Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 5 – Chapitre 137

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 137 : La vie privée de Nana

« C’est tellement... calme aujourd’hui »

Je m’étais assis dans le salon du manoir, bâillant.

Cela avait été plutôt calme depuis le matin.

J’avais MofuMofuisé Miyu, j’avais joué avec Hikari, j’avais poussé Io dans le lit et je l’avais aimé avant qu’elle n’aille à la guilde.

Je passais mon temps libre à faire ceci et cela, mais après le déjeuner, ça devenait plutôt ennuyeux.

{Veux-tu que je t’apprenne un bon moyen de tuer le temps ?}

« Qu’est-ce que c’est ? »

{Laisse-moi prendre le contrôle de ton corps. Je te ferais vivre une vie dont tu ne te lasseras jamais.}

« Comme si... j’étais idiot ! »

{Tu en es sûr ? Je pense que je vais te laisser faire l’expérience de la manière qu’utilise l’épée démonique pour agir correctement avec une fille.}

« Est-ce que c’est une chose ? »

{Je le faisais pour les gars que je possédais dans le passé.}

« Hein ? »

Cela signifiait qu’elle était impliquée dans l’histoire, avec ces Rois et Héros.

J’avais vu une image d’un de ces types qui frappaient vigoureusement des femmes, alors je supposais qu’ils l’avaient laissée prendre le contrôle à ce moment-là.

« Au fait, comment l’as-tu fait ? Des choses comme des tentacules sont-elles sorties ? Puisque vous êtes une Épée Démoniaque et tout »

{Je le pourrais, mais je ne suis pas intéressée par ce genre de chose.}

Elle pouvait réellement le faire.

{Grâce à la « chose » du porteur, je peux consommer l’esprit d’une fille de l’intérieur. C’est le genre de plaisir que les mortels ne peuvent atteindre seuls.}

« Comme ça ? »

J’avais étendu un bras d’aura.

C’était la technique que j’avais utilisée pour vaincre Xiphos et les soldats possédés.

{C’est fondamentalement similaire. Tu devrais l’utiliser sur les filles.}

« C’est ennuyeux, alors non. »

L’utiliser pour faire l’amour avec les filles était simplement ennuyeux.

{Kuku. Si tu veux te déplacer, pourquoi n’irais-tu pas jouer avec Nana Kanou ?}

« Fumu. Nana, hein. »

Je regardais vers l’endroit où se trouvaient les casernes des soldats.

Dernièrement, elle était restée là-bas, on ne se voyait pas beaucoup.

Dans ce cas, allons la rencontrer.

 

☆☆☆

 

« Votre Excellence ! »

En entrant dans la caserne, j’ai vu le capitaine du premier peloton, Niki Seferis.

Au moment où elle m’avait vu, elle s’était redressée, il semblerait qu’elle allait me saluer.

« En attente de vos ordres ! »

« Est-ce que Nana est là ? »

« Mademoiselle Nana est dans la chambre de Neora. »

« Neora ? »

C’était un nom que je ne connaissais pas.

« C’est Neora Komenera, la capitaine du Second Peloton. Je vais vous guider vers la pièce. »

« Non, je vais y aller par moi-même. Où est la pièce ? »

Niki m’avait dirigé vers la chambre de Neora, l’atmosphère autour d’elle était différente de celle où nous étions sur le lit. J’étais resté à la porte et j’avais frappé.

« Qu’est-ce ? »

« C’est moi »

« “Moi” ? ... ah, Monseigneur Kakeru ? »

À la suite de sa voix calme, une série de bruits de l’autre côté m’était parvenue.

Bientôt, la porte s’était ouverte, et une femme était là.

Neora Komenera, la capitaine du deuxième peloton. Je venais d’entendre son nom plus tôt, mais je connaissais son visage (bien que, peut-être avais-je déjà entendu son nom avant).

Depuis que le rôle d’un capitaine lui avait été confié, ses compétences à l’épée s’étaient améliorées.

Son style de combat était différent de celui de Nana et de moi, et elle n’avait pas beaucoup de force, mais elle était le type qui guettait soigneusement l’occasion de livrer une attaque mortelle qui vaincrait son ennemi en un seul coup.

De plus, ses seins étaient parmi les plus développés parmi les soldats d’esclaves.

{Vous vous en souvenez, mais pas de son nom...}

Éléanore avait semblé choquée, mais je l’avais ignorée.

« Quel est le problème, Monseigneur Kakeru ? »

« J’ai entendu que Nana est ici »

« Bienvenue. S’il vous plaît, entrez. »

« D’accord »

J’étais entré dans la chambre de Neora.

C’était une pièce qui appartenait à une soldate esclave. Cette pièce faisait partie du bâtiment que j’avais fait après avoir formé mon bataillon de 200 soldats esclaves, et on pourrait l’appeler un appartement d’une seule pièce. Elle n’était pas très grande, mais c’était très populaire parmi mes esclaves. Je pensais qu’on m’avait dit que c’était incroyable pour des esclaves d’avoir leur propre chambre.

Dans cette pièce, Nana dormait. Elle n’était pas dans sa tenue habituelle, mais portait des vêtements minces et dormait dans une posture déshabillée.

« Elle dort »

{Elle dort}

À bien y réfléchir, pourquoi Nana dormait-elle ici ?

J’avais regardé Neora, cherchant une réponse, mais...

« Hn ... Neora »

« Bonjour, Mademoiselle Nana. Bien, sachez que Monseigneur Kakeru vous regarde. »

« Mon sei gneur Ka ke ru... ? »

Nana se leva du lit et me regarda distraitement.

Les draps étaient tombés sur le sol.

Elle portait donc ce genre de tenue pour dormir, c’était vraiment révélateur, et elle ne portait pas de culotte.

« ... Pas de petite culotte, hmm »

« ... !! Monseigneur KA-KAKERU. POURQUOI !? »

Ah, elle était revenue à la normale.

« Ne-Ne-Ne-Neora, pourquoi Monseigneur Kakeru est-il là !? »

« Il semble qu’il soit venu vous rendre visite. Pour le moment, s’il vous plaît, vos sous-vêtements, Mademoiselle Nana. »

« Mes sous... UWAAAH !! »

Nana avait arraché la culotte de Neora et avait essayé de la mettre, mais...

« Mademoiselle Nana, c’est le mauvais côté. Ah, ce n’est pas dans le bon sens, c’est l’arrière. »

« C-Comme ça ! »

« Ce côté c’est l’armure »

« Non, Mademoiselle Nana, s’il vous plaît, enlevez d’abord cette lingerie. »

« Ehh? Ahhhhh ! »

Nana avait été frénétique tout le temps.

Neora la regarda et me dit.

« Il semble que cela prenne un peu de temps, alors cela vous dérangerait d’attendre dehors ? »

« ... D’accord »

J’avais hoché la tête et sortis de la pièce.

Même si je fermais la porte, je pouvais encore entendre des bruits venant de l’autre côté.

« C’était inattendu. Je n’ai vu que ça et elle est déjà dans un état désespéré. »

{Penses-y. N’est-ce pas la première fois que tu l’aies vu en privé ? Tu ne l’as jamais vue autrement que tenant une épée tout en étant embrassée par toi.}, murmura Éléanore.

C’était probablement le cas, maintenant que j’y pensais.

La vie privée de Nana... Je me sentais peut-être intéressé.

 

☆☆☆

 

Sur le terrain d’entraînement des soldats d’esclaves.

Sous le ciel bleu, j’avais affronté Nana.

« J’arrive ! »

Passant d’une posture de commandant, elle saisit l’épée des deux mains et se précipita vers moi.

Creusant le sol avec le bout de l’épée, elle avait livré une attaque acérée.

Je l’avais reçu de front avec Éléanore. Nous avions échangé des coups avec notre autre main.

Avec des étincelles dansant dans les airs, les sons de la collision de métal se produisaient en une succession si rapide qu’elle retentit comme un seul son.

C’était un phénomène qui ne pouvait être produit que pendant un entraînement entre moi et Nana.

« Amenez-vous ! »

« Oui !! »

Une frappe aussi forte qu’une tempête vint me frapper.

Des images rémanentes de son épée m’avaient encerclé. Je les avais reçues une par une, elles étaient à la fois rapides et lourdes.

Chacune de ces attaques était suffisante pour écraser une arme ordinaire, mais Nana en envoyait plus de dix en quelques secondes.

« Tu t’es encore renforcée. »

« Je suis heureuse »

À ce moment-là, le schéma d’attaque de Nana avait changé.

Elle passa des attaques tempétueuses à une attaque directe qui serait utilisée avec un shodachi. [NdT: Épée japonaise longue]

J’avais paré avec Éléanore, en utilisant le même style, mais...

Ki Ki Ki Ki Ki Ki Ki Ki Ki... !!

Une série de sons similaires retentit, comme un enregistrement cassé.

Au moment où j’avais reçu l’attaque, je sentis plus de 20 coups dedans.

Cela semblait être un coup simple, mais c’était en fait un combo combiné de plus de 10 coups.

{Kuku, si c’était l’épée maudite bon marché, alors elle aurait cassé}, murmura Éléanore, apparemment amusée.

J’étais plus intéressé par Nana que par Xiphos.

{Il semblerait que tu aimes vraiment ça}

« Semble » ? Eh bien, je pensais que j’appréciais cela.

Nana avait atteint un niveau plus élevé. Sa vitesse et sa puissance avaient été considérablement améliorées, mais ce n’est pas tout, elle avait également développé sa technique.

C’était amusant, d’échanger des coups avec Nana de cette façon, c’était très agréable.

Aller à la bataille avec Éléanore dans ma main, c’était le moment où je me divertissais le plus.

Je me demandais jusqu’où nous pouvions pousser cet échange d’attaques.

Haletante, Nana regarda son épée. La lame avait été ébréchée de partout, parce qu’elle s’était heurtée à plusieurs reprises à Éléanore.

Il devenait alors impossible de couper, la seule façon de l’utiliser était de l’écraser.

Je rengainai Éléanore.

« On dirait que c’est la fin »

« Oui... c’est regrettable »

« Quoi ? »

« Je ne pouvais toujours pas repousser le Maître »

« Ouais »

Elle voulait dire ça, hein.

En combattant Nana, je faisais attention à quelque chose. Une chose qui ne passerait pas inaperçue.

Je dispersais l’impact, tout en le faisant se déverser moi, c’était une de mes techniques. Il était possible de le faire sans, mais dans ce cas, je serais repoussé par cette force. Le fait d’éviter de reculer était bien plus fatiguant et dangereux.

Malgré cela, je savais que j’étais resté immobile tout en combattant Nana.

Pourquoi faisais-je ça ? La raison n’était pas particulièrement importante.

{Tu es juste un frimeur, et tu voulais lui montrer tes bons côtés, ai-je tort ?}

Tais-toi.

{Cependant, elle est vraiment forte. N’est-elle pas la femme humaine la plus forte ?}

Est-elle si forte ?

Éléanore était celle qui disait ça, donc ça devait être vrai. Quand il s’agissait de batailles, les mots de cette épée maudite étaient pour la plupart dignes de confiance.

{Je ne peux toujours pas croire qu’elle soit la même fille que celle qui était devenue tellement énervée qu’elle en avait mis sa culotte à l’envers}

« ... PFFT »

En me rappelant cette scène, j’avais accidentellement ri.

Nana avait un « trou » étrange.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

8 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

  4. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire