Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 174

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 174 : Mon harem grandit

En ce jour, j’avais à nouveau pris mes femmes et rassemblé des informations dans la capitale de Rethim. Il s’agissait d’Althea et Nana que j’avais emmenées.

Une beauté incomparable, la Grande Sage Althea, et la femme la plus forte du monde, Nana.

Les deux étaient au sommet d’un lit dans une auberge.

Les deux dormaient.

Je l’avais remarqué quand j’avais amené Hélèna et Rica ici. Et même si j’avais mentionné avoir recueilli de l’information, il n’était pas nécessaire de se promener pour le faire.

Mon ouïe multipliée par 777x me permettait d’entendre des conversations dans un rayon de plusieurs kilomètres si je me concentrais au maximum.

Ce qui voulait dire que je pouvais recueillir des informations tout en m’occupant de mon harem dans une auberge.

Je l’avais remarqué pendant le temps que j’avais passé avec Hélèna et Rica, je l’avais donc fait avec Althea et Nana aujourd’hui.

Je les avais accompagnées tout en rassemblant des informations, puis je m’étais concentré sur la collecte d’informations après qu’elles dormaient.

Et pendant que je faisais ça, la respiration d’Althea avait changé.

Elle continua de se blottir contre moi, mais sa respiration changea, et je savais qu’elle se réveillerait sous peu.

« Veux-tu un autre tour ? »

« Je vais bien. Mais laisse-moi juste rester comme ça », dit Althea tout en me serrant plus fort.

Sa peau soyeuse était collée à moi, elle avait frotté ses joues contre moi, m’avait pris la main et m’avait fait lui caresser sa tête.

Althea, la grande sage Althea.

Elle a vraiment changé par rapport au jour où je l’ai rencontrée, pensais-je.

« Althea, es-tu trop gâtée ? »

« Et d’après toi, qui en serait le fautif ? »

« Hmmm ? »

« Qui est celui qui m’a dit de donner des cours à cette fille ? »

« C’est moi, mais... tu es la Grande Sage Althea, celle qui connaît toutes sortes de choses. Tu es la plus adaptée pour ce rôle, n’est-ce pas ? »

« Je suis Althea, juste, Althea »

Oh ! Quelle nostalgie dans ces mots !

Althea qui avait dit ça leva les yeux vers moi avec un regard noir.

« Je suis déjà lasse d’être la Grande Sage. Je serais heureuse avec juste Althea, » déclara-t-elle en se blottissant encore plus contre moi.

Elle avait l’air de bouder, mais je pense qu’elle se sentait gâtée.

« Détestes-tu autant ça ? »

« Je déteste ça. »

C’était une réponse instantanée.

« Alors, je suis désolé pour ça. »

« ... c’est bien. En échange, laisse-moi maintenant être juste Althea. »

« Oui, tu n’es qu’une femme. »

Quand je l’avais dit, Althea avait manifestement amélioré son humeur.

Cela voulait-il dire qu’elle désirait vraiment devenir une femme normale ?

Après avoir rendu Althea endormie, cette fois, j’avais senti que la respiration de Nana avait changé.

Elle a repris connaissance, à l’instant où j’avais vu ça, mon esprit « s’était connecté » avec le sien.

Nos esprits s’étaient connectés.

Il s’agissait d’un sentiment similaire d’avant un contact visuel.

Il n’y avait pas de changement dans notre corps, mais nous pouvions comprendre alors que nous nous étions tous les deux observés.

J’avais exprimé cela comme « mon esprit s’est connecté au sien ».

Dans mon harem, il s’agissait d’un sentiment que je n’avais qu’avec Nana.

Tout en caressant les cheveux d’Althea pendant qu’elle m’enlaçait en dormant, j’avais demandé à Nana.

« Désolé pour le dérangement. Était-il si difficile d’éduquer Sélène, qui était une débutante complète ? »

« C’est un ordre de Monseigneur, donc il n’y a pas de problème. »

Nana répondit sans hésitation. Comme elle l’avait dit, il semblerait qu’elle ne pensait pas que mon ordre était gênant du tout.

« Je vois. Alors je veux connaître ton impression. Honnêtement, comment se débrouille Sélène ? »

« Elle a du talent. »

« He~ ? »

C’était inattendu.

Nana ne me mentait pas ni n’exprimait pas quelque chose avec des phrases rhétoriques.

Si je lui demandais, elle dirait honnêtement ce qu’elle avait en tête.

C’est pourquoi j’avais été surpris. Puisque Nana le disait, il n’y avait aucun doute que Sélène avait de talent.

« Si on ne parle que de son potentiel, je pense qu’elle dépassera Nikki »

« C’est incroyable. Si c’est au-dessus de Nikki... comment est-elle comparée à Io ? »

« Il y a la possibilité qu’elle puisse la dépasser dans des combats individuels, bien que cela soit dû à la différence qui existe entre un épéiste et un magicien. Cependant, elle serait incomparable à elle en tant qu’aventurière. Elle n’a pas la capacité de comprendre la situation et d’y faire face instantanément, mais elle serait excellente comme un simple soldat. »

« Ce n’est pas bon en tant que princesse. »

La personne en question pensait devenir Premier ministre Princesse, et voulait rendre son royaume plus prospère.

« ... »

Nana ferma la bouche.

Elle répondrait à n’importe quoi si on le lui demandait, mais c’était Nana, qui ne dira rien si elle ne le voulait pas.

C’était ainsi parce qu’elle pensait que mon ordre était le plus important.

Elle ferait n’importe quoi si elle était ordonnée, mais elle ne ferait rien si elle ne l’était pas.

Bien, peu importe. Il s’agissait de quelque chose auquel je devrais réfléchir.

Alors que je pensais à ça, et j’avais fait signe à Nana de venir. Elle s’approcha, rampant sur le lit.

Bien qu’elle soit au-dessus d’un lit moelleux dans une chambre décemment bonne, ce lit ne s’affaissait pas et ne tremblait pas.

Comme si elle flottait ou glissait, elle était venue à mes côtés.

« Qu’est-ce que c’était à l’instant ? »

« Je l’ai appris pour ne pas réveiller celles qui ont reçu l’amour de Monseigneur. Il n’est pas bon de jeter de l’eau froide au bonheur qu’ils avaient reçu de Monseigneur. »

« C’est pourquoi tu l’as appris ? »

C’est incroyable, pensais-je.

Dans le même temps, je pensais « quelle femme capable ».

Nana qui avait appris une compétence incroyable comme celle-ci pour ne pas nuire à la femme avec qui j’avais fait l’amour était vraiment une femme capable.

« Je vais te récompenser. »

« Ha ! »

Jusqu’au moment où je l’embrassais et la plaquais, Nana bougeait sans faire trembler le lit.

Il y avait beaucoup de sortes de femmes autour de moi.

Il y en avait plusieurs sortes, chacune étant différente, et chacune d’elles était capable à sa manière.

Elles avaient changé depuis notre rencontre et la plupart d’entre elles continuaient à grandir.

Je me demande quel genre de femme deviendra Sélène.

J’étais curieux à ce sujet et j’attendais ce moment avec impatience.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

9 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire