Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 170

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 170 : Une mère éduquant sa fille

« Intrus ! Intrus ! »

Abraham s’était précipité hors de la pièce en criant.

Et quand je l’avais suivi hors de la pièce, beaucoup de soldats s’étaient rassemblés.

Dans le couloir par lequel j’étais arrivé après avoir quitté la pièce, des soldats avaient attaqué en même temps des deux côtés.

Ils avaient frappé en utilisant leurs lances qui étaient deux fois plus longues qu’une lance ordinaire.

J’avais coupé ces lances en deux d’un coup avec les Épées Démoniaques et j’avais tué plusieurs soldats par la même occasion après avoir sauté latéralement juste à côté d’eux.

{Maman, c’est un match.}

{Hmm, je vais te montrer ce que j’ai acquis au cours de ma longue histoire en tant qu’Épée Démoniaque.}

J’avais avancé vers mes ennemis tout en me couvrant d’aura, et Éléanore et Hikari qui avaient relâché ça recommencèrent à compter.

Les deux épées comptaient comme si c’était un jeu et elles comptaient sur une mélodie telle une chanson. Et en entendant cette chanson, j’avais continué à abattre les soldats.

« Eii! Un seul ennemi ! »

« Capitaine ! »

« Encaisse donc cette Triple Attaque !! »

Quelqu’un qui semblait un peu plus fort que les soldats ordinaires était apparu, mais je l’avais fait tomber d’un coup. Ce gars qui était un peu plus fort avait été compté comme « 1 » par la mère et la fille.

À force de continuer à avancer, j’avais trouvé Abraham. Il avait été stupéfait de me voir, puis avait continué à s’enfuir. Il disait quelque chose aux soldats tout en s’enfuyant.

{Oh !? Leur moral a augmenté.}

« J’ai déjà tué beaucoup d’entre eux. Alors, pourquoi cela arrive-t-il ? »

J’avais douté, mais j’avais immédiatement compris.

« Ce traître, hein. »

« Notre avenir sera brillant si nous vainquons ce type. »

« Je vais le vaincre, oui, je vais le vaincre ! »

On dirait qu’Abraham leur avait mis des carottes sous leurs nez. Les yeux des soldats étaient injectés de sang et me mettaient au défi.

Il y avait une dizaine de lances. Elles avaient frappé comme pour couvrir tout mon corps.

« Comme c’est naïf. »

J’avais frappé avec Éléanore et j’avais écrasé tous leurs fers de lance tout en hachant les soldats à l’avant avec une frappe en utilisant Hikari.

{Je suis désolé, mais n’oublie pas l’objectif pendant que tu tues.}

« Je sais. »

J’avais répondu à Éléanore et réduisais ma distance avec le soldat qui semblait sur le point de vouloir s’enfuir à tout moment.

J’avais placé les lames de mes Épées Démoniaques à son cou et le menaçais d’une voix basse.

« Où est le roi ? Je te laisserai partir si tu me le dis. »

« He, he he… »

« He ? »

« He... je... je... »

Le soldat s’était évanoui à ce moment-là.

Le blanc de ses yeux était visible et de la mousse sortait de sa bouche. En regardant attentivement, une tache jaune s’était répandue sur son entrejambe.

{Tu l’as trop menacé.}

{Papa, tu devrais un peu te retenir ~.}

« Hmm ! C’est assez difficile. »

Me retenir physiquement était plutôt simple. Si je faisais une série d’attaques à l’épée en utilisant les Épées Démoniaques, je pouvais raser proprement tous les poils de leur corps même s’ils résistaient désespérément.

Cependant, comment puis-je réfréner quelque chose spirituellement ? Comment puis-je contrôler mon niveau de menace ?

Je ne le savais pas. Et comme je ne le savais pas, alors j’avais décidé d’essayer plusieurs fois.

J’avais attrapé un autre soldat et l’avais menacé. Cette fois, il était entré dans une frénésie qui l’avait rendu presque fou et avait résisté.

Je l’avais tranché et j’en menaçais un autre. Il s’était aussi évanoui à nouveau et avait eu de l’écume qui sortait de sa bouche. Après plusieurs tentatives, j’avais finalement trouvé quelqu’un qui pouvait répondre correctement.

« S-Sa Majesté est dans le palais d’hiver »

« Le palais d’hiver ? Où est-ce ? »

« Si vous allez dehors, vous pourrez facilement le voir. »

Après avoir dit cela, ce soldat s’était aussi évanoui.

Il voulait dire que c’était un bâtiment que je pouvais trouver d’un simple regard si je vais dehors, non ? Si c’était le cas, alors je devrais sortir.

J’avais tracé un chemin sanglant, abattant des soldats pendant que la mère et la fille Épées Démoniaques continuaient à compter.

Leur résistance devint plus féroce, mais je continuais à avancer sans m’en soucier.

Après avoir quitté le palais, j’avais compris ce que ce soldat avait dit plus tôt. Bien qu’il semble un peu flou depuis ma position, je pouvais voir une splendide structure. C’était un peu flou, comme si je regardais de l’autre côté d’un nuage, mais au premier regard c’était celui qui ressemblait le plus à un « palais ».

Je vois, c’est ce que l’on appelle le Palais d’Hiver, hein.

J’avais marché dans la direction du Palais d’Hiver.

Encore plus de soldats étaient venus et les environs ressemblaient déjà à un champ de bataille. J’avais avancé tout en les coupant.

{Papa !}

{À ta droite !}

« ... !! »

Peu de temps après avoir entendu l’avertissement d’Hikari et Éléanore, une attaque était venue de la droite. Je l’avais bloquée en utilisant Hikari. Les sons qui s’entrechoquaient assourdissaient mes oreilles.

Je contre-attaquais en balayant avec Éléanore... et j’avais coupé l’air.

L’homme qui avait lancé cette attaque-surprise avait immédiatement pris de la distance.

C’était vrai. C’était un homme. Il avait des cheveux longs, tenait une longue et fine épée. Ses yeux étaient fermés et son oreille était tournée dans ma direction.

L’atmosphère autour de lui indiquait qu’il n’était pas quelqu’un d’ordinaire. On dirait que c’était un adversaire avec qui je ne pouvais pas baisser ma garde.

« Qui es-tu ? »

« Xeno Phon. »

Xeno se nomma calmement. Ce calme le faisait se paraître différent des autres.

« Toi, être répugnant, tu ne pourras pas partir d’ici. »

Être répugnant, hein.

« Désolé, mais j’ai affaire ailleurs »

« Si oui, alors meurs par ma lame »

L’apparence de Xeno s’estompa... et il apparut derrière moi juste après. Il était soudainement apparu derrière moi et avait effectué une attaque.

Je m’étais retourné tout en frappant avec mes Épées Démoniaques... mais il n’était plus là.

« Je sais ! »

* Gakii... n !! *

Avec une adhérence inverse, j’avais bloqué la frappe qui venait tout droit depuis derrière moi.

Les gars comme ceux-ci le faisaient toujours, ils apparaissaient derrière moi, puis réapparaissait derrière moi en faisant une nouvelle attaque.

C’était habile, mais un peu stéréotypé.

« ... Compétence secrète »

« Hmm !! »

« Scellement des Épées Démoniaques »

J’avais instinctivement frappé le sol et avais sauté en arrière.

Xeno n’avait pas suivi cette attaque.

Au moment où j’avais atterri, je ne pouvais pas m’empêcher de rétrécir mes sourcils.

L’aura sombre que la mère et la fille Épées Démoniaques m’avaient libérée et enveloppée, cette aura qui représente le porteur de l’Épée Démoniaque avait été « mangée ». Mais seulement à l’endroit où l’attaque de Xeno avait traversé, elle avait été entaillée comme un gâteau dévoré.

Et, elle ne régénérait pas la partie qui avait été mangée... non.

{Il faudrait plus de dix minutes pour se régénérer.}

{Uu... c’est difficile ~...}

Il semblerait que cela prenne du temps pour que tout revienne à la normale. Il faudrait dix minutes à Éléanore. Cela aura également rendu la tâche difficile à Hikari.

Ce simple fait rendait incroyable cette compétence secrète.

« De penser que ma compétence secrète serait évitée. »

« Tu es plutôt bon. »

« Cependant, il est maintenant clair avec ça. Même si c’est ton côté malfaisant, tu n’es rien d’autre qu’un être répugnant. »

Xeno s’était assuré que sa capacité secrète fonctionnait. Cependant, il n’avait pas eu de négligence ni d’arrogance.

{C’est vraiment quelqu’un celui-là.}

C’était suffisant pour impressionner même Éléanore.

« ... J’arrive. »

J’avais échangé des attaques avec Xeno.

Il avait libéré sa compétence secrète et mon aura avait été à nouveau mangée, mais j’avais contre-attaqué avec les Épées Démoniaques.

Xeno avait échappé au dernier moment, mais il avait une profonde blessure au cou, le sang en jaillissait.

Même ainsi, il ne s’en préoccupait pas du tout. Il leva son épée, me faisant face, son oreille vers moi.

« ... Retire-toi, tu vas mourir si ça continue. »

« Cela pourrait être vrai. »

« Dans ce cas. »

« Cependant, je suis redevable au roi. C’est une dette énorme que je ne pourrais jamais rembourser même avec sept vies. C’est pourquoi... je ne me retirerai pas. »

Xeno avait attaqué une fois de plus.

Le match était déjà décidé. Il avait à la fois de la vitesse et de la puissance, mais ce n’était qu’un dixième du mien. Néanmoins, cette compétence secrète était gênante, mais ce n’était rien puisque je savais que cela pouvait être évité.

J’avais esquivé son nouveau coup, j’avais ciblé le dos de Xeno le plus rapidement possible et lui avait fait perdre connaissance en une seule frappe.

{N’es-tu pas gentil ? L’adversaire est-il un homme que tu connais ?}

« C’est juste un caprice. »

J’avais quitté Xeno et j’avais continué de me diriger vers le Palais d’Hiver.

Cependant, un homme qui ressemblait à un chevalier était apparu avant cela.

« Il a été vaincu, hein, ce n’était donc que des paroles en l’air... »

J’avais immédiatement tué ce chevalier. J’avais réduit la distance en un souffle et l’avais coupé avec seize coups latéraux.

« Ce n’est rien que du menu fretin. »

J’avais craché et continué mon avance.

J’avais abattu des soldats, devant moi, pour finalement arriver au Palais d’Hiver.

Quand j’étais entré, un monstre était apparu cette fois.

Dans le jardin du palais, le sol était dégagé et un dragon de la taille d’un semi-remorque apparut de là.

{O-chan ? U~n, c’est différent.}

{C’est un simple dragon. Une bête qui ne vit que selon ses instincts. Si tu parles des espèces supérieures, on les appelle des lézards sacrés. En passant, il s’appelle Dragon à écailles.}

Hikari inclinait la tête pendant qu’Éléanore lui expliquait.

Le dragon à écailles avait attaqué !

Il avait balancé ses pieds avant et avait secoué le sol. Un trou qui était aussi énorme que l’entrée d’une grotte avait été faite.

« Est-ce tout ? »

J’avais attrapé le dragon avec mon aura régénérée, avait réduit la distance et je lui coupais la tête d’un coup.

Du sang frais jaillissait comme une fontaine et son corps énorme s’effondrait, faisant trembler le sol.

J’avais enjambé cela et j’étais entré dans le palais.

J’avais attrapé plusieurs soldats et les avais menacés sans pouvoir me retenir, et ainsi, j’avais demandé où était le roi.

J’avais marché dans cette direction.

{Hmm ?}

« Quel est le problème ? »

{Ne sens-tu pas que leur résistance s’est affaiblie ?}

« Maintenant que tu me le dis. »

Je ne l’avais pas remarqué avant qu’Éléanore me le dise.

{Il s’affaiblit clairement... en plus de cela, c’est intentionnel}

« Tu dis que c’est un piège ? »

{Neuf chances sur dix}

« Ça veut dire qu’un faux roi est là, hein. »

{Très probable.}

J’avais avancé en parlant à Éléanore.

J’avais enfin atteint la chambre du roi. J’avais coupé les gardes qui la protégeaient de l’extérieur et j’entrais.

Il y avait un grand lit dans cette chambre luxueuse.

Un vieil homme ressemblant à un squelette dormait sur le lit.

« Est-il mort ? »

{On dirait qu’il est vivant}

{Hmm !? C’est... le vrai roi, hein ?}

« Le connais-tu ? »

{Dans le passé, un peu}

« Ce n’était pas un faux. Bien, peu importe. C’est le vrai, n’est-ce pas ? Alors je vais l’emmener. »

Je l’avais dit tout en me rapprochant du roi, mais à l’instant où j’étais arrivé sur le bord du lit, un cercle magique s’était répandu sur le sol.

Emprisonné par le cercle magique, mon corps ne bougeait plus.

{C’est un piège !}

« Qu’est-ce que c’est ? »

{Tartare. L’un des cercles magiques de classe stratégique. À l’origine, il est destiné à être utilisé contre une énorme armée.}

« Contre une énorme armée, dis-tu ? »

{Quand il s’active, il dévorerait tout sur une certaine distance et tout disparaissait sans laisser de trace. J’ai entendu dire par les humains que c’est cher et rare}

« Quelque chose comme ça... »

L’instant d’après, ma vision était devenue sombre.

Un torrent de force énorme me repoussait.

C’était une force que je n’avais jamais expérimentée auparavant.

J’avais enduré la force qui me poussait, et j’avais l’impression d’être dévoré et écrasé. J’avais enduré tout ce que je pouvais enduré tout en protégeant le roi d’Aegina avec mon aura.

{Papa ! C’est dangereux, alors laisse tomber cette personne !}

{Hikari}

Hikari paniqua, mais à l’opposé, Éléanore était calme.

{Maman ?}

{Rappelle-toi de ceci. Une condition pour devenir une femme capable est de ne pas t’opposer aux points forts des hommes.}

« Ne me fais pas rire, Éléanore. Tu t’en mêles systématiquement. »

Cependant, c’était vrai. Et ce serait bien si vous pouviez rester calme et ne rien faire.

J’avais pris une profonde inspiration. J’avais rassemblé toute ma force possible. Je l’avais utilisée tout en serrant fermement Éléanore et Hikari.

J’allais supporter et protéger le roi !

Finalement, cette force avait commencé à se retirer.

La lumière s’était également dissipée et le cercle magique avait disparu.

Ma vision qui était devenue sombre revenait à la normale.

Mais dans les environs... une partie du palais fut détruit. Seul le sol qui était dans un rayon d’environ un mètre autour de moi et du lit où dormait le roi d’Aegina était intact.

 

 

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Un café, et un petit massacre, que demander de mieux.

  2. Merci pour le chapitre

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire