Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 6 – Chapitre 149

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 149 : Le Roi Démon

L’armée d’Aegina avait surgi au milieu de la ville. L’homme d’âge moyen qui les dirigeait était le Premier Prince d’Aegina, le Premier Ministre Prince Kimon Aegina.

Cet homme criait des ordres avec colère en se tenant sur son cheval.

Les soldats s’étaient précipités ici et là et se faisaient gifler quand ils revenaient.

Tout ce que je pouvais entendre avec mon audition 777x était : « Il n’y a pas d’émeutes », et « Foutaise ! Regardez plus attentivement ».

Effrayés par un Kimon furieux et par l’armée d’Aegina, la plupart des citadins se cachaient dans leurs maisons. Pour cette raison, la ville était pleine de soldats d’Aegina.

Cependant, ce type, il est à la fois Premier ministre et prince ? Qu’est ce que c’est que ce truc ?

{Il n’est rien comparé à toi. Le porteur de l’Épée Démoniaque aux cinq titres de noblesse.}

« Ce n’est pas comme si je m’étais nommée comme ça »

Le porteur de l’Épée Démoniaque aux cinq titres de noblesse.

Le surnom qui m’avait été fait sans que je le sache, étant porteur d’Éléanore et recevant des titres de noblesse des cinq grands royaumes.

{Aimerais-tu avoir plus de titres ?}

« Non. »

{Ce serait génial si tu en obtenais d’autres, non ?}

« C’est génial ? Vraiment ? »

Je ne le savais pas vraiment.

« Je n’avais pas vraiment besoin de quelque chose comme ça. Au pire, le porteur de l’Épée Démoniaque serait amplement suffisant. »

Après tout, il y avait Hikari.

Et ainsi, j’avais attendu et regardé en parlant avec Éléanore de choses insensées.

J’avais transporté tous les possédés de Malonei à Reiusu, donc il n’y avait personne qui restait dans cet état dans la ville.

Peu importe à quel point ils allaient chercher, il n’y avait pas d’émeute. Il y restait bien quelques stigmates de batailles au corps à corps, mais les personnes derrière tout ça n’étaient plus là.

Chaque fois qu’un soldat revenait pour l’en informer, je pouvais voir le visage de Kimon se déformer par la colère.

« Absurdité ! Cherchez toujours plus ! » Il criait à chaque fois.

« Absurdité, hein. »

{Après tout, il est le coupable !}

« Oui. Je m’en doutais déjà quand j’ai entendu cela de Delphina, mais en regardant ses réactions, c’est probablement le cas. »

{Il n’y a pas de doute.}

« Éléanore. Est-ce un humain ? »

À cause de ce cas à Comotoria, j’avais été curieux quant à tout ça. Cette femme lézard qui s’était déguisée pour kidnapper la mère d’Aura, la concubine du roi Comotoria.

Cette chose sombre qui cette fois possédait le peuple était semblable à celle que cette femme lézard avait utilisée, et il n’y avait aucun doute que Kimon en était le responsable.

Alors j’avais pensé qu’il pourrait tout aussi bien ne pas être humain.

{Je ne peux pas le dire juste en regardant.}

« C’est inutile à moins que nous ne le testions, hein. Eh bien, on ne peut rien y faire. »

{Vas-tu le faire ?}

« Oui. »

Juste à ce moment-là, j’avais vu apparaître Delphina. Elle commençait à négocier avec Kimon.

 

 

L’armée d’Aegina que Kimon mena avec désinvolture se retira de Malonei.

Les 2000 soldats avaient été déplacés et étaient entrés dans Malonei, mais en premier lieu, ce n’était pas une guerre, mais de la politique. Kimon ne pouvait rien faire s’il n’y avait pas d’émeute, alors il n’avait pu que se retirer.

S’il en restait là, cela ne donnerait à Delphina qu’une excuse pour lui causer du tort, et surtout...

« Bon sang ! Nous avons été ridiculisés de cette manière ! »

Au milieu de l’armée qui le protégeait, Kimon, d’un air agacé, cracha.

C’était la réalité et c’était ce qui préoccupait Kimon au plus haut point, le Premier Prince du royaume d’Aegina et son Premier Ministre Prince.

Le titre de Prince qui prenait en charge les affaires politiques au nom du vieux roi aurait suffi dans la pratique, cependant, ajouter « Premier » à son « Prince » ne révélait que la vanité de sa personne.

Mais après cela, il ne serait traité que comme une sorte de personne ambitieuse, mais en ajoutant sa prédisposition à la lâcheté, il avait ajouté « Ministre » pour montrer qu’il n’était pas un traître au roi.

Et ce qui avait été fait était : « Premier Ministre Prince », un titre inédit.

Bref, ce n’était qu’une synthèse de sa psychologie complexe.

Les gens qui voulaient se donner de l’importance bien au-delà de leurs compétences réelles préféraient posséder des titres exagérés. Et ne faisant pas partie des exceptions, Kimon était aussi une telle personne.

« Hey ! Que diable se passe-t-il ? »

Quand Kimon avait crié comme ça, l’atmosphère environnante changea.

Un homme était apparu, sa peau était entre le noir et le bleu, avec des crocs acérés et des cornes qui sortaient de sa tête. Il s’agissait d’une personne qui n’était évidemment pas humaine.

Il était apparu d’une manière impossible pour un humain.

« Kekeke, tu as l’air très en colère, hein. »

« Ne plaisante pas ! Je demande ce qui est en train de se passer. »

« Attends, attends, ne deviens pas trop excité. L’odeur reste présente. Et aussi, il y avait des traces d’émeutes, non ? »

« Tout à fait. J’ai obtenu ce rapport de mes soldats. »

« Si c’est ainsi, alors quelqu’un s’en est occupé. Ils avaient probablement pris soin de la cause de l’agitation, mais n’avaient pas le temps de s’occuper des conséquences. Bref, ils ont réussi à faire les choses dans les temps. »

« Cette croqueuse d’argent, hein. Hmm, ses subalternes qualifiés ont probablement pris soin d’elle. »

« C’est vrai. Tu devrais venir plus vite la prochaine fois. »

« Quand sera la prochaine infection de masse ? »

« Kekeke, nous avons déjà semé la graine, la suivante sera plus rapide. Environ trois jours »

« Je devrais faire bouger les soldats en avance, hein »

« C’est une bonne idée. Kekeke »

Kimon était tombé dans des réflexions profondes au sommet de son cheval.

C’était en effet frustrant de frapper et de manquer sa cible, mais l’adversaire s’en était à peine occupé à temps. Il pensait qu’ils pourraient arriver beaucoup plus tôt la prochaine fois.

Et pendant qu’il était dans ces pensées profondes, cette chose qu’il avait appelée marcha à son côté. Et bien que cette chose invoquée n’était clairement pas humaine, pas un seul soldat ne l’avait regardée.

Ils n’agissent pas comme s’ils ne voyaient rien. Ces soldats restaient à leur place, comme s’ils étaient obligés de ne pas en tenir compte.

Ils avaient réagi ainsi, comme s’il n’y avait rien à redire, qu’il n’y avait rien d’étrange là.

Mais leur réaction avait été modifiée par une chose bien différente. Leur marche s’était arrêtée. Des émeutes pouvaient être entendues de l’avant.

« Quoi !? Qu’est-ce qui se passe ? »

« Je-je voudrais vous informer de quelque chose ! »

Un soldat était arrivé en courant, rampant presque devant Kimon.

« Une attaque ennemie ! »

« Une attaque ennemie, dites-vous ? Est-ce des bandits ? Combien y en a-t-il. »

« Un seul »

« Ha ? Que dites-vous ? »

« Il n’y a qu’une personne ! Il n’y a qu’un seul ennemi ! »

Ce soldat répétait follement qu’il était seul.

Kimon regarda les lignes de front, il regarda d’en haut, chevauchant son cheval.

Ce qu’il avait vu était une existence spéciale, une existence ayant une aura sombre qui s’élevait autour d’elle.

« Qu’est ce que c’est que ce truc ? »

« Kekeke, c’est vraiment mauvais »

« Sais-tu qui c’est ? »

« Cette personne, c’est le porteur de l’Épée Démoniaque. »

« Le porteur de l’Épée Démoniaque ? !! »

Surpris, il regarda plus attentivement les lignes de front.

L’obscurité faisait dériver des nuages ​​de sang. Dans la main de cet homme qu’il pouvait à peine voir une menaçante et sinistre Épée Démoniaque.

L’Épée Démoniaque Éléanore. Cette épée forgée était probablement la plus célèbre de ce monde. Elle était à l’origine célèbre, mais en ajoutant ses rumeurs circulant récemment, elle était devenue de plus en plus célèbre.

« Est-ce... la vraie personne ? »

« Il n’y a pas de doute, c’est le vrai porteur. »

« Ku ! Pourquoi le porteur de l’Épée Démoniaque est-il là... ! Non, attends, tu dis qu’il est seul ? Le porteur de l’Épée Démoniaque est seul !? »

Il avait crié, demandant au soldat.

« Oui ! »

« Écrase-le ! Nous sommes 2000 ici ! Peu importe la force de ce porteur de l’Épée Démoniaque, il est seul. Écrase-le avec le nombre. Transmets-le à toute l’armée, celui qui prend sa tête, la tête de ce porteur deviendra un baron... non, il deviendra un vicomte. »

« ... D’accord !! »

Le soldat avait couru pour donner les ordres.

Duc, marquis, comte, vicomte, baron. Les titres de noblesse étaient divisés en cinq catégories, et Kimon avait déclaré qu’il récompenserait si facilement avec le deuxième titre noble.

Cela s’était immédiatement répandu, et le moral de l’armée avait augmenté d’un coup.

Les troubles qui se propagèrent peu à peu avaient disparu et les soldats s’étaient précipités vers le porteur de l’Épée Démoniaque simultanément.

« ... »

« Quoi !? Pourquoi es-tu soudainement calme. »

« Kekeke, parceque’on va faire nos adieux ici. »

« Ha ? »

« Il est temps de partir puisque le porteur de l’Épée Démoniaque est apparu. Cet individu sera bientôt ici. »

« Qu’est-ce que tu dis ? Qu’est-ce qu’il se passe s’il est le porteur de l’Épée Démoniaque ? Ce n’est qu’un seul épéiste. Il ne pourra rien contre une telle force militaire. »

« Pardonne-moi, mais je ne peux plus m’associer avec toi puisque le porteur de l’Épée Démoniaque est apparu. Je vais reprendre mes pouvoirs, mon maléfice. »

« Quoi! Qu.... »

« À plus. »

Un malaise attaqua Kimon. C’était comme si une chose importante avait été enlevée de l’intérieur de son corps. Il en était presque tombé de son cheval.

« Kekeke, à bientôt... »

Cette chose inhumaine qui avait fini d’agir ici avait tenté de disparaître. Mais à cet instant.

« Quoi ? »

Un homme était apparu devant lui. Il avait des yeux remplis de confiance, et une aura sombre entourant tout son corps.

C’était l’homme qui faisait couler le sang juste avant ça. Cet homme tenait deux Épées Démoniaques. Cet homme était soudainement apparu au milieu de l’armée d’Aegina.

« Bingo, hein. »

Cet homme avait souri et avec cette apparence, c’est...

« Le Roi... Démon ? »

Cette chose inhumaine avait été submergée par sa seule présence.

« Non ! Le porteur de l’Épée Démoniaque ! Zut ! Je dois y aller. »

« Tu ne peux pas partir, n’est-ce pas ? »

Son aura s’était étirée tel un bras et elle avait attrapé la tête de cette chose inhumaine.

« Tu vas devoir tout me dire, d’accord ? »

Au milieu de l’armée ennemie, cet homme les avait tous écrasés.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.
    PS : Il est prit pour le roi démon... Prophétie ?

  3. Disons que vu son aura et les bains de sang qu'il provoque, on peux même faire douté une entité diabolique 🙂

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire