Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 151

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 151 : La musique du champ de bataille

« Qui diable est-ce..., kuwaa ! »

« Que s’est-il passé..., begyaa ! »

Je m’étais téléporté directement devant eux et j’avais abattu deux soldats à la fois avec Éléanore et Hikari. Du sang frais s’était répandu et la confusion s’était propagée.

L’hésitation et la surprise avaient stoppé la marche de l’armée d’Aegina.

« Q-Qui es-tu ? »

« Si tu as le temps de parler, viens à moi ! »

J’avais coupé la tête du soldat qui demandait le pourquoi du comment. Le sang jaillissait de son cou et son corps tomba lentement.

En déplaçant mon épée, j’avais abattu trois soldats qui se trouvaient à proximité.

J’avais poussé le cadavre du soldat qui était tombé vers moi puis j’avais tranché en deux le soldat qui avait perdu son équilibre à cause de cela.

Je m’étais mis à taillader mes ennemis, alors que je traçais un chemin puis j’étais allé droit au but.

« Attaque ennemie, attaque ennemie ! »

« L’adversaire est seul. Attaquez... !! »

Enfin, une réaction décente.

À la suite des ordres, des officiers ayant le grade de capitaine, ainsi que d’autres soldats avaient pointé leurs lances vers moi en même temps.

« C’est assez long ! »

C’était à ce moment que je remarquais ça. Les lances que tenaient les soldats d’Aegina étaient longues, deux fois plus longues que les lances des autres royaumes.

Naturellement, leur portée d’attaque était grande. Ils avaient mis de la distance dès qu’ils avaient entendu l’ordre de leur capitaine, et m’avaient repoussé au loin.

J’avais frappé avec Éléanore et j’avais ainsi fendu leurs armes en une fois. Les pointes en métal avaient été coupées et la surprise s’était propagée comme un courant.

{C’est encore long.}

En raison de la longueur de leur lance, j’étais encore loin de pouvoir lancer ma contre-attaque.

« Si c’est comme ça, alors je vais simplement m’approcher d’eux ! »

J’avais piétiné et je sautais vers le soldat suivant. J’avais réduit la distance qui était le double de la normale en un instant et avais tailladé le soldat avec l’Épée Démoniaque.

J’en avais décapité quelques-uns, percé des cœurs d’autres, et coupés en deux en une frappe horizontale les suivants.

Chaque coup en tuait un. J’accablais littéralement les soldats de ma présence.

{Douze~, treize~, quatorze, quinze~...}

{Que comptes-tu, Hikari ?}

{Le nombre de personnes que Papa a tailladé en m’utilisant}

{Hou, tu comptais une telle chose. Cela semble intéressant. Je devrais aussi le faire.}

{Maman, le fait-on toutes les deux ?}

{Puisque nous y sommes, organisons une compétition. Comparons laquelle auras le plus tué. Je ne me retiendrai pas même si tu es ma fille. Je ne perdrai pas comme une Épée Démoniaque}

{Hikari est aussi une Épée Démoniaque, tu sais ? Hikari ne perdrait pas même si c’était contre Maman, d’accord ?}

{Kuku, alors, c’est une compétition.}

{Oui ! Ah ! 15, 16, 17, 18...}

{Une fois, deux fois, trois fois...}

 

 

Hikari fut distraite, mais continuait probablement son compte, et Éléanore ne comptait pas par le nombre de personnes, mais par son ordre séquentiel. Et pendant que la mère et la fille Épées Démoniaques en étaient là, j’avais continué à couper des soldats.

Des morceaux de corps humains s’étaient éparpillés et une pluie de sang frais tomba autour de moi.

Les soldats étaient venus par dizaines, mais je les avais tous tués sans exception.

« Tu es un monstre ! »

« Ne vous inquiétez pas ! Il est seulement seul ! Attaquez-le tout à la fois et écrasez-le ! »

Le moral des soldats ennemis était toujours élevé. La différence entre les nombres l’influençait probablement, après tout, ils étaient 2000, et j’étais seul. C’était naturel qu’ils fussent confiants.

{Quarante-quatre, quarante-cinq, quarante-six...}

{21, 22, 23, 24...}

Même si je m’étais déchaîné dans la zone, la différence était telle que je ne les avais toujours pas diminués de dix pour cent.

Toutefois.

« Bien, très bien. Je commence à m’amuser », déclarai-je avec excitation.

J’avais soulevé les Épées Démoniaques dans mes mains et j’avais rugi. Je m’étais faufilé à gauche et à droite dans cette tempête de sang frais.

{Kuku, quel mauvais visage tu as là !}

{Papa est si classe !}

{C’est vrai. Il n’est pas mal du tout. Comme attendu d’un porteur d’Épées Démoniaques}

{Oui !}

{ ... Hey !}

Il y avait eu changement soudain dans la conversation mère-fille. Éléanore m’avait appelé.

La direction de sa conscience avait également changé. J’avais regardé dans cette direction. Il y avait des soldats tombés et dispersés, mais à travers cette foule de gens, j’avais vu une silhouette. Celle du Premier Prince d’Aegina chevauchant un cheval et d’un homme étrange à ses côtés.

La distance était une centaine de mètres. Il était en position haute sur un cheval et j’avais pu les voir.

{Ils sont là. Diminue la distance en utilisant la téléportation.}

En entendant la voix d’Éléanore, j’avais presque instinctivement ouvert mon Entrepôt Différentiel.

Mais.

« Ce n’est pas nécessaire ! Comptez juste vos victimes ! »

Ma main s’était arrêtée à mi-chemin. Je ne m’étais pas téléporté.

La mère et la fille Épées Démoniaques étaient des Épées Démoniaques en ce moment. Je pensais que je devrais les laisser être elles-mêmes beaucoup plus longtemps. Ainsi je ne m’étais pas téléporté. J’avais continué à ouvrir un chemin comme avant.

L’avaient-elles remarqué ou pas ? La mère et la fille n’avaient rien dit et avaient continué à compter.

{Cinquante~ !}

{35e. Hé toi ! N’utilises-tu pas juste Hikari ? Utilise-moi encore plus.}

{Kufufu~. Hikari va gagner contre Maman~.}

{Pas encore. Je vais t’apprendre ce qu’est une vraie Épée Démoniaque.}

Les voix des deux filles étaient comme de la musique dans un champ de bataille. Cela avait continué à me remonter le moral.

Avoir la mère et la fille comptant le nombre de leurs victimes me remontait bien plus le moral que l’odeur du sang, bien plus que le sentiment de couper la chair.

Le comptage du massacre s’était accéléré.

{61... ce mec, il ne fait même plus un visage humain.}

{Papa est vraiment fort ! 77 !}

Enfin, le chemin était complètement dégagé.

J’avais piétiné le sol et chargeais immédiatement dès que je vis ça.

J’avais attrapé cette créature étrange qui était ébahie pour une raison inconnue avec mon bras d’aura.

« B-Bâtard. »

« Tu es le responsable, hein. Pour l’instant, ne bouge pas de là. Attends juste un... »

« ... ne me regarde pas ! Dérisoire humain ! »

Cette chose avait lutté contre moi et avait sauté vers l’arrière. Et au moment où il avait atterri, il avait tué le soldat le plus proche de lui.

Il avait balancé son bras et avait coupé en deux le soldat avec un couteau. Et cela ne s’était pas terminé là. Cette chose continuait à tuer plus de soldats. Il commençait à massacrer les soldats comme s’il devenait fou.

« Que diable fait-il ? Est-il en train de devenir fou ? »

{ ... non ! Enfuis-toi d’ici immédiatement !}

« Hein ? »

Que disait Éléanore ? Fuire d’ici... Hein !

« Mon corps est lourd ? »

« Kukuku ... »

Cet homme étrange avait ri. Il souleva un seul coin de ses lèvres et se mit à rire. L’endroit où il se tenait brillait.

Non, ce n’était pas seulement là. Je venais de remarquer que le sol avait été peint avec un cercle magique.

C’était un cercle magique que je n’avais jamais vu auparavant. Ce cercle magique était soudainement apparu sur le sol.

« Quoi ? Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est une barrière qui restreint les mouvements. »

« Une barrière, dis-tu ? »

« Oui petit. C’est une barrière qui nécessite beaucoup de sang et de chair humaine, mais tout est terminé depuis qu’elle est activée. La force de ceux qui sont à l’intérieur est limitée à un dixième », avait déclaré avec confiance cette chose.

Un dixième, dis-tu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

7 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.
    Un dixième d'une force multiplie par 777, c'est quand-même assez bien.

  3. Quel éducation pour une enfant ! 🙂 Hikari va avoir de drôles d'histoire à raconter quand elle voudra joué avec des humains de son âge.

  4. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire