Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 7 – Chapitre 199

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 199 : Dépasser la limite

Nous avions continué à gravir la montagne sous la direction de Tania.

Il n’y avait pas de véritable chemin de montagne, juste des sentiers d’animaux, avançant comme un labyrinthe.

« Oh, la source de Maraton est-elle vraiment là ? »

« Connais-tu vraiment le chemin ? »

Le jeune homme et la femme avaient montré leur mécontentement.

Ils étaient irrités et l’avaient fait comprendre à Tania.

« C-C’est la vérité. C’est par ici. »

« Cela vaut mieux pour toi que cela soit vrai. »

Tous deux acceptèrent à contrecœur les paroles de Tania.

Mais peu de temps après, nous avions marché sur une piste d’animaux qui se trouvait clairement hors du bon chemin de montagne, ce qui les avait encore plus irrités.

{Eh bien, c’est la limite pour les humains normaux.}

« Ce n’était pas seulement mon imagination, hein. »

{Tu oses le dire comme si tu étais déjà sûr de toi.}

Éléanore gloussa, puis continua avec un ton sérieux.

{Nous approchons sans aucun doute. Il y a un pouvoir à l’opposé du mien... Je peux sentir que nous approchons de pouvoirs saints.}

« Ils parlaient d’un moyen de t’effacer, était-ce donc vrai ? »

{Au moins, ils vont dans la bonne direction.}

Eh bien, c’est vrai, pensais-je.

Je ressentais aussi les pouvoirs qu’Éléanore avait sentis.

En avant, dans la direction que Tania nous montrait, je pouvais sentir des pouvoirs saints. Des pouvoirs opposés aux pouvoirs d’Éléanore, l’aura sombre que j’utilisais.

Et je pouvais sentir que ça devenait de plus en plus fort, non, ça devenait de plus en plus épais.

J’étais immédiatement devenu prudent. Si de tels pouvoirs existaient vraiment, alors...

« Oh, regarde ça ! »

« C’est le Seigneur Opis ! Le Messager Divin Opis ! »

Le duo poussa des cris de joie.

Regardant là-bas, j’avais vu un serpent géant.

Là-bas, dans la montagne profonde, où il était devenu presque impossible d’éclairer le chemin avec une torche, se trouvait un serpent dont le corps entier était blanc, tout en libérant une faible lumière qui éclairait les environs.

Son pouvoir sacré, je pouvais le sentir en approchant de là.

« H-Hey. Mettez “cette chose” à bas. »

« Oh, Messager Divin Opis, laissez-nous... »

... !!

Mon corps avait bougé. Je frappais le sol et chargeais, attrapant Tania puis bondissant sur le côté.

J’avais senti le vent se précipiter et passer derrière moi.

Sans avertissement, le serpent blanc... Opis avait attaqué. Quand je m’étais retourné après avoir sauvé Tania, le duo avait leurs têtes coupées loin de leurs corps.

Ils n’avaient même pas compris ce qui s’était passé jusqu’à la fin, et leurs corps décapités s’étaient effondrés.

Le serpent blanc avait continué à attaquer.

Il avait ouvert son énorme mâchoire qui pourrait nous engloutir tous les deux à la fois et avait mordu dans notre direction.

« Kyaaaaaa! »

J’avais sauté en arrière en portant Tania et j’avais pris mes distances.

« C-C-C-Courons ! Kakeru ! »

« Il ne me semble pas qu’il nous laissera nous échapper. »

« Ah... ! Il nous suit. »

« Vu la manière dont les choses se passent, il nous poursuivra probablement même si nous essayons de nous échapper. »

Je ressentais une forte inimitié venant du serpent blanc. Une inimitié mêlée de vengeance, comme si elle nous poursuivrait jusqu’à la fin du monde.

« Oh, non... »

« Ne t’inquiète pas. Je vais le vaincre. »

« Eh !? Mais, c’est... »

« Ne bouge pas d’ici. Je vais m’occuper de tout. »

Je regardais droit dans ses yeux. Tania hocha la tête avec hésitation.

Je la reposai et j’avançai en dégainant l’Éléonore.

« Allons-y. »

{Il semblerait que ce soir un adversaire coriace. Prépare-toi}

À propos d’Opis, Éléanore semblait le connaître, mais je n’avais pas eu le temps de lui demander des détails.

Le serpent blanc avait chargé vers moi avec une vitesse effrayante.

Cette fois, il avait fouetté sa queue vers moi.

« Haaaa ! »

J’avais balancé Éléanore et j’avais frappé le serpent. Ses écailles étaient très résistantes, si dures que même mes mains étaient engourdies.

Le serpent blanc avait roulé sur le sol après avoir été coupé en deux.

« Ça avait seulement l’air fort, hein. »

{Cela ne fait que commencer là.}

« Mu !? »

Le serpent blanc avait régénéré. Les sections coupées s’étaient soudainement renfermées et avaient commencé à se régénérer.

Après un moment, il y avait deux serpents qui étaient exactement identiques.

« Il régénère ? »

{C’est sa capacité. Même s’ils sont vaincus par nous, les Épées Démoniaques, ils se diviseront avec leurs capacités intactes et ils seront aussi forts qu’avant.}

« Ils sont aussi forts ? »

{Hum. Bien qu’ils aient reçu des dommages de ta frappe que tu as envoyés sur eux, ils se diviseraient tout en conservant leurs forces intactes, en faisant un clone de lui-même.}, avait expliqué Éléanore.

On dirait qu’elle le connaissait vraiment.

« Tu le connais assez bien, hein. »

{Bien que je ne le sache pas à ce moment-là, je connaissais son existence.}

« Je suppose que j’avais besoin que tu me parles de tout ça. »

{Tant que tu peux franchir ça.}

Les deux serpents avaient chargé en même temps.

Je balançai Éléanore et coupais les deux serpents en deux.

Ensuite, les deux serpents s’étaient transformés en quatre.

Il semblerait qu’ils étaient exactement identiques. Ils avaient les mêmes mouvements, et le pouvoir qui était à l’intérieur d’eux était strictement identique.

Le serpent initial était devenu quatre serpents ayant exactement les mêmes pouvoirs.

« Comme c’est gênant. »

{C’est ton ennemi naturel.}

« C’est “le tien”, n’est-ce pas ? Es-tu sûr que son endurance ne diminue pas vraiment ? »

{Seulement au moment où tu l’as coupé en deux.}

« Si c’est le cas ! »

J’avais abattu les quatre serpents qui attaquaient d’en haut et d’en bas, à gauche et à droite.

J’avais lancé cinq coups sur chacun d’eux, les coupants en morceaux avec Éléanore. Les monstres normaux auraient été morts plusieurs fois après avoir été coupés en morceaux, mais ce serpent s’était régénéré à partir de chaque partie coupée, augmentant son nombre à 30.

Les serpents blancs couvraient la montagne. La faible lumière blanche qu’ils dégageaient illuminait l’environnement comme si c’était le matin.

Intéressant. Maintenant, cela devenait intéressant.

J’étais impatient d’y être.

Je saisissais fermement Éléonore et m’enveloppais de son aura.

J’avais ensuite chargé vers les serpents blancs.

« UOOOO! »

J’avais coupé, ce qui les avait divisés.

J’avais encore coupé, ça divisait toujours.

Je l’avais tailladé, entaillé, coupé, et cela se divisait encore.

Le nombre de serpents avait rapidement dépassé les trois chiffres.

J’avais bloqué, ou esquivé leurs attaques et les avais également attaquées.

Les arbres avaient été renversés et la forme de la montagne avait changé.

Alors que nous nous étions battus, un serpent chargea en direction de Tania.

« Hii ! », Tania était tombée sur ses fesses.

« Qui t’a dit que tu pouvais le faire. »

J’avais attrapé la queue de ce serpent qui se faufilait vers elle après l’avoir arrêté.

Je l’avais coupé en morceaux, en me basant sur le fait qu’il ne ressemblerait plus à un serpent.

Et, il n’avait pas régénéré.

{Il a dépassé les limites de son endurance.}

« Il ne se régénérera pas si sa force vitale est épuisée, hein. »

Et moi qui pensais que ça se régénérerait infiniment. Je m’étais tourné vers la horde de serpents blancs pour qui même le terme « beaucoup » ne suffisait pas à les décrire.

Quelle vue ! Ils étaient tellement nombreux qu’ils en couvraient la montagne.

Et vers eux, j’avais chargé avec Éléanore en ma main.

Les serpents qui avaient atteint les limites de leur division avaient été tués par moi l’un après l’autre.

C’était déjà l’aube quand j’avais fini d’anéantir cette horde de serpents nés d’un seul.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire