichiakis ~}

« Eh, mon nom... mon visage... »

« Tania, je te laisse le reste. »

{D’accord. Laisse-la-moi !}

J’avais relevé Tania qui était tombée et les avais laissés être seules.

Et avec Éléanore, j’étais allé vers la Source de Maraton en suivant le flot de pouvoirs sacrés pour voir s’il fallait s’occuper des conséquences.

☆☆☆

Le fantôme de la servante et la fille du village avaient été laissés derrière.

L’une d’entre elles souriait gaiement et l’autre était dans la confusion.

Elles avaient l’air complètement identiques, cependant, l’impression qu’elles m’avaient donnée était inverse. La demoiselle servante avait l’air brillante et gaie, et même si elle était morte. Son attitude ferait que n’importe qui apprécierait sa compagnie.

La fille du village était au mieux timide et on pouvait dire qu’elle était toujours nerveuse. Bien qu’elle vive, l’image qu’elle donnait était le contraire.

Les deux se faisaient face, laissant passer le temps.

« Pourquoi, tu me ressembles ? Tu as mon nom aussi. »

{Je ne sais pas non plus, mais on dirait que je suis toi.}

« Eh ? Q-Qu’est-ce que cela signifie ? »

{Tu sais, je viens du futur. Eh bien, Kakeru m’a juste emmené lors de son voyage.}

« F-Futur ? »

{Dans ton futur, je deviendrais un esprit maléfique qui était limité à un manoir, mais Kakeru m’a sauvé. Je pense que j’ai souffert pendant très longtemps en tant qu’esprit maléfique.}

« Très longtemps... l’esprit diabolique... Ah ! »

La fille du village avait soudain réalisé quelque chose. Elle se tourna rapidement dans la direction du village dont elle se souvenait.

{Oui, c’est vrai. L’oracle que cette personne Akansa vous a dit est probablement correct}

« Un bon, neuf mauvais... »

{Et, ce que Kakeru a dit est également vrai. C’est quelque chose qu’il a personnellement réalisé, donc c’est vrai. J’ai été sauvée par Kakeru et je suis très heureuse maintenant. C’est dix bon.}

« C’est... donc comme ça. Mais..., l’avenir ? »

Elle avait l’air de comprendre certaines choses, mais elle ne pouvait fondamentalement pas comprendre ou être convaincue par le concept de venir du futur.

{Tu sais, c’est peut-être parce que je suis un fantôme maintenant, donc je peux te le dire.}

« Q-quoi ? »

{Je sais que je suis toi.}

« Cette... »

{Eii!}

La servante fantôme avait étreint la fille du village.

Une fois invoquée par son maître, elle était maintenant capable de la toucher.

Alors elle l’avait enlacé.

À l’instant d’après, leurs corps avaient pulsé.

Au moment où elles s’étaient touchées, elles s’étaient mises à clignoter faiblement.

* Ba-dump *

Leurs impulsions se chevauchèrent... bien que l’une d’entre elles ne devrait pas en avoir pour très longtemps, elles se chevauchèrent encore, faisant écho dans leurs oreilles.

{Haha, je sais que je sais. Je sais aussi que tu sais.}

« Oui... Je comprends maintenant. Tu es moi. »

{Je suis toi.}

Elles avaient alors cessé de se serrer dans leurs bras. Elles s’étaient éloignées l’une de l’autre et s’étaient serré la main.

{Je suis contente de t’avoir rencontrée.}

« Moi aussi. Je me sens vraiment étrange en ce moment. Et... »

{Un peu heureuse ?}

Souriant, la servante fantôme souriait malicieusement.

La fille du village acquiesça timidement.

Dépassant le temps et l’espace, la même âme se rencontrait et se comprenait.

{Pendant que nous y sommes, je vais t’apprendre quelque chose qui te rendra encore plus heureuse.}

« Heureuse ? »

La fille du village avait été tentée.

Son atmosphère sombre avait disparu et ses yeux étaient maintenant remplis de la lumière de l’anticipation.

{Oui ! La plus heureuse du monde.}

☆☆☆

Il y avait un autre serpent blanc à la source de Maraton.

Comme d’habitude, c’est un gars gênant qui se divisait chaque fois que je le hachais, mais quand même, je les avais tous tués, même si ça m’avait pris du temps.

À l’instant où le serpent était mort, la source s’était transformée en une source normale.

La puissance sainte qui donnait tout son sens aux paroles d’Éléanore avait disparu sans laisser de trace à l’instant où le serpent était mort.

Je m’étais alors promené pour voir s’il y avait quelque chose de semblable, puis j’étais revenu.

Les deux Tania étaient là.

La Tania vivante agissait avec timidité et baissait les yeux, et le fantôme Tania flottait à ses côtés, lui tenant la main avec un visage souriant.

« Avez-vous fini de parler ? »

{Oui ! Je l’ai déjà convaincue que j’étais bien là. Après tout, nous sommes comme ça.}

La bonne demoiselle Tania leva la main. J’avais vu leurs mains qui se tenaient l’une l’autre clignoter d’une lumière faible.

{Nous savons toutes les deux que nous sommes la même personne ~}

« Je vois. À propos de vous deux, vous avez la même âme, hein. »

{Oui !}

« ... »

« Et alors ? Pourquoi est-elle face vers le bas ? »

{Elle est juste un peu timide. Donc, puisqu’elle ne peut pas parler pour elle-même, je le dirai. Ou plutôt, eh bien, c’est à propos de moi.}

Après avoir dit cela, la servante fantôme Tania me regarda droit dans les yeux et continua.

{Kakeru, fais-le-moi}

« D’accord. »

« R-Réponse immédiate... »

« Tu ne veux pas ? »

« S-Suis-je, d’accord... ? »

« Bien sûr. »

Après avoir dit cela, j’avais marché vers elle, puis je l’avais prise dans une étreinte et j’avais essayé de l’embrasser, mais...

La servante fantôme Tania était entre nous.

{Attends, Kakeru}

« Quoi ? »

{Laissez-moi aussi vous rejoindre.}

La servante demoiselle souriante déclara timidement cela.

{Laisse-moi être avec toi aussi}

« N-Nous sommes les mêmes, alors, euh... »

{Fais-le.}

L’humaine Tania était tellement embarrassée qu’elle ne pouvait même pas dire les mots, et la Tania fantôme était très agressive.

Bien que leurs réactions soient différentes, on dirait qu’elles ressentaient la même chose.

Je les avais regardées toutes les deux. Bien sûr, il n’y avait probablement pas de différence entre elles.

J’avais donc porté la vivante comme on porterait une princesse, et j’avais le fantôme par sa main.

J’avais ensuite sorti ma maisonnette magique, je les avais conduites à l’intérieur et je les avais fait s’allonger sur le lit. Une humaine et un fantôme, toutes deux avec le même visage, toutes deux avec la même âme.

Unies comme jamais, je les avais enlacées toutes les deux dans un premier temps, les aimant tout au long de la nuit.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    PS: Coucher avec un fantôme... Oo

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre.

  4. Merci pour le chapitre !

  5. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire