Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 150

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 150 : Les deux Batailles

Avant toute chose, j’étais retourné dans mon manoir afin de changer.

J’étais retourné au manoir en entrant par l’entrée principale. J’avais soudainement entendu quelqu’un courir depuis l’intérieur. Il s’agissait de ma servante, Miyu, qui était apparue. Elle gérait tout le travail dans cette maison seule en agissant en tant que servante.

Comme d’habitude, Miyu m’accueillait avec un sourire éclatant.

« Bienvenue, Maître. »

« Je suis de retour, Miyu. Où est Hikari ? »

Je l’avais tiré vers moi et je lui demandais dans quel endroit se trouvait Hikari, tout en lui faisant un léger MofuMofu.

« Si c’est Hikari-sama, alors elle devrait maintenant être dans sa chambre. Devrais-je l’appeler ? »

« Non, c’est bon. Je vais moi-même y aller. Je dois amener Hikari. »

J’avais dit cela à Miyu juste au cas où. J’allais utiliser la téléportation après cela, alors je lui avais dit de ne pas s’inquiéter quand Hikari aura disparu.

« ... Compris. S’il vous plaît, prenez-en soin. »

« D’accord. »

J’avais mofuisé Miyu une fois de plus puis je me dirigeais vers la chambre d’Hikari. J’étais rapidement arrivé à sa chambre et frappais légèrement à la porte.

« Hikari, es-tu là ? »

« Papa ? »

« Oui. J’entre », dis-je en entrant.

Hikari et le Chibi Dragon jouaient dans la grande pièce. Ils se tenaient la main et faisaient une chose qui ressemblait à une danse.

Ils avaient l’air de s’amuser, et c’était tellement mignon que je les aurais bien laissés ainsi pendant un moment alors que j’aurais regardé ça si rien n’était prévu après ça. Et bien que c’était mignon, ce n’était malheureusement pas le moment pour ça.

Hikari s’approcha de moi après avoir enlacé le Chibi Dragon.

« Bienvenue, Papa ? »

« Je suis revenu. Désolé d’être soudain, mais... nous devons y aller. Nous allons nous battre, » déclarai-je.

« Hmm, j’ai compris ! »

Ce n’était pas quelque chose qu’un père aurait normalement dit à sa fille, mais Hikari n’avait aucun doute et hocha la tête avec un sourire innocent. Elle déposa le Chibi Dragon qu’elle enlaçait et lui tapota la tête.

« Myu ? »

« Je m’en vais maintenant, O-chan. Jouons à nouveau quand je suis de retour, d’accord. »

« Myu ! »

Comme d’habitude, on dirait qu’ils pouvaient se comprendre, et le Chibi Dragon cria une fois avec un sourire. Hikari lui tapota une dernière fois sur la tête et se tourna vers moi.

« Désolé de t’avoir faire attendre, Papa »

Elle avait une expression excitée au moment où elle se tournait vers moi. Son sourire était comme celui d’un enfant qui s’apprêtait à visiter un parc d’attractions.

« Oui. Allons-y. »

« D’accord ! »

Hikari ferma les yeux et posa ses mains sur sa poitrine. D’une charmante belle fille, elle s’était transformée en une épouvantable forme d’Épée Démoniaque.

J’avais attrapé cette épée. Comme d’habitude, j’avais l’impression que cela se collait à ma main. On dirait qu’elle était devenue une partie de moi.

« Allons-y. »

{Hmm.}

{Oui !}

La mère et la fille Épées Démoniaques avaient répondu et nous étions retournés aux terrains d’entraînement en utilisant la plume de téléportation.

Il y avait là, la plupart des soldates esclaves. Elles entouraient les habitants de Malonei, ceux qui étaient possédés et actuellement, elles les retenaient.

Ils résistaient, mais ils étaient impuissants devant des soldates esclaves entraînées.

Ils luttaient et attaquaient, mais chaque fois, ils étaient systématiquement battus. Au fait, pendant que les soldates-esclaves travaillaient, la commandante Nana ne faisait que regarder.

Elle avait posé les mains sur son épée qu’elle avait placée devant elle comme une canne, et fixait ceux qui étaient entourés.

{Elle a maintenant une assez grande prestance.}

« Elle avait ça dès le départ. »

{Est-ce vrai ? Quand nous l’avons rencontrée pour la première fois, elle n’était qu’une femme forte.}

« Vraiment ? »

En entendant Éléanore dire ça, j’avais essayé de me souvenir du moment où j’avais rencontré Nana pour la première fois.

La princesse de guerre des barbares qui résistait contre Mercury, Nana Kanou. À ce moment-là, j’avais déjà senti qu’elle avait une grande prestance, mais était-ce différent aux yeux d’Éléanore ?

{Elle est devenue une femme capable avec une ferme volonté et beaucoup de dignité. Si tu n’étais pas là, je serais probablement en train de faire d’elle mon possesseur et de l’utiliser pour dominer le monde.}

« Comme tu l’as fait avec ces héros et ce suzerain ? »

{Hmm}

« Cela semble intéressant, mais je ne vais pas te la donner. Après tout, Nana est ma femme. »

{... Ne peux-tu pas dire « toi aussi ».}

Je sentais qu’Éléanore chuchotait quelque chose. La voix d’Éléanore résonna dans ma tête, donc c’était hors de mon ouïe, alors il y avait des moments où je ne pouvais pas l’entendre distinctement.

« As-tu dit quelque chose ? »

{C-Ce n’est rien ! ... Je viens de dire que je ne peux pas faire d’elle mon possesseur parce que tu serais sûrement sur ma route !}, déclara Éléanore avec colère.

Ahh, je vois. Hmm, c’est vrai. Je serais sur ton chemin. Après cet incident avec Marie, pour qu’il n’y eût plus de victimes, je gérais Éléanore puisqu’elle ne pouvait pas me posséder, et elle était probablement insatisfaite à ce sujet.

« Désolé, mais je ne compte pas te laisser partir. »

{Je sais...}

« Pour le meilleur ou pour le pire, tu es après tout une femme capable. »

{ … Quoi ?}

Hmmm ? Est-ce qu’Éléanore avait l’air drôle maintenant ?

{Q-Qu’est-ce que tu viens de dire ?}

« Je viens de dire que tu es aussi une femme capable ? Regarde ! »

J’avais passé ma conscience à travers Éléanore. J’avais retiré le pouvoir de l’Épée Démoniaque et le relâchais à l’extérieur de mon corps.

L’aura sombre enveloppa mon corps, se transforma en un manteau sombre et devint un bras.

« Je n’ai pas été capable de le faire lors de notre première rencontre, mais je suis maintenant capable de le faire maintenant. Cela montre à quel point tu es une femme capable. »

{...}

Éléanore était devenue silencieuse.

« Qu’est-ce qu’il y a, Éléanore ? »

{C-Ce n’est rien !}

Éléanore avait répété les mêmes paroles que précédemment. Cependant, j’avais l’impression que sa manière de me le dire était un peu différente.

Cette fille, l’ondulation de sa tension était trop forte. Quelque chose était-il arrivé ?

Bien, peu importe. Je devrais y penser plus tard.

« Votre Excellence ! »

Remarquant que je relâchai mon aura, le premier capitaine de peloton des soldats d’esclaves, Nikki, accourut vers moi. Nana le remarqua aussi de loin, mais elle ne jeta qu’un coup d’œil et revint surveiller les hommes.

En me souvenant du mot « professionnel », j’aurais dit : Nikki.

« Bon travail. Y a-t-il un problème ? »

« Monsieur ! Il n’y en a pas, monsieur ! »

« Je vois, bon travail. Je vais y mettre fin maintenant. Faites que tout le monde recule. »

« Chef, oui Chef ! »

Nikki me salua et courut à sa place d’origine. L’ordre avait été immédiatement transmis et les soldates esclaves avaient commencé à se replier tout en maintenant leur formation.

À leur place, j’avais avancé.

« Faisons-le, Éléanore, Hikari »

{... hmph}

{Hikari fera de son mieux !}

J’avais libéré mon aura et m’approchais des hommes possédés. C’était un simple travail d’attraper cette chose qui les avait possédés avec mon bras d’aura et de l’écraser.

Il y en avait beaucoup, alors il n’avait pas fallu 10 minutes pour tout finir.

☆☆☆

Dans la périphérie de Malonei. J’avais regardé l’armée d’Aegina se retirer au loin. Plutôt que des individus, l’armée d’Aegina ressemblait à une masse énorme à des kilomètres.

« Je ne pouvais pas ressentir l’esprit d’un homme ambitieux en eux. »

{C’est bien qu’ils se soient précipités. Mais tout ce qu’ils pouvaient attraper, c’est du vent. C’était sans espoir. Et aussi...}

« Aussi ? »

{Delphina a probablement pris tout ce qu’elle pouvait d’eux. Cette femme, quand elle est en train de négocier, quand elle menace quelqu’un avec qui elle a l’avantage, je pourrais dire qu’elle est tout à fait sans cœur.}

« ... Je peux un peu le comprendre. »

J’avais senti des frissons rien qu’en me l’imaginant.

La négociation de Delphina ressemblait un peu à un mot ayant une puissance incroyable en lui.

{Et alors, que vas-tu faire ? Vas-tu aussi t’occuper de cela pendant que tu es présent ?}

« Laisse-moi voir... décidons en après avoir demandé à Delphina. »

{Compris.}

« Eh bien, allons d’abord à Malonei... »

Je m’étais retourné pour revenir cette fois, mais j’avais senti quelque chose et j’avais regardé l’armée d’Aegina.

{Qu’est-il arrivé ?}

« Cette chose. »

{Cette chose ?}

« Ne peux-tu pas le voir ? Cette chose au milieu, sur le côté du cheval de ce type qui ressemble à un commandant. »

{Ne considère pas ma vision comme si c’était la même que la tienne. Comment pourrais-je voir d’aussi loin ?}

{Hikari peut le voir ~. C’est une personne bleue qui vole.} Hikari avait répondu avec une voix innocente.

Hikari était ma fille et elle avait hérité d’une partie de mes capacités. C’était pourquoi elle pouvait le voir.

{Bleu ?}

« Sa peau est bleue, il a des cornes et a des crocs acérés. Ce mec, il n’est pas humain. »

{Je vois. Cela ressemble vraiment à une éminence grise.}

« J’ai changé d’avis. Je vais aller attraper ça. »

{Je suis d’accord. Cela devrait bien aller puisque c’est déjà devant nous.}

« Allons-y, Éléanore, Hikari. »

{Ouais}

{Je ferai de mon mieux !}

J’avais agrippé la mère et la fille Épées Démoniaques, et j’étais allé en direction de l’Armée d’Aegina, composée de 2 000 hommes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.
    Éléanore passe en mode Tsundere,
    j'espère vraiment qu'ils trouveront un moyen pour qu'elle ait un corps comme dans la dimension de la loterie.

  3. Merci pour le chapitre.
    PS : Bon, on dirait bien qu'un autre pays risque de se faire brutalement passer dessus.^^

Laisser un commentaire