Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 175

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 175 : Une femme obstinée — Point de vue de Selene

À Malonei, dans le bâtiment de la compagnie marchande de Delphina.

Sélène balançait une épée dans la cour.

Il s’agissait du style que Nana lui avait appris, celui qui était approprié pour un contre un.

Couper, percer, balayer. Il s’agissait des bases, mais Nana avait réfléchi à ça, et donc il n’y avait pas de défauts. Sélène l’avait répété de tout son cœur.

Et de loin, Delphina et Iris la regardaient.

Bien qu’il y avait une distance physique entre les deux femmes se tenant debout, il semblerait que la distance entre leurs cœurs diminuait par rapport à avant.

Comparé au moment où elles avaient rencontré Kakeru. La distance qui séparait la simple marchande et la princesse avait rétréci par rapport à cette époque.

Bien qu’elles ne puissent pas encore s’appeler meilleures amies, le terme camarade était le plus approprié.

Ces deux-là regardaient Sélène s’entraîner et Delphina rétrécit légèrement les yeux.

« Si mes yeux sont corrects »

« Hmm ? »

« Les mouvements de Son Altesse Sélène sont strictement identiques depuis tout à l’heure. »

« C’est vrai. Ce sont trois formes très simples, mais elle les a répétées sans faute depuis tout à l’heure. »

« Est-ce si facile de le faire ? »

« En aucune façon. »

Iris haussa les épaules et sourit.

« Bien qu’idéal, ce n’est pas quelque chose qui peut être fait quand on vous dit de le faire. C’est pareil pour écrire des lettres et les rendre identiques. »

« Après tout, c’était donc ainsi. »

« Bien que la simplification des formes avait eu un effet, encore plus que ça... c’est son talent »

Iris était impressionnée. Ses yeux qui regardaient Sélène devinrent chauds.

Lorsqu’elle avait remarqué ça, elle avait placé plus de force sur la main qui avait été placée sur son épée. Delphina qui avait vu cela avait légèrement souri avec le calme d’une spectatrice et d’une aînée.

« Ainsi, cela veut dire qu’elle avait du talent. Althea et moi-même avons toutes les deux des difficultés. »

« Vous lui enseignez la comptabilité, et la Grande Sage lui enseigne son savoir général, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai. Et ça ne va pas bien du tout. Elle a une tête qui oublie des choses, comme si elle repoussait l’information quand elle doit en apprendre une nouvelle. Honnêtement, je ne veux pas faire affaire avec elle quand il s’agit d’argent. »

« C’est complètement le contraire avec l’épée, hein. »

« Ça veut dire qu’elle n’a pas le talent pour ça, hein », dit Delphina.

Iris acquiesça silencieusement. Les femmes du harem de Kakeru étaient en bons termes.

Tout le monde avait enseigné Sélène dans les matières où elles excellaient, et elles s’échangeaient ensuite les informations. À cause de cela, elles avaient acquis une compréhension commune.

Sélène avait des talents à l’épée, nécessaire pour seulement une épéiste, mais elle était complètement inutile à toute autre chose.

Si elle devait faire étalage de connaissances, il lui manquerait quelque chose, et si vous lui faisiez compter les nombres, tout était faux.

Même si elles essayaient de lui apprendre des stratégies et des tactiques comme une extension de l’épée, elle ne pouvait pas du tout les comprendre.

« Elle a le talent pour devenir une épéiste, mais elle est totalement inutile à toute autre chose », c’est la compréhension que les femmes de Kakeru avaient acquise.

Et c’était aussi quelque chose que la personne en question avait commencé à comprendre.

☆☆☆

Dans la périphérie de Malonei, dans la forêt d’Ecstas.

Dans cette forêt où les monstres habitaient, Sélène et Iris y étaient allées toutes les deux.

« Pratiquer dans des combats réels est également nécessaire », alors Iris accompagnait Sélène ici.

« Haaaa ! »

Sélène avait utilisé une épée longue pour couper en deux un énorme monstre en forme de lion.

En voyant le sang frais dispersé et le monstre qui s’était effondré à terre, Sélène qui l’avait fait avait été la plus surprise.

« C’est... l’ai-je fait ? »

« Vous êtes plutôt douée. »

« Iris... oh, non. Mademoiselle Iris. »

« Ça va avec juste Iris. Je serai troublée que si vous agissiez avec un tel respect pour moi. »

« Eh, mais euh, elles m’ont dit d’être diplomatique, courtoise ? Alors... »

« Ça ne me dérange pas si c’est juste entre nous deux. Cela me donne aussi plus de facilité à vous parler, » déclara Iris en souriant.

Sélène hocha la tête avec un sourire.

« Je suis surprise. Ceci, est-ce que je l’ai vraiment fait ? »

« Alors, qui d’autre serait-ce ? »

« Je vois... J’ai fait ça, hein... »

« Si vous continuez à vous entraîner, vous pourriez devenir une épéiste de première classe. Je vous le garantis. »

« Hmm... »

« Quoi ? N’êtes-vous pas contente ? »

« O~Oui, ce n’est pas ça, mais... »

Sélène souriait douloureusement.

« Je pensais juste que je n’en suis pas encore là. Même maintenant, je suis toujours complètement inutile, mais je sentais que le moi d’avant l’était encore plus. »

« ... »

« J’étais inutile, mais je me suis affichée juste parce que j’étais une princesse... et c’était, un peu... »

En disant ça, Sélène souriait encore plus tristement.

Même si ses mots étaient en désordre, Iris comprit.

« Si cela continue, Shou me jettera un jour. »

« Shou... Kakeru, Hmm. »

Sélène hocha la tête.

« Si vous y pensez de cette manière, alors ça devrait aller. Kakeru n’est pas un homme aussi bas. »

« Pas si bas, un homme ? »

« C’est vrai. Je peux vous le garantir. »

« Est-ce vrai... »

Sélène recula et chuchota d’une petite voix.

La Sélène ressemblait maintenant à une personne différente, qui surprendrait quiconque l’ayant connu avant son changement s’ils la voyaient maintenant.

C’était une fille qui avait été choquée, désemparée, et qui avait complètement perdu sa confiance.

Il s’agissait de la Sélène de maintenant.

Si vous deviez demander à Iris qui la connaissait depuis qu’elles avaient commencé, non, avant même qu’elles l’aient éduquée, son commentaire honnête aurait été « on peut changer complètement si on veut vraiment le faire ».

« C’est bon, je peux vous le garantir. Mais si vous insistez vraiment, vous devriez aller le demander directement à Kakeru. Vous avez tellement grandi. Votre talent à l’épée est déjà impressionnant. »

« Je vois... je voulais le montrer à Père, ce nouveau moi. »

« Le roi Aegina... J’ai entendu dire qu’il n’avait pas repris connaissance depuis longtemps. »

« Hmm. Je suis sûr qu’auparavant Père s’était blessé à la tête à cause de moi. Si j’ai vraiment grandi, je veux le lui montrer. »

« ... Je vois. »

« De plus, j’ai besoin de m’excuser auprès d’Abraham. Je peux le comprendre maintenant. Je peux comprendre qu’il n’était pas quelqu’un qui aurait dû être botté par quelqu’un comme moi. Bien qu’il soit un simple sujet, il est beaucoup plus impressionnant en tant que personne comparée à moi. »

« Vous devriez le lui dire un jour. Je sais, vous devriez juste dire ça à Kakeru. »

« À Shou ? »

« Hum. Vous devriez le dire à Kakeru. Il serait ravi de vous aider. »

« ... Oui, je vais faire ça. »

En voyant Sélène, Iris avait réfléchi à la raison pourquoi elle avait pu changé aussi radicalement si vite.

En même temps, elle avait reconfirmé l’ampleur de Kakeru.

C’était « ça » la princesse Sélène.

Si c’était juste Iris, elle n’aurait jamais investi dans l’éducation et elle l’aurait laissée se débrouiller seule.

Cependant, Kakeru ne l’avait pas fait. Il avait envoyé toutes les femmes de son harem pour l’éduquer. C’était sûr que ce n’était pas seulement pour l’embrasser, pas seulement pour l’inclure dans son harem.

Car la Sélène d’avant était belle et même assez séduisante (bien que c’était tout ce qu’elle avait), il n’y avait donc pas besoin de l’éduquer. Cependant, Kakeru l’avait fait.

En conséquence, Sélène renaissait, ses talents avaient commencé à fleurir.

Iris était devenue de plus en plus amoureuse de Kakeru.

« Hmm ! C’est un feu de signal. »

Iris plissa les sourcils.

Un feu de signalisation avait été tiré dans la direction de Malonei.

C’était un feu de signalisation pour l’appeler si quelque chose se produisait. Et si l’on devait se demander quel genre d’affaires avait besoin immédiatement de la présence d’Iris, ce serait quand quelque chose se passerait dans les affaires domestiques de Mercury.

Elle plissa les sourcils plus profondément.

Elle jeta un coup d’œil à Sélène. Elle avait rencontré ses yeux avec elle.

« Dépêchez-vous et partez. »

« Eh ? »

« Je ne sais pas pourquoi, mais votre visage n’est pas normal. Vous devez partir immédiatement exact ? »

« O-Oui... C’est vrai, mais. »

« Alors, dépêche-vous de partir, ça va aller. »

Iris était surprise.

Qu’est-ce ? Qui avait dit que Sélène était une femme qui n’avait qu’un talent avec l’épée ?

Avec ses compétences d’observation actuelles, ce n’était pas quelque chose qui était possible pour elle. Iris pensait que leur compréhension d’elle devait être corrigée.

Et, elle avait accepté cette offre.

« Désolée, je vais y aller. »

« Ok ! »

« Cet endroit est dangereux donc vous devez revenir immédiatement. Compris ? »

« Ok. »

Iris avait frappé le sol et s’était précipitée vers le signal, ne laissant que Sélène derrière.

Restée seule, Sélène regarda autour d’elle.

Une consultation avec Kakeru, cette suggestion d’Iris était séduisante.

Kakeru... Shou.

Si elle le consultait, alors il ferait à coup sûr quelque chose à ce sujet.

La danse de l’épée de Shou qui continuait à s’attarder dans sa tête, et les Reines, les Princesses d’autres royaumes, une grande marchande qui contrôlait l’économie, même la légendaire Grande Sage.

Si elle le consultait, lui qui pouvait faire bouger toutes ces personnes, alors il ne ferait aucun doute que tout pouvait lui être accordée.

Cela peut lui être accordé, mais...

Sélène hésitait à lui parler.

Repli.

C’était les répercussions de l’époque où elle était encore gâtée. Cela l’avait rendue plus lâche que nécessaire. Suffisamment lâche pour hésiter encore à consulter Kakeru, alors qu’on le lui avait conseillé de le faire.

Sélène réfléchit profondément, qu’elle le voulût ou non.

Après avoir réfléchi longuement, elle avait répondu.

« Je devrais à nouveau vaincre un monstre. Si je peux en vaincre un autre. Si je peux le vaincre par moi-même, j’irai le consulter. »

Faire quelque chose après avoir été capable de terminer quelque chose, ce n’était pas une façon de penser inhabituelle. Elle était seulement arrivée à cette conclusion.

Le problème était que c’était un endroit qu’Iris avait appelé « dangereux ».

Sélène chercha à l’intérieur de cette forêt « dangereuse ».

« Je vais vaincre un autre monstre et consulter Shou. »

Tout en marchant, elle avait renforcé sa détermination, et avait fait le tour de la forêt.

Finalement, elle avait rencontré une énorme bête semblable à celle du lion. Un monstre qui ressemblait presque à celui d’avant. Cela avait fait que Sélène se décida à se battre contre lui.

« Calme-toi, calme-toi, Sélène. Tu étais capable de le faire plus tôt. Tu devrais être capable de le refaire cette fois-ci. »

En pensant à cela, Sélène avait lancé la première attaque et avait balancé son épée. Son jugement n’était pas faux. C’était un monstre qu’elle avait vaincu une fois, elle devrait être capable d’y faire face calmement.

Elle ne lâcha pas sa garde ni ne devint arrogante.

Elle avait seulement essayé de faire ce qu’elle pouvait.

Dans ce sens, il n’y avait aucun doute que Sélène avait mûri.

Le problème était qu’elle avait seulement du talent à l’épée.

On lui avait enseigné qu’il y avait des différences individuelles même s’ils étaient de la même espèce, mais elle était incapable de s’en souvenir. Elle n’avait pas assez d’expérience pour ressentir ces différences individuelles.

Et enfin... le monstre qu’elle rencontra avait presque la plus grande puissance de cette espèce.

« Kyaaaa! »

Le coup qu’elle avait parfaitement appris à l’entraînement n’avait pas eu d’effet sur l’énorme bête-lion.

L’attaque avait été bloquée par sa fourrure qui était plus dure que de l’acier et elle-même avait été renvoyée en volant en raison de sa patte avant qui l’avait frappée.

Elle avait été emportée. Son corps était jeté à terre, rebondissant plusieurs fois.

De la terre était entrée dans sa bouche et se mélangeait avec son sang, lui faisant sentir un goût indescriptible.

Sélène se leva en chancelant.

La bête avait disparu.

Pourquoi ? Et que devrais-je faire ?

Sélène paniqua.

Sa tête était incapable de rattraper son retard sur l’événement inattendu.

Le monstre en forme de lion continua d’attaquer.

Il avait balancé sa patte avant et essaya de l’écraser avec ses grosses mâchoires qui étaient assez grandes pour l’avaler.

Elle bloqua instinctivement en se servant de son épée, mais elle se cassa et se dispersa en morceaux.

La confusion avait atteint son apogée.

Le « Pourquoi ? » avait été complètement retiré, seul le « que devrais-je faire » était resté.

Que devrais-je faire ? Que devrais-je faire ? Que devrais-je faire ?

La nature avec laquelle elle était née avait refait surface.

Normalement, Sélène était quelqu’un qui détestait perdre, une femme au fort caractère.

Cela était relié au fait qu’elle avait été gâtée, et c’était actuellement lié avec les résultats de sa formation.

Et, se battre courageusement même dans une situation désavantageuse... était lié à ces choix désastreux.

Sélène s’était levée. Elle avait soulevé son épée brisée auquel il n’en restait que la moitié.

 

 

Le monstre avait attaqué. Elle regarda attentivement, esquiva l’attaque puis elle le poignarda.

C’était une attaque presque parfaite. Elle avait échappé à l’énorme bête lion et avait provoqué une entaille qui avait perforé son corps.

... Malheureusement, son épée était cassée.

Le monstre n’était presque pas blessé et l’avait balayé de sa patte avant.

Sélène avait été envoyée volée au loin.

Elle avait rebondi sur le sol plusieurs fois... mais cette fois, elle n’avait plus pu se lever.

Elle avait lutté, en utilisant ses mains et ses coudes, avait désespérément essayé de se lever.

« Gaha! »

Elle avait craché du sang. Sa main avait glissé sur le sol, et elle était tombée le visage en premier.

Mais même ainsi, elle n’avait pas abandonné.

« Je vais le vaincre... et obtenir les... qualifications... afin de parler, avec... Shou... »

Dans cet état esprit, elle avait désespérément essayé de se mettre debout.

C’était les malheurs qui s’empilaient les uns à la suite des autres.

Le retrait soudain d’Iris, un monstre semblable, mais beaucoup plus fort, et son entêtement qui la fit entrer dans une impasse. De tels malheurs se chevauchaient, la faisant tomber dans le pire scénario.

Le monstre avait bondi vers elle.

Toute sa vie tournait au ralenti.

À propos de son père, de son frère, d’elle-même.

Tout ce qui était arrivé de sa naissance brillait dans sa tête, comme une lanterne tournante.

Elle était incapable de comprendre cela. Elle avait simplement regardé sa vie passée devant elle.

Shou... Je le ferai, je deviendrai une femme digne de Shou !

Même à la fin, elle n’avait pas changé ses pensées.

{Je ferai mieux, je deviendrai une femme digne de Shou.}

{Je vais vaincre ce monstre et obtenir les qualifications pour consulter Shou.}

Elle était têtue et détestait perdre, elle était comme ça même à la fin. Elle était malchanceuse. Les coups de malheur l’avaient rendue visite les uns à la suite des autres, créant cette situation.

La mâchoire du monstre était juste devant elle. Le temps avait commencé à bouger.

« Shou ! »

Elle cria. Elle cria avec ses yeux fermés.

Au moment où elle avait compris qu’elle allait mourir, elle avait appelé le nom de Kakeru.

La grande chance qui effacerait tous les malheurs était déjà dans sa main. La mort n’était pas venue. Rien ne s’était passé, peu importe combien de temps elle avait attendu.

Sélène ouvrit lentement les yeux.

Il y avait le monstre juste en face d’elle.

Il avait cessé d’agir, gardant sa bouche ouverte.

Une sombre Épée Démoniaque transperçait son cerveau, le clouant au sol.

Et, un instant après cette Épée Démoniaque.

« ... Shou ? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre !

  3. Merci pour le chapitre

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire