Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 7 – Chapitre 198

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 198 : Le choc des volontés se produit seulement au même niveau

J’avais parlé à Tania et lui avais demandé de guider ces deux-là à cette source de Maraton.

Tania était en train de marcher à travers le chemin sombre de la montagne, tenant une torche dans sa main.

L’homme et la femme la suivaient.

Et je me trouvais derrière eux.

Ces deux camarades avaient pour but d’effacer l’existence d’Éléanore, mais j’avais caché l’aura d’Éléanore après avoir lutté contre Rodotos.

Cette époque semblait être une époque où les possesseurs de l’Épée Démoniaque les affichait toujours, alors j’avais caché l’aura d’Éléanore pour éviter tout conflit inutile.

C’est pourquoi ils n’avaient pas réussi à détecter Éléanore de mon côté.

Et alors que nous marchions ainsi, Éléanore m’avait soudainement parlé.

{Vas-tu les aider ?}

« Je veux savoir ce qui va se passer. »

{Bien sûr, mais rien ne va arriver, puisque j’ai été capable de venir ici et d’exister dans le futur. Cela signifie seulement que ce duo a été incapable de réaliser quoi que ce soit.}

«...»

{Qu’est-ce qu’il y a avec ce silence ?}

Éléanore m’avait donné l’impression d’être mal à l’aise tout en étant emplie de doute.

Je comprenais ce qu’elle essayait de dire, alors cela devrait être le cas à l’origine.

Puisque Éléonore était capable d’être dans le futur, le fait que son existence avait été effacée ne devrait pas être possible donc il n’y avait pas besoin de s’occuper de ces deux-là.

Cela devrait vraiment être le cas.

Cependant, deux choses irrégulières s’étaient déjà produites l’une à côté de l’autre.

Je parlais de ma rencontre et mon combat avec Rodotos et ma rencontre avec Tania quand elle était encore en vie.

Je m’étais battu contre Rodotos qui maniait Éléanore, mais Éléanore disait qu’à ce moment-là qu’elle n’en avait aucun souvenir.

Et bien que ma servante Tania avait la même couleur d’âme que la Tania vivante, elle m’avait dit qu’elle ne se souvenait de pas grand-chose des moments où elle était encore en vie.

Même si c’était les deux mêmes personnes, elle avait témoigné comme si elles n’étaient pas connectées.

Alors j’avais pensé à une autre possibilité.

« Un monde parallèle. »

{Quoi ? Un monde parallèle ?}

« Il s’agit d’un concept basé sur le fait qu’il existe plusieurs mondes, et une simple différence pourrait bouleverser le futur. »

{Hmm ?}

« En d’autres termes, il pourrait y avoir une importance que je te rencontre ou non. Dans le cas où je ne t’aurais pas rencontré, quel sera le plus grand changement dans le futur ? »

{ ... Hikari ne serait pas née.}

Les paroles d’Éléanore avaient été remplies d’un sérieux que je n’avais pas ressenti depuis un moment. C’était vrai. Si Éléanore et moi ne nous rencontrions pas, alors Hikari ne naîtrait pas.

Marie avait enlevé le sceau d’Éléanore par hasard, j’avais alors sauvé Marie et j’avais commencé à manier Éléanore.

Peu de temps après, Hikari était née.

Elle était comme ma fille et celle d’Éléanore.

« Il existe une telle possibilité, n’est-ce pas ? Si simplement tu avais dormi pendant des dizaines d’années, il y aura un avenir où il n’y aura pas de Hikari. »

{Je vois... en d’autres termes, en fonction des actions de ces gars, tu dis que mon avenir et mon existence seront affectés, exacts ?}

« Qu’est-ce que tu en penses ? »

{ ... Je ne peux pas le dire avec certitude. Je ne suis pas un dieu omnipotent. Alors que je suis sans âge, je ne suis pas une immortelle. Ce « jour » arrivera finalement}

« Je vois. »

Eh bien, c’était probablement vrai.

Mais je pensais aussi qu’Éléanore qui avait admis tout ceci franchement et calmement était vraiment Éléanore. J’avais continué.

« C’est bien si c’est un monde parallèle. Le problème est, dans le cas où il n’y a qu’un seul monde. »

{Je vois. Tu dis que s’il n’y a qu’un seul monde, alors si j’étais détruite ici, mon futur me serait également enlevé ?}

Comme prévu d’Éléanore, elle l’avait rapidement compris.

« Je dis juste qu’il y a une telle possibilité, du moins, je le pense. »

{Je vois. J’ai compris ce que tu essaies de dire.}

Éléanore était convaincue.

{J’ai une bonne idée.}

« Laquelle ? »

{Toi, tu vas vaincre Rodotos. Tu bats Rodotos, alors tu... non, tu devras faire un sceau que seule cette fille Marie peut enlever. En faisant cela, bien que certaines choses puissent se passer différemment, elles atteindront toujours cet avenir.}

« Tu veux que je te batte lors de ton apogée et tu veux même que je te scelle, hein »

{Si c’est toi, alors ça devrait être possible. Après tout, tu es le meilleur porteur.}

« Je garderai ça à l’esprit. »

{Bien, de toute façon, je ne devrais absolument pas être détruite.}

« Oui, je ne laisserai pas ça t’arriver. »

{Je compte sur toi pour le bien d’Hikari.}

* Chirin *

J’avais fait un léger coup à Éléonore avec un doigt presque inconsciemment.

Mon doigt la poussa et fit claquer un son de cloche.

Je venais de m’impliquer instinctivement. J’avais bougé avant même d’exprimer mes mots.

J’étais un peu gêné de lui dire que c’était pour elle, et pas pour Hikari.

Je devais pouvoir dire la même chose à mes autres femmes, mais en ce qui concerne Éléanore, je ne pouvais pas le faire pour une raison inconnue.

Je ne pouvais m’empêcher de m’obstiner quand on parlait d’elle.

... Comme c’était étrange.

« ... Oui, pour le bien d’Hikari »

{Je compte sur toi, Papa d’Hikari.}

« La même chose pour toi, Maman d’Hikari. »

Je ne pouvais pas dire les mots que je voulais dire, alors je ne pouvais que plaisanter.

Ceci, franchement, qu’est-ce que c’est ?

Comme c’est étrange.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.
    PS :
    (?-1) : Il est idiot ?
    (?-2) : Il est idiot.
    (?-1) : C'est ce que je pensait.

  3. Merci pour le chapitre

  4. Merci pour le chapitre

  5. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire