Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 171

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 171 : L’Homme qui altéra l’Épée Démoniaque

« Ils ont commencé à m’attaquer par tous les moyens, hein. »

{Kuku, je peux deviner à quel point ils ont peur de toi.}

« Mais même ainsi, je pense qu’ils sont trop bien préparés pour tout cela. »

{Le prince-héritier Kimon a disparu, et donc, il n’est pas étrange que beaucoup d’individus aient pris leurs dispositions.}

« Eh bien, c’est vrai. »

En hochant la tête, j’avais touché le lit que j’avais pu protéger.

Si je me téléportais avec le roi d’Aegina endormi, cela serait terminé.

« Attendez ! »

J’avais entendu la voix d’un jeune homme.

Je m’étais alors retourné. Un homme avec un beau visage, vêtu d’un costume de chevalier, était venu menant ses soldats. Il y en avait une centaine.

{Ils sont si peu.}

{Leur force est aussi ordinaire. Ce sera une victoire facile pour Papa.}

Les deux Épées Démoniaques se parlaient l’une à l’autre.

De la façon dont ils agissaient ensemble, ils étaient tout au plus atypiques, donc ils ne valaient vraiment pas grand-chose.

J’avais essayé de m’enfuir en les ignorant, mais...

« Entourez-le ! L’adversaire est ce porteur de l’Épée Démoniaque, alors avancez prudemment. »

Les subordonnés du chevalier m’entouraient, y compris le lit.

{Mufu, je l’ai remarqué en ce moment, mais n’est-ce pas un peu gênant ?}

« Gênant ? »

{Il est facile de surmonter cette situation. Cependant, ce type a tout de suite su que c’était toi quand il est venu. Ce qui signifie qu’Aegina est conscient de ton implication.}

« ... ma maison, hein. »

{Hmm}

Je vois, cela ressemblerait à ça, hein.

Même si je partais avec le roi Aegina, puisqu’ils avaient compris que j’étais impliqué, qui sait ce qu’ils feraient dans mon manoir de Reiusu.

Il y avait Nana et les soldats esclaves qu’elle avait entraînés et le groupe d’Io venait aussi de temps en temps.

Quand il s’agissait de travail intellectuel, il y avait Althea.

Même si je n’étais pas là, elles devraient pouvoir prendre soin d’elles-mêmes quoiqu’il arrive. Cependant, ce serait tout simplement gênant.

Comme l’avait dit Éléanore, cela devenait gênant.

{Il devrait être préférable de s’occuper de tout dès maintenant.}

« ... Non, on garde ça pour plus tard. »

{Pourquoi ?}

« Je veux une fois de plus parler à Sélène, et je veux lui demander ce qu’elle aimerait faire. »

{Vas-tu aussi en faire une « femme capable » ?}

Je ne pouvais pas vraiment lui répondre pour le moment.

Je n’étais pas sûr, mais je pouvais sentir un certain potentiel chez Sélène.

Le potentiel de devenir une femme que j’aimais. C’est pourquoi je prévoyais toujours de la laisser tout finir de ses propres mains.

Je voulais la laisser tout finir, sans que j’aie besoin de m’occuper de tout.

{Cela ne me dérange pas de t’accompagner dans tes passe-temps, mais comment vas-tu te sortir de cette situation ?}

« J’ai une idée. Éléanore, Hikari. Donnez-moi un coup de main. »

{Fumu?}

{Hikari, qu’est-ce qu’elle a besoin de faire ?}

J’avais pris position avec les deux Épées Démoniaques.

J’avais fermé les yeux, avais respiré profondément alors que je concentrais ma force du plus profond de moi-même.

« Avez-vous abandonné ? C’est trop tard ! »

On dirait qu’il disait quelque chose, mais je l’avais ignoré.

J’avais senti avec force la présence de la mère et de la fille... j’avais extrait le pouvoir d’elles.

{... !!}

{Hyau !}

J’avais ouvert les yeux et l’aura avait surgi de mon corps.

Elle n’était pas sortie d’un coup, mais lentement, elle s’était répandue comme si l’espace était corrompu petit à petit.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

« Ne faiblissez pas ! Ce n’est rien d’autre que du bluff ! »

« Mais Sire Gogophus, c’est... uwaaaa !! »

« Hiiiiiiiiiiiii !! »

«S-Stooooooooopp !! »

Les subordonnés du chevalier qui avaient été engloutis par l’aura poussèrent des cris stridents.

La Peur.

J’avais dispersé la peur que j’avais extraite de la mère et de la fille Épées Démoniaques.

La peur de la jeune et innocente Hikari était une pure horreur. Une peur qui pourrait être décrite comme si une lame tranchante vous séparait en deux.

La peur d’Éléanore qui était une Épée Démoniaque depuis l’éternité était une terreur qui ressemblait à un chaos tortueux. Une peur qui pourrait être décrite comme s’ils étaient frappés par un lourd marteau, et qu’ils souffriraient de blessures qui ne guériraient jamais.

J’avais extrait ces deux sortes de peur et les avais dispersées.

L’aura avait immédiatement enveloppé le palais royal... le « Palais d’Hiver », mais ce n’était pas suffisant.

« Plus, beaucoup, beaucoup, plus. »

{n... ahh...}

{Je ferai de mon mieux !}

J’avais rassemblé plus de force. J’avais agrippé les Épées Démoniaques et en avais extrait les pouvoirs. L’aura s’était répandue, elle avait continué à se répandre sur une plus large zone.

L’aura qui s’était répandue couvrait progressivement la cité fortifiée et bientôt... toute la capitale royale.

La peur... elle avait impitoyablement emmuré la capitale d’Aegina, Rethim.

 

☆☆☆

 

Je m’étais téléporté avec le lit, le transportant dans le bâtiment de la compagnie marchande Delphina à Malonei.

Delphina qui attendait avait vu ça et avait roulé des yeux.

« Cette fois, c’est le roi, hein. »

« Vu que c’est toi, tu t’y attendais bien ? »

« Oui, c’est vrai. »

« Pour l’instant, je veux te demander de le cacher. Secrètement, bien sûr. »

« Bien sûr. Si quelqu’un découvre que j’ai été impliqué dans l’enlèvement du roi, je serai, pour ainsi dire finie, » déclara Delphina en plaisantant, tout en roulant des yeux.

Elle appela alors ses soi-disant subordonnés de confiance, et emporta le roi qui continuait à dormir même après tout ce qui s’était passé.

Eh bien, l’affaire était temporairement résolue avec ça.

Je suppose que je devais m’occuper maintenant de Sélène.

{Vraiment, tu n’arrêteras jamais de me surprendre.}

« ... Hmm ? »

La voix qui résonnait dans ma tête était différente de l’habitude.

Le ton et les mots étaient ceux d’Éléanore, mais...

{Quel est le problème ?}

« Quel genre de blague est-ce ? »

{Ze ne comprends rien à ze que zous dîtes}

...

Je suis celui qui ne comprenait rien du tout.

Pourquoi diable êtes-vous mise soudainement à zozoter ?

Qu’est-il arrivé ?

{Maman, elle a l’air beaucoup plus mignonne}

« Mignonne ? »

{Oui, c’est comme si elle était redevenue une petite fille.}

« Petite fille... ? »

« Ne me dis pas que..., » disais-je.

Tout en réalisant cela en marchant, je me téléportais à la salle de la loterie.

Quel étrange endroit qu’était cette salle de loterie ! C’était seulement ici qu’Éléonore pouvait retrouver sa forme humaine.

Et ce que j’avais vu là, c’était... une petite fille qui semblait être Éléanore.

Elle avait à l’origine une apparence semblable à celle d’une jeune fille.

Mais maintenant, elle était devenue encore plus jeune !

« Waa ~, Maman est mignonne. »

 

 

Hikari étreignit Éléanore.

Éléanore avait habituellement l’air un peu plus grande, alors même si elles se ressemblaient, elles ressemblaient plus à une grande soeur et à une petite sœur. Cependant, en ce moment, leurs positions étaient complètement inversées.

La première avait l’âge de dix ans, la grande soeur Hikari, et une petite de trois ans, la petite sœur Éléanore.

Ça ressemblait à ça au premier coup d’œil.

Qu’est-ce qui a donc bien pu arriver ?

« Cher client, bien que je vous l’ai répété à de nombreuses reprises, s’il vous plaît n’apportez pas ici de si touchantes scènes familiales. »

La femme du personnel de la loterie m’avait parlé en roulant les yeux comme d’habitude. Ses yeux, comme d’habitude, étaient infiniment gentils envers Hikari.

« C’est de ma faute. »

« Et aussi, comme c’est ridicule. Le fait de pouvoir altérer une Épée Démoniaque tout en étant humain est absurde. »

« Altérer une Épée Démoniaque ? »

« La force de notre cher client a dépassé celle de l’Épée Démoniaque, donc ce pouvoir a altéré l’esprit de l’Épée Démoniaque. C’est pourquoi même son apparence ici a changé. Cher client, vous avez complètement dépassé l’Épée Démoniaque, hein. »

« Est-ce vrai ? Non, mais Hikari n’a pas changé ? »

« Vous vous êtes probablement retenu parce que c’est votre fille. Après tout, une personne se retient naturellement quand elle joue avec des enfants. »

« Ahh je vois. »

Elle avait raison. Je me retenais beaucoup lorsque je jouais avec des enfants.

Et normalement... J’utilisais Éléanore à pleine puissance, comme je l’avais déclaré, mais je me retenais peut-être inconsciemment avec Hikari.

Je vois, c’était pourquoi seule Éléanore avait changé, hein.

« Eh bien ! Si c’est une Épée Démoniaque du niveau d’Éléanore, je crois qu’elle reviendra bientôt à sa taille normale. Plutôt que cela, cher client, c’est une salle de loterie, le savez-vous ? »

Le simple fait de passer pour regarder ne semble que peu apprécié, hein.

J’avais sorti un billet de loterie et je l’avais donné.

« Alors, je voudrais faire celui-là. »

« Vous n’êtes vraiment venu que pour obtenir votre petit instant familial, n’est-ce pas... eh bien, ce n’est pas trop grave. »

Même si elle roulait les yeux, la femme du personnel avait l’air contente de voir jouer la mini Éléanore avec Hikari.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire