Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken – Tome 5 – Chapitre 136

Bannière de Kujibiki Tokushou: Musou Haremu ken ***

Chapitre 136 : La Marchande aisée et la Princesse

Deux filles étaient endormies sur le lit.

L’une était Iris, et l’autre était Delphina.

Quand je pensais qu’elles s’étaient endormies, épuisée par le nombre de fois où nous avions fait l’amour pendant la nuit dernière, Delphina se leva lentement du lit.

Peignant ses cheveux, qui collaient à ses joues à cause de la sueur, elle se préparait.

J’avais parlé à Delphina, assise sur un canapé un peu loin du lit.

« Est-ce que tout va bien ? »

« Oui, j’ai pris soin de toutes les petites choses »

« Eh bien, ce n’est pas quelque chose à raconter après avoir fait des choses obscènes »

« Vous savez, l’amour vous concernant est comme être sur un champ de bataille »

« C’est une façon intéressante de le dire »

« Ce qui est intéressant ici, c’est qu’il y a tellement de femmes autour de vous qui font de leur mieux pour ne pas perdre avec leurs pairs »

« N’es-tu pas dans ce cas ? »

« Je ne fais pas ça uniquement pour ne pas perdre »

... « uniquement », hein.

Cela ressemblait terriblement à Delphina.

« Cette femme aussi ne se bat pas uniquement pour ne pas perdre. »

En disant ça, elle regardait l’Iris endormie.

« Hein ? »

« N’avez-vous pas réalisé ? Elle m’observait de près jusqu’au moment où vous l’avez épuisée. »

« En y réfléchissant, c’est Iris qui t’a suggéré que tu te joignes à nous ce soir »

Depuis que j’avais fait un harem, un plan à trois comme ce qui s’était passé la nuit dernière n’était pas rare, mes femmes étant comme des partenaires, mais il était assez rare de nommer spécifiquement une autre femme.

Eh bien, je me demandais si elle avait eu l’idée d’Hélèna.

Hélèna était celle qui avait nommé Delphina et Miyu comme modèles, et c’était pourquoi Iris était comme ça.

« Je suppose qu’elle prépare quelque chose. »

C’était plutôt mignon de voir à quel point elle avait été mise à nue aussi facilement par Delphina.

« Probablement. »

« Vous avez l’air de ne pas vous en soucier de tout ça. »

« Vraiment ? Cependant, je pense que c’est plutôt agréable. »

« ... Les simples mots ne suffisent pas, vous savez. Vous faites un visage qui dit : “Peu importe ce qu’elle est en train de faire, cela ne me dérange pas.” »

« Oui. »

Ce n’était pas faux.

J’aimais la regarder faire ça, mais je ne me souciais pas beaucoup des détails du plan.

Toutes mes femmes étaient les plus belles et elles l’étaient encore plus quand elles pensaient par elles-mêmes. C’est pourquoi, bien que j’aimais le fait qu’elle préparait quelque chose, je ne ferai pas attention au contenu de son plan.

« Peut-être que je devrais lui dire merci. »

« Quoi ? »

« À partir de maintenant, je vais être occupée pendant un moment. Si vous souhaitez me contacter, excusez-moi d’avance. »

« Je vois. »

La conversation s’était arrêtée.

Une dizaine de secondes de silence.

« Comme prévu, vous ne demanderez pas par quoi je serai occupée. »

« Fais autant de profit que tu veux, je vais attendre que ma proie devienne belle et grosse avant que je la mange. C’est notre promesse, non ? »

J’avais répondu en souriant à Delphina.

Delphina était fondamentalement ma femme, mais techniquement ce n’était pas vraiment le cas. La riche marchande Delphina n’épousera qu’un homme qui pourra racheter tous ses biens, ce qui pourrait être comparé à la richesse d’un pays.

J’avais promis que je l’achèterais, et c’était actuellement ma « période d’essai ».

Bien sûr, je ne faisais pas seulement que de parler en l’air, tôt ou tard, j’allais tout faire pour réaliser cet objectif.

Je croyais que le moment où Delphina deviendrait la personne la plus riche du monde serait quand « le fruit sera mûr ».

Si nous n’avions pas cette promesse, elle deviendrait mienne, mais, puisque j’avais fait cette promesse, elle devait devenir d’abord la meilleure au monde.

« A ~ ra, c’est effrayant. Un jour, je serai aussi liée par ce bracelet, hein ? »

Delphina n’avait pas le bracelet en or qu’Iris avait commencé à porter.

Comme je l’avais fait pour Iris, j’en avais donné un à toutes mes femmes, mais je n’en avais pas donné à Delphina.

C’était quelque chose pour l’avenir... c’était l’accord tacite entre nous.

« Je vais certainement te le mettre. Sois prête. »

« Fufufu »

« Pfft »

Nous nous regardions en souriant.

J’avais remarqué que ses yeux me disaient « Embrasse-moi », alors je l’avais embrassée.

« Vous êtes un gourmand. »

« Tu seras occupée, n’est-ce pas bien alors ? »

« Mais je pense que nous nous rencontrerons plus souvent. »

« Que veux-tu dire ? »

J’avais incliné la tête.

« La raison pour laquelle je vais commencer à être si occupée, c’est qu’il se passe quelque chose d’intéressant dans le royaume d’Aegina. Je ne peux pas en parler dans les détails, mais je sens d’énormes bénéfices à l’horizon. »

« Hein. »

« Et Kakeru, ne vises-tu pas prochainement Aegina ? Ai-je raison ? »

« Qu’est-ce qui te fait penser ainsi ? »

Delphina avait ri légèrement.

Elle avait ensuite commencé à compter sur ses doigts.

« Les sœurs princesses de Mercury, la reine de Calamba, la princesse de Comotoria, les reines de Siracuza. »

Delphina avait un sourire malicieux.

« Même un enfant de trois ans pourrait deviner votre prochaine destination »

Ce sont les cinq puissances majeures... et je suis aussi le « Goshaku ».

Ouais, même un enfant de trois ans pourrait faire une estimation précise.

« Je ne fais que révéler cela, mais il n’y a peut-être pas de femmes mignonnes à Aegina »

« N’avez-vous pas créé des femmes mignonnes à Siracuza ? »

C’était à propos de Fiona et Marie, hein.

Oui, j’étais celui qui les avait faits reines. S’il n’y a pas de femmes mignonnes, j’avais juste besoin d’en créer une aussi, ou quelque chose de ce genre. Je comprenais maintenant.

« Il semble qu’on se verra plus souvent »

En tout cas, j’allais m’occuper de l’autre moitié de Xiphos, donc je vais devoir bientôt m’impliquer avec Aegina.

Il pourrait être intéressant de marcher à côté de Delphina.

« Pour cette raison... »

« Cependant, il y avait une raison pour laquelle je ne faisais pas ça maintenant »

« Eh ? »

Delphina était surprise. Je bougeais et poussais Delphina sur le canapé.

Je l’avais embrassé à nouveau.

« ... Iris »

« ... O-Oui !? »

Brusquement appelée par son nom, Iris paniqua, élevant la voix.

« Viens par ici. »

« ... depuis quand l’avez-vous remarqué ? »

« Le fait que tu faisais semblant de dormir ? Depuis le début. Tu ne t’es pas fatiguée avant Delphina, alors... »

Il n’y avait aucun laps de temps qui séparait mes étreintes. Ignorant l’écart d’expérience entre eux, Iris avait simplement une endurance qui ne perdrait en rien contre Delphina.

Même ainsi, elle avait dû vouloir observer Delphina, c’est pourquoi elle faisait semblant de dormir et écoutait.

Eh bien, je n’avais pas signalé cela.

Plus important encore...

« Hnngu !! »

J’avais embrassé Iris.

J’avais entouré mon bras autour d’elle et l’étreignais tout en l’embrassant, puis j’avais embrassé Delphina pour finalement retourner vers Iris.

Après ça, je leur avais donné tout mon amour.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

6 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

  2. Merci pour le chapitre.

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire